Digression sur l’actualité politique

Les sondages de popularité présidentielle se suivent et ne se ressemblent pas +6% selon Paris Match ce qui permet à Challenge de triompher en annonçant un « nouveau pic de popularité », – 2% selon un autre sondage , Kantar Figaro, quasi simultané. La vie politico-médiatique n’est plus rien d’autre qu’une sorte de spectacle virtuel organisé autour d’une icône élyséenne dans son show quotidien.

L’esbroufe ne sert qu’à dissimuler la réalité d’un pays en pleine désintégration, un pays entré dans une logique d’effondrement qui s’accélère à vue d’œil: violence et chaos quotidien qui tournent à la terreur pour ceux qui le vivent (Valence), perte des repères éthiques les plus élémentaires (chantage aux copies du bac), crise migratoire sans fin, haine banalisée à tous les niveaux, explosion de la pauvreté et des inégalités, records du monde d’enrichissement pour les 14 plus grandes fortunes françaises, désindustrialisation du pays, chômage massif – comparé aux autres pays industrialisés – invraisemblable effondrement intellectuel du pays, naufrage de la vie politique et gouvernementale dans l’absurde, affaiblissement de l’autorité de l’Etat face aux désordres, saccage des libertés publiques, banalisation des affaires de corruption, médiocrité affligeante des prétendus politiques (voir la course à la mairie de Paris!),  aggravation stupéfiante de la bêtise idolâtre politico-médiatique autour de chimères grimaçantes, de l’extrême gauche à l’extrême droite et l’extrême centre (qui ne vaut pas mieux que les deux autres extrémismes).

Non cela n’est pas du « déclinisme », ni du pessimisme, ni de la misanthropie. Il suffit d’ouvrir les yeux, de les ouvrir cinq minutes. Les gesticulations politico-médiatiques et les excitations autour de telle ou telle star ou starlette sont un signe patent de la crétinisation en cours. La grande comédie invasive ne saurait faire longtemps illusion et couvrir éternellement le désastre d’un pays en cours de dislocation. Et il est inconcevable que tout  cela débouche sur autre chose qu’une effroyable catastrophe. Que faire? Mais au moins, au moins, commencer par ouvrir les yeux!

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

18 commentaires pour Digression sur l’actualité politique

  1. Patrice Charoulet dit :

    « Bonjour, Mohamed… »

    Rappels : Professeur, je n’ai jamais fait grève. Je ne suis toujours pas macroniste . Je suis philosémite et sioniste. Je ne suis pas islamophobe (mot qui ne rime à rien)  ; je ne crois pas à la religion musulmane. Je suis allergique aux racismes. Je suis, comme tout le monde, préoccupé par les flux migratoires incontrôlés et j’aurais pu écrire, comme Régis Debray, l’excellent livre intitulé « Eloge des frontières ».

    Cela étant dit, je redis, n’en déplaise à deux ou trois, mon rituel du matin  : entretien politique d’un invité avec Mme Martichoux (qui vient d’être virée) sur RTL à 7h45 , troquet une heure avec un Pléiade et un cahier à 8h30, où j’écoute, parfois distraitement quand l’invité ne me plaît pas , Bourdin, sur BFM.

    On vient d’apprendre que des profs du secondaire avaient décidé de rendre leurs notes au bac avec retard. Moi qui n’ai jamais fait grève (et j’ai eu d’excellentes raisons), j’estime que c’est un décision honteuse, scandaleuse, indéfendable (encore un coup du SNES, j’imagine). Or, ce matin, sur BFM, après Bourdin, on nous montre les bacheliers lisant leurs résultats, puis on interroge un prof de maths qui a bien voulu dire au journaliste de BFM (qui avait dû longuement chercher l’oiseau rare)
    qu’il faisait partie des profs qui ont voulu retarder la remise des notes. Depuis des décennies, il est d’usage quand on interroge à la télé un leader syndicaliste national (CGT , CFDT,FO …), de dire son prénom et son nom. En revanche, quand on interroge un gréviste quelconque, on ne dit jamais son nom et jamais son prénom. Qui a jamais entendu à la télé : « Alors, Pierre, vous faites grève. » Ce matin , sur BFM, à deux reprises, on a pu entendre : « Alors, Mohamed, ne pensez-vous pas que… » A mon humble avis, ce faisant, on, a eu une intention. Je pense l’apercevoir. Je ne l’approuve pas. Cela n’est pas en contradiction avec les rappels que j’ai faits au début de ce scribouillage.

    J'aime

    • Anonyme dit :

      Mais oui, mais tout ça pour dire que maintenant il y a des Mohamed qui sont profs…Je rigole bien sûr,… quoique!!!

      J'aime

  2. Janus dit :

    « Encore un siècle de journalisme et les mots pueront » disait Nietzsche en 1882. Nous y sommes …

    J'aime

  3. XAVIER dit :

    Bonjour Mr TENDONNET,

    notre défunt fils Anatole avait 11 ans lorsqu’il nous avait fait découvrir la jeune artiste Keny Arkana et sa chanson « cinquième soleil » . Votre texte vient de me faire penser à celle-ci . Je me permet de mettre le lien de cette chanson de 6 mn 51sec . Elle a 11 ans mais tellement d’actualité . Espoir …Bien à vous https://www.youtube.com/watch?v=QlS8g9EN3Hc&feature=share

    J'aime

  4. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Je rentre ce matin d’un voyage professionnel en Asie du Sud-est. Rien de tel qu’un court séjour, une petite semaine, loin de la mère patrie pour se rendre encore mieux compte de ce que vous dénoncez si justement. J’ai suivi l’actualité nationale grâce au net. Cette dernière est affligeante de vacuité. Les métastases du mal sont partout, bien implantées et plus le temps passe, moins les horripilants cocorico peinent à masquer la réalité. Comme vous, je crains la catastrophe à venir.

    Bonne journée

    J'aime

  5. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je partage le diagnostic de l’état de délabrement général de la France. Mais je ne crois pas que ce diagnostic soit encore partagé par une majorité de Français qui préfèrent, en cette période de début de congés, voir le verre à moitié plein plutôt qu’à moitié vide. Et pourtant, votre jugement est factuel et incontestable, les conflits sociaux importants perdurent (gilets jaunes, urgences médicales, infirmières, enseignants, policiers, éleveurs…) d’autres ne manqueront pas de s’additionner dès la rentrée avec les réformes des retraites et de l’assurance chômage avec l’appui de l’ensemble des syndicats fortement mécontents des projets de réformes annoncés.
    L’étape suivante sera la présentation du projet de loi de finances pour 2020 où il faudra bien prendre les mesures qui s’imposent pour compenser les 17 ou 18 milliards accordés en catastrophe en début d’année pour calmer partiellement le mouvement des gilets jaunes et contrebalancer l’exonération de la taxe d’habitation pour une partie des Français, sans oublier le respect des engagements budgétaires européens et la réduction de la dette promise mais toujours repoussée.
    L’agitation a venir ne se limitera pas à ces sujets déjà importants car il faudra aussi compter sur les oppositions puissantes au projet de loi sur la PMA, antichambre de la GPA, et le traité UE Mercosur qui risque de porter un coup fatal à nos éleveurs et agriculteurs.
    Bref, le retour de congés d’été risque une nouvelle fois et à l’image de 2018, d’être une véritable épreuve pour le gouvernement. Le seul avantage pour E. Macron est qu’il bénéficie du vide sidéral de toute opposition politique mais je continue de croire qu’il ne s’en sortira pas, même avec ses sondages hebdomadaires flagorneurs.

    J'aime

  6. Philippe Dubois dit :

    Bonsoir Maxime

    Dans les exemples d’effondrement de notre pays, vous citez : « records du monde d’enrichissement pour les 14 plus grandes fortunes françaises »

    J’ai un peu de mal à vous comprendre : la richesse de ces gens, pour lesquels je n’ai aucune affinité particulière ni aucune aversion non plus, leur fortune donc, c’est la valeur des entreprises qu’ils ont créées et développées.
    Moi, je me réjouis que LVMH, L’Oréal et autres soient des entreprises en bonne santé, dont la valeur augmente.
    Je ne suis pas choqué que le dirigent d’une boîte qui emploie des milliers de salariés et crée de la richesse gagne moins d’argent que Ribéry, Neymar ou Beyonce.

    Quant à l’affaire de Valence, cela relève de la crise migratoire sans fin qui dure depuis 1975
    https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/quatre-ados-venaient-casser-du-blanc-aux-abords-de-l-ind-a-valence-1562094688?fbclid=IwAR1I8EvjWfDptOOZeOCnzt8sxeFcR5ygoV3Q-BsV3Tlrn7p1UvGM73hPHU

    Pour le reste, je partage votre inquiétude

    J'aime

    • Philippe Dubois, c’est le contraste qui est saisissant, d’une part un pays qui part en quenouilles, 9 millions sous le seuil de pauvreté, moins de 1000 euros/mois, d’autre part 14 milliardaires dont la richesse personnelle augmente de 35 milliards depuis janvier (fortune Bernard Arnaud, 80 milliards), la progression des milliardaires français battant tous les records (classement Forbès) dans un pays qui s’effondre à vue d’oeil notamment sur le plan intellectuel. Cela donne une image de rapacité: s’enrichir sur la débâcle générale. Mais ce n’est pas la première fois dans l’histoire…

      J'aime

    • pabizou dit :

      Absolument d’accord avec vous . Ce n’est pas en villipendant et en voulant faire porter le chapeau à des gens qui font travailler beaucoup de monde en France et augmentent leurs profits en vendant à l’international que l’on pourra régler les problèmes du pays . Fiscalité des entreprises absurde, réglementations abusives, droit du travail assis sur des certitudes avérées fausses depuis longtemps, formation totalement insuffisante et inadaptée aux réalités d’aujourd’hui, etc… Chapeau qui n’est à leur taille qu’à travers une vision idéologique rétrograde

      J'aime

    • Sganarelle dit :

      @monsieur Philippe Dubois … je répondrai que c’est choquant de voir des héritiers à la deuxième ou troisième génération profiter des dividendes que rapportent la société ou l’usine de leurs pères en ayant eu que la peine de naître. Ce n’est pas nouveau sous le soleil et c’est un des arguments de notre Histoire passée et une cause de la révolution. Rien n’a changé.
      Loin d’être comme aux USA nous continuons avec des coutumes obsolètes et injustes.
      Pour connaître personnellement l’une de ces familles je peux même vous dire que ce n’est pas un service à rendre à ses enfants que lui concéder une fortune en le coupant des réalités.
      Quand des milliardaires américains réclament de payer plus d’impôts nos heureux héritiers s’empressent de se renseigner pour une évasion fiscale des plus lucratives.
      Bien sûr nous avons nos mécènes mais ce qui s’est passé dernièrement pour la quête de Notre Dame ne me console pas à leur sujet .

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Les ados venaient casser du blanc à Valence, maintenant les voyous vont mettre la pagaille dans les piscines allemandes. Tous les jours, des personnes se font agresser, insulter, voler, violer, tuer et on nous répète que la France est un beau pays. Oui, en effet, nous avons laissé entrer des personnes incapables d’éduquer leurs enfants mais qui profitent allègrement des aides sociales en laissant leur pogéniture à la rue, nous ouvrons les portes à tous les malheureux de la terre qui viennent chez nous pour vivre à nos crochets: les jeunes africains qu’on prend en charge jusqu’à leur majorité et plus, les clandestins qu’on emploie dans les arrière cuisines ou sur les chantiers, les femmes seules venues d’ailleurs avec enfants en bas âge et souvent enceintes, les roumains qui squattent et qui font la manche toute la journée, les poivrots de l’Est qui dorment sur les trottoirs, complètement cuits dès 8h du matin, et ça continue encore et encore. Quand va t’on siffler la fin de la récréation, cesser de subvenir aux besoins de ceux qui ne viennent que pour profiter et qui cassent et dégradent notre pays. L’article de Mr Chiche est révélateur du drame de l’école qui se joue depuis plusieurs décennies, qu’on n’a pas voulu voir et endiguer, des bacheliers complètement incultes mais qui obtiennent le sésame pour entrer à la fac où ils ne feront rien sauf embêter ceux qui veulent travailler et comme la plupart de ceux là obtiennent des bourses, non pas au mérite mais au niveau social, ils finiront par ne plus venir aux cours et se tourneront vers des filières parallèles. Voilà comment notre pays s’enrichit depuis des années et comment nous sombrons un peu plus chaque jour.

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      @ Sganarelle : 5 juillet 2019 à 12:32

      La politique fiscale ne peut pas être basée sur l’éventuelle nécessité de corriger les erreurs d’éducation commises par les familles fortunées.

      Et même si le fait que des héritiers profitent du travail de leur grand père vous choque, la surtaxation des héritage aura forcément des effets de bords beaucoup plus désastreux que la présence d’un fils à papa pété de thunes et con comme une valise sans poignée.

      Le risque majeur est que le démantèlement du capital familial fasse le bonheur de fonds de LBO, de fonds vautours ou pire, d’une entreprise étrangère pas forcément bienveillante envers une pépite technologique tricolore.

      Déjà que le nuisible qui squatte l’Elysée a tendance à vouloir brader tout le patrimoine industriel et technologique français…

      J'aime

  7. EMarquet dit :

    Souvenons-nous de la parabole de la grenouille :
    Une grenouille nage tranquillement dans une marmite d’eau froide. Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement, devient tiède, la grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager. La température grimpe, l’eau devient chaude, la grenouille apprécie moins, mais ne s’affole pas. Puis l’eau devient vraiment chaude, elle trouve cela désagréable, mais elle est affaiblie, elle supporte et ne fait rien. La température monte encore et la grenouille finit par cuire et mourir.
    Eh bien, parfois, j’ai l’impression que cette métaphore illustre le phénomène de passivité de notre société face à sa dégradation progressive qui la met en péril.
    Si la grenouille avait été plongée directement dans l’eau très chaude, elle aurait sans doute eu le sursaut qui l’aurait éjectée de la marmite.
    Le changement qui s’effectue de façon lente anesthésie progressivement les consciences et risque de ne susciter aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.
    Serait-ce déjà trop tard pour nous ?

    Aimé par 1 personne

  8. Curmudgeon dit :

    Vous renvoyez à un témoignage de M. Chiche. Je ne suis pas toujours d’accord avec lui, mais ici, la fin de son interview dans le Figaro respire le bon sens, notamment quand il dit ne pas respecter le sacro-saint programme, car il y a des tâches bien plus urgentes si on veut être utile aux élèves.

    Mais si, effectivement, il y a un progrès de ce qu’on va appeler l’analphabétisme pour faire court, il serait abusif de faire croire que tout est la faute des élèves.

    La France est le pays du bidonnage mégalomane, et cela depuis très longtemps. On fixe aux élèves des objectifs encyclopédiques délirants, comme si on voulait expédier des fournées gigantesques de stars vers les formations les plus difficiles. C’est irréaliste, ça oblige à mentir. Seule une infime proportion d’élèves arrive à supporter ce régime.

    Vous avez donc des gens qui ont fait des années de mathématiques, mais qui ne savent pas ce que c’est qu’une fonction. A quoi ça rime ? Des élèves qui ont la tête truffée de notions abstruses pour eux et pas du tout digérées mais qui ne savent pas quelle est la capitale de la Hongrie. C’est Bucarest, selon une présentatrice du journal télévisé d’il y a quelques années.

    Les professeurs y sont donc aussi pour quelque chose. A ma grande surprise, je vois que les très mauvaises lubies des géographes sont, à la génération de mes enfants, les mêmes qu’à la mienne. Les cartes sont toujours d’une densité symbolique abominable. Elles sont illisibles. Tout doit être rassemblé sur une seule carte (alors qu’on vit à l’époque d’Internet, et on peut économiquement multiplier les cartes spécialisées et aérées et les comparer si on veut). Je ne comprends toujours pas cette ineptie pédagogique. Elle est due à l’extrême routine du milieu enseignant, d’ailleurs cornaqué par des petits chefs depuis les bureaux centraux.

    J'aime

  9. Mildred dit :

    Et jusque Raymond Barre qui s’avère avoir été un fraudeur fiscal d’envergure !

    Aimé par 1 personne

  10. Infraniouzes dit :

    J’ai lu avec tristesse votre billet et le lien vers le Figaro. Quand certains disent que la France roule vers l’abîme, c’est certes peut-être exagéré mais en grande partie vrai. Personne ne pouvant, n’osant, affronter le Mammouth pour cause de lâcheté, nos malheurs iront croissant. Mais nous sommes tous victimes du syndrome de la grenouille mise à cuire dans l’eau froide qui, au commencement, ne sent pas l’élévation inexorable de la température et meurt cuite à point.
    Après la grenouille qui voulait se faire aussi grosse que le bœuf, on en arrive à la grenouille cuite sans même s’en rendre compte. Ainsi va la société française. Pour paraphraser Michel Audiard je dirai qu’on arrive au terminus des prétentieux. Malheureusement nous sommes dans le même train qu’eux et les portes sont bloquées.

    J'aime

Répondre à Janus Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.