Prémices de la barbarie

RTL: « La Croix pose une question oh combien polémique ce mardi 3 juin : faut-il continuer à soigner les plus de 70 ans ? Tout serait parti des Pays-Bas, où une députée écologiste a déclenché un tollé en s’interrogeant sur l’opportunité de poursuivre les soins au-delà de 70 ans. L’élue se défend de toute considération financière. Officiellement,  il s’agit « non pas d’une question de coûts mais d’apporter des soins plus appropriés », dit-elle. Malgré tout dans un pays qui a vu ses dépenses de santé doubler en 20 ans, la question pèse sur les finances publiques.

Evidemment, cela reste marginal, mais que ce genre de question puisse se poser et émerger dans la société politico-médiatique est en soi révélateur. « Faut-il continuer à soigner les plus de 70 ans? » Cette question provient d’une députée écologiste néerlandaise. Une telle provenance n’est pas anodine: les écologistes, en plein essor sur le plan européen, se réclament de valeurs humanistes et progressistes. Or, comme le disait si bien Pascal, « Qui veut faire l’ange fait la bête« . Que ce genre de question puisse se poser est, en soi, un signe effroyable des pulsions barbares que portent en elle la société de l’avenir. Une réflexion isolée? Une simple polémique, comme une autre, une polémique parmi tant d’autres? Mais où a-t-on vu le concert de protestation universelle, que dis-je, le torrent de révolte qu’une telle déclaration  aurait dû susciter? Nulle part. Quand donc va-t-on se réveiller?

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Prémices de la barbarie

  1. Georges dit :

    Refuser le pain et les soins aux vieux ,quelle décadence.

    J'aime

  2. Robert Marchenoir dit :

    L’élimination des inutiles vient de l’idéologie de gauche, non de la droite. George Bernard Shaw, le dramaturge irlandais né au XIXe siècle, fut un socialiste militant et radical. Il visita Moscou en 1931, en revint ravi, soutint le Goulag et les massacres de Staline.

    En 1910, il écrivait : « Je lance un appel aux chimistes pour qu’ils conçoivent un gaz capable de tuer instantanément, humainement et sans douleur ». C’était censé éliminer les indésirables comme les handicapés physiques et mentaux. Et aussi les éléments asociaux, dont les opposants politiques. Le national-socialisme ne vint que plus tard.

    A côté de ses pièces de théâtre, George Bernard Shaw a écrit « Le Guide du socialisme pour la femme intelligente », best-seller apologétique du marxisme, faut-il le préciser.

    Il a participé, en 1921, à la fondation de la London School of Economics, établissement d’enseignement supérieur encore réputé aujourd’hui, penchant à gauche et ayant formé quantité de personnalités connues. Pour l’anecdote, Mick Jagger, des Rolling Stones, a fait la London School of Economics…

    https://www.salisburyreview.com/articles/founder-of-the-lse-george-bernard-shaw-was-a-keen-eugenicist-but-will-the-left-demand-his-commemorative-window-to-the-fabians-be-taken-down

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    Les baby-boomers ont voulu se débarrasser du catholicisme, ils récoltent ce qu’ils ont semé. Mais, comme d’habitude, ils ne seront malheureusement pas les plus touchés, qui seront ceux qui viennent après.
    Le catholicisme ne reviendra pas, puisque la droite a choisi de faire venir plein de musulmans et qu’il est donc à présent, de ce fait, impossible que l’Etat et le catholicisme se réconcilient. Et la droite qui a permis cela va pourtant oser se qualifier de plus compétente que les autres, puis dire que les électeurs qui ne veulent plus d’elle sont des imbéciles.

    J'aime

  4. ADB dit :

    Cela fait des mois qu’en réfléchissant à maintes petites réflexions de Macron, distillées par çi, par là, je disais autour de moi qu’avec LREM, on allait tout droit vers une résurgence de l’eugénisme. J’étais taxé d’exagération, que les exemples trop flagrants des états totalitaires du XXème siècle l’interdiraient …
    Eh bien ! Nous y voilà ! On y va tout droit, par petites touches, comme pour la PMA ….

    J'aime

  5. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,

    Vieillir va devenir un luxe. Le vieux aujourd’hui ennui le pouvoir. Le vieux coûte cher. Je le vois pour ma mère; les conditions de soins se dégradent dans les Epadh , ma mère à la maladie d’alzheimer ses conditions de vie deviennent scandaleuses, nous cherchons un autre Epadh.
    Aujourd’hui le vieux (ce terme n’est pas péjoratif) à trois solutions: Soit qu’il a de gros moyens il peut se payer des voyages et se soigner; soit qu’il a les moyens de se payer une maison de retraite à 5000€ par mois; soit qu’il faut qu’il crève. Car le vieux pour notre société doit rapporter du fric, sinon il doit mourir. Et s’il pouvait travailler jusqu’à sa mort cela ne serait que mieux.
    Car nos dirigeants ont oublié que vivre plus vieux, coûtera plus cher à la société, car plus vous vivez vieux, plus les maladies chroniques sont nombreuses.
    On voit par le vieux un investissement qui doit rapporter du fric toujours du fric. La preuve, les Epadh deviennent privés. Pour ma mère sa maison de retraite était gérée par la commune, c’était un super Epadh. Les DGF fondant comme neige au soleil la commune ne pouvait plus prendre en charge cet Epadh. Donc la mutualité reprit l’établissement, le première chose qu’ils firent supprimer 40% des effectifs soignants et augmenter le loyer de 12%. RENTABILITE! Le vieux doit être rentable sinon, il faut qu’il crève!! Voilà la triste et cynique vérité.
    Normalement une nation, une vraie démocratie doit prendre soins de ses anciens. Mais aujourd’hui ce n’est pas le cas, le vieux doit être rentable.
    Alors j’ai une solution Maxime. Vous souvenez vous du film « l’âge de cristal » Et bien appliquons cette règle. Lorsque les personnes atteignent 50 ans on leur fait une super fête et ensuite on les euthanasie, plus de problèmes de retraite et de retraités. Un grand carousselle comme dans le film, sauf que dans le film ils euthanasiaient à 35 ans.
    Les futurs vieux dont je fais parti, ont intérêt à prendre soin d’eux, sinon , on nous laissera crever, et nous avons intérêts à avoir un beau magot si l’on veut vieillir dignement.

    J'aime

    • André Lugardon dit :

      Ce que décrit Philippe est souvent vrai hélas. Nous allons devoir ré-inventer notre vieillesse car beaucoup d’entre nous n’auront pas les moyens de payer un EPAHD. Quelques suggestions: béguinage? Co-location? Co-propriété? Retrouver des solidarités familiales, villageoises d’antan? (http://www.vivre-en-beguinage.fr/)

      https://www.ladepeche.fr/2019/04/14/maisons-partagees-de-tauriac-a-la-tele,8129945.php

      Je me suis absenté de chez moi quelques jours pour assister à un mariage en Bretagne. Ma voisine s’est absentée quelques jours pour aller voir ses enfants et petits enfants dans le Gers. Nous sommes rentrés ma voisine et moi le jeudi 6 juin en fin de journée. A 22h30 elle me téléphone et me dit  » Je crois qu’Aline( une voisine commune à nous deux) n’est pas bien du tout, viens on va aller la voir, j’ai la clé pour entrer chez elle, tout est encore allumé chez elle. » En entrant dans la maison il nous a pas fallu beaucoup de temps pour comprendre ce qui se passait. Depuis l’âge de 5 ans, suite à une maladie, Aline se déplace difficilement avec des béquilles. Depuis quelques mois elle utilise un fauteuil roulant lorsqu’elle est chez elle. Elle n’a pas eu besoin de nous expliquer ce qui se passait: à l’odeur nous avons compris. Depuis quelques jours, mais nous ne le savions pas, elle ne peut plus se relever de son fauteuil roulant pour aller aux toilettes et pour se coucher dans son lit. Elle a fait ses besoins naturels sur elle. Nous avons appelé les pompiers qui ont appelé Madame Le Maire. Elle est venue immédiatement. Les pompiers sont arrivés lorsqu’ils ont terminé les interventions en cours. Madame Le Maire par téléphone leur a fait le topo de la situation et de la nécessité de leur intervention. Nous n’avons pas pu laver Aline. Il y avait une coupure d’eau dans le quartier. Les ouvriers depuis des mois travaillent à la rénovation des conduites d’eau de la ville y compris la nuit et cette nuit c’était notre quartier qui était concerné par les coupures d’eau. Les pompiers lorsqu’ils ont pu nous rejoindre ont déshabillé Aline, l’ont enveloppée dans des draps propres, enroulée dans une couverture et l’ont évacuée sur le brancard au dossier relevé. Nous avions préparé de notre côté des vêtements propres, sa carte vitale, son téléphone portable et le chargeur. A 1 h du matin Aline a été évacuée sur l’hôpital de Marmande. Elle y a reçu les soins appropriés. Des analyses de santé sont en cours. Une infirmière prépare la mise en place d’ aides pour permettre à Aline de retourner vivre chez elle. Aide-ménagère, auxiliaire de vie, infirmière le matin et le soir pour la lever et la coucher. Jusqu’à l’évacuation d’Aline Madame le Maire est restée avec nous. Que nous votions ou non pour elle, elle a été là de 23h à 1h du matin. Les pompiers ont été professionnels et très humains. Ils sont arrivés quand ils ont pu arriver. Il y a eu plusieurs interventions cette nuit là. L’un d’entre eux était le petit fils d’une collègue décédée que j’appréciais beaucoup. je me suis présenté à lui. Aline a 68 ans et toute sa tête mais plus de famille.Nous vivons dans une commune à taille humaine. Et normalement Aline a encore des années de vie devant elle et toute sa place parmi nous.

      J'aime

    • Philippe, bien d’accord, nous sommes tous des futurs vieux, sauf si nous mourons avant.
      MT

      J'aime

  6. michel43 dit :

    ET alors??? REGARDER le cas de Vincent Lambert ,,,et la CMU,, ,,,les fausses cartes VITAL,,les fausses fiches de payes ,les verts on profiter de l’effondrement de LR,, ,quand a Macron,,il a perdue ,,,le plus difficile pour nous ,c’est lorsque le Médecins vous explique que c’est la fin et c’est a vous de prendre la décisions de fin de vie, ,pour ceux que vous aimer,,,DUR,,,,,dur

    J'aime

  7. Remember dit :

    Nous n’avons rien à envier à Hitler et sa vision de l’eugénisme.
    Actuellement si vous entrez à l’hôpital en urgence il y a déjà une ségrégation faite en raison de votre âge. Ensuite si vous êtes seul et sans un proche pour superviser vous servez de cas d’école. Il ne faut pas négliger le fait que la médecine a besoin de cobaye.
    On est vieux à partir de 80 ans et certains le sont même à 50 ..chaque cas est un cas particulier et le regretté Michel Serres en est un exemple. Les grandes découvertes ne sont pas l’apanage des jeunes.
    Une société qui ne fait pas cas des plus faibles ne peut se dire civilisée et s’il faut remercier nos enfants de nous donner la mort après qu’on leur a donné la vie je doute fort que cela favorise la politique de natalité.

    J'aime

  8. sganarelle dit :

    Nous allons vers une sorte d’eugénisme qui n’ autoriserait à vivre que les gens dits « utiles à la société ». Les handicapés les faibles et les vieux sont décrétés inutiles’
    Actuellement dans les hôpitaux en urgence on fait déjà le tri dans les soins , si vous entrez seul sans un proche vous attendez des heures avant que l’on s’occupe de vous et vous servez de cas d’école. Il ne faut pas négliger le fait que nous sommes encore utile à l’enseignement de la médecine en étant d’éventuels cobayes.
    Chaque cas est un cas particulier et à 70 ans on n’est pas en fin de vie . Attendez 80 ans et encore! Le regretté Michel Serres était plus âgé.
    Une société qui ne considère pas les plus faibles ne peut se dire civilisée. On commence pas l’ignominie des abattoirs et des tortures animales et on continue avec l’homme.
    Si tout le monde subit le même sort …fort bien .mais il y a gros à parier que seuls les favorises les nantis ou les privilégiés pourront continuer après 70 ans à respirer sans crainte.

    J'aime

  9. Philippe Dubois dit :

    Bonsoir Maxime

    Vous écrivez : « que ce genre de question puisse se poser et émerger dans la société politico-médiatique est en soi révélateur. »

    Mais cette question doit être posée, non pas de cette façon provocatrice et stupide, sous-tendue par une idéologie de la haine de soi consubstantielle au fascisme vert, comme le fait remarquer Sophie : 7 juin 2019 à 14:17

    Mais par exemple sous cette forme :
    Est-il raisonnable (conforme à la raison) de commencer une immunothérapie anticancéreuse sur un vieillard grabataire, alzheimer au dernier degré ?
    ou bien
    La médecine de réanimation est capable de prouesse techniques inouïes, permettant de rendre la vie à des personnes qui seraient normalement décédées, mais qui resteront dans un état totalement végétatif
    Je crois que c’est un évèque, parlant de l’affaire Vincent Lambert, qui abordait cette question en disant que cette médecine de réanimation devenait l’égale de Dieu et que l’homme et la société humaine étaient incapables d’en gérer les conséquences.

    J’ai lu ou vu qu’une des causes de l’engorgement des services d’urgences était l’admission de personnes très âgées, polypathologiques, pour lesquelles une simple plaie nécessitait une prise en charge très lourde avec un coût monstrueux.
    Et, quand il s’agit d’une grave défaillance d’organe, est-ce rendre service à ces personnes âgées que de leur faire subir des actes lourds et invasifs, alors qu’elle sont tout simplement en fin de vie ?

    La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût
    Vous savez comme moi que les ressources disponibles ne sont pas extensibles à l’infini, que le système de santé est en train d’imploser et que des choix devront être faits quant à la répartition des soins dans la population.
    Est-il interdit de réfléchir à la question de réserver les traitement lourds et coûteux sur des critères de santé et d’espérance de vie même si ce genre de perspective ne me satisfait pas vraiment, plutôt que d’attendre l’implosion du système de santé et réserver les traitements lourds à ceux qui peuvent se les payer, ce qui me plairait encore moins.

    Petit a parte sur les ressources : si « on » arrêtait de soigner chez nous gratuitement une partie du tiers monde, il serait possible de trouver des financements pour s’occuper décemment de nos anciens

    J'aime

    • André Lugardon dit :

       » si « on » arrêtait de soigner chez nous gratuitement une partie du tiers monde, il serait possible de trouver des financements pour s’occuper décemment de nos anciens. »
      Si on fermait les écoles de campagne il y aurait de l’argent pour les écoles des villes.
      Si on fermait les gendarmeries de campagne, les perceptions, les petits tribunaux, les petites agences EDF, les petits services de l’Equipement, les petites gares, il y aurait de l’argent pour … etc…etc… S’il y avait moins de paysans ils vivraient mieux… Si on arrêtait de financer les partis politiques, les retraites de 4 présidents de la République il y aurait de l’argent pour … etc… etc… Oui mais voilà ça ne marche pas comme ça et il y a toujours une nouvelle idée géniale d’économie qui mène à rien. Il y a de l’argent pour la station spatiale internationale et c’est bien, pour Roland Garros, et c’est bien, pour les jeux olympiques, et c’est bien, pour reconstruire Notre Dame, en trois jours, c’est très bien. Bien vieillir ça m’intéresse: c’est mon avenir. Peut-être que nous devrions penser à organiser un Téléthon pour nous les vieux?

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      @ André Lugardon : 7 juin 2019 à 21:16
      Rassurez vous, Blanquer ferme déjà les écoles de campagne (ou les classes, ce qui revient au même pour les gamins) pour dédoubler les CP et CE1 des écoles de nos banlieues enrichies par la diversitude.
      Macron et sa clique de nuisibles ferment déjà les services publics de nos territoires ruraux pour déverser des tombereaux de frics dans nos banlieues ….
      La station spatiale internationale, c’est de la science, de la recherche fondamentale : il faut de l’argent.
      Notre Dame, c’est notre histoire
      Roland Garros se finance tout seul, il me semble
      Quant aux JO à Paris, c’est une calamité qui va nous coûter un pognon de dingue pour permettre aux bobos de festiver avec le fric des con-tribuables.

      Moi aussi, j’espère bien bien vieillir, mais je souhaite que l’on ne s’acharne pas à me faire vivre à tout prix
      Et je vous répète, le problème que j’évoquais n’est pas les soins du quotidien, c’est l’offre de soins lourds et coûteux à la population dans son ensemble, dans un environnement de plus en plus contraint financièrement et une démographie qui annonce une forte augmentation du nombre de personnes âgées avec une espérance de vie qui continue à augmenter, mais une espérance de vie en bonne santé qui semble commencer à diminuer.
      Donc, soit vous faite un tri sur des critères de santé et d’espérance de vie en bonne santé, soit vous faites le tri sur la capacité du malade à payer de sa poche
      Même si aucune des deux solutions ne me plaît vraiment, je détesterais franchement le tri sur le fric.

      J'aime

    • André Lugardon dit :

      Merci de votre réponse. Alors laissons les JO se financer tout seul et utilisons cet argent public pour les soins coûteux? Le recours à des assurances santé vieillesse dépendance c’est une bonne idée ou pas? J’ai été sollicité plusieurs fois et jusqu’à maintenant j’ai refusé.

      J'aime

    • André Lugardon dit :

      Assurances privées ou mutuelles…

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      @ André Lugardon : 9 juin 2019 à 06:47

      J’ai une excellente assurance dépendance :
      Nerium oleander

      J'aime

    • André Lugardon dit :

      Houps je crois que je ne vais pas vous demander de m’inviter à prendre le thé chez vous! 🙂

      J'aime

  10. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Que cette question idiote soit reprise par La Croix est déjà pour le moins surprenant. Comment comprendre qu’un quotidien si ancien se réclamant ouvertement chrétien et catholique puisse relayer la preuve manifeste du déclin des valeurs morales humaines ?
    « Une vie ne vaut rien mais rien ne vaut une vie » disait A. Malraux.
    Mais que cette question soit posée par une députée écologiste n’a rien de surprenant. Le programme inconséquent de ce parti politique est bourré de contradictions. Un seul exemple : ceux qui crient au scandale dès qu’un migrant meurt lors de son expédition, sont les mêmes qui nous serinent à longueur de temps que la terre ne pourra bientôt plus nourrir ses habitants et en même temps réclament une agriculture paysanne et biologique tout en encourageant l’usage du cannabis qui tue et engendre le crime….
    Considérer qu’à partir de 70 ans les gens ne devraient plus être soignés alors que nombre de politicien(ne)s pourtant malades (dont des élus écologistes) sont toujours en activité bien au-delà de cet âge et revendiquent, à juste titre, qu’on les respecte et que l’on prenne en compte leurs avis est d’une crétinerie abyssale. Faut-il rappeler à cette imbécile, tout ce qu’apportent à la société les séniors de 70 ans et plus : souvent l’aide à leurs parents, à leurs enfants et à leurs petits-enfants, la participation désintéressée et sans compter leur temps à la vie associative et municipale locale, sans oublier le transfert des connaissances, du savoir et de l’histoire (nous venons d’en avoir la preuve avec les cérémonies de commémoration du d-day).
    Ceci dit et pour élargir un peu la réflexion et prendre en compte un autre aspect de la vieillesse que je côtoie chaque semaine, il convient également de se poser la question des conditions de vie souvent indignes et humiliantes des personnes très âgées dans les EHPADs et les hôpitaux où certaines d’entre elles ne vivent plus mais survivent sans aucun plaisir même minime, dans un état de délabrement physique et quelquefois mental qui fait pitié et honte Ces pauvres bougres le disent et n’attendent qu’une chose : que la mort les appelle enfin. Et là aussi nos politiques préfèrent fermer les yeux et se boucher les oreilles par lâcheté et par couardise.

    J'aime

  11. E Marquet dit :

    Comparaison n’est pas raison, mais il existe une résonance historique qui ne cesse d’interroger, surtout aujourd’hui devant la pression sur les sociétés des défenseurs de l’euthanasie, de l’écologisme politique, sans même parler des partis animalistes ou des activistes anti-spécistes.
    Qu’une députée écologiste (donc de gauche) ose poser la question de l’opportunité de soins au-delà de 70 ans, nous ramène bien sûr à la notion de l’euthanasie, combat mené depuis des années en France.
    Doit-on rappeler qu’a existé dans l’état nazi, un programme d’euthanasie, appelé l’Aktion 4, pour éliminer les personnes qui ne peuvent plus être utiles à la société.
    Bernard Kouchner en juin 2014, voulait bannir le terme car il portait la consonance « nazi », et que ce n’était pas gentil. Il voulait qu’on emploie « un mot plus doux, parce que sinon, on a tout de suite l’impression qu’il y a une agression, qu’on va forcer les gens », comme l’avait fait d’ailleurs Adolphe H. par une expression qui voulait dire « mort infligée par pitié » ou «  mort miséricordieuse ».
    Les nazis rejetaient le principe de charité selon lequel on se doit de soigner les malades jusqu’à leur mort. Ils étaient passionnés par la pureté naturelle. Goering ( commissaire en chef de la protection de la nature) voyait dans l’animal « l’âme vivante de la campagne ». Ils avaient des liens avec le naturisme, la nostalgie des origines perdues, le culte de la pureté, défendus à l’époque par de puissantes associations écologistes.
    Entre 1933 et 1945, il y eu une importante législation relative à la protection de la nature.
    Le national-socialisme détestait le christianisme qui avait imposé l’universalisme, la tolérance et la compassion envers les faibles et les malades. Il le remplaçait par un paganisme celte et germano-scandinave, adorateurs de la Nature : «  dans la nature, tout ce qui est inapte à vivre, et tout ce qui est faible est éliminé. C’est d’abord l’homme et surtout l’église qui se sont donnés comme objectif de garder artificiellement en vie précisément le faible, celui qui est incapable de vivre et le médiocre ».
    Que devient la dignité de l’être humain dans nos sociétés modernes ?

    J'aime

  12. Bois dit :

    Bonjour M. Tandonnet,
    Comme je suis d’accord avec vous! notre société choisit la mort plutôt que la vie. promouvons l’avortement plutôt que de chercher à réduire le fort taux d’avortements en France etc….
    Oui, la barbarie sous les meilleurs sentiments du monde….

    J'aime

  13. Sophie dit :

    Bonjour,
    Dans le genre « fascisme vert », nous avons eu récemment la déclaration d’Yves Cochet préconisant la limitation des naissances de Blancs pour mieux accueillir les migrants. Ces gens sont des fous dangereux et ce qui fait réagir encore -un peu- aujourd’hui risque d’apparaître demain comme de sages décisions, dictées par ces humanistes d’un genre nouveau.

    J'aime

  14. de furst dit :

    En même temps , il faut sauver les terroristes musulmans condamnés à mort, j’en déduis donc que les plus de 70 ans sont pires que ces assassins puisqu’on ne les soignent même plus,

    J'aime

Répondre à Robert Marchenoir Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.