Le tournant historique du quinquennat? (Pour Atlantico)

1-Emmanuel Macron doit s’exprimer après le Grand Débat dimanche et mardi. Le président se retrouve dans une situation où il va devoir répondre à une demande forte de la part des contributeurs et d’une frange de la population française sans avoir le soutien politique pour assumer un tournant équivalent à ceux de De Gaulle en 1958, Mitterrand en 1983 ou Chirac en 1995. Le président se retrouve-t-il devant une équation impossible à résoudre ?

La situation est en effet compliquée, au point qu’on a du mal à en concevoir l’issue. Elle n’a pas grand-chose à voir avec les cas historiques que vous citez. A l’époque, la politique avait un véritable sens. La volonté politique permettait de changer les choses en profondeur. Nous sommes dans une situation bloquée aujourd’hui. Avec la mondialisation, l’effacement des frontières, les transferts de compétences à Bruxelles, la décentralisation, la puissance des juridictions en particulier le Conseil constitutionnel, le poids de la dette publique et des déficits, le pouvoir des autorités de l’Etat s’est fortement réduit. A cela s’ajoute le déclin de l’autorité et de la confiance dans les dirigeants politiques, la transparence et les réseaux sociaux qui créent un espace de contestation permanent, la violence de rue. La vérité est qu’un chef de l’Etat, contrairement à l’époque de de Gaulle, voire de Mitterrand et même de Chirac, n’a pas tant de pouvoir qu’on l’imagine. Alors, il compense cette relative impuissance dans le spectacle et les chimères : « Jupiter », « le nouveau monde », « la transformation ou la refondation » de la France ou de l’Europe, la guerre entre le « progressisme » qu’il incarne et la « peste populiste », le Grand Débat, le discours sur « rien ne sera plus comme avant ». La grandiloquence des formules trahit l’impuissance face au réel. Elle relève de la communication, du virtuel. Il arrive un stade où tout cela ne trompe presque plus personne. Et alors, que faire, en dehors de la fuite en avant dans le spectacle ? C’est la question qui se pose à lui, mais surtout, à l’institution présidentielle en général. Jusqu’à quand pourra-t-on leurrer la nation en lui vendant l’image mensongère d’un demi dieu élyséen tout puissant? Cette illusion ne sert qu’à recouvrir l’affaiblissement du politique comme mode d’action en faveur du bien commun.

2- D’un choix consistant à amender son programme de propositions catégorielles remontées du Grand Débat, à celui d’un vrai « tournant » politique, quelle est l’hypothèse la plus crédible ? 

Mais voyons, quel tournant possible ? On a toujours à l’esprit la référence de Mitterrand en 1983. La situation n’a rien à voir. Les deux premières années du septennat de Mitterrand avaient une dominante idéologique très forte : alliance avec les communistes, nationalisations, relance massive de la consommation, recrutement dans la fonction publique, décentralisation. En 1983 et 1984, le choix a été fait de rompre avec une politique bien définie. Aujourd’hui, on est pas du tout dans le même cas de figure. Il n’y a pas de ligne idéologique claire et bien définie.  Nous sommes avant tout dans l’affichage, les jeux des illusions, presque le romanesque comme le chef de l’Etat l’a lui-même si bien dit en parlant de lui-même après son élection. Comment rompre avec une ligne qui n’existe pas ? Donc, on est beaucoup plus dans le jeu des propositions catégorielles, destinées à donner satisfactions à diverses composantes dans l’objectif de préserver la paix civile.

3- Le macronisme, et sa définition politique encore floue, n’est-il pas remis en question par ce dilemme ? 

Le macronisme est à l’image de la politique moderne, une sorte de mythe fondé sur une image de libéralisme. Mais peut-on parler de libéralisme dans un pays qui bat tous les records de prélèvements obligatoires et continue de les accroître ? Le nombre et le poids des impôts a poursuivi son augmentation, comme sous l’ère Hollande et le déficit de l’Etat ne se réduit pas sensiblement. On a bien vu le réflexe traditionnel : face à la crise des gilets jaunes, 10 milliards ont été dépensés pour apaiser les esprits. Ce n’est pas l’attitude d’un gouvernement libéral du point de vue économique. Quant au libéralisme sociétal, on peut aussi en discuter. La référence n’est plus celle de Mitterrand en 1983 mais celle de Valéry Giscard d’Estaing en 1974 et 1975. Le libéralisme avancé s’est traduit par des réformes essentielles, sur la majorité à 18 ans, l’IVG, le divorce. Rien qui puisse s’y apparenter aujourd’hui. L’époque n’est plus la même. Le chef de l’Etat s’apprête à faire des annonces spectaculaires semble-t-il. Le terme même « d’annonce » en est le reflet. Elles seront ressenties comme de la communication, au mieux, de la démagogie, au pire. De fait, le macronisme est avant tout l’allégeance à une personnalité, celle du président Macron, vainqueur du scrutin présidentiel de 2017 dans des conditions très particulières. Dès lors que son image est affaiblie par les scandales et les déceptions, un basculement s’opère dans le pays et le prestige se transforme en lynchage collectif. Le chef de l’Etat, dans une logique presque naturelle, devient le bouc-émissaire de la Nation. Au-delà du drame de l’institution présidentielle, c’est la question de tout un régime politique fondé sur le culte de la personnalité et l’abandon de l’intérêt général qui est posée.

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Le tournant historique du quinquennat? (Pour Atlantico)

  1. Liber dit :

    La France brule. Extraordinaire coïncidence, l’effondrement de la flèche de Notre Dame ce soir, à l’heure presque du discours de Macron symbolise les déchirements de notre société, les lâchetés de nos politique, notre affaissement moral. Il parait que Mr Macron est triste, simplement triste …..

    J'aime

  2. jfsadys dit :

    Lundi 15 avril 2019. Il est 20h34. Notre président est réduit au silence car Notre Dame brûle. A suivre …

    J'aime

  3. Timéli dit :

    Pour moi, oser dire que Macron joue son quinquennat, ce soir, avec son intervention télévisée, c’est totalement abusé et inapproprié ! Même un discours bien préparé et brillant peut s’avérer un « trompe l’œil », car c’est à l’aune de ses actes que nous jugerons et apprécierons les résultats. Et là, la partie est loin d’être gagnée ! Le discours de Macron reste donc, avant tout, une énième opération de communication. Un point, c’est tout ! Le plus beau des discours ne relèvera pas le niveau de médiocrité de Macron, qui demeure d’abord un excellent illusionniste.

    J'aime

  4. Ping : Le tournant historique du quinquennat? (Pour Atlantico) | Raimanet

  5. michel43 dit :

    Maxime , vous nous parler de Macron, Hollande et vous oublier notre Sarkozy ,,qui lui en plus nous a trahie ,en ne respectant pas ,un référendum de ce faite notre droite a voler en éclat ,Peut t « on parler de libéralisme ,,,dans un pays a structure socialo-communiste ,,,Macron vainqueur en 2017 et avec une écrasante majorité l’assemblée ,voulue part le peuple ,alors ,attendons tranquillement que le président parle ,après nous aviserons,,,

    J'aime

  6. pabizou dit :

    Seuls les rêveurs peuvent attendre quelque chose de Macron . Il est le digne successeur de Hollande et les deux pourraient dire « ceux qui n’attendent rien de moi ne seront pas déçus » . Passé le spectacle de lundi et la reprise de mercredi, les affaires reprendront et ce sera une fois de plus the show must go on . Du vent, des mots vides comme d’habitude, de toutes façon, il ne lui reste que ça mais maintenant cela commence à se voir . Il ne lui reste qu’une option qu’il me semble être incapable d’utiliser, reconnaître s’être trompé, mais Jupiter ne se trompe pas….ce sont les autres qui sont des crétins qui ne comprennent rien . Ainsi va la vie en socialie …

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.