La nature humaine

Dans le grand public, nul ne sait vraiment au juste ce qu’il a fait. Mais souvenons-nous. Carlos Ghosn était présenté depuis des années comme un véritable héros national. Il fut le sauveur de Renault et de centaines de milliers d’emplois, directs ou indirects. Puis il devint le redresseur de Nissan, une entreprise à l’agonie.  Longtemps, il a été loué, encensé par la France d’en haut, les médias, les dirigeants nationaux et Européens, les intellectuels, comme le bâtisseur du premier groupe automobile planétaire, l’une des grandes fiertés françaises. Il était alors au sommet de sa gloire et de son prestige, capitaine d’industrie, de fait bien plus puissant et plus craint qu’un ministre.

Nul, parmi les Français lambda ne sait vraiment ce qu’il a fait. Une ou deux certitudes pourtant: les faits et gestes qui lui sont reprochés par la justice japonaise étaient bien connus dans les milieux influents depuis longtemps: villas, jets, mariage en grande pompe, rémunérations, etc. Rien qui ne soit vraiment dissimulable aux regards. Autre chose: ce genre de pratiques dans les milieux les plus fortunés de la puissance économique et financière n’a sans doute rien d’exceptionnel.

Il n’est pas question de le défendre sachant que je n’ai pas la moindre idée du dossier. Mais ce qui me sidère c’est la facilité avec laquelle tout ce beau monde l’a abandonné. Pas un geste de soutien des plus hautes autorités nationales, pas un mot, pas un article, pas un souffle pour lui exprimer une once de solidarité, ni dans les sphères politiques, ni dans les médias, ni dans les milieux économiques. Il est passé, en quelques jours, du sommet de la gloire planétaire au fond de l’enfer d’une geôle japonaise dans des conditions de garde à vue interminables et des allers-retours en prison malgré les garanties de représentation, qui sont radicalement contraires à la vision française des droits de la défense. Une once de protestation des défenseurs des droits de l’homme? Que nenni! Les courtisans? évanouis comme une volée de  moineaux! Plus d’amis, plus de soutiens, plus de collègues. Silence absolu, indifférence totale. Un grand, un puissant que tout le monde entier vénérait à genou, passé en quelques heures du firmament au fond du trou, quelle aubaine, quelle joie, quelle jubilation secrète pour tant de lâches, de médiocres et de jaloux. Elle est pas formidable, dites-donc, la nature humaine?

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour La nature humaine

  1. ysengrin dit :

    Carlos Ghosn n’a pas médité l’histoire de Nicolas Fouquet. La nature humaine est immuable, telle elle était au XVIIème siècle, telle elle est au XXIème, l’orgueil et la jalousie sont des vices toujours bien présents.

    Aimé par 2 personnes

  2. Anonyme dit :

    La nature humaine est ce qu’elle est, il faut donc maintenir une civilisation pour l’adoucir, et ce n’est sûrement pas le néolibéralisme qui va le faire.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s