Au-delà des polémiques

Les polémiques se succèdent et s’amplifient comme des vaguelettes, jour après jour. La moitié  d’entre elles, environ, concernent le chef de l’Etat. La dernière: celle des selfies de Guadeloupe. Nous assistons à un phénomène significatif au regard de l’histoire de la présidence de la République: un personnage dont la mission historique est d’incarner la hauteur, le prestige, la permanence de l’Etat et l’unité nationale, s’impose au contraire, au fil des années, comme le visage de la polémique quotidienne.

L’erreur classique est d’y voir un enchaînement d’erreurs de communication. Bien au contraire, ces polémiques me semblent correspondre à un état mental de la société. Elles reflètent l’ordre narcissique qui submerge le monde occidental, si bien décrit dans l’Ere du vide, par Gilles Lipovetsky. L’unique valeur qui émerge du chaos contemporain est la sublimation de l’individu-roi: se faire voir, parler de lui, apparaître dans les écrans de télévision, en bien ou en mal, écrase toute autre considération, notamment celle du bien commun. La politique moderne est avant tout une adoration totémique du « je ».

La polémique efface les vrais sujets dont plus personne ne parle: l’explosion de la dette publique (99% du PIB), le chômage de masse (6 millions de personnes concernées), l’insécurité, le déclin de l’autorité de l’Etat. Bien sûr, elle choque la masse des Français, mais peu importe. Le peuple est déconsidéré, assimilé à la vile multitude (sans dents). Le populisme (la sensibilité réelle ou supposée du peuple) est l’ennemi, le pestiféré. La priorité est de le combattre. En revanche la polémique ne déplaît pas à une petite minorité, la gauche caviar parisienne et « branchée »: c’est elle qui compte, détient la clé du bien et du mal, représente le socle électoral à qui il faut s’adresser.

Et surtout le calcul électoraliste domine toute autre considération. La République narcissique n’a qu’un projet, qu’un but, la sublimation de l’individu-roi à travers l’objectif suprême de la réélection. L’éternel scénario ne cesse de se reproduire, toutes les semaines, tous les jours: scandale tonitruant, suivi aussitôt des hurlements de la présidente du parti lepéniste, tous les micros et toutes les caméras tendus vers cette dernière. Le piège: nous enfermer dans une alternative maudite: le « bien » post national, contre le « mal » nationaliste. Ne laisser aux Français aucun autre choix, avec, in fine, une certitude: le triomphe du « bien » post national en 2022. Ce formidable scénario n’a qu’une faiblesse: les gens ne sont peut-être pas aussi naïfs ni manipulables que ne le pensent les élites dirigeantes. Il ouvre sur une vertigineuse incertitude.

Ne pas sur-réagir à des polémiques qui ne devraient appeler que le dédain et l’indifférence. On s’indigne de ce que « l’image présidentielle » serait affectée. Quelle importance? Cette obsession  de l’image d’un individu, pour l’adorer ou la lyncher, est le sommet de la crétinerie. La France n’a finalement plus grand chose à voir avec le Palais de l’Elysée et l’image médiatique de son occupant. La soi-disant « dignité de la fonction », selon la formule à la mode, importe peu au regard de l’intérêt et la destinée du pays. Il faut réfléchir en termes de débats d’idées, de projet de société, d’intérêt général, de destin collectif et cesser de se polariser sur le grand cirque médiatique. La bêtise ne doit pas passer par nous.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Au-delà des polémiques

  1. Anonyme dit :

    bonjour Maxime, bonjour à tous.
    merci pour vos commentaires Maxime et vos idées pour changer notre république.
    La fête du livre va débuter à St Etienne (42) courant octobre, avec l’accueil de nombreux auteurs,
    si en 2019 vous y participer, je serai heureux de vous y rencontrer pour une dédicace !
    merci
    cyril de fayet

    J'aime

  2. Koufra dit :

    Bonjour Maxime
    Disons qu avant ces photos, il y a eu celles de la fête de la musique à l Elysée.

    Ça donne un côté priscillia folle du désert … électoral tout ça.

    Amitiés

    Koufra

    J'aime

  3. michel43 dit :

    avons nous un président Populiste,, ,,il est partout ,il dirige Tout ,veut être le maitre de la France ,et fait vraiment tout pour que l’on parle de lui ,et dire que l »on va le supporter encore quatre ans ,après les droites doivent préparer un programme de gouvernement ,surtout après la claque es Européenne ,dans de nombreux pays , les droites s » entendre ,pourquoi pas chez nous ? tout simplement parce que dans notre droite Minoritaire, et OUI ,il y en a qui non pas le courage de regarder la vérité en face ,donc pour battre Macron , une union s » impose ,vu l’état de notre pays ,que sera t »il dans quatre ans ,Macron fait du populiste sans le savoir,,,,,,

    J'aime

  4. E. Marquet dit :

    On ne peut pas évacuer ces polémiques. Les épisodes Collomb qui s’y rajoutent, pour rocambolesque que cela paraisse, ne laisseraient-ils pas penser que l’on pourrait être à la veille d’une crise plus grave ?
    N’avez-vous pas l’impression que EM et son entourage ne maîtrisent plus rien ?
    Quel scénariste imaginerait un scénario aussi tordu ?

    J'aime

  5. Philippe dit :

    Bonjour Maxime,
    Vous dîtes : « On s’indigne de ce que « l’image présidentielle » serait affectée. Quelle importance ? »
    Cette obsession de l’image d’un individu, pour l’adorer ou la lyncher, est le sommet de la crétinerie.
    Je ne suis pas d’accord avec vos propos. Pour moi, il n’est pas question d’adorer, de me prosterner devant un individu narcissique.
    L’attitude de Macron aux Antilles, ses propos affligeants vis-à-vis des français. Cela ne fait qu’affaiblir l’ensemble des élus.
    Mon frère, Maire a refusé de recevoir un de ses administrés qui s’est présenté dans sa Mairie, torse nu et en short pour un rendez-vous. Il lui a demandé de revenir dans une tenue correcte.
    Quelle crédibilité a-t-il aujourd’hui ?
    Le premier personnage de l’Etat se doit, et à une obligation d’exemplarité dans son attitude, sinon il discrédite l’ensemble des élus, notamment les Maires, sa police, sa gendarmerie et toutes les institutions de l’Etat.
    Contrairement à ce que vous dîtes l’exemplarité du Président de La République et du gouvernement, sera un moteur pour les intérêts du pays.
    Je fais des cours de management, et je constate à chaque fois que lorsque les managers se comportent comme des crétins, comme des Macrons, l’équipe se disloque, le service périclite. L’exemplarité du chef est un moteur pour l’intérêt général. La franchise, la loyauté sont des éléments fédérateurs.
    Qu’est qui fait la légitimité d’un état ? C’est la confiance que lui accorde le peuple.
    Vous, féru d’histoire, vous n’êtes pas sans connaître les exemples, où les empires, les pays ont connu leur apogée que lorsque qu’ils avaient des chefs pensant à l’intérêt général et faisaient preuve d’exemplarité, et lorsque les successeurs bafouaient ces valeurs, c’était le déclin irrémédiable de ces pays, de ces empires, de ces nations. Que ce soit en 2400 avant Jésus Christ ou au XXIéme siècle, les valeurs, le respect du chef ou des chefs restent les fondations indispensables pour la reconstruction d’une nation.
    Le nouveau monde de Macron est un monde de guignols, de polichinelles, de béni oui oui, uniquement préoccupés par leur minable carrière.
    Il est le Commode du XXIéme siècle. Il est l’archétype des rois de la fin de la dynastie des Mérovingiens qui causèrent la fin de la dynastie. Et je pourrais citer des centaines d’autres exemples.
    Quoique vous pensiez Maxime, tant que le peuple ne retrouvera pas la confiance de ses élus, la France ne se relèvera pas.
    Face à Macron, des partis moribonds avec à leur tête des guignols, du niveau tototte et barboteuse, se battant pour avoir la cape de Zorro. Des adolescents attardés se prenant pour des lumières qu’ils sont loin d’être.
    Certes Macron avec l’aide des médias, focalisent sur le FN RN, pour faire oublier les vrais problèmes.
    Cependant, ce n’est pas La République qui est narcissique, mais un gamin immature, narcissique entouré de petits bouffons, de journaleux, d’intellectuels de salons, d’essayistes à la noix qui se prennent pour la conscience morale de la France et nous font croire qu’ils vont créer un monde meilleur. Ce ne sont que des vendeurs d’illusions.
    Certes comme vous le dîtes, il faut réfléchir en termes de débats d’idées, de projet de société, d’intérêt général, de destin collectif et cesser de se polariser sur le grand cirque médiatique. Mais il faut surtout avoir un programme cohérent, et répondre aux attentes des français et ne pas vendre du vent…

    Aimé par 2 personnes

    • Philippe, oui, parce que la France politico-médiatique est obsédée par l’image du président à quoi se réduit la vie politique et qu’il n’y a plus rien d’autre qui compte. Dans une République où l’Etat fonctionne, avec un gouvernement, des ministres, un parlement, des collectivités, une politique décidée pour le bien du pays (économie, sécurité, immigration, etc.) les coups de communication du chef de l’Etat n’auraient qu’une importance mineure. Nous ne vivons plus que des apparences, et le fond, l’intérêt général, n’intéresse plus personne.
      MT

      J'aime

    • les étranges rengaines dit :

      Manifestement l’intérêt général ne vous intéresse plus non plus, puisque vous vous basez sur de cyniques prétextes pour empêcher la prise en compte de la volonté du peuple, ces mensonges aboutissant en banlieue à l’inverse de leur objectif affiché.

      Vous pouvez toujours censurer la vérité sur votre site, comme mon commentaire ce matin. Mais dans les urnes votre parti continuera de ne pas attirer, car les gens savent à quoi s’en tenir.

      J'aime

    • les étranges rengaines, je n’ai pas de parti!
      MT

      J'aime

  6. Henriane JEGO dit :

    Bonsoir,
    Vous avez raison, tout ceci n est qu un écran de fumée. Mais même si cette fumée ne nous masque pas tout ce qu il a derrière, on ne peut pas nous reprocher de tousser.

    J'aime

  7. Colibri dit :

    Pour le moment le système que vous dénoncez fonctionne encore parce qu’il n’est pas qu’entre les mains de la gauche caviar. Des femmes et des hommes de droite fonctionnent aussi comme vous le dénoncez. Et rejettent sur la gauche tout ce qui va mal pour ne pas se poser quelques questions de fond comme par exemple pourquoi la droite majoritaire dans notre pays n’est pas au gouvernement? Pourquoi est-elle si divisée? Alors que le PCF et le PS sont au fond du trou… Une dernière remarque pour aujourd’hui: je pense que l’homme important du gouvernement actuel ce n’est pas Emmanuel Macron mais Edouard Philippe. Plus je l’observe, le regarde et l’écoute et plus je m’en suis convaincu.

    J'aime

  8. Mildred dit :

    Trouvé pour vous, sur le site « Institut des Libertés », dans un article de Jean-Jacques Netter, intitulé : « Le populisme a été pour le moment déclaré illégitime par les élites… » :

    « Quand les peuples ont tout perdu, leur souveraineté monétaire, leur souveraineté budgétaire, leur souveraineté territoriale, leur souveraineté judiciaire et diplomatique, quand les élites au pouvoir leur imposent une immigration et une islamisation qu’ils ne veulent plus, quand on leur refuse de décider eux-mêmes de l’avenir de leurs propres enfants, alors, il peut devenir légitime, pour se révolter, de voter pour le populisme. »

    J'aime

    • Mildred, populisme veut tout dire, il y en a un bon (faire confiance au peuple) et un mauvais (raciste, antisémite, ou issu du racisme et de l’antisémitisme): le second est mis en avant pour tenir l’image du premier.
      MT

      J'aime

    • les étranges rengaines dit :

      « (raciste, antisémite, ou issu du racisme et de l’antisémitisme) »

      J’en ai ras le bol de ces mensonges et de ces manipulations cyniques.

      Vous n’êtes pas raciste ? C’est bien, et cela nous fait une belle jambe. Des racistes, nous en avons à présent à la pelle en banlieue.

      J'aime

  9. Anonyme dit :

    Monsieur Tandonnet,
    « Le sommet de la crétinerie » c’est de refuser de voir qu’Emmanuel Macron – tel une marionnette – occupe une place qui lui a été désignée pour instaurer un gouvernement libéral-libertaire – qui renvoie dos à dos les anciens partis politiques de droite et de gauche – et ainsi livrer la société française déboussolée au marché mondialisé dont les tribunaux privés ont déjà dépossédé les états de leur droit de régularisation juridique.

    Aimé par 1 personne

  10. Lecteur attentif dit :

    Pour une fois pas entièrement d’accord avec vous, Maxime: « le dédain » n’est pas de mise quand c’est le Chef de l’Etat lui même qui donne une pareille image de sa fonction et de la dignité du pays qu’il représente. Ce qui serait de mise, à défaut d’une menace de destitution à l’américaine, ce serait un rappel à l’ordre sévère par une motion de censure regroupant toutes les oppositions. Mais qu’attendre de représentants incapables d’aller eux-mêmes au delà de leur nombril?
    Quant à la manoeuvre « Moi ou le chaos Le Pen », elle est à présent évidente mais il était fatal que la candidate qui s’était hissée au second tour veuille tenter de nouveau sa chance. Le système est donc verrouillé, et ce verrou ne sautera qu’en cas de situation extrême. Encore faudrait-il d’ailleurs évaluer ce qu’est une situation extrême, dans un pays qui semble en reculer chaque jour les limites. On se prend à rêver de pays où de temps à autre l’armée sort de ses casernes…le tout étant de les y faire ensuite retourner.

    J'aime

    • lecteur attentif, je vous comprends, mais pour moi l’idée de « dignité présidentielle » est définitivement morte et elle m’est profondément indifférente: la seule chose qui compte, sur le plan politique, c’est l’avenir de la France qui n’a plus rien à voir…
      MT

      J'aime

  11. Papy CBV dit :

    Je ne peux qu’approuver, en effet, rien que sur page Facebook chaque jour, je constate que certains et non des moindres, passe leur temps en critiques parce qu’ils sont opposés et que de toute façon il leur faut critiquer (ce n’est pas la meilleure méthode), il serait plus judicieux pour la droite républicaine de plancher sur le coté économique plutôt que de s’enfermer dans une polémique stérile.

    J'aime

  12. Annick Danjou dit :

    Maxime vous dites: « les gens ne sont peut-être pas aussi naïfs ni manipulables que ne le pensent les élites dirigeantes » qui sont les gens? qu’ont-ils comme marge de manoeuvre? que représentent-ils par rapport aux « élites » qui mènent le pays à la ruine? Le ministre de l’intérieur veut démissionner, le président dit non, vous imaginez comme son travail doit être facile, à l’intérieur justement, après toutes les critiques qu’il vient de subir de son propre clan, après son annonce de vouloir retourner à Lyon. Le premier ministre (je vous avais dit il y a déjà longtemps qu’il lorgnait sur Paris…) le voilà qui veut retourner au Havre, la mer lui manque!!! et ce sont ces GENS là qui gouvernent le pays? Et bien ce sont de drôles de gens, qui n’ont pas compris la lourde tâche qui leur incombait et qui veulent quitter le navire avant qu’il coule. Les autres gens dont vous parlez sont les sans dents, les bnons à rien, les fainéants, les gaulois qui commencent à baisser les bras devant tant d’incompétence, de mépris, d’arrogance, de nullité, mais qui n’ont pas vraiment le choix de trouver une autre issue. La droite se déchire, ceux qui sont à sa tête pensent plus à leur égo qu’au pays et trainent derrière eux les vieux chevaux qu’on a assez vus dans le paysage politique mais qui se raccroche aux branches. Quant on lit les nouvelles du matin, chaque jour apporte son lot de crimes, d’attaques à l’arme blanche, de policiers caillassés, de pompiers piégés ,de voyous qui font la loi dans les banlieues et dans les campagnes, de terrorisme, d’islamisme, mais où va t’on? On débloque de l’argent pour les mineurs marocains qui fichent la pagaille dans Paris mais on taxe les retraités et tous ceux qui bossent. Personnellement je n’en vois pas d’issue! Cela finira mal tôt ou tard.

    J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Désolée pour les fautes…j’ai écrit trop vite sous le coup de la colère qui, parait-il n’est pas bonne conseillère.

      J'aime

    • Colibri dit :

      Votre colère est saine et légitime et les fautes d’orthographe n’ont pas d’importance.

      J'aime

    • Colibri dit :

      « Il ne décolère pas. Décolérer est ce verbe qui ne tolère que la négation. Vous ne lirez jamais que quelqu’un décolère. Pourquoi? Parce que la colère est précieuse qui protège du désespoir. » (Amélie Nothomb)

      J'aime

  13. Bruno Adrie dit :

    M. Tandonnet, d’après Eric Toussaint, la dette publique en France, comme elle l’était en Grèce en 2010 est à 60% indue. Elle trouve son origine dans les cadeaux fiscaux faits aux ultrariches et les taux d’intérêts pratiqués sur les marchés où l’Etat est tenu de se renflouer, ce qui l’enferme dans un cercle vicieux. La seule solution serait un moratoire sur une partie de la dette et la condamnation à la prison des mauvais patriotes qui volent l’or de la nation. Quant à la farce électoraliste, qu’on confond trop rapidement avec une pratique démocratique authentique, elle est cousue de marketing politique et fabrique non pas des individus-rois mais des figures populistes en vue de gagner les élections (très vrai depuis Nicolas Sarkozy qui s’est présenté comme un champion de la France qui se lève tôt pour aller travailler et qui s’est prêté au jeu de la presse people et bling-bling). L’individu-roi a été fabriqué par la société de consommation. L’homme naît en attente d’une éducation (au sens large) et aujourd’hui la société de consommation assure cette éducation (la destruction des familles étant une stratégie nécessaire dans cette démarche, rappelons-nous le propos performatif de Margaret Thatcher : « il n’y a pas de société, il n’y a que des individus »). Et d’ailleurs, que l’individu se considère ou non comme « roi » ne change rien au fond puisque sa parole, sa volonté et ses espérances sont chaque jour piétinées par les instances qui décident du devenir du monde, les banques, les fonds d’investissements (et la FED qui n’est qu’une corporation comme les autres aux mains des banquiers de Wall-Street) et leurs relais politico-militaire, l’OTAN, l’UE et j’en passe. Il me semble que le monde doit changer pour que les hommes changent, individuellement. Bien entendu, je n’y crois pas. Nous finirons comme Rome.

    J'aime

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Comment ne pas réagir face à tant de bêtise ? Comment ne pas réagir lorsque le Président des Français passe son temps à les critiquer lors de chacun de ses déplacements dans le monde ? Comment ne pas réagir lorsque ce trublion ridiculise la fonction qu’il occupe et devient la risée des politiques et des médias du monde ? Comment ne pas réagir lorsque ce Narcisse insulte et malmène celles et ceux qui auraient besoin de son soutien et de son écoute ?
    Après le quinquennat pitoyable de F. Hollande qui avait déjà dévalorisé la fonction, la France a besoin plus que jamais d’un homme d’Etat et surement pas d’un histrion.
    6 années de dégringolade et d’inefficacité continue, ne pensez-vous pas que c’est beaucoup trop pour notre pays et qu’il est grand temps de tout faire pour faire cesser cette mystification du pouvoir ?
    Non, Monsieur Tandonnet, nous n’avons pas le droit de ne pas réagir devant le comportement de celui qui représente si mal notre pays et notre patrie. Le dédain ne suffit pas et n’atteint même pas le pouvoir hors sol et toute notre classe politique maladroite, inefficace et incapable de réagir dignement et intelligemment face à tant de morgue.
    Les Français, ceux qui sont fiers de notre Nation, de notre histoire, de nos combats, de notre République ne peuvent pas et ne doivent pas continuer de laisser cet autocrate si mal les représenter.

    Aimé par 2 personnes

  15. Xavier .de Fürst dit :

    Au delà de la vulgarité de ces effusions , il y a le discrédit jeté sur la police qui lutte contre ces délinquants et les retrouve huit jours aprés dans les bras du président. Mme Schiappa n’y voit qu’une couleur de peau mais les français voient eux la reconnaissance des voyous par la plus haute autorité de la république.
    Ne pas en parler ou en parler trop, c’est une question, mais avant ne faut il pas se demander qui a mis ces photos dans la sphére publique et pourquoi ? Les réactions offusquées ne sont elles pas simplement les réponses à la provocation initiale du président et de ses sbires? Se taire c’est être complice du dévoiement de la fonction suprême d’autant que ces photos ne sont pas les premiéres et qu’il faut se souvenir de la fête élyséenne de la musique, de sa virée en boite de nuit gay lors d’un voyage officiel en Afrique comme du soutien appuyé au sieur Théo alors qu’il n’était que ministre des finances et candidat putatif au remplacement de Hollande.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s