Restaurer la Res publica

Res publica, la chose publique, le terme latin est plus parlant que celui de République. Je ne sais pas si les Français dans leur ensemble réalisent à quel point la situation de leur vie politique et gouvernementale atteint la démesure dans le grotesque… Le chômage, la violence, la dette publique, les impôts augmentent, l’autorité de l’Etat est quotidiennement bafouée dans les zones de non droit, le niveau scolaire décline. Et le pays d’en haut, la classe dirigeante, politico-médiatique, se noie dans une lamentable crise d’hystérie alimentée par une spirale de sectarisme, de haine, de jappements mégalomanes ridicules, stériles et vaniteux. La culpabilité est générale dans la France d’en haut: pas un pour en appeler à la raison et sortir de cette monstrueuse tornade de crétinerie, cette hystérie désormais habituelle qui s’amplifie de scandale en scandale. Les plus silencieux de la classe politique, en ces circonstances, sont les meilleurs ou les moins mauvais. La folie s’est emparée de la France d’en haut, politicienne pendant que le pays – c’est la vérité – déboussolé, comme un vaisseau fantôme, sans gouvernail, continue de sombrer. La solution? Le retour à la Res publica, le bien commun, l’intérêt général. Les dirigeants, au pouvoir comme dans l’opposition, ne sont pas des demi-dieux ou des idoles malades, au-dessus des lois. Leur unique responsabilité, aujourd’hui, est de s’effacer devant l’intérêt public et de se comporter en simples serviteurs de la nation. Déjà, commencer par le commencement: il y a une Constitution quotidiennement violée et qui devrait s’appliquer: un président « arbitre », protecteur, impartial, au-dessus de la mêlée – donc discret – et un premier ministre responsable qui gouverne pour le bien commun sous le contrôle de l’Assemblée nationale et du Sénat. Respecter le Droit, la Constitution, est-ce trop demander? Au-delà de la petite histoire d’un garde du corps ayant disjoncté, cette rechute dans l’hystérie est dramatique par ce qu’elle traduit. Autrefois, le pays se déchirait pour des idées. Aujourd’hui, il se déchire pour le néant. Mais dans cet ouragan de bêtise démente, entre les imbéciles haineux et destructeurs de la France d’en haut et ses crétins idolâtres, courtisans obséquieux, dans l’ouragan de bêtise démente qui secoue la France d’en haut, qui a encore la moindre idée de la Res publica, de l’intérêt général, du bien commun?

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

39 commentaires pour Restaurer la Res publica

  1. Carinato dit :

    La notion d intérêt général dans le public comme dans le privé se heurte à un nouveau paradigme bien ancré dans le comportement de nos élites. Désormais, seule prévaut la “chose personnelle” (l’ego centrisme devenu la référence managériale ou celle de l’exercice du pouvoir plus généralement) : c’ est d’ailleurs devenu la seule façon de se comprendre (chacun ne comprend l’autre qu’à travers ce nouveau schéma devenu comme universel). Communiquer sur l’intérêt général, c’est comme parler de probité à l’intérieur d’une organisation mafieuse !
    Ainsi se trament les ambiances dans nos organisations les plus diverses. Globalement irréelles lorsqu’on étudie en profondeur la nature essentiellement sociale de notre constitution (notre évolution) humaine, depuis l’apparition de notre cerveau cortical (finalement différencié de celui de l’animal, mais on se demande si notre animalité sociale originelle ne fait pas maintenant à un nouvel ensauvagement consistant à renier son alter ego au seul “bénéfice” de son propre “divin” ego !)

    J'aime

  2. Janus dit :

    « Notre intelligence se conduisant par la seule voie de la parole , celui qui la fausse trahit la société publique » Montaigne Les essais II ,18

    Aimé par 2 personnes

    • Carinato dit :

      Le sujet de MT va bien au-delà de la seule question de la parole donnée . D’ailleurs, à mon avis, le responsable politique est dramatiquement ancré dans le seul usage de la parole (qu’ il n hésitera pas à trahir pour ses intérêts individuels ou corporatistes ce qui est presque équivalent !).
      On a l impression que l’apprentissage de la politique (comme à l’ENA) est focalisé sur le seul art de la rhétorique (et des artifices de la communication) au détriment de l’essentiel : écouter, analyser avec pertinence et objectivité , décider dans un cadre d intelligence collective, agir, recueillir les écarts par rapport à des objectifs clairs, et surtout se contrôler et se corriger en permanence : tout le problème des démocraties qui se comportent comme des dictatures en n’acceptant pas d’évaluation des actions engagees (et surtout pas les conséquences des ratages et autres enormites…).
      Il n’y a qu à imaginer les kilomètres de rapports de commissions ou autres institutions (souvent pertinents) qui ont engagé d’immenses dépenses en ressources diverses et qui par le fait du prince se voient relégués dans la case oubli (rien ne doit sortir des circuits réservés aux seuls initiés du moment, sauf rares exceptions quand il s’agit par exemple d’agir à l’encontre de tel ou telle opposition).

      J'aime

  3. Timéli dit :

    @Colibri (26/07/18 – 9h53). Je ne pense pas que Macron a été élu par les divisions de la Droite et de la Gauche. Je crois plutôt que Macronl doit se souvenir, comme l’a dit un jour Bruno Retailleau, que son quinquennat est fondé sur un premier tour détourné par les affaires et un second tour dénaturé par un duel caricatural.A titre personnel, j’ajouterai qu’il s’agissait d’une stratégie parfaitement organisée et bien huilée.

    J'aime

    • Colibri dit :

      Je ne partage pas votre point de vue Timéli. Je le comprends et je ne refuse pas ce que vous soulignez dans votre commentaire. Mais les « affaires » ne doivent pas nous faire oublier que François Fillon n’a pas convaincu les électrices et électeurs de Nicolas Sarkozy de voter pour lui, pareil pour l’électorat Juppé. A partir du moment où Marine Le Pen se présente, Nicolas Dupont Aignan se présente, Jean Lassalle se présente, mathématiquement il ne pouvait pas emporter les élections. Je n’ai rien dit à l’époque ni rien écrit mais l’idée qu’il y avait un électorat caché qui allait voter pour lui et que nous allions voir ce que nous allions voir ne m’a jamais convaincu. Après sur le fond je vais faire du plagiat de Clémenceau: « En politique je souhaite toujours le plus grand mal à mon adversaire: qu’il soit élu! »

      J'aime

    • l'étrange rengaine dit :

      Fillon n’a pas été élu parce qu’il avait un programme calamiteux, égoïste et cupide. Mais ce n’est pas Retailleau, ni sa lamentable clientèle électorale, qui fera l’effort de lucidité de le reconnaître.

      Macron a ensuite été élu au second tour parce que les Français, notamment de droite, sont bien dressés. Là encore, Fillon et Retailleaux, qui ont appelé à voter pour Macron, sont très mal placés pour donner des leçons ou pour reconnaître que leur stratégie électorale, en place depuis au moins Chirac président en 1995-1997, est pour beaucoup dans les problèmes de la « res publica ».

      Aimé par 1 personne

  4. drazig dit :

    Vous confondez res publica et régime. Or, je suis désolé, le régime qui a su le plus et le mieux sauvegarder et maintenir la res publica, est la MONARCHIE. Toute autre considération est baliverne.

    Aimé par 1 personne

  5. Janus dit :

    Qui va faire respecter la Constitution, sinon le Président, qui en est le garant : Qui surveille le pouvoir exécutif : Le parlement dans chacune des ses composantes. L’AN est composée d’incompétents aux ordres de l’exécutif . Quand au judiciaire, les affaires récentes démontrent que gangréné par le syndicat de la magistrature il ne répond plus a ses obligations.
    C’est aujourd’hui le coup d’État permanent et Macron le sait. Seul pourrait remettre en cause le pouvoir absolu dont il jouit sans entraves une démission des forces de l’ordre. Hypothèse improbable si on se réfère à l’attitude des forces de l’ordre dans le passé de la France (1940-1944; manif pour tous, etc,etc.).
    Les cons, impuissants et inconséquents ont voté pour Macron, appelé en cela par Fillon et quelques autres décérébrés, ils (mais nous avec) boiront donc le calice jusqu’a la lie… CPEF

    J'aime

  6. Georges dit :

    Socrate se délecterait de la situation actuelle mais son sort serait pareillement réglé .

    J'aime

  7. cyrildefayet dit :

    merci cher Maxime pour votre lucide analyse, cyril de fayet

    J'aime

  8. Aldo dit :

    Je suis stupéfait de l’ampleur de cette affaire Benalla
    Dans le métro quand une personne est violentée et que personne n’intervient, nous sommes scandalisés (non assistance à personne en danger).
    Mais si l’on vient prêter main forte aux policiers en danger c’est un scandale. Il est vrai que nous sommes prompts à les accuser de violences policières.

    Pendant ce temps on commémore la mort du père Jacques Hamel assassiné par deux terroristes.
    Remettons les choses en perspective.
    Macron a bien de la chance d’avoir quelqu’un à côté de lui qui ne manque pas de de courage.
    J’espère qu’il va être réembauché. Et qu’on va enfin réduire ces assemblées clownesques grâce à la réforme constitutionnelle.

    Aimé par 1 personne

    • Sganarelle dit :

      Si vous trouvez bien qu’un citoyen revête les insignes de la police pour aller se défouler dans les manifestations , il me semble Aldo que vous ne savez pas faire la différence entre une personne de métier assermenté avec une fonction précise et un voyou qui sur l’impulsion du moment frappe à terre un individu qui ne se défend pas.
      La police est armée et a des ordres précis et ce sont des professionnels , la victime du métro dont vous parlez est un cas de figure totalement différent .
      Par ses fonctions monsieur Benalla se devait de conserver une neutralité d’observateur rien de plus,
      Où l’affaire se complique c’est lorsque dēs protections interviennent pour étouffer l’affaire et tenter de la dissimuler, quand on vous dit qu’il n’y a « rien à voir « et que c’est une « tempête dans un verre d’eau »
      Ceux qui ferment les yeux ne veulent pas voir et dissimulent en atténuant les sanctions aggravent une affaire qui aurait pu être une simple bavure.
      C’est l’entourage même du président et les privilèges dont il benéficie qui pose question.

      J'aime

    • l'étrange rengaine dit :

      Le gorille en question n’est pas venu aider de pauvres policiers sur le point d’être débordés.

      Il est venu donner le coup de pied de l’âne à un type à terre, entouré par une bonne dizaine de CRS en tenue. Ce qui ne nécessite aucun courage.

      Voyez-vous la différence avec la situation d’une agression dans le métro ?

      (par la suite, il semble que le gorille, qui s’était apparemment mis à dos pas mal de hauts gradés policiers par ses manières, a reçu l’inévitable retour de manivelle ; quoi qu’il en soit, l’acte initial ne saurait être présenté comme courageux)

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      Il semble qu’on n’ait pas tous la même définition de l’éthique !
      Comparer l’assassinat du Père Hamel et l’affaire B est inepte. Il faut raison garder.
      Si un homme qui tabasse quelqu’un à terre est le parangon du courage, qu’est-ce alors que la lâcheté ? Quel honneur y a-t-il à être protégé par des voyous, alors qu’un Etat de droit dispose de corps assermentés pour ce faire ? Le réembaucher serait un très mauvais signal quand on a vendu aux électeurs une République exemplaire !
      Quant à la révision constitutionnelle tout démocrate devrait souhaiter qu’elle soit débattue dans la sėrénité, et non à la va vite.

      J'aime

    • michel43 dit :

      celle LA,,,,est la meilleure de l année ,cette crapule se croit tout permis ,tout comme son patron ,

      J'aime

  9. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Au risque de devoir gâcher vos vacances, permettez-moi de vous dire que cet article n’est pas à la hauteur des événements.
    Ces événements quels sont-ils ? Le 2 mai, une vidéo montrant des actes « inqualifiables » perpétrés sur la voie publique, était mise en ligne, sans qu’on puisse savoir par qui, et qui est le coupable de ces actes. Ce n’est que deux mois et demi plus tard, que le journal Le Monde révèle qu’il s’agit de Alexandre Benalla, garde du corps du Président Macron. Et ce qui aurait dû n’être que « la petite histoire d’un garde du corps ayant disjoncté » devient une affaire d’état qui mobilise tous les corps républicains pour auditionner les plus hautes personnalités de la « Présidence de la République ». A chaque audition, et encore ce matin avec celle du Secrétaire général de l’Elysée, loin de se dissiper, le scandale s’installe plus profondément.
    Dans ces conditions, et connaissant votre attachement quasi viscéral à la Vème République et n’ignorant rien ni de votre expertise, ni du rôle que vous avez joué dans le passé au sein de la République, il me paraît un peu court de vous voir à nouveau vous saisir de votre moulin à prières républicaines, sans nous dire, ce que beaucoup parmi nous pressentent, à savoir, que nous vivons la fin programmée de la Vème République.

    J'aime

    • Mildred, non, nous vivons l’agonie de la VIème République, la Vème est déjà morte depuis longtemps!
      MT

      J'aime

    • Mildred dit :

      Voulez-vous dire, Monsieur Tandonnet, que ce sont ces Français qui ont voté Macron second tour de l’élection présidentielle qui nous auraient subrepticement fait entrer dans la VIème République, à l’insu de notre plein gré?

      J'aime

  10. michel43 dit :

    tout cela prête a sourire ,du grand cirque ,heureusement que le civil travaille et remplie les caisses de l état ,ou je souris, c’est pour ceux qui on voter Macron, ,,il hurle plus que les autres, pourtant les vrais coupables ce sont EUX et vous avez encore quatre ans a le supporter ,,,quand a LR ,avec ses 8% ,il restera dans l’opposition ,et forcément c » est électeurs ,eux voteront pour une droite FORTE

    J'aime

    • Colibri dit :

      Non Michel43 si vous voulez vraiment introduire la notion de culpabilité dans le débat ce qui à mon avis n’est pas forcément souhaitable Macron est là parce que les droites se sont divisées et les gauches se sont divisées. Et aussi parce que les droites et les gauches n’apportent pas de réponses aux problèmes que nous rencontrons sur le plan extérieur et sur le plan intérieur.

      J'aime

    • michel43 dit :

      et bien Colibri je vais vous décevoir , de tout temps et de toute époque, se sont les responsables d »entreprises et ceux qui paye des impôts ,qui font que l’Etat fonctionne ,pour MOI , seul une entente des droites ,peuvent dans quatre ans ,renverser le Macron ,

      J'aime

    • Colibri dit :

      Michel43 vous ne me décevez pas. Il se pourrait que dans les années à venir effectivement des femmes ou des hommes de droite « unis » gouvernent notre pays. Il y a des exemples dans l’Histoire de notre pays et dans l’Histoire contemporaine d’autres pays que le nôtre qui montrent que c’est toujours possible. Votre commentaire me donne l’occasion d’écrire sur ce blog mon credo personnel: notre pays fonctionne parce que des milliers de fonctionnaires le font fonctionner car il y a encore dans notre pays des milliers des fonctionnaires dévoués et honnêtes et généreux. Enseignants, infirmiers infirmières, gendarmes, policiers, postières postiers, pompiers en grande majorité servent notre pays . Et des millions de bénévoles créent de la richesse humaine dans les millions d’associations. Il y a même des retraités qui créent de la richesse. Mais je reconnais sans difficulté que les patrons créent de la richesse et que les artisans sont l’avenir de notre pays. Car ils sont en train de se faire rares et chers.

      J'aime

  11. Sganarelle dit :

    Ce matin notre président est « fier d’avoir employé cet homme  »
    Il atteint le fond et cela va passer comme une lettre à la poste parce que çe sont les vacances d’été et qu’il envoie ses subalternes pour répondre aux questions.
    La « res publica » n’est pas malmenée , elle est inexistante. Complètement méprisant envers le peuple détestant les journalistes qui osent le contredire , monsieur Macron par son attitude est indigne de sa fonction. Il a plus de pouvoir qu’aucun roi n’a eu en son temps ( ne serait-ce que par les moyens de communication moderne) il a plus de pouvoirs que n’en ont ses semblables dans les autres pays occidentaux, plus de pouvoir qu’un Trump. Il est temps de changer tout ça.
    Je crains que cette hiistoire qui aurait du être banale ne soit le point de départ d’un durcissement de la part d’un enfant gâté contrarié et qu’elle élargisse le fossé entre l’exécutif et le peuple.
    DepuIs son arrivée monsieur Macron divise plus qu’il ne rassemble mais il risque fort de faire lkunanimité contre un comportement indigne d’un président censé montrer l’exemple.

    Aimé par 2 personnes

    • michel43 dit :

      Merci a ceux qui on voter pour LUI ,,,et encore quatre ans a attendre,,,

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      « une tempête dans un verre d’eau » a t’il déclaré, donc circulez maintenant, y’a rien à voir ni à savoir!

      J'aime

    • Isabelle C. dit :

      Je partage entièrement votre avis quant à l’inexistence de la Res Publica. Le « Bien Commun » n’existe plus, tant notre nation est divisée en particularismes qui veulent se faire entendre et tirent la couverture à eux.
      Chacun tire de son côté mais personne, à commencer par notre président, ne la tire pour le bien de tous.

      J'aime

  12. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,
    « La grandeur d’un homme ne se mesure pas à son ou ses succès, mais aux valeurs qu’il possède et qu’il transmet. »
    Tout est dans cette phrase, le mot VALEUR a totalement disparu. Il n’y a plus de valeurs dans notre société, la règle est chacun pour soi.
    Les parents n’enseignent plus les valeurs fondamentales qui fondent la vie en société, L’Education Nationale a renoncé depuis bien des années à enseigner les valeurs fondamentales d’une démocratie.
    Les politiques, pris le doigt dans le pot de confiture jurent, qu’ils sont innocents, même devant l’Assemblée Nationale.
    Des élus magouillent mentent en toute impunité, une justice qui défend plus les intérêts du délinquant que des victimes. Des voyous avec casiers judiciaires que les médias vénèrent. D’autres voyous que l’on encense à l’Assemblée Nationale (Joey Star).
    Les institutions de la République Police, Gendarmerie, Enseignants etc, que l’on ne respecte plus.
    A partir du moment que les institutions de la République ne sont plus respectées, l’Etat n’est plus légitime.
    Les politicards ne respectent aucunes règles, loyauté, probité, honneur, patrie. Le carriérisme est la règle.
    Cela se retrouve à tous les niveaux de la société, enseignant dans les entreprises, je suis spectateur de l’attitude des équipes managériales, mensonges, mauvaise foi, duperie, duplicité, fayotage, fourberie sont les règles, même dans ces fameuses start-up où soi-disant le travail d’équipe est favorisé. Rien n’est vrai, tout est artificiel, nous sommes dans l’illusion. Chacun, chacune voit d’abord sa propre personne et si je peux entuber l’autre, je ne vais pas me gêner. Les gens sont conditionnés pour cela, et maintenant beaucoup de manager encouragent la délation, ouvertement ou insidieusement.
    Le vivre ensemble est une illusion, et tout est fait pour diviser les individus. Et Macron est spécialiste dans le domaine avec l’aide des médias.
    Pour recréer cette « Res publica », il faut s’appuyer sur des valeurs, valeurs qu’aujourd’hui trop peu de personnes possèdent. De plus le niveau scolaire décline, car l’ignorance du peuple nous assure sa soumission. Les copains de mon fils sont stupéfaits de la bibliothèque qu’il possède à 24 ans. Il lit deux à trois livres par semaine. Son chef d’entreprise me disait qu’il était étonné de sa culture et qu’il était le seul à ne pas avoir le nez en permanence sur son portable, et n’était pas sur les réseaux sociaux lors de ses pauses. Nous avons fait le nécessaire avec sa mère pour que lui et sa sœur ne soient pas des moutons de panurge, gobant toutes les fadaises et mensonges que l’on nous balance à longueur de journée. Il faut qu’ils gardent leur libre arbitre et l’esprit critique tout en étant constructifs.
    Je pense que le déclin n’est pas fini et que la France n’est pas encore prête de se relever.

    Aimé par 1 personne

    • michel43 dit :

      le vivre ensemble , c’est une mascarade ,comment vivre ensemble, lorsque tout les ans brule plus de 800 voitures ,pars QUI ? les quartiers ,tenue pars des voyous , qui impose leurs lois ,les prisons sont remplie pars QUI ? voila ou nous a emmener ce culturalisme ,,,

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      Philippe,
      A vous lire tout est pourri autour de vous, mais heureusement vous êtes là en grand témoin des valeurs perdues, et votre progéniture est sauvée du déluge sur votre arche de Noé.
      Je ne crois pas être aveugle face à une certaine réalité. Mais je suis souvent admirative face à la gentillesse, la politesse, la culture, l’ouverture d’esprit, la franchise, l’intelligence, la serviabilité, la disponibilité, les capacités professionnelles d’une majorité de jeunes aujourd’hui qui font parfois ressortir la grossièreté, l’égoïsme, le paraître, l’arrogance, le mépris, l’incivilité, le sans-gêne, le manque abyssale de culture, de ceux qui les précèdent.
      Ces jeunes construisent une société qui ne sera pas longtemps la nôtre, comme l’ont fait nos ascendants et comme à chaque fois, il y aura retour de balancier.
      Croyez-vous vraiment que notre génération peut étre fière de ce qu’elle leur laisse en héritage ?
      Il y a mieux à faire que de jouer au dernier des Mohicans !

      J'aime

    • Colibri dit :

      J'aime

    • Philippe dit :

      E Marquet,

      Non tout n’est pas pourri, et je côtoie des jeunes merveilleux, heureusement.
      Mais comme vous le dîtes si bien, tôt ou tard il y aura le retour de balancier.
      Regardez notre histoire de France. Sous toutes les dynasties il y a eu un apogée et un déclin. Les périodes de déclins durent environ un siècle voir deux avant de revenir à l’apogée.
      Dés que le pouvoir fut entre les mains de vaniteux, de narcissique et de carriériste, le déclin fut le résultat.
      C’est avec le retour des valeurs que l’apogée est revenue. Ni vous ni moi reverrons cette apogée nous serons plus là. Mes enfants le verrons peut-être.
      Le changement se fera comme à chaque fois dans la violence.
      L’humanité est ainsi faite.

      J'aime

    • CLAUDE MARECHAL dit :

      Philippe, c’est exactement ça ..

      J'aime

  13. E. Marquet dit :

    Il parait que le mot « rabâchage » en ancien français voulait dire « faire du bruit comme un lutin ». C’est aussi enfoncer le clou. C’est le mantra du savoir. Si on n’a pas compris ce qu’est la Res Publica, l’Intérêt général et le bien commun du Professeur MT c’est qu’on a un QI de citrouille.
    Je lisais dernièrement un article sur l’intelligence artificielle. Deux experts de l’IA proposent un code éthique. Ils ont rédigé, sur le modèle du serment d’hippocrate, le serment dit Holberton-Turing. Il commence par « …je promets et je jure d’être fidèle au loi de la probité » et se termine par « je fais ces promesses solennellement, librement et sur mon honneur ». Entre les deux plusieurs engagements éthiques, humains, d’équité, de respect etc….Chacun peut le lire sur internet.
    Nos politiques gagneraient peut-être à réfléchir à un serment solennel qui leur serait propre et qui les engagerait face à la Nation, et plus contraignant que toutes les chartes bidon d’exemplarité oubliées dès que rédigées.

    J'aime

    • E. Marquet dit :

      Correction de ma copie : lire « aux lois de l’honneur et de la probité », mais vous l’aurez rectifié de vous-même .

      J'aime

  14. CLAUDE MARECHAL dit :

    En effet Maxime, – Par ailleurs, les 5 millions de chômeurs et les 10 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté en France, se demandent s’ils peuvent passer chez Emmanuel Macron pour prendre trois cents grammes de chair à saucisse, des couteaux blancs étincelants à la lune, et s’il restera assez de hachis parmentier pour demain midi…
    Merci
    Claude Yves

    J'aime

  15. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    La gestion de « l’affaire Benallah » par le gouvernement est lamentable. Rien d’étonnant ni de surprenant en soi de la part de ces amateurs, à ceci prêt : je trouve pitoyable le choix du Président de désavouer publiquement son Directeur de cabinet quelques heures après son audition par la commission des lois, comme je trouve lamentable les mensonges du ministre de l’intérieur qui a pourtant prêté serment et son jeu de « je suis pas au courant » et « ce n’est pas moi, c’est l’autre » !
    Mais ce que je regrette le plus sont les réactions de l’opposition LR qui préfère hurler avec la meute d’imbéciles alors que l’occasion leur était donnée de donner une autre image de la politique plutôt que de sombrer dans les politicailleries minables.
    Nous ne nous en sortirons pas tant que tous ces gens là seront au commandes !

    Aimé par 1 personne

  16. alexrebelde dit :

    Vu la situation, je serais curieux de connaître le « comment »…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s