Histoire: le massacre de la famille Romanov

Deux livres paraissent en ce moment sur le massacre de la famille impériale de Russie:

  • Journal intime de Nicolas II, présenté par Jean-Christophe Buisson, Perrin 2018
  • Ils ont tué le Tsar, les bourreaux racontent, présenté par Nicolas Ross, éditions des Syrtes 2018.

Le massacre de la famille Romanov par les communistes bolcheviks ressemble à un pur moment de barbarie sanguinaire. La famille impériale, après son arrestation, a été transférée dans l’Oural. Outre le Tsar et sa femme, elle compte trois jeunes femmes de 23, 20 et 18 ans et deux enfants, une fille de 16 ans et un garçon de 13 ans, gravement malade. Le lieu où ils sont incarcérés est baptisé « Maison à destination spéciale ». Sur ordre de Lénine, le 16 juillet 1918, la famille est réunie dans une pièce et exterminée à la mitrailleuse par un révolutionnaire fanatisé, Iakov Iourovski à la tête d’une dizaine de bourreaux, le père portant dans ses bras le garçonnet hémophile. Même les terroristes de la révolution française n’allaient pas aussi loin, les enfants du couple royal n’avaient pas été exécutés avec leur parents. Avec le massacre des Roumanov, et de leurs enfants en bas âges, nous atteignons un palier supplémentaire dans la barbarie. Nous savons tous que la barbarie humaine est sans limite et cet immonde XXe siècle devait nous le prouver en de multiples occasions. Mais finalement, le plus insupportable, le plus grand scandale, c’est que tant de centaines de millions de gens, aux nom d’idéaux humanitaires, de la foi en un avenir radieux, et de la quête de la perfection et de la pureté, ait pu s’identifier et se reconnaître en un régime qui est né sur telle abomination: le massacre calculé, voulu, organisé, d’une famille avec de tous jeunes enfants.  Et comment notre époque, qui n’a de gentille que l’apparence, le vernis, peut-elle regarder un épisode de l’histoire aussi répugnant, inaugurant une ère de barbarie sanguinaire, avec autant d’indifférence sinon de complaisance?

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour Histoire: le massacre de la famille Romanov

  1. Mildred dit :

    Les révolutions entraînant TOUTES leur lot d’actions barbares, il me paraît que l’une d’entre elles – et non des moindres – peut être imputée à George V, roi d’Angleterre, cousin germain de Nicolas II et à la France « fidèle alliée », qui tous deux ont refusé d’accorder asile à la famille impériale de Russie en 1917 après l’abdication du tsar.

    J'aime

  2. Sganarelle dit :

    @maxime Tandonnet
    je crains la censure c’est pourquoi je n’emploie pas de termes trop directs sachant que tout çe qui touche à la République est sacré.
    Je me réfère à une vieille chanson de L operette « madame Angot » dont le refrain est::
    , » non ce n’était pas vraiment la peine de changer de gouvernement  »
    Je pense que tuer le tsar pour avoir Staline n’a pas beaucoup changé la condition des russes
    Et je pense quant à nous qu’on a beaucoup perdu en quittant l’ancien régime et qu’une monarchie constitutionnelle serait préférable.. Mais ce n’était pas le sujet et je ne voudrai pas déchainer les passions .

    Aimé par 1 personne

  3. Georges dit :

    Les têtes pensantes des révolutions ne sont pas proches des peuples mais plutôt de leurs intérêts personnels ou communautaires ou de classe ou les trois ensemble.

    J'aime

  4. l'étrange rengaine dit :

    J’étais sûr que vous ne publieriez pas ma réponse à Bayon, et pourtant vous avez tort.

    Encore une fois, monter cette phrase en épingle parce que cela arrange bien politiquement, et refuser la discussion raisonnée sur ce sujet, contribue à l’abêtissement du débat dont vous vous plaignez par ailleurs.

    J'aime

    • l’étrange rengaine, je ne publie jamais les attaques personnelles ou les insultes d’un intervenant contre un autre, sinon, mon blog se transforme en pugilat et ce n’est pas du tout l’objectif.
      MT

      Aimé par 1 personne

    • l'étrange rengaine dit :

      Je n’ai nullement insulté M. Bayon dans ma réponse.

      Par ailleurs, je n’aurai pas le temps, dans les jours qui viennent, de poursuivre cette discussion.

      J'aime

  5. Colibri dit :

    Pour ce qui est de la révolution française je me risque au commentaire suivant: elle a plongé les campagnes de France dans une profonde misère et pas que les campagnes. Voir lien suivant:

    http://www.ihs.cgt.fr/IMG/pdf_CIHS117_002-023-BD.pdf

    J'aime

  6. Colibri dit :

    Je me risque à quelques commentaires qui me vaudront sans doute beaucoup de critiques.

    Le succès du communisme s’explique à mon avis par les conditions de vie très dures faites à la classe ouvrière au 19 ième siècle. La guerre de 14/18 va favoriser la naissance du PCF. Des femmes et des hommes ont été révoltés par la première guerre mondiale. Ils en sont revenus très en colère contre le capitalisme et les classes dirigeantes de l’époque. La seconde guerre mondiale va consolider l’attrait de beaucoup pour le communisme. Sans Stalingrad y aurait-il-eu le débarquement?

    Des intellectuels si souvent critiqués ont tiré des signaux d’alarme tout au long de l’histoire du communisme. Je pense entre autres à André Gide, prix Nobel de littérature en 1947 qui écrit en 1936: « Du haut en bas de l’échelle sociale reformée, les mieux notés sont les plus serviles, les plus lâches, les plus inclinés, les plus vils. Tous ceux dont le front se redresse sont fauchés ou déportés l’un après l’autre. Peut-être l’armée rouge reste-t-elle un peu à l’abri ? Espérons-le ; car bientôt, de cet héroïque et admirable peuple qui méritait si bien notre amour, il ne restera plus que des bourreaux, des profiteurs et des victimes. »

    Je crois bien aussi que Romain Gary dans « Promesses de l’aube » affirme que l’échec du communisme découle de l’échec du christianisme à faire une société fraternelle. Dès 1888 l’encyclique « Rerum novarum » analyse les dangers de la situation de la société de l’époque et propose une doctrine sociale de l’Eglise qui aura beaucoup de mal à se faire entendre. Voir lien suivant: https://w2.vatican.va/content/leo-xiii/fr/encyclicals/documents/hf_l-xiii_enc_15051891_rerum-novarum.html

    Ceci écrit je retourne maintenant regarder la vidéo de Jüri Lina indiquée par Hugues. Je ne connaissais pas du tout.

    J'aime

  7. Frederic_N dit :

    L’assassinat des Romanov n’est qu’un détail de l’histoire. Et le scandale du communisme n’a pas grand chose à voir avec lui
    Vous oubliez une chose, et j’y vois la trace du débat que vous voulez introduire en France : les dirigeants politiques ne sont pas des hommes comme les autres. Et l’on ne doit pas considérer l’assassinat des Tsars comme un délit de droit commun. Quant on est Tsar de Russie on ne peut pas être traité normalement. En l’occurrence c’est la lignée qui a failli en Russie, depuis Catherine II, failli à faire évoluer le pays comme il le devait , failli devant l’aristocratie la plus bête du Monde.
    Le risque est à la hauteur des responsabilités. C’est comme cela
    Tout autre est l’assassinat de Louis XVI qu’il serait stupide de plaindre individuellement . La monarchie française n’a pas failli comme l’avait fait la Russe, et ce qu’on a voulu tuer c’est à la fois principe anglais de la monarchie constitutionnelle et la continuité avec la civilisation française. C’est cela qu’il faut critiquer : quant à Louis XVI il aurait très bien pu abdiquer puisqu’il n’était pas à la hauteur. La tête du roi n’a pas à peser bien lourd là dedans.

    J'aime

  8. Sganarelle dit :

    C’est la paille et la poutre !
    Est-ce mieux d’assassiner horriblement toute une famille ensemble .. ou « faire durer le plaisir  » en multipliant les avanies et en séparant chacun d’eux pour les faire mourir plus ou moins lentement? Suivant les goûts pour l’horreur on peut décréter qu’une méthode ( presque ) rapide est moins pire , la lente agonie d’un enfant dans une tour pourrait pourtant faire réfléchir .

    L’être humain est capable du pire comme du meilleur et il ya des deux en chacun de nous.
    Pour établir des responsabilités à ce crime de sauvage il faudrait aussi tenir compte de l’attitude de la cour d’ angleterre qui a refusé son aide et fermé les yeux: raison d’Etat .? Sans doute , mais les responsabilités sont multiples. » Nous sommes tous des assassins  » (A Cayatte)
    Reste que pour abolir un régime , le détruire idéologiquement ne suffit pas, il faut tuer ceux qui le représentent et pour ça il faut frapper les imaginations jusque dans la descendance . Ensuite ce n’est qu’une question de propagande bien faite.
    Au lieu de se poser des questions sur la nature humaine ne croyez-vous pas qu’on pourrait se poser la seule question valable qui est de se demander (avec ce que l’on sait maintenant ) si cela en valait bien la peine ?

    J'aime

    • Sganarelle, « Au lieu de se poser des questions sur la nature humaine ne croyez-vous pas qu’on pourrait se poser la seule question valable qui est de se demander (avec ce que l’on sait maintenant ) si cela en valait bien la peine ? » Que voulez vous dire?
      MT

      J'aime

  9. l'étrange rengaine dit :

    « inaugurant une ère de barbarie sanguinaire »

    Une école historique vous répondra, avec le concept de brutalisation liée à la première guerre mondiale, qu’il s’agissait moins d’inaugurer que de poursuivre.

    De fait, beaucoup d’éléments de la politique allemande pendant la deuxième guerre apparaissent comme une réponse disproportionnée aux difficultés rencontrées pendant la première guerre. Ainsi, la famine provoquée en 1914 1918 par le blocus, qui aurait causé en Allemagne plusieurs centaines de milliers de décès civils, s’est traduite pendant la deuxième guerre par la volonté de conquérir l’Ukraine aux dépens de l’alimentation des civils russes.

    Puisque vos commentateurs en profitent pour aboyer sur le communisme, rappelons-leurs que le libéralisme économique appliqué dogmatiquement conduit tout aussi sûrement à des massacres, comme le prouve la grande famine d’Irlande, et comme vont sans doute, hélas, le prouver les décennies qui viennent compte-tenu de la contradiction entre une croissance démographique délirante (car libre, n’est-ce pas) et les ressources finies de la planète.

    Aimé par 1 personne

  10. Infraniouzes dit :

    Cette histoire est infiniment triste. Encore une famille innocente et un tsar (ou roi) assassinés lâchement par quelques nervis sans morale ni humanité mais prêts à tout. Cet homme était, à ce que j’en sais, non-violent et sur le chemin des réformes nécessaire à la grande Russie. Quel désastre. Et Marie-Antoinette qui, selon l’admirable livre éponyme de Stephan Zweig était une femme légère et frivole mais sans méchanceté n’a subi que calomnies et dénigrements . Quant à son mari, l’infortuné Louis XVI, une pâte, a été broyé par la monstrueuse machine révolutionnaire sans raison valable sinon l’ivresse de la vengeance… Je prends ces deux exemples parmi des centaines car j’ai dû attendre longtemps avant de connaître l’histoire véritable de ces familles martyres. Falsifier l’histoire – ou passer sous silence des épisodes cruciaux – est le propre des idéologies totalitaires. Vite, il faut que les responsables des programmes scolaires rétablissent la vérité à toute vitesse avant que des générations d’enfants confondent leur propre histoire avec celle des jeux vidéo, les « héroic fantasy » terriblement attractives pour de jeunes cerveaux. Encore une fois, on voit que le seul délice des « révolutionnaires » est de formater les individus à leurs phantasmes. Et faisons fi des événements !

    J'aime

    • E. Marquet dit :

      A Infraniouzes,
      Leur fin a été tragique. Mais il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse et en faire des saints. Les Romanov n’étaient pas des tendres. Ce qui n’excuse en rien
      l’assassinat commis sur la dernière famille règnante . Malheureusement l’Histoire n’est pas faite de doux récits de la bibliothèque rose.
      Marie-Antoinette et sa « bonne pâte » de mari n’ont pas été très clairvoyants. Pour autant cela ne justifiait pas qu’on leur coupât la tête.
      Les révolutions sont hélas souvent instiguées par des penseurs qui par la suite ne maîtrisent plus le déchaînement de violences qu’ils ont déclenché par leurs savants échafaudages idéologiques (sauf à être eux-même des sanguinaires) ! N’oublions pas que la Révolution Française que certains appellent la mère de toutes les révolutions, est issue des Lumières ! Pas banal des Lumières qui se noient dans les ténèbres !

      J'aime

    • Infraniouze, l’idéologie de la table rase.
      MT

      J'aime

  11. Christophe dit :

    Bonsoir Stéphane B

    Je réponds à votre question,le dernier paragraphe.Marxisme,Stalinisme,Maoïsme,Léninisme,National Socialisme,Fascisme,et trotskisme sont plus que des idéologies ce sont des formes de religion.Toutes ces idéologies avaient comme unique objectif de faire le bonheur de l’Homme sur la terre avec le résultat que l’on sait.
    En vérité toutes ces idéologies destructrices se revendiquent du millénarisme.Un auteur français dont je ne me souviens plus du nom à dit la formule suivant: »Quand l’Homme veut faire le bonheur sur terre ça fait un enfer très convenable »

    J'aime

    • loonloonychantemerle dit :

      « Quand l’homme essaie d’imaginer le Paradis sur terre, ça fait tout de suite un enfer très convenable. » Paul Claudel (Conversations dans le Loir-et-Cher)

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      A Christophe. Vous avez le choix :
      « Quand l’homme essaie d’imaginer le Paradis sur terre, ça fait tout de suite un enfer très convenable ». Paul Claudel (conversations dans le Loir et Cher).
      « La société devient enfer dès qu’on veut en faire un paradis ». Gustave Thibon.

      Aimé par 1 personne

  12. Philippe Dubois dit :

    Bonsoir Maxime
    « Même les terroristes de la révolution française n’allaient pas aussi loin, les enfants du couple royal n’avaient pas été exécutés avec leur parents. »
    Vous oubliez un peu vite le sort réservé au dauphin Louis XVII.
    Et en matière de Barbarie, le général Turreau et les colonnes infernales ont franchi également quelques paliers

    J'aime

  13. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Lorsque l’on constate qu’il y a toujours des individus, y compris en France, qui se réfèrent au communisme ou à l’Allemagne nazie on ne peut que se demander à quoi leur ont servi leurs études ou leurs lectures (certains sont par ailleurs érudits).
    Que penser lorsque l’on voit et entend JL Mélenchon se réclamer de Robespierre ou avec ses députés insoumis, des sans-culottes alors que cet excellent tribun est plutôt cultivé et instruit et n’ignore rien de l’horreur des massacres commis sous la Terreur ? Comment voulez-vous qu’ensuite des énergumènes un peu faibles d’esprit, incultes historiquement parlant ou mal dans leur peau ne soient pas séduits par l’idée « amusante » de révolution dans la rue.
    Que dire de celui qui osa prononcer : « les chambres à gaz sont un détail de l’histoire » et qui continue, avec la complicité des médias et malgré ses multiples condamnations et son âge avancé à hystériser ses adeptes ?
    Pourquoi acceptons-nous l’apologie de crimes exercée par certains commerçants vénaux qui vendent à des neuneus des vêtements à l’effigie du Ché, de Castro, de Mao ou de tout autre tyran sanguinaire responsable de millions de morts ?
    La liberté d’expression à des limites qui sont aujourd’hui très largement galvaudées un peu partout dans le monde sans que les gouvernants ne réagissent fermement, le risque reste toujours fort qu’un jour et pour un prétexte, l’histoire se remette à bégayer et pourtant on ne peut plus dire sans être particulièrement malhonnête : Je ne savais pas !

    J'aime

    • Bayon, et toutes ses villes dont les rues portent les noms des sanguinaires Robespierre et Lénine, dans l’indifférence générale.
      Il y a même une promo de l’ena qui s’appelle Robespierre.
      MT

      J'aime

  14. michel43 dit :

    en ce qui concerne les communistes ,il ne faut pas oublier qu’en FRANCE après la guerre ,il était très puissant ,la famille Romanov massacrer ,comme dans de nombreux pays ,les régnants paye le prix fort ,Nous on a voulue détruire une dictature en Libye ,grave erreur,,,

    J'aime

    • michel43, j’ai une excellente nouvelle pour vous: entre le massacre de la famille Romanov et l’intervention en Libye, vous avez gagné le premier prix de l’amalgame! Sous contrôle d’huissier: vous avez gagné un droit perpétuel de commenter sur ce « blog personnel » les billets de Maxime Tandonnet,haut fonctionnaire, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, auteur des « parias de la République  » Perrin, 2017.

      J'aime

    • michel43 dit :

      OUI Maxime,, l » amalgame des siècles les sépares, après l’avoir reçu en FRANCE ,en grande pompes ,il le fait massacrer ,les Russes on payer ,,tout comme le LIBYEN et je ne dirais RIEN sur le dictateur Sarkozy qui a dit NON au référendum ,,,il a tant de chose a se reprocher,,

      J'aime

  15. E. Marquet dit :

    Alors que la grande guerre fait rage les bolcheviques renversent le régime tsariste, pour faire du passé table rase et créer un monde meilleur !

    En 1917, Lénine dans « L’état et la Révolution » écrivait : « C’est seulement dans la société communiste,[…] lorsque les capitalistes ont disparu et qu’il n’y a plus de classes….,c’est alors seulement que l’Etat cesse d’exister et que l’on peut parler de liberté….Délivrés de l’esclavage capitaliste, des horreurs, des sauvageries, des absurdités, des ignominies sans nombre de l’exploitation capitaliste, les hommes s’habitueront graduellement à respecter les règles élémentaires de la vie en société….sans violence, sans contrainte, sans soumission, sans cet appareil spécial de coercition qui a nom l’Etat […] L’Etat pourra disparaître complètement quand la société aura réalisé le principe : « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » c’est à dire quand les hommes se seront si bien habitués à respecter les règles fondamentales de la vie en société et que leur travail sera devenu si productif, qu’ils travailleront volontairement selon leurs capacités. »

    On passait de l’autocratie à l’idéocratie. Les lendemains devaient chanter !

    Sept ans après, en 1924, Trostski, dans « Littérature et Révolution », se faisait lyrique : «L’humanité […] s’accoutumera à regarder le monde comme une argile soumise permettant de sculpter les formes de vie les plus parfaites …L’homme s’emploiera à redistribuer les montagnes et les rivières…. à rebâtir le monde, sinon à son image, du moins à son goût…La race humaine n’aura pas cesser de ramper à quatre pattes devant Dieu, les rois et le capital pour se soumettre ensuite humblement aux lois obscures de l’hérédité et d’une sélection sexuelle aveugle….L’homme deviendra […] plus fort, plus sage et plus subtil ; son corps deviendra plus harmonieux, ses mouvements plus rythmés, sa voix plus musicale. Les formes de la vie deviendront dynamiquement belles. L’homme moyen s’élèvera à la hauteur d’un Aristote, d’un Goethe, d’un Marx. Et sur cette crête, de nouveaux pics s’élèveront ».

    BÌLAN : PLUSIEURS MILLIONS de MORT …..

    Mais comment peut-on encore aujourd’hui se revendiquer de cette idéologie ?

    J'aime

  16. Ping : Histoire: le massacre de la famille Romanov | Raimanet

  17. Fredi M. dit :

    Même les terroristes de la révolution française n’allaient pas aussi loin
    Sauf en Vendée.
    La révolution française est la mère de toutes les révolutions qui ensanglantèrent le monde. Même les nazis se sont inspirés, pour le pire, de certains penseurs de la fin du 18ème et du 19ème.
    De quoi vous dégoûter d’être républicain, en tout cas de ne pas en être aussi fier que ne le sont certains qui n’ont que ce mot à la bouche : républicains ! républicains !
    Assassins oui…

    J'aime

  18. Stéphane B dit :

    Bonjour

    La question qu’il convient maintenant et surtout de se poser est: comment des imbéciles puissent encore s’identifier au communisme, qui par ses massacres et ses actes de barbarie, a fait plus de morts que la nazisme ? Se rappeler aussi Nazimo; se rappeler le Che qui torturait et massacrait par lui-même et de ses propres mains les prisonniers; lui qui fût jadis médecin, se rapperler Mao, Staline, Lénone, Pol Pot, et leurs camps de déportés, leurs goulags, leurs camps de concentration.
    Audiard disait que « les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnait ». Nous en avons une belle palanquée dans notre monde, avec une belle brochette en France.

    Aussi, comment, au travers de toutes ses horreurs, peut on encore se référer et s’identifier au Marxisme, communisme et autres idéologies qui en découlent ? Il ne faut vraiment pas connaître l’histoire et/ou avoir subi une magnifique hontectomie (néologisme qui signifie ablation du sentiment de honte, merci h16)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s