Sauveur providentiel ou homme d’Etat?

Il est une constante de la vie politique française: quelles que soient l’humeur de l’opinion et les idées dominantes, il n’est possible de prendre le pouvoir et de l’exercer, qu’à la condition qu’un leader soit en position d’incarner l’espérance. Sans doute faut-il y voir un phénomène de psychologie collective: les Français ont, de fait, par delà les idées, besoin d’un visage qui personnalise le pouvoir. Le projet ne suffit pas. Les électeurs doivent aussi pouvoir s’identifier à un homme ou une femme.

Le camp des républicains qui ne sont ni socialistes, ni extrémistes, a toujours eu besoin d’un chef pour l’emporter et pour occuper le pouvoir: Millerand de 1920 à 1924, Poincaré de 1926 à 1929, Tardieu de 1929 à 1932, de Gaulle de 1943 à 1946, puis de 1958 à 1969. Cette espérance s’est incarnée en Georges Pompidou et VGE de 1969 à 1981. Dans les années 1980 à 2007, par intermittence au pouvoir, elle eut pour leader Jacques Chirac puis Nicolas Sarkozy, le dernier de ses chefs à exercer les plus hautes responsabilités.

Le retour des républicains au sommet de l’Etat passe par l’émergence, dans les années à venir, d’une personnalité susceptible d’incarner une réponse aux préoccupations des Français. Une majorité d’entre eux sait ce qu’elle veut: une baisse des impôts et de la dette publique, une réorientation de la construction européenne dans un sens plus démocratique, une maîtrise effective des flux migratoires, le redressement du niveau scolaire, la sécurité face au terrorisme et à la délinquance, un retour de l’autorité de l’Etat, une amélioration du pouvoir d’achat surtout pour les plus fragiles. Reste un point décisif: une personnalité qui inspire la confiance.

La tâche est complexe. Il y eut une accumulation des déceptions, par exemple Jacques Chirac, élu en 1995 sur une promesse de pouvoir d’achat et de lutte contre la fracture sociale puis appliquant une politique de rigueur. L’influence médiatique est prépondérante sur l’image des politiques qui dépend largement de l’exposition télévisuelle qui leur est accordée. La manière dont la candidature Fillon a été saccagée aux présidentielles de 2017 est symptomatique de ce facteur déterminant. Une succession de scandales tonitruants depuis 2010 a eu pour effet de miner toujours davantage la crédibilité de la politique auprès des Français, se traduisant pas une abstention massive.

Alors, quel leader pour la France?

La vie politico-médiatique se focalise, depuis quelques années, sur une succession de présidents de la République qui ont fondé leur mandat sur une mise en scène de leur personnage. Cette exaltation du « je » avec la bénédiction du monde médiatique, se présente sans doute comme l’habillage ou le masque d’une tragédie dans les profondeurs du pays, qui combine le chaos sociétal, le déclin économique et intellectuel, la montée des violences, l’impuissance et le renoncement sous toutes ses formes.

Dans ce contexte, il est légitime de s’interroger sur le « chef » susceptible de redonner l’espoir à une partie de l’opinion découragée ou dégoûtée de la politique. Peu importe d’ailleurs le cadre institutionnel: futur président de la République ou grand Premier ministre qui, dans un contexte de chaos politique, en viendrait à marginaliser l’Elysée pour remettre la France à l’endroit.

L’avenir pourrait bien appartenir à un homme ou une femme ayant à coeur de s’effacer devant son projet, son engagement pour le pays et de placer l’intérêt général avant son destin individuel ou son image personnelle. Celui-ci ou celle-là dira « nous » plutôt que « je ». Il choisira le « faire » contre le « paraître ». Il se fera fort de mobiliser une équipe sur des objectifs plutôt que de pavoiser pour son propre compte. Tournant le dos à toute espèce de démagogie ou de posture, il aura pour unique mot d’ordre celui de vérité. Homme d’Etat, plutôt que sauveur providentiel, il ne cherchera à faire rêver personne, mais  à inspirer la confiance, privilégiera quelques réformes réalistes, modestes et néanmoins déterminantes, sur les grandes proclamations illusoires telle la « transformation de la France ».

Expérimenté, à l’écoute du pays, rassurant et protecteur face aux apocalypses de l’avenir, dans un monde en ébullition, se définissant comme un humble serviteur de la France et rien d’autre, il orientera son action sur les sujets de préoccupation des Français: niveau scolaire, sécurité, emploi, maîtrise de la frontière. Résolu à ne pas s’incruster, étant au service de la France et non de lui-même – ce qui suppose un homme ou femme assez intelligent pour avoir d’autres centres d’intérêt personnels que les attributs du pouvoir – il conditionnera toujours son maintien à la confiance du pays. Mais un personnage ayant ce profil a-t-il une chance d’exister?

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

36 commentaires pour Sauveur providentiel ou homme d’Etat?

  1. Georges dit :

    Le peuple devrait apprendre à se passer d’un sauveteur mais d’apprendre à nager.

    J'aime

  2. Colibri dit :

    Quelques détails historiques. La Nouvelle Zélande accorde le droit de vote aux femmes en 1893. La France en 1948. Première femme présidente d’un état: Isabel Martinez de Péron, 1974. En France toujours pas de présidente de la République. Alors qu’il y a eu de grandes reines de France. Actuellement dans le monde 16 femmes seulement sont à la tête d’un état souverain.

    J'aime

  3. Jean-louis Michelet dit :

    Les deux clés de la porte d’entrée du pouvoir
    Pour ouvrir cette porte d’entrée, il lui faut deux clés à ce personnage : la première c’est pour ouvrir  » le Quoi  » et là, il est est bien en phase avec une majorité de français qui savent ce qu’ils veulent …il lui manque juste la deuxième clé pour ouvrir ,  » le comment  » et la, effectivement, on le cherche ce personnage…le  » avec qui  » lui viendrait de surcroît.

    J'aime

  4. Tarride dit :

    Cher Maxime Tandonnet
    Chers Amis

    Effectivement, il faut un homme ou une femme d’Etat plus qu’un homme ou une femme providentiel.

    Mais une qualité m’apparait aujourd’hui plus nécessaire qu’elle ne l’a jamais été, la capacité d’animer une équipe. L’homme seul ne suffit absolument plus, nous sommes en train d’en vivre aujourd’hui une nouvelle démonstration.

    Ce qui maintient encore Emmanuel Macron relativement haut dans l’opinion , en dépit de des déceptions qui se font jour est que l’opposition n’est pas considérée comme crédible. Elle est vue ainsi parce que personne ne pense qu’elle tiendra ses engagements. Chacun peut douter d’un individu qui prend des engagements, il est infiniment plus difficile de douter d’une équipe dont les membres prennent les mêmes engagements.

    Si j’avais une suggestion à faire aux gens de « LR » ce serait par exemple de prendre l’habitude de venir à plusieurs lors des émissions télévisées et radiodiffusées et d’y montrer qu’ils savent qui doit répondre et que les autres le soutiennent.

    Etienne Tarride

    Aimé par 1 personne

  5. N’étant pas dans les arcanes du pouvoir, je me suis toujours demandé si nos « chefs » étaient vraiment des personnalité d’exception ayant une vision et capables d’entrainer le pays (ou au moins leur camp !) ou s’ils étaient simplement des portes paroles enchainés aux forces les ayant porté au pouvoir. Le fait qu’ils soient surtout attentifs à la com et à de basses opérations politiciennes suggère que la deuxième hypothèse est la plus vraisemblable (il faut remonter à De Gaulle pour trouver un véritable leader autonome). Mais alors quelles sont les forces qui sont derrière ? Quels ont été les généreux donateurs de Macron ?

    J'aime

  6. Janus dit :

    Quoi qu’il en soit de notre avenir, bien compromis a mon sens, Macron n’est pas l’homme providentiel tant espéré : Il vend la France selon les ordres de ses mandants : Alstom/ General Electric (merci Mme GAYMARD et M. KRON), Alstom/Siemens, STX/FICANTIERI, DCNS/Fincantieri, etc etc Cela s’apparente à de la forfaiture dans un système normal ou de la haute trahison .

    J'aime

  7. Annick Danjou dit :

    Maxime vous me donnez le bourdon en ce lundi de Pentecôte, pas d’espoir pour moi contrairement à ce que représente cette fête chrétienne… je ne vois personne capable de faire ce que vous proposez et surtout pas M Wauquiez…Bonne journée

    J'aime

    • Annick, pourtant, c’est un article qui ouvre des perspectives!
      MT

      J'aime

    • IRIS de Junon dit :

      Bonsoir, Annick Danjou : « surtout pas Laurent Wauquiez « Pourquoi pas Laurent Wauquiez » ?
      Auriez-vous quelques arguments à ce propos, cela pourrait nous éclairer ?
      Cordialement.

      J'aime

    • Annick Danjou dit :

      Laurent Wauquiez n’a pas la carrure d’un homme d’Etat, il ne fédère pas et n’apporte aucune réponse aux problèmes actuels des français. Il fait de plus en plus du Le pen, il critique, c’est tout. Lorsque Macron s’exprime sur des sujets de société qui concernent le pays, il critique, à mes yeux il ne fait que cela. Il devrait déjà proposer des solutions, établir les prémices d’un programme solide et bien défini, s’entourer de personnes qui le soutiennent et qui apportent eux aussi des arguments. Je le trouve fade, sans réelle foi dans la position qu’il espère; Il devra vraiment changer s’il veut que les français votent pour lui et surtout mouiller la chemise. Enfin c’est mon opinion et je peux me tromper.

      J'aime

  8. drazig dit :

    Homme…ou Femme providentielle?
    Nous avons eu Jeanne d’Arc. A toi Marion…

    J'aime

    • Timéli dit :

      J’aurais tendance à abonder dans votre sens. Son intelligence tactique et politique est tout à fait remarquable (pour le moment, du moins…). Réunifier les différentes droites est son pari ambitieux mais pas irréalisable puisqu’il n’ y a personne d’autre en vue pour le faire…

      J'aime

  9. Infraniouzes dit :

    Votre programme, vos souhaits pour la future France ne sont pas sans sans intérêts mais suppose une chose: que le candidat élu, pour appliquer sincèrement son programme, ait toutes les bonnes cartes en main. Ce qui relève d’un calcul de probabilité difficile et au résultat incertain. Pour faire les réformes que vous appelez, à juste titre, il faudra faire tellement de mécontents parmi ceux qui, bien en place et souvent inamovibles, contrôlent la France que la durée au pouvoir d’un homme politique sera limité à rien du tout. Vouloir réformer, avec consentement, la Sécurité sociale, l’Education nationale, la SNCF, les diverses institutions qui pèsent sur les finances de la nation etc. relève des travaux d’Hercule ou du calvaire de Sysyphe.
    Seul un coup d’état par des gens éclairés et désintéressés pourra mettre fin à la République socialiste soviétique française. Mais je sais que ce mot vous fait horreur. Bientôt on aura plus que les yeux pour pleurer.

    J'aime

  10. Sganarelle dit :

    Si on n’applaudit pas à tout instant la république et ses » valeurs soit on est taxé de fasciste ou moqué soit on est méprisé comme un  » doux illuminé » . Je pense être ni l’un ni l’autre et si je suis royaliste on peut ajouter  » de regret ».
    Rien n’était plus facile qu’aujourd’hui sous l’ancien régime mais on ne peut nier alors la grandeur et le rayonnement du pays comme on ne peut nier de nos jours la diférence des mentalités et de style de vie dans les pays européens qui ont su garder leur monarchie comme un emblême.
    Les hommes sont tous les mêmes partout et dans toutes les époques avec les mêmes pulsions et les mêmes besoins.. dont celui de transcendance qui les touche tous sans distinction. Libre à vous de réduire la religion à une superstition ou le faste d’un monarque à un hochet pour midinette attardée mais il subsiste dans chaque être humain ce besoin de croire d’aimer d’admirer ou de rêver quelque chose qui nous dépasse et ce n’est pas monsieur Tandonnet qui demande à un président les qualités d’un roi qui me dira le contraire.
    Or un président de la république en France ne représente pas le pays, c’est un chef de parti qui impose sa loi et ne reflète en rien l’image de notre pays.

    J'aime

    • E. Marquet dit :

      Sganarelle,
      Vous avez tout à fait le droit d’être royaliste, et de vouer une admiration à Jean d’Orléans, nouveau Dauphin de France, depuis le décès du Comte de Clermont. La maison d’Orléans actuelle descend tout de mème du régicide Philippe d’O dit Philippe Egalité, qui a contribué à faire occire Louis XVI, le Bourbon, pas très classe !
      Vous avez le droit d’admirer les Cours Européennes actuelles, mais que dire des turpitudes de leurs membres !
      Vous pouvez rêver de la grandeur et du rayonnement du pays sous la monarchie, mais à quel prix parfois pour les « sujets » de Sa Majesté.
      Par contre, je ne comprends pas le mélange que vous faites avec la transcendance, et que vous avanciez que « je réduis la religion à une superstition ». Il n’y a aucun argument dans ma précédente réponse qui fait la moindre allusion à la cérémonie religieuse, si ce n’est une référence au week-end de la Pentecôte. Pour mémoire tout de mème, il faut se rappeler que le Roi Henri VIII voulant annuler son mariage d’avec Catherine d’ Aragon, et le Pape Clément VII refusant, il a tout bonnement rompu avec la papauté, et s’est fait reconnaître comme chef de l’Eglise. Ainsi, il a pu divorcer et se remarier à sa guise. En même temps, on supprimait les droits financiers versés à l’Eglise. C’était tout bénef. Pas très catholique tout çà ! Et pas très digne d’admiration.
      Enfin, pensez ce que vous voulez du Prèsident de la République qui n’a pas eu ma voix mais dont je respecte la fonction, et réjouissez-vous, car il est semble-t-il aujourd’hui le grand ami du Vicomte du Puy du Fou, qui le pense habité du corps du Roi.
      Alors, « Vive le Roi, et à bas la «bique » , ce qu’à la suite d’un malicieux grand-oncle, répétait ma chère maman dans sa tendre enfance il y a un siècle, le mot de République étant trop dur à prononcer.

      J'aime

  11. Colibri dit :

    Le Sauveur providentiel, l’Homme (ou la Femme) d’Etat idéal devra être capable aussi d’avoir avec lui un bon milliers d’hommes et de femmes honnêtes, dévoués prêts à s’engager auprès de lui. Qu’il devra savoir fédérer autour de lui pour un projet collectif, universel,entraînant, exaltant.

    J'aime

    • Colibri, pas de sauveur providentiel (rêve, séduction, propagande), c’est d’hommes d’Etat que la France a besoin (décideur).
      MT

      J'aime

    • astrojournal dit :

      Mais de quel état parlez-vous ? Il n’y a plus d’état, qu’un état fantoche. C’est pourquoi nous avons un président de la république qui est un acteur de théâtre. Il jour un rôle avec son épouse qui est aussi son professeur.

      J'aime

    • Colibri dit :

      Ou de femmes d’état.

      J'aime

  12. E. Marquet dit :

    Votre Être d’exception n’existe pas. Il faudrait en face un Peuple d’exception qui n’existe pas non plus.
    Il ne nous faut que des hommes et des femmes qui sèment ce qu’ils ne verront pas pousser, plantent des arbres qui donneront de l’ombre à leurs descendants, et qui acceptent de n’être plus là quand viendra le temps de la récolte.
    Il y en a sûrement.

    Aimé par 2 personnes

    • Colibri dit :

      Il se dit que la forêt de la Grésigne dans le Tarn, proche de la forêt de Sivens, a été plantée en chênes par Colbert qui voulait que la France devienne la première puissance maritime du monde. Un chêne: 150 ans pour venir, 150 pour grossir, 150 ans pour mourir. Qui aujourd’hui se projette à 150 à venir?

      J'aime

    • E Marquet, je sais, pas pour l’instant…
      MT

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      Colibri, c’était une métaphore !

      Aimé par 1 personne

  13. Mildred dit :

    « Face à l’apocalypse qui vient » – les seuls mots de cet article correspondant à notre réalité présente – croyez-vous qu’il soit raisonnable de rêver des rêves auxquels vous ne croyez pas vous-même ? Car ce faisant, loin d’atténuer l’angoisse qui se propage, vous l’exacerbez, puisque vous constatez que la solution que vous entrevoyez, finalement, n’existe pas.

    Aimé par 2 personnes

  14. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Les critères d’embauche en court CCD d’un(e) futur(e) Président(e) de la République Française que vous suggérez sont en effet ceux d’un(e) candidat(e) idéal(e), je crains qu’ils ne soient utopistes tant nos leaders politiques actuels sont bien éloignés de ceux-ci. Pour ne prendre que l’exemple actuel au sein de LR, ce n’est surement pas le cynique et le menteur L. Wauquiez qui peut prétendre cocher la moindre case de sélection, même constat pour les « seconds couteaux » qui manipulent toutes et tous à longueur d’interview le « Je » et les références enjolivées pour ne pas dire travesties de leur passé ministériel où ils et elles ont plutôt briller par leur médiocrité, leur servilité et leur zèle que par leurs actions qu’ils et qu’elles revisitent à l’envie.
    Je ne suis même pas sûr que le personnage providentiel que nous espérons tous soit né à ce jour.
    Nous allons donc devoir attendre et encore attendre que les prétendant(e)s actuels se lassent ou se fassent exclure au gré des élections mais le temps risque d’être bien long et pendant ce temps la France plonge vers le chaos….Tiens, je viens d’entendre un journaliste annoncer dès maintenant que N. Maduro serait réélu Président du Venezuela comme quoi, même avec des « sujets » que l’on a ruinés et affamés on peut encore prétendre à la magistrature suprême ! Sûr que cela va donner des idées à nos « politocards » !

    J'aime

  15. Philippe Dubois dit :

    Bonsoir Maxime

    Je suis d’accord avec votre billet à deux choses près

    – un détail d’abord : les républicains ni socialistes ni extrémistes : si vous entendez par là le parti nommé LR, par là je n’entends pas grand chose comme disait Pierre Dac

    – ensuite et primordial à mes yeux : vous écrivez : « [il] privilégiera quelques réformes réalistes, modestes et néanmoins déterminantes »
    Quel bel oxymore ! Pour être réalistes et déterminantes, ces réformes doivent être gigantesques, compte tenu dans l’état pitoyable dans lequel se trouve la France et la pente descendante qui est celle que suit notre pays, grâce à tous les nuisibles qui se sont succédé au pouvoir depuis 44 ans.
    Il ne s’agit pas de faire comme jupinet, qui, dans une maison dont les fondations et les murs sont fissurés, le toit percé et la charpente bouffée par les termites, repeint les volets en vert fluo :
    C’est sûr, ça se voit et ça fait jaser dans les médias serviles :donc pour la com, cela suffit

    Et en même temps, comme dirait l’autre, il brade nos chantiers navals militaires à l’Italien Fincantieri
    http://eric-verhaeghe.entreprise.news/2018/05/16/ci-git-naval-group-victime-de-lideologie-du-big-is-beautiful/
    En attendant de pouvoir brader le reste à Mme Merkel
    (Et je n’entends personne sur ce sujet)

    Je vais encore me répéter, mais ces réformes ne pourront être entreprises qu’après avoir mis le conseil constitutionnel, le conseil d’état et une partie de la cour de cassation hors d’état de nuire, i.e. de tordre le droit dans tous les sens pour retoquer une loi ou un décret qui irait à l’encontre de leur idéologie.
    Il faudra peut-être en passer par un référendum, puisqu’il me semble que cela nécessite une modification de la constitution.

    J'aime

  16. astrojournal dit :

    Maîtrise de la frontière ? impossible tant que nous serons dans l’UE et dans les accords de schengen.Le problème est pourtant simple à régler. Plus l’UE sera fédérale et moins notre chef de l’état aura de pouvoir. L’image, l’on s’en fout. Ce sont les pouvoirs effectifs qui comptent.
    Cela fait déjà 3 présidents qui sont élus sur une image, de beaux discours. Mais ils ne font qu’appliquer, après leur élection, les directives de Bruxelles. Cela ne vous suffit pas ?

    J'aime

  17. Sganarelle dit :

    Monsieur Tandonnet je pense au risque de me faire censurer que vous avez des espérances pour notre pays qui n’ont rien à voir avec la république. Vous cherchez l’homme qui s’efface devant sa charge qui ne travaille que pour son pays et son peuple même au détriment de ses ambitions .. Seriez-vous monarchiste ?
    Quand on voit les français collés à leur TV pour regarder les fastes d’un mariage royal chez les autres on peut se poser des questions . Aurions-nous malgré la propagande une certaine nostalgie d’un passé pas si lointain? Parce que nous n’avons pas su moderniser un régime à bout de souffle nous avons jeté le bébé avec l’eau du bain. Or nous avons besoin d’unité nous avons besoin de rêver et ce n’est pas un président intermittent chef de partis qui se déchirent qui peut remplir ces fonctions.
    On parle à tous bouts de champs de république avant de parler de la France et monsieur Mélanchon nous dit que nous avons la chance d’être des citoyens plutôt que des sujets, mais quand je vois un peuple enthousiaste et joyeux réuni pour acclamer ce qui représente leur continuité je me pose quelques questions .

    J'aime

    • Sganarelle, franchement, pourquoi « vous faire censurer »?
      MT

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      A Sganarelle,
      Je ne voudrais pas gâcher votre rêve. Vous avez tout à fait le droit d’être « Point de Vue et Images ».
      Mais croyez-vous sincèrement que nos Monarques avaient toutes les qualités que vous semblez leur prêter. L’Histoire au long des siècles ne nous donne pas vraiment ce sentiment.
      Quant aux Français collés à leur TV, et «au peuple enthousiaste et joyeux réuni pour acclamer etc… », vous achetez ce que nous survendent les médias trop heureux d’avoir qq chose à se mettre sous la dent en ce week-end de Pentecôte. Vous êtes bon public.
      Enfin, je préfère de beaucoup être un citoyen aujourd’hui, qu’un sujet autrefois. Il n’y a pas besoin d’être mélanchoniste pour le penser !
      Ceci n’est pas une censure, mais une simple opinion.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s