Discussion politique

J’ai eu récemment un long échange téléphonique avec une personnalité politique du camp des républicains. Mon compte-rendu, reconstitué de mémoire, en est strictement authentique, je le certifie sur l’honneur. Il est important car il témoigne de la difficulté des jours à venir.

  • Mon cher,  que pensez-vous de la situation générale?
  • Elle est dramatique. Nous avons un pouvoir politique qui ne cesse de fuir dans l’illusion et les manipulations, jouant sur l’effet d’abrutissement d’un pays qui ne croit plus en rien et qui fait naufrage.
  • C’est-à-dire?
  • Vous le savez comme moi: la situation catastrophique des banlieues, dont plus personne ne parle, le chômage de masse, la pauvreté, l’endettement public, l’explosion du communautarisme islamiste, le terrorisme, 250 morts en France sur trois ans, la crise migratoire, l’effondrement général du niveau  scolaire… Tout n’est plus que gesticulation, polémique et mensonge pour faire croire au mouvement alors que la politique du pays s’enfonce dans les pires travers qui l’ont entraîné là où il est, laxisme financier, écrasement fiscal, négation  de l’Etat de droit, renoncement face à la violence.
  • Vous êtes un peu pessimiste…Les gens attendent autre chose que du pessimisme.
  • Qualifier de pessimisme ce qui n’est que réalisme, simple constat factuel, est la quintessence de la bêtise moderne. Un peu comme la masse et les élites qui ne voulaient rien voir entre 1933 et 1940, bref, le troupeau bêlant.
  • Vous proposez quoi au fond?
  • Je suis pour une révolution de l’intelligence politique. Il faut dénoncer l’effondrement intellectuel de la France, à travers le culte de la personnalité, le culte du chef,  l’effondrement de la culture politique dans l’émotionnel, d’amour ou de haine, qui se développe sur le terreau de la bêtise politique et qui interdit la réflexion et les débats de fond.
  • Les Français ont toujours eu besoin d’un chef pour les guider. Il n’y a pas qu’au Front national ou chez LREM que le chef incarne l’avenir. Nous aussi devons nous donner un chef. Le besoin d’un chef à aimer, à adorer et auquel obéir est partout, au coeur de toute vie politique aujourd’hui comme hier.
  • Les Français ne sont pas aussi cons que vous ne semblez le penser.
  • Ce n’est pas ce que je dis, mais je vois bien les militants au quotidien, il veulent un leader, un chef à aimer, à applaudir, à aduler, auquel confier leur destin, c’est ce qu’ils attendent de nous. Il en a toujours été ainsi.
  • Les militants ne sont pas la France.
  • Qu’est-ce que vous proposez?
  • Je propose qu’on arrête de se ridiculiser en pensant tout le temps en termes du prochain président de la République. Organisez la politique autour du débat d’idées et du projet d’avenir, c’est la seule chose qui doit compter aujourd’hui!
  • Du débat d’idées, il en faudrait! Mais ce n’est pas là que les choses se jouent. Vous n’empêcherez pas que toute la vie politique  est de fait en train de s’organiser autour de la prochaine élection présidentielle! Il y aura le Pen et Macron en 2022. A nous aussi de trouver notre chef pour proposer une alternative. C’est le chef qui compte. Et chez nous, des écuries sont en train de se constituer en vue des prochaines échéances autour des chefs, chacun est en train de choisir son camp! Il y a déjà les écuries P…, W…, R…, B… C… Tout le monde choisit son camp. Une lutte titanesque se prépare. C’est la vie que voulez-vous.
  • Même C se prépare…?
  • Ben oui, lui aussi, qu’est-ce que vous croyez?
  • Mais enfin, il faut se projeter dans 4 ans! Il y aura une gigantesque rejet  du pays envers le culte narcissique de la personnalité et l’idée de chef providentiel. Les Français seront au fond du gouffre. Ils demanderont autre chose qu’un chef providentiel. Ou alors ils préféreront l’original à la copie! On ne peut pas jouer en permanence sur l’indifférence, l’apathie, la perte de l’intelligence politique. Il y a des limites à ce qu’un pays peut supporter! Et puis, si l’on en revient, en 2022 à une nouvelle bataille de pitres vaniteux, ce sont quoi qu’il arrive,  les médias et les juges  qui choisiront leur champion, comme en 2017! Vous vous ferez niquer une fois de plus. Et le dégoût des Français atteindra de nouveaux sommets.
  • Mais ce sont les institutions qui reposent sur l’idée du chef et qui veulent cela!
  • Si les institutions entraînent la France à l’abîme, il faut les changer, sauf à vouloir marcher à l’abattoir comme un troupeau de moutons.  D’ailleurs, les institutions ont été trahies, dévoyées, bafouées, empoisonnées, tout ceci n’a plus rien à voir ni avec la Ve République, ni même avec l’idée de République d’ailleurs, res publica, la chose publique, l’intérêt général. Nous n’avons qu’une chose à faire pour l’instant: repenser collectivement les fondements mêmes de la politique française.
  • Mais il y a quand même eu de Gaulle!
  • Tout individu osant se prendre pour le Général, aujourd’hui, où espérant l’imiter d’une manière ou d’une autre, est mûr pour l’hôpital psychiatrique et la camisole de force. Je le dis comme je le pense.
  • Et puis, le débat d’idées est secondaire en politique moderne. Quant au mot « collectif », il est devenu maudit, il les révulse, ils en ont horreur. La politique est devenue une affaire de leader charismatique, d’image et de spectacle. Et c’est le meilleur qui gagne.  Le mot collectif leur donne la nausée à tous. Tous n’ont pas le moindre doute d’être le meilleur. Ils sont chacun dans son coin à préparer son accession inéluctable à l’Elysée. Que voulez-vous que je vous dise?
  • Au fond, nous sommes dans le système Badinguet.
  • Badinguet?
  • Oui, Louis-Napoléon Bonaparte, Napoléon-le-petit. Et je pense aussi à bien pire dans l’histoire.
  • Je vous ai compris.
  • Au fond, la France, tout le monde s’en fout.
  • Pourquoi me dites-vous cela à moi et sur ce ton? Je sais que vous avez raison…

Maxime TANDONNET

 

 

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

52 commentaires pour Discussion politique

  1. drazig dit :

    « Les Français ne sont pas aussi cons… »
    Pour accepter docilement les impôts les plus élevés du monde sans savoir « où ça passe » car on s’interdit toute clarification, pour se glorifier d’un secteur public pléthorique (65% du PIB), pour se doter d’une classe politique sclérosé type « touches pas à mes avantages » (par exemple la réforme-bidon du Sénat), pour ouvrir les portes « à toutes les misères du monde » tout en évitant soigneusement d’en évaluer le coût, la France se suicide, pour disparaitre. Et pendant ce temps les disputes battent leur plein entre des politiciens qui devraient s’unir pour combattre ce déclin; mais c’est trop demandé: restons dans notre médiocrité ou même notre idiotie.

    J'aime

  2. Frederic_N dit :

    « Tout n’est plus que gesticulation, polémique et mensonge pour faire croire au mouvement alors que la politique du pays s’enfonce dans les pires travers qui l’ont entraîné là où il est, laxisme financier, écrasement fiscal, négation de l’Etat de droit, renoncement face à la violence ».

    Quand donc comprendrez vous que ces formulations vous interdisent tout dialogue, puisque vous réduisez forcément vos interlocuteurs soit à des cyniques (c’est le cas dans votre post) soit à des naïfs. Car bien sûr vous avez les faits avec vous

    Mais sauf à rejeter la logique, vous devez bien constater qu’un seul FAIT suffit à réfuter votre position. Alors le voici : la semaine dernière les ministres allemand et français ont conclu une année de travail ( lancée dès l’arrivée de Macron) par une feuille de route pour construire un couple avion drône militaires de nouvelle génération. Evidemment les médias ont fait silence sur ce fait pourtant essentiel , car cela ne fait pas vendre, les gens adorent la sinistrose

    Mais cela montre que Macron vient d’obtenir un engagement concret de l’Allemagne pour une défense européenne, alors que depuis 50 ans, elle se repliait sous le parapluie américain. N’est ce pas là un vrai résultat ? . N’est pas là aller dans le sens de l’intérêt général? N’est ce pas anticiper sur les menaces du XXIème siecle ?

    A moins bien sûr que cela ne soit que gesticulation, mensonge comédie montée par et pour les médias avec la ferme intention de faire le contraire. Sans doute Macron est il un agent caché qui travaille pour l’industrie aéronautique américaine

    A moins bien sûr que ce ne soit le n + 1 ème complot des élites contre la souveraineté française qui effectivement va diminuer. Car il est bien connu que la France toute seule est capable de résister aux menaces du XXIème siècle… c’est Le Pen, Dupont Aignan et Asselineau et même Mélenchon qui nous l’expliquent .

    Sincèrement Maxime, c’est quoi l’intérêt général d’après vous ?

    J'aime

    • Fredericn, vous redites toujours la même chose. A quoi ça sert? Vous êtes content, vous êtes satisfait, vous êtes plein d’allégresse, un couple avion drone franco allemand, grâce à un merveilleux président de la République et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Que voulez-vous que je vous dise? Bravo! Continuez!
      MT

      J'aime

  3. François Martin dit :

    Attention, contraste violent avec la situation actuelle…

    « Ce qui, pour les pouvoirs publics, est désormais primordial, c’est leur efficacité et leur continuité. Nous vivons en un temps où des forces gigantesques sont en train de transformer le monde. Sous peine de devenir un peuple périmé et dédaigné, il nous faut, dans les domaines scientifiques, économique, social, évoluer rapidement. D’ailleurs à cet impératif répondent le goût du progrès et la passion des réussites techniques qui se font jour parmi les Français et, d’abord, dans notre jeunesse. Il y a là des faits qui dominent notre existence nationale et doivent, par conséquent, commander nos institutions. »
    Charles de Gaulle, Président du Conseil, présentant la Constitution le 4 septembre 1958

    J'aime

  4. Anonyme dit :

    Bonjour M Tandonnet,
    Quelle horreur !
    Un combat titanesque ? Comment serait-ce possible chez ces lilliputiens ? Par ailleurs s’il apparaissait un « De Gaulle » ne serait-il pas aussitôt attendu au » tournaire » ?

    J'aime

    • Anonyme (dommage), oui c’est un vrai sujet auquel je pense souvent, un de Gaulle, aujourd’hui, aurait-il une chance de sortir du lot? Non, pas plus d’ailleurs qu’un Poincaré ou un Mitterrand.
      MT

      J'aime

  5. François Martin dit :

    L’état d’esprit de ce responsable est affligeant. Sommes nous encore en démocratie? mais la vraie question est: sommes-nous encore dignes de l’être?
    En revanche vous êtes dur avec Napoléon III. Cela s’est mal terminé, mais il a réalisé beaucoup de choses en France, et il était bien au-dessus de la caricature hugolienne. Ce n’est pas pour rien que Philippe Séguin lui a consacré une biographie. Vous l’avez sûrement lue?

    J'aime

    • François Martin, c’est un vrai sujet: je ne partage pas du tout la bienveillance de Séguin envers LNB. Sa responsabilité dans la guerre de 1870, LNB lançant la France dans une guerre pour laquelle elle n’est pas préparée, alors qu’il la dirige depuis 20 ans, est dramatique. Pensons à tout ce qui découle de cette défaite: la perte de l’Alsace-Lorraine, la guerre de 14-18, les régimes totalitaires, la guerre de 39-45, etc. Sa responsabilité historique est colossale. Non, c’est un personnage que je n’apprécie vraiment pas.
      MT

      J'aime

    • Vu du Mont dit :

      Napoléon III, malade de ses calculs, n’a pas su résister à son parlement, il a mené son pays à la catastrophe alors que la dépêche d’EMS avait été tronquée par Bismarck. Par gloriole, on n’a pas toute sa tête quand on est malade, on prend des décisions malencontreuses. Et on connaît les suites de la défaite de 1870: deux guerres suivent qui ont modelé le paysage politique du monde d’aujourd’hui.

      J'aime

  6. Bernderoan dit :

    En effet, tout cela est bien triste, mais me semble aller dans le sens de l’Histoire. Je l’ai déjà écrit sur ce blog.
    Les déclins de tous les empires ont les mêmes causes et produisent les mêmes effets, et je crois que l’on peut considérer l’Europe comme un empire.
    Toutes les caractéristiques du déclin (avancé), que vous énoncez, sont là et sanctionnent notre civilisation. Lamentations, jérémiades, prières, suppliques, n’y feront rien. Ce n’est pas la fin du monde mais la fin de notre monde. Un autre viendra.
    Vous incriminez les politiques, d’accord. Mais regardez le peuple, issu de l’abondance, avec ses jeux du cirque, le laisser-aller, la luxure, la cupidité, la violence (de tous ordres) etc… Patriotisme, devoir, morale, cela parle à bien peu.
    L’homothétie entre le peuple et les politiques est flagrante et fondamentalement logique au regard de la chute des empires, qui ne font que suivre le cycle des saisons.

    J'aime

    • Bernderoan, je n’incrimine pas les politiques en tant que tels, mais un ensemble, élus, médias, hauts fonctionnaires, juges, et peuple lui-même d’ailleurs…
      MT

      J'aime

  7. Gérard dit :

    Et il dit quoi ce courageux-anonyme sur les chefs tant adorés et tant aimés qui tournent le dos à leur électorat pour aller se faire du fric, l’un dans une banque d’affaires l’autre dans une société d’investissement….

    J'aime

  8. Hurluberlu dit :

    Il y a 225 ans, la monarchie était renversée . . . et la bourgeoisie prenait le pouvoir , mais sans renoncer aux codes de l’aristocratie pourchassée de toute part ! Ce grand changement impliquait de la part des nouveaux dirigeants une nouvelle culture, de nouveaux codes sociaux et éthiques. La façade avait changé, mais pas le contenu . . . d’où des retards dans la modernisation et l’industrialisation du pays, tout cela mis en évidence lors du conflit 1914-18. Nos élites politiques sont engluées par une culture du passé inadaptée au monde actuel.

    J'aime

    • Gérard dit :

      à Hurluberlu,
       » Nos élites politiques sont engluées par une culture du passé inadaptée au monde actuel. » permettez moi de rajouter…ainsi que nos fonctionnaires

      J'aime

  9. xavierwiik dit :

    Bonsoir Maxime,

    Qu’il est triste de vous lire tant j’imagine sans mal que votre interlocuteur espère devenir ministre en 2022, voire plus, sans d’ailleurs avoir de périmètre ministériel en tête, « aimer est le grand point, qu’importe la maîtresse, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ». Encore faudrait-il qu’il lise Musset dans sa jeunesse pour s’en rendre compte.

    La question est en effet de savoir comment réussir à faire émerger un projet avant de chercher qui pourrait le porter. Mais ce parti, pour lequel je n’ai toujours pas renouvelé mon adhésion tourne en rond. Aucune claque électorale, si évidente soit-elle, n’est considérée comme un signal d’alarme. L’élection de Laurent Wauquiez est un drame en cela qu’il a composé un état-major opaque. Geoffroy Didier a qui je ne dénie pas une intelligence certaine, avait pourtant déclaré être candidat à la primaire pour obtenir un maroquin. Est-ce une motivation acceptable, la politique ce n’est pas un télé crochet ! L’omniprésence de Guillaume Peletier ne suffit pas à faire oublier son passé, d’autant que ses propos, parfois, manquent d’humilité. Quant à Mme Morano, elle ne peut décemment pas être conseillère politique du président de LR. Quand on se revendique gaulliste pour masquer ses insuffisances, quand perd les législatives mais qu’on est recasée aux européennes et que pendant tout ce temps aucune idée concrète, juridiquement assurée, ne vient de soi, il faut en tirer les conséquences.
    Seul lueur d’espoir, la présence du député Julien Aubert. Outre une belle intelligence, une arrivée en politique acquise « à la force du poignet », il dispose d’une véritable colonne vertébrale idéologique. Son scepticisme vis à vis de l’Europe technocratique et oligarchique s’appuie sur une analyse étayée.
    Mais qui réfléchit aujourd’hui à droite ? Qui propose ? Qui engage une véritable révolution dans le fonctionnement même du parti ? Car c’est par cela qu’il faudrait commencer. Changer la communication interne, organiser la communication externe et surtout organiser le débat interne sérieusement. Il est ridicule de sortir une idée nouvelle par interview dans les médias, souvent fuit de l’émotion et qui ne passerai pas le filtre du conseil constitutionnel.
    Hier un député condamnait l’attaque de Munster. Quel parlementaire s’en réjouirait ? Et c’est ainsi qu’il pense faire de la politique et servir son pays. Combien sont ils comme lui ?

    La Ve République après plus de 20 modifications constitutionnelles n’est plu il est temps qu’un parti réfléchisse sérieusement à rédiger la constitution de la 6e pour éviter qu’un jour, un illuminé d’extrême gauche ne la fasse écrire par des profanes guidés par une idéologie à la mélodie anarchiste.

    Je crains que le culte narcissique ait encore de beaux jours devant lui ….

    Bien à vous,

    J'aime

    • Gérard dit :

      à Xavierwiik,
      Julien Aubert….un personnage au comportement ignoble, condamné par les Prud’hommes en 2017
      Extrait.
       » Le conseil des prud’hommes a rendu, hier matin sa décision de référé dans l’affaire opposant le député Les Républicains, Julien Aubert, à son ancienne assistante parlementaire, Brigitte Ranc-Reulet.
      La juridiction a ainsi débouté le parlementaire de ses demandes et l’a condamné à remettre les documents Pôle Emploi à son ex-salariée. M. Aubert dispose, ainsi, d’un délai de 15 jours à compter de la date de signification du jugement pour s’exécuter. En cas de refus, il s’expose à une astreinte de 30€ par jour et par document. Le conseil des prud’hommes l’a également condamné à payer les frais de justice et à rembourser les frais de procédure à la requérante au titre de l’article 700. « 

      J'aime

    • Gérard, il y a quelque chose d’un peu malsain, nauséeux dans vos commentaires, par delà les divergences d’idées que je respecte, vous vous faites un peu, dans celui-ci et les 2 précédents, le mouchard ou le fayot de service et vous ne donnez pas envie de vous rencontrer ni de vous connaître.
      MT

      J'aime

    • xavierwiik dit :

      Cher Gérard,
      Je ne sais pas si vous avez un lien particulier ou des antécédents avec M. Aubert, toutefois un conflit entre employeur et employée ne peut, à mon sens et je ne cherche pas à convaincre, remettre en question le bien que je pense de ce parlementaire. Nul n’est parfait et la justice prudhommale présente suffisamment d’imperfection pour le juriste que je suis, pour que les décisions qu’elle rend ne soient pas suffisantes pour qualifier une personne comme vous l’avez fait. Pour autant, je ne vous conteste pas le droit de le faire, ni de penser ce qui vous chante de qui que ce soit. Je constate et soutiens que Julien Aubert a une ligne politique, fondée sur des convictions, que je partage sur l’Europe au sens de la construction institutionnelle.
      Bien à vous,

      J'aime

    • Xavierwiik, entièrement d’accord.
      MT

      J'aime

    • Gérard dit :

      Vous avez raison Maxime, j’ai tendance à appuyer là où ça fait mal.

      J'aime

  10. michel43 dit :

    votre Amis ,me fait sourire ,,,a LR ,nous avons un chef et a ce jours c » est lui le PATRON ,quand au autre prétendant , les gens de droite s » en foute ,a lui de faire de bonne propositions ,et de voir si ,il y a des alliances ,pour reprendre le pouvoir ,je suis pour une alliance des droites , avec un vrais programme ,cars seul ,nous ne pouvons gagner ,les temps change ,les mentalité avec , donc attendons ,encore quelque années ,

    J'aime

  11. geo76500 dit :

    Bonjour,
    discussion intéressante mais qui me semble bien pessimiste
    hé oui la réalité est bien triste…en attendant je ne vois pas beaucoup de mouvement chez LR…
    merci pour cette transmission

    J'aime

  12. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Éclairant et attristant. Badinguet a pourtant bien servi son pays (du moins jusque vers 1860-1865). S’il n’y avait pas eu le triste épisode de l’expédition du Mexique (seule la Légion en a tiré bénéfice) et la réponse imbécile à la dépêche d’Ems, il serait resté dans l’Histoire d’une bien meilleure manière.

    Bonne journée

    J'aime

    • H, il me semble que Badinguet porte une responsabilité historique gigantesque (voir ma réponse à François Martin), je sais que cela peut surprendre pour un homme supposé « de droite », mais c’est un personnage que je n’aime pas du tout.
      MT

      J'aime

  13. Citoyen dit :

    « – Les Français ont toujours eu besoin d’un chef pour les guider. Il n’y a pas qu’au Front national ou chez LREM que le chef incarne l’avenir. Nous aussi devons nous donner un chef. Le besoin d’un chef à aimer, à adorer et auquel obéir est partout, au coeur de toute vie politique aujourd’hui comme hier.
    – Les Français ne sont pas aussi cons que vous ne semblez le penser. »

    Ha,ha ! Bravo Maxime, cela résume le tout, en une seule phrase …
    Cela dit, votre interlocuteur raisonne uniquement en termes de parti politique. Et dans un parti, il faut bien qu’à un moment donné se dégage un « chef » pour représenter l’ensemble, sinon c’est le foutoir. Mais, dans le même temps, un parti ne représente qu’une frange infinitésimale de la population … et c’est toute la difficulté … un parti n’étant plus qu’une machine organisée, avec pour fonction de gagner des élections ….
    En fait, les pseudo-chefs sont les victimes consentantes d’un système médiatique qui les intronise, en faisant d’eux des partenaires de leur business … Chacun tirant profit de l’autre …
    Ce qui, in fine, est le seul objectif …

    J'aime

  14. Fredi M. dit :

    Au fond, la France, tout le monde s’en fout.
    Voilà. Parfaitement résumé !

    J'aime

  15. Ping : Discussion politique | Boycott

  16. Je fais le même constat de l’état catastrophique de la France mais je crains qu’il ne soit pas seulement attribuable à un système politique pernicieux. C’est bien plus profond et sans doute lié à des fondamentaux sociologiques.

    J'aime

  17. Lecteur attentif dit :

    Cher Maxime,
    Votre billet donne froid dans le dos…
    Comme votre interlocuteur n’était certainement pas un simple « second couteau », ses arguments et soucis ont des allures de requiem : la Res Publica devient le chien crevé au fil de l’eau, soumis aux vaguelettes des sondages et aux tourbillons de la médiacratie. Un siphonage de l’action politique par le maelström de la communication et de l’intérêt personnel.
    Rien ne peut m’empêcher de penser que seul un évènement d’une grande violence sera ( peut-être) l’occasion d’une reconstruction et d’une reprise en mains de nos destinées; comme je ne crois guère aux velléités de révolte d’une population exaspérée mais anesthésiée et désarmée par une justice à sens unique, reste le conflit extérieur. Doit-on pour autant se féliciter d’en voir les éléments se mettre en place dans le monde?
    Quelle vision désespérée !!!!….

    J'aime

  18. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Si j’ai bien compris, cela confirme que l’élection de L. Wauquiez n’a rien réglé à LR, personnage trop clivant et trop dans la préparation anticipée et affichée à la prochaine présidentielle. Nous sommes toujours bel et bien en présence de la droite la plus bête du monde, concentrée sur ses combats d’égos et incapable une nouvelle fois de se préparer efficacement au pouvoir. Tant pis pour eux !
    Comme vous le dites, il est probable qu’en 2022 si rien ne change avant, ce seront une nouvelle fois les médias et les juges qui sélectionneront le prochain Président.
    D’ici là, je ne suis pas certain que le pouvoir en place soit en capacité de poursuivre la casse et la destruction de notre République tant les sujets de mécontentement deviennent prégnants.
    Par ailleurs, la violence quasi générale actuelle dont les médias se font écho avec parcimonie (maintenant même en école primaire), le terrorisme islamiste et la décision idiote de G. Collomb concernant l’extension du regroupement familial vont finir par faire exploser pour de bon notre société et son calme apparent.
    Combien de temps les Français vont-ils devoir encore supporter que leurs Présidents (N. Sarkozy, F. Hollande et maintenant E. Macron) reçoivent avec les honneurs de la République pour des raisons parfaitement amorales des tyrans, des sanguinaires, des responsables de génocides ? le prince héritier de l’Arabie Saoudite : Mohamed Ben Salmane va-t-il lui aussi quitter la France avec sa breloque honorifique (la même que celle remise au colonel A. Beltrame) comme en 2016 à Mohammed Ben Nayef, autre prince héritier Saoudien ? Même V. Poutine doit en rire !
    J’ai honte pour mon pays.

    J'aime

  19. Mildred dit :

    La seule chose dont je sois sûre, c’est qu’il eût fallu dire : Badinguet !

    J'aime

  20. ADB dit :

    Le récent rapprochement entre CNI, Dupont-Aignan et Poisson me semble une initiative non dénuée d’intérêt. C’est pour le moins à observer vers quoi cela tendra.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.