Qui est responsable?

Une étude a été menée par Marc Hecker, directeur des publications de l’Institut français des relations internationales (Ifri) et enseignant à Sciences Po. Il s’est penché sur les jugements de 137 personnes majeures condamnées en France dans des affaires de jihadisme entre 2004 et 2017.

Il ressort de cet échantillon que les radicalisés sont âgés de 26 ans en moyenne. On compte 131 hommes et six femmes. Dans 90% des cas, ces jihadistes sont nés dans des familles nombreuses ou très nombreuses, et fréquemment disloquées. 40% sont issus de quartiers défavorisés. Près de la moitié n’a aucun diplôme. Par ailleurs, les situations de chômage (36%) et d’emplois précaires (22%) sont majoritaires. 40% des individus étudiés avaient déjà été condamnés au moins une fois pour des faits de violences, vols, escroqueries, trafic de stupéfiants ou délits routiers. 69% des cas examinés sont français. 59% des personnes ont des parents originaires du Maghreb. Par ailleurs, on compte 74% de musulmans de naissance et un quart (26%) de convertis à l’islam.

L’étude n’a relevé, dans son échantillon, aucun cas de « loup solitaire ». Elle dépeint plutôt des hommes souvent guidés par une dynamique de groupe, via une fratrie ou des amis qui se connaissent parfois depuis les bancs de l’école. Et internet seul, selon l’étude, ne suffit pas à la radicalisation : il permet surtout les rencontres, la communication et la préparation d’actions. L’enquête montre des jeunes gens qui étaient plus instruits religieusement dans la première décennie des années 2000 que ces dernières années, même si « dans les groupes plus récents, il arrive qu’un individu se distingue par ses connaissances religieuses ».

Depuis trois ans,  la France est ensanglantée par une vague terroriste islamiste qui a fait 250 morts. Elle est d’assez loin, la nation européenne la plus touchée. Sans doute est-ce là, dans une relative apathie et un climat d’inconscience, le pire drame de l’histoire de France depuis la fin de la guerre d’Algérie. Tout ceci n’est pas tombé du ciel, n’est pas le fruit d’une quelconque fatalité. La capacité d’oubli, de déni du réel, de distraction et détournement des esprits – penser à autre chose – est vertigineuse.  Cette tragédie, nous le voyons bien, à des causes liées à un certain état de la société, donc elle est la conséquence de politiques ou  de non-politiques. Pour espérer en sortir, il faudra un jour, inéluctablement, poser la question des responsabilités.

Rien n’est plus stupide et délirant que d’accabler les seuls dirigeants actuels. La responsabilité, de toute évidence, est collective et de très long terme. Les gouvernants, à des degrés divers, qui se sont succédé à la tête du pays depuis plusieurs décennies, ont une part de responsabilité. Dans l’aveuglement, ils ont favorisé ou laisser faire des volumes de flux migratoires excédant les capacités d’accueil du pays, sans les politiques d’intégration nécessaires, et se traduisant par des phénomènes de chaos dans les cités de non droit qui sont la source du malaise présent. Les faiseurs d’opinion, et donneurs de leçons des médias, de la presse, des universités, ont sublimé pendant des décennies le communautarisme en ignorant les dangers de créer une société fragmentée – donc violente – et cultivé l’angélisme. Les partis politiques, de l’extrême gauche à l’extrême droite, ont aussi leur part de culpabilité: les uns cultivant le politiquement correct pour gagner les élections et fermant les yeux; les autres prônant, dans la plus grande hypocrisie, l’ouverture intégrale des frontières sans le moindre intérêt pour ses conséquences; ou encore diabolisant ces sujets par une surenchère de provocations haineuses à des fins électoralistes.

Comme toujours, ce sont les hommes et les femmes de la majorité silencieuse qui payent de leur sang et de celui de leurs enfants les aberrations, les lâchetés, les abandons de la France dite « d’en haut ». Il en est ainsi dans toutes les guerres.  Le mot responsabilité est devenu  maudit, tabou dans la France officielle. Il fait peur. Un jour, il faudra bien poser la question de la responsabilité.

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

65 commentaires pour Qui est responsable?

  1. IRIS dit :

    Sur RTL En 2015 Manuel Valls Premier ministre avait choisi de rendre public le nombre de personnes faisant l’objet d’une fiche « S » dans le pays. « Il y en avait 10 500.
    Le 21 avril 2017, les services de renseignement et de police ont identifié France 12.000 personnes.
    Samedi 31 mars 2018, G. Collomb reconnait qu’il y a 26 000 fichés S…
    Il serait peut-être temps que le gouvernement de Mac ron s’en occupe !
    Laurent wauquiez a rappelé qu’E Macron s’est opposé à la déchéance de nationalité, il a mis fin à l’État d’urgence, il a laissé son ministre de l’intérieur expliquer il y a quelques mois que le niveau de la menace terroriste avait baissé, il ne combat pas le communautarisme qui ronge notre pays.
    G .Collomb qui déclarait en novembre dernier voir la menace terroriste baisser. E. Macron qui considérait Daech vaincu. C. Castaner favorable à ce que les djihadistes français reviennent sur le sol français. C; Castaner, et Emmanuel Macron, qui « pour expliquer cette montée du terrorisme et de l’intégrisme mettent en avant l’excuse sociale, la désespérance sociale des personnes. Cet argument est inacceptable et irresponsable car il transforme les bourreaux en victimes.
    L’état des lieux étant fait il conviendrait d’agir « sans état d’âme ».

    J'aime

  2. anna FJK dit :

    Vous avez bien raison, mais quand dans le passé je vous ai reproché l’inactivité des années Sarkozy, vous m’avez répondu « Associations, CEDH, etc… »
    Il eut fallu taper du poing et quitter la CEDH, c’est tout ! On n’en serait pas là ! (et Sarko aurait été réélu par ceux qui sont parti alors vers le FN )

    J'aime

    • anna JFK, vu de l’intérieur, ce n’était pas aussi simple.
      MT

      J'aime

    • anna FJK dit :

      Je m’en doute, cher Maxime. Il y aurait eu des représailles (européennes, médiatiques, etc…). Mais l’unique question est : qu’est-ce qui apparaît le plus grave pour notre pays ? Ces représailles, ou la situation actuelle ?

      J'aime

  3. Gérard dit :

    Abderhamane, Martin, David
    Et si le ciel était vide
    Tant de processions, tant de têtes inclinées
    Tant de capuchons tant de peur souhaitées
    Tant de démagogues de Temples de Synagogues
    Tant de mains pressées, de prières empressées

    Abderhamane, Martin, David
    Et si le ciel était vide
    Il y a tant de torpeurs
    De musiques antalgiques
    Tant d’ante-douleurs dans ces jolis cantiques
    Il y a tant de questions et tant de mystères
    Tant de compassions et tant de revolvers

    Arour hachem, InchAllah
    Are Krishhna, Alléluia
    Abderhamane, Martin, David
    Et si le ciel était vide
    Si toutes les balles traçantes
    Toutes les armes de poing
    Toutes ces femmes ignorantes
    Ces enfants orphelins
    Si ces vies qui chavirent
    Ces yeux mouillés
    Ce n’était que le plaisir
    De zigouiller

    Et l’angélus
    Ding
    Qui résonne
    Et si en plus
    Ding
    Y’a personne

    Alain Souchon / Laurent Voulzy

    J'aime

    • choix fatidiques dit :

      Entendez-vous ainsi critiquer le relativisme de Souchon, qui met sur le même plan christianisme, islam et bouddhisme ?

      Dans ce cas, vous avez raison (puisque d’une part le christianisme et le bouddhisme ne sont pas l’islam, et que d’autre part la France est un pays chrétien).

      J'aime

    • Gérard, chanson mal écrite qui veut tout dire et son contraire. J’ai hésité à la passer après l’avoir ressentie comme portant des accents antisémites.
      MT

      J'aime

  4. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Dire que la majorité des radicalisés sont Français et sont jeunes parait une évidence, comme le fait de confirmer que ces crétins vivent majoritairement dans des quartiers défavorisés, n’ont aucun diplôme, sont donc au chômage ou dans des emplois précaires et ont déjà été condamnés pour des faits de violence, d’escroquerie, etc.
    Tout cela n’est que du bon sens et de l’observation et a déjà fait l’objet de nombreux rapports et ouvrages. Le seul intérêt de cette étude me parait être l’aspect statistique qui permet de relativiser toutes ces informations.
    Mais revenons plutôt à votre question du jour : Qui est responsable ?
    – Tout d’abord et pour essayer de revenir à l’origine de ces problèmes, je citerai le relâchement et la perte de nos valeurs essentielles principalement chez notre jeunesse depuis mai 1968, dont on peut aujourd’hui mesurer les résultats catastrophiques en matière d’éducation, de moralité, de conscience et de civisme. On ne dira jamais assez le mal engendré par cette période de l’histoire et de toutes ses conséquences dues au laxisme et à la lâcheté de nos dirigeants successifs.
    – Mais aussi : depuis la fin de la guerre d’Algérie, nous avons accueilli (quelquefois en allant les chercher dans leurs pays pour travailler dans nos usines) des centaines de milliers de musulmans souvent peu instruits mais travailleurs sans nous soucier un seul instant pendant des décennies de la manière dont ces personnes vivaient, pratiquaient et comment leur était enseigné en France leur religion. Nous avons « entassé » ces familles durant les années 60/70 dans des quartiers de nouvelles communes en périphérie de grandes agglomérations où, naturellement et par la force des choses, elles se sont communautarisées avec les conséquences inévitables notamment sur l’éducation puisque tous les enfants souvent de familles nombreuses parlant arabe chez eux, se retrouvaient dans les mêmes écoles et les mêmes classes avec un niveau scolaire de plus en plus faible et sans possibilité pour les enseignants d’avoir une quelconque autorité sur cette jeunesse. Ces écoles se sont petit à petit dépeuplées des enfants d’origine française car ces familles fuyaient dès qu’elles le pouvaient ces quartiers puis ces communes et par conséquent ces écoles.
    – Certains maires de ces communes, principalement communistes ont encouragé et même développé l’accueil de ces personnes qui grâce à une politique de subventions et d’aides, avec la bénédiction de l’Etat et des autres maires moins accueillants, ont fidélisé un électorat devenu redevable et dépendant (c’est notamment le cas de nombreuses communes de la Seine Saint Denis).
    – Longtemps, trop longtemps, et tant qu’il n’y avait pas de graves troubles à l’ordre public, les pouvoirs politiques successifs ont préféré jouer aux singes de la sagesse sans comprendre que les jeunes sans diplôme, sans travail et sans éducation avaient les mêmes besoins et les mêmes désirs que n’importe qui, d’où le développement de l’insécurité et de tous les trafics que l’on connaît et que l’on ne sait même plus faire cesser au risque de les banaliser en attendant de légaliser la consommation de drogues.
    L’omerta de nos dirigeants a été le moyen de faire disparaître les alertes successives : les territoires perdus de la République (2002) et le rapport Obin en 2004 disaient déjà tous des ravages du communautarisme musulman dans les cités et les écoles. Différents théologiens musulmans avaient annoncé à cette période la domination et la colonisation à terme de l’Occident par les musulmans.
    Les diverses politiques de la ville ont permis de dépenser des milliards d’euros pour améliorer ces quartiers mais n’ont apporté ni travail ni amélioration de l’éducation pour la jeunesse abandonnée qui à la vue de leurs parents travaillant durement pour des salaires de misère et des conditions de vie et de retraite précaires, a préféré se tourner vers leur religion représentée quelquefois par des escrocs, des criminels et des bonimenteurs.
    Mais aussi, les guerres et conflits successifs et ininterrompus depuis la guerre des 6 jours, au Moyen Orient et en Afrique ont largement participé à la radicalisation d’une partie de cette jeunesse et au développement d’un sentiment de haine contre l’Occident responsable et coupable de ces crimes envers les musulmans, de ces malheurs et de cette misère intellectuelle.
    Bien sûr, il existe bien d’autres causes à l’origine de cette vague de terrorisme, mais il me semblait important de reparler de ces évènements et circonstances qui ne sont pas étrangers à notre situation. Ces dernières cinquante années auront davantage exténué notre pays que les sévères dommages de la seconde guerre mondiale et cela n’est malheureusement sûrement pas terminé.

    J'aime

    • Colibri dit :

      Gérard Bayon vous ne serez pas étonné si je vous écris que « le relâchement et la perte de nos valeurs essentielles principalement chez notre jeunesse depuis mai 1968″ n’est pas que le fait de Mai 68 dont les jeunes d’aujourd’hui n’ont même pas idée de ce qu’a été Mai 68. Il y a d’autres raisons à cela. Il n’y a pas que cette raison là. Et puis ne perdons pas de vue qu’il y a aussi de nos jours des jeunes qui ne sont pas relâchés et qui n’ont pas perdu les valeurs essentielles. Il y a des vieux qui peuvent aussi se relâcher et perdre les valeurs essentielles. Pour ce qui est des Musulmans ils ressemblent parfois aux chrétiens, aux juifs, aux boudhistes, aux hindouistes c’est à dire être divisés en courants différents et certains d’entre eux en rupture avec l’Islam comme peuvent l’être chez nous des cathos, des juifs. La majorité, la grande majorité des musulmans et des enfants de musulmans ne commettent pas d’attentats et sont bien embêtés de ce qui se passe car parfois ils en sont victimes eux aussi.  » le djihadisme révèle, certes, la crise des sociétés musulmanes mais aussi, sous une autre forme, celle des sociétés européennes ». (Source: https://theconversation.com/pourquoi-le-djihadisme-est-la-pour-longtemps-en-europe-94046?utm_medium=email&utm_campaign=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2030%20mars%202018%20-%2098208511&utm_content=La%20lettre%20de%20The%20Conversation%20France%20du%2030%20mars%202018%20-%2098208511+CID_5939db8d7c3fa67d7c7256fe5eae9e5a&utm_source=campaign_monitor_fr&utm_term=Pourquoi%20le%20djihadisme%20est%20l%20pour%20longtemps%20en%20Europe)

      J'aime

    • Gérard Bayon dit :

      Merci @Colibri de votre commentaire et de votre lien.
      Au sujet de mai 1968, je pense qu’il n’est pas besoin de l’avoir vécu pour en comprendre les méfaits, c’est d’ailleurs le rôle des historiens d’analyser à postériori les évènements qui ont fait l’Histoire (P. Rotman, R Galissot…) Bien sur, il y d’autres raisons qui nous ont conduit à la perte de nos valeurs mais je continue de penser que les évènements de mai 1968 ont été un fabuleux accélérateur du changement dans le mauvais sens et dans de multiples domaines dont celui que vous connaissez bien: l’Education Nationale.
      Je partage, bien entendu votre avis sur la jeunesse et les adultes qui ne se relâchent pas (heureusement la grande majorité) mais c’est justement cette minorité qui nous pollue, nous perturbe, nous agresse, nous escroque et même nous assassine qui nous conduit directement au chaos sans que nos dirigeants trop lâches et peureux pour réagir ne lèvent le petit doigt.
      Quant aux musulmans, je leur reproche d’avoir obéi aveuglement et sans jamais réagir à une minorité d’entre eux, sectaires, imbéciles, idéologues qui ont fini par imposer à tous les Français de toutes les confessions, leurs modes de vie et leurs pseudo-contraintes religieuses. Jamais les chrétiens, les protestants, les juifs, les bouddhistes, etc. n’ont imposé quelques régimes alimentaires, traditions vestimentaires, misogynie exacerbée aux Français ou aux autres peuples. Alors ils sont peut-être victimes mais je dirais plutôt victimes consentantes comme nous le sommes devenus nous aussi par la veulerie de ceux qui nous ont et nous gouvernent encore.
      Bien cordialement

      J'aime

    • G Bayon, bien d’accord.
      MT

      J'aime

    • Colibri dit :

      Bonjour Gérard Bayon, comme j’ai grand plaisir à échanger avec vous et comme Maxime Tandonnet a écrit qu’il était bien d’accord avec vous, je ne résiste pas à la tentation de vous faire à tous les deux de nouveaux commentaires. Ce qui a changé le monde de notre enfance à celui d’aujourd’hui plus que Mai 68 c’est l’invention de la pilule, l’invention du moteur à explosion et de carburants longtemps bon marché (ce qui n’est plus le cas), l’invention de la fusée, du satellite de communications, la privatisation des chaînes de télé, le doux ronron quotidien jour et nuit de la publicité, la multiplication des grandes surfaces commerciales, la société de consommation présentée comme le paradis sur Terre. Ce qui a tué l’Education nationale ce n’est pas Mai 68 ultime explosion de vie avant le début d’une lente agonie mais les réformes sans queue ni tête tous les deux ans. Ce qui a tué l’Education nationale c’est la stigmatisation des enseignants de gouvernements en gouvernements, l’Ecole publique et ses enseignants toujours jugés responsables de tout ce qui ne va pas dans notre société. C’est la même méthode qui est utilisée aujourd’hui contre les cheminots. Je crains fort que l’Histoire ne vous donne raison et me donne tort. Après tout avec de bons ordis, de bons logiciels, quelques robots, avec internet, avec les progrès de l’intelligence artificielle nous pouvons demain nous passer d’enseignants. Avec quelques bons ordis, bons logiciels, bons robots nous pouvons demain nous passer des cheminots et de la SNCF et tout faire circuler sur les routes et autoroutes de France. Le train disparaîtra-t-il comme a disparu la char, le fiacre, le tombereau, la charrue, la navigation fluviale? Pour ce qui est des chrétiens, des juifs, des boudhistes, des hindouistes ils n’imposent rien aujourd’hui en France et vous avez raison bien entendu de le souligner. Mais par le passé le christianisme et les guerres de religion ça n’a pas été rien dans notre pays. Pour ce qui est des Juifs je pense qu’ils ont eu un rôle important dans l’histoire de notre pays et de l’humanité en général et je crois qu’aujourd’hui ils sont incontournables dans un processus de paix au Moyen Orient s’il n’y en a un jour qui aboutisse à quelque chose. Ce que je crois aujourd’hui c’est que nous avons un point commun avec les musulmans en général: le salafisme à combattre. Et je crois que nous commençons à réagir. Et que nous finirons par gagner la guerre qui nous est faite. Car l’important ce n’est pas de gagner des batailles contre Daesh mais la guerre multiforme qui nous est faite par les salafistes.

      J'aime

    • Gérard Bayon dit :

      Bonjour @Colibri,
      Vous allez sans doute me qualifier d’entêté mais je voudrais commenter votre intervention du 1er avril 7h21. Les évènements de mai 1968 ont quand même été le point de départ de la perte d’autorité des enseignants et à partir de là des conséquences désastreuses s’amplifiant année après année à cause des réformes plus stupides les unes que les autres portées par nos ministres de l’Education Nationale en mal de célébrité.
      Avant 1968, l’autorité et le savoir des enseignants n’étaient jamais remis en cause ou contestés ni par les élèves/étudiants ni par leurs parents. Je me souviens être rentré chez mes parents avec la mention d’une heure de « colle » sur mon carnet de liaison, leur réaction n’était pas de contester cette punition ou d’aller insulter voire agresser les enseignants mais au contraire de l’accompagner quelquefois d’une sanction privée ( pas d’argent de poche, corvées…). C’est, je continue de le croire, le point de départ de tous nos maux. On pourrait évoquer également la baisse continue du niveau scolaire de manière à ce que plus de 80% d’une tranche d’âge obtienne leur fameuse peau d’âne à l’issue de la terminale. Ce n’est surement pas à vous que je vais rappeler les consignes de notation de toutes les académies pour que les objectifs gouvernementaux soient atteints voire dépassés lors de la notation des épreuves du baccalauréat ni la multiplication des « options » toutes plus stupides les unes que les autres pour que nos chères têtes blondes engrangent le maximum de points pour compenser leur faiblesse dans les matières primordiales.
      De là à comparer les enseignants aux cheminots, je ne suis pas du tout d’accord : les enseignants ont, malgré la stigmatisation que vous rappelez, très majoritairement tentés de conserver leur autorité sur leurs élèves, s’ils n’y sont pas parvenus on ne doit pas le leur reprocher car nous connaissons tous les responsables de ce désastre éducatif. En revanche, les cheminots et leurs syndicats continuent, contre tout bon sens et toute vision d’avenir, de vouloir maintenir et faire perdurer ces fameux avantages acquis du temps des locomotives à vapeur sous des prétextes fallacieux, ce qui est quand même très différent.
      Enfin, je partage votre avis sur le rôle du judaïsme dans le monde et le combat que nous devons tous mener opiniâtrement contre le salafisme mais là encore je souhaiterais vous rappeler que la religion chrétienne, qui n’est pas exempte de critique, a quand même su évoluer vers moins de prosélytisme apparent ( nos prêtres paroissiaux et nos religieuses sont devenus de plus en plus discrets en faisant pratiquement disparaître les signes vestimentaires ostentatoires de leur sacerdoce) , alors que les musulmans pratiquants accentuent ces signes (port de la barbe) sans que l’Etat ne s’émeuve de ces provocations, voire ne les encourage au prétexte fallacieux du « vivre ensemble ».
      Cordialement

      J'aime

    • Colibri dit :

      @Gérard Bayon, je ne vous perçois pas comme un homme entêté mais comme un homme de convictions. Je vous remercie de votre commentaire que j’ai lu en entier. Je vais y réfléchir. Et je remercie Maxime Tandonnet d’accepter mes commentaires sur son blog.

      J'aime

  5. E. Marquet dit :

    Tout à fait d’accord avec votre analyse, mais en l’état je n’entrevoie pas d’issue satisfaisante à court, moyen ou long terme, hélas !
    Au fil des ans on a abandonné des pans entiers de notre culture, on a laissé les loups entrer dans la bergerie, ils s’y sont installés, et nous tremblons devant eux en bêlant misérablement.
    Comment ne pas s’inquiéter lorsqu’on entend notre Président, lors de l’hommage au Colonel Bertrame, louer la résilience des Français ! Ceux-ci se contenteront-ils de résister passivement aux « traumatismes » des attentats terroristes islamistes, ou se décideront-ils enfin à sortir de leur torpeur et de leur individualisme matérialiste, pour affirmer (ou redécouvrir) leur propre culture ?

    Lu sur Atlantico, trois points de vue intéressants développés par Guillaume Bigot, membre des orwelliens, DG de l’IPAG, Christophe de Voogd, normalien et docteur en histoire et Alexandre de Valle, géopolitologue. Pas rassurant.

    J'aime

  6. michel43 dit :

    nous savons que les vrais responsables ,sont ceux qui nous dirige depuis plus de 50 ans , un seul avait raison , JML ,je sais que certains vont hurler ,,,,niant la vérité , pourtant ,lorsque il disait , nous aurons de graves problèmes avec les jeunes générations ,nous le voyons depuis un bon moment et c » est pas finie

    J'aime

    • Colibri dit :

      Nous n’avons pas de problèmes avec les jeunes générations. Il y a des jeunes, de nombreux jeunes, qui sont très bien. Nous avons des problèmes avec quelques jeunes et quelques vieux qui ont pris des décisions qui nous ont mis dans la situation où nous sommes aujourd’hui. Mais certainement pas avec les jeunes générations en général. Rappelons que ce ne sont pas les jeunes qui dirigent notre pays.

      J'aime

  7. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Plusieurs étapes dans la crise que traverse notre pays. La première, le drame algérien: près de 60 ans après la fin du conflit, la cicatrice n’est toujours pas fermée. J’aurai tendance même à penserqu’elle suppure de plus en plus. Il est frappant de constater que cet épisode de notre histoire n’est quasiment pas traité par notre cinéma, notre littérature officielle ou nos chers journalistes alors si mal et si caricaturaleument parlant que ca ne vaut pas la peine d’en parler. La seconde est l’aberrante décision prise par un gouvernement prétendu de droite d’ouvrir en grand les portes du pays (le rassemblement familial). Comme l’ai dit je crois Michel Rocard, la France n’a pas et ne peut avoir la vocation d’accueillir toute la misère du monde. La troisième est la « socialisation » rampante et malsaine de notre société depuis 36 ans. François Mitterand, qui n’était, malgré sa culture, qu’un prorotype abouti de l’arriviste (je rappelle qu’il avait été quémandé la Francisque sous Vichy et qu’il l’avait obtenue) a littéralement fagocité le pays pendant 14 ans servi en cela par des personnages qui n’avaient rien à lui envier en terme d’arrivisme. La quatrième est la destruction complète et voulue de notre système éducatif au nom d’un progressime malsain d’une rare malignité et l’incapacité de ce dernier, quand ce n’est pas le refus, de se remettre en cause. La sixième est la nullité confondante de notre classe politique qui fait systématiquement le mauvais choix quand elle doit en faire un. La cerise sur le gâteau est le fait de la classe médiatique de ce pays dont la nocivité et l’imbecilité n’est plus à démontrer.
    Le drame vécu par le pays la semaine dernière les a montrées au grand jour à travers le sacrifice du Lcl Beltrame.

    Bon samedi,

    J'aime

    • Colibri dit :

      Oui souvent Maxime Tandonnet souligne la difficulté d’aborder certains sujets dans notre pays et je partage votre point de vue sur la guerre d’Algérie sujet tabou en France. Comparaison n’est pas raison mais parfois il m’arrive de me demander si ce n’est pas notre nouvelle Alsace Lorraine. De François Mitterrand j’ai retenu personnellement l’engagement de la France en Irak à la demande de Bush père. Et je pense que c’est une des premières causes du déclin du PS. Il y a eu alors une fracture silencieuse et non dite à gauche. Sur la classe médiatique je ne sais pas si le mot classe convient vraiment. Il y a je pense des journalistes qui essayent de faire leur boulot. Mais les journaux et les télés et les radios sont entre les mains d’une dizaine de personnes en France. Ils les utilisent à des fins personnelles. La classe politique je la perçois à plusieurs niveaux et là aussi je ne sais pas si le mot classe convient: il y a des élus, des petits élus qui font du boulot et qui gagnent trois francs six sous. Et puis des « grands » élus qui effectivement font des mauvais choix qu’ils payent parfois en perdant les élections sauf quand au contraire ils les gagnent malgré leurs mauvais choix. Il n’y a pas de paradis sur terre 😦

      J'aime

    • H, oui, 14 ans de mitterrandisme, un désastre.
      MT

      J'aime

  8. Bernard dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous.
    Qui est responsable ? Bonne question mais la réponse est dans le déroulé de votre post Maxime. A force de refuser de voir ce qui n’est pas tolérable. A force de permettre que des pans entiers de notre pays n’est plus notre pays. A force d’accepter que nos règles qui découlent de notre Pensée, de notre mode de vie, de notre Constitution soient foulées aux pieds quand ce n’est pas pire. En tolérant que l’on rejette notre drapeau préférant celui de ses géniteurs. Nous imposer leurs façon de se conduire. Et bien tous les responsables qui ont été aux manettes de ce pays, tant la droite que la gauche, que ce soit pour conserver ou gagner des mairies, pour se faire élire au niveau départemental et même au titre plus haut niveau de la République.
    Le pire aujourd’hui c’est que ceux aux manettes ne veulent pas reconnaître que la situation a dépassé les bornes de l’entendement et que leurs discours d’apaisement ou bien d’excitation (cf le Président de LR) ne sont plus audibles.
    Il y a également ces juges qui se croient chargés d’un droit divin et qui nous imposent une justice lascive de bisounours.
    Mes propos ne son pas racistes, je veux seulement que ceux qui ne se plaisent pas chez nous déguerpissent et s’il le faut à grands coups de pieds dans le … (compléter les pointillés).
    Malheureusement comme pour tout le reste je ne vois pas qui dans ceux qui tiennent les rènes du pays aura le courage de dire  » enough is enough » et prendre les mesures d’éloignement. Et si la Loi ne le permet pas, changeons la Loi par voie de référendum.

    J'aime

  9. Fredi M. dit :

    Dans l’aveuglement, ils ont favorisé ou laisser faire des volumes de flux migratoires excédant les capacités d’accueil du pays

    Ah bon ? Je croyais que c’était un fantasme, que ceux qui disaient cela agitaient les peurs, que la proportion d’étrangers était rigoureusement la même qu’au début des années soixante ! On a même black-listé un grand écrivain qui avait osé parler de « grand remplacement ».
    On nous aurait donc un peu menti ?
    Mais alors qui disait la vérité durant toutes ces décennies perdues ?

    J'aime

  10. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Pourquoi attendre « un jour » pour poser la question de la responsabilité ? Posez-la tout de suite ! Il me semble que vous êtes bien placé pour le faire, et d’autres vous suivront.

    J'aime

  11. Colibri dit :

    Nous vivons en démocratie. Celles et ceux d’entre nous qui votent encore délèguent leur pouvoir à quelqu’un. Si ce quelqu’un est élu sont-ils responsables de ce qu’il va faire du mandat que nous lui confions? Sont-ils responsables si l’élu pour lequel ils ont voté une fois élu fait autre chose que ce pour quoi ils l’ont élu? Le tribunal international jugera-t-il un jour les présidents qui ont voulu la guerre en Afghanistan, en Irak, en Libye? Je ne le crois pas. Je n’ai aucune compétence pour écrire ce que je vais écrire maintenant. Peut-être que ce que je vais écrire est d’une grande stupidité. Ce qui est fait est fait et il nous faut faire maintenant avec la situation présente. Je souhaiterais donc que davantage d’hommes et de femmes aient le droit de porter une arme de poing sur eux 24h sur 24 avec le droit de s ‘en servir s’ils sont les témoins de meurtres dans des lieux publics. Des hommes et des femmes volontaires choisis, formés, encadrés par les militaires, les gendarmes, les policiers nationaux, municipaux, les douaniers, les gardes chasse et pêche. Après dans les voeux pieux et idéalistes j’aimerais que nous cessions de vendre des armes à des pays qui ensuite les retournent contre nous. J’aimerais que nous soyons plus prudents et réfléchis dans nos décisions d’interventions militaires à l’étranger. Maintenant il nous faut faire face à une situation où nous nous avons supprimé la peine de mort et où nous devons affronter des hommes et des femmes qui eux ne l’ont pas supprimé. Nous ne pouvons pas laisser faire et laisser dire. La situation présente ne se réglera pas en renvoyant les immigrés chez eux et en mettant tous les fichiers S en prison.

    J'aime

    • Colibri, c’est vrai mais votre présentation de mesures de fermeté est un peu caricaturale je trouve.
      MT

      J'aime

    • Colibri dit :

      @Maxime Tandonnet, je m’attendais à d’autres critiques que « caricatural ». 🙂

      J'aime

    • Colibri, ben oui, parce que personne ne propose chez les républicains en tout cas, des mesures d’expulsions massives ni d’emprisonner tous les islamistes (mais de les placer en rétentions de sécurité en cas de menace terroriste avérée, ce qui est différent).
      MT

      J'aime

    • Colibri dit :

      @Maxime Tandonnet, d’accord je comprends mieux votre remarque. Ma dernière phrase est donc de trop effectivement sur votre blog. Merci de me l’avoir signalé.

      J'aime

  12. Janus dit :

    Gaston BOUTHOUL dans son traité de polémologie recherchait les causes profondes et spontanées de l’agressivité collective qui mène à la guerre. Et parmi celles-ci, il remarquait que l’agressivité se développait très fortement au sein d’une société initialement homogène lorsque le seuil de 10% d’une population allogène était dépassé.
    Voila une cause première de notre situation. Nous avons eu tout le temps d’examiner la valeur scientifique de cette proposition lors du conflit libanais dans les années 1973-1980 en mesurant les réactions de rejet engendrées par l’arrivée massive des palestiniens après septembre noir.
    Les esprits chagrins (ou plutôt lucides) avaient dès cette époque alerté l’opinion sur les risques induits par l’immigration en forte progression du fait du regroupement familial à partir du gouvernement Giscard de sinistre mémoire, en prenant appui sur les constats du cas libanais. Il est donc très clair pour ceux qui comme vous, ou comme moi suivent cet aspect des politiques françaises depuis 40 ans, que nous ne saurions échapper à ce qui s’apparente à une loi intangible de la vie en société. S’ajoute à ce phénomène, l’extrême résistance dans le temps de l’islam à l’assimilation. Cette caractéristique est visible partout dans le monde quel que soit le substrat idéologique ou religieux des sociétés d’accueil : Boudhisme ou Hindouisme en Inde, Malaisie ou autre, Taoïsme ou confucianisme en Chine (J’ai été témoin direct de réactions extrêmement violentes de chinois à l’encontre de OUÏGHOURS musulmans), Animisme ou Christianisme en Afrique, Christianisme en Europe… Partout il y a rejet plus ou moins violent de l’Islam, de ses mœurs et de son totalitarisme intrinsèque. Ce qui constitue, par rapport au seuil de BOUTHOUL, qui est largement dépassé aujourd’hui un facteur aggravant !
    Refuser de voir les évidences, pour nos gouvernants et notre peuple, nous mènera à la confrontation armée qui aura lieu dans quelques années tout au plus, bien avant le milieu de ce siècle, j’en prends le pari.
    Tout est fait pour reculer le moment de la confrontation, rien n’est fait pour l’éviter, par peur des efforts collectifs qu’il faudrait accepter pour résoudre le problème.
    Quoi que l’on pense de Trump, il nous montre la voie. Nous avons de nombreux arguments pour nous imposer aux pays d’origine des migrants, mais englués dans les bons sentiments du politiquement correct qui ne sont que les oripeaux déchirés qui nous servent à masquer notre lâcheté, nous refusons d’agir.
    VAE VICTIS

    J'aime

  13. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,
    Nous sommes tous responsables de cet état de fait. Les politicards ont aussi une grand part de responsabilité. Car ils ont agi par électoralisme et populisme, ils font depuis trente ans du clientélisme. Ils se fichent éperdument de la France.
    Remontons 30 ans en arrière, lorsque des illuminés ont commencé par dire que patriote, nationaliste et néo-nazi étaient synonymes. Qu’avoir un drapeau français dans son jardin c’était être fasciste.
    Ensuite on a systématiquement victimisé les gens d’origines maghrébines ou de couleurs lorsqu’ils faisaient des délits. Des associations dites antiracistes politisées à outrance, n’ont fait qu’amplifier le communautarisme. La preuve, leurs présidents visaient un siège de députés, de ministres ou autres ; pour la plupart ils l’ont eu. Laissant leur soi-disant frères dans les cités dans la misère et rien ne s’est amélioré. Le racisme et autres n’étaient pour eux qu’un moyen de booster leur minable carrière.
    Que voit-on dans ces cités, des jeunes en échec scolaire, on a laissé se développer des marchés parallèles, stupéfiants, traites des blanches, esclavage et j’en passe. Dès que la police agissait, les associations antiracistes intervenaient vent debout disant : « Racisme, provocation ». On a crié à qui voulait l’entendre que « le salaud de blanc » était un esclavagiste et un raciste. Alors qu’aujourd’hui ceux qui pratiquent l’esclavage à outrance dit « esclavage moderne » sont les africains, les gens du Maghreb et les asiatiques.
    Quand vous prenez le temps de parler avec ces jeunes vous sentez qu’ils sont apatrides, ils ne se sentent pas français ; lorsqu’ils vont dans le pays d’origine de leur parents, ils sont rejetés car méconnaissent pour la plupart les us et coutumes de leur pays. Je vais souvent travailler dans les pays comme la Tunisie, le Maroc et l’Algérie, lorsque vous parlez avec les locaux, ils parlent de ces jeunes venus de France comme arrogants, mal éduqués, ne respectant rien.
    Donc tous les ingrédients sont réunis pour que les salafistes trouvent leur proie et les endoctrinent.
    De plus il est illusoire de croire que des flux de migrants ayant d’autres us et coutumes peuvent sur un claquement de doigt, adopter, nos règles de vie à l’occidentale, il faut du temps, et de l’accompagnement. Et c’est à nous de leur faire comprendre que certaines pratiques n’ont pas cours dans notre pays et ce n’est pas du racisme. Que chez nous certaines pratiques sont interdites et punies par la loi. Que c’est à eux de s’adapter et non l’inverse.

    Pour ma part, je suis allé à l’école avec des élèves d’origines maghrébines, nous nous ne préoccupions pas de nos origines, j’en parlais encore avec certains qui aujourd’hui ont mon âge, eux aussi condamnent ces associations antiracistes. Rendez-vous compte Maxime, Farid aujourd’hui 55 ans ami d’enfance avait tenu le rôle d’un roi mage dans une crèche vivante, en Noël 1974. Nous regardions les photos récemment. Aujourd’hui cela serait impossible les associations feraient un scandale et cela ferait les titres du 20 heures. Les politicards s’empareraient de l’affaire.
    Intervenant dans des lycées techniques notamment dans le 93.
    Il y a 5 ans j’ai récupéré un jeune musulman qui allait vers une radicalisation, il préparait un Bac pro, il avait la barbe, et tenait des propos que je n’aimais guère. Nous avons discuté plusieurs fois longuement, je lui aie parlé de la Mésopotamie, des assyriens, des perses, des origines de sa civilisation. Je lui aie fait lire des dizaines de livres et notamment : « Les sept piliers de la sagesse » de T E Lawrence et aussi les livres de Malika Sorel. De l’autre côté son Imam contredisait mes propos et les écris. Heureusement à force de patience, son attitude a changé, il n’est plus pratiquant, a réussi de brillantes études qu’il continu d’ailleurs. Et je le vois régulièrement. De son côté il agit sur quelques jeunes de son quartier. Ses parents m’ont d’ailleurs invité et m’ont chaleureusement remercié.
    Ces problématiques sont l’affaire de tous, des parents, de l’éducation nationale, qui ne doit pas transformer l’histoire en fonction du politiquement correct, des élus et des politiques qui ne doivent pas faire du clientélisme.
    Regardez la bêtise de Mr De Rugy qui invite en grande pompe Joey Star, personnage avec un casier judiciaire long comme le bras, qui bat les femmes qui se permet de tonner le féminisme, il a frappé des gendarmes, fait du trafic de drogue etc., on croit rêver.
    Imaginez l’impact que cela peut avoir dans les banlieues, plus tu es délinquant plus tu es vénéré. Et les journaux titrent qu’il a mis la fièvre à l’assemblée et que les députés étaient en extase. Vaste connerie !
    On voit par cet acte la bêtise de nos politicards. Et je n’ai pas entendu les associations féministes et Schiappa s’insurgées alors que, le lambda qui dira « Tu es belle, j’ai envie de toi » se retrouvera au tribunal. Sous peu ils inviteront un terroriste juste libéré qui nous prônera la tolérance.
    Par ces actes de clientélisme, nos jeunes de banlieues n’ont plus de repaire. Revenir au règles de base, l’éducation, le patriotisme, l’honneur, la prodigalité, le civisme, ce n’est pas ringard c’est au contraire fédérateur.
    De l’extrême droite à l’extrême gauche tous les partis confondus ont fait du clientélisme, du populisme, de l’électoralisme, en crachant sur les règles les plus élémentaires de la République et de la démocratie. Appuyés par des médias intéressés uniquement par le buzz et le scoop.
    Maintenant le ver est dans le fruit, et il en contamine d’autres. Et ce n’est pas ce gouvernement d’opérette qui changera la donne.

    J'aime

  14. Boutfil dit :

    oui; il faudra poser la question, mais cela risque de se faire dans le sang et la terreur, la guerre civile n’a jamais amené que désolations et haines tenaces, des siècles après dans certains cas comme la Vendée où la Bretagne, mais pour autant, ce sont nos enfants et petits enfants qui paieront la note et pourtant, tant que les responsabilités ne seront pas établies ce pays ne vivra plus vraiment en paix

    J'aime

  15. Aldo dit :

    Qui est responsable ? prenons l exemple de ce qui se passe en Israel / Palestine :

    En ce moment , soit c est le Hamas qui organise le franchissement de la barrière de sécurité au sud d’Israël. Son objectif étant que les soldats de Tsahal soient obligés de faire usage de leurs armes : fabriquer des martyrs pour Bobolywood et émouvoir les imbéciles intellos bobos de gauche en Europe, qui ne se savent rien de ce qui se passe là-bas.

    Soit c est Israel qui refuse de se protéger d ‘ éventuels terroristes .

     » C ‘est pas moi c ‘ est l ‘ autre  » !

    J'aime

  16. CLAUDE YVES MARECHAL dit :

     » La terreur ne soumet les peuples qu’un moment. »
    Alexandre Guiraud

    J'aime

  17. Philippe Dubois dit :

    Bonjour Maxime

    Dans vos statistiques, il en manque une :
    100 % sont musulmans ou se réclament de l’islam
    Quant aux 26 % de convertis, ils n’existeraient pas si « on » n’avait pas laissé la peste islamiste radicale s’implanter dans notre pays.

    Qui est responsable ?
    Vous avez raison, les responsabilités sont partagées entre tous ceux qui ont gouverné depuis plus de 40 ans maintenant.
    Je dis bien gouverné : ce sont eux qui prennent les décisions en étant sensés agir pour le bien commun
    Il ne sert à rien d’accuser ceux qui auraient diabolisé tel ou tel sujet ; ces sujets n’ont été diabolisés qu’à cause de la lâcheté et de la veulerie des gouvernants.

    L’importation d’une main d’oeuvre docile et bon marché pour peser à la baisse sur les salaires des métiers manuel
    Puis l’erreur funeste du regroupement familial ; mais était-ce une simple erreur ou un acte de nuisance délibéré ?
    La folle politique d’immigration suivie depuis
    L’aveuglement devant la nature profonde de l’islam
    La stupidité et la corruption des élus qui ont confié aux « grands frères » le maintien de l’ordre dans les cité et qui ont favorisé les islamistes pour récupérer les voix aux élections.
    Les reculades incessantes devant les revendications islamistes.
    Les scandaleuses dispositions qui interdisent à nos forces de l’ordre de riposter quand elles sont agressées par des racailles.
    Etc…Etc….

    On a pu voir à Carcassonne que les « jeunes » des cités soutenaient le terroriste, scénario déjà vu lors des précédents attentats.
    Mao disait que les révolutionnaires devaient être comme des poissons dans l’eau au milieu de la population.
    C’est visiblement le cas avec nos terroristes islamiques.
    Je pense qu’il est temps de s’intéresser sérieusement à l’eau des poissons.

    Et ce n’est pas en permettant à des dealers condamnés à des TIG de contrôler les propos racistes sur internet* ou en créant un délit d’incitation à la haine de la république que les clowns dangereux qui gouvernent, ou aspirent à le faire, obtiendront des résultats

    * http://www.liberation.fr/societe/2018/03/19/nouveau-plan-antiraciste-qui-se-veut-plus-efficace-contre-la-cyberhaine_1637258

    J'aime

    • Philippe Dubois, oui, je persiste et signe, avec ses provocations abjectes, le fn n’a fait, depuis 40 ans, qu’envenimer les choses et sa part de responsabilité dans la situation que nous vivons est colossale, même s’il n’est évidemment pas seul.
      MT

      J'aime

  18. Aldo dit :

    Jusqu’ en 14 , les guerres se déroulaient dans un périmètre bien défini : tranchées , zones de combats , seuls les militaires subissaient ces horreurs ;ensuite , les bombardements de la seconde guerre ont inauguré une nouvelle forme de guerre pendant lesquelles les civils subissent plus de pertes que les militaires , ces derniers cantonnés dans des zones loin de lieux de bombardements sont moins atteints que les civils . Je ne vois qu ‘ un responsable et de taille : la bétise humaine !

    J'aime

  19. Aldo dit :

    Qui ? réponse :  » personne  » ; écoutez la chanson de Graeme Allwright :  » qui a tué Davy Moore  » … et tous les événements auxquels on cherche les responsables y ressemblent terriblement . Le syndrome du  » cépamoicéluisme  » .

    J'aime

  20. Si vous pouviez arrêter avec ce poncif « radicalisés », comme si ils étaient victimes d’un coup du sort extérieur …

    Non, ce sont des musulmans qui sont allés, par un cheminement intérieur, au bout d’une certaine vision de l’islam.

    Auriez vous dit d’un nazi ou d’un stal que que c’était un « radicalisé » ?

    Aimé par 1 personne

    • F Boizard, « fanatisés », « extrémisés », « radicalisés », c’est le terme employé qui veut bien dire ce qu’il veut dire, ne jouons pas sur les mot cela n’apporte rien de plus.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.