Qu’est-ce qu’un héros?

Depuis le sacrifice du lieutenant-colonel Arnaud Beltram, le mot « héros » est au cœur de l’actualité, de tous les éditoriaux et des commentaires médiatiques. Donner sa vie pour sauver un inconnu est la quintessence d’un héroïsme à connotation chrétienne, de celui qui accomplit le sacrifice suprême pour sauver celle de l’autre, et à travers lui, l’humanité. Les héros, dans le sens le plus authentique du terme, ne sont pas légion dans l’histoire contemporaine. Ce mot renvoie naturellement à la mémoire des résistants qui donnent leur vie pour la libération de millions de compatriotes, et au premier d’entre eux, fusillé par la Wehrmacht à 41 ans, un autre militaire, un marin, Honoré d’Estienne d’Orves. Le geste du lieutenant colonel renvoie inévitablement à une autre image, celle de saint Maximilien Kolbe, prêtre polonais exécuté par les nazis à Auschwitz après avoir pris la place d’un otage père de famille.
Le frère d’Arnaud Beltram a trouvé les mots justes: « Je pense que ce qu’il a fait va au-delà de l’engagement de son métier. Il est parti en héros. Il a donné sa vie pour un inconnu, il savait qu’il n’avait pratiquement aucune chance. Il a quand même été très conscient de ce qu’il faisait, il a gardé ses réflexes, notamment en laissant allumé son téléphone. (…) Si on ne le qualifie pas de héros je sais pas ce qu’il faut faire pour être un héros. Il n’a pas hésité une seconde, il a fait ce qu’il fallait. Grâce à lui, on a sauvé de très nombreuses vies. » La mère de l’officier a eu des paroles bouleversantes : « Je savais que c’était forcément lui. Il a toujours été comme ça. C’est quelqu’un qui, depuis qu’il est né, fait tout pour la patrie. C’est sa raison de vivre, défendre la patrie. Il me dirait : « Je fais mon travail maman, c’est tout. » Cela fait partie de sa façon d’être. »
Les échos de la presse ne reflètent sans doute que partiellement l’émotion qui étreint le pays depuis trois jours. Tout un pays est bouleversé, comme il l’a rarement été, par le sacrifice du lieutenant colonel. Arnaud Beltram a donné sa vie pour des inconnus; mais combien d’inconnus, dans les foyers de la France dite d’en bas, la majorité silencieuse, dans les villes, les banlieues, les campagnes, n’ont pas pu retenir leurs larmes en apprenant la nouvelle de sa mort? Cette émotion collective est impossible à mesurer, mais chacun sent bien à quel point la secousse est profonde et la France ébranlée.
L’acte d’héroïsme d’Arnaud Beltram intervient comme un miroir inversé de la société française visible, médiatique, officielle. Les valeurs qu’il exprime sont à l’inverse de l’air du temps dominant. Son sacrifice, au paroxysme du don de soi et du courage absolu, contraste étrangement avec le spectacle quotidien que donne la France supposée « d’en haut »: naufrage dans l’égoïsme, dans le cynisme, la course à l’argent facile ou à la notoriété médiatique, le mépris des gens, l’individualisme absolu, la dictature de la vanité obsessionnelle, la lâcheté de ceux qui tournent les yeux face à la violence, l’indifférence, le culte de la délation, du lynchage médiatique et de la calomnie… Le geste du lieutenant colonel exprime l’esprit chevaleresque, comme venu d’un autre âge, l’humilité du don de soi opposé à l’exubérance narcissique qui s’est emparée des esprits.
La France est un aujourd’hui un pays plongé dans le chaos, privé de repères, comme déboussolée. Elle ne voit son salut et son avenir nulle part. Une méfiance généralisée s’est emparée des esprits. Elle en croit plus en rien. La parole politique est décrédibilisée, tout autant que celle des experts et des intellectuels. Les Français n’espèrent plus rien de leur démocratie – d’où l’abstention –, ne croient plus en l’impartialité de la justice et rejettent les personnalités politiques nationales (enquête CEVIPOF janvier 2018). Les événements de ces trois dernières années, l’incapacité des gouvernements face à la crise migratoire et la vague du terrorisme islamiste qui a ensanglanté le pays, ont jeté une ombre sinistre sur l’avenir.
Dans ce contexte lugubre et infiniment délétère, que seuls les imbéciles ne veulent ou ne peuvent pas voir, le sacrifice du lieutenant-colonel se présente comme un message d’espoir, à l’image des dernières paroles des Résistants fusillés par les nazis. Nous pouvions légitiment en douter, mais nous le savons maintenant: l’héroïsme, le sens du devoir et du sacrifice, exactement le même que celui des héros de l’histoire, est toujours vivant, comme une ultime braise, enfouie sous les cendres de la médiocrité, mais prête à rejaillir et à redonner un sens aux mots vie, espérance, destin…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

50 commentaires pour Qu’est-ce qu’un héros?

  1. Janus dit :

    http://h16free.com/2018/03/26/60655-surtout-ne-rien-changer
    Je ne résiste pas au plaisir de vous communiquer cet article qui analyse bien, en terme crus et ironiques, le merdier dans lequel nous sommes plongés.
    Il nous faut au moins Alexandre pour trancher le nœud gordien …

    J'aime

  2. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,

    Ce qui me déplait, c’est la versatilité de tous les médias et des français.
    Les forces de police et de gendarmerie étaient détestées, puis il y a eu les attentats du Bataclan et autres, alors bobos, politicards et médias voulaient qu’on leur « roule de pelles » jusqu’à Renaud qui en a fait une chanson. Ensuite il y a eu l’affaire Théo et d’autres impliquant aussi bien les forces de police que la gendarmerie, alors les mêmes politicards, médias et bobos voulaient leur peau. Et aujourd’hui, ceux qui voulaient les lyncher, leurs font des éloges et jouent dans la compassion.
    J’en parlais, il y a 10 jours avec un colonel de gendarmerie lors de notre repas des retraités militaires, ils me disait que le mercredi d’avant, quatre de ses hommes se sont fait insulter par la foule alors qu’ils arrêtaient deux délinquants..
    Comme le dit fort bien Sganarelle, autrefois à l’école on nous apprenait ce que voulait dire Patrie, Honneur, loyauté, l’histoire de notre drapeau, ce que signifiait l’hymne nationale. On nous apprenait à respecter, Instituteurs, Maire, Garde Champêtre, les forces de l’ordre, le bien d autrui, mais aujourd’hui parler de cela c’est ringard!
    Depuis 1987 la propagande fut faite, » Patriote= Nationaliste, avoir un drapeau c’est être fasciste etc » De plus une ministre de la justice s’est permise de dire que: « La Marseillaise est un Karaoké d’estrade » et j’en passe.
    Donc tout ce petit monde va nous faire le même cinéma pendant 15 jours et ensuite si un de nos nombreux gentils délinquants est un peu secoué par un gendarme ou un policier, la déferlante nauséabonde des politicards, des médias et des bien-pensants recommencera.
    Et le pire c’est que beaucoup de ces guignols seront aux obsèques nationales pour dire sur Facebook « j’y étais. »
    J’entendais certains médias qui ce matin commençaient à chercher des excuses à ce terroriste, pourquoi il s’était radicalisé, qu’elle était sa jeunesse et blablabla? J’en croyais pas mes oreilles. Pour peu on va lui trouver des circonstances atténuantes, d’ici 15 jours on va interrogé les parents, les frères et sœurs qui nous diront qu’il était sans histoire. Le baratin habituel!
    Heureusement il y a hommes comme ce Colonel et d’autres anonymes qui voient les choses tel qu’elles sont et ne versent pas dans l’angélisme et l’idéologie source de toutes les folies et souvent nid des dictatures.
    Et ne nous berçons pas d’illusions, dans 15 jours, 1 mois au plus tard, nos forces de l’ordre seront encore malmenées, insultées, le colonel Beltram oublié, et si par hasard un délinquant perd la vie, ou est blessé, lors d’une intervention le lynchage recommencera.
    Mon fils de 24 ans réserviste de la gendarmerie me rapporte à chacune de ses gardes, les insultes dont ils sont victimes. Et il faut beaucoup d’abnégation, pour faire ce métier, mais il ne boude pas sa satisfaction et son plaisir lorsqu’il vient en aide à des personnes en détresse.

    J'aime

  3. Bernard06 dit :

    Bonjour M Tandonnet,
    Le héros est celui qui fait ce qu’il peut pas ce qu’il veut. Albert Camus.
    Qui peut croire, un instant, un seul instant, que cet Officier brillant, extrêmement bien formé et entraîné, se soit offert en « victime de remplacement », même en étant, à n’en pas douter, prêt au sacrifice de sa vie ? Je préfère penser qu’il a agi ainsi dans le but de se rapprocher physiquement du terroriste pour tenter de le maîtriser. Il a échoué. Sa démarche n’en reste pas moins admirable. Son sacrifice obligera tous les politiques, quels qu’ils puissent être, dans toutes les décisions qu’ils prendront pour mener la guerre de religion qui nous est déclarée.

    Aimé par 1 personne

  4. Timéli dit :

    Pour apporter ma « pierre » à cette brillante réflexion sur l’héroïsme,commentaires compris, je citerai Abraham Lincoln qui disait : « les héros ne meurent pas, parce que leur ombre ne s’efface jamais ».

    J'aime

  5. Sganarelle dit :

    L’Histoire de notre France est pleine de héros ceux qui ont donné leur vie pour en sauver d’atres pour une cause ou pour l’honneur mais on ne parle plus que des trains qui n’arrivent pas à l’heure.
    Autrefois ( il y a bien longtemps) on apprenait aux petits écoliers ce qu’était une patrie et cmbien il était glorieux de mourir pour elle .maintenant le mot « patrie » est presque devenu un gros mot quand il n’est pas ridicule. Si vous ajoutez la religion chrétienne avec cette notion de sacrifice en référençe à celle du Christ qui offre sa vie pour les autres vous obtenez un Arnaud Bertrame qui donne sa vie en offrande …Logique qu’avec ces valeurs presque d’un autre temps dans une époque où le matérialisme est roi certains s’étonnent et ne comprennent pas. Pourtant nous sommes en présence de deux  » martyrs » tous deux pour leur foi leur croyances leur idéal , je sais que cela peut choquer et je ne les mets pas sur le même plan mais chaque « clan » agit en fonction de ce qu’il croit avec son apprentissage l’un pour la destruction et la mort .. l’autre pour sauver des vies et ce sursaut national est peut-ètre son ultime victoire .( Il parait que Pâques c’ est bientôt)

    Aimé par 1 personne

  6. E. Marquet dit :

    Je suis un peu étonnée par certains commentaires. Si je ne m’abuse les gendarmes sont certes des militaires, mais ce ne sont pas des combattants. C’est la maréchaussée d’autrefois, elle assure la sécurité publique, la police judiciaire et administrative, et dans des cas très particuliers la police militaire. Elle travaille surtout dans les zones rurales, alors que la police nationale agit en zone urbaine.
    Reprocher à ce gendarme une conduite inappropriée, comme le font MM Garnier et Barescut, me semble particulièrement inapproprié, et offensant.

    J'aime

    • choix fatidiques dit :

      Le christ n’est pas un héros, c’est l’agneau de Dieu.

      Le rôle d’un gendarme ou d’un policier n’est pas d’être un agneau, mais un chien de berger, qui écarte les loups du troupeau et maintient les brebis dans le droit chemin.

      Si, à titre personnel, il choisit de se sacrifier, c’est estimable. Mais ce que les intervenants que vous mentionnez rappellent, à juste titre, c’est qu’ils veulent d’un Etat qui joue son rôle de chien de berger.
      Or il ne le fait pas, par exemple parce qu’une simple vidéo d’expulsion forcée suffit à faire scandale.
      Cela vient d’une fascination pour les victimes propre à notre époque (et à notre pays), qui va sans doute trop loin, et qui se retrouve aussi dans la volonté de donner en exemple une action de sacrifice plutôt que des actions de combattants, celles du GIGN par exemple, qui prennent tout autant de risque mais font en effet ce que doit faire l’Etat.

      J'aime

    • E. Marquet dit :

      A Choix fatidiques,
      Ni fascination pour les victimes, ni fascination pour la répression, et encore moins pour la théologie de cuisine.
      Nous n’étions ni sur les lieux ni au coeur de ce drame, et rien ne nous permet de juger de la décision qu’il a dû prendre en urgence, avec sa conscience de professionnel et d’homme responsable de la vie d’autrui.
      Il a choisi de risquer sa vie pour sauver d’autres vies, en serions-nous capables ? Aurait-il dû prendre une autre décision, ce n’est pas à nous d’en juger confortablement installés devant nos écrans.
      Son geste est tout à son honneur. Il ne l’a pas fait pour devenir un héros ou un martyr. Il mérite notre admiration et notre respect.

      Aimé par 1 personne

  7. Georges dit :

    Cet homme représente pour moi l’idéal républicain ,le savoir faire associé au courage et à l’honorabilité.Il me semble même qu’il s’agit de ce courage tranquille très français et c’est un étranger qui vous le dit.Chapeau bas très cher monsieur …..

    J'aime

  8. drazig dit :

    Beau texte, très beau texte M.Tandonnet. Merci!

    J'aime

  9. Anne-Marie dit :

    A reblogué ceci sur Une Nouvelle Conscienceet a ajouté:
    Dans ce contexte lugubre et infiniment délétère, que seuls les imbéciles ne veulent ou ne peuvent pas voir, le sacrifice du lieutenant-colonel se présente comme un message d’espoir, à l’image des dernières paroles des Résistants fusillés par les nazis. Nous pouvions légitiment en douter, mais nous le savons maintenant: l’héroïsme, le sens du devoir et du sacrifice, exactement le même que celui des héros de l’histoire, est toujours vivant, comme une ultime braise, enfouie sous les cendres de la médiocrité, mais prête à rejaillir et à redonner un sens aux mots vie, espérance, destin…

    Maxime TANDONNET

    J'aime

  10. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    L’intervention du lieutenant-colonel Beltrame est d’autant plus héroïque qu’il aurait pu, comme cela se passe très souvent, se retrancher derrière sa position hiérarchique pour ne pas prendre cette initiative personnelle. Les officiers généraux et supérieurs qui se comportent comme lui sont tellement rares qu’il ne peut être qu’un exemple, un modèle pour ces très haut gradés ou ces personnages importants qui ont plus souvent l’habitude de se réfugier derrière leurs nombreux gardes du corps plutôt que de montrer l’exemple qui devrait être pour eux une obligation morale. Même lorsqu’il s’agit d’annoncer une triste nouvelle à une famille, peu de ces gens-là affichent le courage qu’ils imposent à leurs subordonnés et préfèrent laisser ces « sales besognes » à leurs subalternes .
    Dans notre société de lâches ce sont souvent les petits, les sans-grades, les inconnus qui au quotidien se montrent héroïques, sans qu’ils en tirent la moindre reconnaissance pourtant tout autant méritée que celle due au lieutenant-colonel Beltrame.
    Pour ne prendre qu’un seul exemple : rappelez-vous de ce cycliste anonyme qui au cours de la nuit du 14 juillet 2016 sur la promenade des Anglais à Nice a mis sa vie en jeu pour tenter d’arrêter le conducteur assassin du camion fou. Qui a parlé de lui ? très peu de médias se sont contentés de relater cet exploit et cet acte de courage mais cet acte tout aussi héroïque que celui du lieutenant-colonel Beltrame a été très vite oublié.
    Alors n’oublions pas tous ces inconnus qui ont mis leur vie en danger au cours notamment de tous les attentats et sont prêts à périr pour sauver leurs semblables et dont trop peu de gens parlent…

    J'aime

  11. Jean-Louis Garnier dit :

    Les héros sont morts dit-on dans ma famille depuis le 11 avril 1945 où mon Oncle Jean Garnier est mort brulé vif dans le Saint-Malo, sherman M, à Loffenau, Allemagne! Il s’était engagé en Décembre 44 en toute connaissance de cause comme tous les jeunes français dont les péres avaient vécus 14-18. Tant qu’on aura des officier de gendarmerie ou des préfets aussi ignorants de la conception du monde de nos ennemis on est pas sorti de l’auberge : « Le comportement, éminemment chrétien, profondément respectable, de l’officier de gendarmerie était totalement inapproprié dans le cas d’espèces ; croire qu’un djihadiste puisse être impressionné par le fait qu’un officier se substitue à une femme est une perversion de l’intelligence : Tout au contraire il se félicite d’avoir un gradé croisé à assassiner… »Quand on est colonel de gendarmerie, on ne peut ignorer la réalité de l’islam : Sourate 60, verset 4 : »Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul »

    Aimé par 1 personne

    • choix fatidiques dit :

      Je suis d’accord avec vous et avec Jean-Claude Barescut.

      J'aime

    • Cyril45 dit :

      Êtes-vous sûr d’avoir tous les éléments de réponse concernant la manière dont les choses se sont réellement passées ? Vous auriez préféré que cet adepte de la religion de l’Amour et de la paix ait eu l’opportunité de déclencher ses bombes et faire de nombreuses victimes. C’est peut-être même ce que l’action du lieutenant-colonel Bertram a pu empêcher !

      J'aime

  12. Les combattants sont une ressource rare essentielle pour vaincre l’ennemi. Ils doivent donc mesurer les risques qu’ils prennent car lorsqu’ils succombent, le vide qu’ils laissent peut permettre à l’ennemi de faire encore plus de victimes. Si j’avais un héros sous mes ordres, je lui interdirais de se sacrifier pour préserver un innocent alors qu’il pourrait en préserver bien plus en restant vivant et en continuant à combattre l’ennemi.
    Par ailleurs, je pense que le héros raisonnable doit prendre des risques mais en gardant une chance raisonnable de s’en sortir. C’est ce qui le distingue d’un fanatique se sacrifiant avec certitude pour une mauvaise cause.
    Et au risque de jouer les rabat-joie, je suis obligé de rappeler que la mise en avant des héros est le propre des régimes politiques les plus détestables. L’avalanche d’hommages qui s’annonce risque d’être plus une diversion que l’occasion de vraiment lutter contre le pire des totalitarisme (l’islam conquérant).

    Aimé par 1 personne

  13. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    Un commentateur de Corto a rappelé très justement cette phrase du Cdt Hélie de Saint Marc (https://fr.wikipedia.org/wiki/Hélie_de_Saint_Marc), personnage exceptionnel par son envergure morale: « Si on doit un jour ne plus comprendre comment un homme a pu donner sa vie pour quelque chose qui le dépasse, ce sera la fin de tout un monde, peut être de toute une civilisation. » Souhaitons pour nous et nos enfants que nous n’en soyons pas encore là.
    Vu sa formation (GIGN entre autre), le Lcl Beltrame connaissait les risques liés à son choix. Ça ne le grandit que plus. Maintenant, il est des responsables dans ce pays qui doivent prendre des décisions, des vraies, pas de la communication. Je ne les en crois tout simplement pas capable. Jamais l’analogie avec la série Games of thrones, le Mur et les marcheurs blancs n’a été aussi pertinente. Winter is coming.

    « Les adolescents (NB: même attardés) d’aujourd’hui ont peur d’employer des mots comme la fidélité, l’honneur, l’idéal ou le courage. Sans doute ont-ils l’impression que l’on joue avec ces valeurs – et que l’on joue avec eux. Ils savent que leurs aînés se sont abîmé les ailes. Je voudrais leur expliquer comment les valeurs de l’engagement ont été la clef de voûte de mon existence, comment je me suis brûlé à elles, et comment elles m’ont porté. Il serait criminel de dérouler devant eux un tapis rouge et de leur faire croire qu’il est facile d’agir. La noblesse du destin. humain, c’est aussi l’inquiétude, l’interrogation, les choix douloureux qui ne font ni vainqueur ni vaincu. »

    Hélie de Saint Marc (1922-2013)

    Bonne fin de journée

    J'aime

  14. E. Marquet dit :

    Lire le très bel hommage à Arnaud Beltram du Père Jean Baptiste, Chanoine régulier de l’Abbaye de Lagrass. On peut le trouver in extenso sur Internet, sur le Figaro et Valeurs Actuelles.
    Si on détache l’acte de cet homme de la dimension spirituelle qui l’animait, on ne peut qu’avoir la réaction de votre commentateur Franck Boisard qui préfère un héros vainqueur à un héros sacrificiel et un français fort au lieu d’être courageux.

    J'aime

  15. Janus dit :

    Vous dites mieux que je ne l’aurais su faire ce que je pense profondément. Mais je comprends aussi le commentaire de Franck Boizard : Ce qu’a fait le colonel BELTRAME est le fait d’un héros qui mérite admiration et il n’y a pas à chercher à diminuer la portée de son sacrifice, mais ce sont les politiques de tous bords , les Juppé, Sarkozy, Hollande, Jospin, Giscard , Chirac, le Drian, Cazeneuve et autres et tous les seconds couteaux qui soutiennent ces politiques qui sont les vrais responsables de ce chaos .
    Quand seront-ils convoqués devant leurs juges ?

    J'aime

  16. Fredi M. dit :

    La parole politique est décrédibilisée, tout autant que celle des experts et des intellectuels.
    Pas de tous les experts, de tous les intellectuels, ne généralisons pas.
    Uniquement de ceux qui ont leur rond de serviette sur les plateaux télé.

    J'aime

  17. michel43 dit :

    HEROS,,,,comme de nombreuses personnes ,Police -Pompiers-civile-comme a NICE ,Arnaud a été courageux ,il a fait son devoir de militaire ,pour sauver ses concitoyens ,Notre gouvernement , va t » il enfin prendre des mesures énergiques ,contre les islamiques ,voila la bonne questions ? je sais que cela va en faire râler ,plus d’un,, ,dont Maxime ,voila plus de 50 ans que JML ,nous alerte ,sur ce phénomène ,gauche et droite, le traitait de nom d » oiseaux ,pourtant, il avait raison, sa fille ,nous préviens depuis des années ,droite et gauche, la traite de raciste, pourtant, elle a raison ,elle nous préviens , attentions aux islamiques ,D,ANGER,,,il va falloir combien de mort , pour prendre conscience que ceux qui les dénonces on raison ,notre justice ,va telle faire expulser les 15 000 étrangers de nos prisons ,puis les condamner perdre notre nationalité et expulser de suite, cars les FRANCAIS ,commence sérieusement , a en avoir MARRE et le couvercle pourrait bien sauter

    Aimé par 1 personne

  18. Puis-je me permettre d’apporter un bémol ?

    Le colonel Beltrame est un héros, c’est incontestable. Mais c’est un héros sacrificiel, pas un héros vainqueur.

    Nous devrions méditer cette parole de Patton : « Le but de la guerre n’est pas de mourir pour son pays, mais que &@#!% d’en face meurt pour le sien ».

    Le colonel Beltrame a montré que les Français pouvaient être courageux, j’aurais préféré montrer qu’ils pouvaient être forts.

    Aimé par 2 personnes

    • Franzi dit :

      @ Franck Boizard
      « Le colonel Beltrame a montré que les Français pouvaient être courageux, j’aurais préféré montrer qu’ils pouvaient être forts. »

      Si je suis d’accord avec votre souhait, je me dois de souligner que les forces de l’ordre, civiles ou militaires, ne peuvent agir à l’encontre des ordres reçus.
      Ordres reçus des criminels qui sont arrivés « par effraction » à la tête de l’Etat.
      En outre, les militaires (dont les Gendarmes) n’ont que le droit d’être taillables et corvéables à merci ; et de se TAIRE. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de la « Grande Muette » !
      Par voie de conséquence, avant que la France ne redevienne un pays fort et respecté, je crains fort qu’il faille d’abord en passer par une révolution.
      Mais les moutons Français seront-ils un jour capables de sortir de leur anesthésie générale et mortifère ? Hélas ! j’en doute fort.

      Le courage et le sacrifice du Lieutenant-Colonel Arnaud BELTRAME n’en est que plus fort et grandiose.
      HONNEUR à lui, et RECONNAISSANCE infinie.
      Franzi (veuve de Gendarme)

      J'aime

    • choix fatidiques dit :

      Oui, je suis assez d’accord avec vous.

      De plus, un militaire en service devrait plutôt assurer le rôle pour lequel il est formé face au danger, plutôt que de quitter son service pour prendre la place d’un tiers. On ne peut pas comparer avec Kolbe, qui était déjà prisonnier, ou avec Honoré d’Estiennes d’Orves ou les autres, faits prisonniers en essayant de remplir une mission.

      Je préférerais qu’on s’occupe de trouver des solutions rationnelles et de long terme au problème posé plutôt que d’en rajouter dans la fascination pour les victimes (qui fait aussi partie d’un air du temps délétère et est une partie de la source du problème), or il me semble que c’est aussi ce qui se passe ici.
      Un héros, c’est quand même avant tout celui qui s’oppose au cours néfaste des choses, pas celui qui s’y laisse engloutir.

      Je me demande d’ailleurs ce qui s’est effectivement passé. Le jour de l’attentat, aussi bien Macron que Colomb ont parlé d’un échange avec une personne unique, ce qui est encore ce qui est dit dans la presse anglaise.
      Mais, depuis, les articles nous parlent parfois d’une cinquantaine d’otages.

      Aimé par 1 personne

    • Le simple bon sens.

      J'aime

    • choix fatidiques dit :

      En contrepoint à mon précédent commentaire, deux extraits de discours dans la cour de la préfecture de police, sous le gaullisme, par une personne qui ne s’est pas échangée contre des civils (il me semble qu’en janvier 1944, c’est bien ainsi que la question se posait pour lui) :

      https://www.dailymotion.com/video/xi819?start819

      Peut-être faut-il cependant ne pas jeter le bébé (le bon fonctionnement de la hiérarchie et de l’Etat) avec l’eau du bain, et peut-être est-on allé trop loin en ce sens.

      Par exemple, le documentaire en question m’avait semblé à l’époque vouloir promouvoir la désobéissance pour raisons morales. Mais, si celle-ci va trop loin, on fini par ne plus pouvoir mener des actions mesurées et nécessaires.

      J'aime

    • choix fatidique dit :

      Je remet les deux extraits :

      www point dailymotion point com /video/xi8u19start=819

      www point dailymotion point com/video/xi8u82amp;start=680

      en espérant qu’elles soient à présent accessibles (remplacer les point dans l’URL). Sinon, tant pis.

      J'aime

    • choix fatidiques dit :

      Les extraits de discours mentionnés à 14h17 sont dans le documentaire de France2 « Maurice Papon, itinéraire d’un homme d’ordre ».

      Sur Dailymotion, partie 3 vers 13mn39, et partie 4 vers 11mn20.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.