Routine d’une misère politicienne…

M. Alain Juppé qualifie, dix jours plus tard, les propos de M. Wauquiez de « lamentables, minables, d’une extrême vulgarité » et compare la gestion de sa ville à celle de la région ARA. Le président Macron a passé 12 heures 30 au salon de l’agriculture, battant ostensiblement le record de M. Hollande qui n’y était resté que 10 heures. En outre, il a selon lui, « brisé les codes » M. Nicolas Sarkozy aurait, répondant aux excuses de M. Wauquiez, traité ce dernier de « grosse merde », selon le Canard Enchaîné –  mais il semblerait, de bonne source, que l’information soit authentique… Le Premier ministre lance la réforme du statut des cheminots, qui ne s’appliquera pas aux cheminots actuels, seulement aux prochains recrutés, ne concernera pas les retraites (c’est-à-dire l’enjeu essentiel) et entrera en vigueur à « une date à négocier ». Malgré toutes ces extrêmes précautions, les syndicats  ulcérés annoncent « une grève des transports illimitée », prêts à bloquer le pays pour sauver leur emblématique statut aussi longtemps que nécessaire. M. Montebourg, qui ne s’imaginait pas autrement, il y a bien peu, qu’en successeur des rois de France, en monarque républicain, pavoisant sur le perron de l’Elysée, a décidé de se lancer dans l’exploitation des amandes. Qu’il en soit honoré. Mme Pécresse est, elle aussi, « consternée » par les propos de Laurent Wauquiez. Les trois membres de la famille le Pen sont de sortie médiatique, comme des petits diablotins de leur boîte, se haïssent plus que jamais, et font le bonheur intense des médias et de la presse (une du Point). M. Darmanin ne démissionnera pas. Reste que l’image personnelle de cette étoile montante (filante?) de la politique française est sérieusement écornée. Le tribunal administratif de Paris a annulé, pour excès de pouvoir la « piétonisation » des voies sur berge qui empoisonne les habitants de l’île de France obligés – obligés – d’utiliser leur véhicule pour se rendre au travail. La mairie de Paris annonce qu’elle n’appliquera pas la décision de justice, se plaçant en marge de l’Etat de droit. Où est passé l’intérêt général? Où est passé le débat d’idées et de projet? Où est passée la France? Il paraît qu’un pays a la classe politique qu’il mérite. Discutable. A voir…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

46 commentaires pour Routine d’une misère politicienne…

  1. Frederic_N dit :

    Pas tout à fait d’accord avec votre présentation. D’une part vous commencez à pointer Juppé au lieu de charger Wauquiez. A protéger Wuaquiez , vous vous préparez à des désillusions encore plus cruelles que tu temps de Sarkozy. Mais surtout la manière dont vous présentez les réformes de Macron n’est pas correcte ( surtout quand on sait ce que la droite a à se faire pardonner ) . Au sujet de la réforme de la SNCF et des fonctionnaires, je lis dans les Echos que Macron agit sur des chantiers explosifs, l’éditorial du Figaro l’encourage à ne pas céder avec ce mot qui dit tout : c’est le moment. ! Tous prennent ces réformes au sérieux
    Et vous ? vous faites la fine bouche comme toute la droite Wauquieriste . Vous mégotez. Au lieu de soutenir la réforme coûte que coûte voilà qu’on laisse entendre qu’il n’y a rien dans le dossier , tout en espérant que les syndicats réussissent à mettre le gouvernement à genoux ( et là on dira que la réforme était mal engagée , ben voyons). Aussi je maintiens mon analyse : il s’agit là du décalque de la position du Parti Communiste dans les années 30 qui faisait tout pour saboter la politique de son rival socialiste et qui a obtenu Hitler
    Je vous rappelle quand même que la vie politique française est empestée depuis 30 ans par les corporatismes des cheminots et de la Fonction Publique, et qui ont réussi à faire chanter littéralement tous les gouvernements. C’est pourquoi un affrontement à la SNCF – même sur des clopinettes – est une question de principe . Il s’agit de savoir qui est le plus fort : la loi et derrière elle la démocratie et l’intérêt de la Nation, ou les syndicats des cheminots. Une victoire contre la CGT et c’est l’assurance que la volonté du gouvernement ne sera pas entravée . Une défaite et Mélenchon ressuscitera
    Aussi je vous pose cette question. De quel côté êtes-vous dans cette affaire ? de celui de Macron ou celui de la CGT ? Il n’y a pas de troisième voie. Quant à M Wauquiez, par son silence, il a choisi le camp de Martinez

    J'aime

  2. choix fatidiques dit :

    Le débat d’idées et de projet, l’intérêt général, etc etc etc.

    Vous voulez la fin du statut des cheminots. Pour quoi faire ?

    1) l’état de la Sainte Concurrence au Royaume-Uni :

    https://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/au-royaume-uni-la-privatisation-des-chemins-de-fer-deraille-628489.html?amp=1

    2) Un point sur les immenses privilèges du statut de cheminot :

    https://www.marianne.net/economie/reforme-de-la-sncf-les-privileges-du-statut-du-cheminot-sont-surtout-des-fantasmes

    Les énarques qui réclament un débat d’idées et de projet ne réclament pas, en fait, qu’on remette en cause la politique qu’ils nous imposent, en encore moins qu’on en fasse changer le cours ; mais qu’on en parle et qu’on en chante les mérites, au lieu de ne parler que de la vie privée des politiciens.

    Le seul problème qui se pose est que cette politique est mauvaise : elle fait perdre à l’Etat le contrôle de l’économie, aux salariés la stabilité et la tranquillité, et tout cela pour une économie qui marche nettement moins bien qu’avant.

    Yaka tout privatiser et tout laisser racheter par Allemands, Chinois et Américains. Et, bien sûr, cent balles et un mars pour le grand travail de réflexion et l’immense courage politique des énarques et de leurs électeurs du baby-boom. Mais, de là à ce qu’on les en remercie, il ne faut quand même pas exagérer.

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    Sempiternelles lamentations….

    J'aime

  4. Timéli dit :

    Une question me vient à l’esprit : où est le changement annoncé par Macron pendant sa campagne électorale ? Rien à l’horizon…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s