Une époque étrange

L’époque est étrange. Sous l’effet du « politiquement correct » la plupart des sketchs de Coluche, des Inconnus ou de Thierry le Luron seraient jugés inconvenants sur les grandes chaînes de télévision. Et puis soudain, dans ce contexte aseptisé, surgit en plein 20 heures et visiblement en toute impunité, sur une grande chaîne de télévision, une blague immonde relative à la Shoah. C’est tout le signe d’une époque déboussolée, privée des repères de la mémoire, de la morale et de l’intelligence. Ci-dessous, le joli texte de Gilles-William Goldnadel dans Figaro Vox.

……………………………………………………………………………………………………………………….

Gilles-William Goldnadel est avocat et essayiste. Il est président de l’association France-Israël. 

Je voudrais cette semaine radiographier la télévision publique avec une drôle d’histoire d’histoires drôles.

C’est avec ce genre de petites choses, qu’on comprend bien des choses.

J’avais traité dans ces mêmes colonnes il y a quelques semaines des mésaventures du malheureux Tex, qui a été renvoyé séance tenante par Mme Ernotte, présidente de France 2, sur dénonciation de Mme Schiappa, pour avoir osé faire de l’humour noir sur une femme à l’œil au beurre noir.

Cette semaine, sur la même télévision de service public mais dans le cadre encore plus noble et sérieux du journal télévisé, une rubrique était consacrée à ces «femmes humoristes qui osent tout».

Ci-après, plaisanterie soigneusement sélectionnée par la télévision d’état pour présenter l’humoriste belge Laura Lane, sur scène et sous les rires du public: «Quelle est la différence entre les juifs et les baskets? Réponse: aucune, on en trouve plus en 39 qu’en 45»…

Je pourrais commencer par vous dire, et je suis sûr que parmi mes lecteurs beaucoup le pensent, que les deux plaisanteries ne sont en rien équivalentes. Que l’une concerne une femme battue imaginaire tandis que l’autre concerne six millions d’hommes, de femmes et d’enfants qui, pour être partis en fumée, ont réellement existé.

Mais, que mes lecteurs me pardonnent, je ne me situe pas sur ce terrain miné et n’entends pas m’y arrêter.

Je suis de ceux qui pensent qu’on peut rire de tout, à condition que ce soit réellement de tout.

Or, la faute impardonnable mais tellement idéologiquement explicable de France 2 réside dans son esprit de sélection.

Pendant que l’on célèbre l’audace d’une humoriste femme au moyen de la violation du plus grand des tabous, on vire comme un malpropre un beauf bien blanc pour avoir osé plaisanter sur le tabou idéologique du moment. La femme humoriste peut tout se permettre tandis que le blanc mec est déjà un suspect.

Dès lors, la plaisanterie sur la Shoah dûment sélectionnée, me reste à travers le gosier.

Le deux poids, deux mesures valide donc le fait que sur cette télévision publique qui m’appartient aussi, on a le droit de rire des enfants morts mais pas des femmes battues. Mais l’humour noir à demi, n’est pas l’humour du tout. Et du coup, voilà que cette plaisanterie qui aurait pu, je l’avoue, me faire sourire, ne me fait plus rire du tout.

Mais plutôt que de pointer Laura Lane, ce que je trouverais injuste, je réclame que Tex ne soit plus à l’index.

Pour rester et finir sur le terrain de la mauvaise plaisanterie, je voudrais évoquer le comte de Paris.

Celui-ci a saisi le CSA, s’agissant de l’émission de RTL les Grosses Têtes, animée par Laurent Ruquier.

Le 2 janvier, alors qu’était évoquée la mort de son fils aîné, handicapé mental, décédé le 30 décembre, l’animateur a demandé aux participants où allait être enterré le prince François de France.

S’en est suivie une série de blagues sur les handicapés mentaux qui n’ont pas fait rire le père éploré.

Jusqu’à présent, le CSA, qui a lui aussi ses humeurs sélectives, est resté l’arme au pied.

Henri de France pourrait se demander, naïvement, ce qui peut pousser de bons esprits à en faire du mauvais lorsqu’il arrive le pire qui soit à des parents: d’enterrer leur enfant.

Il faut bien mal connaître l’âme l’humaine pour ignorer, ce que De Gaulle à Chirac on sait bien, que c’est ce qui arrive au plus fragile des enfants qui fait le plus grand mal.

Mais désolé Monsieur le Comte, les handicapés ne font pas partie des fausses victimes sacrées.

Ils sont trop authentiques pour être respectés par les petits marquis de la gauche médiatique.

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Une époque étrange

  1. Georges dit :

    C’est le genre d’humour qui circulait en 40-45 avec l´appui de l’occupant , bien entendu.Autre époque même mœurs .

    J'aime

  2. cyrildefayet dit :

    merci maxime pour ce billet qui m’eclaire sur ce sujet, cyril de fayet

    J'aime

  3. anna dit :

    J’ai été moi aussi scandalisée par cette blague, et plus encore par le fait – loin d’être innocent – qu’elle soit le très court extrait retenu par France 2 pour le JT. Je serai curieux de savoir qui fit cette sélection… J’espère des poursuites de la LICRA.
    Quant au mythe du « on peut rire de tout »… laissez moi rire ! Si cette prétendue comique avait perdu son père et sa mère dans les camps, elle n’en rirait certainement pas. Si elle a des enfants et qu’ils meurent brûles vifs dans un accident de voiture la semaine prochaine, est-ce que cela fera partie de son prochain spectacle, l’an prochain… ? Les survivants de Charlie Hebdo ont-il fait des blagues sur leurs collègues criblés de balles ? J’ajoute que j’ai ré-entendu à l’occasion le sketch de Désproges sur les juifs et la Shoah, et que je trouve cela du même gout, déplorable…
    Arrêtons avec le mythe du « il faut rire de tout » : rire de la souffrance ou de la mort des autres est minable et inhumain.

    J'aime

    • Anna, bien sûr, comme vous avez raison!
      Maxime

      J'aime

    • Philippe Dubois dit :

      Bonjour Maxime

      Et oui, il faut pouvoir rire de tout même si, je suis d’accord avec vous sur ce point, la diffusion de certains sketches sur une télé publique ou non payante à des heures de grande écoute doit être mesurée et faire au minimum l’objet d’un avertissement.
      Parce que si vous commencez à mettre des limitations au droit de rire et donc à la liberté d’expression, vous ne savez hélas que trop où cela va s’arrêter.
      La seule limite, admissible et souhaitable, est l’appel au passage à l’acte et la diffamation : il faut revenir à la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

      Personne n’est contraint d’assister au spectacle de Laura Laune, mais je dénie à quiconque le droit de m’empêcher d’y aller au prétexte qu’il serait choqué par une blague sur les curés, les handicapés, les vieux, les chatons maltraités…..

      L’inverse est vrai : je trouve ignobles certaines « oeuvres d’art » ou pièces de théâtre blasphématoires (et en plus, elles sont moches) ; donc je ne vais pas les voir mais si quelqu’un veut y aller, c’est SON problème avec SA conscience.
      Tout comme Charlie Hebdo : certaines de leurs Unes sont abominables, mais il ne me viendrait pas à l’idée de les interdire : je ne les regarde pas, je n’achète pas ce journal et je suis contre toute forme de censure.
      Mais si Charlie meurt faute de lecteurs, ça m’indiffère.

      Par contre, je trouve scandaleux de subventionner avec mes impôts des « oeuvres » immondes. mais on arrive au problème du fonctionnement du ministère de la Culture et à celui de la distribution des subventions par les collectivités locales.

      J'aime

  4. Tarride dit :

    Chers Amis

    Gilles William Goldnadel fait partie des gens pour qui j’ai du respect parce qu’il savent dire ce qu’ils veulent dire. Contrairement à beaucoup d’entre nous, et pas seulement les politiques, il refuse effectivement la langue de bois, ce qui peut couter cher, je le sais d’expérience.

    Je suis d’autant plus à l’aise pour lui dire qu’il existe de rares sujets sur lesquels nul n’a le droit d’essayer de faire de l’humour. La Shoah en est un. Ce crime majeur est inimaginable, il est aussi incompréhensible. On n peut, par conséquent, quand on n’en parle sur un ton léger que dire des âneries.

    Faire de l’humour suppose essayer de faire rire. On ne peut rire que de ce qui ne dépasse pas l’entendement.

    Etienne Tarride

    J'aime

  5. Patrick dit :

    Bonjour à tous,
    Historia magister vitae disait Cicéron.
    L’histoire n’est qu’un éternel recommencement. Les passions s’inscrivent dans des cercles qui se répètent, seules certaines modalités changent mais les tendances lourdes demeurent.
    L’antisémitisme a d’abord été un anti judaïsme d’origine chrétienne durant le Moyen-Age. Puis à l’ère industrielle, il s’est transformé progressivement en anti-ploutocratisme avec la figure du juif banquier qui s’inscrivait dans la prolongement du juif usurier. Au XX°s avec l’essor du positivisme scientifique et parfois ses dérivés morbides, il est devenu racial pour se fracasser sur les chambres à gaz et les fours crématoires (gaz et feu, on est bien dans la chimie).
    Un nouveau cycle débute pour l’Europe occidentale avec le religieux qui revient sur le devant de la scène et l’antisémitisme-antisionisme reprend sa forme initiale d’anti judaïsme religieux. Les persécutions ne sont plus d’origine chrétienne mais viennent des épigones du monothéisme suivant et de leurs alliés utiles, tranquillement d’abord, avec des « blagues ».
    Le fait nouveau est que la bien-pensance ne juge pas nécessaire d’établir des digues morales face à l’innommable. Mais j’arrête là, après on va me traiter de complotiste, déjà que …

    J'aime

  6. Philippe dit :

    Bonjour Maxime, Bonjour à tous,
    Bonjour Maxime Bonjour à tous

    Il faut cesser toutes ces polémiques, il faut rire de tout, il faut tourner les choses à la dérision. Ce n’est pas d’oublier les moments dramatiques, les femmes battues, la shoah et autres choses terribles.
    Le devoir de mémoire est une de nos obligations. Mais il faut faire la différence entre l’humour méchant et destiné à faire du mal sciemment et le dérisoire.
    Mais il est bon de tourner les choses à la dérision.
    Pour la morale, la censure faite par nos médias est à sens unique.
    Les femmes peuvent avoir des propos sexistes mais pas les hommes. Les noirs peuvent avoir des propos racistes sur les blancs mais pas l’inverse etc. Je le disais un Ruquier est une force du bien, un Zemmour la force du mal etc.
    Prenez un exemple le « mot race » est interdit depuis un décret de 2012. Le blanc ne peut pas dire sale race. Mais le magrébin peut dire « enc……de ta race » etc.
    J’ai un de mes collègues de travail, d’origine congolaise qui faisait la remarque ci-dessus, il s’est vu traité de tous les noms par une adhérente d’une association antiraciste, de « Bounty », elle lui a dit : « tu es noir à l’extérieur mais un sale blanc à l’intérieur. » Pas mal pour quelqu’un qui se bat contre le racisme !
    Mr Goldnadel a raison dans ses propos.
    Je n’aime pas la tournure des événements. Délation, jugement, condamnation. Les inquisiteurs, les commissaires politiques sont partout.

    Gérard,
    Le sujet n’est pas de nier la maltraitance des femmes, loin de là. L’aventure de Tex est terrible. Ce n’est pas en censurant les blagues où en incitant à la délation que nous supprimerons la violence faite aux femmes.
    C’est une bonne prise en charge de ses femmes par des structures adaptées et une « TOLERENCE ZERO » de la part de la justice. Que ce soit pour la violence faite aux femmes, le racisme, la violence l’état a failli par clientélisme, électoralisme. Mais il est plus facile de la part de nos dirigeants de cacher cette incompétence en mettant ; avec la complicité des médias, au gibet les humoristes, les auteurs d’histoires grivoises, que nous améliorerons le sort des victimes, on aura l’effet inverse.
    Reprenons les choses par le commencement, l’éducation, le respect, la loyauté, la probité, l’état doit retrouver sa légitimité et être intransigeant vis-à-vis de ceux qui ne respectent pas les lois.
    Ce qui est interdit pour les uns, doit l’être pour les autres, quel que soit leur race, leur sexe, leur couleur, leur religion. L’injustice mène à la haine et à la violence.
    Et la victimisation à outrance ne mène à rien.
    De même pour la shoah, mais attention lisez les témoignages d’anciens des forces anglaises en 1947, vous verrez que les juifs on fait des choses pas jolies jolies. En tant qu’ancien militaire j’ai fait un mandat pour l’ONU et je peux vous dire qu’Israël n’est pas un exemple de moral en matière de crime de guerre. Une ministre israélienne Shulamit Aloni que j’ai rencontré un jour a dit « il n’est pas nécessaire d’avoir des fours à gaz pour faire un génocide » Elle condamnait les violations des droits des Palestiniens dans les territoires occupés. Elle disait aussi : « C’est une combine que nous utilisons toujours. Quand quelqu’un, en Europe, critique Israël ou les juifs, alors nous sortons « l’holocauste ». Quand les gens dans ce pays critiquent Israël, alors ils sont « antisémites ».
    Donc relativisons et faisons la part des choses, je ne veux pas que mon pays La France devienne un état policier, où l’on m’impose comment et quand je peux rire ou pleurer, quoi penser et quand. Je suis assez grand pour garder mon libre arbitre et de savoir jusqu’où peut aller l’humour !
    Par contre il est vrai que les humoristes d’aujourd’hui ne sont pas des Raymond Devos, des Desproges, Yann, Le Luron etc.

    J'aime

  7. Eric dit :

    Bonsoir,
    Le deux poids deux mesures ne me semble pas, en l’occurrence, s’appliquer à la façon de traiter une blague sur les femmes battues ou une autre sur la Shoah.
    Inverser les rôles, l’humoriste belge racontant l’histoire sur les yeux au beurre noir et Tex blaguant sur la Shoah, j’ai le sentiment que le résultat aurait été le même, à savoir glorification de l’audace de la jeune femme humoriste et damnation du présentateur, archétype du mâle, blanc de plus de cinquante ans (vous savez, celui que Delphine Ernotte voulait voir disparaître des chaînes publiques).
    On peut sans doute encore rire de tout mais pas tout le monde et, comme aurait dit Coluche, il y en a qui sont plus égaux que d’autres.
    Eric

    J'aime

  8. Gérard dit :

    Sachez Monsieur Gilles William Goldnadel, car vous semblez l’ignorer, qu’en France, en moyenne, une femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son compagnon ou époux, et ce n’est pas  » une femme battue imaginaire  »
    Les plaisanteries sur la Shoah sont tout aussi abjectes.
    Non, on ne peut pas rire de tout.

    J'aime

    • Bernard06 dit :

      J’aurais pu vous prendre au sérieux et abonder dans votre sens si, allant dans le sens du vent dominant des détestables « en même temps » et « celles et ceux » vous aviez complété votre propos par l’information qui semble (mais vous échappe-t-elle vraiment ?) vous échapper que tous les 14.5 jours un homme meurt sous les coups de sa femme. Étonnant non ?

      J'aime

  9. E. Marquet dit :

    Le deux poids, deux mesures est aussi vieux que le monde.
    « Tu n’auras pas ton sac deux sortes de poids, un gros et un petit » (Deutéronome 25.13)
    « L’Eternel a en horreur deux sortes de poids et la balance fausse n’est pas une bonne chose » (proverbes 20.23)
    Et Chateaubriand, dans les Mémoires d’Outre-Tombe : « Nous avons deux poids et deux mesures, nous approuvons, pour une idée, un système, un intérêt, un homme, ce que nous blâmons pour une autre idée, un autre système, un autre intérêt, un autre homme ».
    Il est à craindre que l’Homme ne change jamais !

    J'aime

  10. Bernard dit :

    Bonjour Maxime,
    Effectivement l’article de Gilles-William Goldnadel me laisse pantois. Ce qui fait mal c’est que les membres du CSA et leur Président Olivier Schrameck tolèrent, encouragent par leur silence cette volonté de pensée unique imposée par une poignée de « journalistes » qui veulent formater la France à leurs idées. Je ne comprends pas que Madame Françoise Nyssen n’est pas plus réagit.
    Est ce que des Esprits cautionnent ce genre de comportement nauséabond pour mieux asservir leurs concitoyens qu’ils méprisent car se croyant supérieurs à eux ?

    J'aime

  11. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Mais que vaut cette nouvelle polémique sur des blagounettes de plus ou moins mauvais goût, quand dans le même temps, on apprend que les Turcs ont commencé l’extermination du peuple kurde dans l’indifférence générale, ou qu’on essaie de nous faire pleurer sur le sort de ces terroristes qui ont pris les armes contre la France, en Irak ou en Syrie, et qui risquent d’y être condamnés à mort ?

    J'aime

  12. Je ne partage pas l’avis de Goldnadel: c’est l’humoriste la première coupable et j’invite Goldnadel à méditer ce proverbe hindou « pourquoi s’en prendre à la flèche quand le tireur est présent ». Sinon on revient invariablement à l’affaire du sang contaminée avec le fameux « responsable mais pas coupable » de la honte.

    J'aime

    • Infraniouzes dit :

      Bien d’accord. Dans le même registre on dira que ce n’est pas la balle ou le révolver qui tuent; c’est celui qui tient l’arme. De même, ce n’est pas la vitesse, la voiture ou la chaussée glissante qui tuent mais l’imbécile qui est au volant.

      J'aime

  13. michel43 dit :

    forcément que l’on peut rire de tout ,,,intelligemment ,bien sur ,et forcément cela fait de la peine a celui a qui cela arrive , l » époque des faux culs et des hypocrites et faux culs bats son plein en ce moment ,les règlements de comptes avec ,beaucoup ce sente mal dans leurs peaux ou on des problèmes ,personnelles qu » il rejette sur les autres ,bien sur ,nous somme arriver dans une société de M,,,,,les jaloux et jalouses ,,les pétasses BCBG se déchaines ,et s » incultes entre elle ,cela doit les occuper ,et se défoule en même temps ,il est vrais que pour eux ,pas de problème d’argents ,cars de tout temps ,il y a des violences dans les couples ou ailleurs ,on s » en prend au riches ,au pauvres ,a ceux qui nous diriges ,a la télé, au journaux ,j’en passe et des meilleurs ,souvent, je me demande ou cela va s » arrêter ,en attendant cela ennui profondément ,Moi qui adore blaguer sur tout ,sans penser au mal ,drôle d » époque ,et cela n » est pas finie ,triste, mais vrais celui qui n » a pas blaguer sur les juifs , les noirs ,les chinois , les homos,me jette la première pierre

    J'aime

  14. Jordi dit :

    J’aime beaucoup Goldnadel, et je trouve ses analyses en général très pertinentes.

    Celle-ci ne fait pas exception, merci de l’avoir partagée.

    J'aime

  15. Sganarelle dit :

    Oui c’est une époque étrange où lorsqu’on ne partage pas le même avis l’injure est à la mode plutôt que l’argument , inutile de se référer à Jacqueline de Romilly qui en son temps avait analysé les causes : absence de vocabulaire, d’élégance et de culture , de ce fait nous avons perdu la finesse d’esprit chère au XVIII ème siècle qui a faIt notre défunte réputation et dont avait hérité nos grands-parents.
    De tous temps une plaisanterie n’amuse vraiment que lorsqu’elle concerne les autres, seul l’humour qui a traIt avant -tout à soi-même est universellement accepté.on avait coutûme de dire que le spirituel et la légereté étaient « françaises  » et l’humour « anglais » et on pratiquait avec légéreté et esprit la taquinerie envers nos voisins qui nous le rendaient bien .

    C’est parce que cela vous touche moins que vous trouvez mineur ce qui concerne la femme battue par rapport à la Shoah (et objectivement en effet le fait ne peut se comparer) mais si on considère uniquement le résultat pour les intéressés que ce soit la femme qui meurt sous les coups, l’handicapé, le vieillard , le juif ou l’Africain moqués sans talent aucun, ils ont tous bon droit de se sentir également insultés et ressentent un malaise sinon un rejet.
    il n’existe pas d’échelle de valeur , il y a l’art et la manière, et la sottise d’un présentateur TV en regard de ses cachets doit être sanctionnée car ce qu’il faut condamner c’est le mauvais goût la bêtise le clientélisme la vulgarité en un mot le manque de professionnalisme.
    Actuellement nous sommes dans une société oiù il n’y a plus aucune référence culturelle de base, on le voit chez les chansonniers qui sacrifient de plus en plus à la scatologie et les grosses blagues sexuelles pour être applaudis. Tout est pris au premier degré, aucune références culturelles et si on sort des clous gare à la censure.
    Une plaisanterie fine peut parfois être gentille et drôle en humour noir et il est permis de l’apprécier ou non , Pierre Doris en était le maître, mais pas en toutes circonstances et pas en présence des intéressés. La méchanceté avec l’envie de se valoriser au dépens des autres dans les exemples que vous citez ne sont pas drôles ils méritent une condamnation en bloc pour nullité et crétinerie.

    J'aime

  16. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Eh oui nous sommes bien passé de l’époque du « il est interdit d’interdire » à celle de la censure par les mêmes qui se revendiquaient de l’esprit de mai 68, comme tous ceux qui se revendiquent aujourd’hui de l’esprit de Charlie et qui se croient autorisés à dire ce qu’est le bien et le mal.
    En quoi les pires blagues de Coluche et de Le Luron, et Dieu sait si tous les deux ne se sont pas privés de rire vraiment de tout, ont-elles provoqué un abaissement de la morale ou simplement de la réflexion et du libre arbitre ?
    A l’époque des réseaux sociaux censés libérer la parole où l’on devrait pouvoir tout dire et rire de tout, nous n’avons jamais assisté à une telle censure, à une telle pudibonderie sous les prétextes les plus fallacieux et surtout les plus lâches lorsqu’il s’agit notamment de certaines religions.
    On peut rire et se moquer ouvertement et même quelquefois grassement des chrétiens, des bouddhistes, de l’animisme, du vaudou …mais surtout pas de l’Islam ou du Judaïsme où là la censure est immédiate voire le tribunal avec la condamnation assurée.
    A. Malraux qui a tant exploré la condition humaine, l’avait dit : « le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas», il a également écrit : « Je n’exclus pas la « possibilité d’un évènement spirituel à l’échelle planétaire. »
    Maintenant que la plupart des luttes visant à l’émancipation de la tutelle religieuse ont été menées ou tout au moins ont été abordées, les prédictions d’A. Malraux se révèlent tout à fait pertinentes et font peur.

    J'aime

  17. Infraniouzes dit :

    Cher Maxime et à tous,,

    On y vit une époque troublée à plus d’un titre. Cet antisémitisme rampant dénoncé jour et nuit par la gauche m’inquiète. Nous rappeler sans cesses « Les heures les plus sombres… » me déplait pour ne pas dire plus.Qui est à la manœuvre derrière ça ? Forcément quelqu’un ou quelques uns. Et qu’on ne nous resserve pas la théorie du complot comme relevant de fantasmes refoulés. Imputer tout ça au FN qui n’en parle jamais (exceptée la coupable diatribe de JM Le Pen) relève de l’écran de fumée bien commode. Nos bobos de gauche nous refont mai 1940 en un copié-collé de la plus belle facture. Se rendent seulement-ils compte de l’énormité de l’accusation ? Evidemment on nous refait le coup de la repentance pour nous culpabiliser un peu plus. Mais dire que les Français sont antisémites dépasse toutes les inepties. On sait que tout vient des musulmans implantés en France qui se sentent forts depuis que notre état républicain et laïc leur cire les babouches. Qui les manipule? Je rêve que Israël dépêche quelques uns de ses meilleurs agents secrets pour liquider quelques responsables mais après ? Et l’affaire ne relève pas de la rumeur qui court. Non ! Nous refaire 39-45 en nous assimilant aux nazis est de la pure ignominie. Mais sans réaction de notre part, la bête grossira.

    J'aime

  18. Laurent Grélot dit :

    Formidable clairvoyance sur la farce médiatique qui distille sa « bienpensance » sélective. Je salue votre courage de le dire avec tant de justesse et sans céder à l’invective.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s