Omerta sur une victoire

L’événement majeur de ces derniers mois, d’ampleur historique, est largement passé sous silence par les médias français: la défaite de l’Etat islamique daesh, le « califat », à peu près complète en Irak, après la chute de Hawiha, et en Syrie, avec la reprise de Rakka par les forces gouvernementales. Le déni de la mémoire est l’outil essentiel de la manipulation médiatique de masse. Les foules ont déjà oublié l’épouvante de ces dernières années, les supplices atroces médiatisés, les crucifixions des chrétiens, les femmes réduites en esclavage sexuel, l’extermination des populations, les foules de réfugiés fuyant les massacres de masse, l’établissement d’un régime sanguinaire sur une partie du Moyen-Orient et du Maghreb. La civilisation l’a emporté sur la barbarie. Bien entendu, on dira, à juste titre, que la chute de daesh ne signifie pas la fin du terrorisme islamiste, dès lors que l’hydre se répand ailleurs. Certes, mais le noyau de la barbarie, sa base territoriale a tout de même été vaincu même si la guerre continue à faire rage ailleurs. Nos médias, comme étrangers à des événements d’ampleur géopolitiques, préfèrent largement parler des élucubrations et des gesticulations de la classe politique française et du star system, en fermant les yeux sur l’essentiel. Alors pourquoi ce silence, cette indifférence? Il y a bien sûr la part de franchouillardise imbécile: tout ce qui dépasse le cadre des frontières nationales dépasse aussi le niveau d’intelligence. Mais une autre raison sans doute: cette victoire est avant tout celle des armées arabes soutenues par les russes d’une part et de l’armée américaine de l’autre. Et cela, c’est dur à reconnaître… La France, l’Europe, depuis le début, ont été en marge de cette victoire de la civilisation sur la barbarie. En outre, quelque part, l’échec territorial de daesh déçoit une frange idéologique de la « France dite d’en haut » (médiatisée) qui vouait une sympathie discrète et refoulée à son entreprise de table destruction du passé et de table rase.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Omerta sur une victoire

  1. cyril dit :

    bonjour, je ne comprends pas ce que vous entendez par officines idéologiques médiatisée, navré ! peut être d’ordre religieux ? cyril

    J'aime

  2. don Quichotte dit :

    @Colibri, au sujet de la phrase « si vis pacem para bellum » et du manque de défense des intérêts français, dont nous avions parlé

    1) Historiquement, le pacifisme n’a pas donné de bons résultats :

    « L’un des vecteurs les plus efficaces de la diffusion d’une idéologie pacifiste en France, au moins jusqu’en 1938, fut sans doute le Syndicat national des instituteurs, fort de 100 000 adhérents en 1937 sur 137 000 instituteurs. A la base, là encore, un fort sentiment de culpabilité à l’égard de l’Allemagne. (…) Sont accusés : le capitalisme, les ‘chauvins’ de Versailles, l’absence d’aide au prolétariat allemand. Le SNI fait campagne contre les manuels jugés bellicistes et fonde sa propre maison d’édition. De là, des réunions de commissions franco-allemandes pour aboutir à des corrections réciproques des manuels. Du 25 novembre au 1er décembre 1935, une réunion a rassemblé des historiens des deux nations. Du côté français, on trouve les professeurs Isaac, Renouvin, Mantoux, Weill-Raynal. Le 3 octobre 1937 est publié un accord relatif sur 39 points d’histoire depuis le XVIIIe siècle. Les animateurs du SNI n’en sont pas moins demeurés ébahis devant les déclarations du professeur Reimann, président de l’Association allemande des professeurs d’histoire : ‘Si à bon droit nous concevons l’enseignement de l’histoire […] à donner l’esprit de sacrifice et de dévouement au Führer […], cela n’est pas en contradiction avec une reconnaissance complète des vertus des autres peuples.’ »Jean-Paul Cointet, Hitler et la France qui montre aussi comment les Allemands de l’entre-deux guerres ont joué de la séduction de « l’entente franco-allemande » sur différents milieux français (et des pressions anglaises et américaines) pour obtenir le droit de réarmer.

    Voir aussi Marc Bloch :

    https://www.ebooksgratuits.com/html/bloch_etrange_defaite.html

    passage de « et puis, il y avait aussi l’idéologie internationaliste et pacifiste…. » à « Instituteurs, mes frères… ».

    2) Suite aux deux guerres mondiales, les pays européens ne veulent plus régler leurs différends par les armes car ils savent qu’ils n’y ont plus intérêt vu l’évolution de l’armement. C’est pour cette raison qu’il n’y a plus de guerre, non grâce à l’UE ou à ses ancêtres.

    Donc la critique de l’UE n’implique nullement de remettre en cause le renoncement à la guerre.

    Mais il est illusoire de croire que l’absence de guerre signifie l’absence de conflits d’intérêts, et il faut donc être prêt à défendre son point de vue dans ces conflits d’intérêts. C’est ce signifie la phrase latine citée plus haut.

    3) Or, ce n’est pas la préoccupation principale en France :

    http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2017/10/12/31001-20171012ARTFIG00241-le-macronisme-est-il-un-europeisme-beat.php
    « Un mauvais esprit pourrait faire remarquer au Président de la république que lorsque la France voit dans l’Europe une occasion de sortir d’elle-même, comme si elle voulait se délivrer du fardeau de la souveraineté, l’Allemagne y voit l’occasion de s’imposer aux autres. »

    et cela ne peut que poser problème.

    La France est petit à petit en train de se faire vassaliser par l’Allemagne, avec l’appui de ses milieux dirigeants et des ex milieux pacifistes notamment.

    Ces ultimes précisions faites, je laisse les commentateurs de ce blog continuer à papoter et discuter chiffons (sur la robe à porter lors de la nuit de noces avec l’Allemagne, etc etc), seule chose qui reste possible quand on ne veut plus prendre le risque de défendre ses intérêts.

    J'aime

    • Colibri dit :

      Bonsoir Don Quichotte, merci de votre commentaire. Ecrire c’est se décrire et vous avez je pense une idée assez précise de ce que je suis. Je suis effectivement l’enfant d’un couple d’instits de campagne adhérents du SNI. Enfin j’ai accompagné mes parents à des congrès nationaux du SNI à Lille, ville dont je garde des souvenirs forts tellement c’était différent de mon village natal dans la forêt landaise. Oui le pacifisme n’a pas donné de bons résultats en France et je me souviens de pacifistes après 14/18 qui deviendront résistants dès 1940 – et ils n’étaient pas nombreux alors – ils firent alors un grand écart intérieur. J’ai pu plusieurs fois échanger « pour de vrai » avec l’un d’entre eux. Il est mort très âgé et très lucide jusqu’au bout. Ma mère m’a fait lire très jeune « Les Thibault » et je me souviens d’un personnage du livre qui meurt en distribuant par avion des tracts pacifistes au-dessus des lignes de front. Une mort symbolique voulue par l’auteur. Bien qu’un blog ne soit pas le lieu idéal pour une confession publique, c’est mon tour aujourd’hui de faire le grand écart entre ce que je crois et ce qui est: un de mes enfants engagé volontaire dans un régiment de para sera dans un mois sur un terrain d’opération. Il m’oblige à revoir le disque dur de mes certitudes.

      J'aime

    • drazig dit :

      Excellent papier! Il faut lire l’article de Pierre Manent dans le Figaro de ce week-end: « Sortons de cet état de transe amoureuse envers l’Allemagne ». Car celle-ci entend n’en faire qu’à sa tête et dominer l’Europe à commencer par la France. Et comme toujours les Français en reste béats (vous avez dit « kollaboration »!?).

      J'aime

  3. Anonyme dit :

    Quel bel article Maxime! La france s’écrit de plus en plus sans majuscule….

    J'aime

  4. Timéli dit :

    Il y a bien longtemps que les médias ne remplissent plus leur rôle, c’est-à-dire informer objectivement. La plupart d’entre eux vivent des subventions et largesses de l’État. Partant de là, que peut-on en attendre ? Rien, sinon de la manipulation du peuple, du travestissement des infos… Face à ce constat acerbe, il faut rester de marbre, conserver sa lucidité… et surtout sa propre opinion.

    J'aime

    • michel43 dit :

      et OUI , des centaines et des centaines de millions d’euros, qui est a la mains de la CGT du livre ,et la distributions de cette presse , y compris l’imprimerie ,ou le vrais patron est encore la CGT

      J'aime

  5. Cyril45 dit :

    Sans compter sur les Kurdes qui se sont particulièrement illustrés dans ces combats et qui ne sont pas près de voir naître leur propre état.

    J'aime

  6. michel43 dit :

    nous savons TOUS , que DAESH sera vaincue , se sont c’est satellite qui font Régnier la terreur en EUROPE et ailleurs dans le monde ,,qui les soutiens financièrement , voila une questions gênante ,cars le nerf de la guerre , L , » ARGENT et en FRANCE , on aime cette argent sale de ses pays, ,

    J'aime

  7. Colibri dit :

    « Tout royaume qui se divise devient un désert, toute ville ou maison qui se divise sera incapable de se maintenir. » (Matthieu 12,25)

    Sur le lien suivant une vidéo qui date un peu mais c’est parfois intéressant de regarder, écouter ce qui date un peu: https://www.youtube.com/watch?v=i8UGxc5hxuI

    J'aime

    • Vu du Mont dit :

      Et si on lit l’évangile de ce jour Luc 11,15-26 : « Tout royaume divisé contre lui-même devient désert, ses maisons s’écroulent les unes après les autres ». Cette p

      J'aime

    • Colibri dit :

      Je crois Vu du Mont qu’une partie de votre message n’est pas passé? 🙂

      J'aime

  8. Frederic_N dit :

    Vous avez bien raison de fêter la défaite prochaine de Daesh. C’est une bonne nouvelle, comme est une bonne nouvelle le recul des indépendantistes en Catalogne. Mais nous en paierons le prix politique sans doute pendant longtemps même si – chose que vous n’avez pas soulignée – les US ont quand même été parmi les combattants de la onzième heure. Grâce doit être rendue à Trump.
    Mais je ne suis pas sûr que vous visiez vraiment juste dans vos attaques contre les médias et les « élites  » ( ah ! les « zélites » on va en manger longtemps puisqu’on a visiblement décidé à droite que la fainéantise intellectuelle était la meilleure façon de répondre à Macron).
    D’abord il n’est pas vrai que les médias et les zélites aient fait silence sur cette guerre . J’ai lu au moins 5 reportages dans la presse, même le Monde !, vu plusieurs reportages télé. Ce n’est pas le silence ! En fait ce que vous dénoncez n’est pas un problème « d’élites » mais politique. C’est la gauche française et elle-seule ( avec la gauche catalane d’ailleurs! ) qui a voulu faire les yeux doux aux « révoltes  » du moyen orient. C’est l’extrême gauche et elle-seule qui cherche à tout force à s’implanter dans les communautés musulmanes d’Europe, et qui veut faire silence sur daech car elle sait qu’il y a là une vraie sympathie.
    Les élites, elles n’y sont pour rien. Je n’ai jamais vu la moindre sympathie parmi ce que vous appelez les élites vis à vis de Daesh – tout au plus de l’ignorance.
    C’est quand même bizarre notre pays. Chaque fois que la Gauche échoue après avoir cotoyé l’ignoble, elle en est toujours dédouanée par la droite . Hier on a oublié opportunément le totalitarisme. Aujourd’hui on détourne les accusations sur un fantôme – les zléites » qui ne pourra bien sûr pas répondre ..
    Il faudrait quand même en recherche la cause

    J'aime

    • fredN, je ne pense pas aux élites en général mais à des officines idéologiques surmédiatisée que je n’ai pas envie de nommer.
      MT

      J'aime

    • Stéphane B dit :

      Mais l’ignorance n’est elle pas une caution non nommée à une certaine forme de sympathie ou d’accointance ?
      Et puis, dire que les zélites accordent tout au plus de l’ignorance, n’est ce pas donner raison au billet, car justement elles n’ont pas pris une position claire et tranchée. Or cela ne peut dire qu’une seule chose, c’est qu’elles cherchent à en tirer parti à un moment donné.

      J'aime

  9. Doran dit :

    Plus je vois la France d’en haut à la manœuvre, plus je me dis que le parti de l’Etranger est toujours présent et tout puissant. Ce parti de l’Étranger a une très longue tradition dans notre pays. Rappelons nous, le parti bourguignon qui livra la France aux anglais. Plus près de nous, le Parti communiste et ses satellites a été longtemps l’allié indéfectible de l’URSS et de tout ce qui complotait contre la France. Le temps de l’occupation nazie a été aussi le temps du parti de la collaboration. Puis nous avons maintenant le parti inféodé aux Etats Unis composé d’énarques, de journalistes, de patrons , celui des européistes (même clientèle) et maintenant celui des islamistes qu’une récente étude du Figaro décrivait avec justesse et précision.

    C’est donc un parti multiforme, qui plonge ses racines dans tout ce que ce pays peut nourrir en matière de haine de soi, haine de la France et de sa culture .

    Le malheur est que ce parti est devenu au fil des années super puissant , s’appuyant sur de grandes institutions et qu’il se trouve occuper les principaux leviers de commandes du pays d’où cette dérive mortifère pour la Nation française ..

    J'aime

  10. Guy Morel dit :

    Mon cher Maxime, j’ai beaucoup d’estime et d’admiration pour vous. Votre analyse, réaliste et limpide, me séduit, même si vous avez une certaine attirance morbide pour le catastrophisme. Mais cette fois-ci je crois que vous exagérez avec votre dernière phrase: soupçonner nos élites de « sympathie idéologique » avec Daesh est aller trop loin. Que la France, comme (- peut-être plus que-) la plupart des pays « civilisés » ait tardé à réagir aux exactions initiales de l’Etat islamique, soit. Mais de là à soupçonner la « France d’en haut » ( et, en fait vous pensez à notre President) d’admiration pour leur politique de destruction dunpassé et de table rase, vous allez trop loin. Certes Emmanuel Macron est attiré par ce même principe mais entend l’appliquer seulement à notre politique intérieure et sociale afin de secouer notre pays de sa torpeur sociale construite sur une dette extérieure toujours grandissante. Que je sache, notre President n’entend pas établir un régime sanguinaire, exterminer des populations ou réduire les femmes à l’esclavage. Et je ne pense pas qu’il ait jamais eu une admiration secrète pour ces méthodes.
    De grâce, continuez à nous offrir vos analyses aiguës ( et parfois tranchantes) sans vous laisser aller à la facilité de distiller des petites phrases haineuses et sans fondement.
    Ceci dit, je suis d’accord avec vous que l’on a bien trop vite relégué Daesh aux pages intérieures. Mais, que voulez vous? La Presse a découvert ( bien tardivement) que Hollywood est fait de « sex and money », et cela augmente notablement les tirages de ladite Presse!

    J'aime

  11. Crisfi dit :

    Comme souvent, je souscris à votre analyse !

    J'aime

  12. Anne-Marie dit :

    A reblogué ceci sur La Nouvelle Conscienceet a ajouté:
    Celui qui souhaite tout connaitre de lui-même et des autres, est dans le contrôle de la vie.
    Son mental le pousse ardemment à comprendre ce qu’il vit, à l’analyser et le décortiquer.
    Or, s’il se place dans l’énergie du cœur, il ouvre la porte à l’Amour qu’il contient et comprend alors que rien ne s’explique mais se vit.
    Il comprend ce qui est indicible et invisible.
    Au-delà des mots et de la pensée, il découvre l’essence même de la Vérité.
    Mirena http://www.audeladesmots.org

    J'aime

  13. Stéphane B dit :

    Bonjour,

    Certes, Daesh est défait sur le terrain mais ses élucubrations et ses journaux via le net existent toujours. Elles seront difficiles à couper, entraînant avec elles des hères se croyant investis d’une mission divine, amenant dans leur mort de pauvres innocents de toutes religions. L’hydre n’est pas morte et la peste continuera à se répandre !
    La nature ayant horreur du vide, je ne serai pas surpris que d’autres pseudo-révolutions arabes éclatent.

    PS: une coquille. Pourquoi Ce silence

    J'aime

  14. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je partage votre analyse pertinente et violemment dérangeante de la défaite partielle sur le terrain de l’état islamique. Ces assassins viennent de subir une défaite mais n’ont pas encore perdu leur guerre sournoise qu’ils mènent depuis plusieurs décennies sans grande réaction de la communauté internationale.
    Que constate-t-on aujourd’hui ? Que le leader et l’état-major de ces barbares sont toujours insaisissables et même pas localisables, que la source de leurs revenus n’est qu’en partie atteinte alors qu’il s’agit bien là du nerf de la guerre, qu’un certain nombre de pays islamiques « amis » continuent de financer et de soutenir au vu et au su du monde entier ces rustres sanguinaires, que l’arrivée massive et insidieuse de migrants majoritairement musulmans en Europe qui perdure et dont personne ne parle plus participe également à l’arrivée de sauvages incultes et cruels chargés d’y semer la terreur…
    Voilà peut-être pourquoi nos « élites » qui ne sont pas complètement idiotes font preuve de réserve et de modestie pour commenter ces victoires locales importantes pour les peuples concernés enfin délivrés mais qui ne règlent en rien le problème de fond et surtout pas les risques d’attentats de plus en plus sordides, imprévisibles et sanglants partout dans le monde.
    La France apathique et résignée reste une cible privilégiée de daech et nous n’avons surement pas fini de compter nos morts et nos blessés entre les débats sur l’écriture inclusive ou le salaire de nos joueurs de baballe….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s