En marche… mais vers quoi?

Paru sur Figaro Vox le 7 mai : L’élection d’Emmanuel Macron a l’apparence d’un « miracle républicain ». Le système politique français est depuis longtemps accusé de sclérose et d’incapacité à se renouveler. En 2016-2017, l’électorat a donné un fulgurant coup de balai dans la fourmilière et l’homme qui entre à l’Élysée est à 39 ans le plus jeune président de l’histoire. La vie politique française se trouvait empêtrée dans le vieux clivage droite/gauche. Soudain, cet archaïsme semble voler en éclats. Sa victoire ébranle un système de partis discrédité, annonçant peut-être une recomposition du jeu politique. Elle écarte les solutions démagogiques. Son exploit apporte un air de fraîcheur à la vie publique. L’histoire n’offre aucun exemple équivalent de l’ascension fulgurante d’un inconnu qui bouscule les chasses gardées et les rentes de situation, à l’exception de Louis-Napoléon Bonaparte, élu président de la République le 10 décembre 1848 à 40 ans.

Miracle français ou étrange illusion ? Aujourd’hui, les interrogations l’emportent sur les certitudes. Que sait-on de M. Macron ? Sa percée médiatique fut le résultat de déclarations tonitruantes qui rompaient avec les dogmes de son camp (35 heures). Inclassable, il donne des gages à la droite comme à la gauche. Mais comment sortira-t-il du flou sans provoquer de vifs mécontentements? Adulé des médias, merveilleux communicant, sans aucun doute, mais cette qualité ne préjuge en rien, chez un homme peu expérimenté, de sa capacité à s’élever au rang d’homme d’État, de décideur et de visionnaire. De quel renouveau parle-t-on ? Au-delà du visage neuf qu’il apporte, son accession au pouvoir est-elle réellement synonyme de renouvellement de la classe politique, de son état d’esprit? Ses soutiens affichés n’incarnent pas un franc rajeunissement… Comment échappera-t-il au soupçon d’un recyclage des notables du parti socialiste ?

Macron affiche ses convictions libérales sur le plan économique. Mais en revanche, ses intentions sur les sujets de société qui préoccupent les Français – éducation, sécurité, autorité de l’État, maîtrise des frontières – demeurent mystérieuses. Dans son positionnement atypique, ni droite/ni gauche, quelle est la part de l’authenticité et celle de la posture ? Et que dire de son mouvement, « En marche » cette étrange coalition centrale aux contours et ligne indéfinis qui renvoie au souvenir des Radicaux sous la IIIe République ? « En marche », oui, mais vers quoi ?

L’autre inconnue majeure tient aux sentiments profonds des Français envers leur nouveau président. La jubilation médiatique qui accompagne cette élection est-elle le reflet d’un phénomène d’adhésion dans les profondeurs du pays? Rien de moins sûr. La participation médiocre, les conditions de cette victoire dans le contexte du « Fillongate », puis face à un adversaire « repoussoir », dans sa fonction d’épouvantail traditionnel de la politique française, donnent à cette élection un goût d’inachevé. Les Français ont-ils jamais été en situation de « choisir » ? Tandis que la France « d’en haut » célèbre son sauveur providentiel sur les plateaux de télévision, une vague de perplexité déferle sur la majorité silencieuse. Que va-t-il en sortir ?

Par-delà l’euphorie médiatique d’un jour, le personnage de M. Macron porte en lui un potentiel de rejet, de moquerie et de haine insoupçonnable. Son style « jeunesse dorée », son passé d’énarque, d’inspecteur des finances, de banquier, d’ancien conseiller de François Hollande, occultés le temps d’une élection, en font la cible potentielle d’un hallucinant lynchage collectif, une victime expiatoire en puissance des frustrations, souffrances et déceptions du pays. Quant à la « France d’en haut », médiatique, journalistique, chacun sait à quelle vitesse le vent tourne et sa propension à brûler ce qu’elle a adoré. Jamais une présidence n’a vu le jour sous des auspices aussi incertains.

Cette élection, produit du chaos, de l’effondrement des partis, d’une vertigineuse crise de confiance, signe-t-elle le début d’une renaissance ou une étape supplémentaire dans la décomposition et la poussée de violence ? En vérité, M. Macron n’a aucun intérêt à obtenir, avec « En marche », une majorité absolue à l’Assemblée qui ferait de lui un nouvel « hyperprésident » censé détenir la quintessence du pouvoir. Sa meilleure chance de réussir son mandat est de se garder des sirènes de « l’hyperprésidence » qui mène tout droit au statut de « coupable idéal » des malheurs du pays, à l’image de tous ses prédécesseurs. De la part du président Macron, la vraie nouveauté serait dans la redécouverte d’une présidence modeste, axée sur l’international, centrée sur l’essentiel et le partage des responsabilités avec un puissant gouvernement réformiste et une Assemblée souveraine, conformément à la lettre – jamais respectée – de la Constitution de 1958.

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

71 commentaires pour En marche… mais vers quoi?

  1. Georges dit :

    Frédéric ,combler le déficit en mettant à la trappe les fonctionnaires européens serait peut-être LA solution, sans passer pour un euro sceptique bien entendu.

  2. Ping : Macron : l’atterrissage pourrait être d’une violence inouïe … | Je suis stupide, j'ai voté Hollande

  3. Koufra dit :

    Bonjour annick

    Oui, on a le droit a une véritable hagiographie télévisuelle…
    Macron fait du théâtre
    Macron a science-po
    Macron la photo officielle a son entrée a l inspection des impôts
    Macron la love story…

    On se croirait sous ceausescu…

    Ce délire idolatre est le préambule au fait de brûler les icônes.

    Amitiés

    Koufra

  4. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Jupiter sera sacré dimanche, à l’heure de la messe.
    « Jésus Christ superstar » est en marche, sonnez hautbois, résonnez musettes !

    A part ça, rien n’est construit dans cette république en perpétuel mouvement qui cherche à corps perdu « ses » candidats, et commence à faire la démonstration de son vide intégral.
    Tout dans l’image, rien dans l’âme.
    Les papillons se grillent les ailes au contact de la lumière crue du réel.

    Amicalement,

  5. Frederic_N dit :

    Bonjour

    Je pense quand même qu’il n’y a pas que des mauvaises nouvelles dans cette décomposition

    D’une part les commentateurs oublient de mesurer l’effet de l’explosion du PS ( en espérant que le 2ème étage de la fusée subira le même sort que le premier), dont on sous-estime les enjeux. Car le PS ce n’est pas seulement « un des deux partis » qui ont gouverné la France, comme nous l’a seriné le FN. C’est LE parti qui a succédé à De Gaulle, avec une vraie logique de parti unique ( muni de ses satellites, la droite n’ayant jamais été autre chose) , et surtout une osmose considérable avec l’appareil d’Etat . Disons depuis 1973 date à laquelle le PS a le pouvoir de fait et Giscard l’apparence du pouvoir. On ne sait plus d’ailleurs si c’est le PS qui a eu le pouvoir où si ce n’est pas l’Etat tout simplement qui a pris le pouvoir en imposant sa logique d’omniprésence partout et qui confine au despotisme soft ( il suffit d’être en contact avec l’administration des impôts pour comprendre, imaginez qu’à Bercy on bosse sur le thème : faire payer des impôts sur les loyers que vous n’avez pas payé ! ) . Quoi qu’il en soit l’un était le soutien de l’autre et avec quel succès !
    C’est cette d’osmose qui vient de sauter. Cela donne l’opportunité à un Président ou un Premier Ministre de réellement prendre le pouvoir sur l’administration. Bref de faire de la politique même contraint et forcé.

    D’autre part le FN a subi une défaite qui confine à la déroute. J’espère que ceux qui sont attirés par lui sur ce forum ont compris que le FN cela ne sert qu’à une chose : empêcher la droite d’exercer le pouvoir

    • michel43 dit :

      vous devez plaisanter , PRES de 11 millions on voter pour Mme LE..PEN et notre droite ELIMINER ,Magouille et Tripa touage sont les deux mamelle de la FRANCE

    • Cher FrédéricN, toutes mes excuses pour le quiproquo dû à une lecture trop rapide de ma part de votre commentaire! Cependant, Vous auriez dû dire que le PS a succédé au « parti gaulliste » plutôt qu’à « de Gaulle ».
      MT

    • Philippe Dubois dit :

      @ Frederic_N
      le FN cela ne sert qu’à une chose : empêcher la droite d’exercer le pouvoir

      La quoi ?
      Parce que, selon vous, NKM, Raffarin, Juppé, Lagarde, Baroin etc… sont de droite ?
      Dès gens qui
      – se mettent à plat ventre au moindre froncement de sourcil de leurs maîtres à penser de gauche,
      – vont faire allégeance à Macron à peine connu le résultat du premier tour
      – n’ont jamais oser osé revenir sur les mesures prises par la gauche, même les plus iniques, voire en rajoutent une louche pour donner des gages de bien-pensance.
      – ont allègrement participé à la destruction de l’école de la république, à laquelle je dois tant.

      Non : ce que vous appelez la droite n’exerce pas le pouvoir tout simplement parce qu’ils sont mauvais de chez mauvais.

      J’irai même plus loin
      Avant, quand une ville, région ou département passait de la gauche à l’UMP-LR, j’éprouvais une certaine satisfaction
      Maintenant, je n’éprouverai au mieux que de l’indifférence

    • Philippe Dubois, FredericN a entièrement raison, le fn est un parti « épouvantail », hypocritement mis en valeur par les médias, qui sert à maintenir le ps au pouvoir et à diaboliser les principes auxquels de nombreux Français sont attachés (Nation, Etat, etc.).
      MT

    • Philippe Dubois dit :

      @ Maxime : 12 mai 2017 à 05:10

      Vous savez que, quand Sarkozy a fait campagne en 2007 sur les thèmes que vous citez, il a laminé le FN
      Or, vous savez aussi que son quinquennat n’a pas du tout été en adéquation avec sa campagne, d’où un sentiment certain de malaise bien profond de la part des électeurs attachés à ces valeurs et qui sont donc retournés vers le FN

      De plus, devant le bilan du quinquennat Sarkozy et le spectacle pitoyable offert par l’UMP-LR entre 2012 et 2017, Ils sont également vaccinés quant à la possibilité et à la volonté de les mettre en oeuvre,dans l’avenir

      Parce que ces principes sont diabolisés dites vous :
      Mais qui donc manque de courage pour les dédiaboliser ?
      Si les « chefs » de l’UMP-LR avaient osé en parler sans immédiatement s’excuser devant la moindre réaction outragée d’un gauchiste. ou d’une taupe bobo-gauchisante infiltrée comme NKM, qu’ils se sont acharné à courtiser jusqu’au bout, malgré ses résultats pitoyables sur le terrain

      Encore une fois, il ne faut pas mettre sur le dos du FN la pleutrerie et la veulerie des ténors UMP-LR ainsi que leur incapacité à présenter un projet attractif pour l’ensemble du peuple français

    • michel43 dit :

      OUI , vous avez raison , MOI , je vais être plus direct que vous ,la faute de ce foutoir, c’est que notre droite est rester socialiste ,nous l’avons vue avec SARKO NKM FILLON et les autres ,tous contre la droite national ,le malheur pour EUX.. c’est quelle continue a progresser ,la faute encore a SARKO ,qui a menti ,sur le référendum ,MAYOTTE ,il faut avouer, que le lobbys juifs est puissant , voila pourquoi ,notre droite a jamais oser, parler a Mme LE..PEN , BON , attendons juin , après on verra bien la couleur de notre FRANCE ,remarquer qu » en ESPAGNE, ou je suis ,le PP a de gros soucis et il y a le même foutoir

  6. loonloonychantemerle dit :

    M’étant posé la question qui titre votre article, M.Maxime Tandonnet, j’ai voté blanc, et j’ai, a posteriori, la conscience tout à fait sereine. Voter blanc ou le refus du chèque en blanc. Pour être sincère, il n’y avait de toute façon aucun risque, l’enrobage médiatique ayant fait le nécessaire pour que le résultat fût connu d’avance, même si c’était une question de pourcentage ; au final, à peu près 44% du nombre d’électeurs inscrits ont choisi Emmanuel Macron, ce qui est confortable, sans plus.
    En revanche, celui des abstentions, nuls et blancs constituant un bon tiers du corps électoral, que se serait-il passé si la Constitution avait prévu l’invalidation d’une élection en cas d’un refus massif de choisir l’un ou l’autre des deux vainqueurs du premier tour ? Ce qui se serait sans doute passé. Il fallait bien y retourner, aux urnes, avec un grand risque d’abstentions en abîme ! (finalement, c’est peut-être pour ça que le législateur s’est refusé à envisager le cas).
    Un paragraphe de votre article m’a particulièrement intéressée, où vous évoquez le possible « lynchage médiatique » de celui qui serait devenu « victime expiatoire ». Dans un élan chevaleresque, serait-on alors obligé de défendre celui qui aujourd’hui peut représenter tout ce qu’on hait, malgré sa jeunesse (qui n’est en soi ni une qualité ni un défaut, mais un état très banal), sa beauté (on peut le trouver glacial), etc ?
    Il prendrait soudainement la place médiatique de François Fillon sur la roche tarpéienne et ce serait un beau gâchis, pour la France certes, mais aussi pour lui-même.
    Et dire que Cassandre avait raison !

    • Albert Duteil dit :

      Bonjour,
      Le vote blanc ne sert à rien tant qu’il n’est pas pris en compte. Cela est mathématique:
      102 inscrits
      2 abstentions
      97 votes blanc
      Emmanuel Macron 2 votes
      Marine le Pen 1 vote
      On dira que Macron a reçu 2/3 des voix, Marine 1/3, Taux d’abstention moins de 2%

      Par contre,
      102 inscrits
      99 abstentions
      Macron recevra tjs 2/3 des voix, Marine 1/2 mais taux d’abstention plus de 98%!
      ce qui change toute l’image puisque le president élu est completement illegitime.

      Pour revenir a Macron, en comptant l’abstention , les votes blancs et votes pour MLP, il ne recueille que 20 millions avec 28 millions de Français contre lui !
      d’apres un sondage paru hier, 50% ont declaré aussi avoir voté pour Macron par rejet !
      donc finalement la France sera gouverné par un inconnu , imposé par les medias, pour lequel 10 millions de Francais ont voté
      uniquement sur les 48 millions!
      Il n’y a pas meilleur exemple dans une democratie , d’un holdup politique aussi flagrant … malheureusement les Français, passé l’ivresse du ´renouveau’ et la jeunesse de Macron, s’appercevront quel effroyable dictateur il est.. il eclatera la droite , satellisera la gauche, minimesera les extrems ,et son parti deviendra le seul parti puissant en France , sans aucune opposition! on aura plus rien à ravir aux republiques bananiéres …
      j’espere sincerement me tromper dans ce pressentiment que nous avons livré les clés de la maison à notre bourreau…

      Albert

    • Loon, oui, c’est ce qui va se passer, c’est dans la nature des choses, il serait encore plus haï que Sarko+Hollande à la puissance 10. Le pauvre ne semble pas s’en apercevoir…
      MT

  7. Koufra dit :

    «Un con qui marche ira toujours plus loin qu un intellectuel assis»

    Désolé pour la vulgarité mais cette maxime illustre bien la situation.

    Les gens ont voté pour quelqu’un dont le programme est flou… on n a donc aucune idée de la où il va.

    La fonction présidentielle ne sort pas indemnes de quinquennat Hollande…

    Personnellement, je suis très inquiet des position prise par m. Macron vis a vis de l islam radicale, il a clairement donné des gages durant sa campagne.

    Par ailleurs, il semble voir depourvoir l état de ses derniers pouvoirs régaliens:
    _ création d un gouvernement économique européen
    _ création d une armée européenne

    Le programme économique qu’il propose retournera contre lui ses soutiens en qq mois, voit semaines.

    Amitiés

    Koufra

  8. Georges dit :

    Ça commence bien,l’Europe (Juncker) demande une diminution du déficit de la dette publique ,120.000 PETITS fonctionnaires à la trappe.

  9. Albert Duteil dit :

    Comme Pour me conforter dans mes craintes. et pressentiments, voila que Thierry Meyssan , qui peut parfois paraitre trop extreme, c’est vrai, mais pour une fois a traduit ce ressenti qu’ont les gens éveillés à craindre le pire pour la France et la démocratie…
    Lire son article qu’il vient de publier svp:
    http://www.voltairenet.org/article1962789.html

    Cela vaut ce que cela vaut , mais ce qui est sur c’est que les patriote de tous bords , origines ou convictions, doivent rester très vigilants à la Dictature qui se met en marche doucement.

    Albert

  10. Georges dit :

    En marche comme dans la chanson,un pas en avant et un pas en arrière .Quand on a donné son âme au diable pour faire barrage faudra pas se plaindre .

  11. Gérard dit :

    Bonjour Maxime,

    Je vous lis tous les jours, vous êtes très critique à l’égard de la classe politique actuelle et encore plus sur cette récente élection. Vous êtes un haut fonctionnaire, vous avez fait de brillantes études, vous avez des compétences en différents domaines, vous avez été conseiller à l’Elysée, ce qui m’amène, si vous me le permettez, à vous poser la question suivante… Seriez vous prêt et accepteriez vous de vous mettre au service de notre nouveau président E.Macron et ce dans l’intérêt de la nation ?

    • Gérard, a priori non, j’ai déjà donné et ne suis pas du genre à retourner ma veste, mais c’est difficile à dire tant la situation actuelle est floue et insaisissable… Il faut au moins attendre les législatives et la désignation du gouvernement pour se poser ce genre de question.
      MT

    • Roland dit :

      La question est intéressante mais la réponse aussi. J’aurais pu faire la même réponse que Maxime Tandonnet.
      Macron usurpateur ou réformateur ? Attendons quelques semaines !

    • michel43 dit :

      NON Maxime n » est pas de ce bord LA ? nous avons perdu cette bataille , pas la guerre , attendons la suite ?

    • Annick dit :

      Bonjour Gérard,

      Tiens, Maxime ne fait pas partie des « crevards » ? dont vous vous gaussez entre vous ?

      L’intérêt de la nation est un terme bien vague, autant que le sont les mesures de votre programme.

      L’intérêt de la nation, comme dans cet interview où à la question de la journaliste :
      « Vous allez être face à A Merkel. La France sera en position de faiblesse. Comment allez-vous réussir à vous imposer ? »

      E Macron répond :
      « D’abord je ne suis pas face à Berlin, je suis avec Berlin. Qu’on le veuille ou non. Parce que notre destin est là. Nous avons des différences, nous avons des désaccords. Mais je ne vais pas dire aux Françaises et aux Français QUE JE VAIS DÉFENDRE LEURS INTÉRÊTS A BERLIN. NON ! »

      Où donc se trouve l’intérêt de la nation dans cette déclaration ?
      Décryptage bienvenu. Vous êtes forts pour ça.
      Voyons si vous l’êtes aussi dans la courtoisie de répondre à une compatriote qui vous interpelle, comme le fait toujours Maxime

      A moins que vous ne vouliez évoquer l’intérêt des banques ?
      Ou bien comptez-vous changer ce système qui appauvrit tous les peuples ?
      Non, bien sûr, Berlin y veille.

      Bien à vous,

    • de Cydelah dit :

      @ maximetandonnet / 9 mai 2017 à 09:19
      Et pourtant agir de l’intérieur, ne serait-il pas une stratégie payante sur le moyen et long terme ?.

  12. Albert Duteil dit :

    Bonjour Maxime
    Encore une fois je livre simplement une impression de frayeur sur Macron nous a servi Dimanche soir..
    Je pense qu’il reverait d’instaurer une monarchie avec un seul gros parti politique , et de petits partis satellites.
    Il a un caractère autoritaire, et a une très haute opinion de lui meme , quand il déclare : »je serai un president jupiterien ».
    Il a donné un apperçu hier via Hollande , quand on voit la repression farouche sur les manifestants et journalistes!

    La tentation d’une gouvernance autocratique et totalitaire est grande chez lui et ceux qui l’ont mis la.

    Les heures s’annoncent sombrent , il fait comme l’a dit Asselineau dans sa dernière video, s’unir et entrer en résistance.

    Ce n’est qu’un avis , un ressenti.

    • Sganarelle dit :

      Il se trouve que j’ai la même impression le côté quasi mystique et hystérique de ses emballements et l’impression théâtrale d’un ego surdimensionné procurent un sentiment de malaise . Tous les chefs d’Etat ont un côté mégalomane mais je pense que le jeune Macron qu’on a sans doute encensé dès son plus jeune âge ne possède pas l’humilité la réflexion l’écoute et la sagesse d’un vrai dirigeant qui se pose des questions.
      Je peux me tromper et j’ai sans doute la méfiance des personnes âgées face à l’enthousiasme fou de la jeunesse inexpérimentée , je souhaite bien évidémment que face à tous les vieux renards de la politique internationale Emanuel Macron soit à la hauteur et que vos pressentiments comme les miens soient sans suites.
      Quoiqu’il en soit la débandade de tous les partis politiques n’engendre pas l’euphorie.

    • Elden dit :

      J’ai exactement le même ressenti et je pense qu’ Asselineau et son mouvement vont grandir en opposition au régime qui s’annonce pour nous…

    • de Cydelah dit :

      Un Erdogan en puissance ?
      Alors, il devrait relancer l’entrée de la Turquie dans l’U.E.
      Perso, je n’en serai pas surpris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s