Le fléau présidentialiste

Il devient difficile d’allumer sa radio ou son poste de télévision sans être écrasé par l’avalanche de crétinerie et de mauvaise foi qui déferle sur la France. Je pourrais en donner 1000 exemples chaque jour. Nulle part, dans aucun pays au monde, on ne voit tant de bêtise moutonnière et d’instinct grégaire s’étaler au grand jour et sans complexe. Comment le pays de Pascal, Montaigne, Péguy, Camus et de tant de génies littéraires, musicaux, scientifiques, a-t-il pu se vautrer ainsi, non dans la démence, ce qui aurait l’excuse de la maladie mentale, mais dans l’imbécillité la plus crasse?  Je suis de l’avis que le système politique français, notamment son présidentialisme, en a au moins une part de responsabilité.

  1. L’idolâtrie autour de personnages médiatisés, du reflet médiatique de figures, noyant le sens du bien commun et de l’intérêt général; la vie publique française se limite pour l’essentiel à l’exaltation ou au dénigrement d’individus surmédiatisés qui fait oublier tout le reste, en particulier le débat d’idées, dont il ne reste que des postures caricaturales (mondialisme/nationalisme) déconnectées de la complexité du monde réel.
  2. Déchirement du pays autour de cette idolâtrie qui favorise le sentiment, l’émotion, au détriment de la raison, d’où haine et violence nihiliste, insulte, fureur, envie de tuer sans limite. Voyez la place de la calomnie et des injures dans la campagne actuelle; elles en sont devenues la pierre angulaire. Heureusement, notre époque ne supporte pas la vision et l’odeur du sang, sinon, les petits lynchages médiatiques, flambées de haine hystérique que nous observons au jour le jour se traduiraient par des vrais massacres et un bain de sang. Il en faut peu, vous savez…Le présidentialisme déchire la France et favorise le manichéisme et l’instinct grégaire dans le choix d’une idole comme obligation impérieuse.
  3. Faiblesse du niveau moral et intellectuel de ces idoles: la foule médiatique, comme toute foule, est attirée par le plus petit commun dénominateur, la parole la plus inintelligente, la propagande la plus fausse et la plus sordide, la flatterie des plus bas instincts:  démagogie et quête de boucs émissaires. Les deux candidats retenus pour le second tour de la présidentielles en sont l’illustration même: inculture, inintelligence, absence de toute espèce de vision de l’Etat ou de l’histoire. Attention: je ne dis en aucun cas qu’il faut les renvoyer dos à dos. Mais simplement qu’à mes yeux, ce sont deux personnages médiocres, fades, sans intérêt ni mérite, sans légitimité ni bilan, sans expérience, sans envergure, vaguement ridicules, l’un comme l’autre, de purs produits du système médiatique qui vend des politiciens comme des savonnettes.
  4. Culte de l’apparence, de la surface des choses, du grand spectacle: la différence s’exerce sur un sourire, un visage, voire une grimace. Le présidentialisme tue le débat de fond en cantonnant la vie publique aux apparences et aux passions envers des reflets médiatiques. Il simplifie à l’excès, réduisant les problèmes de fond à des phénomènes d’allégeances envers des individus. Il aggrave, nourrit, amplifie la bêtise ambiante.
  5. Manipulation médiatique sans fin: tant il est facile de jouer sur les images d’individus et les sentiments qu’ils inspirent: le présidentialisme, en s’adressant à l’émotion et non à la raison, donne le pouvoir aux médias. Dans ces élections, le parti des médias a joué un bien mauvais rôle, calqué sur le système présidentialiste. Il a choisi ses candidats, les a vendus comme des savonnettes. Pendant 5 ans, il a joué à fond la carte de la « dédiabolisation » et de la surreprésentation du candidat lepéniste, préparant le duel de second tour contre son propre candidat, le candidat des médias, avec la certitude absolue de la victoire de celui-ci. Maintenant que c’est fait, qu’il a gagné, qu’il a atteint son but, il redécouvre soudain les « racines »  et la « nature » du parti lepéniste qu’il avait oubliées et occultées… Quelle forfaiture, quelle hypocrisie!
  6. Faiblesse et fragilité du système: le présidentialisme n’est pas un système d’autorité ni d’efficacité: l’élection par l’image produit un régime dont l’unique objectif est de préserver l’image: d’où l’abandon de l’intérêt général, le renoncement à agir pour le bien du pays, l’obsession de l’image. C’est le phénomène auquel nous assistons depuis des décennies. La vie publique s’organise autour de la magnificence d’un homme à l’Elysée, au détriment du bien commun. La France de Ceaucescu… Le fond, l’avenir, les enjeux de long terme s’effacent devant le culte de l’image égotique.
  7. La raison humaine est fragile et le candidat victorieux, triomphe résultant d’une sinistre manipulation, gagné par un véritable délire mégalomaniaque,  est voué à perdre la raison une fois à l’Elysée, antichambre de l’asile de fous,  et à devenir la bête infâme du pays comme tous ses prédecesseurs. Le parti des médias, sentant le vent tourner, sera le premier à lâcher et à lyncher son enfant chéri, une fois élu, et à entraîner la France dans une crise de confiance sans fin dont rien de bon ne sortira jamais.

Lutter contre l’extrémisme? Bien sûr mais d’abord prendre conscience que nous y  sommes déjà, dans les bas fonds d’un système extrémiste, obscurantiste, un totalitarisme sans le sang,  voué au « culte de la personnalité » de la pire espèce, à la destruction du débat d’idées, à l’abêtissement de masse, au lynchage des récalcitrants! A quoi sert-il de le dire et de le redire, dans le scepticisme et l’incrédulité générale? Tout espoir de transformation des choses commence par le début d’une prise de conscience et c’est dans ce but que j’essaye d’écrire.

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

36 commentaires pour Le fléau présidentialiste

  1. Sganarelle dit :

    Ayons le courage de changer cette république où les présidents se succèdent et laissent la place de plus en plus endettée , le chômage augmenté , les gens découragés et mécontents , un pays d’où les enfants partent les paysans se suicident les citadins ont peur de se faire agresser un pays où plane la crainte de l’autre et où on ne peut plus se dire chrétien et français de souche avec fierté et où si on dit ce qu’on pense on est censuré, blâmé , insulté.
    Il est temps de cesser de croire au croquemitaine et de réaliser que nous sommes manipulés par tous ceux qui prétendent nous diriger et veulent soi-disant notre bien.
    Je voterai blanc ou Le Pen mais sûrement pas Macron dont la candidature se base sur un mensonge de personnalité et qui est inscrit dans la lignée de Hollande. Arrêtons de vivre dans le passé du colonialisme et d’une guerre terminée depuis cinquante ans avec un maréchal Pétain comme épouvantail. . Nous ne sommes pas en 40 mais il faut se battre si on ne veut pas disparaîtret si on veut que nos enfants comme les emigrés soient heureux d’habiter.
    Il parait que le peuple français préfère vivre à droite , mais nous vivons avec une idéologie de gauche . » La gauche n’a pas le monopole du coeur « . il est temps de montrer avec toutes les bonnes volontés qu’on en a assez de tout le cirque de la manipulation , à nous de tenter autre chose et montrer de quoi on est capable pour redresser ce pays.

  2. M. Tandonnet,
    J’avoue que vos considérations constitutionnelles théoriques et votre excessive critique de la personnalisation de la politique commencent à me lasser.
    Finalement, je n’ai qu’une seule question à vous poser :
    allez-vous voter pour quelqu’un qui nie que la France ait une culture?

  3. Sganarelle dit :

    Pour vous  » lecteur attentif  » je ne peux qu’être subjectif et vous répondre qu’en engageant ma propre responsabilité selon mon caractère et mon expérience.
    Donc en tant que vieux renard peu sensible aux slogans et modérément manipulable à qui on a fait « le coup Jospin » dans les années précédentes , (lequel consiste a laisser monter le FN pour le descendre au second tour et faire passer le candidat promu ) et qui connait les vieilles ficelles des réunions patriotiques , visites aux pauvres chômeurs ( c’est la seule fois en quatre ans) et autres séquences filmées .. en tant donc qu’habitué des élections présidentielles qui deviennent de plus en plus sordides , vulgaires et malhonnêtes je vous conseillerai de voter pour celui ou celle dont la personnalité vous semble la plus franche la plus solide dans ses convictions capable de s’affirmer face à d’autres chefs d’Etat confirmés et professionnels et capable de faire face à des mouvements violents anarchistes ou djihadistes en politique intérieure dans un pays très divisé.

    Ne pas tenir compte d’un programme quel qu’il soit qui ne peut pas ou ne sera pas tenu (pour des raisons internes ou extérieures ) mais choisir un individu pour son caractère sa fermeté sa détermination sa culture et son amour de la France . En bref choisir le meilleur ou la moins mauvaise pour exister et représenter dans le monde un pays et une civilisation qui ne veut pas mourir .
    Et si vous ne pensez pas que le caractère solide ou la maturité a de l’importance , pensez seulement que le prochain président aura le bouton nucléaire dans les mains .

  4. Colibri dit :

    Mes commentaires ne passent plus.

  5. ADB dit :

    Que faire dimanche prochain ? Voila le sujet qui permet à tant de gens de proférer moult anathèmes ! Car comment choisir entre la peste et le choléra ?

    Le choeur des médias et de leurs disciples reprennent la formule de Fillon « le choix de responsabilité » pour choisir Macron, ce qui me rappelle invinciblement comment les députés qui le 10 juillet 1940 votèrent les pleins pouvoirs à Pétain tentèrent toujours par la suite de se justifier.

    Quant à moi, ne voulant pas m’abstenir de voter et pensant qu’un vote blanc n’exprime pas clairement ce que l’on pense, mon choix est fait, ce sera un vote nul (bien qu’hélas, un tel vote n’est pas encore comptabilisé comme il le devrait) pour dire qu’aucun des deux prétendants ne me convient et à cette intention, je mettrai un bulletin Fillon précieusement conservé du premier tour dans l’enveloppe !….

  6. michel43 dit :

    A quelle rigolade , de voir des gens de la droite molle, chouchouter le MACRON.. eux qui on toujours échouer dans tout les domaines ,Pense t » il au électeur ,a leurs adhérent ,ou sympathisant ,qui a chaque élections ,les contredises ,il ne voie pas, que le Front National ,ne cesse de progresser , et eux de diminuer ,notre droite socialiste ,est comme toujours , dans le floue ,certains préféré la quitter ,d » autres ,nombreux ,appelle a voter MACRON ,au lieu de se taire, et laisser les gens décidé ,pars eux même, ,cars au final, ce sont les électeurs qui décide ,MOI , de la droite ,j’appelle a voter pour NDA et LE..PEN, cars notre pays doit changer ,attendons dimanche soir ,il vaut mieux ,un petit chez sois, qu » un grand chez les autres ,

  7. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Sans rire, si la meilleure stratégie pour en finir avec « le fléau présidentialiste » serait de voter pour Marine Le Pen au second tour ?
    Je m’explique : Marine présidente, on verrait une alliance de la gauche et de la … gauche (celle qui avait réussi à passer pendant des décennies pour la droite) demander à cor et à cri l’annulation du vote, le remplacement de la présidente via un vote du Congrès, par le président du Sénat ou d’un quelconque autre vieillard président d’une quelconque autre institution, et le tour serait joué, un peu comme en 2008 lorsqu’on avait changé le résultat du référendum de 2005 par un vote contraire du Congrès.

    • Mildred, j’aurais écrit « était » plutôt que « serait ».
      MT

    • Mildred dit :

      J’allais le dire, vous m’avez pris de vitesse ! Je vous demande donc de m’excuser !
      Voilà ce qu’il en est lorsque l’on veut transformer une phrase affirmative et interrogation, et qu’on ne remonte pas assez haut pour vérifier que tout est bien d’équerre.
      Mais si c’est tout ce que vous avez à me dire, dois-je en conclure que mon idée est excellente ?

    • Jean dit :

      Il n’y a qu’en France qu’une telle idée tordue peut naître. Depuis longtemps je me demande si la France est une démocratie…
      Une piste ici: http://lavraiedemocratie.fr/

  8. Niccolo dit :

    Après une obstination irréaliste et destructrice qui a mené à l’élimination du candidat LR, la droite « dure » semble maintenant vouloir jouer avec le feu en trainant les pieds pour voter Macron !

    Je suis très mal à l’aise avec cette position. Depuis des lustres, on se lamente sur un pouvoir sclérosé qui maintient le pays dans un immobilisme sidérant. Il faut savoir ce que l’on veut et dans le cas présent, ce que l’on ne veut sous aucun prétexte.

    Au-delà de l’élection de M. Macron – que j’espère la plus nette possible pour l’image de la France – j’espère que les français confirmeront leur désir de changement et de renouvellement de la classe politique. Que ses opposants soient rassurés, cela ne vaudra pas adhésion. Chacun est libre d’avoir ses opinions. Cela signifiera que nous sommes un peuple responsable et par-dessus tout, attaché aux valeurs républicaines.

    Cela demande encore une fois, de la lucidité et un peu de courage.

    • Ysengrin dit :

      Vos « valeurs républicaines » auraient besoin d’être clarifiées. Voici, par exemple, un des extraits de l’acte de naissance de la république et de ses valeurs :

      « Il n’y a plus de Vendée. Elle est morte sous notre sabre libre, avec ses femmes et ses enfants. Plus de Vendée, citoyens républicains, je viens de l’enterrer dans les marais et dans les bois de Savenay, suivants les ordres que vous m’avez donnés […]. J’ai écrasé les enfants sous les sabots des chevaux, massacré les femmes qui au moins pour celles-là n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher, j’ai tout exterminé »

      Général Westermann
      (Il y a encore quelques rues, en France, qui porte son nom)

      Si c’est cette image de la France que vous soutenez, je vous la laisse, et, je vous rassure, partisan de droite dure, je ne trainerai pas des pieds pour voter Marine.

    • Eric dit :

      J’avoue être lassé par cette opposition systématique entre conservateurs et « progressistes ».
      Avons-nous le droit de vouloir sortir de l’immobilisme, en particulier dans le domaine économique, sans pour autant être obligés d’adhérer à l’idée d’une plus grande intégration européenne ni à l’acceptation détournée de la GPA par la non remise en cause des contraintes imposées par la CEDH ?
      A l’inverse, où est le changement de vouloir poursuivre la politique qui n’a pas donné de résultats probants au cours des 5 années passées ou de refuser toute discussion sur l’Euro qui fait pourtant l’objet de critiques construites de la part de nombreux économistes, dont plusieurs prix Nobel ?
      La fuite en avant, à la façon d’un poulet à qui on a coupé la tête, n’est certes pas de l’immobilisme mais est-elle souhaitable pour autant ?

    • Tracy LA ROSIÈRE dit :

      Traîner des pieds ?
      Pardi !
      Nous ne voterons pas selon ce ralliement ni en fonction d’un « mot d’ordre ». Nous voterons, comme toujours en pensant aux intérêts de la France. Ils ne sont pas dans le communautarisme, ni dans une immigration débridée. Ils réfutent l’idée selon laquelle le colonialisme fut un crime. Ils s’offusquent lorsqu’on prétend que la France n’a pas une culture ni son identité…
      Alors, on fait confiance à son instinct et on mobilise le bon sens.
      Au fond, ce sera un vote par dépit car on ne peut imaginer une Marine dans le fauteuil de De Gaulle. Il s’agit essentiellement de minimiser au possible le score de Macron.
      Le vrai rendez-vous ce sera les législatives. Là, il ne faudra pas finasser !

  9. Scaramouche dit :

    Fort bien, les Français champions de la rhétorique ont le sens de l’analyse et font de parfaits constats d’échec. Ils sont très forts pour les débats qui tournent à la cacophonie . En revanche pour le remède à appliquer ils sont moins performants, en grande partie à cause de leurs permanentes divisions , leur manque de civisme favorisé par un ego démesuré et l’impossibilitê qu’ils ont d’être unis et cohérents. Ils veulent des réformes mais pas pour eux , du changement mais dans la continuité.
    Or ce qu’on nous propose actuellement ce n’est pas moins qu’un bouleversement de civilisation entre deux visions et comme le dit si bien E. Macron : « le progressisme contre l’obscurantisme. « La ville intello contre la campagne réac.. le repli contre le Monde englobant les masses.
    Rien que ça!
    Dans l’incapacité que nous avons d’être équilibré et mesuré il n’est pas question d’améliorer ce qui existe déjà mais de liquider pour faire table rase et aller vers autre chose. Nous sommes un peuple excessif qui n’avançons que dans le conflit.
    Les révolutions chez-nous ne sont jamais « de velours » il faut couper des têtes moralement voire physiquement pour installer une nouveauté qui a besoin de faire ses preuves et qui ne fait pas l’unanimité. Or ils ne sont pas stupides, mais dire aux gens qu’ils sont arriérés et qu’ils doivent lâcher leur rocher pour aller se jeter dans le vide quand on les a mal préparés et mal informés au préalable , cela s’ apparente pour eux à du suicide.
    La France est un vieux pays chargé d’Histoire ,comme l’a dit si bien un de nos ministres, et un changement de population avec une modification dans les moeurs qui touche les familles et un autre changement dans la façon de penser qui touche la foi ou le comportement ne se fait pas et ne se fera pas sans heurts graves .
    Notre pays est composé d’individus indépendants et différents mais qui ont encore pour leur terroir une certaine affection , même s’ils jouent les libres penseurs bouffeurs de curés ils tiennent encore aux villages avec leur clocher et à toute l’Histoire qui va avec . Sans être repliés sur eux-mêmes et hostiles a l’étranger il reste encore quelques sentimentaux dont les parents se sont sacrifiés et qui restent accrochés à leur culture.
    Actuellement : Ceux qui préconisent la sortie d’ une Europe pour le moins trop étendue et imparfaite ne pourront que réviser leurs ambitions , et ça commence déjà. On connait ce que valent les promesses de campagne et un peu de chantage vis a vis de l’UE risque d’améliorer la situation . De toute façon ça prendra du temps …
    En revanche le jeune Macron inexpérimenté , très flou dans son programme et à l’entourage hétéroclite propose un changement de civilisation qu’il peut instaurer du jour au lendemain n’excluant pas comme il le dit d’utiliser des ordonnances…
    Le challenge est ouvert .. En route pour l’aventure .. Mais n’oublions pas le vieil adage :
     » Comme on fait son lit on se couche »

  10. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur Boycottet a ajouté:
    http://tiny.ph/fQZj -> un problème ? une solution … la voici ! mais de grâce donnez leurs des sabres !

  11. Jean-louis Michelet dit :

    Un absent de taille.
    Un redoutable adversaire oublié : l’adversité
    Qui aura le courage de nous dire que l’avenir est de plus en plus risqué, de plus en plus incertain mais rempli de promesses sous réserve d’affronter ensemble cette adversité et non pas de l’esquiver.
    Qui aura le courage de nous parler de cette adversité bien réelle, aux multiples origines qui désunit socialement la Nation et qui s’intensifie en permanence.
    Un seul vainqueur dimanche soir : l’esquive.
    C’est faire vraiment peu de chose que du courage du peuple français et de la France.
    Allons enfants ….

  12. renechiche dit :

    L’Elysée, antichambre de l’asile de fous. Voilà une vue intéressante, qui me rappelle ces mots de Pascal, auxquels plus d’une fois par jour je me réfère pour ne pas me laisser entraîner à mon tour…

    « On ne s’imagine Platon et Aristote qu’avec de grandes robes de pédants. C’étaient des gens honnêtes et comme les autres, riant avec leurs amis. Et quand ils se sont divertis à faire leurs lois et leurs politiques, ils l’ont fait en se jouant. C’était la partie la moins philosophe et la moins sérieuse de leur vie ; la plus philosophe était de vivre simplement et tranquillement. S’ils ont écrit de politique, c’était comme pour régler un hôpital de fous. Et s’ils ont fait semblant d’en parler comme d’une grande chose, c’est qu’ils savaient que les fous à qui ils parlaient pensaient être rois et empereurs. Ils entrent dans leurs principes pour modérer leur folie au moins mal qu’il se peut ».

    Pascal, Pensées¸472

  13. Curmudgeon dit :

    « Nulle part, dans aucun pays au monde, on ne voit tant de bêtise moutonnière et d’instinct grégaire s’étaler au grand jour et sans complexe »

    Vraiment ? Dans aucun pays au monde ?

    Ensuite, sérieusement, la pays de Pascal, Montaigne, etc. a *toujours* été *aussi* un pays où, probablement, comme aujourd’hui, 84 % de la population a un QI inférieur à 115.

    Franchement, vos lamentations générales irréalistement hyperboliques affaiblissent sans aucune justification les analyses par ailleurs dignes d’intérêt que vous présentez.

    • Curmudgeon, non, l’hystérie et la débilité de la scène politique actuelle, nulle part, sauf peut-être aux US l’an dernier mais pas à ce point, je ne pense pas…
      MT

    • Sganarelle dit :

      Vous avez raison, dans les autres pays le quotient intellectuel n’atteint pas non plus des records d’altitude et les élections américaines sur lesquelles nous prenons modèle nous offrent un aperçu de leur niveau . Ils ont comme nous les medias qu’ils méritent et qui pour faire des ventes leur donne du grain a moudre.
      Raison de plus pour comprendre qu’il s’agit maintenant avant tout d’un choix de société avant tout et que les promesses de candidats étant rarement appicables quand elles sont tenues ne donnent qu’une vision d’avenir que certains pourront mettre en marche rapidement à coups d’ordonnances et d’autres dans l’avenir avec referendum…
      La droite ( sous-entendu réactionnaire) contre le progressisme ( sic Macron)
      « Comme on fait son lit on se couche » disaient les vieux …

  14. Christophe dit :

    Voilà une raison supplémentaire pour supprimer l’élection présidentielle au suffrage universel uninominal à deux tours.A titre personnel cela ne me gênerais pas!

  15. prosper dit :

    Cerise sur le gâteau ! Des membres des républicains (sans majuscule) viennent de créer un site anti-FN pour « démonter » son programme (1). Pas de soucis …. ni de honte d’ailleurs. Du haut des ruines de leur triste bilan étalé sous nos yeux (et enduré par des millions de gens), ils siègent tel un collège de magistrats d’une autre époque, qui a bu (et boit encore) l’iniquité comme de l’eau.
    Quand un député (lr) prétend se retirer de la vie politique en évoquant ses responsabilités (louable de prime abord), il ne peut s’empêcher tel un rongeur acculé, de « mordre une dernière fois en appelant à voter pour son « adversaire » (2). Bon ! Après 24 années passées à l’Assemblée nationale, sa retraite restera acceptable (3) (même si le titre du lien, comme un conte de Noël, serait susceptible de nous tirer une larme.)
    Il ne faut pas oublier qu’en politique il n’existe aucune charte éthique.
    Le principal leitmotiv restant leurs propres intérêts.

    (1) : – https://www.valeursactuelles.com/politique/des-membres-des-republicains-creent-un-site-anti-fn-82359
    (2) : – http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/26/35003-20170426ARTFIG00350-le-depute-lr-pierre-lellouche-se-retire-de-la-vie-politique.php
    (3) : – http://blog.francetvinfo.fr/oeil-20h/2017/01/11/les-retraites-des-deputes-moins-avantageuses-quavant-vraiment.html

    • prosper dit :

      Correction : SA LIGNE POLITIQUE ne peut s’empêcher tel un rongeur acculé, de « mordre une dernière fois en …..

    • Eric dit :

      Au moins Pierre Lellouche a-t-il eu une attitude digne et je n’ai pas lu qu’il appelait à voter contre son adversaire, c’est même le contraire, c’est une des raisons de son départ.
      Quant aux membres LR qui créent aujourd’hui un site pour « démonter » le programme du FN, que ne l’ont-ils fait avant, cela aurait peut être aidé leur candidat ?
      A moins que leur vrai candidat n’ait finalement été dès le départ Emmanuel Macron ?
      La recomposition est en marche (c’est le cas de le dire) et il est grand temps d’arrêter tous ces faux semblants.

    • prosper dit :

      @ Eric
      C’est exact. Rendons à César …. D’où ma correction (incorrecte) qui partait sur l’idée de :  » son « ex » famille (et non ligne) politique » ….
      http://lelab.europe1.fr/quittant-la-politique-et-lr-pierre-lellouche-livre-un-enorme-requisitoire-contre-francois-fillon-et-sa-secte-3312605

      Avant la « recomposition », la décomposition.

  16. lostlabour dit :

    Pourquoi voudriez-vous que le président soit une personnalité subtile, élue sur une ligne encore plus subtile ?

    Il s’agit de donner une direction. Ensuite, il y aura des institutions pour encadrer et élaborer, tant qu’on ne les démantèle pas sous prétexte d’UE comme en Turquie.

    Au premier tour, la direction libérale du candidat LR a été écartée, et ce candidat et sa ligne auraient rassemblé moins de monde au second tour que MLP face à Macron d’après les sondages. J’espère que LR en tiendra compte, sauf s’ils prennent goût à la défaite…

    Et, en effet, l’alternative est à présent entre les partisans de la fuite en avant européiste et ceux qui n’en veulent pas. J’espère que l’intense propagande médiatique de longue date ne faussera pas trop les résultats, ce qui est hélas peu probable.

    Enfin, la mauvaise qualité des médias ne vient pas de la présidentielle, mais des médias eux-mêmes, de ceux qui les possèdent ; mais aussi de ceux qui y travaillent, et de ceux qui les forment, à l’université et en école de journalisme. Sans doute aurait-il été plus utile de s’occuper de cela que de faire passer des réformes à la con sur « l’autonomie des universités »…

    • lostlabour, oui,j e préférerais que le PR élu soit une personnalité subtile, douée d’une vision de l’histoire, de l’Etat, des intérêts de la France.
      MT

  17. Lecteur attentif dit :

    Bonjour Maxime.
    Autant je peux comprendre (et partager) votre indignation ( désespoir?) devant le choix de ce second tour, autant je ne peux pas laisser dire sans réagir que MLP et EM sont « deux personnages médiocres, fades, sans intérêt ni mérite, sans légitimité ni bilan »… Tout à fait d’accord pour Macron, parfait produit-lessive d’une campagne publicitaire sans précédent; mais refuser au FN la légitimité que lui donnent, que cela plaise ou non, des pourcentages de voix estimés à 30 % (à la louche) du corps électoral, et présent en tête des mécontents depuis trente ans, c’est abusif.
    Je partage votre rejet d’une grande partie du programme de MLP, ce n’est pas nouveau. Ce qui l’est en revanche, c’est ma profonde conviction, devant la sinistre débine de nos « grandes voix » de la droite molle et du contresens manifeste de Fillon après son échec, que nous sommes en train de rater une occasion HISTORIQUE de redresser la barre et de reprendre la main.
    Il faut savoir choisir, et choisir en temps utile.
    Assez de remettre de cinq ans en cinq ans la décision qui s’impose: le retour au pouvoir de la Droite et le redressement du pays, les réformes essentielles, la survie identitaire, la sécurité, que sais-je, passent par l’acceptation qu’une part énorme de nos concitoyens se retrouve dans une formation et un personnage qui ne nous plaît pas trop. Chrisitine Boutin le disait hier: « Une alliance avec MLP ne signifie pas une adhésion à ses idées, c’est une décision STRATEGIQUE. »
    Il faut cesser de faire le jeu de l’adversaire au nom de principes qui ressemblent de plus en plus à des faux-fuyants.
    Cordialement.

  18. Frederic_N dit :

    OK Maxime, mais cela n’occulte pas l’escroquerie à laquelle se livre actuellement le Front National à propos de l’euro, et de l’europe. Un sombre remake des pantalonnades des Grecs. Et je m’adresse ici à certains sur ce blog
    Pendant des années on nous a expliqué ici que l’Euro était le coupable de tous nos maux économiques. Que ce que nous subissions n’avait rien à voir avec les 35 heures et l’endettement du pays, avec nos propres faiblesses. Bref que l’euro était la chose des riches, construit contre le peuple et les pauvres. Et dans le chaos ambiant que n’a-t-on pas entendu y compris sur ce blog. Sans jamais réflechir, sans jamais répondre aux arguments raisonnables qu’on leur donnait on a repris sans cesse le mot d’ordre : il faut sortir de l’euro, c’est l’intérêt du peuple, nos ennemis sont les européens, les allemands etc…. L’euro c’était la mère de toutes les batailles.
    Et voilà qu’en 5 minutes on change d’avis. Disparue la « disparition de l’Euro ». Envolée en quelques lignes, parce qu’on savait bien qu’on mentait
    Mais de deux choses l’une : où l’euro est coupable, et alors on continue à défendre la sortie de l’Euro, car c’est l’intérêt du pays ; et ceux qui révisent leurs positions sont des traîtres à la Nation. Ou l’euro ne l’est pas – c’est ce qu’on vient d’avouer – et alors il faut se rabattre sur l’évidence : dans la plus pure tradition de l’extrême gauche on a fait de la démagogie sur cette question, n’hésitant pas à mettre le pays en difficulté pour faire des voix
    Il n’y a pas que les médias qui soient coupables dans cette affaire

  19. jfbonnin dit :

    Bon ben euh, vous avez tout dit, pas grand chose à ajouter.
    Vous souhaitant – malgré la glauque atmosphère actuelle – un bon Premier Mai Deux-mille-dix-sept.
    Limas, Rhône, 7°2 sous abri.

  20. Anne-Marie dit :

    A reblogué ceci sur La Nouvelle Conscienceet a ajouté:
    Lutter contre l’extrémisme? Bien sûr mais d’abord prendre conscience que nous y sommes déjà, dans les bas fonds d’un système extrémiste, obscurantistes, un totalitarisme sans le sang, voué au « culte de la personnalité » de la pire espèce, à la destruction du débat d’idées, à l’abêtissement de masse, au lynchage des récalcitrants! A quoi sert-il de le dire et de le redire, dans le scepticisme et l’incrédulité générale? Tout espoir de transformation des choses commence par le début d’une prise de conscience et c’est dans ce but que Maxime Tandonnet écrit et c’est aussi dans ce but, qu’est ce blog, prendre conscience que c’est à tire individuel, qu’il s’agit de transformation.

    • Lecteur attentif dit :

      Excellent , @ Anne-Marie, nous sommes déjà, comme vous le dites, dans un système obscurantiste, dans l’abêtissement des masses, etc…Mais, comme la plupart des intervenants sur ce site, vous nous laissez ensuite sur notre faim: où est le dernier paragraphe de votre intervention, celui où vous diriez: « Et donc, compte tenu de ce qui précède, j’estime pour terminer que dimanche prochain il faut voter Untel ou Une Telle » ??? …
      Ou alors, comme d’autres avant vous sur ce site, allez nous nous dire qu’il faut attendre encore CINQ ANS pour être VRAIMENT arrivés au fond du trou, et que, à ce moment là, mais pas avant, on pourra enfin se décider à prendre des décisions douloureuses ??? Ancien fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères, ayant vécu et travaillé dans dix pays différents et donc rompu à l’observation des sociétés humaines, je suis certain d’une chose: la patience est une force jusqu’au moment où elle devient une faiblesse.
      Alors, j’ai une question toute bête mais très urgente, bien terre à terre, bien ennuyeuse pour tous les amateurs de contorsions et d’atermoiements: Dimanche, il faut, bon malgré, mal gré, élire un chef de l’Etat pour un quinquennat. On fait quoi ????????

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s