Une odeur fétide

L’odeur de pourriture qui a imprégné toute cette campagne est loin de se dissiper à l’issue du premier tour. On dirait même qu’elle s’amplifie.

  1.  1. Les Républicains se défoulent maintenant sur Fillon en l’accusant d’être le seul responsable du désastre. Facile et attendu: il fallait bien un « pelé, un galeux ». Et les pires lyncheurs sont ceux-là mêmes qui l’avaient rallié en grande pompe à l’issue des primaires et fanfaronnaient sur la scène de son grand meeting, oh, comme je m’en souviens! devant les caméras pour préparer leur maroquin ministériel. Elle est belle, hein? la politicaille!
  2. Le Pen se met en congé du FN, son nom « le Pen » n’apparaissant plus nulle part comme effacé par magie et fait en sorte que l’idolâtrie se concentre désormais sur le seul prénom. Il faut tout oublier, faire la table rase du passé. Rien n’a jamais existé, rien ne s’est jamais passé, on n’a rien vu, rien entendu, sur la création de ce parti, son histoire, son identité profonde, ses positions, ses provocations. Non, non, l’héroïne n’a pas hérité de son père, elle est venue des nuées! Vous ne le saviez pas? Tout est effacé braves gens, tout oublié, votez les yeux fermés pour votre idole.
  3. Macron, idem, en sauveur miraculeux de la France lui aussi comme tombé du ciel. A-t-il jamais été conseiller de M. Hollande pendant deux ans, puis son ministre de l’Economie pendant deux ans? Quel mérite? Quelle réussite? Quel service à l’Etat et à la France? Quelle vision de la France, de son histoire et de son avenir? Quels soutiens? Et la raison dans tout cela? Et l’intelligence, l’esprit critique des Français?   Oublié! Silence! Omerta! Silence, on vote! Comme pour le Pen, on ne regarde pas dans le rétroviseur. Taisez-vous!  Mesdames et Messieurs, braves gens, le passé ne compte pas. Ni le monde des réalités. Tout cela ne vous regarde pas. On ne pense pas, on vote!
  4. Le « front républicain » a bon dos et si le Pen n’existait pas, il faudrait l’inventer: toute la classe politique droite et gauche confondues, revit enfin comme un petit troupeau docile dans sa mobilisation contre le « danger fasciste » le chiffon rouge dont elle se gave depuis 40 ans, qui la dispense une fois encore de parler des 5,5 millions de chômeurs, des massacres terroristes qui ont ensanglanté la France, de la ruine de l’Education nationale, le désastre des « banlieues », de l’effondrement du prestige de la France à l’international et en Europe. Et de ses responsabilités dans la débâcle…
  5. Macron célèbre son triomphe du premier tour à la « Retonde »,  avec des people comme si  l’élection était pliée. Ah, nous serions nous trompés? Aurait-il atteint 50% +1 voix au premier tour? Non, même pas: la moitié. Enfin, la moitié de la moitié, un peu moins même: 23%.  Mais c’est comme si c’était fait et le vote du 7 mai, une broutille, une formalité: le peuple est en marche et il va marcher droit jusqu’au bout. Avec Sarko, la même scène donnait un scandale hystérique de trois mois, mais là, tout le monde s’en fout. Chouette, la France d’en haut fait la fête!
  6. Et d’ailleurs, et d’ailleurs: la bourse a pris 4,5% en un jour, un record depuis 9 ans! La fête continue, la fête de la France d’en haut!
  7. Le discours politique, à droite comme à gauche, a totalement oublié la France profonde, malheureuse, humiliée, des « sans dents », la France rurale et des banlieues, les exclus, la France périphérique, oubliée, celle qui a voté Mélenchon, Poutou, Dupont-Aignan, en partie Fillon, une France probablement majoritaire, et qui se voit aujourd’hui désespérée par la tournure d’un scrutin sans espoir pour elle, entre une caricature et une provocation où elle ne se reconnaîtra jamais. Cette France-là ne fait pas la fête!
  8. Et cette vague de ralliements de gauche et de droite qui s’enchaîne dans un fantastique mouvement mimétique. La « morale du troupeau » comme dirait Nietzsche. Si tu ne rallies pas Macron, tu es un salaud, un pétainiste, une ordure, un traitre (lu sur Facebook). Quoi tu « n’es pas Macron »? Pourtant, dans le phénomène Macron, cette merveilleuse mécanique du conformisme, il y a bien, au-delà du rideau de fumée, quelque chose d’un peu malsain, un peu sombre et sinistre, moutonnier, d’une autre époque que l’on croyait à jamais révolue, dans le genre « sauveur providentiel », ou « envoyé miraculeux ».
  9. Et puis je l’ai déjà dit, cette élection présidentielle biaisée depuis janvier par les scandales, ce choix binaire, idéologique, crétin, entre « mondialisation heureuse » et « nationalisme xénophobe » m’indispose profondément. Moi, j’ai horreur d’être pris pour un con. D’ailleurs, je suis prêt à prendre le pari: le prochain président finira soit à l’asile de fous, soit en prison, soit au cimetière. Je ne souhaiterais pas sa place à mon pire ennemi.
  10. J’attends les législatives, dans le vague espoir d’un nouveau séisme au bout du séisme, que quelque chose se passe, une révolution politique,  que s’y exprime la voix soudain du peuple, une voix de ténor, qui manque si fort à la France, et dans mes rêves qu’en émerge un homme d’Etat, un grand Premier ministre, un homme d’Etat du genre Waldeck, Clemenceau, Poincaré, de Gaulle (1943-1946 et 1958), Mendès, Pompidou, ce qui s’appelle un homme d’Etat, pourvu d’une vision de la France, ayant fait ses preuves dans la tourmente de l’histoire, par sa capacité à décider et gouverner, un homme d’Etat et non un comédien habile, une créature médiatique ou un héritier, un homme d’Etat  qui enfermera le futur grand parasite élyséen dans son Palais maudit de l’Elysée, lui rabattra son caquet prétentieux et prendra en main les destinées de la France avec un gouvernement de combat, sous le contrôle de la Nation à travers son Parlement, comme dans n’importe quelle démocratie qui se respecte. Dans mes rêves, je disais… Mais on a le droit de rêver, c’est le dernier qu’il nous reste et c’est celui que rien ni personne ne pourra nous confisquer!

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

90 commentaires pour Une odeur fétide

  1. Janus dit :

    A Sganarelle : Si la couleur blanche du drapeau évoque la monarchie, reconnaissez que le dernier Roi légitime Louis XVI n’a été défendu que par ses Suisses et lui-même n’a pas su défendre son drapeau et son pays. La plaisanterie suisse est cruelle, mais appliquée à un peuple aussi inconséquent que le peuple français depuis l’effondrement de la monarchie, elle n’est pas injuste.
    Un peuple qui ne veut pas s’intéresser aux conditions d’exercice du pouvoir et tenir en laisse ses mandataires n’a que le droit de pleurer sur ses revers : Il en est le responsable.
    Quand je vois la manifestation des femmes de policiers suite à l’assassinat de l’un d’entre il y a 3 jours sous la forme d’un flashmob et avec cris, chants et rires, je me demande dans quel pays de fous et de crétins je vis. Il suffirait de rentre visite en nombre aux différents juges qui sont directement responsables de cette mort pour calmer ceux-ci et durcir un peu les peines. Il n’y aurait nul besoin de violences ou de menaces directes. Or le nom de ces juges est à la disposition des policiers dans leurs dossiers. Ce serait plus efficace et plus responsable qu’un flashmob.
    Tant que les réactions se limitent au happening soixante-huitard, rien ne changera pour eux, ni pour nous.
    Quant à la France, non elle n’a jamais été dans une telle situation et la question de sa survie en tant que France est désormais posée.

  2. Annick dit :

    Bonjour Maxime,

    Une vidéo très instructive.
    Quels que soient les élus aux commandes si l’EURSS persiste telle qu’elle est aujourd’hui, notre souveraineté est aux orties.
    C’est la finance, celle qui joue au casino sans rien produire au contraire du capital, qui dicte sa loi.

    Alors, peu importe dans de telles conditions de qui siège au parlement. Les élections ne sont plus qu’une vaste escroquerie.

    J’ai étudié attentivement le programme de Macron, c’est un copier-coller des exigences de l’UE.
    Avec lui, nous serons dévorés tout crus par un marché fou, que personne ne contrôle.
    Écoutez bien ce que dit ce banquier :

    Si la finance perd au casino, ce sont nos comptes en banque qui épongeront :

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/04/19/20002-20170419ARTFIG00145-les-banques-peuvent-elles-vraiment-piocher-dans-l-epargne-des-francais-comme-l-affirme-le-pen.php

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015/12/22/20002-20151222ARTFIG00003-les-banques-en-faillite-pourront-desormais-ponctionner-les-comptes-des-deposants.php

    Amicalement,

    • Georges dit :

      Macron,cet avatar de la banque Rothschild ,son discours hystérique suinte la stérilité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s