Mes six vérités sur les élections de mai/juin


  1. Jamais des élections n’ont aussi peu suscité d’espérance. Selon les sondages, plus d’un tiers des Français devraient s’abstenir. Les favoris du premier tour ne dépassent pas 23 ou 24%, soit 16 ou 17% des Français en âge de voter (compte tenu des abstentionnistes): ceci est dérisoire.
  2. L’homme en position de favori, M. Macron se présente comme le plus petit commun dénominateur qui réunit gauche caviar bien pensante et droite chiraquienne. Il correspond à une sorte d’idéologie creuse, celle de l’homme infiniment malléable, le culte du « je » narcissique, du jeunisme et de l’apparence.  Personnellement, je n’ai rien contre lui mais je n’ai rien pour non plus: il y a chez lui quelque chose de transparent, de parfaitement neutre. Cependant, il ne fait aucun doute, à mes yeux, que la chute de son fragile piédestal, son lynchage médiatique quelques semaines après son élection éventuelle, sera d’une violence et d’une perversité inouïe.
  3. Aucune poussée lepéniste n’est en voie de se produire. Les politiciens, et les acteurs du monde médiatique qui s’entortillent depuis des mois sur le danger de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite, nous ont menti. Dans le climat chaotique qui règne sur la France (massacres terroristes, violence, chômage massif, scandales) une vague de révolte aurait pu survenir lors de ce scrutin, atteignant 40 à 50% des électeurs. Le parti lepéniste, surmédiatisé, a une fonction bien précise dans le système politico-médiatique: étouffer dans l’œuf une révolte populaire en neutralisant un cinquième de l’électorat autour d’un parti viscéralement condamné par une immense majorité de Français en raison de sa nature, son identité, son histoire et dont l’accession au pouvoir est inconcevable et définitivement exclue.
  4.  Le lynchage médiatique de M. Fillon a largement réussi. La presse et les médias sont parvenus à donner de lui une image délétère dans l’opinion, au-delà de toute espérance. Les faits qui lui sont reprochés font partie de mœurs d’une partie de la « France d’en haut », mais ils sont largement partagés. L’opération de déstabilisation, d’où qu’elle vienne, avait une finalité politicienne et non morale puisque relative à un seul candidat, au pire moment pour lui, et non à l’ensemble des mœurs d’une partie de la classe dirigeante. Dès lors que l’électorat est ainsi devenu l’otage des fureurs médiatiques, la reconquête de l’Elysée devient mission quasi impossible dans l’avenir. Le pli est pris. Désormais, tout candidat Républicain à la présidence, quel qu’il soit, subira inévitablement le même sort, sur un prétexte ou sur un autre.
  5. Les Républicains donnent aujourd’hui le sentiment de ne pas vouloir reprendre le pouvoir. L’élection éventuelle de M. Macron pourrait leur ouvrir le boulevard d’une victoire aux législatives. M. Macron n’a pas de parti politique et encore moins de ligne directrice, soutenu par un aéropage de personnalités des horizons les plus divers. Son élection serait celle de l’arrivée du néant à l’Elysée, la consécration de l’effacement de la présidence de la République, un phénomène de long terme qui s’est accéléré avec M. Hollande et trouverait là son achèvement suprême. Pourtant, les Républicains ne semblent pas préparer ces législatives qu’ils pourraient aisément gagner, ni la suite, le gouvernement de la France: absence de programme législatif, absence d’un leader susceptible de devenir Premier ministre, chef de Gouvernement, absence de dynamique, de souffle d’espérance. Bref rien est prêt. Tout se passe comme si, en voie de perdre à nouveau le hochet élyséen, plus rien ne les intéressait…
  6. Pire que tout: le déroulement de cette campagne présidentielle se présente comme le signe des progrès de la crétinisation de la France, la destruction des repères de l’histoire, de la littérature, de la philosophie, du bon sens et de l’esprit critique . Les voix potentielles de M. Mélenchon, de M. Hamon, de M. Poutou, et de Mme Artaud, additionnées, dépassent un tiers de l’électorat. Les Français n’ont plus la moindre idée de ce qu’a donné l’extrémisme de gauche dans le passé, l’étatisme, l’isolationnisme, l’assistanat, le rejet de l’économie de marché, l’égalitarisme, le nivellement, la haine de l’entreprise et du capitalisme financier: la ruine, le chaos, la misère absolue, partout où ils sont passés. La mémoire collective semble s’arrêter à 1990. Avant, les ravages du socialisme d’Etat, de la « propriété collective des moyens de production », du communisme, Lénine, Staline, Mao, Pol Pot, plus personne ne semble en avoir entendu parler. L’abêtissement de masse s’accélère.

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

 

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

35 commentaires pour Mes six vérités sur les élections de mai/juin

  1. ysengrin01 dit :

    Je voudrais simplement faire un petit commentaire sur votre point 3. Il est vrai, que, au vu des derniers événements, on aurait pu s’attendre à une forte poussée du FN, or, visiblement, il n’en est rien. Notons toutefois, que, depuis 2002, date ou l’arrivée au second tour de JM Le Pen fut une surprise absolument totale, l’arrivée de Marine Le Pen au second tour n’en sera absolument pas une, et s’avère même, probable. Quelque chose a changé, pas de raz-de-marée, mais une eau qui monte lentement, de manière imperceptible, et, en quinze ans, nous pouvons mesurer cette augmentation, bien réelle.

    Lorsque vous examinez des événements historiques, on constate assez souvent que l’opinion a l’esprit d’escalier, à savoir que la réaction à des événements violents ne survient qu’après un certain temps de latences.

    Je prendrais deux exemples concrets, tirés de notre histoire. En 1009, le St Sépulcre est détruit par les musulmans, à Jérusalem. Réaction en Occident, très chrétien à cette époque ? Rien. En 997, St Jacques de Compostelle est mise à sac par les arabes musulmans. Réaction ? Rien. Il faudra attendre 1095, pour que la pape Urbain II écrive à tous les souverains européens, leur demandant une réaction face à cet islam agressif. Celle survint donc, et, le 14 juillet 1099, Jérusalem est prise par les troupes occidentales.

    En 1520, les protestants commencent à créer les premiers troubles en France (et ailleurs). Il s’ensuit une longue période, faite de tractations et d’édits divers, mais aucun ne calme l’ardeur de ces rebelles protestants. En 1572, le pouvoir tape du poing sur la table, et c’est la St Barthélémy. La réaction est venue cinquante ans après l’origine des troubles.

    Donc, vous voyez, je pense qu’elle viendra un jour, cette réaction, contre cet islam, qui, dans une forme nouvelle, redevient agressif et conquérant (voir les dernières déclarations d’Erdogan, entre autres). Méfions-nous de l’eau qui dort, comme dit le proverbe.

  2. Jordi dit :

    Tiens, votre premier article appelant à voter Le Pen ?

    Plus sérieusement il est temps de finir avec le couillemollisme de droite. Fillon a été attaqué avec une violence abjecte par la presse de gauche, et que propose la gentille droite neuneu ? Faire barrage à l’extrême droite. Mitterand avait raison sur la droite la plus bête du monde.

    Pourquoi ne pas rendre les coups, en proposant l’abrogation de service public de la presse (pour collaboration avec le socialisme national), la révocation de tout magistrat en lien avec le Syndicat de la Magistrature (assorti d’une peine d’indignité nationale), la suppression du régime des intermittents du spectacle (avec récupération des sommes versées sur 5 ans). On peut continuer une liste de mesures de riposte, récupérer l’Education Nationale doit être une priorité (comme l’ont bien compris Houellebecq et son président Ben Abbès).

    Faute de savoir rendre les coups, la droite française se taille une image de loosers qui négocie pour être battus un peu moins.

  3. xénia dit :

    Bon. Et pour conclure…. le Général : « Les Français sont des veaux » !

  4. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Les dernières nouvelles de Filtéris donnent Fillon en tête, suivi de MLP.
    Macron se dégonfle et plonge petit à petit au profit de Mélanchon.
    Tout peut changer dans les derniers jours, mais on croise les doigts.

    Un article détaillé et bien documenté nous informe de la « genèse » Macron.
    Il y a bien longtemps que des officines diverses s’agitaient en coulisses :

     » Comment faire du neuf avec du vieux
    De la Fondation Saint-Simon à Emmanuel Macron
    par Thierry Meyssan »

    http://www.voltairenet.org/article196012.html

    Il semblerait cependant qu’un petit caillou imprévu (Mélanchon) soit en train d’enrayer cette si belle mécanique, sans qu’un scénario de secours n’ait été prévu.

    Amicalement,

  5. Infraniouzes dit :

    Madame et Messieurs les candidats de droite, n’allez surtout pas sur le plateau de BFM TV vous pourriez y prendre un coup de Bourdin…

  6. lost labour dit :

    16 ou 17% de l’électorat, ce n’est pas dérisoire à partir du moment où on porte un programme acceptable par une majorité plus large.
    Si on regarde les thèmes portés par les candidats, on voit :
    – que les 3/4 de l’électorat est souverainiste ; seul Macron et Hamon ne le sont pas, même si Fillon ne l’est pas sincèrement
    – que près de la moitié de l’électorat veut un changement important de ligne sur l’immigration (Fillon, Le Pen, NDA) auquel on peut sans doute ajouter une partie de l’électorat de Macron et même du PS.
    – que les 3/4 de l’électorat ne veulent pas de la purge économique prévue pour eux par Fillon. Près de la moitié ne veut tout simplement pas de baisse des dépenses publiques.

    Sur la base de cette grille, les meilleurs candidats par rapport à ces attentes des Français sont Mme Le Pen et {M Fillon avec un programme économique adapté}. Dans la mesure où les fillonistes, radicalisés, considèrent le programme des primaires comme intouchable, c’est en fait Mme Le Pen.
    Mais la formidable propagande sur le FN a laissé des traces, et rend difficile l’élection de ce parti.

    En conséquence, la droite va perdre cette élection, et les Français auront un programme opposé à ce que la majorité d’entre eux souhaite.

    Ce qu’on peut souhaiter pour l’avenir : que les blocages injustifiés envers le FN et l’histoire de France soient levés. Que la droite libérale cesse de jouer de ces blocages pour imposer sa ligne minoritaire à la droite puis aux Français.

    Point n’est besoin pour cela de remettre en cause l’institution présidentielle. Certes, c’est le programme de la droite libérale, qui veut empêcher de manière définitive le peuple de reprendre la main et de changer la ligne globale du pays.
    Mais ce n’est pas l’intérêt général, et il ne vaut pas écouter les mauvais conseillers qui poussent à cela.

    Bonus : une interview du libéral Pierre Manent :

    https://www.lenouveleconomiste.fr/pierre-manent-ehess-sur-le-souverainisme-que-le-peuple-puisse-retrouver-le-sentiment-a-la-base-de-la-confiance-que-le-gouvernement-qui-le-gouverne-est-son-gouvernement-32108/

    qui dans son dernier livre Situation de la France, et quoique libéral, se moque bien des fétichistes du divin marché (je ne suis pas d’accord avec le reste du livre).

    • Annick dit :

      Bonsoir Lost labour,

      Tout d’abord merci pour le lien très intéressant que vous nous soumettez.
      Remerciements aussi à Nicolas dont le lien est tout aussi éclairant.

      Quand vous écrivez :
      « que les 3/4 de l’électorat ne veulent pas de la purge économique prévue pour eux par Fillon. Près de la moitié ne veut tout simplement pas de baisse des dépenses publiques. »

      Fort bien, personne n’apprécie les purges, c’est certain.
      Mais, l’endettement hors norme de notre pays démontre que l’État vit au-dessus de ses moyens et c’est pourquoi il est dans l’obligation de recourir à la dette, s’il veut continuer dans des dépenses non-maîtrisées.

      Or, les obligations d’État sont majoritairement abondées par des investisseurs étrangers.
      Le reste l’étant essentiellement par les assurances et banques françaises, c’est à dire notre épargne, dont la très appréciée assurance-vie.

      Que se passerait-il, selon vous, si les investisseurs étrangers venaient à refuser de continuer à nous prêter leur argent, parce que notre seuil d’endettement ne serait plus supportable et que nous ne pourrions plus rembourser une dette qui, déjà aujourd’hui, est très supérieure à notre création de richesse ?
      Ne pensez surtout pas que cela est impossible parce que la France est un trop gros morceau dans l’UE, et blablabla.
      Les prêteurs sont très heureux de faire fructifier leur cher argent, mais dès qu’un risque de le voir partir en fumée se pointe, ils retirent leurs billes et n’acceptent pas de compromis, sauf quelques aménagements sur le temps. Mais de cadeaux, nenni !

      Dans un tel scénario – d’autant plus embêtant qu’il n’est plus du tout impossible, bien au contraire- ce n’est pas une purge qui nous attend, la purge étant un remède pour éviter l’aggravation de la maladie. C’est la maladie elle-même que nous ferions advenir, c’est à dire la faillite pure et simple. Exactement comme la Grèce.

      Adieu toutes subventions, adieu aussi à notre épargne confisquée et remboursée à la saint glinglin, ou jamais. Adieu les services publics, les distributions sans compter. Adieu à toutes les rentes : celles des fonctionnaires, des retraités, des handicapés, et autres. Partout des coupes, des restrictions et la pauvreté pour tous.

      Est-cela que nous souhaitons ? Si oui, continuons à exiger de l’État ce qu’il ne peut plus payer, et vogue la galère !
      Perso, je ne crains pas grand chose, je ne suis propriétaire de rien, sauf une voiture qui a 12 ans mais peu de kms, et une retraite riquiqui. Mais j’ai des enfants….

      Bien à vous,

  7. Eliane dit :

    Ok pour votre analyse.je trouve que les Républicains députés font le minimum pour soutenir Fillon

  8. Jean-louis Michelet dit :

    Règle oubliée en cette période.
    Le destin , souvent , rit des probabilités.

  9. Via dit :

    On nous a ravi l’élection avec la chasse au Fillon, on ne va pas nous la confisquer une deuxième fois aux législatives.
    L’aréopage qui se rallie à Macron ne le sert pas forcément car tellement prévisible. Il est clair qu’aucun des quatre ne mérite d’être élu et pourtant…mon vote ira à Fillon, même s’il ne le mérite pas. En espérant qu’il se rachète.

    • Sganarelle dit :

      Fillon n’a pas a se « racheter » ce n’est pas un prisonnier qui doit purger une peine , il n’est pas condamné que je sache.
      Quoiqu’il fasse Fillon s’il est élu en décevra plus d’un , sans compter ceux qui le détestent simplement parce qu’il ressemble a un bourgeois, porte de beaux costumes ou va à la messe , il n’a même pas à franchir les portes de l’Elysée c’est plié d’avance. Les autres resteront sur leur faim parce que rien ne va assez vite et que la tâche est énorme. Les Francais râleurs critiques et jamais contents sont ingouvernables .
      Conclusion il faut voter pour quelqu’in qu’on déteste et pas pour votre chouchou si vous lui voulez du bien.

  10. de Cydelah dit :

    « …. J’essaye d’expliquer que nous avons changé d’époque, que le présidentialisme est à bout de souffle, même si l’on peut le regretter, et que désormais l’essentiel se joue aux élections législatives, en espérant mobiliser les énergies et les électeurs à cette occasion…(« maximetandonnet / 18 avril 2017 à 08:55 ) »

    « Les gens » autour de moi, semblent un peu sinon beaucoup désorientés pour faire leur choix. Chacun ayant en arrière plan dans son vote, l’idée de ne rien sacrifier pour lui-même, face à l’absence d’un guide consensuel, laquelle se trouve amplifiée par les rouleaux compresseurs devenus plus gros et plus nombreux (europe et mondialisation oblige.). Alors que la division des citoyens français n’a de cesse que de s’accentuer, il n’est pas difficile d’imaginer qui va ramasser la mise.
    A mon sens, il y a une perte progressive et devenue majeure, du lien dans ce pays depuis plusieurs décennies. pourtant, il n’y a pas mille solutions, ni cinquante pour reconstruire ce lien; il n’y en a qu’une. Hélas !

  11. de Cydelah dit :

    Bonjour,

    J’ai voulu en savoir plus sur l’usine à gaz :
    https://storage.googleapis.com/en-marche-fr/COMMUNICATION/Programme-Emmanuel-Macron.pdf

  12. Cyril45 dit :

    J’ai découvert un peu par hasard la profession de madame Artaud. Et avec effarement : elle est professeur d’économie. On se demande ce qu’elle peut bien mettre dans la tête de certains de ses élèves.

  13. Curmudgeon dit :

    Maxime Tandonnet espère aux législatives une majorité « républicaine ».

    Quelle est la proportion des Français qui ne sont pas des partisans du régime républicain, c’est-à-dire qui seraient royalistes, bonapartistes, ou partisans d’une dictature ?

    Pas les partisans du FN à mon avis. Même pas la majorité des partisans de Mélenchon, qui votent sans grande conscience des implications des idées de leur favori.

  14. Jean-louis Michelet dit :

    Légalité mais absence bien réelle de légitimité.
    Comment se prétendre être le Président de tous les français, les représenter et vouloir conduire la Nation avec à peine 20 % des inscrits pour aborder le second tour.
    Mais où sont les autres 80 % ? A croire qu’ils ne comptent pas dans cette élection et qu’ils vont rester les bras croisés une fois terminée cette grande kermesse médiatique.
    Personne ou presque n’en parle. Très surprenant.
    Comment le futur président(e)ne pourrait pas voir cela ?
    Comment inverser réellement le cours de l’histoire ou tout du moins vouloir l’infléchir sans une adhésion massive du peuple ?
    Il faudra nécessairement leur donner une réponse à ces 80 %.
    Vaste programme.

    • Jean-Louis Michelet, vous avez entièrement raison! Et même pas 20% des inscrits (compte tenu de 30% d’abstention).
      MT

    • drazig dit :

      Il y a une réponse à votre indignation: vote obligatoire, reconnaissance du vote blanc, majorité simple à un tour: l’élection à deux tours amène nécessairement la magouille d’où méfiance. A la dernière assemblée le FN avait 25% des voix et 1 député, le PCF 2% des voix et un groupe parlementaire. Conclusion: les Français se méfient car ils ne sont pas idiots (malgré l’abrutissement programmé). Mais le système est en train de s’effondrer comme l’UE, alléluia!

  15. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Si je vous ai bien compris :
    – Vous n’avez rien contre Macron.
    – Il n’y a pas le moindre danger Le Pen.
    – Les mœurs détestables de Fillon sont largement partagés par la France d’en-haut.
    – L’élection de Macron ouvrira un boulevard aux LR après les législatives.
    – Le électeurs qui se portent sur Mélenchon et consorts, sont des abrutis complets.
    Voter Macron, c’est donc tirer son épingle du jeu, de manière intelligente et morale, pour que tout change sans que rien ne change, pour les cinq ou dix prochaines années !

    • Mildred, non, vous caricaturez à mort, ma vision est beaucoup plus nuancée, j’essaye d’expliquer qu’une présidence Macron assortie d’une majorité républicaine à l’Assemblée serait au point où nous en sommes sans doute la moins pire des solutions. J’essaye…
      MT

  16. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    A vous lire, la victoire de Macron semble plus que probable. Je ne partage pas cet avis.
    En effet, les 4 concurrents en tête des sondages se situent dans un mouchoir de poche et je pense qu’il est impossible de dire aujourd’hui qui seront les deux finalistes.
    J’en suis même arrivé à me demander si MLP que tous les sondeurs et médias présentent en tête au 1er tour depuis janvier sera présente au 2ème tour tant cette campagne parait manipulée et orchestrée par des marionnettistes proches de la gauche et du pouvoir actuel.
    Personnellement, je ne crois pas à la victoire de Macron: trop lisse, trop fuyant, trop médiatisé, sans conviction, insipide, sans majorité et soutenu par des opportunistes notoires et un peu trop voyants.
    Le pouvoir (et cela reste mon avis) a voulu détruire la candidature de F Fillon donné largement vainqueur après la primaire de la droite et du centre. Il ne l’a pas détruit et n’a réussi qu’à largement écorné le personnage qui après 4 mois de lynchage et de pilonnage quotidien de tous les médias et une mise en examen par les juges mis en place par le gouvernement, se trouve encore parmi les possibles finalistes et semble même remonter dans les sondages.
    Je continue de croire que les 47 millions d’électeurs Français ne sont pas tous des crétins et que cette élection sera gagnée par celui qui présente le programme le plus sérieux et le plus crédible pour remettre un peu d’ordre dans notre pays.
    Mais je crois aussi que les « petits candidats » très médiatisés depuis le débat des 11 prétendants recueilleront un peu plus des 0,5% habituels, notamment de la part de ceux qui clament haut et fort : Tous pourris ! Des voix qui ne seront probablement d’aucune utilité pour les deux finalistes si par malheur MLP en était.

    • Gérard Bayon, non, non, je ne prétends pas du tout être devin, je lis les sondages et je vois les écarts, surtout au second tour, sauf dans l’hypothèse Fillon le Pen, mais bon, une hypothèse qui est loin d’être acquise. J’essaye d’expliquer que nous avons changé d’époque, que le présidentialisme est à bout de souffle, même si l’on peut le regretter, et que désormais l’essentiel se joue aux élections législatives, en espérant mobiliser les énergies et les électeurs à cette occasion…
      MT

    • souris grise dit :

      bonjour Gérard Bayon .

      j’espère moi aussi que ce soit M.Fillon qui gagne , mais il y a l’inconnu des reports des voix sur les deux finalistes et là ce n’est pas gagné , sur mon blog j’en parle aujourd’hui de ce report , et je suis bien pessimiste pour la droite et ds cette hypothèse des reports il n’y a pas besoin de sondages ..
      mais j’espère me tromper , et si cela était je serais vraiment heureuse mais …..

      amitié .
      Chris .

  17. Frederic_N dit :

    maxime,
    Les « Echos » disent qu’il n’y a pas plus de tendance à l’abstention cette année qu’en 2012. ..
    Et je pense qu’ils ont raison.
    Les français finiront par voter, et ils considèrent toujours la présidentielle comme la reine des élections. C’est pour cela que les Républicains font profil bas. Ils considèrent que Macron aura sa majorité aux élections parlementaires s’il est élu . On ne peut pas leur donner tort sur ce point. Le seul qui peut bouger les lignes c’est Fillon s’il réussit à passer
    Quant au lynchage de Macron, s’il gagne, vous pouvez toujours rêver : je vous avais annoncé dés les primaires une campagne hystérique contre Fillon, je vous annonce une (éventuelle) opération formol d’une importance jamais vue après l’élection de Macron. Que j’espère simplement éventuelle. Ce sera pire que Johnny : l’idole des jeunes au pouvoir

    • FredericN, Heum… je me souviens qu’en septembre dernier vous m’annonciez aussi la victoire de Sarkozy aux présidentielles de 2017 (oui, oui, regardez vos commentaires de l’époque!)
      MT

    • hugues dit :

      les derniers sondages donne l’abstention entre 23% et 30% (beaucoup moins d’un tiers donc!!) . L’indécision est plus haute entre 28% et 34%.

      Après une victoire de Macron et si en plus Fillon n’est pas au second tour, qui peut prévoir quoi que ce soit aux legislatives ? LR explosera, les investitures voleront en éclat, les candidats alternatives à droite vont proliférer …

      Rien n’est joué et il ne faut pas mal interpréter les sondages qui donnent encore les 4 premiers candidats dans la marge d’erreur. Les 30% d’indécis et le vote stratège feront l’élection !!

    • michel43 dit :

      et bien MOI..MICHEL ,je vous le dit ;depuis longtemps ;MACRON sera le président

  18. chatpensant dit :

    Votre article est juste… mais il ne donne aucune alternative excepté l’abandon…
    la force de la politique politicienne est belle et bien de faire renoncer une partie des forces vives. Ce matin, j’ai vu des sondages donnant 23% pour MLP et 19,5% à Fillon, ces deux personnes dont la justice est en cours de traitement de leurs affaires…je ne comprends pas comment un citoyen lambda puisse imaginer voter pour eux. Je ne dis pas que les autres sont meilleurs… Je suis simplement catastrophé par ce système.

    • M.H. dit :

      La citoyenne lambda que je suis votera (ainsi que toute ma famille et mes amis) pour François Fillon ! Dans mon village (2000 habitants) j’estime à environ 70% les votes pour François Fillon. Nous avons lu et discuté de « Bienvenue Place Beauvau » ! Nous savons à quel point on peut salir la réputation d’un homme politique avec des membres de la police, de la justice et des médias aux ordres d’un petit groupe d’individus au pouvoir), en résumé : http://corto74.blogspot.fr/2017/04/affaire-fillon-cabinet-noir-connivences.html

    • chatpensant dit :

      Je ne vous juge pas sur vos choix politiques. .. nous sommes en démocratie. .. j attirais simplement votre regard sur la relation citoyen/politicien. .. pour moi et ce n est que mon avis, ce sont 2 mondes trop différents. .
      Il y a une forte propension à la manipulation dans le système politique. .. j ai pris le soin de lire l article que vous avez mis en lien…on peut en trouver d autres qui soutiennent le.contraire aussi brillamment…
      N importe quel citoyen ne devrait plus accepter cette politique. A quand le vote blanc? Si les politiciens n avaient rien à se reprocher ils statueraient dessus… bref…

    • Colibri dit :

      Je vais voter mais une fois encore avec un malaise, une petite voix douce intérieure qui me dit tu cautionnes par ton vote un système électoral qui n’est pas bon sur le fond.

    • de Cydelah dit :

      Bonjour;
      Un chat pense d’abord à sa panse ! 🙂
      Je ne sais pas encore pour ma part si F. FILLON mérite le rejet aussi facile. Que celui qui n’a jamais fauté….car même pour la vertu, il y a des degrés !
      J.L. Mélanchon à aussi triché. Pour E. Macron, c’est bien verrouillé, mais il n’y a pas de fumée sans feu.
      Qui que ce soit, pour ma part; si pas de condamnation, alors pas de sanction. Et si sanction, par une Justice rapide et vraiment indépendante, qui plus est, non colorée idéologiquement et la même « pour tous ».
      J’ai bien aimé le pseudo. Mais quelle définition autre que celle des dictionnaires à « PENSER », car
      – Qu’est-ce que penser en politique par exemple ?r

    • chatpensant dit :

      Il a notre camp les citoyens puis celui des politiques… vous le ramenez à une entreprise nous sommes les patrons et les politiciens nos collaborateurs. .. aujourd’hui on dirait le contraire

    • hugues dit :

      On peut être un escroc et être un bon président.
      On peut être honnête et un très mauvais président.

      A défaut de pouvoir choisir pour un bon président honnête, à chacun de choisir ses priorités…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s