Présidentielles: l’abominable nausée

Il est temps que ces putains d’élections présidentielles prennent fin. J’en suis au point où elles finissent par m’inspirer une véritable nausée: calomnies, dénonciations, insultes, attaques personnelles, petites phrases minables, polémiques stériles, démagogie, postures, diarrhée sondagière, déchaînement de propagande médiatique partiale et injuste qui conditionne tout le reste. Toute idée se rapportant à l’avenir de la France et de l’Europe a disparu des écrans radar. La poussée mélenchonniste achève de me dégoûter. Le programme de ce personnage, nouvelle coqueluche des médias, est destructeur pour l’économie et la société française: des centaines de milliards d’euros ponctionnés sur l’entreprise, des hausses d’impôts phénoménales, une chasse au « riche », au travail, les 32 heures, la destruction de l’entreprise et de l’économie marchande. Face à un tel projet de destruction, l’avenir des jeunes de mon entourage, qui ont tellement ramé pendant des années pour se faire une place dans le monde de l’entreprise, me semblerait effroyablement compromis. Je n’arrive pas à supporter cette idée. Le système électoral atteint un niveau de débilité sans nom. Avec une candidate lepéniste vissée à 25% tout en ayant strictement aucune chance de gagner au second tour de la présidentielle, quel que soit le scénario, le système tourne à la loterie mortifère, au piège empoisonné où tout le reste devient possible, même l’élection de M. Mélenchon. Tout cela reflète ce que nous voyons venir depuis des années: l’effondrement du système présidentiel, dans un climat d’aveuglement et de bêtise généralisée. Dans l’état où nous sommes, aux portes de l’apocalypse, je ne souhaite désormais plus qu’une chose: que le système présidentiel, sombré dans la démence et qui entraîne le pays comme un boulet, crève le plus vite possible et que la France restaure la république et la démocratie à travers un système de gouvernement Parlementaire. L’avenir dépend désormais des élections législatives en juin, celles qui n’intéressent personne. Plus tard, peut-être que la France retrouvera un homme d’Etat capable de restaurer la fonction présidentielle dans sa grandeur, celle qui consiste à fixer un cap digne et visionnaire, tout en laissant les ministres gouverner sous le contrôle du Parlement. Mais aujourd’hui, au paroxysme de la nausée, il faut parer au plus pressé: éviter Mélenchon et le spectre infernal d’un second tour le Pen/Mélenchon, à n’importe quel prix, puis tenter de restaurer l’honneur des républicains lors des élections législatives.

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

55 commentaires pour Présidentielles: l’abominable nausée

  1. Annick dit :

    Où est passée ma première réponse à Denis ?
    Seule, s’affiche le complément.
    Perdue dans les méandres du Net ?

    Tant pis, je ne recommence pas.

  2. Annick dit :

    @Denis,
    Je reviens pour relever ce que vous dites là :

    « Car n’oubliez pas que si cette fameuse dette existe c’est bel et bien parce que les marchés boursiers mises sur l’échec de notre pays. C’est d’ailleurs ce qu’il s’était passé avec la crise des subprimes.  »

    Non ! Si cette dette existe c’est parce que l’État dépense plus qu’il ne gagne.

    Les subprimes, c’est autre chose, un autre mécanisme. La seule relation à y voir avec une dette d’État c’est la propension de nos gouvernants à faire du « social clientélisme » pour « acheter » les voix d’électeurs ignorants des règles économiques. Propension doublée de « connivence » avec les acteurs financiers et économiques.

    Vous confondez tout et ça me désole de constater combien on peut induire en erreur des compatriotes mal informés. D’autant plus désolant que vous êtes entrepreneur !

    • Denis dit :

      Effectivement Annick j’ai commis une erreur avec les subprimes (ce qui n’enlève pas le fait que ce soit une saloperie) et je vous remercie de me rappeler mon erreur.

      Je pensais en réalité à la spéculation sur la dette des états, une autre horreur de l’ultra libéralisme.

      L’état a effectivement massivement dépensé plus qu’il le pouvait, mais c’est certainement pas pour le bien être de nos vies et celles de nos concitoyens.

      Je ne vais pas faire dans le populisme de base mais 577 députés à 9000€ par mois chacun, des économies il y en a à faire de ce côté là. Pareil pour l’évasion fiscale, 80 milliards par ans! Amazon c’est 6000€ d’imposition par an, et vous?! Cela fait une grosse liste je vous assure! nous petits ou moyens entrepreneurs ce n’est même pas envisageable sans risque de voir l’URSSAF vous user durant des semaines à éplucher vos comptes.

      Par exemple les autoroutes vendus par de Villepin, un véritable scandale d’État. Nos impôts ont financés la construction, puis nous avons vendus les autoroutes à vinci. Nous continuons à payer l’entretien des autoroutes via une filiale de Vinci. Et l’autoroute augmente chaque année, sans recettes pour l’état. Au final argent va toujours au même endroit.

      Je ne suis qu’un petit entrepreneur en libéral donc probablement pas le même profil que vous. Cependant, j’ai tout comme vous j’imagine à un moment donné dans votre vie, été salarié. Est-ce que vous regrettez vos conditions de travail en tant que salarié ? Votre protection sociale, vos congés payés, votre salaire ?

      Je suis dans la catégorie profession libérale mais dans la culture. Donc il est, pour mon chiffre d’affaire, nécessaire que l’état investisse dans la culture. Sinon je ne mange pas. Ça c’est pour la prise en compte uniquement financière et personnelle.

      Des économies il y en a à faire partout dans notre système étatique. Mais certainement pas au détriment de la santé, de l’éducation, de la culture.

      À titre personnel j’en ai marre de voir des professionnels de la politique mélanger mandats de députés, sénateurs et sociétés de conseils qui ne sont rien d’autres que des sociétés de lobbying.

      Il faut une colonne vertébrale de l’état solide et intègre dans sa gestion, mais aussi dans la vision de notre pays à long termes !

      Pour cette élection qui est vraiment délétère, voire à vomir. Le seul qui retient (pour la première fois de ma vie) mon attention et qui relève le niveau par son programme c’est Mélenchon. C’est le seul à avoir présenté un programme cohérent à sa ligne politique, chiffré et étudié par différents économistes.
      (Au diable les intox concernant chavez, Castro ect, restons sérieux)

      Il s’inquiète du bien être de chacun, et au final pourquoi faisons nous tout cela? Certes pour être libre de nos vies, pour notre autonomie, pour pouvoir développer de nouveaux projets. Mais surtout pour apporter un projet, un produit pour nos clients, pour leur bien être. La finalité c’est pas de gagner des millions d’euros, la finalité c’est d’être heureux et épanoui. Alors si nous arrivons à le faire en étant à l’aise financièrement c’est parfait, mais cela ne doit pas se faire au détriment de nos salariés et collaborateurs.

      Jlm je le trouve humaniste, optimiste et audacieux dans son projet. Proposer à des chercheurs et des entreprises françaises de devenir des acteurs majeurs du développement de l’énergie durable ça c’est du challenge !!!!

      Enfin je ne suis pas là pour faire du prosélytisme, nous avons certainement des avis différents. Mais j’aime échanger et comprendre les avis des gens.

      Ce qui est sur, c’est que notre pognon nous ne l’emmenerons pas dans nos tombes! Et que l’argent c’est comme l’eau, faut que ça circule sinon c’est plein de parasites !

      Amicalement

      Denis

  3. Annick dit :

    Bonjour Denis,

    Il est difficile de suivre ce que vous défendez car votre raisonnement est erroné.
    Quand vous affirmez, évoquant les fonctionnaires :

    « Ils rapportent de l’argent vous savez ? L’argent qu’ils gagnent ils le dépensent eux aussi. Donc ils font tourner l’économie tout en assurant une stabilité des services d’État.

    C’est faux, totalement faux. Ils consomment, certes, mais ne créent aucune richesse.
    Or, ce qui fait la richesse d’un pays, et donc le bien-être de ses habitants, ce sont les créateurs de richesse : les entrepreneurs. Ceux qui prennent des risques, et créent de l’emploi, et ne comptent pas sur un État omnipotent, sur une manne qui tomberait du ciel alors qu’elle vient de la poche de leurs concitoyens qu’elle appauvrit systématiquement.
    Un fonctionnaire embauché, c’est un agent de l’état qu’il faut payer à vie, qu’il soit compétent ou pas. Le taux d’absentéisme dans la fonction publique bat tous les records, c’est un fait, dûment constaté.
    Il est une règle économique incontournable, que vous semblez ignorer : quand on embauche un fonctionnaire, ce sont 3 à 4 emplois privés que l’on supprime. Donc 3 ou 4 emplois qui contribueraient à notre richesse.
    Il y a des dépenses productives, et des dépenses improductives.

    « depuis des années nous avons tués le service public ce qui a notamment pour cause la baisse des niveaux scolaires, d’éducation de manière générale, ainsi que sur la désertification médicale. »

    Un État qui consomme plus de 57% du PIB pour ses services publics et qui compte presque le double de ses partenaires européens en fonctionnaires, est un État qui tue le service public ?
    Non, c’est un État qui multiplie les prélèvements obligatoires (45,5% du PIB, taux le plus élevé de l’OCDE) et tue toute création de richesse. Et comme il est sans le sou, complètement sclérosé, il s’endette de plus en plus pour maintenir ce fameux « modèle social » que personne ne veut imiter tant il est dangereux de laisser filer les déficits qu’il implique, sans jamais y remédier.

    La baisse des niveaux scolaires ne vient pas d’un manque de personnels.
    Quand j’étais au lycée, nous étions 40 par classes et cela ne nous a pas empêchés d’avoir le BAC.
    Ce sont les méthodes et les contenus de l’enseignement qui sont en cause. A commencer par la méthode d’apprentissage de la lecture, dite globale, qui a fait des ravages.
    Quant à la désertification médicale, les cotas institués à la fin de la première année de médecine pour passer en deuxième année, y ont largement contribué. Encore une de ces belles idées de l’État stratège, qui sait mieux que vous et moi ce qui est bon et bien pour nous.

    « j’ai envie de proposer des énergies renouvelables bien plus développés qu’aujourd’hui​. »

    Oui, tout le monde préfère une maison propre plutôt que sale. A condition de ne pas y laisser sa chemise. Énergies renouvelables ? A quel prix ?
    Les éoliennes sont subventionnées (on prend encore dans la poche de Pierre pour donner à Paul),
    elles sont une source intermittente d’énergie et comme on ne sait pas stocker l’électricité, leur coût dépasse leur rentabilité car elles restent seulement une source d’appoint en énergie.
    Un bon investissement, selon vous ? Demandez à l’Allemagne.
    Et je ne parle pas du coût d’entretien, ni de la laideur occasionnée dans nos paysages, ni des vibrations insupportables à travers le sol qu’elles déclenchent.

    « merckel n’a aucun ​intérêt de nous voir partir. Les Allemands vivent sur les rentent et l’exportation, la négociation va forcément se jouer là dessus. »

    Détrompez vous, Merkel se réjouirait d’être débarrassée d’un pays qui lui couterait cher s’il continuait à s’entêter dans la voie qu’il suit. Son opinion publique gronde de plus en plus à ce sujet. Les Allemands ne sont absolument pas d’accord pour subventionner un pays qui se laisse aller à la douceur de vivre et aux petits oiseaux qui chantent, sans faire aucun effort pour se redresser.

    Savez-vous que Bruxelles a déjà prévu le coup et nous a concocté une « nouvelle Europe à 2 vitesses » ; celle du Sud et celle du Nord. C’est à dire celle qui va mal, et celle qui va bien.
    Je sais, aucun des candidats n’aborde le sujet, les États viennent pourtant de le confirmer à Rome, lors de l’anniversaire du traité.

    « À titre personnel, cette dette de 2 000 milliards je leur dirais bien de se la mettre dans le fondement. Mais d’un point de vue diplomatique cela serait relativement mal vu. »

    Mal vu en diplomatie ? J’espère que vous plaisantez parce que c’est la plus grosse bêtise que l’on puisse sortir.
    En diplomatie ce serait un pet de mouche à côté du défaut que nous ferions alors.
    Nous nous retrouverions comme la Russie d’il y a un siècle, ou encore l’Argentine plus récemment.
    Plus personne ne nous prêterait un seul centime.
    Ignorez-vous que notre dette est détenue en majorité par des étrangers, et non par les Français ?
    Et comme l’État n’a plus un sou, s’il ne pouvait plus emprunter, qu’arriverait-il ?
    Adieu veaux, vaches, cochons, poulets… et le reste !

    En toute amitié, je vous conseille de vous pencher sur quelques livres d’économie qui vous donneront les moyens de « peser » avec conscience et responsabilité ce qui est possible, et ce qui ne l’est pas.
    Bastiat (un de nos plus grand économiste) disait : « il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas ».

    Cherchez ce qui ne se voit pas. C’est là que se jouent toutes les erreurs et c’est ce que cachent sciemment tous les bateleurs d’estrade qui cherchent à nous enfumer.

    Bien à vous,

  4. Denis dit :

    Je voudrais répondre à Gérard suite à son commentaire.

    Comme tout projet ambitieux il y a des dépenses, cela s’appelle de l’investissement. Si vous arrivez à créer de la richesse sans aucun investissement svp donnez moi la recette je suis preneur !

    Jlm, à mon sens, investi dans l’humain donc dans l’éducation, la santé et l’accessibilité des services publics. Ce n’est pas un gros mot d’avoir des fonctionnaires en soit. Ils rapportent de l’argent vous savez ? L’argent qu’ils gagnent ils le dépensent eux aussi. Donc ils font tourner l’économie tout en assurant une stabilité des services d’État.

    Enfin ça c’est dans l’idéal puisque depuis des années nous avons tués le service public ce qui a notamment pour cause la baisse des niveaux scolaires, d’éducation de manière générale, ainsi que sur la désertification médicale.

    Moi je veux du personnel en bonne santé et ayant tout ce qu’il faut pour s’épanouir. Ce qui va de même pour ma part d’ailleurs.

    Et je pense que c’est le seul qui a une vision sur plus de 20 ans contrairement aux autres qui regardent sur 5 ans.

    J’ai 34 ans et j’ai envie de voir des oiseaux chanter dans 15 ans, j’ai envie de proposer des énergies renouvelables bien plus développés qu’aujourd’hui​. C’est d’ailleurs en secteur qui mérite de la part des entrepreneurs d’investir massivement.

    J’ai envie d’avoir des enfants qui n’auront pas a subir de plein fouet le retournement climatique.

    Je pense qu’on peut entreprendre, développer des entreprises, même sous jlm, sans chercher à détruire ce que nous avons et sans retirer des acquis sociaux mérités.

    Je préfère un homme, un intellectuel en prime, qui baisse les impôts sur les PME et augmentent celles des multinationales.

    Ce qui n’est pas juste c’est que nous soyons taxés à plus de 30% quand Amazon paye 6000€ d’impôts en France. Que dire de total ect…

    • Gérard Bayon dit :

      Bonsoir Denis,
      Je peux comprendre l’investissement pour le développement de nouvelles énergies, c’est en effet très certainement un secteur d’avenir et c’est le seul point qui me plait dans le programme de Mélenchon, mais je ne peux être d’accord avec lui lorsqu’il déclare ne pas vouloir rembourser notre dette de 2.200 milliards d’euros (+2665 euros chaque seconde en ce moment) (qui risquerait d’exploser avec l’embauche des milliers de fonctionnaires et le retour de la retraite à 60 ans) .Croyez-vous sincèrement que les banquiers Européens accepteront cette proposition ? On a vu comment a été réglé le problème de la dette Grecque et comment Hollande a été reçu lorsqu’il a voulu simplement renégocier les traités Européens… Autre sujet : si vous abaissez la semaine de travail 32h en augmentant en plus le SMIC de 16% vous augmentez mécaniquement le coût du travail, quelle compétitivité auront alors nos entreprises ? Le risque de créer ainsi des millions de chômeurs supplémentaires me semble plus qu’avéré sans parler des Entreprises qui se délocaliseraient hors de France pour pouvoir se développer. Non décidément, je ne vois aucune viabilité à ce programme économique.
      Cordialement

    • Denis dit :

      Bonjour Gérard,

      Par exemple parce que Hollande n’a pas du tout tenté de renégocier quoi que ce soit. Il ne serait même pas capable de vendre une poêle.

      Concernant la Grèce, il ne faut pas oublier qu’elle pèse en Europe 2%, nous pesons 18% de l’économie européenne​. Cela fait une différence notable sur le poids des négociations. Sachant qu’historiquement l’Europe s’est construite autour de la France et de l’Allemagne, merckel n’a aucun ​intérêt de nous voir partir. Les Allemands vivent sur les rentent et l’exportation, la négociation va forcément se jouer là dessus.

      À titre personnel, cette dette de 2 000 milliards je leur dirais bien de se la mettre dans le fondement. Mais d’un point de vue diplomatique cela serait relativement mal vu.

      Concernant les délocalisations, c’est justement sur ces points que Mélenchon veut renégocier les traités. Pour éviter le dumping social au sein même de l’Union européenne. Une délocalisation sur deux se fait en Europe. Ce n’est absolument pas normal ! Alors plutôt que de vouloir nous appauvrir et appauvrir une fois de plus nos salariés, nos ouvriers, nos fonctionnaires. Proposons plutôt aux pays en développement de prendre modèle sur un pays comme le nôtre qui offre des garanties en matière sociale. Un salarié qui n’a pas peur de savoir comment il se nourrit, se soigne ou se loge est un salarié qui sera épanouie et donc beaucoup plus heureux au travail. Ce qui par conséquent le rendra encore plus productif. Nous sommes déjà très productifs nous pouvons faire mieux en productivité et en protection sociale.

      Je sais que c’est pénible de lâcher des sommes pas croyables aux impôts mais c’est pour notre bien aussi.

      Je préfère payer des médecins, des enseignants, des infirmières, des intermittents du spectacle, des techniciens que des spéculateurs.

      Car n’oubliez pas que si cette fameuse dette existe c’est bel et bien parce que les marchés boursiers mises sur l’échec de notre pays. C’est d’ailleurs ce qu’il s’était passé avec la crise des subprimes.

      Un protectionnisme solidaire n’a rien d’anti européen, chaque pays privilégie ses productions et c’est normal. Nous devrions même exporter uniquement l’exedentaire de nos productions internes et pas l’inverse.

      Arrêtons de croire que Mélenchon est contre les entreprises, bien au contraire il mise sur elles! Sur leurs talents et leur expertise !

      Il veut surtout s’en prendre aux géants, Amazon paie 6000€ d’impôts par an, vous trouvez ça normal ?! Vous payez ça vous ?

      Total jusqu’en 2014 payait quedal en impôts !

      Les multinationales sont taxés à hauteur de 8% après optimisation fiscale !! Et vous?

      Alors stop! Baissons les impôts sur les entreprises tpe/PME françaises qui représentent l’essentielle de notre économie et augmentons les multinationales pour compenser.

      Il a utilisé une formule qui me fait rire mais que j’aime beaucoup ! « Ils ont su trouver des salariés moins chers, nous saurons trouver des patrons moins chers ».

      De plus sur ma tranche maximum d’imposition cela laisse 30 000€ net de revenus. Ça va, si tous les entrepreneurs pouvaient avoir ces salaires la! Ne nous trompons pas d’ennemis..

  5. Vu du Mont dit :

    Quant à Fillon, il utilise la tradition car le passé est le meilleur tremplin pour aller vers l’avenir, et il fait confiance à travers l’initiative des hommes. Son programme économique est le meilleur car son objectif annoncé est le plein emploi et c’est ce dont on besoin les hommes et les femmes comme les jeunes de ce pays.
    Macron est un manipulateur (et qui manie la maïeutique comme un outil de promotion et marketing) il est dangereux car il ne connaît pas la famille, Fillon est dans la veine des décideurs.
    Votez Fillon s’est assurer un programme économique qui redresse la France et ne part pas à la dérive sociétale.

    • Vu de Mont, on est bien d’accord, moi aussi je préfère Fillon de loin, mais entre Macron et Mélenchon, il serait suicidaire de ne pas choisir.
      MT

    • Vu du Mont dit :

      Macron/Mélenchon, à chaque jour suffit sa peine. La mobilisation du camp de la droite et du centre doit être forte pour faire émerger François Fillon. Ensuite on verra stratégiquement ce qu’il convient de faire. Et l’important c’est de gagner alors les législatives pour disposer d’un gouvernement de droite et du centre avec un premier ministre issu de cette majorité pour alors appliquer un programme représentant cette majorité avec un 1er ministre de cette majorité.

    • vu de mont, oui! c’et pile poil ce que je pense aussi!!!
      MT

  6. Cher Maxime,
    Je vous suis depuis bientôt deux ans. J’ai souvent été d’accord avec vos analyses, notamment concernant le fait de mettre fin aux politiques de carrière, de rendre à la politique son éthique et en quelque sorte sa grandeur. Je partage une fois de plus votre point de vue sur le caractère ordurier de cette campagne. Selon mon angle de vue, c’est à dire à l’intérieure d’En Marche, je confirme l’absence de diffamation ni d’agression gratuite à l’égard des autres candidats, si ce n’est des réponses légitimes aux attaques. Oh combien je regrette qu’il n’y ait pas eu de réelles confrontations d’idées, car si sur le plan sociétaire la vision des deux hommes est profondément différente, leurs points de vue se rejoignent sur la volonté de désendettement et de redonner du souffle à notre économie. Pourquoi toujours chercher ce qui nous sépare plutôt que ce qui nous uni?

    • Vu du Mont dit :

      « la vision des deux hommes est profondément différente », je suppose que les deux ce sont Fillon et Macron. Le danger de Macron c’est de suivre les réformes sociétales de Hollande qui a pour objet de déstructurer la famille conformément à l’idéologie marxisme-Léninisme et de faire apparaître un homme nouveau. Et en cela il est avec les politiciens du parti socialiste qui l’ont rejoint, le nouveau représentant du « parti socialiste ». Sur le plan économique, il y a aussi des différences qui tiennent à chercher des sous avec la CSG RDS, des taxes sur l’immobilier et surtout l’assurance vie (Qui fut vendue par toutes les compagnies d’assurances comme une garantie pour l’épargnant et maintenant il faudrait punir ces modestes épargnants). En réalité Macron ne respecte pas les retraités, les gens qui travaillent et qui épargnent. Ils n’aiment pas les gens modestes dont leur seul labeur est la source de gagner un peu quelque chose. Le mot fraternité n’est pas de son vocabulaire. Ensuite il fait partie de cette caste qui ignore ce que les français ont fait pour sans cesse s’adapter, ce qui est d’ailleurs dans la nature humaine. Quant à Fillon, il utilise la tradition car le passé est le meilleur tremplin pour aller vers l’avenir, et il p

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s