Le gaullisme en 2017

XVMdf4f52a8-86ef-11e5-b528-ec00c552b8adCe matin, le site Atlantico m’a demandé qui selon moi, dans la classe politique, incarnait le mieux le gaullisme en cette veille de 2017. Ma réponse est reprise ci-dessous. Il me semble qu’il faut distinguer deux choses. D’une part, la pensée du Général, au-delà des idées reçues et des clichés véhiculés sur le sujet: indépendance nationale, compétitivité économique et respect des grands équilibres, ouverture des frontières à la concurrence, grandeur internationale de la France, Europe unie des Nations, chef de l’Etat souverain au-dessus de la mêlée. D’autre part, la posture gaullienne, la hauteur de vue, la vision historique, l’absence de calcul personnel, la parfaite probité et la rigueur du comportement. De fait, je n’avais pas de réponse claire et définitive. Sur le premier point, la pensée du Général a été largement trahie par les milieux politiques et dirigeants, y compris ceux qui se réclament du gaullisme. Quant au second point, il est totalement négligé. En tout cas, mon sentiment profond, c’est que l’attitude consistant à se prendre pour le Général, le héros de l’appel du 18 juin, de la décolonisation et de la fin de la guerre d’Algérie, relève soit de la crétinerie caractérisée, soit de la démence narcissique.PHO18977142-c08d-11e3-9132-fa53e8173fe1-640x230

Maxime TANDONNET

**********************************************************************************

Ce dimanche, Jean-François Lamour, responsable des investitures LR pour les prochaines législatives, a été très clair envers Henri Guaino, affirmant que sa critique du programme de François Fillon l’exposait au risque de ne pas être investi par le parti pour ces élections. Alors que la droite « chiraquienne » est quelque peu rentrée dans le rang depuis les années Nicolas Sarkozy, qui est plus ou moins gaulliste aujourd’hui à droite ? Cette question a-t-elle encore un sens ?

Il faut bien sûr se poser la question de la nature du gaullisme. On ne dispose pas d’un corps de doctrine stable défini par le général de Gaulle et ses points de vue ont varié dans le temps. Quelques formules renvoient au gaullisme: indépendance nationale, Europe des Nations, politique de grandeur, participation, effort et rigueur sur le plan financier. Pour le gaullisme, dans la Constitution de la Ve République, le chef de l’Etat est un souverain au-dessus de la mêlée qui fixe un cap mais laisse le Premier ministre gouverner. On voit bien que la droite a clairement tiré un trait sur le fond de cet héritage. Elle a choisi délibérément depuis le début des années 1990, la politique des transferts de souveraineté à Bruxelles. Elle a oublié le thème de la participation. Elle a laissé se creuser la dette et les déficits publics, se qui représentait, pour le Général, un désordre inadmissible. Elle a consenti à l’affaiblissement de l’industrie française. Enfin, avec le quinquennat et les primaires, elle a accepté une transformation radicale de la fonction du chef de l’Etat, en faisant de lui un super chef de gouvernement et leader d’une majorité. C’est ainsi que la fonction présidentielle est devenue partisane, ce qui est le sommet du scandale au regard de la conception du général de Gaulle. Aucun des leaders des Républicains ne s’est opposé à cette évolution. Le dernier de ce camp politique, Philippe Séguin, est mort en 2010. Dès lors, il reste la posture gaullienne, la prétention, par delà le fond des sujets, à se dire l’héritier du général. Alors là, c’est assez facile: tout le monde se donne des airs gaulliens et se réclame de lui: M. Juppé, M. Fillon, M. Le Maire, etc. Même au parti socialiste, même du côté extrémiste, certains se revendiquent de la légende gaullienne. On banalise le général en oubliant qu’avant tout, il fut le héros de l’appel à la résistance du 18 juin 1940, de la décolonisation de l’Afrique et de l’indépendance de l’Algérie. Il est l’une des grandes figures de l’histoire de France. Il appartient à la grande histoire. Se prendre pour le Général de Gaulle, aujourd’hui, est un signe express de bêtise ou de démence.

Alors que Michèle Alliot-Marie et Henri Guaino ont tous deux décidé de s’engager dans la présidentielle sans passer par la case primaire et qu’Alain Juppé a été nettement désavoué par les électeurs au second tour de cette même primaire, peut-on y voir le signe que le gaullisme ne peut plus s’accommoder aujourd’hui du système partisan et de la mainmise des partis politiques sur la vie politique ?

Mme Alliot-Marie se réclame du gaullisme mais on aimerait comprendre à quel titre elle serait plus gaulliste que M. Juppé, M. Fillon, M. Le Maire ou tout autre. Elle a été l’un des principaux ministres des gouvernements des présidents Jaques Chirac et Nicolas Sarkozy, avec un bilan sûrement fort honorable. Mais quelles prises de position, quels actes, quelles attitudes, permettent de marquer sa différence gaulliste? Franchement, il serait intéressant de le savoir. Quant à Henri Guaino, de fait, il existe surtout en tant que créature de Nicolas Sarkozy. Le gaullisme est fondé sur un état d’esprit particulier. Ce n’est pas le « je » qui compte, mais uniquement la Nation. Le Général ne doit rien à personne et ne s’accroche jamais. Dès qu’on ne veut plus de lui, il part. Le 20 janvier 1946, en désaccord avec les partis, il démissionne. En mai 1958, il attend qu’un consensus pour son rappel se fasse dans la classe politique. Pendant sa présidence, il ne cesse de répéter que son mandat tient à la confiance populaire. Le jour où les Français ne voudront plus de lui, il s’en ira. Le 27 juin 1969, il démissionne après sa défaire au référendum sur la régionalisation et le Sénat. Les responsables politiques actuels font tout le contraire. Ils s’accrochent en permanence, pour durer le plus longtemps possible. Ils cumulent parfois les mandats pendant des décennies, et mêmes battus d’un côté par le suffrage universel, s’arrangent pour réapparaître ailleurs. Beaucoup ne savant pas s’arrêter, passer à autre chose, admettre qu’ils ne sont pas indispensables. Cette attitude est à l’exact opposé de l’exemple du général de Gaulle. Quant aux partis politiques, de l’extrême droite à l’extrême gauche, il servent surtout de tremplin à la réalisation d’ambitions électorales, à travers les investitures. Mais cela ne signifie évidemment pas que le fait de se démarquer de ces partis soit une garantie de gaullisme. Dans le cas de M. Macron, par exemple, sa candidature hors PS n’en fait pas un candidat gaullien. Tout son succès pour l’instant tient à la médiatisation, à une apparence, à une image. Or, le gaullisme est tout le contraire: une volonté, une ambition, un projet d’action.

Nicolas Dupont-Aignan et son mouvement Debout la France ne cachent pas leur volonté de s’emparer de ce créneau se réclamant du gaullisme. Pour autant, le voir réaliser un score à la présidentielle de plus de 6 ou 7% reste assez improbable. Cela signifie-t-il selon vous que les électeurs de droite ont tourné la page de cet « héritage » ? Peut-il réellement s’incarner dans un candidat, dans un parti ?

Nicolas Dupont-Aignan, sur le fond des idées, démontre une constance et une fidélité au idées gaullistes qui l’honorent. Concernant, son avenir électoral, dans le climat actuel, il faut se méfier des pronostics et des sondages. Sa difficulté vient de son positionnement politique, d’un puissant parti lepéniste, et de l’absence de soutien du reste de la droite républicaine. Non, je ne pense pas que les électeurs de droite aient renoncé à l’héritage gaullien. Au contraire, il me semble qu’une vraie nostalgie entoure la personnalité du Général. Elle représente à la fois l’héroïsme de la Résistance et les années 1960, de plein emploi, de croissance, d’espérance collective. Il donne l’image d’une politique intègre. Le souvenir du Général, qui exigeait de payer les factures d’électricité de son appartement privé à l’Elysée, est resté gravé dans les esprits. Il est intéressant de voir comment, même chez les plus jeunes, l’image du Général reste très présente et positive. Il ne faut pas se faire d’illusion, son époque est révolue: le de Gaulle héros national ne reviendra plus tel quel. Mais la figure qu’il incarne dans l’imaginaire collectif reste très présente: un homme passionné par le seul intérêt de son pays, attaché à son indépendance et à sa grandeur et générosité, tout en tenant compte de l’environnement international, qui ne s’accroche pas, prêt à tout plaquer si on ne veut plus de lui, d’une parfaite honnêteté. Même s’il y a là une sorte de paradoxe relative à l’exercice des primaires, par nature contraires à la présidence telle que la concevait le Général, on peut penser que les électeurs ont porté leur suffrage vers François Fillon en percevant en celui-ci, le temps des débats télévisés, une lointaine réminiscence du Général de Gaulle, par exemple quand il a parlé des chrétiens d’orient, de la politique d’indépendance et des réalités sur le plan international. Désormais, le plus difficile pour lui est de ne pas décevoir cette impression…

 

 

 

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Le gaullisme en 2017

  1. de Bertoult dit :

    Vous nous présentez Michèle Alliot Marie comme une possible candidate à se statufier en « commandeuse ».
    Faut-il rappeler que cette personne n’a jamais fait grand chose, n’a laissé aucun souvenir particulier…et n’a fait que passer.
    Sauf qu’en Côte d’Ivoire, sa responsabilité est écrasante dans l’affaire de Bouaké et la dizaine de militaires assassinés qui s’en est suivie.
    Dakar, Mers El Kébir, Algérie…oui, par ce cynisme elle se rapproche vraiment de De Gaulle, mais sans lui arriver au commencement de la racine de l’orteil gauche.

  2. Georges dit :

    Depuis 1968 l’idéologie dominante a consisté à démolir le gaullisme ,le politiquement correct fut le garde chiourme de cette dictature dont l’anti conformisme ou le bordel en langage courant en est la représentation la plus marquante.Imaginez les dégâts qui s’en suivirent…

  3. cyril dit :

    bonjour,
    Le général DE GAULLE est un héros. Il a permis une prise de conscience nationale afin de résister au nazisme et délivrer la France par la mobilisation de tous les résistants, ceci au péril de sa vie.
    Tous les résistants au nazisme, l’extrême droite allemande, ont été et sont des héros.

  4. Bernderoan dit :

    Bien d’accord avec nombre de commentaires ci-dessus.
    Que fait-on ?
    Nous n’avons plus de De Gaulle. La comédie va se poursuivre en 2017, soyons en convaincus, cela atténuera les déceptions.
    Que fait-on ?
    Le Général avait l’envergure et la position d’un roi, obnubilé par l’idée de la France, au-dessus de tout intérêt partisan.
    Que fait-on ?
    Le système politique dans lequel nous vivons ne permet pas de revenir à la Vème République voulue par le Général.
    Que fait-on ?
    La descente aux enfers n’est pas encore assez grave, et les veaux sont trop veaux, pour générer un bouleversement radical et l’avènement d’un chef d’État digne de ce nom.
    Que fait-on ?
    Évidemment que ce sont les tragédies qui font les grands hommes.
    Mon cher Maxime, votre favori ne pourra au mieux qu’infléchir la courbe de la dégringolade.
    Que fait-on ?
    Glissons jusqu’à la fin de notre civilisation occidentale moribonde et soyons optimistes, ce n’est pas la fin du monde !

    • michel43 dit :

      notre FILLON est très mal barrer ,pensait t , »il ,qu’il serait le vainqueur de la primaire ,NON. .donc programme rapide ,avec la clique qui a toujours échouer, avec des idées qui on 25 ans de retard ,le pire de l’idiotie ,la S.S ,vouloir y toucher , et dire , il y a les mutuelles , qui forcément, vont augmenter leurs tarifs ,Attendons le nouveaux ,programme ,cogiter pars les cerveaux de la classe d’en haut ,qui ne connaisse pas , celle du Milieu ET d’en Bas ,qui voudrait qu’on arrête de les emmerder ,et de les ponctionner ,OFFRONS la chansons des Inconnues RAP –TOUT a FILLON

  5. colibri dit :

    Un autre trait marquant aussi de la personnalité de De Gaulle: une grande adhésion à l’homme qu’il était, un grand rejet de l’homme qu’il était. (Je pense à sa condamnation à mort pour désertion, je pense à l’attentat du petit Clamart)

  6. michel43 dit :

    TOUS L’ONT TRAHIE. demander a son fils ….certains vont surement HURLER.. une femme peut être une vrais gaullistes ; aimer la FRANCE ,les FRANCAIS ,respecté » le drapeau ,sa Marseillaise ,QUI sait……

  7. Le Gaullisme : un étatisme qui a accouché de cette Ve république complètement inadaptée au monde actuel.
    Le Gaullisme : Un anti américanisme primaire alors que des jeunes soldats américains sont venus mourir par milliers pour sauver la France.
    Le Gaullisme : une idée de la grandeur de la France désuète, pompeuse et prétentieuse!
    Le Gaullisme : une haute trahison car l’accord secret avec les communistes pollue aujourd’hui encore tous les rapports sociaux de ce pays.
    Le Gaullisme : finalement une catastrophe comme toutes les aventures politiques françaises depuis la révolution.

    • Jean- Louis Michelet dit :

      Vive le Roi !

    • michel43 dit :

      LE QUELLE ? EUDE …ou le CON DE PARIS…….

    • colibri dit :

      Sans Stalingrad mon père et ma mère auraient été délivrés morts par des milliers de jeunes américains venus sauver la France.

    • michel43 dit :

      on doit remercier DE GAULLE… sinon, nous devenions COMMUNISTE ,point d’accord secret ,cars c  » était le PREMIER partis de FRANCE , appuyer pars les CAMARADES SOCIALISTES ,LE Gaullisme ,nous a sauver ,devenir, un satellite de L .EST , NON..Merci CHARLES ,

    • colibri dit :

      Vive le Roi mais lequel? Il me semble que De Gaulle évoque dans ses mémoires la possibilité de restaurer un Roi de France comme Franco le fit en Espagne mais les quelques mots qu’il écrit sur le Comte de Paris dont il ne dit pas de mal mais pas de bien non plus m’ont donné l’impression que cette idée ne l’a pas effleuré bien longtemps.

  8. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Le Général de Gaulle est mort et ne sera jamais remplacé. Il en est ainsi de chacun.
    Se réclamer aujourd’hui du gaullisme est une supercherie et relève de l’image d’Epinal c’est à dire d’une grande naïveté dont le seul objectif est de prendre les électeurs pour des imbéciles.
    Je ne crois plus depuis longtemps au père Noël et je ne recherche pas un clone du « Général de Gaulle » mais un personnage respectable du 21ième siècle qui serait capable de redonner à mon pays un peu d’éclat, d’autorité et d’influence qu’il a perdu depuis près d’un demi-siècle.
    Je continue de chercher…tout le reste n’est que bavardage.

  9. Philippe dit :

    Bonjour Maxime,

    Pour se réclamer Gaulliste, il faut déjà être un homme de caractère et ne pas verser continuellement dans la duplicité et de plus il ne faut pas être un carriériste.
    Un gaulliste doit dominer les événements, défendre l’état et imposer l’intérêt général.
    Il doit dominer les autres, prévoir et susciter l’événement.
    Le caractère est nécessaire en tant de crise, « je dis bien caractère et non autoritarisme » un Gaulliste on le suit et il est capable de mobiliser les ardeurs populaires, il mobilise les ardeurs, pas par le populisme et la démagogie, comme le font actuellement tous nos politicards.

    Mais aujourd’hui si il existait un tel homme un Gaulliste pur, il devrait faire face à un problème de taille:  » le veau français » plus veau qu’hier.
    Notre société a uniformiser l’individu , il l’isole par les réseaux sociaux et il est devenu un pion.
    Par la désinformation permanente des ITELE des BFMTV des RTL. Il est effarant de voir les tonnes de mensonges et de désinformations que l’on nous distribue à longueur de journée.
    L’ensemble des médias et des politiques nous montrent la vérité tel qu’ils veulent qu’elle soit et non tel qu’elle est. Le conflit syrien en est une preuve flagrante entre autre, comme les chiffres du chômage qui sont trafiqués.
    Dés que des gens essaient de nous faire apparaître la réalité, ils sont traités de réacs ou de fascistes.
    Le doute, le septicisme, le renoncement, la passivité, l’individualisme envahissent les consciences.
    De plus le système éducatif se borne à appauvrir les consciences, on ne veut plus laisser le libre arbitre aux individus, on ne veut plus assurer le triomphe de l’esprit et redonner à l’homme un rôle. On fait de façon que les individus ne soient plus des gens responsables mais des instruments à la solde des partis, pour les partis et pour défendre des coalitions d’intérêts et des intérêts particuliers. Regardez le nombres d’élus qui ont des gamelles aux fesses, que les veaux réélisent sans tiquer. Ceux qui ont fait des promesses non tenues et qui sont réélus.
    Si les élus s’accrochent à leur siège et ne partent pas, c’est aussi, qu’ils trouvent nombres de veaux qui votent pour eux.
    Je ne plains pas les français, ils ont les politiques qu’ils méritent, le français est un faux-cul, c’est un crocodile il a une grande gueule, mais quand il s’agit de passer à l’action et de dire NON! là il n’y a plus personne.
    Donc tous ces politicards savent qu’ils auront toujours un poste d’élu, car les veaux voteront pour eux.
    Il y a eu confiscation de la souveraineté du peuple par les partis, et les primaires en sont le preuve criante.
    Ce n’est pas en 2017 que les choses changeront, il faut être lucide et voir la vérité tel qu’elle est.
    Je n’attends rien des futures élections, nous aurons les mêmes menteurs, les mêmes fumistes, les mêmes petits carriéristes sans envergure.
    Tant que le Président, les ministres seront les représentants au pouvoir des partis politiques ils ne défendront que leurs intérêts. Aujourd’hui plus qu’hier, l’Etat, son pouvoir, ses représentants sont les instruments d’un parti politique. Aujourd’hui la gauche demain la droite!
    Tous ces politicards qui se disent Gaulliste ne sont que des ignares et des incapables, ils ne marqueront jamais l’histoire.
    Partez du principe Maxime: « Ce n’est pas les grands hommes qui font les événements mais de grands hommes naissent quand il y a de graves événements » L’histoire est riche d’enseignements sur ce sujet.
    Il faudra que la France vive de terribles événements, pour voir surgir un grand homme ou une grande femme de la trempe de De Gaulle. C’est à ce prix que le pays et la classe politique changeront

  10. colibri dit :

    Je n’ai aucune compétence particulière pour écrire ce que je vais écrire. J’accepte par avance toutes les corrections, critiques, remarques à mes propos. En les espérant fraternelles. Le Bonapartisme s’est éteint avec la mort de Napoléon. Le Bonapartisme est un particularisme français. Il n’y a pas eu d’autres Bonaparte en France et dans le Monde. Et pour mon grand-père paternel c’était tant mieux. Il l’appelait le boucher de l’Europe, le père d’Hitler. Cependant une partie de la vie de notre pays repose toujours sur ce que Napoléon avait mis en place. Le Gaullisme s’est éteint avec la mort de De Gaulle. Le Gaullisme a été un particularisme français. Il n’y a pas eu d’autres De Gaulle en France et dans le Monde. Il reste cependant dans l’esprit de beaucoup de Français et probablement d’étrangers. J’appartiens à une génération qui n’a connu De Gaulle que dans les livres. Personnellement j’ai lu ses mémoires en entier. Il est pour moi l’homme qui a tenu tête aux Américains et aux Anglais. Son héritage a commencé à être déchiré par Valéry Giscard d’Estaing puis ensuite par François Mitterrand qui nous a aligné sur des positions Anglo-américaines au moment de la guerre du Golfe. Nous en mesurons aujourd’hui toutes les conséquences « En notre temps, la seule querelle qui vaille est celle de l’homme. C’est l’homme qu’il s’agit de sauver, de faire vivre et de développer. » (Charles De Gaulle, 1964)

  11. Jean- Louis Michelet dit :

    Le soleil gaullien.
    Seul le soleil a le privilège d’envoyer de la lumière et aussi de l ‘ ombre.
    Et depuis juin 1940, le soleil gaullien jette de l’ ombre, beaucoup trop d’ombre sur celui ou celle qui s’ auto-proclame en être l’ héritier.
    Comme ils doivent au fond d ‘ eux-mêmes maudire cette ombre qui nous les fait voir dans leur juste dimension et tels qu’ils sont réellement.

    • Jean-Louis Michelet dit :

      De Gaulle vu par les enfants .
      Voici un admirable mot d’enfant , du temps de l’occupation :
      Un petit garçon , fils d’un fonctionnaire de Vichy , demande à son père qui c’est exactement , le Général de Gaulle.
      Et le père répond :  » C’est un traître .  »
      Alors le petit garçon reste un instant songeur , et puis il relève des yeux bien clairs et dit :  » Plus tard , je serai traître . « 

  12. Claude Yves dit :

    « L’état doit échapper aux partis. Invoquer une filiation prestigieuse à des fins électorales, c’est plonger les partis dans la lutte partisane et cela n’intéresse pas les Français. »
    Charles De Gaulle

    Claude Yves

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s