Question sur une déchéance

588945Comme tout le monde, j’assiste impuissant, effaré, à l’effondrement de l’actuelle présidence. La bombe du dernier livre de conversation de M. Hollande achève d’atomiser son mandat avec ses propos sidérants sur les magistrats, Sarkozy, l’immigration, le football, la religion, etc. Mais bien plus que le fond, c’est le principe même de dizaines d’heures passées avec des journalistes pour leur confier ses états d’âme sans le moindre contrôle sur ce qui en ressortira qui est d’essence suicidaire. De fait, je n’ai que des questions, pas de réponses claires sur le sens des événements. Deux explications possibles se présentent à moi.

  • La première est la plus simple, la plus répandue, sinon la plus consensuelle voire unanime.  L’arrivée de M. Hollande à l’Elysée comme erreur historique: dès le départ,  il n’était pas fait pour le « job ». Son remplacement en mai prochain devrait remettre la France sur de bons rails.
  • La seconde est plus complexe et préoccupante. Monsieur Hollande n’est pas moins intelligent ni plus cynique que n’importe quelle personnalité politique parvenue à ce stade. La calamité n’est pas dans l’homme, mais dans l’institution présidentielle telle qu’elle se présente aujourd’hui, qui porterait en elle les germes de la déraison. Le sentiment de toute puissance et de sublimation du moi (notion de premier français) mêlé à la réalité de l’impuissance face au réel, dans un contexte de solitude morale élyséenne, sous le feu d’un lynchage médiatique permanent et des réseaux sociaux, d’une violence inouïe, dans un contexte de nihilisme général, pendant cinq ans, en situation d’irresponsabilité (absence de sanction possible), conduirait n’importe quel homme à une dérive de ce genre. Sous d’autres formes peut-être, le prochain est condamné lui aussi à plus ou moins brève échéance.

En vérité, les deux explications – celle de l’homme et celle du système politique – ne sont pas contradictoires. Nous sommes en droit de nous interroger sur un système politique qui conduit au choix d’un personnage inadapté à la situation et porte ainsi en lui le germe de la désintégration. L’effondrement élyséen ne date pas de l’actuel mais correspond à un long processus qui commence avec la mort de Georges Pompidou. Hier soir, devant le débat des primaires de la droite et du centre sur TF1, je n’ai rien appris de bien nouveau. Les échanges sur le fond ne manquaient pas d’intérêt, bien que noyés sous les vagues de je-je-je  venus surtout des candidats censés exprimer le rajeunissement. Pourtant, de ces masques fermés, parfois mal à l’aise, je me demandais lequel serait le prochain à risquer son honneur sous les ors de l’Elysée.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

48 commentaires pour Question sur une déchéance

  1. Georges dit :

    Il aurait fallu lui décerner le Nobel de chimie car avec tout ce qu’il s’est envoyé comme substances,l’expérience fait l’homme.

  2. Georges dit :

    Bob Dylan,ecellentissime parolier,interprète,compositeur mais de là à en faire un Nobel de littérature.Il me semble que le Nobel subit de plus en plus les recommandations de certains groupes d’influence ,á moins que les temps et les goûts aient changeés O TEMPORA O MORES.

  3. Bayard Jean dit :

    Si vous ne l’avez pas lu, je me permets de vous recommander l’article de Paul Jorion :

    http://www.pauljorion.com/blog/2016/10/14/comment-se-torpille-t-on-en-croyant-faire-le-contraire/#more-89807

    Il donne un avis, non éloigné du vôtre, mais de mon point de vue plus éclairé sur la personnalité de notre président de la République.

  4. atoilhonneur2 dit :

     » La calamité n’est pas dans l’homme  » … si, quand même ! a-t-on vu pire président de la République depuis que la fonction existe ?
    Sa lettre de regrets aux magistrats est un modèle du genre, de je m’en foutisme et de nullité, y a même une faute d’orthographe (aucunement relevé par nos médias ) !

    https://corto74.blogspot.fr/2016/10/des-regrets-pas-dexcuses-une-faute-et.html

    cdlt
    Corto

    • atoilhonneur, oui, mais la question est de savoir pour moi si la dérive tient avant tout à un caractère ou à la rencontre d’un caractère et d’une fonction…
      Maxime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s