Message incompris

DSC02219Hier, le Figaro.fr a publié l’un de mes récents billets sur les difficultés et les pièges de l’alternance qui vient sans doute en 2017. Ce qui me fascine, ce sont les multiples réactions des lecteurs (300): l’incompréhension générale du message que j’essaye de faire passer. Plus le temps passe et plus ma conviction est faite, fondée sur l’expérience personnelle, les lectures historiques et l’observation de la vie politique et sociale. Nous avons changé d’époque et la vie politique doit s’adapter à cette transformation. Nous vivons, nous pensons, nous réagissons sur la base d’un modèle périmé, fondé sur une ultra-personnalisation du pouvoir qui ne peut plus fonctionner: celui de la gouvernance du pays s’incarnant dans un visage. Les régimes totalitaires, dans les années 1920 et 1930, ont porté ce système à son paroxysme à travers le culte de la personnalité, la France en 1940 avec le régime de Vichy et son culte du « sauveur ». Les démocraties l’ont repris et adapté à leur manière sous l’influence de la télévision. Mais ce système ne peut plus fonctionner dans la société d’Internet et des réseaux sociaux. Le chef est naturellement porté au sommet par un ego hors norme. Inévitablement, quels que soient ses faits et gestes, sur le nouveau continent virtuel , il se voit pris dans un lynchage permanent, traîné dans la boue, insulté, ridiculisé. Le monde médiatique, l’infinité des chaînes de radios, de télévision, la presse, embrayent sur ce passage à tabac permanent. Dès lors s’enclenche une logique infernale. Privé d’autorité et du prestige sans lesquels aucun commandement n’est possible, mais bouffi d’orgueil, le dirigeant suprême court après son image, tente par tous les moyens de la réhabiliter, de sauver « sa trace dans l’histoire ». Ainsi, il ne cesse de s’enfoncer dans les sables mouvants de l’impopularité et pire, du ridicule. Entraînant la classe politique dans sa fuite en avant, il manipule la réalité, communique, noie le pays de paroles, s’échappe dans la posture, la mise en scène, les coups médiatiques destinés à s’acheter une place dans la postérité. Plus personne ne songe dès lors à gouverner, à tenir la barre, à accomplir les réformes de fond indispensable au pays, à le sauver de la fragmentation, de la violence et du déclin, à préserver sa cohésion.  Dans le monde actuel, la personnalisation excessive de la vie politique conduit inévitablement à une logique de ce type, sous des formes variables selon les Etats. Les hommes providentiels ne peuvent plus exister. Les idolâtries du jour sont les lynchages de demain. Les « petits pères des peuples », les guides ou les caudillos, c’est fini à jamais. Car nous sommes dans un autre univers. Je crois en revanche à la possibilité, même infime, du héros, c’est-à-dire d’un personnage désintéressé pour lui-même, indifférent à son image, à la postérité, visionnaire et d’un caractère supérieur à la moyenne, trop intelligent pour songer à sa trace dans l’histoire, qui intervient brièvement à un moment particulier pour remettre le pays sur la bonne voie avant de disparaître. Le héros ne peut pas s’incruster au pouvoir, ni être institutionnalisé durablement (comme chef de l’Etat). Sinon, il se banalise et sombre à son tour dans la déchéance et le grand spectacle décadent. C’est pourquoi je ne vois pas d’autre issue pour sauver la politique, dans la durée, que de tendre vers la dépersonnalisation, le partage du fardeau moral, la prise de la décision et la responsabilité collectives, anonyme par une équipe gouvernementale soudée, un Parlement souverain, un peuple à travers la démocratie directe et la décentralisation. S’éloigner des polémiques stériles et batailles d’ego pour retrouver le sens du débat d’idées et du bien commun. L’idée n’est pas de proposer une solution miracle, mais de désigner un chemin, raide et mal tracé, vers un renouvellement de la culture politique. C’est tout ce que j’ai voulu dire. Mais les réactions indignées à ma chronique sur Figaro.fr sont fascinantes. Elles montrent comment les vieux schémas imprègnent si profondément les mentalités. Elles soulignent à quel point nos sociétés sont intoxiquées par l’habitude, et toute la difficulté à désenclaver les esprits.

Maxime TANDONNET

 

 

 

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

47 commentaires pour Message incompris

  1. Infraniouzes dit :

    Deux réflexion en passant.
    Je me promène dans une galerie marchande et je passe devant la boutique « Leclerc-culture » magnifique oxymore en passant. Et que vois-je sur un présentoir pour les ouvrages récemment parus, les livres de Sarkozy et de Buisson côtes-à-côtes ! Est-ce un coup de marketing ou un gag d’un employé  facétieux ? J’ai oublié de prendre une photo; dommage.
    – Des référendums locaux, ici et là sur l’accueil migratoire imposé sont interdits. Ces référendums sont pourtant d’initiative populaire ! Donc ceux qui appellent de leurs vœux une telle procédure se fourrent le doigt dans l’œil. Jamais nos édiles ne l’accepteront … sauf si c’est eux qui posent les questions.

    • michel43 dit :

      Allons ,pas hypocrisies ;nous savons bien ,que le résultat serait NON. On en veut PAS..a part les Gauchistes, se qui reste de Croyants , les Associassions qui touchent des subventions ,EUX..y on intérêts ,cars la misère est chez NOUS.. deux -exemples , Record chez COLUCHE 3.5 millions de FRANCAIS ,mal loger, LES riches pays pétroliers , ne veulent PAS de leurs ferre Musulmans , pourquoi, serions nous les couillons généreux , d »un pays en faillite ?

    • Georges dit :

      Tant que nous serons les débiles con tribuables dont le seul karma consiste à entretenir des corrompus, il ne faut s’étonner de rien.Moutonons mes biens chers frères ,jusqu’au sacrifice suprême .

  2. Suzanne dit :

    Cher M Tandonnet,
    Les réactions sous votre article ne m’étonnent pas (je viens d’aller voir).

    Cela fait longtemps que je ne lis plus cet nième journal de gauche, qui ne cache même plus son antisarkosysme (-voire son anti droite démocratique dans son ensemble- ). Autant lire Le Monde ou le Nouvel Obs! Au moins, eux ne cachent pas leur tendance politique.

    Ce journal, de plus ne cache pas sa préférence pour « le meilleur d’entre nous » (je me demande alors ce que peuvent être les autres!)
    Il vous faut beaucoup de courage pour écrire dans un torchon pareil (qui, pour tenter de manipuler les quelques lecteurs de droite qui lui restent, ouvre quelques unes de ses pages à des éditorialistes de droite)

    Amicalement

  3. colibri dit :

    « Que le coeur de l’homme est creux et plein d’ordure. » (Blaise Pascal)

    « Je ne connais pas le coeur d’un criminel mais celui d’un honnête homme et ce que j’y vois m’épouvante! » (Joseph de Maistre)

  4. J L Michelet dit :

    La Citoyenneté en sous-traitance.
    Sous-traiter sa responsabilité de citoyen dans une démocratie, ce n’est pas interdit et cela fonctionne ainsi dans notre système actuel mais à vouloir trop déléguer ses responsabilités, pratiquement les yeux fermés, et bien cela conduit logiquement à des réveils douloureux.
    Le Citoyen, c’est quand même lui qui est au cœur de la démocratie, c’est à lui de faire fonctionner au mieux ce bien si précieux qu’on appelle la Liberté et qui engendre son libre arbitre à travers son Droit de vote. Combien de pays dans le monde ont ce « privilège » ?
    Et bien que fait-IL depuis de trop longues années ?
    Et bien quand on lui demande son avis et de faire un choix dans le cadre d’élections, qu’est-ce qu’IL fait ? Je vous le demande ? Et bien une grande partie part en weekend et s’en lave les mains.
    Et pour ceux qui votent, savent-ils réellement pour qui ils votent et pourquoi ?
    Sans s’abreuver de chiffres, regardons de plus près les taux d’abstention de ces dernières années, c’est très révélateur et même effarant !! Et après, il se plaint, ben voyons !!
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Abstention_lors_d'élections_en_France
    La composition et les fonctions sociales de nos représentants à l’assemblée nationale sont aussi très éloquentes à ce sujet.
    Bref, que c’est facile, trop facile, trop commode de faire porter le chapeau de tous nos maux aux hommes politiques, aux « Zélites » comme on lit partout et pour faire bonne mesure, aux fonctionnaires de Bruxelles et à l’Europe, allons donc…
    Il serait temps qu’IL reprenne sa place dans la République, dans notre démocratie.
    Il serait temps qu’IL s’engage, qu’IL se responsabilise, qu’IL retrouve sa place réelle pour prendre ses affaires en mains et fermer la porte à la démagogie des extrêmes.

    Au regard de cela, une question se pose : Comment lui permettre de reprendre la main sur son avenir, de reprendre réellement son pouvoir, celui qui lui est dû et non de continuer à se le faire confisquer par ces démagogues, ces politichiens de tous bords associés à cette déferlante d’hystérie médiatique actuelle.
    Désabusés, résignés et révoltés pour certains, ne croyant à plus rien ni à plus personne, ce n’est ni dans les primaires ni dans les programmes des futurs candidats à la Présidence qu’il va retrouver une espérance et quelques raisons de se réjouir ! Quelle vaste blague !
    Va-t-on encore une fois lui imposer un choix par défaut ou lui offrir la possibilité de retrouver sa fierté perdue ?
    En utilisant la voie la plus directe, c’est-à-dire le Référendum que notre constitution permet, quel homme politique aura le courage de lui proposer cette démarche, de lui poser les quelques questions simples sur les sujets les plus importants, sur ceux qui engagent le pays et la Nation toute entière.
    Programme en une page, clair et compréhensible par l’ensemble des citoyens. Il est encore temps.

    Messieurs les prétendants à la fonction suprême, arrêtez de « jouer petits bras » montrez-vous à la hauteur de la Fonction et vous aurez, à coup sûr, l’adhésion d’une grande majorité de citoyens et notamment celle de notre jeunesse c’est-à-dire les forces vives du pays ainsi que les moyens de mettre en œuvre une nouvelle gouvernance et les réformes tant attendues.
    Un Quitte ou Double en quelque sorte, le jeu en vaut la chandelle, c’est de la France qu’il s’agit !
    Le temps de la dérobade est fini pour les uns comme pour les autres.
    La France s’impatiente et le monde nous regarde.

    • Suzanne dit :

      Le Peuple « quand on lui demande son avis et de faire un choix dans le cadre d’élections, qu’est-ce qu’IL fait ? Je vous le demande ? Et bien une grande partie part en weekend et s’en lave les mains.
      Et pour ceux qui votent, savent-ils réellement pour qui ils votent et pourquoi ? »

      Je crois que le gros problème est qu’on lui propose quoi comme choix, au « populo » (pour expliquer le terme « populiste », signifiant en langue socialiste : ignare, illettré, cuistre, bête à manger du foin..)?
      — Des tordus?
      — Des repris de justice?
      — Des narcissiques?
      — Des pervers?
      — Des ados qui n’ont pas réglé leur complexe d’œdipe
      — Des vieux qui changent d’avis comme de chemise afin d’être élus avant de mourir?
      — Des égocentriques?
      — Des haineux pour tous ceux qui n’ont pas leurs idées?
      — Des idéologues?
      — Des vaniteux?
      — Des incompétents notoires?
      — Des motocyclistes?

      Comment voulez vous que le peuple puisse choisir dans ce fatras de snobs égoïstes et bornés? Qu’il se responsabilise?

      Ceux qui votent, savent ils pourquoi?
      Peut être essaient-ils, vu le « choix » de trouver « le moins pire », en fonction de critères qu’ils savent faussés par une presse jouissant de constater la puissance de leurs méthodes manipulatoires, leur permettant d’avoir des privilèges – et le fric qui va avec- qu’ils refusent au petit peuple, sans dent et ne sachant ni lire ni écrire! .

      Voilà pourquoi le peuple est « Désabusé, résigné et révolté pour certains, ne croyant à plus rien ni à plus personne

      De plus, là, nous n’en sommes plus aux référendums mais à une élection qui permettra à un humain (avec un petit « h ») de proposer ou non un référendum à ses vassaux, que dis-je, à ce peuple, corvéable à merci!
      … Plutôt leur proposer du pain -voire de la brioche, en empruntant à -0,25% et en augmentant les impôts et taxes et autres contributions-, et des jeux…

      (parfois, je me demande si je ne préfèrerai pas voter pour mon chien. Lui au moins, aime les gens, est joyeux, a des tas d’idées, ne tue ni n’égorge pas pour le plaisir, et sait montrer son amour!)

      Bonne soirée.

  5. Si votre excellence me le permet, je lui dirai avec esprit de liberté, que je suis né, nourri et instruit, et tantôt envieilli en une solide fidélité envers notre prince souverain, à laquelle ma profession outre cela, et toutes les considérations humaines qui peuvent se faire, me tiennent étroitement lié. Je suis essentiellement savoisien, et moi et tous les miens, et ne saurais jamais être autre chose.
    St François de Sales

    Et moi à la suite de ce saint qui est mon maître, je déclare ne rien vouloir être autre chose que savoisien!

  6. J’ai pas les moyens d’être courgaeux. Désolé! Restez dans le merdier français si vous pensez pouvoir changer les choses de l’intérieur.
    je n’aime pas la France. Si je pouvais, j’abandonnerasi immédiatement la nationalité française pour prendre temporairement la nationalité suisse.
    D’où ma volonté de voir une Savoie libre et indépendante pour pouvoir reprendre la nationalité savoisienne de mes arrières-grands-parents !

    Ma France : je m’en fous. Ne compte plus maintenant que ma Savoie!

  7. Infraniouzes dit :

    On est surpris d’entendre certains proclamer qu’on souffre d’un déficit de démocratie. Pourtant tout me semble aller bien: la preuve…
    – On vote aux municipales, en toute confiance, pour des individus dont on a jamais entendu parler et qui vont jouer avec notre argent pendant 6 ans en toute impunité.
    – On vote aux départementales et aux régionales, les yeux fermés, pour des listes dont on ne connait que la couleur politique et qui feront exactement comme les précédents.
    – On vote religieusement aux législatives pour des futurs « élus de la nation » qu’on ne croisera jamais et dont on connait à peine le nom et la bobine mais qui nous imposeront des choses pour lesquelles ils n’ont pas reçu mandat.
    On vote, terrifiés, pour de solennels traités, comme ceux sur l’UE, auxquels personne ne comprend goutte mais qu’on nous supplie d’approuver sous peine de damnation éternelle.
    Et puis arrive l’élection présidentielle et son magnifique cirque digne de Barnum & Bailey Circus. Ça fait des sauts périlleux les yeux bandés, ça postillonne dans les micros, ça grimace, comme les clowns, sur toutes les chaînes TV, ça s’époumone à faire des promesses intenables dans des meetings truqués par des metteurs en scène plus forts qu’au Festival de Cannes. On est tenu en haleine, la pression monte, la frénésie gagne les masses, mais que c’est bon. Et vous voudriez, cher Maxime, que ça change ?

    • infraniouze, oui, je voudrais, au conditionnel…
      MT

    • michel43 dit :

      et bien OUI.. voyez le scandale de L.IUMM ,la grosse caisse noir , plusieurs, centaines de Millions d »euro , Pour BIGMALION 20 Millions , Presse Radio TELE , a tort ou a raison ,SARKO a rajouter 600 Millions ;aide a la presse , ou elle subit la dictature CGT ,il paye a se jours son erreur

  8. hugues dit :

    Maxime,

    Quelques commentaires sur cet article:

    – entre optimisme/réalisme/pessimisme tout est question de point de vue et de degré. Personnellement je vous trouve extrêmement pessimiste. Et ce n’est pas une injure que de l’être, c’est juste un état d’esprit.

    – vous parlez du « futur occupant de l’Elysée » et non pas du « futur président »: vous semblez participer ainsi à la dévaluation de la fonction.

    -le parti socialiste est mort, il ne sera pas en position d’être furieux ou revanchard (par contre, certains dirigeants socialistes le seront peut-être mais je ne crois pas en leur chance de perdurer après l’élection)

    – « un parti lepéniste sans doute plus puissant que jamais »: bien sûr hélas, il faut toujours des boucs émissaires faciles et c’est le fond de commerce de ce parti que de les distiller.

    – « des corps intermédiaires plongés dans une logique de sabotage quotidien ; des syndicats déterminés à bloquer le pays à la moindre réforme ; une opinion forcément versatile… »: c’est tout le challenge des futurs président et gouvernement que de faire évoluer ces mentalités d’arrière garde. C’est LE challenge du prochain quinquennat !!

    –  » Il n’existe aucun remède magique. Il n’y aura pas de miracle et la sortie du marasme général (économique, mental, sécuritaire, international, etc.) dépend de la mobilisation, des efforts collectifs à long terme et de la prise de conscience de tous. »: tout à fait d’accord et je le redis, c’est LE challenge du prochain quinquennat.

    -« donner l’illusion d’un seul homme aux manettes est la porte ouverte sur l’enfer et l’effondrement »: franchement je ne pense pas qu’une majorité de français croit encore à l’illusion d’un seul homme providentiel. Seuls quelques nostalgiques (surtout à droite de l’échiquier d’ailleurs) y croient encore parce que cela les arrange de ne rien faire à leur niveau et de se remettre dans les mains d’un « guide », « caudillo », etc.

    – « Il doit s’en remette à une équipe d’une douzaine d’hommes »: vous semblez vouloir remplacer un homme providentiel par un « groupe d’hommes providentiels ». Cela ne change pas grand chose AMHA. De mon point de vue, la gouvernance doit être basée sur la subsidiarité à tous les niveaux: subsidiarité signifie responsabilité et comptes à rendre. Fini les lois imposées du haut, mais des objectifs clairs et mesurables à fixer mutuellement, des moyens négociés au départ pour les atteindre: un élu ou un fonctionnaire qui échoue (soit à atteindre ses objectifs, soit à fournir les moyens) doit en rendre compte (la Cours des Comptes pourrait jouer un role majeur). C’est cette nouvelle mentalité qu’il faut instiller et c’est un vaste programme.

    – Un pays n’appartient à personne. Ce n’est pas un bien que l’on possède. C’est un projet auquel on contribue, qu’un citoyen a pour mission de valoriser, développer et chérir.

    -« il est impérieux, en urgence absolue de restaurer la souveraineté et la représentativité du Parlement »: oui à condition qu’un député ou un sénateur ne fasse pas que de la figuration ni ne passe son temps à développer son ego dans les médias ou son clientélisme dans sa permanence locale. Avant d’en arriver là, il faut changer les mentalités des parlementaires (et des électeurs) vers plus de responsabilité. On en est très loin hélas !! Comme beaucoup de Français, je n’ai aucune confiance dans la représentation parlementaire actuelle plus intéressé par leur intérêts partisans que par la France. Dans l’état actuel je préfère encore un gouvernement et un président élu qui passe par dessus la représentation parlementaire (dans le cadre des institutions et de l’état de droit, bien sûr) s’il le juge necessaire.

  9. Bernderoan dit :

    Veuillez m’excuser, je me répète encore. C’est une nouvelle forme de démocratie qu’il faut inventer; … mais avant la fin de notre civilisation!

  10. peine perdue dit :

    D’autre part, il faudrait alors bien conclure que la politique de la droite, qui veut coller des petits chefs partout dans la fonction publique, ne serait pas adaptée à l’époque. Est-ce possible ?

    http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-08-27/alain-gerard-slama-sarkozy-est-un-prince-pdg/917/0/371892
    « A l’arrivée, on aboutit, toute révérence gardée, à une sorte de « Führerprinzip », que l’on voit s’imposer dans notre société à tous les niveaux. S’il y a eu une rébellion contre la réforme de l’université, c’est parce qu’on confiait tous les pouvoirs à des quasi-PDG. La même mécanique va s’appliquer à l’hôpital. Alors certes, nous ne sommes pas en dictature, mais nous entrons, sans y prendre garde, dans la logique de l’arbitraire. »

    Mais l’inverse, qui est ce que vous proposez, n’est pas souhaitable non plus : j’ai eu l’occasion de travailler dans un contexte de hiérarchie « diluée » suite à réorganisation. Il y avait un point dans un projet qui avait été mal conçu, et qu’il aurait été important de changer. Mais cela n’a jamais été possible (en dépit de tentatives « héroïques »), pour la même raison qu’il est impossible de changer quelque chose qui ne va pas dans le bordel sans nom qu’est devenu l’UE. Donc contrairement à ce que vous dites, je pense qu’il y a bien besoin d’une hiérarchie, à la lumière d’une expérience où sa suppression engendrait une énorme inefficacité, dangereuse pour l’ensemble.

    • peine perdue, je n’ai pas dit que j’étais contre la hiérarchie!
      MT

    • peine perdue dit :

      Il semble en fait que j’ai du mal à bien intégrer la mystique tandonnesque, que ce soit sur la réforme de l’exécutif ou sur le rôle des mairies…;-)

    • peine perdue, la prochaine fois, je vous parlerai de mes nuits avec Roselyne Bachelot et Nadine Morano, ce sera beaucoup plus drôle.
      MT

    • michel43 dit :

      NON Maxime , le cœur peu lâcher, se sont deux FORTE FEMMES , si vous avez besoin d »un coup ………de mains , je suis près au sacrifice … ma préférence, va a la MORANO…..

  11. peine perdue dit :

    Seriez-vous prêt à aller au prochain congrès du MEDEF pour leur expliquer que leur conception de la hiérarchie est dépassée, et qu’ils doivent à présent s’en remettre à la sagesse d’une assemblée anonyme (une sorte de soviet) ? A mon avis, succès garanti chez les « créateurs de richesse ».

    La contestation a toujours existé, et les mazarinades ont plutôt conduit à Louis XIV.

  12. Dalain dit :

    Que vous soyez à la recherche d’une méthodologie et d’un Homme pour la conduire entouré d’autres hommes ou femmes de la même trempe. On a bien compris, c’est votre leitomiv .
    Mais force est de constater que des hommes ou femmes politiques ayant échoués, sont toujours là pour quémander leur place avec la même méthode et le même discours et refaire la même chose, cela n’est pas acceptable. Ainsi, au lieu de se laisser la place libre à d’autres vont pourrir une situation. C’est à nous Français, citoyens et électeurs de ne pas être dupes de ce marché et de ne pas voter pour eux.
    J’ajoute qu’il y a des organisations de citoyens qui se lèvent pour offrir quelque chose de nouveau et aucun média ne leur fait la part belle sur le fond de leur propositions.
    Par ailleurs, les médias favorisent la médiocrité puisque leur jeu est de mettre en exergue de petites phrases sibyllines et ne mettre de l’huile sur le feu. Ainsi, ils ne favorisent pas un débat au fond, d’ailleurs qu’il ignore l’objectivité et la pédagogie Ce qui les intéresse c’est la mise à mort.
    Il nous revient à chacun de nous d’arriver à faire la part des choses en cherchant dans certains candidats le contenu de leur programme et d’envisager leur faisabilité avec des moyens d’informations différents des tendancieux journaux papier, tv et radio à 2 balles.

  13. Doumenjou Luce dit :

    Pour qu’un héros émerge, ne faut-il pas qu’il y ait une crise fatale ?

  14. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    « Message incompris », écrivez-vous. Mais combien cela fait-il de décennies qu’on vend au peuple ce « modèle périmé » qui arrangeait toutes nos « élites », de droite comme de gauche, qui se partageaient le pouvoir ? Et maintenant que les Français ont enfin compris qu’ils ont été trahis et regimbent – et même, ruent dans les brancards – voilà qu’on leur explique qu’ils ne comprennent rien à rien à cette politique qui pourtant a bel et bien créé le chaos économique, social et culturel dans lequel ils se trouvent.
    Je note, en passant, que votre « héros » ressemble furieusement à la nouvelle coqueluche de la classe dominante !

    • Mildred, je sais et cela continue plus que jamais (actualité écrasée par les polémiques débiles)! J’aimerais contribuer à essayer d’en sortir justement. Quant au héros, dans mon esprit, c’est promis, il n’y a personne de la classe politico-médiatique qui se rapproche de ce modèle!
      MT

  15. Frederic_N dit :

    Je vois comme un décalage avec le réel, Maxime.
    Ce matin je faisais pour mon job l’interview d’un responsable d’entreprise qui me raconte au final qu’il s’investit en politique… exactement sur les thèmes que vous décrivez.
    De là à dire que vous êtes incompris, il y a un TRES grand pas. En fait il y a un énorme courant de gens qui pensent comme vous ( écoutez D REYNIE de Fondapol et y’en a plein d’autres)
    Mais comment dire : votre approche manque de recul historique.
    Car vous raisonnez de facto dans un univers de démocratie directe : où tout est soumis à élection et à vote des électeurs en fait. C’est la tendance de tous les gens qui sont sur Internet. Oubliant que si nous fonctionnons en démocratie représentative c’est pour des raisons de fond qui sont avant tout économiques : tout est organisé dans nos sociétés occidentales ( et clairement sous l’influence des protestants) autour de l’idée d’une responsabilité individuelle qui s’exprime par le TRAVAIL ( et non le vote politique) : en occident, votre devoir est de gagner votre vie en étant utile aux autres – sinon vous ne gagnez pas d’argent . Voire pour les plus jeunes en étant SOLDAT – cela c’était avant bien sûr. C’est pour cela que l’on confie la politique à des professionnels. Car le cœur du système est dans la société civile où la notion de responsabilité s’exerce à plein.

    Or j’ai l’impression que cette idée de responsabilité passe un peu à l’as dans votre discours. Vous la remplacez par la participation de tous aux décisions : mais si les gens qui participent sont irresponsables ( au sens premier ) leur action sera catastrophique ( on en a un avant goût dès que le courant écolo est à la tête d’un mouvement comme par exemple à Nuit Debout).
    Dans ce cas la démocratie conduira à la pire des catastrophes

    • FredericN, vous m’avez très mal lu, ou pas jusqu’au bout (responsabilité, gouvernement collectif, souveraineté du Parlement, etc.) Dommage pour la qualité de l’échange…La démocratie directe et la décentralisation ne sont qu’un aspect de ce retour à une pratique collective du pouvoir moins personnalisée et tournée vers l’intérêt général. (J’ajouterais qu’il ne faut pas mélanger « nuit debout » avec le peuple dans son ensemble.)
      MT

  16. colibri dit :

    Tout d’abord une chinoiserie pour bien commencer la journée: « Ne pense pas. Si tu penses ne parle pas. Si tu parles n’écris pas. Si tu écris ne t’étonne pas alors de ce qu’il peut t’arriver. » Sur le fond comme j’ai grandi sur des terres où le rugby est roi aucun match ne se gagne parce qu’il y a un chef, un entraîneur, un président de club, le meilleur soit-il. Les matchs se gagnent par le travail de l’équipe, par le collectif. Les chefs et les patrons de doit divin c’est terminé. Autres temps autres moeurs. Amen. 🙂

    • Colibri, évidemment! Ou il se gagne parce qu’il y a un leader dans l’équipe qui montre l’exemple et entraîne les autres parce qu’il est le meilleur naturellement, pas parce qu’il parle tout le temps et fanfaronne se montre et se prétend le chef!
      MT

  17. Q dit :

    Je pense exactement le contraire 😉

    A l’heure d’internet et des celebrities, la personalisation est inevitable et n’a rien de reprehensible.

    C’est un probleme de qualite du personnel politique et d’impuissance ( souverainete perdue il ne reste que la com).

  18. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Vous espérez « un héros… trop intelligent pour songer à sa trace dans l’histoire, qui intervient brièvement à un moment particulier pour remettre le pays sur la bonne voie avant de disparaître. »
    Et c’est justement cela que beaucoup de gens dont je fais partie, sans doute pas assez subtils ou éclairés, ont quelques difficultés à imaginer et à conceptualiser.
    Nous sommes encore quelques-uns à nous souvenir du Gl de Gaulle, l’homme providentiel, un héros en son temps qui lui aussi a remis le pays sur les bons rails mais qui n’a pas su et pas voulu disparaître à temps car sans doute a-t-il jugé que son travail n’était pas achevé. L’est-il jamais lorsque l’on dirige un pays ?
    A ma connaissance, de tels personnages, visionnaires, désintéressés, honnêtes, capables de taper du poing sur la table et de ne pas renoncer à ses convictions, n’existent pas en ce moment en France et celui que vous espérez et que nous espérons n’est sans doute pas encore né.
    Je ne suis pas nostalgique et je ne crois pas que tout était forcément mieux avant mais compte tenu de l’état actuel de notre société, de l’indigence des institutions Européennes qui passent leur temps à « savonner la planche », du poids et de l’influence des médias et de l’internet, comment encore pouvoir espérer l’émergence d’un « sauveur » ?
    Tous les « élites » politiques du monde ont favorisé depuis plusieurs années voire encouragé le développement du populisme ambiant chez nous, en Europe et aux Etats-Unis. Ce courant politique semble atteindre maintenant son paroxysme et je crois que nous ne pourrons malheureusement pas éviter le chaos social à venir.

    • Gérard Bayon, oui, mais j’ai bien parlé aussi de chance « infime » à propos de ce héros… Moi non plus je ne vois pas bien a priori, mais l’Histoire est beaucoup plus forte que nos imaginations. Il n’existe évidemment pas dans la sphère politico-médiatique, visible, mais ailleurs (entreprise, service de l’Etat), pourquoi pas?
      MT

  19. michel43 dit :

    Bon billet ,de Maxime , de tout temps , dans les petites priver, on s’adapte ,a toutes les imbécilités, de nos politiciens et de nos élites ,tous issues de la fonctions publics ,Malheureusement ,EUX ,on 50 ans de retard , dans leurs mentalités Nous arrivons ,dans un monde , ou L.HOMME n’est plus ,indispensable, les machines les remplaces ,aller voir le salon de l « automobile ,bientôt, plus besoin de permis de conduire ,LE temps du partage arrive ,comment ,le faire comprendre a un grand patronat ,arriérer ,qui ne voie que L.ARGENT ,des politiciens ,qui ne connaisse RIEN a nos petites entreprises ,qui sont les SEUL.. a pouvoir embaucher ,Mais la République totalitaire Française ,peuvent les faires crever ,a tout moment, pars des contrôles ,des camarades syndiquer, genre FILOCHE ,voyez nos agriculteur , plus il travaille, moins il gagne ,et sous tout les gouvernement ,les nouvelles générations , ne peuvent ,accepté ,que les riches ,sont de plus riches ,et eux , point de travail ,a l »horizons ,Voyez la manifestations des petits retraiter ,vivre avec si peu ,et tout les irresponsables s’en foute ,il est vrais que , eux on de magnifique retraite ,OUI Maxime , nos concitoyens sont bien des veaux , il devrait se révolter ,bloquer le pays ,pour faire comprendre a nos élites ,qu’il arrête ,de nous prendre pour des C…..SUR LE FOND , vous avez raison , mais le peuple ,en majorité veut un travail ,un salaire ,pour fonder une famille, ou acheter, un appartement ,Malheureusement ,un nombre important ,retourne chez les parents , les politiciens de tout bords, le grand patronat ,et les très riches , doivent comprendre, qu »il va falloir lâcher ,une part du fromage , sinon, il risque de tout perdre

  20. Mon pauvre Maxime,

    Venez vite vous réfugier avec moi en Suisse, pays dont l’organisation politique ressemble le plus à ce que vous souhaitez.
    Toutefois, l’UE-RSS fait pression depuis des années via le PS Suisse pour la réduction fu droit de referendum et des libertés les plus fondamentales des Confédérés (notamment la souveraineté politique des cantons).

    La France est foutue. Nos élites ou soi-disant telles nous ont trahis, nous ont livrés à toutes ces expériences dont le peuple français ne se relèvera plus.

    • michel43 dit :

      the;;;;;CELA me rappelle, un amis i qui possédait une maison a L.ILE Moustique ,Mitterrand élues, il est parti, et aurait voulue nous emmener la bas…NON.. seul, les lâches FUIT point barre

    • hugues dit :

      Michel43

      je ne l’aurais pas dit comme cela, mais je partage l’idée…:-))

      En fait il y a une erreur dans le message de Theotimedesavoie: au lieu de « La France est foutue », il voulait surement écrire « Ma France est foutue ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s