Questions sur une décomposition

sans-titreEn France, la désintégration de la vie politique s’accélère dans un climat de fin du monde à la veille de l’année électorale. Jamais dans l’histoire de la République, même dans les pires scandales, les pires moments de crise, un tel ouragan de décomposition nihiliste n’avait frappé le pays. N’épiloguons pas. Mais la France n’est pas seule! Le spectacle de la démocratie américaine n’est pas reluisant non plus. Il fallait voir le débat Clinton-Trump, la nuit dernière, à la télévision: Nous avions en face de nous le spectacle de deux clowns luisants, hilares, grimaçants. Les débats se limitaient à un échange d’insultes et d’attaques personnelles, enveloppées de sourires hypocrites : « – combien d’emplois as-tu créé dans ta vie? – Et toi qui ne payes pas tes impôts… etc. » Il paraît que 80% des Ricains les détestent autant l’un que l’autre. Alors, comment se trouvent-ils là? La politique allemande a sombré elle aussi. La volte-face de Mme Merkel dans la crise des migrants est une aberration historique. Sans rien demander à personne, sans consulter son parti, le Parlement, ses partenaires européens, elle a déclaré l’Allemagne ouverte « ouvrons leur les bras » avant de se raviser devant la catastrophe politique déclenchée par la venue d’un million de migrants, et de leur claquer la porte au nez. Elle aussi, a voulu laisser son nom dans l’histoire, et fait le lit d’un retour de l’extrême droite nationaliste allemande. Bravo! Quant au Royaume-Uni, M. Cameron et son Brexit l’ont plongé dans une extraordinaire impasse. Les Britanniques ne sont ni dans Schengen, ni dans l’euro. Ils n’avaient aucun intérêt à sortir de l’Union européenne qui leur donnait de multiples avantages et un droit de regard sur les affaires du continent grâce à leur entrisme dans les institutions de Bruxelles et un accès privilégié au marché unique. Les Espagnols, quant à eux, n’ont plus de gouvernement stable depuis trois mois. Mais cela ne vaut-il pas mieux, au vu de la vague de folie qui s’est emparée un peu partout des dirigeants occidentaux?

Alors bien sûr, la tentation est de se dire que tout ceci ne concerne que la surface des choses, la vie politique et médiatique. Cette désintégration de la politique dans le monde occidental n’aurait pas forcément de conséquence  sur le dynamisme des sociétés, la créativité, l’énergie, les réseaux, la démocratie locale. Mais, la décomposition ne commence-t-il par la tête avant de se diffuser peu à peu? L’absence d’autorité, de référence suprême, d’exemplarité, de boussole indiquant une direction, ne favorise-t-elle pas le délitement de la société, la propagation du désordre, de la violence et du chaos, à terme incompatibles avec la vie sociale? Le déclin et la désintégration de l’Empire romain sont passés par une décomposition politique. Au début du IVe siècle, « Encore un siècle et la conséquence de ces changements ne va pas manquer d’apparaître: une double désintégration politique et culturelle. Les hauts et les bas par lesquels est passé l’autorité impériale ont beaucoup compté dans ce processus […] C’est pourquoi les faiblesses affectant la structure du pouvoir jouèrent un rôle essentiel dans les dysfonctionnements. La direction de l’Empire n’était plus assurée depuis longtemps » (J.M Roberts, O.A Westad, Histoire du monde, Perrin 2016). La couv_histoire_monde_3d-1République et l’Empire romains ont imposé une civilisation pendant environ 600 ans avant de se disloquer. Le monde occidental, européen, a été maître de l’univers par sa force militaire, économique, intellectuelle, au moins depuis la Renaissance, la Révolution industrielle, la colonisation, puis à travers l’empire américain, soit un demi millénaire d’histoire. Est-il en train de se décomposer en ce moment à vitesse accélérée? Le visage effarant qu’il donne à travers sa vie politique pourrait bien en être un symptôme ou les prémices de cet effondrement.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

64 commentaires pour Questions sur une décomposition

  1. A. dit :

    Cher Monsieur Tandonnet,

    Je lis régulièrement votre blog et vous remercie pour vos articles, qui m’aident souvent à mieux comprendre notre monde actuel. Je vous écris car j’ai été assez touché – ou plutôt atteint – par ce billet, et j’aimerais vous poser une question.
    Pour vous la poser je souhaiterais en deux ou trois phrases la mettre en contexte. Je suis un « français de l’étranger », après la fin de ma formation (passage par deux grandes écoles) je suis parti en Allemagne il y a trois-quatre ans. J’avais aussi eu des responsabilités au sein de l’UMP avant de partir. Je ne regrette en rien mon départ, d’autant plus que j’ai rencontré en Allemagne ma compagne.
    Cependant je garde de la campagne 2012 une profonde amertume. Ce début de primaire ravive ces souvenirs, et le ‘débat’ actuel me frustre énormément. Là où votre article m’a atteint, c’est que je partage votre constat que ce problème (situation mondiale critique et réponse politique pas à la hauteur) ne se limite pas à la France, même s’il est en France particulièrement prononcé. Je pense aussi que la situation présente des parallèles certains avec la fin de l’Empire Romain.
    Ce qui m’amène à ma question. Vous annoncez dans votre blog que vous enseignez en université. C’est à dire que vous vous adressez régulièrement à des étudiants et jeunes actifs. Quelle est ma raison d’espérer un meilleur avenir?
    Je suis prêt à travailler, à m’investir, à prendre des coups durs, pour essayer d’améliorer la société en général et la vie des gens qui me sont proche en particulier. Mais pour ça, j’ai besoin d’une raison d’espérer un avenir meilleur, j’ai besoin de perspective(s). Si cette question venait de vos étudiants, dans la situation actuelle, que répondriez-vous?

    Merci d’avance.

    Sincères salutations,
    A.

  2. peine perdue dit :

    La clef de voute, c’est la souveraineté. Si on prétend l’enlever, tout s’effondre.

    Comme par exemple ici :

    http://www.marianne.net/apres-affaire-du-famas-veritable-scandale-armement-made-in-france-100246672.html

    je trouve ça incompréhensible. Quel besoin de supprimer des compétences en France et de se mettre en même temps des contraintes supplémentaires ? Tous ces gens qui veulent imposer leur UE dont personne ne veut en dehors d’eux et qui passeront tout par la fenêtre pour y arriver…

    • Anonyme dit :

      Plus élémentaire encore, la farine vendue à carrefour market chez moi vient d’Allemagne, quand je dis cela à mon boulanger, il ne veut pas le croire, il faut que je lui montre un paquet pour qu’il en soit convaincu.

  3. Curmudgeon dit :

    Charge très dure contre Juppé ici :
    http://h16free.com/2016/09/29/55801-le-danger-juppe

    Mais est-ce si excessif ?

    • Annick Danjou dit :

      Pas du tout excessif mais plutôt clairvoyant, Juppé est un retourneur de veste , il est prêt à toutes les compromissions et tellement avide de pouvoir qu’il ira jusqu’au bout de ses renoncements pour notre plus grand malheur. La seule chose qui pourrait être positive, dans ce cas, serait Bayrou que je déteste pour ce qu’il a fait en demandant de voter Hollande mais qui est un des seuls à parler vrai et honnêtement (enfin je crois).

    • Yves Doran dit :

      H16 est le plus souvent fort avisé dans ses commentaires et il frappe juste. Son analyse est loin d’être « hors sol « . Quand on voit le lancement de la fusée Macron, les déstabilisations en continu du candidat Sarkozy, on peut effectivement se demander si l’Etat Profond (en gros l’oligarchie administrative-économique et médiatique liée par la survie du système) n’ a pas élu Juppé. Il concentre toutes les caractéristiques nécessaires pour défendre les intérêts de la caste : pas d’idées autres que celles délivrées par la Doxa- aucun attachement à la Nation , à son patrimoine historique- un adepte de l’immigration tant économique que de peuplement avec une soumission déjà prononcée à l’Islam. Il défendra l’Europe de Bruxelles et poursuivra l’inféodation du Pays à la mondialisation. L’homme du consensus mou , des accommodements raisonnables qu’il a appris au Québec.
      Marine Le Pen n’a aucune chance, même si elle fait un carton au 1er tour. C’est arithmétique. De plus elle va devoir affronter l’hostilité d plus en plus visible des médias . Voir les journaux Libération- La Croix – l’Express et d’autres sortir des numéros spéciaux pour démolir le FN . Les vrais démocrates et républicains apprécieront! Les mots les plus grossiers sont déjà Souveraineté- Identité. Ils vont devenir les marqueurs de l’ostracisme et peut être de la sanction pénale. !

      Dans ces conditions, l’Oligarchie, l’Etat profond qui dirige ce pays doit considérer que le système pour survivre et protéger ses intérêts, a besoin d’un vote d’adhésion et non d’un vote repoussoir afin d’avoir une « unanimité sur un candidat et pouvoir dégager une majorité pour gouverner selon ses vœux et Juppé pourrait être ce candidat .

      Le pays ne s’en sortira pas. La France ne sera plus une Nation – une Histoire- une Culture. C’est tout un monde qui va s’écrouler .. emporté par les nouveaux barbares que l’Oligarchie pense pouvoir contrôler pour son unique profit .

      Dieu seul sait , comment tout cela va finir !

  4. Vlad dit :

    Et si en Europe l’Union Européenne participait de ce déclin ? Les dirigeants de chaque pays de l’UE ne sont là que pour faire suivre bon an mal an un tableau de bord écrit par des bureaucrates bruxellois. Quid du destin national, de l’écriture de l’Histoire lors de décisions politiques importantes ? Récemment Denis Jeambar dans Challenges nous dit très justement :
    « La France, en fait, est prise dans l’étau européen et une grande partie de sa fameuse souveraineté a bel et bien été transférée à l’Union. L’honnêteté voudrait donc que la campagne présidentielle repose d’abord sur cette réalité. La politique française commence à Bruxelles. C’est donc leur projet européen que les candidats devraient nous présenter en premier lieu car tout le reste en dépend. »

    • Vlad, l’avenir de l’Europe est en effet le grand sujet ignoré du moment.
      MT

    • Dalain dit :

      C’est pourtant clair que notre politique intérieure dépend de l’UE. peu de nos hommes politiques ont le courage de dire ce qu’ils feront étant élu président. PS et LR tout confondu sont pour ne rien changer ou si peu que c’est à la marge. FN sortie si présidence acquise et DLF dénonciation des traités pour discussion, si discussion impossible sortie. FG sortie.

  5. berdepas dit :

    Je viens de lire votre billet, ainsi que l’article que vous avez publié dans le Figaro.
    C’est bien peu dire que je partage, une fois de plus votre pessimisme queje crois inspiré par votre lucidité.
    La Démocratie française s’enfonce au fil des mois, dans un épais brouillard et semble chercher sa route. Les signaux d’un désarroi du peuple face à l’agitation stérile des « zélites » se multiplient, et les voix,- dont la vôtre -, qui transpercent la brume pour maintenir le peuple français en alerte devant les dangers qui menacent, se perdent dans un brouhaha médiatique entretenu par le « buzz »créé par l’exploitation abusive des « petites phrases » et des échanges de « tacles », qui masquent mal la pauvreté des débats de fond.
    Nos « zélites » sont atteintes du mal des « zégos ». Alors qu’approche à grands pas la date de l’échéance présidentielle, les « écuries » qui grenouillent autour des « candidats » s’agitent fébrilement. La fonction Présidentielle ayant perdu beaucoup de son prestige et de sa respectabilité en deux quinquennats, nombreux sont ceux qui, parmi les candidats aux « primaires » tant à droite qu’à gauche, se disent « après tout, pourquoi pas moi ??? »

    La situation actuelle m’a rappelé la trahison des Clercs évoquée, à une époque différente de la nôtre, par Julien Benda, qui dénonce l’abandon, par nos « zélites », des valeurs qui fondent notre Démocratie, valeurs héritées des Grecs, puis du Droit Romain, au profit de l’engagement partisan, et même, de plus en plus souvent sectaire, et trop souvent inspiré par des ambitions de carrière personnelle au détriment de l’opinion du peuple. » Les hommes dont la fonction est de défendre les valeurs éternelles et désintéressées, comme la Justice et la Raison, que j’appelle les clercs, ont trahi cette fonction au profit d’intérêts pratiques » ( Julien Benda. La trahison de Clercs. 1927 ).

    Dans « Démocratie », il y a « démos », le Peuple. Or aujourd’hui, nos « zélites » refusent d’entendre les voix qui montent du peuple. Elles se sont trouvé, pour se justifier, un alibi commode: le « populisme » constitue pour ces « zélites », un danger. On ne sait trop si c’est un danger pour la Nation ou pour les intérêts de ceux censés la représenter, au nom du peuple…..

    Comment ne pas être désabusé, à mon âge, quand on a traversé les époques au cours desquelles nos « zélites » ont applaudi aux pires totalitarismes, et notamment à ceux engendrés par l’hydre communiste, aux pires crimes contre l’Humanité, en portant aux nues le régime de Castro, la « Révolution culturelle » de Mao, la « libération de Pnom Penn par les Khmers rouges, un Khomeiny magnifié comme un disciple de Gandhi, et quand on assiste aux mêmes errements devant la soumission aux dictatures du Golfe, et devant les complaisances d’une gauche aveuglée par son sectarisme, vis à vis du nouveau totalitarisme « islamique » ???

    La « gauche morale », pétrie d’autosatisfaction a toujours préparé le lit des totalitarismes. Aujourd’hui, elle a envahi les médias , et traite de haut tous ceux qui s’aventurent à lui opposer une autre vision de la société et de la Démocratie.

    Elle entretient un brouhaha médiatique qui empêche le peuple d’entendre le son des « cornes de brume » qui, désespérément, s’efforcent de tenir l’opinion en alerte sur les dangers qui menacent notre société, contestée dans ses valeurs et ses fondements les plus essentiels par un totalitarisme qui avance masqué avec la complicité active de ceux qui façonnent l’opinion….

    Votre voix qui tente de se faire entendre, dans ce brouhaha, sonne pour moi, comme ces cornes de brume que l’on entend, les jours de gros temps: leur son familier, obsédant et parfois angoissant résonne comme un signal de danger pour les navires qui avancent, à l’aveugle, dans le brouillard, à la recherche de l’entrée du port….

  6. Fredi M. dit :

    Entièrement d’accord avec ce billet à cette nuance près que je ne sais rien du débat Trump/Clinton.
    Il y a bien longtemps pour moi que l’Amérique est devenue un contre-exemple, n’est plus un modèle à suivre.
    Sur ce qu’est devenue l’Amérique aujourd’hui, on peut lire cet édifiant article :
    http://news360x.fr/lexplosion-des-tickets-dalimentation-aux-etats-unis/
    Quant à la France elle n’est plus gouvernée depuis longtemps, ressemble à un bateau ivre dont les choix sont dictés par des associations folles comme l’exemple de France Terre d’Asile et de son apprenti sorcier de Président, j’ai nommé Pierre Henry.
    Alors oui, il est plus que probable que l’Europe (car nous ne sommes pas les seuls concernés) connaisse le destin funeste de l’Empire Romain. Ce n’est plus un scénario de fiction puisque nos élites ressemblent de plus en plus à cette fameuse image du poisson qui pourri par la tête que vous citez avec une belle faute d’ailleurs (Mais, la décomposition ne commence-t-il par la tête avant de se diffuser peu à peu?).

    • hugues dit :

      La fin de l’Empire Romain a permis l’emergence d’un Royaume de France (Clovis, puis les Carolingiens et enfin les Capétiens). Donc pas si funeste pour tout le monde…:-)

    • Fredi M. dit :

      @ Hugues :
      Oui bien sûr.
      Mais permettez-moi une monstruosité, une abjection, une horreur indéfendable, une obscénité pour tout dire :
      Il s’agissait encore de blancs.

    • Fredi M, quelle faute?
      MT

    • Bernderoan dit :

      Votre inélégance à l’égard de Maxime est punie par votre phrase entre parenthèses. « décomposition » est encore du genre féminin.
      Sans rancune. Il faut toujours relire, et malgré ce…!

    • hugues dit :

      Fredi M

      je suppose, quand vous parlez de blancs, que vous référez à la pigmentation de la peau ?

      « La couleur de la peau chez l’être humain, encore appelée teint ou complexion, présente une gradation continue du noir au mat clair presque blanc, avec parfois des tons rosés ou cuivrés.
      La quantité et la nature des mélanines contenues dans la peau et glande pinéale (Neuromélanine, eumélanine, phéomélanine), ainsi que leur répartition, sont les principaux critères déterminant sa couleur. Par ailleurs, le carotène alimentaire peut, en quantité importante, donner une composante légèrement jaunâtre à la peau blanche. L’hémoglobine des capillaires sanguins donne une coloration rosée aux peaux claires, sauf chez les personnes ayant une couche de graisse sous-cutanée épaisse, comme c’est souvent le cas chez les Extrême-Orientaux.
      La génétique joue un rôle capital dans la détermination du teint, mais aussi l’exposition au soleil, la plupart des humains bronzant sous l’effet des radiations ultraviolettes. L’absorption de certains médicaments, ainsi que des pathologies et des dépigmentations (exemple du vitiligo). Les hormones féminines en grande quantité provoquent chez certaines femmes une hyperpigmentation partielle du visage (masque de grossesse). »

      extrait de wikipedia:
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Couleur_de_la_peau_humaine

    • Fredi M. dit :

      Mais, la décomposition ne commence-t-il par la tête avant de se diffuser peu à peu?
      @Bernderoan
      Ben justement cette phrase n’est pas de moi mais bien de M T.
      Relisez le billet de Maxime…

  7. ADB dit :

    A propos de la mère Merkel, vous citez ses bras ouverts pour accueillir inconsidérément « toute la misère du monde ». Un autre y ajoute la déconfiture plus ou moins programmée de la Deutsche Bank. Moi j’y ajoute cette soumission politicienne aux Verts pour glaner quelques voix de plus, et qui l’a conduite sans une once de réflexion à supprimer l’énergie nucléaire pour tenter de la remplacer par les « renouvelables », éoliennes et panneaux voltaïques. Résultat : une électricité déjà deux fois plus chère qu’en France, quatre fois plus chère qu’aux USA, et un risque de « black-out » de plus en plus grand. Il suffit de se reporter au document d’EDF dont lien ci-après pour se rendre compte à quel point ce fut une ânerie : https://www.lenergieenquestions.fr/wp-content/uploads/2013/07/source-dénergie-et-différences-de-coût-©-EDF.jpg et il semble qu’on s’achemine en France vers pareille stupidité …..

    • michel43 dit :

      vous oublier , la réouverture des mines de charbon,,,,qui polue ,,,,forcément les bobos écolos sont MUET , sauf pour enbété, les automobilistes

    • ADB, Mme Merkel subit le sort de tous ceux qui restent trop longtemps au pouvoir et en perdent la raison.
      MT

  8. rasdubitume dit :

    La médiocrité des élites politiques actuellement au pouvoir dans les grands pays ( membres du G20 par exemple ) est effectivement préoccupante .
    Ces élites dont la probité et le courage ne sont pas leurs marques de fabrique se comportent au mieux en simples gestionnaires d’un Etat providence désargenté au pire en prédateurs .
    Pas de vision de l’avenir, de simples bouts de ficelles et surtout pas de vagues
    Leurs opposants ne sont pas en meilleure posture et quant aux protestataires devant l’obstacle, ils refusent le pouvoir ( PODEMOS en Espagne) ou trahissent leurs affidés ( GRECE ).
    La crise de gouvernance est le problème majeur car sans un pouvoir clairvoyant à la tête des grandes puissances, il sera impossible de juguler la crise économique et sociétale qui traverse nos sociétés et nous connaitrons alors le populisme , chacun se sentant capable d’accéder au pouvoir.
    Il faut revoir d’urgence le mode de sélection de nos élites.

  9. Anonyme dit :

    La vie politique est à celle des autres pays : on ne s’y retrouve pas.
    Aux USA, D. Trump a carrément bousculé les codes de la politique, à un point tel que le politiquement correct ou la pensée classique le prennent pour un fou.
    De France, peut-on dire qu’il a eu tort ou raison ? Sans vouloir porter un jugement de Salomon, il y a des deux dans ses propos.
    Ce qui me paraît intéressant, c’est la vérité qu’il clame sur les élites politiques américaines et leur environnement, sur le fossé creusé entre elles et le peuple.
    Mais on se demande toujours comment il est parvenu à gagner l’investiture du GOP ???
    Bref, quand on voit des personnalités républicaines dirent qu’elles voteront H. Clinton, il n’y a pas de meilleure pratique pour « suicider » un parti. Elles auraient mieux fait de se taire. Le parti Républicain court à son explosion après le 8 novembre prochain. Et, sans doute, aura-t-il plus de mal que prévu à se reconstruire.
    Aux USA comme en France, c’est bien de déliquescence politique dont il s’agit, et, il est difficile de la résumer en quelques lignes. Mais tant qu’il n’y aura pas un nouvel ordre mondial clairement défini, la situation risque de se poursuivre longtemps.

  10. Frederic_N dit :

    Deux remarques face à votre excellent papier
    La première remarque est qu’il y a une grande différence avec la période de décadence de Rome C’est que nous avons l’expérience de cette décadence, nous savons donc les risques que nous courons. Les Romains ne le savaient pas. Et vous devez quand même reconnaître que vous n’etes pas traité de fou quand vous écrivez des papiers de ce type : justement parce que nous connaissons notre histoire. C’est encourageant. Les yeux sont en train de s’ouvrir quand même !
    La deuxième remarque – ET QUI N’EST PAS UNE CRITIQUE, MAIS UN CONSTAT – est que cette idée de décadence n’est pas neuve dans le débat public. Elle a largement irrigué l’extrême droite depuis des décennies, et même la droite conservatrice. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle est aujourd’hui encore taboue pour la gauche
    Mais dans ce cas, il faut se demander pourquoi une telle thématique a rendu l’extrême droite si néfaste dans les années trente, et surtout incapable d’offrir une solution à nos sociétés. A priori parler de risque de décadence devrait conduire à un programme raisonnable, unificateur pour la société. Ce qui n’a pas été le cas, c’est le moins qu’on puisse dire
    Or on en est encore là avec Marine : critiquer les élites, elle sait faire, mais elle n’a toujours pas produit le moindre programme sérieux. On ne peut pas par exemple s’inquiéter des vagues migratoires – effectivement très inquiétantes – et cracher sur l’Europe , car le coq gaulois réduit à lui même est certain de perdre la guerre !
    . Au lieu d’insulter les Le Pen , voire de les encenser comme certains le font ici , on pourrait se demander : finalement qu’est-ce qui les en a empêché ?

    • FredericN, et surtout, si possible, éviter de parler de la famille le Pen à tout propos, essayons de réfléchir sans tout ramener tout le temps à cette famille, comme le font la presse et les médias.
      MT

  11. Didier Bous dit :

    La droite s’effondre parce que nous sommes à six millions de chômeurs, elle n’a aucune solution et elle sait que les pauvres ne sont pas résignés. Son prochain quinquennat sera sa fin. De plus, faire des discours devant des salles remplies de retraités doit modérément stimuler. Le n’importe quoi allemand est habituel. Les Anglais se réveillent. Si la gauche n’instaure pas une dictature, je suis plutôt optimiste.

    • hugues dit :

      La droite ne s’effondre pas, elle a plutôt le vent en poupe…

      Les retraités sont nombreux et vont l’être encore plus. Donc c’est une bonne cible marketing pour la droite…

      Les jeunes ne sont pas aussi idéologues que notre génération pouvait l’être: ils veulent du pragmatisme: du boulot, un logement, pouvoir fonder une famille, un système d’éducation, de santé et de retraite dans lequel ils peuvent croire. Ils ont expérimenté la gauche pendant 5 ans et AMHA ils en ont soupé…

      Quant aux chômeurs, ceux qui veulent réellement travailler ont compris que leur salut est à droite. Quant aux autres, ceux qui veulent profiter d’un maximum d’avantages du système sans trop faire d’effort, continueront à voter Mélenchon.

    • Dalain dit :

      Si il y a des propositions de F.Fillon et de N.Dupont Aignan pour combattre le fléau du chômage.

    • Didier Bous, il suffirait qu’elle soit un peu moins égocentrée et un peu plus intelligente.
      MT

    • hugues dit :

      Dalain,

      Oui le programme économique de Fillon est très intéressant et je pense qu’il est à la base de celui des autres leaders de droite. Je ne connais pas celui de NDA mais son délire euro-phobe , le « c’est la faute à BRX », le discrédite pour moi.

  12. J L Michelet dit :

    Comparaison n’est pas raison.
    L’Histoire a ses rythmes, tantôt calme et lente, tantôt agitée et plus pressée et c’est le cas depuis la fin du vingtième siècle, elle a accéléré et elle accélère encore, elle a mis le turbo… (Sourire) oui, et cela sans nous prévenir …. Elle nous échappe et devient de plus en plus imprévisible et incontrôlable, elle glisse comme du sable entre nos mains…
    Et oui, les cartes ont été redistribuées dans le monde et les « jeux High -Tech » ont fait leur entrée.
    L’Occident et l’Europe ont perdu la main …..
    Comme un très grand sentiment d’impuissance et de frustration généralisée à ne pouvoir plus agir sur rien et notamment chez les élites.
    Avons-nous encore quelques garde- fous pour nous éviter le pire ?
    Sommes – nous entrés dans l’urgence avec un sentiment de sauve qui peut …… ?
    Il est vrai qu’un vent de contestation et de révolte souffle par rafales dans les quatre coins de la planète.
    Restons optimistes, le pire comme le meilleur n’est jamais à craindre, nous avons des clignotants oranges voir rouges qui s’allument un peu partout sur la planète n’en déplaise aux bien-pensants…
    Oh Pardon ! J’oubliais de vous dire qu’il en est un qui voudrait bien que l’Histoire ne se fasse pas sans lui, vous savez on l’appelle vulgairement « le Peuple » et cela fait quelques nations et non des moindres.….
    Sil a perdu la main, il n’a pas perdu tout son bon sens et son discernement.

  13. H. dit :

    Bonjour,

    Un peu d’humour pour se détendre: https://www.youtube.com/embed/CSiN_hk203k

    La décomposition du monde politique, le nôtre en particulier, est réelle. Pour autant, la recomposition de la société est en cours et elle se passe de professionnels. Les nouvelles technologies mettent à mal un ordre séculaire qui, de toute manière, n’est plus géré ni gérable. Pour reprendre une image simple, c’est Blablacar contre la SNCF. Quoiqu’elle fasse et quelque soit les grèves de ses personnels pour préserver un statut injustifié, cette dernière a définitivement perdu le combat. Il en est de même pour le monde politique. Il est tout simplement devenu inaudible pour peu qu’il ait encore quelque chose à dire. Le calamiteux quinquennat que nous subissons lui a donné le coup de grâce et le prochain ne fera que prolonger inutilement l’agonie. Rationnellement ou pas, la population s’en rend compte et, de toute manière, à l’instar de l’eau qu’on cherche vainement à contenir, cherche, trouve et utilise des voies de contournement. Pour le coup, c’est bien un vieux monde qui disparait. Mon vieux professeur d’Histoire nous avait indiqué à propos de la révolution française qu’elle avait éclaté car le décalage était devenu trop grand entre les institutions et les aspirations de la population. C’est ce que nous vivons de manière soft actuellement, la société vit de plus en plus en marge du politique. Que celle-ci commette cependant une bévue trop importante (comme elle a tendance à le faire en multipliant les normes et les interdictions) et je ne donne pas cher du côté pacifique de l’actuel bouleversement que nous vivons.

    Bonne journée

  14. François Martin dit :

    Sans remonter à l’empire romain, la situation politique française fait penser à celle de la fin de l’ancien régime: impuissance d’un pouvoir ayant perdu sa légitimité, mais qui persiste dans l’illusion, le refus du réel et le mensonge; course individualiste des prétendants; échec de toutes les tentatives de réforme; éclatement du corps social en groupuscules antagonistes; climat de violence physique et d’insécurité; aggravation des inégalités sociales et dégradation des services publics (éducation et santé en particulier); absence de prise en compte par la classe dominante (politico-médiatique) des innovations techniques fulgurantes que préparent Google, Facebook, Amazon et autres, qui vont révolutionner la société dans son ensemble (travail, santé, libertés); individualisme forcené et perte des repères moraux; et ce qui est peut-être le plus grave, crise majeure de la représentation politique, donc de la démocratie, un phénomène sur lequel je vois peu d’analyses, en dehors de celles publiées sur votre blog. Avec un paramètre qui, lui, est nouveau: l’agression islamiste et la bombe à retardement démographique. En effet, la plupart de ces éléments ne sont pas propres à la situation française mais concernent à des titres divers tous les pays occidentaux; cela ressemble à une fin de civilisation. Tout cela risque de mal finir, sans qu’il faille espérer, compte tenu de l’évolution sociale et de l’ampleur du phénomène, l’arrivée d’un Bonaparte pour remettre de l’ordre.
    Fort heureusement, la solution va sans doute venir de l’évènement majeur qui est en train de se dérouler: la primaire du parti « Europe Ecologie Les Verts », homérique affrontement de quatre géants, d’où surgira notre sauveur.
    La seule chose qui reste pour ne pas désespérer, c’est le rire!

    • François Martin, le rire a souvent quelque chose de désespéré… Pour le reste, je pense en effet que nos élites dirigeantes n’ont pas conscience du monde nouveau qui est en train de naître et le décalage se fait cruellement sentir…
      MT

  15. Le Royaume-Uni en quittant l’U.E. se tourne vers la Chine pour ses échanges économiques, monétaires.

    L’un des premiers projets annoncés par le premier ministre britannique post-Brexit est de réindustrialiser le pays pour créer des emplois – un choix politique divergent par rapport à l’U.E.

    La maîtrise des frontières, de l’immigration est l’un des facteurs essentiels ayant fait pencher pour le oui au Brexit, ainsi qu’il apparaît dans les sondages, réseaux sociaux. L’on pourra toujours répliquer que le Royaume Uni hors Schengen conservait la maîtrise de l’immigration (intra et extra-européenne) en faisant partie de l’U.E. : ce n’est pas l’avis des électeurs, dont acte.

    • Laetizia Graziani, oui, mais je pense vraiment qu’il ne faut pas tout ramener à cette question de l’UE, bouc émissaire facile, le probblème est infiniment plus profond car il est dans les esprits plutôt que dans le institutions.

  16. Yves Doran dit :

    Pour renforcer votre propos! Pour bien démontrer la connivence entre toutes les mafias politiques, administratives, médiatiques, patronales et les sectes, rien ne vaut une bonne étude pratique sur le fonctionnement d’un des rouages « républicains »!! les syndicats français  » L’enterrement « de nuit et à toute vitesse » du rapport Perruchot laissait apparaître déjà la corruption générale du système.

    Ce que nous voyons aujourd’hui du bidouillage , du bidonnage des comptes publics que L’Opinion par son rédacteur en chef, Nicolas Bêtout a dénoncé, fait partie de cette connivence et de cet décadence.. Pour ma part et vous le savez, la décomposition morale et culturelle est la racine de tous nos maux…

    Quand Pillages et Gaspillages sont les 2 mamelles d’un système politique et unissent les intérêts d’une oligarchie toute puissante, on se demande avec angoisse quelle peut en être l’issue.

    Amicalement Yves

    PAR JEAN NOUAILHAC
    Modifié le 27/09/2016 à 08:59 – Publié le 27/09/2016 à 06:31 | Le Point.fr
    Manifestation contre la loi travail le 14 juin à Paris.
    Manifestation contre la loi travail le 14 juin à Paris. © AFP/ Cyril Abad

    Rozenn Le Saint et Erwan Seznec ne s’attendaient pas, sans doute, à faire de telles découvertes lorsqu’ils ont commencé leur travail d’enquêteurs dans le milieu syndical. Tous les deux sont des journalistes expérimentés : Le Saint collabore à Marianne et Liaisons sociales tandis que Seznec a longtemps œuvré pour le quotidien La Tribune puis le magazine de défense du consommateur Que Choisir. Seznec a fait partie de l’équipe qui a publié L’Histoire secrète du patronat (La Découverte), un succès de librairie en 2009 avec 36 000 exemplaires vendus, et c’est lui qui a sorti le dossier des cheminots français et de leurs avantages hors du commun, paru il y a un an dans Que Choisir.
    Que nous racontent-ils dans leur ouvrage Le Livre noir des syndicats (éditions Robert Laffont) ? D’abord qu’en France« situation unique dans le monde occidental, les cotisations des adhérents représentent moins de 4 % de leurs sources de financement réelles ». Premier choc ! Ensuite que ces organisations syndicales « se sont transformées au fil du temps en appareils administratifs complexes, lourds et largement déconnectés de la réalité du terrain ». Ces appareils constituent « un véritable millefeuille bureaucratique » et sont essentiellement composés de « permanents en détachement de la fonction publique ou de grandes entreprises d’État ». Deuxième choc !
    Un système malsain et « dangereux »

    Le financement de cette toile d’araignée hypertrophiée « est nimbé d’irrégularités, petites et grandes », et quand les auteurs écrivent « irrégularités », on comprend qu’ils font allusion à bien pire, à un système hors la loi qui s’apparente plus à un racket devenu « légal » par force ou par manœuvres répétées. « Ces appareils, écrivent-ils, ont vécu ou vivent encore aux crochets de l’État, des collectivités, du 1 % logement et de la formation professionnelle. Ils ont monté des circuits de dérivation d’argent qu’on ne peut ni qualifier de légaux, car ils ne sont prévus par aucun texte, ni de franchement illégaux, puisque tous les gouvernements laissent faire. »
    Pour être encore plus clairs, Le Saint et Seznec en concluent que « ce système n’est pas sain », qu’il « est même dangereux ». Ils nous indiquent également que leur enquête n’est pas spécialement à charge, car, « si elle l’avait été, elle aurait tourné à l’énumération monotone de procès en correctionnelle contre des syndicalistes indélicats », ce qui n’empêche pas nos auteurs de nous ouvrir quelques dossiers très chauds de nombreuses malversations.
    À la lecture de ce Livre noir des syndicats, on découvre effectivement un système totalement sclérosé et financé de façon abusive. Le taux de syndicalisation en France est tombé à 15 % dans le public et à 5 % dans le privé, avec un total officiel de 1,9 million de syndiqués contre 6 millions en Italie et 12 millions en Grande-Bretagne. En revanche, le nombre de syndicalistes à plein temps est monté aux environs de 50 000 permanents, ce qui est considérable, dont 28 000 salariés détachés de la fonction publique, ce qui est proprement scandaleux. À quoi il faut ajouter les 900 000 délégués de base, bénéficiant d’un statut protégé, auxquels leurs employeurs donnent 20 heures par mois pour exercer leur mandat syndical.
    28 000 fonctionnaires détachés

    C’est la commission d’enquête parlementaire sur les finances des syndicats, présidée par le député du centre Nicolas Perruchot, qui a établi pour les cotisations des syndiqués un ordre de grandeur de 3 à 4 % du total des ressources réelles de leurs syndicats. Le rapport Perruchot de 2012 ayant évalué ces cotisations annuelles à 232 millions d’euros, on peut valablement en conclure que le total de leurs ressources légales et illégales, officielles et officieuses, serait de l’ordre de 7 milliards d’euros… « La zone grise des financements publics illégaux », écrivent nos deux auteurs, qui représentent de véritables « détournements d’argent public », touche la plupart des organismes paritaires de l’économie sociale, et spécialement ceux de la formation professionnelle, un ensemble assez flou et peu réglementé qui pèserait plus de 30 milliards d’euros par an de volume d’affaires.
    Et tout cela, sans compter les 28 000 salariés issus de la fonction publique ou d’entreprises publiques qui sont détachés en permanence dans les syndicats mais continuent d’être payés par le contribuable. Pour la seule fonction publique, le rapport Perruchot en avait évalué le coût annuel à 1,34 milliard d’euros : un budget totalement méconnu du grand public et un énorme racket d’emplois fictifs !
    Rappelons que, pour quelques emplois fictifs à la mairie de Paris, Alain Juppé avait été condamné il y a dix ans à la peine ignominieuse de quatorze mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité. Et, pour les mêmes raisons, il s’était trouvé un tribunal, quelques années plus tard, pour condamner Jacques Chirac à deux ans de prison avec sursis. Le racket des emplois fictifs dans les syndicats fonctionne, lui, à plein régime et depuis des décennies dans la plus parfaite clandestinité. Que faut-il en conclure ?
    Un pacte de silence

    On pourrait continuer ainsi pendant longtemps à citer des exemples de la totale impunité dont bénéficient les syndicalistes français. Leur gigantesque machinerie administrative – la CGT compte à elle seule 18 000 organisations adhérentes, dont 17 000 syndicats, soit une moyenne ridicule de 33 personnes par syndicat – permet à chaque entité juridique de réclamer des subventions et de se procurer de l’argent, tout en entretenant une providentielle opacité sur leurs comptes.
    Le livre de Rozenn Le Saint et d’Erwan Seznec fourmille à ce sujet d’anecdotes révélatrices. « Le pacte de silence sur les détournements commis dans le cadre du paritarisme, écrivent-ils, est un des aspects les plus pathétiques du syndicalisme actuel. » Les auteurs nous avaient prévenus dans leur introduction en nous annonçant une « enquête sur une décadence annoncée ». Ils ont tenu parole, et c’est peu dire que cette décadence peut heurter les consciences des citoyens attachés à la nécessaire transparence d’institutions chargées de les représenter et qui, à ce titre, devraient montrer l’exemple du dévouement à l’intérêt général, du sérieux et de la probité. On en est très loin et c’est un terrible constat de la décadence des syndicats, de la décrépitude de la politique et de l’effondrement de la morale publique.

  17. Gérard Bayon dit :

    Je crois que presque tous les leaders politiques continuent de raisonner et de fonctionner dans le monde du 20ème siècle où les changements s’anticipaient et lorsque ce n’était pas possible se géraient en prenant le temps de la réflexion. Ils ne se sont pas encore aperçus qu’internet et la mondialisation avaient changé complètement la donne et qu’avec la croissance exponentielle de la population dans certains continents les choses ne seraient plus jamais comme avant.
    Ils sont tous dépassés par la rapidité du changement que ce soit en matière politique, économique ou sociétale et continuent de réagir comme si le monde perdurait de ronronner d’où les énormes bourdes des uns et des autres.
    Karl Marx disait que « l’histoire ne se répète pas, elle bégaie ». Nous y voilà ! Nous sommes bien en pleine phase de bégaiement et nous cherchons toujours le bon orthophoniste !

  18. Stéphane B dit :

    Bonjour à vous toutes et tous,

    Concernant tata Merkel, vous oubliez de préciser que la Deutsche Bank accumule perte sur perte ces derniers temps, qu’elle glisse lentement mais surement vers le rouge et que tata a précisé qu’elle ne l’aiderait pas. Vu l’importance de la banque, de toutes ses liaisons et connexions, si elle tombe, 2008 ne sera qu’un léger échauffement.
    Vous parlez de l’empire romain pour conclure, très bien, mais vous auriez pu aussi parler de religions et de conquêtes. L’Islam a pu conquérir les bords de la Méditerranée uniquement à cause de différents théologiques au sein des églises qui étaient autour. Si ces églises avaient été unies, alors jamais le Maghreb ne serait aujourd’hui musulman.
    Malheureusement, les mêmes causes produisant les mêmes effets, au moins sur la forme, j’ai bien peur que l’avenir de nos enfants s’annoncent plus que moroses.

    • Dalain dit :

      Connaissez-vous bien les différentes religions? Savez-vous que dans chaque région, elles se parlent entre elles. L’oecuménisme a un sens, et il est actif si non visible pour vous.

    • hugues dit :

      Avec l’excédent commercial de l’Allemagne, ce serait une formalité de recapitaliser la DB!! Merkel sait qu’elle n’a pas besoin de faire cette recapitalisation, le marché aurait beaucoup à perdre à aller trop loin !! en fait le marché, en testant la DB, a plutôt dans le viseur les banques françaises et italiennes…

    • Stéphane B dit :

      Ah bon les salafistes parlent avec les autres religions ? Oups oui j’ai oublié. Ils leur parlent pour les décapiter.
      Je vous rappelle que les musulmans ont fait leur conquête des bords de la Méditerranée de la même manière, à la soit tu te convertis, soit tu ….

    • Dalain dit :

      C’est par sottise que vous répondez des âneries?
      Les chrétiens parlent avec toutes les religions, musulmans compris (salafistes n’est pas une religion, c’est un intégrisme dans une religion)

    • michel43 dit :

      il est vrais ,que les CHRETIENS , il on eu leurs dose de Fanatiques ,,,,extrémistes ,

  19. colibri dit :

    Le monde que nous avons connu était celui des accords de Yalta. C’est fini. Un nouvel ordre mondial se prépare dont personnellement j’ai du mal à percevoir ce qu’il sera. L’informatique bouleverse l’ordre établi comme la machine à vapeur en son temps, comme l’imprimerie en son temps. Je viens d’un monde où à chaque passage à niveau il y avait un ou une garde barrière logé(e) dans une maison pourvue d’un petit jardin potager, d’un clapier et d’un poulailler. C’est fini. Aujourd’hui les barrières sont automatiques. Je viens d’un monde où les hommes se groupaient en équipes pour abattre des pins au passe-partout. Quelques hommes équipés de tronçonneuses les ont remplacés. Aujourd’hui quelques tracteurs équipés de bras de coupe remplacent 50 hommes équipés de tronçonneuses. Les chantiers publics de notre enfance grouillaient d’une importante main d’oeuvre. Tout ou presque tout se faisait à la force des bras. Aujourd’hui les pelles mécaniques et les tracto-pelles ont remplacé les équipes de terrassiers. Je viens d’un monde pas si lointain que ça où dans les pompes à essence des employés nous servaient. Aujourd’hui pompes automatiques ouvertes 7 jours sur 7 jour et nuit. Dans les banques des employés nous donnaient de l’argent. Aujourd’hui distributeurs de billets partout et à toute heure. Dans les grandes surfaces les caisses automatiques ont fait leur apparition. Tout ce progrès de l’informatique et de la robotique et de la mécanisation crée des emplois. Mais est-ce qu’il en crée plus qu’il n’en supprime? Je nous vois mal revenir en arrière. Donc qu’allons -nous faire désormais de celles et ceux qui n’auront pas de travail?

    • Infraniouzes dit :

      Bonnes remarques qui me conviennent parfaitement. La mécanisation et l’automatisation du monde échappent complètement aux politiciens qui s’en foutent royalement. L’œil rivé sur la prochaine élection, ils s’écharpent pour jouir des merveilleux privilèges des élus. L’invasion migratoire n’a pour eux aucune signification. C’est juste un caillou dans la chaussure. On est passé des voitures à pétrole, que je n’ai pas connues, aux voitures automatiques et même, comme entendu sur RTL ce matin, aux camions automatiques sans chauffeurs, des opératrices téléphoniques aux smartphones toujours plus performants. Après Uber qui a déstabilisé les politicien, Airbnb les déboussole complètement. Une seule solution pour redresser la barre. Augmenter la durée des mandats en fonction de la charge mais les limiter à une vacation. Comme ça, finie la pression des partis sur l’élu pour qu’il reçoive l’investiture nécessaire à un second un second mandat. Et on a suffisamment de gens instruits, juristes, ingénieurs, agrégés de toutes sortes pour gouverner ce pays. On attend l’homme courageux qui osera s’attaquer à ce capharnaüm.

    • Dalain dit :

      Paul Jorion a écrit un livre sur ce sujet, je cite de mémoire, le dernier qui s’en va ferme la lumière. Vous aurez peut-être des réponses à vos questions.

    • hugues dit :

      Colibri

      un autre phénomène qui prend de l’importance est la fin de l’intermediarisation (?): bref le producteur et le consommateur sont directement liés sans intermédiaire autre que le livreur.

      Les questions que vous vous posez étaient ceux des cochers au moment de l’apparition de l’automobile, etc. La nature du travail change mais pas la quantité: plus il y a d’hommes sur terre, plus il y aura besoin de travail pour servir les uns les autres. Le problème c’est la rapidité des changements qui fait que, durant sa longue vie, il sera confronté à plusieurs révolutions et devra donc apprendre à s’adapter.

  20. michel43 dit :

    ESPAGNE 9 Mois ,pas grave ,puisque la Belgique 18 mois ,et rien ,ne s’est produit ,POURQUOI ..tout simplement , le PRIVER les entreprises et ,ceux qui paye des impôts, continue a remplir, les caisses de l’État , Alors , les Américains ,et le grand cirque ,qui intéresse ,les gens ,qui au juste ,peu de gens , cars en EUROPE , c’est du pareil au même, Sauf ,que nous devons a un Président Américains , Menteur, Manipulateur ,qui pour venger PAPA BUCH , a tuer SADAM et des centaines de milliers ,d’innocents ,et Camerone -SARKOZY ,pour ne pas être ,en reste ,on TUER LE LIBYEN et des centaines, de milliers d »innocents ,le tribunal international ,a jamais oser, les inculper ,Voila ,pourquoi ,le monde est a feu et a sang ,et tout se foutoir, au nom de la DEMOCRASIE , et encore , dans de très nombreuses affaires ,on cache la vérité , Dans tout les pays , L’argent ,est la cause des scandales ,Magouilles ,Tripatouillages ,sont devenue ,les deux mamelles du Monde ..L ».arriver d » internet a ouvert les yeux a tout les gens du Monde entiers , tout se sait désormais ,Rien ne peu être caché ,encore, faut t « il en prendre et en laisser ,Pour nous , c’est 2017 , SARKO – JUPPE ,si le second ,l’emporte ,Mme LEPEN sera PRESIDENTE , et OUI ..Maxime , Sarko fera tout ,ainsi que ses admirateurs ,pour écarter le JUPPE, souvenez de CHIRAC ,pour faire perdre GISCARD presque tous pourrie ,HEU…sauf ,un haut fonctionnaire ,,,,

    • Stéphane B dit :

      Inutile pour Sarko de faire tout ce qu’il peut pour faire perdre Juppé. Beaucoup de gens ne peuvent pas l’encadrer. Si Juppé remporte la primaire, ce sera uniquement grâce à la gauche qui ira voter au primaire de droite en ce sens. Leur but est que ce soit Juppé car ils espèrent que dès lors les gens de droite ne votent pas Juppé au premier tour de la présidentielle mais MLP. Puis, en agissant ainsi, il y aura dès lors un duel Hollande Le Pen au second tour, avec la réélection de FH.

    • hugues dit :

      Stéphane B

      Je ne pense pas que les gens de droite voteront MLP au premier tour contre Juppé. Le programme de MLP est très à gauche, proche de celui de Mélenchon !! Ou alors « les gens de droite » ne sont pas de droite !!

    • Suzanne dit :

      @H
      Au premier tour, il y aura des candidats non passés par la primaire. (au cas où Juppé serait vainqueur de la primaire . Il est vrai que c’est possible, les français adorant ceux qui ont été condamnés par la justice et exècrent ceux à qui on accroche en permanence des casseroles vides)

      Je ne voterai donc ni Juppé, ni MLP et encore moins socialiste (remarquez que Juppé = Socialiste) à ce premier tour.

      Au deuxième tour. J’ai bien réfléchi.
      –Si Juppé/Hollande : je vais à la pêche. Entre bonnet blanc et blanc bonnet, de toute façon, nous serons aussi mal gouvernés (adieu liberté, égalité fraternité et encore moins laïcité et bonjour la langue de bois et les promesses jamais tenues)

      –Si Hollande /MPL : je voterai, la mort dans l’âme, pour MLP .
      Entre un socialiste menteur et une extrême gauche, je crois que je préfère encore l’extrême gauche. De toute façon les programmes éco de l’un et l’autre sont quasi identiques : berner et voler les sans dents.

      –Si Juppé/MPL : choix idem : MLP (pour les strictes mêmes raisons).

      Ce que je peux dire, c’est que mon entourage familial et amical (et chez ma coiffeuse -je ne vais pas au Café du Commerce!), pourtant loin de l’extrême droite, commence, comme moi, à se préparer à ce choix, très très loin d’être idyllique.

      Cordialement

    • Stéphane B dit :

      @ Hugues: Même raisonnement que Suzanne me concernant

    • hugues dit :

      Stephane B, Suzanne

      Vous m’accorderez que voter MLP contre Juppé n’est pas vraiment un vote de droite ? Ou alors nous avons une définition différente de ce qu’est la droite.

      Je sais que beaucoup d’électeurs de Sarko n’aiment pas Juppé (par contre je ne sais pas vraiment pourquoi, si quelqu’un peut m’expliquer…) et que ce sera difficile pour eux d’aller voter Juppé, mais une grande majorité le fera quand même. Car je pense que Sarko lui n’hésitera pas à appeler, et sans aucune réticence, au vote Juppé: malgré tout, il reste un homme d’Etat et conscient des conséquences d’une éventuelle election de MLP.

    • michel43 dit :

      je suis obliger de sourire ,un vote de droite ? quelle droite , la est le problème, vote UMP -PS ,BAYROU est du centre droit qui a fait voter Hollande , on un CHIRAC de droite -PS qui a fait voter Mitterrand pour battre le seigneur GISCARD. .soyez sur , que nombreux seront les adhérents UMP..LR, admirateur du SARKO ,dans l’isoloir voterons FN..

    • hugues dit :

      Michel43

      Les guerres d’ego entre personnalités politiques d’un même camp sont légion dans notre système politique et ne date pas hier.

      Quant à la droite, vous semblez douter qu’elle existe encore. Vous avez surement raison au niveau des personnalités politiques qui essayent de ratisser au plus large, mais dans ce pays il y a une vrai culture de droite (liberal et optimiste sur l’avenir, ouverte sur l’Europe et le monde, qui n’a pas peur mais est sûre d’elle-même, pense que la France peut encore jouer un role majeur dans le monde si elle s’en donne les moyens, tout en étant pragmatique et réaliste plutôt que démago, qui promeut le travail, la compétence et le mérite plutôt que le clientélisme ou la revanche, qui pense que les problèmes peuvent être réglés car ils sont en nous, avant tout franco-français, sans avoir le besoin de trouver un bouc-émissaire). C’est vrai que l’UMP (LR maintenant) a voulu ratisser tellement large qu’elle en a perdu de ses fondements idéologiques.

      Que LR fédère des gens qui n’ont pas vraiment au cœur ces valeurs de droite est évident, qu’ils voteront MLP contre Juppé est dans la logique des choses. Cela ne m’effraie pas, au contraire, je les encourage même à quitter LR (ce qu’ils feront de toute façon en cas de victoire de Juppé) ce qui clarifiera la situation. Ce ne sera pas forcément facile pour un gouvernement Juppé de gouverner mais on peut espérer une recomposition du paysage politique dont la France a tant besoin pour pouvoir enfin vaincre son immobilisme et enfin avancer.

    • michel43 dit :

      Souvenir du RPR , ou sous TOUBON. .nous étions, plus de 900 000 compagnons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s