Identité, souveraineté, volonté politique

DSC02219Il peut paraître étrange que le débat politique se focalise, à l’aube de cette période électorale, sur les questions d’identité et de souveraineté. Le politique fait fausse route à mes yeux en se concentrant sur ces deux sujets. L’identité ne se décrète pas. Que peut faire le politique en ce domaine? Tout le monde veut ressusciter le « récit national ». Imagine-t-on une seconde obliger les professeurs a ânonner « nos ancêtres les gaulois » tout en sachant que cela ne veut strictement rien dire? Faire chanter tous les matins la Marseillaise aux élèves? Arborer le drapeau tricolore dans chaque salle de classe? Organiser une levée des couleurs dans chaque établissement scolaire? Obliger les radios, la télévision, la presse à consacrer des émissions et des articles à la grandeur nationale? Demander aux citoyens d’arborer des petits fanions tricolores aux fenêtres? Contrôler Internet? Toute tentative d’embrigadement des esprits aboutirait, par réaction, à l’effet inverse de celui recherché. Ceci est un faux débat: le politique, dans le monde moderne, sauf en Corée du Nord, n’a pas les moyens d’orienter ou de maîtriser l’esprit du temps, la conscience collective. Heureusement d’ailleurs…

Quant à la notion de souveraineté, elle est l’excuse permanente au renoncement. Le mythe bat son plein. Quand la France souffre, c’est à cause des autres, d’un supposé carcan extérieur qui nous pénalise. L’Union européenne est le bouc émissaire tout trouvé. Certes, le machin Bruxellois, avec sa logique bureaucratique, ses normes et jurisprudences abscons n’inspire guère la sympathie des foules. Et pourtant, comme il est facile d’en faire le responsable de tous les maux! Depuis 1992, le traité de Maastricht interdit formellement aux Etats de franchir la barre d’un déficit public de 3%. Depuis un quart de siècle, 25 ans, la France, l’Italie, l’Espagne, la Grèce, etc. s’assoient dessus, année après année: 4, 5, 6, 7%… En un quart de siècle, l’ombre d’une sanction européenne s’est-elle jamais abattue sur l’un des coupables? Jamais: tigre de papier. Et ne parlons même pas de l’endettement maximum de 60%…Quant à Schengen, la libre circulation, pilier de l’Union européenne, le jour où les Allemands, les Autrichiens, les Danois, les Belges, les Suédois n’en ont plus voulu, ils ont envoyé paître tout le monde, rétabli leurs contrôles aux frontières, nul n’a bronché et la Commission s’est faite toute petite. Les eurocrates se contorsionnent pour faire croire que cela s’est fait dans le respect des règles. Aucun mensonge n’est plus avéré. De fait, les dogmes et les règlements les plus draconiens ont été déchiquetés dans la grande broyeuse des intérêts nationaux. Je pourrais en écrire des tonnes sur le sujet mais ce serait atrocement ennuyeux… Quant à l’OTAN, qui est assez naïf pour croire qu’elle est à l’origine de l’engagement de la France dans de multiples conflits? Faux, mensonge. Jamais les Etats-Unis ni l’OTAN n’ont obligé l’armée française à aller en Afghanistan, en Libye, au Centrafrique, au Mali, ni même au Moyen-Orient.

Non, le grand sujet du moment est ailleurs. Il est plus grave au fond car il tient au fond de l’âme, à la vie intérieure d’un peuple et de ses dirigeants. Il concerne la volonté politique, la conscience d’un destin collectif, l’élan vital, l’envie de continuer d’exister. Que proposent les politiques en ce moment? du rêve, des polémiques et des postures! Bien sûr les politiques ne sont pas les seuls responsables. Mais enfin quand on voit que beaucoup d’entre eux, de tous les partis (de l’extrême gauche à l’extrême droite) ne trouvent rien de mieux à proposer que le « revenu universel » pour les plus de 18 ans, c’est-à-dire de figer la jeunesse dans une logique d’assistanat et de dépendance à l’Etat, cela fait tout de même froid dans le dos. Quel signal, quel exemple! Comment une telle démagogie, une telle irresponsabilité sont-elles possibles? La France aurait au contraire besoin de réformes gigantesques pour mettre fin à ses déficits, rendre son économie et ses entreprises compétitives pour créer des emplois. Il lui faudrait une transformation radicale afin de restaurer l’autorité républicaine, la sécurité des biens et des personnes, l’intégrité de son territoire, le respect de ses lois sur les frontières et sur les migrations, l’application des décisions de justice, etc. Et puis un travail immense pour adapter son éducation nationale au monde moderne, développer l’apprentissage, préparer ses jeunes au monde de l’entreprise. Mais voilà, tout le monde ou presque se fout des vrais sujets. Et d’ailleurs, dans un pays qui donnerait du travail à ses jeunes, qui permettrait à chacun, sur tout le territoire, de sortir de chez lui sans être insulté ou frappé, ou de se rendre à un concert, d’aller prendre un verre sur une terrasse, ou assister à un feu d’artifice sans le spectre d’un attentat terroriste, un pays où l’autorité de l’Etat et les principes constitutionnels, les lois et l’ordre public seraient scrupuleusement respectés, tout manquement sanctionné, la question de l’identité ne se poserait même pas. Les Français et surtout les jeunes, de toutes origines bien sûr, auraient les raisons d’être tout naturellement fiers de leur pays.

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

90 commentaires pour Identité, souveraineté, volonté politique

  1. Arnaud Nyme dit :

    « Imagine-t-on une seconde obliger les professeurs a ânonner « nos ancêtres les gaulois » tout en sachant que cela ne veut strictement rien dire? »

    Et pourquoi donc « cela ne veut strictement rien dire » ? Entendez-vous par là, comme le répètent à satiété 99,9% des médias, que très peu de Français auraient des origines gauloises ? Et pourquoi donc ? Ou croyez-vous que les Gaulois qui habitaient sur le territoire de la France actuelle (et au-delà) au moment des conquêtes de César soient allés ? Pensez-vous qu’ils ont arrêté de procréer du jour au lendemain ? Qu’ils ont massivement émigré vers une destination inconnue ? Oui, nos ancêtres en tant que collectivité nationale sont majoritairement gaulois, pas exclusivement, c’est vrai, mais majoritairement. Le mythe tenace du « La France s’est construite par vague d’immigrations successives » est précisément un mythe. Si l’on excepte la période récente, les différentes vagues d’immigration qui se sont déversées sur le territoire actuelle de la France étaient toujours très faibles numériquement.
    Ainsi, la romanisation des populations gauloises s’est faite, non par une immigration de masse de populations venues d’Italie, mais par la conversion des élites locales à la langue et la culture romaines pour des raisons politiques. Ce phénomène d’acculturation a été d’ailleurs été très lent, puisqu’on estime que la langue gauloise était encore parlée dans certaines régions jusqu’au 5ème siècle de notre ère. Les invasions germaniques qui se sont ensuite produites au fur et à mesure que l’autorité de l’empire romain d’occident déclinait, à savoir les Alamans, les Burgondes, les Wisigoths, et surtout les Francs, étaient là aussi très faibles numériquement. Il s’agissait majoritairement de guerriers, et, pour ce qui est des Francs, on estime qu’ils étaient entre 100 et 200 000 sur une population gauloise (gauloise romanisée, certes, mais toujours gauloise) locale située entre 10 et 20 millions de personnes. Et bien qu’ils aient réussi à accaparer le pouvoir politique et à donner leur nom au pays et à la langue du peuple qu’ils dominaient, ils sont toujours restés minoritaires, à tel point qu’ils se sont très vite assimilés dans la culture gallo-romaine, abandonnant leur langue germanique. Dès le règne de Charles le Chauve, petit-fils de Charlemagne, la noblesse de Francie occidentale (qui évoluera plus tard vers le royaume de France) avait adopté une forme archaïque de français.
    En fait, ce sont les termes de France et de français qui sont trompeurs : ils donnent à croire que la nation française date du moyen-âge (au mieux, depuis la fin du 5ème siécle, époque à laquelle Clovis conquiert (une partie de) la Gaule romaine, au pire, depuis le 13ème siècle, sous le règne de Philippe Auguste, qui fut le premier monarque à adopter le titre de Roi de France au lieu de Roi des Francs) alors que le peuple qui constitue cette nation, c’est-à-dire la nation dans son acception étymologique de filiation biologique (je rappelle que « nation » vient de « naissance »), est bien plus ancien que ça, et remonte à l’Antiquité.
    D’ailleurs, pour en revenir à là pseudopolémyque stupide de Sarkozy, personne ne l’a souligné, car il ne faut pas surestimer la culture de nos sempiternels donneurs de leçon, mais c’est à la Révolution Française que le discours « nos ancêtres les gaulois » est apparu, et s’est surtout développé lors de la Troisième République. Pourquoi ? Tout simplement pour délégitimer le pouvoir de la monarchie (et de l’Eglise, sur laquelle elle s’appuyait), en rappelant que la nation est antérieure au baptême de Clovis (dont les Rois de France se prévalaient pour justifier leur pouvoir, puisque tous les Rois de France jusqu’à Louis-Philippe descendaient d’Hugues Capet, qui était un Franc au même titre que Clovis), et qu’il n’appartient donc pas à la monarchie « de droit divin » de décider le destin du pays, car le peuple sur lequel elle a prise lui est bien antérieur. C’était un discours « progressiste », par rapport au discours « réactionnaire » monarchiste et clérical.
    D’ailleurs, Arthur de Gobineau, considéré comme le père des théories racistes, estimait que le déclin de la France était dû au fait que la populace de « race inférieure », avait osé renversé sa monarchie d’ascendance germanique (et donc de « race supérieure », dans sa logique à lui). Dire « nos ancêtres les Gaulois » à l’époque, c’était donc être un républicain authentique et revendiqué, n’en déplaise à tous nos professeurs de bien-pensance.
    Mais je m’égare. donc pour résumer, s’il est incontestable que nos ancêtres ne sont pas exclusivement gaulois, et que certains Français contemporains n’ont aucun ancêtre gaulois, la genèse de notre nation est bel et bien essentiellement gauloise, où à tout le moins gallo-romaine : majoritairement gauloise d’un point de vue ethnique, et majoritairement romaine d’un point de vue culturo-linguistique. Prise d’un point de vue collectif donc, la phrase « Nos ancêtres les Gaulois » est une vérité.
    Cela ne veut bien évidemment pas dire qu’il faille, à titre individuel, avoir des ancêtres gaulois pour être français, car le sentiment national français n’est pas uniquement ethnique, contrairement à d’autres, mais également culturel : le fait même que l’on parle une langue qui n’est pas celtique, donc pas gauloise, montre que la nation française s’est aussi construite à partir d’influences étrangères et qu’elle possède une capacité d’absorption plus importantes que d’autres nations, beaucoup plus refermées sur elles-mêmes, ainsi que d’une faculté d’assimilation conséquente, comme en témoigne l’histoire des Francs ou des Normands, qui se sont assimilés aux autochtones malgré leur suprématie politique. Mais il ne faut pas accorder à cette capacité d’absorption et à cette faculté d’assimilation plus de pouvoirs qu’elles n’en ont eu historiquement ou qu’elles pourraient potentiellement en avoir de nos jours, car c’est là un des arguments récurrents utilisés par nos édiles pour justifier l’immigration incontrôlée.
    Bref, il s’agissait d’une petite mise au point sur cette fameuse phrase, qui ne devient pas fausse simplement parce qu’un individu de peu de foi l’a prononcée pour de basses raisons opportunistes.

  2. Koufra dit :

    Bonjour Maxime

    Malheureusement, je ne puis être d accord avec vous. Ne prenez pas mal ce sui suit.

    La France est déjà communautarisee, il n est deja plus possible de parler de communauté de destin.

    53% des musulmans en France ont une pratique rigoriste, 30% veulent la charia.

    Il n y a plus de peuple francais mais des peuples en France, et il y en a un qui veut soumettre les autres.

    Personnellement, j ai été choqué par l absence de réaction des musulmans en France suite aux attentats et leur propension a se victimiser.

    Concernant l Europe, cela devient évident qu elle cherche principalement a bloquer le fonctionnement des états nationaux et leur dissolution via la régionalisation, l’immigration massive et monoethnique, l accaparation des pouvoirs régaliens.

    Les provocations des commissaires européens deviennent lamentables.

    Pour la guerre en Libye, je serai bien curieux de savoir dans le sens quels intérêts on a attaqué la Libye et assassiné Kadhafi.
    Ce n est certainement pas dans le sens des intérêts français puisque nous avons perdu un marché et que Kadhafi empêchait les flux de migrants africains d arriver en Europe.

    Ce qui peut apparaitre unitairement comme des mini débats inutiles est issu de la volonté d appliquer la charia partout où ils le peuvent.

    L’alliance en train de naître mêle extrême gauche, extrême droite antisémite, salafiste, revanchard de la colonisation.

    La question n est helas deja plus aux débats de temps de paix que vous évoquez mais a savoir comment mener une guerre et contre qui elle se fera.

    Amitiés

    Koufra

  3. peine perdue dit :

    Sur l’expression Nos ancêtres les Gaulois, prise au pied de la lettre (ce qui n’était pas le cas de la controverse récente), voyez cette étude de l’université d’Oxford pour les îles britanniques :

    1) le résumé de l’étude, publiée dans le célèbre journal scientifique Nature :
    http://www.ox.ac.uk/news/2015-03-19-who-do-you-think-you-really-are-genetic-map-british-isles

    2) sa présentation par un quotidien sérieux de centre-gauche :
    http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/new-genetic-map-of-britain-shows-successive-waves-of-immigration-going-back-10000-years-10117361.html
    « New genetic map of Britain shows successive waves of immigration going back 10,000 years
    White indigenous English people share about 40 per cent of their DNA with the French

    A remarkable new map of Britain shows how the nation was forged by successive waves of immigration from continental Europe over 10,000 years since the end of the last Ice Age. »

    3) Sa présentation par un quotidien sérieux de centre-droit :
    http://www.telegraph.co.uk/science/2016/03/14/britons-still-live-in-anglo-saxon-tribal-kingdoms-oxford-univers/
    « Britons are still living in the same ‘tribes’ that they did in the 7th Century, Oxford University has found after an astonishing study into our genetic make-up.

    Archaeologists and geneticists were amazed to find that genetically similar individuals inhabit the same areas they did following the Anglo-Saxon invasion, following the fall of the Roman Empire.

    In fact, a map showing tribes of Britain in 600AD is almost identical to a new chart showing genetic variability throughout the UK, suggesting that local communities have stayed put for the past 1415 years. »

    • Peine perdue, l’intéressant est qu’une telle étude ait pu être menée au RU et ses conclusions largement diffusée dans la presse, même « libérale » ou de gauche. On voit là toute la différence entre les culture politique française et britannique. Je pense qu’on ne doit pas avoir peur de la transparence et de la réalité. En tout cas merci pour l’information car le sujet, au sommet du tabou, n’a même pas été effleuré par les médias français. Ses conclusions vont d’ailleurs à l’encontre de la thèse « gauloise » si je comprends bien: « There was no single ‘Celtic’ genetic group ». Elle monte une certaine continuité dans le cas ou les 4 grands parents sont nés dans la même localité (ce qui est un peu une lapalissade) , mais globalement, un fort brassage sur l’ensemble de la population, et une forte parentée avec les Français (40%), ce qui ne me surprend pas.
      MT

    • peine perdue dit :

      Oui, il est intéressant que ce type sujet soit traité dans le calme ; je soulignais par ailleurs aussi la différence de points mis en avant par la gauche et la droite.
      Il n’y a pas de lapalissade dans le choix de grands-parents s’étant mariés dans la même région : il s’agit d’écarter la période contemporaine qui a conduit à plus de déplacements à l’intérieur du Royaume-Uni, pour pouvoir estimer les déplacements sur une période plus longue.
      .
      Il y aurait effectivement un démenti à une thèse « gauloise » si celle-ci avait pour but d’identifier mécaniquement patrimoine génétique et culture, mais ce type de thèse n’est je pense plus soutenu par personne.
      .
      Par contre, l’étude suggère aussi qu’il y a eu peu de déplacements à l’intérieur du Royaume-Uni, par exemple dans le premier lien : « Many of the genetic clusters show similar locations to the tribal groupings and kingdoms around end of the 6th century, after the settlement of the Anglo-Saxons, suggesting these tribes and kingdoms may have maintained a regional identity for many centuries. » donc elle met en évidence une certaine stabilité locale de la population, pourtant située sur une même masse terrestre.

    • hugues dit :

      Très étrange la phrase « White indigenous English people share about 40 per cent of their DNA with the French ». Surtout que La différence génétique entre deux humains est au maximum de 1% (99% du code génétique est partagé par tous les humains) !! Les 40% de l’ADN en question seraient donc à prendre sur le 1% sujet à variabilité ? ce qui fait 0.4% !!

      et en plus on a démontré que la plus grande part de la variabilité génétique est située à l’intérieur des groupes géographiques, et non entre ceux-ci.

      Il y a 40000 ans, il y avait au moins deux espèces humaines sur terre (homo sapiens et Neandertal) dont on a hérité des gènes (très peu de Neandertal en fait). Le 1% de variabilité s’explique principalement par l’adaptation aux conditions de vie, climatiques et géographiques rencontrés lors des époques de glaciation et de réchauffement climatique. Je doute que l’on puisse démontrer par la génétique des différences entre gaulois et germains par exemple.

      Bref vouloir expliquer « les Gaulois » par une étude génétique me semble très étrange d’un point de vue scientifique. Mais bon je ne suis pas un expert…

    • peine perdue dit :

      @hugues

      Je ne sais pas ce que les gens de The Independent entendent par cette phrase, ni d’ailleurs où ils l’ont reprise, car elle n’est pas dans le résumé plus scientifique du premier lien. Il me semble, et c’est ce qui m’intéresse ici, qu’ils l’ont mise en évidence pour envoyer une petite pique à leurs collègues conservateurs : en effet, le souvenir de la rivalité franco-britannique est plus présent en GB qu’en France, et on lit parfois dans les commentaires d’articles sur les commémorations des choses comme : « nous sommes plus proches des Allemands que des Français, notre choix de 14 18 était une erreur… ».
      .
      Par contre, lorsque vous nous dites à la fin de votre commentaire que non seulement cette étude serait fausse, mais encore qu’elle serait absurde dans son principe, je vous trouve un peu cavalier. L’étude a été réalisée par des universitaires de bon niveau, vu leur affectation, et elle est publiée dans un journal sélectif. Je suis tout à fait prêt à admettre qu’elle soit erronée, mais j’aimerais savoir quels sont vos titres à en juger. A défaut, je préfère faire confiance aux institutions scientifiques.
      .
      Plus généralement, nous sommes bien obligé d’en passer par là : êtes-vous en mesure, par exemple, de dire comment se sont déroulés les travaux du GIEC et quelle est leur fiabilité ? Sans doute non, sauf si vous êtes spécialiste du domaine. Donc là aussi, vous devez faire confiance aux institutions.
      Pour ma part, sur ce sujet précis, je distingue par exemple les travaux des scientifiques sur l’existence du réchauffement et les travaux des économistes/politistes sur les solutions à apporter.
      Je considère en effet que je peux faire confiance aux procédures dans le domaine des sciences dures, y compris pour rectifier le tir s’il y a lieu ; mais je suis plus méfiant sur les travaux des gens en sciences humaines (économie etc), car l’expérience prouve qu’ils sont moins fiables et plus influençables par l’idéologie. Donc je me base là aussi sur la confiance que je peux accorder aux différentes institutions, plutôt que sur l’évaluation en détail de leurs travaux. Mais, bien sûr, il y a des cas où il faut pouvoir discuter du détail de ces travaux.

    • hugues dit :

      peine perdue

      Vous me faites dire des choses que je n’ai pas dites. J’ai seulement réagi à une phrase que vous avez mentionnée et qui m’a paru étrange et j’en explique les raisons.

      Les différences génétiques entre populations se font sur des milliers d’années et ne peuvent être actées qu’à conditions qu’il n’y ait pas eu de brassage entre ces populations.

      Le simple bon sens me fait douter que des populations aussi proches les unes des autres (en l’occurrence les gaulois, les celtes, les germains) qui ont vécu à la même époque sous l’emprise de Rome et donc soumis à un brassage génétique évident aient des caractéristiques génétiques qui leur seraient propres. Mais comme je le dis (et donc contrairement à ce que vous dites) je ne suis pas un expert et donc je reste ouvert à toute explication qui lèverait mes doutes.

      J’espère que vous avez lu cet article avec toute les précaution d’usage qui sied à un article scientifique, à savoir les conditions de l’étude et les hypothèses. En tout cas avec une meilleure probité intellectuelle que celle qui vous a manifestement manqué lors de la lecture de mon très court message.

  4. Annick dit :

    Voilà « leur » volonté politique et ce à quoi oblige l’euro : une arnaque de plus pour les Français,

    http://chevallier.biz/2016/09/l%e2%80%99article-21-bis-de-la-loi-sapin-2-les-taux-letaux-arnaques-et-crises/

    • hugues dit :

      Rien à voir avec l’Euro: Le Franc Suisse et le Yen ont eu aussi leur période de taux négatifs.

      Que l’assurance vie soit aujourd’hui une « arnaque », c’est évident, mais comme beaucoup d’autres produits défiscalisant proposés par l’Etat (ex: le Pinel, le PERP). Quand l’Etat a fait appel à l’Epargne des Français, ca a toujours mal fini. Certains en profiteront bien sûr, mais les derniers arrivés paieront les pots cassés de ce genre de montage financier à la Ponzi.

      Ne soyez pas naïfs !! L’Etat a toujours arnaqué les épargnants (dévaluation de la monnaie, inflation à deux chiffres, bonds du Trésor, produits soi-disant défiscalisant, compte épargne retraite, immobilier social, etc.). Si vous voulez bien épargner, Il faut juste réfléchir et faire confiance aux entreprises et aux régions du monde à fort potentiel. Le reste ce n’est que de l’arnaque où seuls les plus avertis en profitent.

  5. colibri dit :

    « Nous voulons du nouveau, toujours du nouveau mais un nouveau qui soit exactement semblable à l’ancien ! » (Claudel)

  6. Frederic_N dit :

    Oui, mille fois oui. .
    Ce que vous dites sur l’euro tombe d’ailleurs sous le sens.
    Nous payons comme les autres méditerranéens notre société de statuts et notre refus de soutenir les entreprises. Et la manière dont le FN a repris le point de vue communiste me fait froid dans le dos
    La seule solution est que les français se prennent en charge,
    Mais dans notre malheur nous avons une chance , avec la montée de l’ISLAM : car une société ne réagit en fait que quand elle est au bord du precipice.

    PS ce que vous dites au début par contre n’est pas tout à fait vrai : le politique, dans le monde moderne, sauf en Corée du Nord, n’a pas les moyens d’orienter ou de maîtriser l’esprit du temps, la conscience collective. Heureusement d’ailleurs
    Hélas si le gauchisme culturel comme on dit a voulu et a réussi à maîtriser l’air du temps.. Pendant au moins 30 ans .

    • colibri, merci, belle référence.
      MT

    • Annick dit :

      Bonsoir Colibri,

      « Le costume d’homme sage », vraiment ?
      Après celui de repris de justice qui s’est entêté à se servir, plutôt que servir son pays :

      http://www.liberation.fr/france-archive/1995/06/28/le-fils-juppe-locataire-privilegie-de-la-ville-de-paris_136206

      Et puis, à quoi sert un costume à présent qu’il faut marcher à pieds à Paris et bientôt… à poil ! 🙂 « C’est pas la peine d’être intelligent pour être aussi con », dit un proverbe provençal.

      Maxime, vous dites à Frédéric : « le « gauchisme culturel », ce n’est pas un gouvernement qui l’a fait naître et imposé, il s’est développé de lui-même. »

      Développé de lui-même ? Heu… un peu poussé toutefois par les gauchistes infiltrés partout, à l’éducation nationale d’abord, dans la culture, et dans les collectivités locales, mairies, départements,etc, où ils ont su placer tous les copains et coquins, et distribuer de substantielles subventions à une myriade d’associations amies. Croyez-vous qu’il n’y ait eu aucune stratégie ?
      Je suis persuadée que si.

      Amicalement,

    • Annick, tiens, c’est Libé qui ressort un vieux truc de 1993 contre Juppé? Cela me donnerait presque envie de voter pour lui aux primaires… Quant au conditionnement des esprits, il me semble que c’est un processus de très long terme, qui remonte au début du XXe siècle. Ce que je voulais dire (à vous et à FrédéricN) c’est qu’un gouvernement qui arrive pour 5 ans même 10 ans aura toutes les peines à faire évoluer les mentalités, en tout cas, c’est le plus difficile… Ce sont des processus de psychologie collective (on pourrait aussi parler de la montée de l’extrême droite chez les fonctionnaires et les enseignants) qui me semble-t-il, échappent largement au choix des pouvoirs publics.
      MT

    • michel43 dit :

      on sait très bien ,qu’il a payer pour CHIRAC, et ROUSSIN..et CHARDON après ceux qui en on profiter , J.DE GAULLE MUSSO BLONDEL DEBRE POUJADE il a encaisser pour protéger ,le CHIRAC ,un fusible ,comme souvent en politique et la justice n’est pas dupe

    • colibri dit :

      Bonjour Annick, je n’ai pas indiqué le lien du journaliste de La Croix parce que je suis un fan d’Alain Juppé mais parce que je trouvais intéressante l’analyse que fait ce journaliste. Pour l’anecdote j’ai été élève du même Lycée qu’Alain Juppé a fréquenté. Mais nous nous sommes jamais rencontrés. Il était externe. J’étais interne. Il a fait sa scolarité dans la meilleure classe du Lycée à savoir la classe qui regroupait les élèves qui faisaient latin, grec, allemand. J’étais loin d’avoir le niveau pour en faire partie. Ensuite nos chemins de vie ont été différent. Il a fait l’ENA. J’ai fait l’ENIA. 🙂 Je ne sais pas ce qu’il va se passer aux primaires de la droite. Ce que je peux vous avouer c’est que je n’y participerai pas. Tout comme je ne participerai pas à celles de la gauche. Et je ne voterai pas FN. Pour moi ce qui a changé c’est qu’avant je n’en aurai rien dit ni rien écrit. Maintenant je le dis et je l’écris.

  7. Yves Doran dit :

    Bien sûr que je vous comprends dans cette désespérance et je suis d’accord avec vous sur la responsabilité des français eux mêmes à créer leur propre malheur. Ils ont élu au fil des décennies des démagogues, des idéologues qui leur faisaient à chaque fois miroiter des promesses les plus folles. Et ça a marché puisque de Giscard à Hollande, nous n’avons eu que des manipulateurs de bas étage. De Gaulle était un manipulateur mais avec une vision historique, stratégique, sachant manier le Roman National et les mythes fondateurs de la France. Je suis personnellement gêné pour reconnaître cela , détestant le personnage pour la conduire ignominieuse de sa politique algérienne . Il avait certes raison mais ses actions sur les minorités françaises et pro-françaises sur ce territoire ont été ignobles et criminelles.
    Revenons à l’actualité bien blafarde. Parmi les gouvernants que les français ont élu avec régularité, il y avait 2 factions: Celle de la droite , gestionnaire , sans idée, sans doctrine … agissant au gré des événements : Une faction de démagogue sans objectif si ce n’est de durer et par conséquent laissant la faction opposée, Celle de gauche , idéologique , celle là poursuive l’infiltration de l’ensemble de l’appareil d’Etat par ses agents. La prise de contrôle de l’Education Nationale ( entreprise déjà dès 1945 le plan Langevin Vallon) par les relativistes et les déconstructivistes .. plus la réforme Haby . La main mise sur la politique culturelle et les médias et donc l’irruption dominante des valeurs de gauche qui aujourd’hui font la loi partout et régentent la police de la pensée.
    Je ne parle pas des grandes agences de l’Etat et des entreprises nationalisées , elles aussi largement noyautées par la bien bien-bien-pensance.

    La démagogie, l’idéologie que vous semblez minorer , ont infecté le corps social français qui par nature est fort rétif à tout effort et qui a été flatté dans tous ses aspects les plus médiocres et Dieu sait , s’ils sont nombreux. D’accord avec vous sur le diagnostic. Ce sont les français qui ont creusé leur propre tombe et pas un politique n’a eu le courage de leur dire casse cou. Le seul à avoir tiré la sonnette d’alarme s’est trouvé et se trouve encore dans l’ostracisme le plus radical .
    Il faut dire qu’il l’a cherché !

    L’Europe a servi de bouclier à tout esprit de réforme. A l’abri de la monnaie commune qui la protégeait des jugements impitoyables des marchés, la France a continué de refuser toute adaptation au monde nouveau . Rien n’ a été fait pour préparer le pays à » la mondialisation heureuse » rien n’ a été fait pour que le pays s’approprie la gestion de la monnaie commune qui impliquait des obligations et des devoirs eu égard aux avantages qu’elle pouvait procurer.

    Nous avons tout faux et si nous parlons de l’immigration dûment favorisée et encouragée par 2 mouvements qui a priori devraient être antagonistes : la gauche par idéologie tiers-mondiste et ciblant de nouveaux électorats ( terra Nova ) et le patronat toujours plus avide de main d’oeuvre bon marché et peu qualifiée (distribution- grande industrie dont l’automobile ). Comment expliquer aujourd’hui que l’on maintienne une forte politique d’immigration sans qualification d’environ 200 000 personnes , alors que la pays a plus ou moins 5 millions de chômeurs ?

    Pardon de ces digressions mais je crois qu’elles sont nécessaires pour qu’il n’ y ait pas de contresens dans nos échanges . Lorsque je parle d’identité c’est bien sûr la nécessite de se réapproprier le patrimoine culturel et historique de la France. C’est extirper du pays toute cette idéologie relativiste et déconstructiviste qui a ruiné culturellement et moralement le pays. C’est affirmer l’identité du pays et donc refuser le multiculturalisme, le communautarisme. Ne me dites pas que pour reconstruire le pays, il ne faut pas revenir à ces fondamentaux.

    Notre débat est il si vain, si inutile que cela ? dans la confusion des idées, l’inversion de la signification des mots, l’inversion des valeurs, la réduction progressive mais constante de la liberté d’opinion , ne faut il pas se poser ce genre de questions?

    Il ne set à rien d’échafauder des plans de redressement si leurs fondations sont minées .
    En toute amitié Yves

  8. Florence dit :

    Je crois que vous ne voyez pas cher Maxime, que rien ne pourra se faire avec un peuple qui à force de culpabilisation a appris à se détester.
    La polémique sur les Gaulois n’est pas si stérile que ça. Le terme Gaulois est depuis quelques années utilisé de manière péjorative par les nouveaux venus et leurs descendants, avec l’assentiment de la gauche et d’une partie de la droite. Un Gaulois , dans leur bouche, c’est un souchien : bref une grosse merde raciste, xénophobe et tout le tralala à laquelle il ne faut surtout pas s’assimiler. Nous sommes attaqués en permanence depuis trop longtemps sur notre identité.
    Je pense qu’une majorité de Français ne veut pas du multiculturalisme et aspire à retrouver sa fierté. Nous n’avons pas de postes importants, de revenus élevés. En cas de problème, nous ne pouvons pas nous réfugier à l’étranger, dans un bel hôtel en Suisse, ou au soleil en Californie. La France, c’est notre seule richesse et nous sommes en train de nous en faire déposséder.

    Si vous passez à côté de ça, vous passez à côté de quelque chose d’essentiel.

    Les propos de Sarkozy, bien qu’il soit clair pour moi qu’ils ne sont que de circonstance et qu’il n’en pense pas un mot, n’auraient jamais dû créer de polémique tellement cela devrait être évident pour tout le monde.

    Pour le reste, c’est certain que parler des Gaulois ne suffira pas. Il faut effectivement se projeter dans l’avenir. A mon sens, pour se projeter dans l’avenir, nous devons le faire depuis le passé. Nous ne sommes pas des individus cultivés hors sol.

  9. drazig dit :

    Je voudrais rajouter à mon commentaire (celui du 25 à15:09) qu’un bon test du retour de l’identité en France , et malgré les efforts pour nous la faire perdre, est l’engouement de plus en plus prononcé pour la constitution d ‘ARBRE GÉNÉALOGIQUE.
    C’est comme cela que j’ai appris que j’avais une arrière-arrière grand-mère juive Portugaise (je suis sauvé, je ne suis pas étriqué etc…). J’ai aussi appris que j’avais un ancêtre régicide, et je n’en suis pas fier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s