Commentaire sur le projet de M. Bruno Le Maire

sans-titreVoici un commentaire du programme de M. Bruno Le maire pour lequel j’étais sollicité, en tandem avec M. Jean Petaux, universitaire, par le site d’information Atlantico. Je trouve qu’il y a beaucoup de bonnes idées, notamment sur le renouvellement de la politique française, mais une lacune fondamentale qui tient au renforcement de l’hyper-présidentialisme, selon moi l’une des causes du blocage français.

Bruno Le Maire, parmi les candidats de la primaire de droite, est celui qui incarne par son âge le renouvellement de génération. Il est intéressant de se demander si cet objectif se retrouve dans son projet. La publication d’un volumineux contrat présidentiel de plus de 1000 pages, allant jusqu’aux détails les plus fins . Les modalités de remboursement par la sécurité sociale des lunettes et des soins dentaires sont des sujets importants dans la vie des Français, mais ne relèvent-elles pas d’un programme législatifs davantage que d’un contrat présidentiel ? De même que le nombre précis d’agents qui seront recrutés par l’office français des réfugiés et apatrides) ? Ce projet s’inscrit clairement dans la logique de l’hyperprésidence, à l’œuvre depuis une quinzaine d’années, surtout depuis le passage au quinquennat, celle d’un chef de l’Etat incarnant à lui seul le pouvoir politique, se substituant de fait au Premier ministre, aux ministres, à la majorité parlementaire. Telle n’est absolument pas la logique initiale de la Ve République, gaullienne, qui fait du président de la République « un arbitre, garant du fonctionnement régulier des pouvoirs publics, de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités ». Ce projet présidentiel s’apparente surtout au programme de gouvernement d’une majorité. Dans sa conception élyséenne, qui fusionne les notions de présidence et de gouvernement, Bruno Le Maire s’inscrit donc dans la continuité de l’hyperprésidence actuelle qui fait du chef de l’Etat l’unique pivot de la vie politico-médiatique.

D’ailleurs, ses propositions concernant la réforme des institutions n’innovent pas fondamentalement. Il propose une mesure très intéressante visant à favoriser le brassage de la classe politique en limitant à trois le nombre de mandats parlementaires consécutifs. L’ambition de renouvellement de la classe politique est l’aspect le plus original et ambitieux de ce programme. Il entend supprimer le Conseil économique et social, limiter le nombre de parlementaires, le cumul des mandats, et obliger les élus nationaux à démissionner de la fonction publique. Cela reflète une louable intention de réaliser des économies et d’assainir la vie politique, mais ne remet guère en cause l’équilibre entre les pouvoirs publics et le mode de fonctionnement du système politique français et surtout, son hyperprésidentialisme qui est l’un de des grandes causes du blocage politique de la France: donner l’illusion que toute l’essence du pouvoir se concentre en une seule main revient à dévaloriser et démotiver les autres acteurs du gouvernement de la France. Quant au recours accru au référendum, il est conforme à une proposition commune à quasiment tous les candidats et qui reflète la volonté de surmonter la coupure entre la France des élites dirigeantes et le peuple.

Le projet de M. Le Maire a l’immense avantage de ne pas tourner le dos à la question européenne et d’aborder franchement ce sujet crucial pour l’avenir. Pour autant, il donne le sentiment de se situer plus dans une logique de continuité que de renouveau et d’imagination. Renforcer l’axe franco-allemand, conduire une réflexion approfondie avec les cinq autres membres fondateurs de l’Europe sur le projet européen: tout cela est nécessaire mais ne dit pas grand chose sur les réformes radicales dont l’Europe a besoin pour se relancer et surmonter les faiblesses constatées au cours des dernières années: fracture entre l’Allemagne et les pays du Sud, échec dans la gestion de la crise des migrants, explosion du chômage, poussée électorale extrémiste et nationaliste, Brexit, vertigineuse montée de l’euroscepticisme. Le contrat présidentiel par ses propositions sur ce point, ne semble pas à la hauteur d’un défi d’une ampleur titanesque pour les générations à venir. Par exemple, la création d’un corps de gardes frontières est un sujet dont il est question depuis 1999. L’idée serait de doter la structure de coordination actuelle, FRONTEX, de ses propres moyens en recrutant 1000 fonctionnaires européens. On a du mal à voir en quoi ce coûteux recrutement aurait le moindre impact sur la maîtrise des frontières Européennes.

En matière d’emploi, les propositions de Bruno Le Maire vont à l’évidence dans le bon sens: allègements de charges pour les entreprises, privatisation de pôle emploi, création d’une allocation de solidarité unique favorisant la reprise d’un emploi, simplification de la vie des entreprises. Un point de son programme sur l’emploi et la réindustrialisation mérite une attention particulière: sa volonté clairement affirmée de renforcer et de développer l’apprentissage, la formation professionnelle, la revalorisation du travail manuel et des formations technologiques, l’objectif de renforcer les liens entre l’entreprise et l’éducation nationale, pour la relance de l’industrialisation de la France, une politique qui est au centre de la réussite allemande. Ces propositions sont une clé de l’avenir économique de la France. Cet engagement en faveur d’un rapprochement du modèle allemand semble être la touche particulière du projet en matière économique.

Dans le domaine de régalien, M. Bruno le maire touche un point essentiel en préconisant un renforcement du pouvoir et de la responsabilité des maires. Ils sont les plus proches de la réalité de terrain. Il leur appartient de définir et de conduire la politique locale de sécurité, en matière de prévention des crimes et des délits et de protection des population, dans le cadre d’une coordination départementale par les préfets. Ce volet du projet comporte nombre de vœux intéressants mais dont on a du mal à voir ce qu’ils recouvrent de bien nouveau: renforcer la coordination police gendarmerie, élaborer un plan national de lutte contre les cambriolage. Il prône une « justice d’exception » contre le terrorisme. La sévérité de la justice est-elle vraiment le fond du problème face à des individus déterminées à mourir en tuant un maximum de personnes? Sur le sujet de l’immigration, central dans le projet de M. Le Maire, les propositions semblent s’éloigner de la réalité de terrain. Il propose curieusement de conditionner le regroupement familial au revenu d’un travail adapté à la taille de la famille. Tel est déjà le cas depuis les réformes de 2006 et 2007. Il préconise un contrat d’accueil et d’intégration obligatoire, qui existe depuis 2003, renforcé en 2006. Quand à son idée de mettre fin au caractère suspensif des recours devant la justice en cas de mesure d’éloignement (si l’on a bien compris), elle serait illégale au regard des principes constitutionnels, de la CEDH et du droit européen.

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

31 commentaires pour Commentaire sur le projet de M. Bruno Le Maire

  1. simple citoyen dit :

    Cher Maxime,
    Je ne partage pas votre optimisme quant à cette contribution.
    J’ai l’impression (mais je n’ai pas lu les 1000 pages et ne me fie donc qu’à la recension qui en est faite) qu’il s’agit plutôt comme dans bien des cas, de faire la promotion de quelques thèmes précis correspondant à un agenda de fond, noyé dans un laïus de bon aloi pour asseoir la crédibilité d’un entourage.
    Prenons l’exemple que vous relevez de redonner plus de pouvoir aux instances locales.
    Cela peut évidemment se justifier et se comprendre comme une mesure de contrepouvoir.
    Mais, et il est de taille, nous ne sommes pas dans un agenda dont nous déterminons le tempo. Or si d’aventure le vote des étrangers hors UE devait être imposé comme ce sera probablement le cas, une telle mesure reviendra de facto à permettre la mise en oeuvre immédiate d’un communautarisme local.
    J’en veux pour preuve la préparation au travers d’initiatives nous présentant les villes ou les métropoles comme leaders dans les décisions politiques, s’affranchissant des obstacles nationaux. Ainsi Londres pour le Brexit, Paris pour les mesures climat, la promotion du groupe des 40 (ONU et Cop21 en embuscade) avec ses villes durables (sustainable) dont Hidalgo vient commodément de prendre la présidence, ou encore Londres New York et Paris pour l’ouverture aux réfugiés dans une initiative toute récente mise en avant par la presse de gauche aux US lors de la visite du maire de Londres.
    Dans le même temps, Hollande se voit propulsé « Homme politique de l’année », je pense comme Obama, c’est à dire non pas pour ce qu’il a fait mais pour ce qu’il est censé faire.
    Du coup, ceux qui récemment se mettent à militer pour plus de pouvoir local alors qu’ils tenaient un discours contraire, ou le tiennent encore sur d’autres aspects des pouvoirs dont celui des « règles démocratiques » dont la censure de fait des moyens d’expression hors cénacles autorisés, ou la promotion des transferts en direction des intercommunalités qui ne sont souvent que des faux nez pour une redistribution des cartes électorales locales me laisse songeur.
    J’espère que vous avez raison, mais je crains que ce ne soit qu’un moyen de plus destiné à nous faire accepter ce que nous ne voulons pas en nous laissant croire que nous serions protégés ainsi localement de ce qui se passera ailleurs.
    Regardez l’évolution des lois sur le logement social qui sont devenues de fait des lois de transformation des territoires destinées à asseoir définitivement le pouvoir des constructivistes et collectivistes aux dépens des autres. On est bien dans le local, mais par le jeu subtil des contraintes et répartitions des affectations, la part réservée au local est congrue et se limite essentiellement à subir et payer.

  2. hugues dit :

    Et bien moi je dis « chapeau Mr Le Maire » !!

    Je viens de lire (parcourir) son programme et, surprise, c’est un vrai travail d’analyse et de mise en cohérence qui a été fait et pas seulement de la com.

    D’abords dans la structure et le timing (referendum/ordonnances/12 chantiers) c’est franchement nickel: on comprend très vite quand et où il veut nous emmener.

    C’est la première fois que je vois un programme présidentiel avec une vision globale (le QUOI en 12 chantiers), assortie d’un COMMENT avec une méthode et un schedule associé.

    Sur le detail de son programme, c’est assez détaillé (peut-être trop même par endroit) mais on ne va pas se plaindre, quand on compare aux généralités et mesures opportunistes de certains autres candidats.

    Franchement, rien que pour ce travail Bruno Le Maire me donne confiance. Maintenant sera-t-il en position de l’expliquer à ceux qui ne lisent pas les programmes? En tout cas ce ne sera pas facile de faire cela à la TV.

    Sera-t-il ensuite en position de pouvoir l’exécuter (car je pense qu’il aura beaucoup de ses concurrents à droite qui voudront lui mettre des batons dans les roues) ? Je verrais bien un couple Juppé / LeMaire (l’un président et l’autre 1er Ministre) pour cela mais il faudra aussi les bons ministres qui mettent les différents chantiers en musique (ce ne sera pas forcément facile à trouver parmi les leaders de droite).

    En tout cas, bravo Mr Le Maire pour ce travail, et j’espère que ce travail inspirera les autres candidats.

    • hugues, ce n’est pas bien de l’avoir seulement parcouru, je vous engage vivement à le lire.
      MT

    • hugues dit :

      « parcouru » au sens de « browsé » ou « surfé » ou « navigué ». En effet son programme est fait pour être appréhendé de manière structurée et non pas linéaire, à la manière des « documents » (pas nécessairement papier) aujourd’hui produits dans l’industrie où l’on peut avoir différentes vues (points de vue) d’un même « objet » et les liens de ces objets les uns avec les autres. Ce qui permet de mieux appréhender la cohérence du tout. Pour ceux qui veulent en savoir plus sur le sujet voir par exemple:

      http://www.antidot.net/actualites/produit/avec-fluid-topics-antidot-revolutionne-la-publication-en-ligne-de-documentation-structuree-dita-xml-sgml/

      On voit qu’il est bien entouré par des compétences techniques dans ce domaine, ce qui rend crédible sa volonté de « numérisation » de l’administration. Je lui ai d’ailleurs envoyé un message pour le féliciter de l’approche tout en regrettant qu’il n’ait pas poussé plus loin (par exemple le PDF mis en ligne a tous les liens necessaires pour naviguer mais hélas il ne le permet pas).

      Je ne me fais pas d’illusion, ce n’est pas cela qui le fera élire et il le sait certainement mieux que moi. Une telle structuration a un coût dont il ne récolterait certainement pas les bénéfices. Il vaut mieux savoir parader à la TV et sortir quelques petites phrases populistes que faire l’effort d’écrire un programme cohérent.

  3. Bernderoan dit :

    Bonjour à tous,
    Je ne pense pas que les électeurs votent pour un programme, car ils ne les lisent pas et savent aujourd’hui qu’ils ne sont pas appliqués. Ils votent pour une personne.
    Ce qui est surprenant, c’est que tout le monde semble certain que Bruno Le Maire ne sera pas élu. L’immense majorité (99,999999%) ne lira évidemment pas son programme. Les intervenants de ce blog ne s’en cachent d’ailleurs pas; ce qui confirme que le programme ne sert à rien. Reste la couleur générale à peu près connue du candidat.
    Les électeurs disent vouloir de nouvelles têtes, mais ils voteront pour les mêmes, soyez-en convaincus. L’ordre d’arrivée reste à déterminer. Comme l’écrit avec beaucoup de justesse Jacques Cheminade, « notre présidentielle devient … un match pour voyeurs et non une épreuve de vérité ».
    Les Français sont des ânes. Ils veulent que ça change mais votent pour que cela ne change pas.
    Foutaise que le discours sur l’expérience! Quelle expérience avait Obama? Quelle expérience à Trump? Quelle expérience avait Vaclav Havel? Quelle expérience avait Lech Walesa? Et combien d’autres…
    La seule chose qui vaille est une hauteur de vue soutenue par une pensée honnête et cohérente, que ce soit en politique intérieure comme en politique étrangère (sujet mis sous le tapis).
    Ça va être difficile de trouver ce profil parmi les favoris…!

  4. Frederic_N dit :

    Excusez moi de ma surprise, mais je ne peux pas partager un tel point de vue où vous sautez quand même allègrement sur ce qui vous gêne , sans rentrer dans le débat. J’ai trois points, mais qui tous convergent
    – Vous avez totalement ignoré la proposition majeure de Le Maire sur l’éducation. C’est quand même énorme quand on sait l’enjeu que représente l’éducation dans la reconquête d’une conscience positive de notre passé. De plus vous n’ignorez pas que le bilan de la droite est ahurissant puisqu’elle n’a fait rien d’autre que de laisser les mêmes zozos du gauchisme culturel détruire patiemment l’école. Le Maire est le seul à faire des propositions politiques à ce sujet : silence de votre part sauf sur la formation professionnelle (le seul point qui ne mange pas de pain ! ) Qui ne dit mot consent .. à la gauche en la matière
    – Votre silence sur les propositions relatives au fonctionnement de la démocratie et le rôle de la fonction publique me choque. Je rappelle donc que Le Maire est pour obliger les fonctionnaires de la catégorie A à démissionner de la fonction publique une fois élus. Franchement quand on sait que près des 3/4 des élus sont quasi fonction publique , vous ne trouvez pas que cela pose problème ? ( dans un précédent post, vous avouez 55% de fonctionnaires au Parlement « omettant » tous les acteurs en position parapublique qui y pullulent. Faites le VRAI calcul, et vous verrez que les 3/4 ce n’est pas exagéré. Et sans doute dépassé à gauche)
    – enfin sur votre position sur l’hyperprésidence. J’ai l’impression que vous refusez de voir la réalité politique . Le problème de la droite française est que depuis la guerre de 45 elle n’a quasiment JAMAIS parlé politique et programme à ses électeurs. Depuis de Gaulle qui a rétabli l’Etat français, mais dans un compromis avec les communistes, la droite a pris le parti de gérer le pays, et de laisser le reste à la gauche. Les seuls moments où on parlait un peu, c’était pour faire le coup du leader – tel Sarko – qui se donnait les moyen de se dédouaner de ses promesses une fois élu

    C’est cela le problème de la droite, et que vous le vouliez ou non, le mécanisme des primaires a obligé les candidats à soumettre enfin un PROGRAMME à leurs partisans. C’est une avancée considérable : car que vous le vouliez ou non, il y a un acquis des primaires , il y aura en 2017 la jurisprudence du Bourget. Le président saura qu’on ne revient pas en arrière sur ses orientations de campagne, même en parole, sans scier la branche sur laquelle on est assis.
    Et je rappelle que tous les candidats de la droite ont un programme économique un minimum sérieux pour l’intérêt national et difficile à mettre en œuvre .
    Qu’ils se lient les mains, qu’ils se fusillent à l’avance si jamais ils cèdent à la gauche médiatique est une bénédiction du ciel :! Quitte à jouer le jeu de l’hyperprésidence. Il sera toujours temps de renier ses promesses sur ce point une fois élu

    • FrédéricN, difficile de tout commenter d’un document de 1000 pages dans un article de 4000 signes mais l’aspect renouvellement de la classe dirigeante est en effet un point intéressant que j’ai bien souligné. Quant aux primaires, c’est vrai que c’est un moindre mal, mais il vaudrait mieux que tous ces braves gens se mettent autour d’une table et préparent ensemble la plateforme de gouvernement d’une future majorité, plutôt que de pondre chacun son programme dans son coin. Bon, c’est ainsi que je le ressens en tout cas.
      MT

  5. colibri dit :

    Je partage le point de vue de michel43. Bruno Lemaire ne sera pas élu aux primaires de la droite. Il se pourrait aussi que les programmes politiques et économiques des uns et des autres n’aient pas l’importance qu’ils devraient avoir dans une campagne électorale présidentielle .

    Une partie de la droite française a été dure avec le Général de De Gaulle. Au point de le condamner à mort en 1940 et de lui tirer dessus au fusil mitrailleur pendant la guerre d’Algérie.

    Une partie de la droite a été dure avec Georges Pompidou. (Affaire Markovic: https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Markovi%C4%87).

    Une partie de la droite n’a pas revoté Giscard d’Estaing lui reprochant d’avoir fait tomber le général De Gaulle.

    Nicolas Sarkozy a été élu la première fois avec des voix de socialistes et de communistes qui ne voulaient pas de Ségolène Royal comme présidente. Et avec les voix des électrices et des électeurs du Front National qu’il avait su séduire. Il n’a pas été réélu car une partie de la droite s’est détournée de lui.

    Le nombre de candidats à gauche aux présidentielles s’ils vont jusqu’au bout de leur démarche peut se terminer par l’absence d’un candidat de gauche au second tour. Le candidat de droite qui affrontera alors Marine Le Pen peut ne pas bénéficier des voix de gauche qui ont permis à Jacques Chirac d’être élu. Les temps ont changé. La situation nationale et internationale n’est plus la même que sous Chirac.

    Dans un tel cas de figure que feront les électrices et les électeurs de gauche? Que feront les électrices et les électeurs de droite qui auront soutenu un candidat perdant aux primaires de la droite? Parfois la démocratie nous plonge dans des situations compliquées.

    Je me demande si je ne vais pas devenir royaliste… 🙂

  6. Infraniouzes dit :

    Bruno Le Maire nous a sorti un pavé de 1 000 pages pour convaincre qu’il est le meilleur ! On n’attrape pas les électeurs avec une somme pareille, même si elle a été écrite par des gens compétents. Non, ce monument ne s’adresse pas à nous mais à la classe politique qui devra lui répondre là-dessus. On risque d’assister à un combat de « spécialistes » auquel le bon peuple ne comprendra goutte. Si Le Maire pense avoir fait une action à rebours du populisme, il fait fausse route. Le populisme c’est quand le peuple comprend (selon ma définition) ce qu’on lui propose de faire. Et enfin, Le Maire commet une erreur magistrale; avec son « livre » il dicte à la classe dirigeante ce qu’elle devra faire en cas de succès à l’élection présidentielle. L’alternative est simple: soit les parlementaires filent doux et ne sont plus que des pantins, soit ils se rebiffent et Le Maire ne pourra pas appliquer son programme. Réélection fortement compromise. Le Maire hypothèque déjà l’avenir.

    • infraniouze, dans ce programme, il y a tant de bizarreries (sur l’immigration, par ex, un point que je connais bien) que je suis convaincu qu’il ne l’a pas lu en tout cas en entier!
      MT

  7. Emmanuel M dit :

    1000 pages, quel pavé. Une sorte de Princesse de Clèves, sauce primaire LR

    Pour le reste, je pense que vous vous fourvoyez dans la conclusion de votre analyse. A un moment donné, il va bien falloir choisir entre la démocratie et la CEDH. Parce que c’est bien gentil de critiquer l’hyperprésidence et son exécutif qui empiète sur la législatif (un point incontestable), mais le viol systématique des actes parlementaires par le pouvoir judiciaire me semble bien plus massif, et bien plus grave. L’exécutif doit rendre compte aux électeurs, les juges non.

    Foreign Policy, une revue anglo-saxonne réputée, disait récemment qu’il faudra choisir entre démocratie et burkini ( http://foreignpolicy.com/2016/08/27/the-west-can-have-burkinis-or-democracy-but-not-both/ ) . La CEDH a déjà choisi le burkini. Je pense que Lemaire a raison, en face, de préférer la démocratie.

  8. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je ne lirai pas ce catalogue de « la Redoute » de notre homme gêné par son intelligence !
    Il montre encore une fois qu’il confond comme beaucoup culture et intelligence.
    Ce que j’attends d’un candidat à la présidence du pays sont ses propositions concrètes, réalistes et surtout réalisables en 5 ans pour réformer l’ensemble du domaine régalien de l’Etat et repenser le fonctionnement de l’Europe devenue trop technocratique.
    Tout le reste ne sera que la conséquence des orientations et des décisions prises à la suite de ces propositions.
    Et ce que je déteste par-dessus tout ce sont les propositions démagogiques et farfelues qui montrent, s’il en était besoin, que tous ces prétendants ne sont toujours pas à la hauteur de la fonction qu’ils ambitionnent.

  9. Roland dit :

    Un pavé de 1000 pages, 2 à 3 kilos de propositions…qui va se donner le mal, dans le contexte actuel, de s’adonner à cette lecture. Je l’aime bien Bruno Lemaire, une belle plume par ailleurs, mais je crois qu’il avait raison en déclarant qu’il était « handicapé par son intelligence ». Il faut bien entendu des concepts mais les français demandent aujourd’hui du pragmatisme et la perspective de résultats.

  10. J L Michelet dit :

    Encore un Énarque….
    Encore un énarque se diront beaucoup de citoyens ….avec son corollaire de discrédit.
    C’est injuste, oui c’est profondément injuste.
    Qu’il est difficile aujourd’hui de séparer le bon grain de l’ivraie  » énarchique  »
    Und mit der Sprache von Goethe , Tadeln Sie es auf Voltaire!

    • jl Michelet, un énarque qui veut supprimer l’Ena, mais j’en avais déjà parlé!
      MT

    • J L Michelet dit :

      Mr Tandonnet ,
      S’il suffisait de supprimer l’ENA pour que disparaissent les maux de notre pays, je pense que cela mériterait effectivement de regarder cela de près, mais pour moi, c’est un non-sujet.
      Et vous l’avez très bien évoqué dans votre article – dont acte.
      Dans mes quelques lignes suite à votre article, je termine en écrivant dans la langue de Goethe, que c’est la faute à Voltaire (une langue que maîtrise très bien Bruno Lemaire et pour rappel Charles de Gaulle (Voir son voyage en Allemagne en 1963).
      En France on commence à bien connaître l’ENA et depuis quelques années, la fameuse  » Promotion Voltaire  »
      Il n’est pas utile de rappeler le discrédit qu’à jeter cette promotion sur cette école, sur votre école.
      Alors quand un énarque écrit ou prend la parole aujourd’hui, quelle est sa crédibilité réelle auprès de la majorité des français ?
      Vous me direz qu’il en va de même pour l’ensemble de « la classe politique » mais l’ENA est un peu à part.
      Les Gens d’église, autrefois, avait une formule latine  » In audium octoris  » (de mémoire – à vérifier) ce qui veut dire  » En horreur de l’auteur  »
      C’est injuste mais c’est comme cela aujourd’hui.

  11. PG93 dit :

    Je n’ai pas lu ce livre et ne le ferai sans doute pas. En effet, Il y a un vrai problème de méthode.
    Oui, un candidat à la magistrature suprême doit s’engager sur la base d’un véritable contrat moral auquel on pourra légitimement le confronter au terme de son mandat, surtout s’il sollicite son renouvellement.
    Mais sur quoi doit porter ce contrat ? Sur un vaste catalogue de mesures concrètes à appliquer quoi qu’il advienne durant don mandat ? Sûrement pas ! Ce n’est pas ce que l’on peut attendre d’un futur président de la République, qui doit fait preuve d’une réelle capacité à analyser et à prendre en compte les réalités changeantes d’un monde en pleine ébullition. En revanche, ce qu’on attend, c’est son analyse du monde actuel – qui si elle est claire – se doit d’être synthétique et l’énoncé d’une poignée d’axes sur lesquels il fera porter son action durant son mandat et sur la mise en oeuvre desquels il demandera à être jugé au terme de son mandat.
    Il y a deux moyens d’esquiver un engagement sincère face au peuple. L’un consiste à ne tenir que des propos passe-partout, que l’on oublie aussi vite qu’on les a prononcés ; l’autre consiste à noircir des centaines de pages avec une surabondance de propositions plus ou moins placées sur un pied d’égalité, de façon à permettre d’afficher un air sérieux et de pouvoir dire en fin de mandat que l’on a réalisé la plus grande partie de son programme, sachant que celui-ci consiste à attirer les voix des différentes catégories d’électeurs, mais sûrement pas à attaquer en profondeur les maux dont souffrent notre système politique et la société française.

  12. Curmudgeon dit :

    Totalitarisation à deux étages : (1) L’Etat et des extensions s’occupent de fait de régenter l’économie, la « création artistique », et une myriade de domaines qui ne sont évidemment pas du domaine de ses compétences. (2) Cet État est lui-même dominé par un empereur qui se croit une vocation à décider de vétilles comme de s’insérer dans les aventures de Leonarda.

    Sur certains points (mais pas sur tous, bien sûr), prétendus programmes qui se réduisent en fait à des mots. Prenons « conduire une réflexion approfondie avec les cinq autres membres fondateurs de l’Europe sur le projet européen ». On ne peut conduire une réflexion dans une kyrielle de réunions que si on a préalablement établi des positions précises sur l’essentiel de ce que peut et fout être l’UE. Quelles sont les positions de l’intéressé ?

  13. michel43 dit :

    Maxime , ne vous fatiguer PAS…il a AUCUNE chance, d » être élues ,il suffit de l » écouter , il finie pars vous fatiguer , avec ses palabres INUTILES .. CHIRAC. Hospitaliser , le Fleuve d »hypocrites et faux – culs ,vont sortir leurs mouchoir .. comme vous le savez ;PAS MOI. .aucune pitié pour se genre d  » individu

    • michel43, bien sûr qu’il n’a aucune chance d’être élu, mais ce n’est pas le problème, cela n’empêche pas de réfléchir à sa vision des choses.
      MT

    • michel43 dit :

      oui. Comme dans tout les programmes, il y a du BON et du MOINS bon; MA préférence , va toujours pour celui, qui favorise, les entrepreneurs PRIVER ,se sont eux , qui seront les sauveurs de l » emploie ,

    • michel43, oui, vous avez raison, moi aussi.
      MT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s