Conseils de résistance

Sondages, crises d’hystérie, idolâtrie, flambée de bêtise: en ce dernier pas de la rentrée de septembre, nous entrons dans une période politique effroyable qui va empirer à l’approche des primaires de la droite puis des présidentielles. Comment, dans les mois qui viennent, rester soi-même et résister à la manipulation?

DSC022191/ Songer qu’il n’existe pas de solution miracle. La politique peut jouer sur 20% du réel, mais 80 % lui échappent. Les promesses de transformation radicale sans tenir compte du monde réel ne sont que des mensonges et une forme de moquerie du monde, la pire de toute.

2/ L’élection présidentielle est abusivement considérée comme le cœur de la vie politique française. Relire la Constitution: le chef de l’Etat a relativement peu de pouvoirs propres. Il dépend entièrement de l’élection législative. Et c’est là que tout se jouera. Le reste est manipulation médiatique. L’élection présidentielle n’a d’importance que dans la mesure où elle peut avoir un effet déclencheur pour les législatives. Et encore, dans le climat actuel  de discrédit de la présidence de la République, il n’est même pas certain que cet effet joue en 2017 comme il a joué jusqu’à présent.

3/ Se méfier des passions et de toute forme d’idolâtrie. Avoir l’idée de livrer son avenir à un personnage politique parce qu’on le trouve sympathique, jeune et dynamique, parce qu’il monopolise les unes de magazine ou les émissions de radio-télévision, ou pour toute autre raison, est largement illusoire et source inévitable de déception. Laisser croire que dans le monde moderne, avec son infinie complexité, le destin collectif puisse dépendre d’une seule personnalité, relève de l’exagération. Le retour du « culte de la personnalité », comme dans les années 1930 et 1940, sa banalisation dans l’indifférence et l’aveuglement général, est une étrangeté de notre époque.

4/ Mépriser la haine: le dénigrement des adversaires est signe de lâcheté et d’impuissance. Tel politicien odieux lors d’un meeting ou devant l’écran de télévision va se métamorphoser en gentil toutou lors d’un face à face privé. Plus un homme ou une femme sont hargneux médiatisés, plus ils sont lâches et indécis face au réel. C’est une constante.

5/ Il est difficile d’imaginer la difficulté et la complexité de la chose publique. Pour faire son choix dans un vote nominatif, il est préférable de s’en tenir autant que possible aux actes passés plutôt qu’aux paroles: qu’a fait concrètement tel ministre, tel maire, tel député? Il est tellement facile de lancer des mots et des formules et tellement plus difficile de décider et de prendre ses responsabilités dans la confrontation avec le réel et de devoir assumer ses actes. Deux mots doivent guider l’électeur: vérité et réalisme.

6/ Résister au matraquage des sondages. Il en sort tous les jours. Nous allons en être gavés. Or, la plupart son biaisés, destinés à peser sur l’opinion dans un sens ou un autre, voire même achetés. Il faut à tout prix réussir à s’en décrocher, en faire abstraction.

7/ Si le monde politico-médiatique sombre dans l’hystérie, il faut rester soi même, guidé par la raison et le sens critique. Les propositions qui sont sorties ces derniers temps sont la plupart du temps destinées à faire des voix, sans rapport avec l’intérêt du pays. Je songe à la polémique sur le « droit du sol » par exemple. La démagogie est reine. La politique médiatique, nationale vit de chiffons rouges et de serpents de mer qui resurgissent.  Les vrais sujets ne sont pas censés attirer les électeurs, par exemple la baisse des charges pour relancer la croissance ou l’autorité de la loi. Il ne faut pas se laisser manipuler et toujours préférer le réalisme à la démagogie.

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

35 commentaires pour Conseils de résistance

  1. Sergio dit :

    Bonjour a tous.

    … »Plus un homme ou une femme sont hargneux médiatisés, plus ils sont lâches et indécis face au réel… »
    Criant de vérité..!!!

    Sergio

  2. Dalain dit :

     » Dalain, non, je vous promets que non, mon blog n’est pas du tout au service de NS, je vous en donne ma parole. » Cela peut se concevoir et c’est aussi votre droit de citoyen de promouvoir un homme que vous avez vu à l’ouvrage.
    Je prends acte de votre propos.
    Mais la réflexion, la hauteur de vue de ce blog est constatée et réelle mais pourrait-on alors envisager de l’action, réellement, concrètement.
    Si j’en parle c’est que je suis confronté à cette réalité dans mes activités. La parole, l’échange, la réflexion OUI mais l’ACTION, le concret. Quand on veut changer on n’a pas d’alternative, il faut mouiller sa chemise et faire … »agir come si tout dépendait de toi ». Et ce blog veut – il mobiliser sur des actions??? Car peut-être cela sera nécessaire dans un an.

  3. drazig dit :

    Un groupe d’Historiens, professeurs à Harvard, demandent aux Présidents des Etats-Unis de s’adresser à l’Histoire du pays, avant de s’attaquer à un problème, pour y apporter un éclairage ou même une solution des plus appropriés. Ce groupe propose même de rendre obligatoire cette consultation.
    Cette proposition me plait bien et je la crois efficace: nous vivons trop avec le « du passé faisons table rase », imprégné dans nos cerveaux, destructeur et paralysant. Une référence au passé – le vrai hors toute propagande – ne peut qu’être salutaire.

  4. noop dit :

    Bonjour Maxime,
    l’hystérie politico-médiatique vous savez très bien quelle en est la raison.
    Rappelez vous les commentaires après l’élection d’Hollande après l’échec de Sarkozy et la déception énorme qu’elle a suscitée. « Hollande et les socialistes n’ont pas le droit à l’erreur, sinon en 2017 Marine Le Pen aura un boulevard. » Nous y sommes!
    Macron c’est juste une trouvaille de dernière minute, pour tenter de briser le spectre d’une sorte de triangulaire Sarko-Hollande-Le Pen qui a l’odeur du souffre, de l’inconnu, de l’aventure. Si ce duel se met en place bien malin qui peut prédire le résultat… en mettant sa tête à couper. Sarkozy (et peut être Hollande) dans leurs entêtements font courir un risque considérable à la France.
    Prenez un électeur comme moi. Qui vote avec comme principal souci l’intérêt de son pays… je fais quoi? Une seule chose est certaine, je n’irai pas à la pêche…

  5. Q dit :

    Prennez la avec amusement/philosophie , cette election va rester dans les annales pour son niveau de connerie.

  6. Frederic_N dit :

    Maxime, vous avez raison sur un point essentiel . C’est vrai que le futur élu – prions pour qu’il soit de droite – n’aura qu’un pouvoir limité, 20 % c’est une bonne image.
    Mais deux choses : 20 % d’abord, ce n’est pas rien : il est parfaitement possible de faire certaines choses dans le domaine de l’économie à condition de ne pas trembler . il y a une fenêtre de tir, chacun s’en rend compte. Et il est possible d’avoir des résultats suffisants. C’est d’ailleurs, ne vous en déplaise pourquoi je soutiendrai Fillon . Sarkozy, lui est parti pour la gâcher
    Reste les 80 % dont vous parlez . Et beaucoup de ces 80 % tiennent au fonctionnement de l’appareil de l’Etat . C’est ce que vous dites au travers de vos références aux normes aux régles : ce maquis hystérique c’est l’administration française qui l’a créé, et toujours dans le même sens ( je crée un règle qui contraint l’administré et qui me donne à la fois le pouvoir de le contrôler et un supplément d’activité pour me permettre de recruter. Laquelle recrue n’aura de cesse de créer de nouvelles normes etc… ) Vous ne verrez jamais une administration anglaise fonctionner comme cela – elle a des ceintures de rappel. Très peu changera si on ne touche pas à cela, et je vous suis sur l’essentiel.
    Mais à part B Le Maire, je ne vois aucune proposition qui vise à changer cet état de chose. Car avant de changer il faut faire beaucoup de travail ingrat sur les idées, beaucoup d’explications pour qu’au moins la base électorale de la droite n’ait pas les mêmes réactions que le communiste moyen lorsqu’on lui parle de changer l’administration.
    Un exemple : les propositions de Le Maire sur les fonctionnaires cadres A ou sur l’ENA. Les réactions sont édifiantes. Il y a du boulot !

    • FredericN, oui, le problème, c’est que les 20% ne sont pas utilisés alors qu’ils devraient l’être. Les 80% découlent de l’Etat de droit moderne, les jurisprudence des cours internationales (cedh), les règles européennes directives et règlements (80% des lois françaises), la Constitution et les principes constitutionnels, l’imbrication des économies mondiales (taux d’intérêt, marchés monétaires, etc.), il est très difficile de regagner des marges sur ces 80% sauf à faire de la démagogie…
      MT

    • patrouille perdue dit :

      « Les 80% découlent de l’Etat de droit moderne, les jurisprudence des cours internationales (cedh), les règles européennes directives et règlements (80% des lois françaises), la Constitution et les principes constitutionnels, l’imbrication des économies mondiales (taux d’intérêt, marchés monétaires, etc.), il est très difficile de regagner des marges sur ces 80% sauf à faire de la démagogie… »

      Certes, mais d’une part il y a bien des gens qui ont consenti à la création de ce carcan et d’autre part ce sont ces mêmes gens, sans le moindre repentir, qui veulent nous y enfoncer encore plus.

      Voter pour des gens qui font de la démagogie permet au moins d’espérer qu’ils ne vont pas transférer encore et toujours plus de pouvoirs à des instances externes, comme le font le PS ou LR, en sachant d’ailleurs parfaitement qu’ils exaspèrent une majorité de Français.
      Ces transferts de pouvoir devraient de plus être traités soigneusement et de manière aussi consensuelle que possible, puisqu’ils sont beaucoup plus difficilement réversibles que des décisions internes en pratique. Mais est-ce bien le cas…?

      Comment font le Japon ou la Corée ? Ils ne sont pas beaucoup plus gros que nous, mais n’ont pas ressenti le besoin de se coller une commission européenne ou une CEDH au dessus de la tête. Il me semble même qu’Hollande était allé le déclarer là-bas, sorte d’hommage du vice à la vertu.
      Ces pays sont au moins restés fidèles à ce qu’ils étaient historiquement (peu d’importation de main d’oeuvre ou de sornettes multiculturelles), et c’est à mon avis un gros point fort.

      Idem pour la plupart des pays dans le monde, y compris quelques-uns qui marchent très bien. La maladie est d’Europe de l’Ouest, voire du Canada (les US sont multiculturels mais ne s’amusent pas à se lier les mains comme le font les Européens, de crainte sans doute de céder au chant des sirènes).

  7. Jean dit :

    Bonjour à tous
    Je pense que le monde politique de ce pays est tombé si bas aujourd’hui qu’il n’est plus possible de dire que tel homme ou telle femme est au-dessus de cette triste mêlée de crabes.
    Vous pouvez mettre dans votre chapeau la vingtaine de noms susceptibles de se présenter à l’élection suprême, et en tirer deux au hasard pour les placer en finale, cela ne fera aucune différence à l’arrivée. Ils sont tous issus du même monde, des mêmes idéologies, du même moule de la bien-pensance -française-.

    A ne pas vouloir sortir de cette « bien-pensance imposée », ici comme ailleurs personne ne trouve de solutions et tout le monde tourne en rond avec les mêmes avis et les mêmes fausses bonnes idées, pour tout dire – les mêmes blablas -. et surtout on aborde pas les vrais questions, les vrais problème (je devrais dire LE vrai problème)
    Un exemple ? Vous dites que le président n’est pas important, que c’est le parlement qui finalement gouverne (ou devrait gouverner). D’accord, mais que sont les parlementaires sinon des femmes et des hommes sortis tout droit des mêmes moules ou au minimum prisonnier de cette fameuse bien-pensance ? Incapables de regarder la France en face, ou si ils le font… ferment leurs gueules. Toujours prompts à suivre les consignes de leur parti.

    Quelqu’un a dit dans un de vos billets « qu’il fallait renverser la table ». J’adhère !
    Un autre a dit « Je suis un -révolutionnaire-« . j’en suis un aussi !

    Il n’y a pas 50 solutions. Ce n’est pas ceux qui nous ont précipités au fond du gouffre qui renverseront la table. C’est nous car le pouvoir est dans le bulletin de vote et dans notre clairvoyance (ou notre pragmatisme).

    • Jean, non, ce n’est pas une affaire « d’importance » du président, c’est une question de texte de la Constitution (article 5) et de décalage entre le matraquage médiatique sur l’idée d’homme providentiel (voir les médias et M. Macron) et la réalité de ses pouvoirs.
      MT

  8. François Carmignola dit :

    Puisqu’il faut réfléchir à ses réflexions et prendre des conseils, souffrez de distraire un court moment de votre temps précieux entièrement consacré, comme de juste, à déplorer la faible qualité morale (et intellectuelle) de la politique en général.
    Depuis ce matin, et dans le cadre strict de la présomption d’innoncence, le parquet (inféodé évidemment à un pouvoir immoral) requiert le renvoi devant les tribunaux d’un ex président dont la moralité est hors de doute par principe. Dans un mois, les juges d’instructions feront de même.

    De quoi, bien sur, à moins d’être Fouquier Tinville, voire Vinchinski, voire Torquemada, mener serainement la discussion sur l’autorité et la légitimité du futur président à impulser les réformes dont le pays a besoin… Ne me demandez pas si je me moque de vous, la réponse est oui. C’est moi qui vous demande si vous vous moquez de nous.

  9. Dalain dit :

    Qui ici veut bien ouvrir son esprit aux projets politiques de Nicolas Dupont Aignan? On n’entend rien alors que cet homme intègre est digne de remettre la France sur de bons pieds. Ouvrez vos yeux, ouvrez vos oreilles. Au lieu de polémiquer sur des points de détails, pourquoi n’iriez-vous pas lire son programme, voir ces propositions, son projet qui est de celui qui peut répondre à rénover la France! QU’ATTENDEZ-VOUS?

    • Dalain, l’idée de ce blog n’est pas de se mettre au service d’un homme politique ou d’un autre mais d’essayer de réfléchir sur les questions politiques.
      MT

    • hugues dit :

      Dalain,

      j’ai du mal avec les Hommes qui se réclament d’une mouvance et/ou d’un personnage de notre Histoire (aussi grand soit-il). Sur son site il se réclame du Gaullisme et cela semble être son leitmotiv. Jamais De Gaulle, Churchill ne se sont réclamés de quoi/qui que ce soit. Ils avaient la particularité de se projeter dans l’avenir (Des 1940, De Gaule préparait déjà à l’après guerre), d’être très transgressifs par rapport au conservatisme de leur époque, de bouger les choses. Ils savaient tout à la fois anticiper, transgresser d’un coté et fédérer de l’autre. Je me trompe peut-être, mais NDPA me semble quelqu’un du passé (adepte du « c’était mieux avant »). Je n’arrive pas à adhérer à ses thèses souverainistes/protectionnistes/nationalistes, je suis effrayé par ses thèses économico-financières, et j’avoue, j’ai beaucoup de mal avec son style (le choix du vocabulaire et la concentration de mots qui sont censés faire-mouche, ses phrases à rallonge, etc.):

      « L’hégémonie d’une pensée unique mondialiste, les alternances ratées entre une gauche et une droite qui font la même chose sur l’essentiel, le sentiment d’impuissance publique, l’emprise d’une construction européenne hors-sol conjuguée au recul de la démocratie nationale et même locale, l’émergence d’une classe politicienne qui ne pense qu’à se servir plutôt que servir, etc. sont autant de symptômes ou de maux expliquant largement le désenchantement voire la colère qui ont saisi nos concitoyens, parfois jusqu’à la révolte. Autant de maux justifiant un vrai sursaut démocratique qui rende enfin au peuple français les clés de son propre avenir, de son destin. »

      Mais quelle logorrhée !!

      Hugues

    • @hugues, bien que cela n’ait aucune importance et que cela ne va en rien changer le cours de l’Histoire en marche, je me sens assez d’accord avec ce que vous avez écrit.

    • Dalain dit :

      Hugues et Maxime T, j’entends bien vos démonstrations et votre définition de ce qui serait pour le mieux de notre pays mais fort est de constater que FH ou NS ou FF ou AJ on les connaît et nous avons tous constatés leurs échecs. Il faut autre chose donc un nouveau contexte et un nouvel homme. De Gaulle constitue une référence mais NDA utilise aussi l’exemple de Ph Seguin qui est aussi une référence d’un homme digne. NDA n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir mais avec des points d’ancrage : ordre, justice, souveraineté pour reprendre en mains lois, budgets, planification économique, nouvelle Europe. intéressement des Français aux résultats de leur entreprise, ce n’est pas neuf mais ça mérite d’être relancé. Paix, car nous n’avons rien à faire dans certains conflits. Diplomatie car la Russie doit être de l’Europe…C’est inquiétant de le voir votre jugement définitif; qu’il soit souverainiste et patriote oui; nationalistes, non il ne l’est pas et pas plus protectionnistes, je ne vois pas où vous identifiez cela. Les frontières se sont des portes qui s’ouvrent dans les deux sens pour voir qui entre et sort mais ce n’est pas pour ne pas commercer; il a trop conscience qu’il faille faire des affaires pour développer les entreprises françaises…Les journalistes, souvent, sont fort irrespectueux de lui, vous ne l’avez jamais vu se mettre en colère, il est patient et à de la hauteur vis à vis de ces personnes peu talentueuses, souvent. c’est un trait de sa personne, ce n’est pas un agité, ni un complaisant, ni un flatteur, ni un enfant de chœur. C’est un homme qui a un projet.
      Quant à Maxime Tandonnet : votre blog est au service de Nicolas Sarkozy, c’est votre droit, c’est votre blog et vous vous sentez redevable auprès de lui, cela semble assez légitime, c’est humain en terme de relation humaine. Et s’il vous plaît de le défendre, c’est pleinement acceptable sur un outil qui est le vôtre.
      Vous avez pour habitude d’utiliser la « déploraison » pour dénoncer les méfaits mais ensuite vous mettez en avant votre poulain. Rien d’incohérent là-dedans puisque c’est lui que vous admirez. Mais dire et redire tout le mal que les politiciens ont fait et cerner NS de lauriers c’est un peu incohérent. Et là votre subjectivité est visible. Il y a la pensée mais il y a l’action. Ainsi St Ignace disait « prie car tout dépend de Dieu mais agit comme si tout dépendait de toi » Et l’action n’est pas visible, c’est fort regrettable et l’action se conduit par un homme, le leader du parti. Faut-il le nommer avec clarté.
      Nombreux ici sont les personnes qui veulent un « monde nouveau ». Certains envisagent même une révolution avec armes. Ont-ils songer qu’il faut être plus d’un million pour la faire et prendre les armes à la main et mettre en jeu sa peau, ainsi; sont-ils prêts à mourir pour cela? En réalité, on peut mettre en marche du neuf et démocratiquement, en tournant le dos dès maintenant aux politiciens Les Républicains et Les Socialistes. L’arc républicain est ailleurs car beaucoup d’hommes attendent de redresser notre pays, aussi il faut faire confiance à d’autres opportunités qui ont des voisinages et de l’intégrité.
      Merci de m’avoir laissé m’exprimer.

    • Dalain, non, je vous promets que non, mon blog n’est pas du tout au service de NS, je vous en donne ma parole.
      MT

    • hugues dit :

      @Dalain

      « NDA n’est pas dans le passé, il est dans l’avenir « : franchement je n’ai rien lu ou entendu de NDA qui permette d’affirmer cela.

      « nous n’avons rien à faire dans certains conflits »: citez moi un conflit où la France est impliquée dans lequel elle ne défendrait pas ses intérêts ? A ma connaissance il n’y en a pas.

      « qu’il soit souverainiste et patriote oui; nationalistes, non il ne l’est pas et pas plus protectionnistes »: tous ces mots sont des synonymes, du moins d’un point de vue économique.

      « Il faut autre chose donc un nouveau contexte et un nouvel homme »: Comme l’ont déjà dit en leur temps Sarko, Hollande, Mélanchon, Le Pen, etc. Impossible pour un pays surendetté d’être écouté et faire changer quoi que ce soit. Encore moins pour un pays qui se recroquevillerait sur lui-même.

  10. Infraniouzes dit :

    Votre désolation devant l’impossibilité de changer la France me laisse rêveur. Contrairement à votre point 1) je crois que des politiciens courageux ont TOUT pouvoir pour remettre la France dans le droit chemin. La seule mesure énergique à prendre est – après avoir supprimé les aides aux syndicats – d’interdire les partis d’extrême gauche et d’extrême droite droite pour la sacro-sainte égalité – puis de démanteler la CGT et SUD. Après laissez faire ceux qui veulent entreprendre et travailler et tout ira bien. Mais ça, nos élus sortis de l’ENA sont bien incapables d’y songer une seconde, eux les adeptes du consensus mou et du louvoiement entre les obstacles, spécialistes du marathon médiatique. Imagine-t-on un seul instant le Général de Gaulle courir entre Londres et Vichy pour arracher un arrangement entre les protagonistes tout en essayant de calmer l’occupant, sans oublier de donner des gages à Washington puis d’être fidèle au five o’clock tea avec Churchill ? Et bien cela, est le lot quotidien de la politique en France. Il n’est pas interdit de songer à mieux…

    • Infraniouze, cela me fait de la peine de voir à quel point certains participants à ce blog ne comprennent pas ce que j’essaye de dire. Cela n’a strictement rien à voir avec de Gaulle Churchill et Londres. Je vois le monde réel, la masse des directives, des jurisprudences, des lois et des règlements, des dépenses budgétaires reconduites d’une année sur l’autre, de la réalité sociale si difficile à faire bouger. Bien sûr que l’on peut faire bouger les choses et les mentalités sur le long terme en s’appuyant sur les 20% dont je parle aussi, mais je mets en garde contre les démagogues qui laissent croire que tout peut être transformé d’un coup de baguette magique ou de remèdes miracles (exemple de la sortie de l’euro). La réalité est d’une complexité infinie.
      MT

  11. « Le plus grand dérèglement de l’esprit c’est de croire que les chose sont comme nous voudrions qu’elles soient. » (Bossuet)

  12. Mildred dit :

    Bigre ! Vous devriez tout de suite nous dire qui choisir, parce que là, je ne sais plus pour qui voter !

    • François Carmignola dit :

      D’abord, comme vous le sous entendez malgré tout, et au contraire de ce que vous dites (c’est votre style), l’élection présidentielle dans la Vème république est bien la clé de voute de tout le système démocratique. Le candidat gagnant de la primaire de la droite et du centre y jouera un rôle fondamental (tu parles).
      Il faut donc participer à cette primaire, je dirais bien sur.

      Vous avez raison de ne pas céder aux sondages, à la haine et à l’hystérie.
      Raison de plus de ne pas avoir peur de dire calmement , avec mesure, bon sens et raison, qu’il n’est pas possible de se présenter à la fameuse élection en étant mis en examen, car cela porte atteinte au respect que l’on doit à l’autorité de la chose publique.

    • Mildred, le doute est toujours une bonne chose.
      MT

  13. Philippe Dubois dit :

    Bonsoir Maxime

    Je ne voterai pas à la primaire de l’UMP et je me désintéresse de ce combat de has-been qui ont tous participé à la venue du désastreque nous pouvons observer.

    1) Je pense que le politique a plus de pouvoir que vous ne le croyez : proposez un vrai projet, avec une vraie vision et une réelle volonté et vous pourrez faire bouger les montagnes, si bien évidemment le projet ne relève pas de l’utopie absconse et s’inscrit dans la réalité, notamment historique, sur le long cours, pour rebondir sur votre billet concernant l’ENA

    2) Pas mieux que Gérard Bayon à 16H15

    3) Je n’idolâtre personne, mais mon choix est fait et ne changera pas, sauf cas d’extrême force majeure

    4) Rappeler leur bilan, leur promesses non tenues, leurs trahisons, ce n’est pas les dénigrer, c’est simplement la réalité

    5) Si on s’en tient aux actes et au bilan, personne, de Mélanchon à l’UMP, ne mérite que l’on s’intéresse à lui : cf le point précédent

    6) cf. le point 3)

    7) cf le point 3) : mon choix est fait, en toute connaissance de cause, pour les propositions qui me semblent susceptibles de sortir la France du bourbier où la clique au pouvoir depuis 42 ans l’a précipitée. Et il n’y a pas que la baisse des charges, marronnier obligatoire de BFM Business ; il faut aussi sedemander pourquoi ces charges sont devenues si lourdes et agir sur les vraies causes.

  14. Annick Danjou dit :

    Vos conseils sont très utiles Maxime, encore faudrait-il que tout le monde en ait conaissance et s’en souvienne le jour de l’élection. De mon côté, je vais envoyer vos conseils (avec l’auteur bien sûr) à tous ceux que je connais.

  15. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Merci pour votre vade-mecum du bon citoyen électeur.
    Quelques remarques quand même :
    Après chaque élection présidentielle, l’élection législative qui la suit à très souvent permis au chef de l’état et à sa majorité de disposer d’un parlement à sa botte et il faut bien le dire de députés godillots. Les différentes cohabitations que nous avons connues ont toujours mis le 1er ministre et son gouvernement (choisi partiellement avec le Président) en position de faiblesse par rapport au « monarque » chef d’état qui soit critiquait ouvertement les choix de son gouvernement, soit le laissait aller à la faute pour mieux montrer son incompétence. Je ne suis pas du tout persuadé que 2017 voit un changement par rapport aux élections de 2012 et 2007. Ce qu’il faut, et comme nous sommes nombreux à le demander, c’est déconnecter les élections législatives de la présidentielle. Mais là, la tentation sera quand même grande pour le nouveau Président de pour ne pas changer cette organisation.
    Au point 4 vous demandez de mépriser la haine et vous citez ensuite, je pense, votre expérience du pouvoir. Ceci dit il me parait difficile voire impossible pour un candidat le plus honnête et le plus sérieux soit-il de ne pas être méchant voire hargneux face aux mensonges et calomnies de ses concurrents dans les médias et les meetings. Comment garder son calme, défendre et argumenter objectivement son programme quand tout autour de vous, jour après jour, interview après interview, article après article, est fait pour vous « savonner la planche » , s’attaquer à votre vie privée, raconter n’importe quoi pour vous nuire ou nuire à votre réputation ou à celle de vos proches ?
    C’est quand même bien ce que vont vivre tous ces candidats dans les mois à venir, et même pour ceux et celles avec qui je ne partage aucune de leurs idées je dois reconnaître que je serai incapable de garder mon calme face à de telles attaques et comportements innommables.
    Au point 5 vous proposez de s’en tenir aux actes passés alors là, excusez-moi mais aucun des candidats ne présente le bon profil pour être élu ! Entre ceux qui n’ont rien fait (Macron par ex), ceux qui disent qu’ils auraient bien voulu faire mais que c’est leur patron qui voulait pas (Fillon et Juppé par ex) et ceux qui auraient pu faire et qui ne l’ont pas fait (Sarkozy, Chirac et Hollande par ex), cela va être dur de trouver le bon candidat !
    Enfin, j’aimerais, pardon je rêverais, qu’un grand média indépendant et honnête (??) puisse faire une analyse objective et chiffrée avec les plus et les moins des différentes propositions afin de pourvoir distinguer ce qui est fantaisiste et électoraliste de ce qui est possible si le candidat réalise ce qu’il propose.

  16. Bernard dit :

    Bien d’accord avec votre position sur la réalité derrière les sondages. Ils sont réalisés pour plaire au client qui les a ordonné, en espérant bien conserver sa confiance pour obtenir d’autres commandes.
    Je ne sais pas comment se comporte ceux qui sont sondés parmi les X mille représentatifs de la population en âge de voter, Moi je ne donnerais pas la bonne réponse quant au bulletin que je mettrai dans l’urne les 20 et 27 novembre 2016. Pourquoi ? Parce que je considère que l’on me promène avec les résultats que je lis quand je les compare à ce que nos amis et connaissances expriment lors de nos différentes rencontres. Je n’ai pas la prétention de faire changer ces chiffres ajustés des seuils d’erreur autorisés…bla bla etc……donc pipeau dans ma réponse.

  17. Sergio dit :

    Bonjour a tous.

    Maxime,juste pour vous dire:
    Je ne sais pas comment vous faites pour écrire autant,c’est assez impressionnant.!
    A l’école,j’avais du mal a écrire trois lignes,ça me fatiguait 🙂
    Continuez,malgré les critiques(j’en fais parfois partie)…et les pressions permanentes
    que vous devez subir,j’imagine.!
    Dommage que vous ne puissiez a nouveau conseiller NS,il en a bien besoin en
    ce moment.!!
    Merci encore…
    Cordialement,

    Sergio

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s