Supprimer l’ENA?

sans-titreLe sujet revient sur la table tous les deux ou trois ans. Quand certains responsables politiques n’ont rien à dire ni à proposer, ils promettent la suppression de l’Ena. Le chiffon rouge est supposé faire vibrer les foules et attirer les électeurs. L’Ena a un avantage, et un seul, mais il est considérable: les préfets, les ambassadeurs, les directeurs d’administration centrale sont choisis par un concours sélectif, fondé sur des épreuves écrites anonymes, où tous les candidats sont à égalité. Dans un pays comme la France, l’Ena est le seul moyen pour que les préfets, les ambassadeurs, les directeurs, soient désignés par le mérite intellectuel, et non par le piston: ministre nommant préfète sa maîtresse ou ambassadeur son petit neveu; député ou sénateur obtenant la titularisation de leur fils ou de leur fille; président de la République, désignant le cousin germain du médecin de la meilleure amie de sa fille, etc. Je vous le dis car j’ai vu comment cela fonctionnait quand j’étais proche du pouvoir. J’ai même vu un jour, il y a très longtemps, un haut responsable, ultra-républicain, auquel nous donnerions tous le bon Dieu sans confession, se contorsionner pour obtenir la modification d’un décret afin de pouvoir faire nommer son ancienne maîtresse sur un poste de haut rang dans la fonction publique. C’est ainsi; parole d’honneur. Sans l’Ena, les préfets, les ambassadeurs, les directeurs seraient recrutés dans les Think tanks des partis politiques, en récompense des plus serviables et des plus obséquieux. Supprimer l’Ena est le vieux rêve de quelques politiciens, pas de tous heureusement. Ce serait détruire l’un des derniers piliers de la République qui tient encore debout.

Changer l’Ena, c’est autre chose. Il est mensonger de l’accuser de tous les maux de la création. Le déclin de l’esprit public, cette fièvre de mégalomanie narcissique qui pousse les responsables à l’obsession de leur destin personnel au détriment de l’intérêt général, à la source du drame français, est un phénomène de psychologie collective, lié au monde moderne. L’Ena n’y est pour rien. Cependant, je connais mieux que quiconque les défauts de mon ancienne école. Beaucoup de ce qui lui est reproché est fondé. C’est vrai que cette école sélectionne en majorité des esprits formatés et  malléables, à l’image de la France d’en haut dans son ensemble. Sur la mondialisation, l’Europe, l’économie, l’Etat, la France, 70% des énarques pensent à peu près la même chose. Il reste 30% certes… Il est vrai aussi que l’attitude, la morgue et l’arrogance de certains énarques est insupportable, je le comprends. Cette espèce de croyance en leur supériorité sur le commun des mortels et en leur « intelligence » est inadmissible. Elle ne tient pas à l’Ena d’ailleurs, mais à une mentalité « élitiste » bien plus large. Le phénomène se retrouve ailleurs, chez les agrégés des universités par exemple, ou les autres grandes écoles. Enfin, l’Ena est handicapée par l’image dégradante de certains hommes politiques énarques parvenus aux plus hautes fonctions de l’Etat. Seulement, il faut savoir que les énarques politiques sont une infime minorité, 2% des anciens élèves, guère plus. L’Ena a servi de tremplin à leurs ambitions, mais sans l’Ena, ils auraient trouvé une autre voie d’accomplissement de ces dernières(autre grande  école, ou le Barreau, comme sous la IIIe République…) Les autres, 98%, sont des personnes comme vous et moi, qui aiment leur travail et veulent se rendre utiles.

Changer l’Ena en profondeur, alors oui, je suis d’accord. Il faudrait réhabiliter la culture historique dans le mode de sélection des futurs énarques. La suppression de l’épreuve d’histoire est à mes yeux un pur scandale. En valorisant l’économie et le droit, on favorise des esprits habiles, mais superficiels. L’épreuve d’histoire au concours d’entrée, destinée à valoriser une vision en profondeur des choses, un caractère, devrait être impérativement restaurée avec le plus fort des coefficients. De même, bien entendu, il faudrait supprimer la scolarité d’un an qui ne sert à rien, ou la réduire à quelques mois, et la remplacer par des stages de terrain, en entreprise, dans les collectivités locales ou le monde associatif, au plus près des réalité, dans les quartiers sensibles. Voilà, on l’aura deviné. Je suis pour l’Ena, mais une autre Ena. Je vais même le confesser et faire hurler, je suis fier d’être énarque, fier de mon ancienne école. Et je le serai toujours, j’emporterai ma fierté dans la tombe quand les jaloux et les traitres auront eu sa peau. Peut-être suis-je le seul à le savoir, mais je sais le mal infini que je me suis donné pour intégrer cette école, seul avec mes livres et mon stylo, sans une once de relation et sans le soutien de quiconque.  Je méprise infiniment les anciens énarques qui crachent dans la soupe, qui doivent tout à cette école et qui proposent de la supprimer jouant ainsi les révolutionnaires alors que cette idée est l’apothéose du conformisme et l’ultime étape du déclin de l’esprit public.

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

55 commentaires pour Supprimer l’ENA?

  1. michel43 dit :

    encore une imbécilité , de politiciens IMBECILLE , certes, il faut l » adapter a notre époque , et rendre ,responsable ,c’est gens, un séjours dans une petite entreprise, devrait être OBLIGATOIRE

  2. Et si nous nous réjouissions de ce que les autres réussissent ? Et si nous nous mettions à échanger entre nous sur ce qui marche, fonctionne, va bien? Et qui pourrait ainsi s’étendre, se répandre. Qui s’aime récolte. 🙂

  3. C’est vrai que la Suisse qui n’a pas d’école similaire est bien connue pour être un régime corrompu et népotique!
    D’ailleurs, je pense sérieusement à revenir en France, dans notre belle République, où la corruption des fonctionnaires est inexistante et où grâce à l’ENA les deniers publics sont bien gérés.

    D’ailleurs tous les chiffres montrent que la Suisse est infiniment plus corrompue que la France, sans doute dû à l’absence d’ENA :
    Liste des pays, index de la corruption 2015:
    Danemark : 1er
    Suisse : 7ième
    France : 23ième
    http://www.transparency.org/cpi2015

    • C’est vrai qu’un pays si farouchement indépendant au point de quasiment interdire à ses fonctionnaires et à ses militaires le port de médailles étrangères, ce doit être quand même drôlement suspect pour l’énarque que vous êtes :

      http://www.swissinfo.ch/fre/décorations–la-suisse-reste-sur-sa-réserve/212128

      Sachant que la Suisse est un des rares pays au monde à ne pas avoir de décoration militaire ou civile.

    • theotimede savoie, non,j’ignorais cela mais je trouve cela très bien au contraire.
      MT

    • patrouille perdue dit :

      J’ai tendance à me méfier de ces classements de pays réalisés par on ne sait qui, car j’ai constaté à plusieurs reprises qu’ils sont peu rigoureux lorsqu’on regarde leur méthodologie.

      Par exemple, dans le domaine de la santé, on va mélanger des données objectives (la durée de vie, la mortalité infantile…) à d’autres qui le sont moins (la satisfaction envers la vie sociale), qui conduit comme par hasard à faire passer un pays de râleurs comme la France d’un très bon classement sur les données objectives de son système de santé à un classement un peu moins bon.
      Ou encore, on va inclure dans un indice censé mesurer l’innovation le nombre de petites entreprises ; ce qui part du présupposé (faux) que les petites entreprises seraient plus innovantes par définition.

      J’ai donc essayé de trouver la méthodologie de Transparency international, que vous nous recommandez, et je ne l’ai pas trouvée. Il y a quelques documents présents sur leur site, mais ils sont très imprécis…Savez-vous de quoi est composé l’indice qu’ils nous indiquent ?

      C’est d’autant plus important qu’un phénomène comme la corruption est difficile à mesurer, par définition. Doit-on par principe faire confiance aux messieurs de TI…?

  4. Anonyme dit :

    Maxime, je pense que votre hargne vous égare , et la réponse que vous donnez à M Le Maire est bien montée mais pas satisfaisante. D’abord vous vous racontez des histoires psychologiques : tout se résume chez vous à une génération de cadres qui seraient égotistes, alors que bien sûr c’était mieux avant . C’est léger, très léger. Mais sur le fond :
    • Ce qu’a demandé Le Maire c’est une école type IHEDN – qui que je sache n’est pas connue pour son favoritisme ! Et il a raison : l’ENA n’est qu’une école de management public, qui comme les écoles de commerce forme des jeunes cadres . A ceci près que ces jeunes cadres sont formatées dès le départ par la logique de carrière propre à l’administration ( je sais de quoi je parle ! ) alors que les jeunes des écoles ce commerce eux savent qu’ils auront à faire leurs preuves sur le terrain.
    Le Maire a entièrement raison : on ne confie pas des responsabilités à quelqu’un qui n’a aucune expérience de terrain. N’importe quelle entreprise vous dira cela
    • Votre 2% d’énarques qui font de la politique est une plaisanterie. Multipliez par dix et vous aurez le nombre d’énarques qui doivent leur carrière à cette osmose choquante entre le fonctionnariat et les fonctions électives. Vous avez choisi l’intérieur, qui est justement l’administration qui n’est pas désirée .. . Mais vous vous leurrez vous-même. Le problème est que pour faire carrière de dirigeant dans l’administration vous êtes ABSOLUMENT obligé de passer par l’ENA ( où l’on défend bec et ongle le monopole des places , vous l’oubliez ) et où après on doit ses avancées à la politique
    • Voulez vous qu’on discute de la nomination des préfets ? . Pourquoi les préfets sont ils quasi tous enarques ? Voulez vous qu’on fasse une visite guidée du ministère de la Culture ? de l’Education Nationale ? Que l’on aille à Bercy ? Multipliez vos 2% par 10 et vous aurez la réalité vraie des gens qui font de la politique dans les promotions qui sortent. Et multipliez encore par deux ceux qui dépendent des réseaux pour leur carrière !
    • Vous oubliez quand même ce scandale qu’est l’assemblée nationale, composée à plus de la moitié par des fonctionnaires : pour les raisons que l’on connait. C’est le principe même de l’irresponsabilité : savez vous combien il y a de fonctionnaires en Allemagne ou en Angleterre parmi les députés ? Et vous croyez que le sens de l’intérêt général y est moins développé ? Schröder, il a fait l’ENA à vous en croire !
    • Enfin vous parlez de la morgue des gens qui sortent des écoles : c’est peut-être vrai pour l’Ena. Mais pour la partie que je connais le mieux – les écoles d’ingénieur – cela n’est pas vrai. Pour le coup c’est moi qui me sens insulté !

    • Anonyme, franchement, je ne vois pas où est la hargne dans mon billet. Mais vous je crois que vous dites un peu n’importe quoi. Le concours de l’ena est destiné à l’encadrement de la fonction publique donc il est normal que les énarques occupent un certain nombre de poste de direction dans la haute administration mais il existe d’autres filières comme le « tour extérieur » ou les nominations au choix, d’autres concours. Les énarques ne sont plus majoritaires dans la préfectorale (moins de 40%). Quand à l’idée que les énarques envahissent les mandats politique nationaux, ils sont 47 pour 900 parlementaires. Il ne faut rien exagérer. La question de la surreprésentation de la fonction publique au parlement (55%) n’a rien à voir avec l’Ena (majorité d’enseignant). Enfin vous dites n’importe quoi, je n’ai jamais parlé de la morgue des personnes qui sortent des écoles d’ingénieurs mais d’un esprit élitiste français qui se retrouve dans certains énarques et parfois d’autres corps de métiers comme les agrégés d’université. Franchement la hargne, cher anonyme, elle est plutôt dans votre propos que dans le mien dont le seul objet était de mettre en garde contre la suppression de l’ena et d’argumenter en faveur d’une réforme profonde à une suppression. Quelle hargne en effet!
      MT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s