Rencontre

sans-titreLe 6 juillet dernier, à 16 heures, j’étais reçu à sa demande par l’un des amis politiques les plus anciens et les plus proches du président Sarkozy. Il me lisait parfois, sur ce site, le Figaro Vox ou Atlantico, et voulait discuter avec moi de la situation politique. Nous étions heureux de nous retrouver après tant d’années depuis la défaite de 2012 et avons longtemps parlé de choses et d’autres. Puis, c’est moi qui ai abordé la politique en l’interrogeant sur la question qui hante les esprits: « Pouvons-nous perdre en 2017? » Lui pensait que non. Les socialistes sont dans un tel état qu’ils ne peuvent plus remonter. Le principal sujet de fond est de savoir qui l’emportera de Juppé ou de Sarkozy aux présidentielles. Mon interlocuteur préférait Sarkozy bien sûr, non pour une question d’âge, mais parce qu’il le jugeait plus apte à réformer le pays. Moi, comme toujours, je lui ai dit franchement le fond de ma pensée. Attention! La France de 2017 a profondément changé en dix ans et sa « culture politique » n’a plus aucun rapport avec celle de 2007. Nous avons eu les dévastatrices affaires DSK et Cahuzac, le mandat épouvantable de M. Hollande, l’escalade du chômage envers et contre les promesses, la vague d’attentats terroristes qui ont ensanglanté le pays, la dévastatrice  « crise des migrants », signe de l’impuissance nationale et européenne, les batailles d’ego de l’opposition, la vertigineuse poussée d’extrême droite… La mentalité n’est plus du tout la même. Toute confiance dans la classe politique a disparu.  La fracture entre la France dite « d’en bas », la majorité silencieuse, et les élites politiques a  atteint un niveau effroyable. Les Français, dans leur immense majorité,  ne supporteront plus jamais l’idée même de la présidence personnalisée, pour ne pas dire narcissique ou mégalomane, surmédiatisée et gesticulante à l’image des trois ou quatre précédentes. Ce n’est pas qu’ils descendront forcément dans la rue, mais ils feront la révolution du mépris, de l’indifférence et du repli sur soi, ce qui est aussi grave. Il faut repenser totalement, radicalement la vie politique, sur le principe de la modestie et du silence comme source de l’autorité, de l’action avant la parole, de l’efficacité sobre, de la dé-médiatisation, ou médiatisation minimale, du travail d’équipe et collectif, axé sur les réformes et les résultats, avec un véritable Premier ministre et de véritables ministres chargés de décider, de gouverner, de diriger et de choisir, plutôt que de parler et de frimer; imposer la loi de la vérité, du rejet absolu de la polémique, de l’idéologie et du passionnel pour se concentrer sur les seules réalités, le refus de l’idolâtrie, de la communication permanente, du spectacle émotionnel, des mensonges, manipulations de l’opinion.  Mon interlocuteur était, à ma surprise, largement d’accord avec moi. « C’est le quinquennat qui a tout foutu en l’air » m’a t-il affirmé. « Alors abrogeons-le! Et revenons à un septennat qui serait non renouvelable. Ce sera une première étape! » Il était totalement d’accord et m’a demandé si je pouvais faire une note à ce sujet pour le président. Ensuite est venu le carnage de Nice, puis mon départ en vacances à l’île de Ré, énormément de travail accumulé à mon retour. Je ne l’ai toujours pas faite…

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

74 commentaires pour Rencontre

  1. anna FJK dit :

    Run, run, run! Don’t look back.

  2. Yves Doran dit :

    Voici un extrait de l’interview que Charles Beidbeiger a donne cette semaine à Valeurs Actuelles. il porte le titre « j’ai un attachement charnel avec la France »… je vous incite à le lire. Vu la situation du pays, il souhaite avant tout « que l’on revienne aux fondements millénaires de la Nation Française » Il est évident qu’il sera inaudible du côté des politiciens et pourtant il s’agit bien du combat culturel et patrimonial essentiel à mener en priorité si nous voulons non pas redresser la France mais la sauver ! Il y a d’autres propositions plus économiques ,particulièrement sensées venant d’un chef d’entreprise mais là aussi il sera inaudible face aux démagogues de tous poils .!!

    « Votre mouvement, Avant-Garde, est force de proposition auprès des futurs candidats à la présidentielle… Quelles sont les premières actions qui s’imposent pour redresser la France ?
    Pour renouer avec la croissance, il faut rétablir la confiance. Et pour sortir de la défiance, il faut traiter en priorité le sujet culturel et identitaire. Actuellement, une très grande majorité de Français, au-delà du chômage et des préoccupations économiques, sont déstabilisés dans leur quotidien. La perte de repères s’accélère, les tensions communautaristes et l’islamisme radical se développent.
    Face à cela, il convient d’abord et sans attendre d’inscrire les racines chrétiennes de la France dans la Constitution afin de donner une force de droit au principe juridique : “À Rome, fais comme les Romains.” Nous avons une culture, une histoire, une langue, il faut la transmettre. Or elle ne l’a pas été depuis quarante ans.
    Comment expliquez-vous que ces racines chrétiennes soient rejetées ?
    La culture chrétienne remonte à quinze siècles. Aucune civilisation ou religion n’a imprégné un territoire géographique aussi important pendant si longtemps. Même l’Empire romain n’a duré que cinq siècles ! Il faut faire preuve de pédagogie : la France est multiethnique et multireligieuse. En revanche, elle n’est pas multiculturelle et n’a pas vocation à le devenir. Il y a une confusion de fond : parce que notre nation est composée de Français de différentes origines, la France devrait être multiculturelle. On n’ose pas revendiquer cet héritage chrétien, cette prééminence du fait culturel chrétien dont tout le monde a pourtant l’intuition.
    Pourquoi n’y a-t-il pas de minaret dans nos villages ? Parce qu’il y a des clochers. Il faut comprendre et conserver l’héritage de centaines de générations qui ont fait la France. Comme le disait Simone Weil, il faut donner quelque chose à aimer aux Français et tout d’abord leur donner à aimer la France.
    Cela passe par l’éducation à l’école…
    Les Anglais aiment leur pays, ils en sont fiers. A contrario, les Français sont dans la haine de soi. L’Éducation nationale y a fortement contribué : l’histoire de France telle qu’enseignée aujourd’hui, c’est l’inquisition, la colonisation et l’Occupation. Il faut sortir de ce triptyque infernal. Pour faire aimer l’histoire de la France aux Français, il faut l’assumer entièrement, avec ses quinze siècles d’histoire chrétienne et pas uniquement les deux siècles qui nous séparent de la Révolution. À entendre certains hommes politiques, on a l’impression que l’histoire de France a commencé en 1905 ! Pour réconcilier les Français, il faut accepter nos racines.
    Mais alors, la laïcité…
    Ces racines permettent justement de clarifier la définition de la laïcité. Ce n’est pas une notion intransigeante et sectaire qui consiste à interdire l’expression du fait religieux dans l’espace public. C’est une utopie qui nierait la dimension spirituelle de l’homme, la soif de religieux que chacun peut avoir. La laïcité apaisée n’est autre que la neutralité de l’État vis-à-vis du religieux.
    Des mesures sociales et économiques s’imposent également…
    Il faut s’attaquer au volet frontière justice-sécurité : rétablir l’autorité de l’État. Concrètement, pendant une période transitoire, face aux faiblesses de l’Europe, il faut rétablir le contrôle des frontières nationales… à nos frontières nationales. Et faire respecter l’état de droit : augmenter le nombre de places en prison, faire purger les peines, remettre en ordre les territoires perdus de la République, pouvoir envoyer l’armée dans les zones de non-droit. Dans certains territoires de notre République, ce n’est pas l’état d’urgence mais l’état de siège qu’il faudrait décréter.
    Il y a également le volet économique. Depuis dix ans, je suis favorable à l’instauration de la flat tax, c’est-à-dire l’impôt proportionnel, à taux unique, sur les ménages et sur les entreprises.
    Il existe déjà pour les entreprises…
    Oui, sauf que l’impôt sur les sociétés est de 36 % ! Je suggère un taux unique de 15 % et, en contrepartie, pour que les recettes de l’État restent stables, que les niches fiscales, qui coûtent une fortune — 20 milliards rien que pour les entreprises —, soient supprimées. Cette mesure permettrait à la France de devenir un des pays de l’OCDE les plus attractifs pour les entreprises.
    De même, un taux de 15 % devrait s’appliquer aux ménages sur tous les revenus. Là aussi, les niches fiscales (près de 40 milliards) doivent être supprimées. Le système actuel, avec un impôt hyper progressif, mité de niches fiscales, est très mal perçu par la population. L’instauration d’une flat tax permettrait de modifier le rapport des Français à l’impôt. L’exemple de la Russie, avec une flat tax à 13 %, est probant.
    Que reprochez-vous le plus à François Hollande ?
    La loi Taubira est ce qu’il a fait de pire. Vouloir modifier notre bon vieux Code civil pour créer un mariage pour les personnes homosexuelles, avec la possibilité de filiation et d’adoption plénière, qui mènera inévitablement vers la GPA et la PMA à travers la Cour européenne des droits de l’homme, est un traumatisme. François Hollande a braqué une partie du peuple en méprisant 3 millions de personnes. Mais il a aussi provoqué le printemps des consciences en réveillant toute une partie du peuple de droite.
    Le gouvernement porte également son lot de responsabilités sur l’économie…
    L’alignement de la fiscalité des revenus financiers sur celle des revenus salariaux constitue une erreur énorme : l’épargne a déjà payé l’impôt au moment de sa constitution, sur les salaires ou les droits de succession ! Que ces capitaux, qui permettent ensuite d’investir et de préparer l’avenir, payent encore une fiscalité très élevée est inepte.
    La fiscalité française, avec l’imposition sur les dividendes, est confiscatoire. Elle contraint les entrepreneurs à limiter leurs investissements, leurs dépenses courantes. Cela se traduit par une baisse de la consommation et de la croissance. Économiquement parlant, quand la population la plus dynamique d’un pays appuie sur la pédale de frein, cela se traduit par moins de croissance, moins d’emploi, moins de rénovation… Avec cette fiscalité, la France s’est tiré une balle dans le pied. »……

    je persiste , Cher monsieur Tandonnet, l’urgence est de savoir quelle vision ont nos prétendants politiques de la France. D’abord les fondations, près on s’attaque aux murs et à la toiture ..!

  3. Emmanuel M dit :

    Allez Maxime

    Courage.

    Au boulot !

  4. simonk dit :

    Bonjour à tous,
    Une de mes amies, médecin a été invitée il y a quelques années à une table ronde en Lot et Garonne en présence du petit Nicolas.Une bande de technocrates a fait semblant d’écouter le ressenti des médecins et n’en a rien retenu pour se concentrer sur ce que eux avaient décidé. Un vrai dialogue de sourds aux dires de mon amie.J’ajouterai que ces gens là sont tellement convaincus de leur supériorité qu’ils ne peuvent pas se tromper.
    J’aime les propos d’Annick, et je partage les mêmes préoccupations qu elle.

  5. Infraniouzes dit :

    On est en plein J.O. et on peut penser, par analogie, que tout candidat d’envergure à la présidentielle de 2017 se lancera dans une véritable course d’obstacles qu’il lui faudra sauter un à un.
    D’abord il franchira l’obstacle du microcosme politique auquel il ne faut pas faire peur en parlant de vilaines réformes qui changeraient les règles du jeu.
    Ensuite il sautera la haie du monde syndical et des groupes de pressions qui ont une forte capacité de nuisance. Ceux-là auront l’engagement qu’on ne touchera pas à leurs avantages acquis ni à leur financement par les pouvoirs publics.
    La fonction publique d’état, la fonction publique territoriale seront cajolées en termes choisis pour ne pas les inquiéter. Elles aussi doivent conserver leurs privilèges et bien voter.
    Les grands groupes industriels, laboratoires pharmaceutiques, BTP et quelques autres, auront la garantie de commandes pléthoriques même pour des choses inutiles et couteuses.
    Tout ça ne sera jamais dit mais sous-entendu et parfaitement compris des intéressés.
    Enfin, il restera la masse des petits, des obscurs, des sans grade à laquelle on fera, haut et fort, des promesses délirantes, impossibles à tenir mais qui font les choux gras des médias. Ils seront priés de continuer à travailler dur pour faire « bouillir la marmite » et invités à ne pas rechigner si la crise, d’aventure, les frappe.
    Voilà, en gros, comment je vois la campagne: ne rien changer de fondamental mais promettre tout et n’importe quoi dans des domaines accessoires et gagner l’élection.
    PS. J’ai passé sous silence une totale allégeance à Bruxelles, mais cela va de soi.
    PPS: une élection à 20 M€ (dont 10 M€ pour l’état) par candidat finaliste ça fait quand même beaucoup d’argent pour faire du sur place.

    • michel43 dit :

      beaucoup d » Argent ? la CGT a vendu un de ses CHATEAUX , celui de Cannes , 25 Millions , c’est normalement ,de l « argent des contribuable , QUI A OSER EN PARLER ? elle a fait quoi de cette argent ,

    • infraniouze, d’accord avec vous.
      MT

  6. Ainsi donc vous avez fait faire une « note » au « président » pour instaurer ce qui est effectivement l’un de vos voeux, un mandat de sept ans non renouvelable. Et bien vous aurez eu au moins ça. En tout cas, votre tropisme Sarkozy a été détecté, bien qu’il soit critique par ailleurs. Vous nous direz pour qui vous allez voter à la primaire ?

    • François Carmignola, non, je ne pense pas voter aux primaires, un principe que je trouve lamentable.
      MT

    • michel43 dit :

      Moi de même , j « attend , pour voir, le spectacle et les couts bas de nos politiciens et politiciennes de notre droite aveugle ,N.Morano fait fort en ce moment ,toute les semaines ,elle contacte ,les électeurs ,

    • François Carmignola, de fait, je n’ai pas encore fait la note et je suis prêt à écrire des notes pour tout homme ou femme politique autre que du PS ou du FN s’il me la demande et si je sens que cela peut servir à quelque chose.
      Maxime

    • michel43 dit :

      voyez l  » intelligence ,des partis de l’Espagne , et de PP de DROITE ,,,,,,les anciens, premier ministre SOCIALISTE, on applaudie , tout responsables d’entreprises priver, en difficulté ,s ,et négocieait qu »il faut sauver ,ses meubles

  7. Droopyx dit :

    @Maxime (sous le commentaire de Sergio).
    Personnage adorable, je veux bien !

    Mais pour le motocycliste que je suis, les mesures qu’il avait voulu imposer (gilet jaune, contrôle technique et surtout alcootest « dans le véhicule »…) au nom de la sécurité routière étaient le comble des trucs irréalistes, sans aucune efficacité, bien emm…… et dispendieux (pour l’usager).
    Bref un coup de com., qui aurait enrichi 2-3 lobbies, et n’aurait eu aucun effet positif.

    Un bon exemple de politique bien politicienne à effet d’annonce, et à rentes pour les bénéficiaires des marchés. Qui a fait sûrement fait perdre des voix de son camp et n’en aura rapporté aucune des opposants.

    L’enfer est pavé de bonnes intentions. La politique aussi. Mais nous n’aurons une chance de paradis que le jour où ils accepteront de dire le vrai au lieu d’assurer la com.

  8. Annick dit :

    Un article du Figaro met en exergue l’islamisation galopante de la Sublime Porte, et la conclusion revient toujours sur l’aveuglement occidental :

    « Notre aveuglement est confondant de naïveté et évidemment dangereux. Nous tenons, chez nous comme ailleurs, l’islamisme pour un inoffensif courant politico-religieux ; nous n’osons pas lui tenir tête au prétexte qu’il serait le légitime refuge des nouveaux «damnés de la terre». Et fait aggravant, nous ne pouvons pas concevoir que notre ethnocentrisme ignorant et pontifiant ait fait des ravages et provoque encore des réactions épidermiques dans lesquelles s’engouffrent l’autoritarisme et/ou et l’islam conquérant. Nous sommes face à un énième démenti de cette double faiblesse de jugement qui nous perd et nous aveugle face à la réalité du monde. Nous ne voulons pas voire la faillite manifeste de l’utopie du «Regime change» qui n’a provoqué que chaos et désolation et ouvert la voie à la pénétration massive de l’offensive islamiste.  »

    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/08/08/31002-20160808ARTFIG00282-erodgan-premier-dictateurnational-islamiste.php

    Un autre article sur le dernier Valeurs actuelles, met en exergue cet aveuglement qui nous fait répéter « l’islam c’est pas ça ».

    « Professeur des universités, islamologue et historienne, Marie-Thérèse Urvoy dénonce le pathos utilisé pour promouvoir une “théologie de la paix” qui nie le potentiel violent de l’islam. »

    « Violent ou modéré, le devoir de tout musulman est de faire triompher l’islam, dit-elle…
    … L’objectif est le même ; seule la nature des moyens diffère. Pour les violents, les armes, lorsque le djihad est matériellement possible. pour les modérés, l’appel à l’islam (da’wa) et l’exigence de l’introduction du modèle politicoreligieux dans la société d’accueil. Enfin, et surtout, les modérés dialoguent avec les autres monothéismes dans un jeu de rôle où, du côté musulman, les seules concessions élémentaires concernent des points de pratique (tels que renoncer à la mise à mort de l’apostat), alors que, du côté chrétien, on se contorsionne pour adapter la doctrine à l’exigence islamique..
    Un islam modéré est concevable mais il sera le fait de l’individu musulman, jamais du groupe. Seul, sans la pression de sa communauté, le musulman peut vivre sa religion en la ramenant aux sphères et pratiques privées, sans revendication communautariste ni marqueurs sociétaux. Car la Umma est tenue d’obéir à l’ordre divin d’exercer les droits et obligations à faire prévaloir partout où elle se trouve (Coran 9.33)… »

    L’islamologue conclue son article en pointant « la célébration au Sénat, sous l’égide du Ministère de l’intérieur, d’un ouvrage sur Ghazâli, le plus célèbre penseur sunnite.
    On y assiste au triomphe de l’inflation verbale : la réelle curiosité d’esprit et le volonté politique de synrhèse de ce penseur sont hypertrophiées en un :
    « enseignement très fort… qui développe une anthropologie relationnelle qui fonde une ouverture à l’autre, quelles que soient ses croyances et même son incroyance ».
    Le tout aboutit à proclamer que :
    « le dialogue fait partie de l’identité de l »islam, à la fois fondé sur le Coran et pensé par les grands théologiens musulmans ».
    En plus de l’outrage fait à la vérité des textes, ce type de pathos est servi à un moment de l’histoire où l’islam exhibe ce qu’il a de plus intolérable. Il conforte les musulmans dans leur slogan favori « ce n’est pas ça l’islam » et rassure thuriféraires, idéologues, ou simples inquiets sur le potentiel violent de l’islam. Nous assistons à la promotion officielle d’une « théologie de la paix », dont les mécanismes et ressorts rappellent, mutatis mutandis, ceux de la « théologie de la libération ».

    http://www.valeursactuelles.com/violent-ou-modere-le-devoir-de-tout-musulman-est-de-faire-triompher-lislam-64080

    Je pense, Maxime, qu’il ne faudra pas oublier cet immense problème qui nous attend et que nos politiques ne peuvent pas contourner.

    Enfin, ne vous privez pas non plus de parler à ce proche de Sarko, de « La voie du petit musulman ».
    Une BD en plusieurs tomes, destinée aux enfants, une sorte catéchisme, en sorte.
    Vendue à la FNAC et partout sur le Net.
    A faire lire à tous nos politiques qui disent n’avoir jamais mis le nez dans un Coran, pour les aider au moins à faire un meilleur diagnostic.

    http://www.blog.sami-aldeeb.com/2011/07/29/la-voie-du-petit-musulman/

    Amicalement,

    • Dalain dit :

      Vous croyez que les politiques vont se saisir du sujet? Ils n’ont pas de courage pour tant de choses! Comme ils font habituellement, ils se cacheront derrière des dogmes et laisserons là le sujet.

  9. Q dit :

    Je ne suis pas d’accord, je ne vois pas les Francais demander un gouvernement de technocrates qui lui disent qu’il n’y a pas d’alternative (a la pensee unique, mondialisation, immigration, deflation, uberisation, Landerisation).

    Le probleme n’est pas la personalisation,

    • Q, non, pas un gouvernement de technocrates, mais de gens honnêtes qui pensent à l’intérêt général avant leur petite gueule et ce n’est pas si évident. Quant à la personnalisation, n’avez vous pas compris qu’elle est justement le masque de la technocratisation du pouvoir?
      MT
      MT

  10. Sergio dit :

    Bonsoir a tous.

    Eh oui Maxime,on revient toujours aux sources,c’est ainsi..et c’est très bien.
    Ne vous privez surtout pas d’un role dans la prochaine campagne Présidentielle,
    (fut-il modeste),ce serait dommage.!
    Et puis si Brice Hortefeux vous lit parfois,c’est bon signe 🙂
    Bon courage quand meme..

    Sergio

    • Sergio, non ce n’était pas lui, mais lui aussi (personnage adorable contrairement à une image biaisée) m’a dit il n’y a pas très longtemps qu’il me lisait souvent et avec beaucoup d’intérêt.
      Maxime

    • Sergio dit :

      Bonsoir tout le monde.

      Je suis très heureux de l’apprendre,vraiment.!
      Concernant son image,il est évident que les médias avaient envie de « se le faire »
      lui aussi.!:(« Quand il y a un ça va… C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes! »)
      Pour le reste,on avance Maxime,on avance..
      Et puis de toutes façons,l’espoir(.?.)viendra des LR,ou ne viendra pas.!
      La Gauche est carbonisée,et le FN(en majuscules,pour ne pas froisser les ames
      sensibles de ce blog) n’est qu’une illusion,un mirage..(non,une vraie saloperie en fait.!)
      La seule question:la Droite a nouveau au pouvoir sera-t-elle a la hauteur des attentes
      des Français??
      ..ou est-t-il déjà trop tard?
      Je suis très pessimiste..
      Bonne nuit a tous.

      Sergio

    • Danjou annick dit :

      A la recherche du pokémon que Maximen a rencontré

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s