L’étrange projet

téléchargement (2)Samedi 2 juillet, les Républicains ont rendu public leur projet pour 2017. L’événement est de taille. Dans la perspective vraisemblable d’une alternance l’an prochain, ce document a vocation à servir de fondement à la politique suis sera menée pendant cinq ans. C’est donc avec le plus grand intérêt que j’en ai pris connaissance. Malheureusement, il me faut avouer que ce texte ne m’a guère convaincu. Certes, les bonnes idées ne manquent pas mais son épaisseur est révélatrice d’un malaise: un catalogue de 370 pages, sans priorités, traitant tous les sujets sur le même plan (logement, social, environnement, immigration, etc.) La question fondamentale, à mes yeux, celle du gouvernement de la France – la gouvernance – n’apparaît qu’à la fin, visiblement bâclée et traitée par dessus la jambe. Pour réformer le mode de gouvernement du pays, il est proposé en quelques lignes de « mettre fin à l’interdiction du cumul des mandats » (député-maire), de réduire le nombre des parlementaires, de supprimer le Conseil économique et social, de faciliter les consultations grâce au numérique (les termes « référendum d’initiative populaire » n’apparaissent pas), diminuer le « nombre des autorités administratives indépendantes » (???). Pardon à mes amis du parti des Républicains, mais je trouve cette légèreté inquiétante. Elle tendrait à souligner que les états-majors politiques, sont totalement à côté de la plaque, n’ont strictement rien compris au drame de ce pays. Quand une Nation ne parvient plus à se gouverner, elle fait naufrage comme un navire sans gouvernail pris dans la tempête. L’impuissance politique est le problème majeur de la France. L’exercice du pouvoir s’est transformé en un grand spectacle de communication et de manipulation, fait de polémiques stériles, de promesses et d’annonces sans lendemain, de scandales, de coups de menton et de petites phrases. Mais l’appareil gouvernemental a perdu prise sur le réel dans une France devenue largement ingouvernable. Toutes leurs belles propositions de réforme ne serviront à rien s’il est impossible de les mettre en œuvre: annulations par le Conseil constitutionnel, ou une autre juridiction (Conseil d’Etat, Cour de Cassation), absence de crédits liée aux restrictions budgétaires, au poids de la dette publique, obstacle du droit européen (directives, règlements, jurisprudences de la cour de Justice européenne et de la Cour européenne des droits de l’homme), blocage et mauvaise volonté des administrations, faiblesse du gouvernement et des ministres plus intéressés par leur destin personnel que par leur ministère,  reculades face aux manifestations et aux grèves massives risquant de paralyser le pays, principe du lynchage médiatique qui oblige le chef de l’Etat surmédiatisé et incarnant à lui seul la responsabilité politique, à faire machine arrière pour sauvegarder son « image ». Voilà tout un ensemble de facteurs qui explique la paralysie politique du pays depuis des décennies… Je n’invente rien, je l’ai vécu de l’intérieur de 2005 à 2011, place Beauvau et à l’Elysée jusqu’à la fameuse catastrophe de mai 2012.  Le projet des Républicains esquive ainsi le seul sujet qui compte aujourd’hui, celui de la gouvernance du pays, tous les autres n’en étant que la déclinaison. Il se présente comme un grand corps sans tête ni colonne vertébrale. Il aurait dû commencer par ce qui est fondamental: quelle présidence future, quel rôle pour le Premier ministre et les Ministres? Comment gérer les blocages de la technocratie et des juridictions? Quelle réponse donner aux contradictions entre les ambitions politiques et le droit européen? Facile d’annoncer des promesses qu’on ne peut pas mettre en œuvre! En matière d’immigration par exemple, l’idée fondatrice du projet est celle de la mise en place de « plafonds d’immigration familiale ». Un vieux serpent de mer dont j’entends parler depuis 2002 au moins! Or, ils sont inapplicables aujourd’hui comme hier car contraires au droit constitutionnel (préambule 1946), à l’article 8 de la CEDH et au droit européen (directive de 2003). Alors, que fait-on? Et je ne parle pas des propositions sur « Schengen II » qui supposent une refonte totale du règlement du 15 mars 2006 sur le « code frontière »; ce n’est pas impossible mais dans des conditions extrêmement complexes et difficiles à réunir: accord de la Commission européenne, puis « majorité qualifiée » du Conseil et enfin vote favorable du Parlement européen. Pourquoi ne pas le dire? J’entends d’ici le politicien lambda, fustigeant mes observations et me traitant de « technocrate obtus » n’ayant « rien compris ». Mais la vérité, c’est qu’ils ne pourront pas faire une large part de ce qu’ils annoncent et se retrouveront coincés de toute part. Les gesticulations, les cris, les hurlements, les polémiques, l’excitation, les coups médiatiques, les insultes, l’agitation ne serviront à rien. Le résultat sera le même: le néant. Que sommes nous en droit d’exiger d’eux aujourd’hui ?

  • Des propositions conformes à la réalité de ce qu’il est possible de faire ou non, en finir avec les sornettes: bref, la vérité, ce mot devenu étranger à la vie politique.
  • Et quand ce n’est pas possible en l’état, pour les raisons que je viens d’expliquer, qu’ils disent comment ils comptent s’y prendre pour surmonter ou écarter les obstacles, juridiques, financiers, sociaux ou tout au moins essayer, au prix de quelles crises, quelles ruptures, quelles fractures, quelle résistance, quelles révolutions, quelles batailles, quels choix fondamentaux? Et jusqu’où?

Oui, étrange et inquiétant projet, sans ligne, sans priorités, sans méthode ni moyens… Serait-il le reflet de la vieille imposture française selon laquelle l’arrivée d’un « homme providentiel » à l’Elysée suffira à tout régler? On n’ose l’imaginer tant la supercherie est éventée. Or, ce n’est pas seulement 2017 qui se joue aujourd’hui , c’est la période 2017-2022. Les Français ne supportent plus de se sentir manipulés et trahis. On leur a trop souvent fait le coup. En cas d’échec de 2017 à 2022, les conséquences seront épouvantables. Il n’est pas impossible que les Français aient alors la tentation de se venger en portant au pouvoir les courants extrémistes de gauche ou de droite, voire un mélange des deux, qui cette fois-ci plongeront le pays dans un abîme sans fin,  la faillite et la guerre civile.

Maxime TANDONNET

 

 

 

 

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour L’étrange projet

  1. PhD - Philippe Dubois dit :

    Bonsoir

    @ hugues : 4 juillet 2016 à 13:15
    Vous aurez beau rédiger toutes les roadmaps ou feuilles de route que vous voulez, tant que le gouvernement n’aura pas démoli le carcan construit par les juges, non élus et irresponsables, il ne se passera rien.
    Il ne se passera rien parce que :
    – les lois, du moins celles qui seront adoptées malgré les « mouvements sociaux », seront retoquées par le conseil constitutionnel
    – les décrets seront annulés par le conseil d’état
    – tout le reste sera soumis à la jurisprudence de la cour de casse
    Et le peu qui subsistera malgré tout sera condamné par le CJUE et la CEDH.

    Donc, tant que la France n’aura pas retrouvé sa souveraineté législative, que ce soit
    – vis à vis de l’union européenne ou de la CEDH,
    – vis à vis des juges de l’intérieur
    Vous pourrez élaborer un programme en 370 pages ou en 4 pages, le résultat sera le même : RIEN

    Donc tout programme crédible doit commencer par ce chapitre :
    – Retour à la souveraineté législative du gouvernement

    PS : j’ai choisi de commenter désormais sous mon véritable nom

    • hugues dit :

      « tant que le gouvernement n’aura pas démoli le carcan construit par les juges, non élus et irresponsables, il ne se passera rien »

      Soit!! mais pour faire quoi ? Ce « Retour à la souveraineté législative du gouvernement » n’est qu’un moyen pour atteindre des objectifs et concrétiser une vision.

      Quelle est votre vision ? Quels sont les objectifs que vous voulez atteindre ?

      Comme beaucoup de « révolutionnaires » vous semblez être prompt à tout casser. Pourquoi pas après tout si vous pensez que c’est le seul chemin. Mais si vous voulez que l’on vous suive, il faudrait expliciter quelle est votre vision et quels sont vos objectifs. Sinon, soit vous serez seuls, soit vous allez rejoindre ces « révolutionnaires » autour de cette fameuse « convergence des luttes », qui comme vous sont prêts à tout casser, mais sans avoir d’objectif commun ni de vision commune. Vous récolterez alors le chaos. (mais c’est peut-être votre objectif…).

  2. Sergio dit :

    Bonsoir a toutes…(et a tous…)

    Consolez-vous Maxime,on a échappé a « l’anchoiade » a la présidentielle….ouf..!!!
    Sinon,le Figaro nous informe que Blaireau…pardon,Bayrou..,pense que :
    … »la droite n’a pas déposé de motion de censure pour regarder France-Allemagne.. »
    Le scoop du siècle,je suis sur le cul..!!
    Bon,cet abruti a tout de meme appelé a voter hollande,mais ça,plus grand monde
    s’en souvient.!
    Et les « frondeurs » qui ne parviennent pas a obtenir leur motion de censure,les pauvres…
    Ne se ficheraient-t-ils pas un petit peu de notre gueule eux aussi..???
    Allez chers Français,consommez du foot,vous oublierez tout le reste…
    Vivement 2027…

    Sergio

  3. Valsuzon dit :

    Du Haut de son histoire , la France et les quelques uns (e) qu’elle a invités à venir auprès d’Elle , doivent bien sourire au regard de ce que font les français de son héritage….
    Il est bien trop lourd à porter …
    Renier , dilapider , reculer, s’abaisser , trahir , voilà la base de tout programme politique pour notre pays …

  4. Claude Yves dit :

    Bonjour à tous.
    André Maurois disait : « il y a deux manières d’observer les êtres. L’une consiste à les regarder d’un œil critique, peut-être juste, mais sévère; c’est l’attitude des indifférents. L’autre est mêlée de tendresse et d’humour ; elle voit, elle aussi, les fautes, mais elle en sourit et ne les corrige qu’avec douceur et gaieté. C’est l’attitude de l’affection. »

  5. Stéphane B dit :

    Un bon programme est un programme à la Reagan. 3 à 5 points essentiels qui seront traités avec force car ils sont la cause primaire; le reste se modifiant tout seul ou presque, par répercussion.
    En plus, 3 à 5 points sont facilement retenus. Ils sont la clé de voûte sur laquelle s’appuyer.
    Un bric-à-brac comme présenté ne sert à rien.

  6. Le préambule de la constitution de 1946 parle de droit d’asile et de l’Union Française, aujourd’hui abrogée. Donc on parle de droit d’asile réservé aux actions en faveur de la liberté ce qui ne concerne pas les migrants économiques.
    La directive de 2003 concerne aussi le droit d’asile, plus exactement l’organisation du séjour du demandeur d’asile pendant la procédure d’asile, qui est envoyée à un pays membre. Il y a bien sur la protection « subsidiaire ».
    La question de la CEDH concerne la procédure de regroupement familial. Elle est sans doute la plus facile à régler, la dérogation à ces procédures étant possible et devra être faite, les cas étant trop nombreux (GPA, syndicats dans les armées).

    La vraie question est le droit d’asile au niveau européen. La fermeture des frontières de l’Europe est une politique à mener en l’Europe. Pour cela, il faut s’imposer. Le pouvoir politique vacille en Allemagne sur cette question. Il y a donc une occasion pour.
    Ce ne sont pas des discours « à la Sarkozy » qu’il faudra mener sur ces questions, mais bien une discussion france avec nos partenaires européens. Hongrie, Hollande, et aussi Allemagne devraient s’y associer.
    Qu’est ce qu’un discours « à la Sarkozy » ? Vous le savez très bien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s