Brexit, catastrophe ou chance d’une refondation?

imagesY87S0SEXVoici deux tribunes au Figaro vox parue pendant le Brexit:

Ce que je ressens sur l’Europe est difficile à faire comprendre, autant aux yeux des nationalistes que des bruxellistes, qui sont, de fait, les deux faces d’une même tragédie. Essayons de le dire en quelques phrases:

  1. Il n’existe pas d’Europe sans le Royaume-Uni, l’un des pays les plus proches de la France par la culture, l’histoire, les mariages, les échanges humains, l’économie. L’Europe seulement continentale, sans le Royaume-Uni, est une idée absurde et inacceptable.sans-titre
  2. Le système bruxellois, mis en place depuis 1990, est désormais ressenti par une majorité d’Européens, comme une mécanique oppressante et dangereuse pour les libertés et la démocratie. Depuis trois ans la succession des crises et leur traitement (grecque, migrants, Turquie) ont considérablement amplifié le malaise, tout comme les provocations inutiles (« Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens« – M. Juncker janvier 2015).
  3. Le référendum britannique n’est qu’un symptôme de tensions profondes à l’œuvre depuis longtemps, qui se manifestent par la poussée vertigineuse, partout, du vote et de la violence extrémistes (de droite et de gauche). L’aveuglement général à ce sujet est l’un des mystères de notre temps. Jusqu’où cela peut-il aller?
  4. Dans le monde d’aujourd’hui, l’Europe est une réalité intangible, qui dépasse largement les traités: Français, Britanniques, Allemands, Italiens, Espagnols, Roumains, Portugais, Polonais, etc. forment une même entité de culture et d’histoire, plus que jamais confrontée aux mêmes menaces, dans un monde dominé par les géants de milliards d’habitants. Qui n’entre nous ne se sent pas « chez lui » à Londres, à Rome ou à Lisbonne? L’unique chance de survie du continent européen est dans son unité.
  5. La clairvoyance et le courage consisteraient à tout remettre à plat, admettre les erreurs commises ayant mené à l’impasse actuelle et fonder l’unité européenne sur la politique, la notion de cité européenne. Le salut est dans une confédération qui rassemble les forces, fédère ce qui doit l’être (l’environnement par exemple) tout en préservant les démocraties et les libertés nationales.
  6. Aujourd’hui, les forces d’intelligence, de lucidité, de volonté, de vision historique et d’audace permettant une prise de conscience et une refondation n’existent pas dans les classes dirigeantes européennes. La refondation est donc improbable dans l’immédiat. Elle a une chance de se produire quand le processus de désintégration aura atteint son paroxysme.imagesAX7GGNUD

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

53 commentaires pour Brexit, catastrophe ou chance d’une refondation?

  1. Georges dit :

    La crise bancaire de 2008 et la crise de l’euro sont certainement plus sérieuses que ce petit Brexit.

  2. Philippe de Lestapis dit :

    il est exact que la machine mise en place à bruxelles est infernale et va éclater si une réforme profonde n’est pas mise en place; Cameron l’année dernire en rentrant d’une réunion au sujet du budget commun attirait l’attention en disant  » plusieurs fonctionnaires gagnent davantage que le premier ministre de grande-bretagne »!!!! que de gaspillages

  3. Duff dit :

    Bonjour à tous,

    Si nous revenons à l’esprit du traité de Rome, alors ça me convient fort bien. Est-ce la direction qui est prise, bien entendu que non.

    En 2014, les partis militant ouvertement pour une plus grande intégration européenne (UDI/Modem/EELV) ont réuni moins de 10% du vote des inscrits. Qui peut encore franchement s’étonner qu’il y a une exaspération des peuples envers le projet politique de fédéralisme qui se dessine (certes de manière chaotique et à l’occasion de crise comme celle de l’€) alors qu’il n’est souhaité par personne?

    L’incapacité à régler le cas grec c’est parce qu’on a peur qu’en sortant les grecs de l’€ soulagés d’une annulation partielle de leur dette ceux s’en portent mieux après une ou deux années difficiles. Les tenants du fédéralisme ou supporteurs de l’UE préfère des solutions factices et inéfficaces qui font le malheur des peuples en difficultés plutôt que de sacrifier le projet politique. J’appelle ça de l’aveuglement religieux.

    Pour faire monter les ressentiments entre les peuples et des populistes qui attisent la haine contre des élites plus ou moins corrompues, on ne s’y prendrait pas mieux. Je pense que l’UE n’est déjà plus réformable et tel un navire en perdition, il finira par s’échouer.

    cdlt

  4. Georges dit :

    La lucide Albion ,du moins plus de la moitié de son peuple,semble avoir été la seule à résister courageusement à toute forme d’impérialisme comme elle le démontra dans toute son histoire.

  5. Freederic_N dit :

    Cher Maxime
    Loin de moi de sacrifier à l’antianglicisme si fréquent dans ce pays. j’ai passé ma vie intellectuelle avec les philosophes anglais.. Mais je trouve votre billet simplement à moitié lucide
    1. Il n’y a rien à sauver dans le Brexit . Ce qui se passe en angleterre le jour d’après où l’on voit les partisans du Brexit – et notamment les responsables conservateurs ou de l’UKIP – se cacher parce qu’ils n’ont rien à dire sur « maintenant qu’est-ce qu’on fait » , signifie une chose . Peuple ou pas peuple ce vote est au sens propre irresponsable. Il ne s’agit pas de Bruxelles sur qui il est courant de taper comme on tapait jadis sur les catho, les francs macs ou que sais -je encore . Maintenant on vous explique que les 35 heures c’est la faute à Bruxelles. Mais la bureaucratie serait-elle encore plus détestable que le vote des anglais n’en resterait pas moins irresponsable. On ne joue pas avec l’avenir de 18 nations européennes pour simplement faire exploser son mécontentement . On quitte l’Europe quand on a une solution de rechange. Quand on a un projet alternatif : et je ne sache pas que l’union restreinte de l’Angleterre et du pays de Galles avec statut d’extraterritorialité pour Londres en soit un. Or les anglais ont voté à l’aveugle. Peuple ou pas peuple, il n’y a rien à saluer dans cette attitude : et ce qu’il faut souhaiter c’est que les anglais s’en mordent les doigts le plus douloureusement possible . Par exemple en perdant l’écosse et l’Irlande du Nord. Et faut -il que les gens soient à ce point déformés, pour laisser entendre que le fait de ne pas faire partie des anglais riches serait une quelconque excuse pour ce vote stupide
    2. Maintenant les dégâts sont faits, et il y a une grande illusion qui travaille les gens et qui vous travaille. Celle de la prise de conscience sur le thème : que cela aille mal , encore plus mal, car c’est la seule condition pour qu’il y ait un sursaut salutaire
    Cela ne marche pas comme cela . C’est comme si vous disiez rétrospectivement que l’Anschluss allait provoquer une prise de conscience salutaire en France . Elle n’a provoqué qu’une fuite en avant dans la recherche de la paix à tout prix. C’est la même chose qui se passerait si davanture un nouveau pas en arrière ce faisait ( par exemple si – ce qu’à Dieu ne plaise – un Guaino remportait la primaire à droite) De ce point de vue la réaction de Sarko ou de Fillon est quand même plus saine : tout détricotage même d’une bureaucratie honnie ne sera que négatif dans les conditions actuelles . Il faut discuter d’un nouveau départ dès maintenant avec les choses qui ont fait leur preuve à savoir le couple franco-allemand. Et c’est vrai qu’un Schengen 2, quelque nom qu’on lui donne serait un pas positif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s