La crise de l’autorité

XVMde2178d0-3300-11e6-b83c-3bf6a2dbaabfLa situation chaotique à laquelle nous assistons est le fruit d’une crise de l’autorité sans précédent. La banalisation de la violence, des destructions, du terrorisme sanglant, du sabotage est le signe d’un pays qui sombre dans l’anarchie. L’extrême impopularité des dirigeants du pays débouche sur le chaos social. La France ne se sent plus gouvernée. Le poisson pourrit par la tête et la déliquescence au sommet de l’Etat se diffuse au corps social.  Un changement d’homme à la tête de l’Etat et de majorité en 2017 suffira-t-il à résoudre la crise? Rien n’est moins certain. Compter sur le changement de personnalité à l’Elysée, à Matignon et dans les ministères, peut paraître superficiel et trompeur. C’est tout le système politique français qui est en cause. D’ailleurs, la France est le seul pays en Europe qui sombre dans un tel climat de quasi guerre civile. Accuser « l’Europe » ou la « mondialisation » d’une tragédie franco-française est la dernière des manipulations. Bien sûr, on s’habitue à tout, mais le régime français tel qu’il est devenu est foncièrement pervers et nuisible. C’est un système qui est en cause, plus qu’une personne. Un seul homme, le chef de l’Etat, est censé incarner à lui seul le pouvoir politique. Or, il est irresponsable pendant cinq ans. Son image cumule tous les échecs et les déceptions, mais elle est intouchable, hors de portée.  Il est à la fois encensé par les médias et profondément haï en bouc émissaire suprême. Impuissant à agir, il est conduit à parler, gesticuler, fanfaronner, démultiplier les coups médiatiques, nonobstant les incohérences, les contradictions et les absurdités, chaque initiative tournant au fiasco. Il sombre ainsi dans le culte de lui-même, entraîne la vie politique dans un tourbillon de folie mégalomane. L’obsession de prendre sa place se substitue au sens du bien commun.  Dans la France d’en haut, en proie à la démence, plus personne ne distingue la parole et l’action, le rêve et la réalité, les chimères et les faits. Et ce spectacle misérable laisse le pays sans repère, sans direction, sans modèle, ouvrant la voie au chaos sanglant qui s’est emparé de la France. Or, il n’existe pas d’homme providentiel, de dieu vivant, de sauveur qui prendra la place de M. Hollande pour rétablir l’ordre. Le prochain fera mieux pendant trois mois, puis il s’enfoncera à son tour dans l’abîme, suivant la même logique, et le pays, toujours plus profondément avec lui. L’unique commencement de réponse au désastre actuel est une refondation de la démocratie française autour d’un Peuple et d’un Parlement souverains, d’un Premier ministre, chef de gouvernement et responsable de sa politique devant le Parlement, de ministres puissants, décideurs et non plus communicants, d’un chef de l’Etat impartial, qui soit le « guide de la France », incarnation de la sagesse et de l’autorité morale, et non plus un illusionniste égaré. De fait, il suffirait d’appliquer la Constitution de la Cinquième République. Mais comme par hasard, cela n’intéresse absolument personne… Dans une France plongée dans la démence, qui pourrait songer, même cinq minutes, à appliquer la Constitution?

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour La crise de l’autorité

  1. pour lamentable que soit ce gouvernement soit, je pense qu’il serait courageux et républicain à l’Opposition de la soutenir sufr le coup du 49.3 (surtout que la loi el Khomri libéralisera un peu le marché du travail) face aux vandales/casseurs/bloqueurs anarcho-syndicalistes. Kérensky a toujours mieux valu que Lénine. On peut se sortir de la social-démocratie, pas du communisme.

    J'aime

  2. berdepas dit :

    Cher Monsieur,
    Une fois de plus, je partage votre perception de la situation que nous vivons en France.
    Petite précision sur votre texte :  » Il sombre ainsi dans le culte de lui-même, entraîne la vie politique dans un tourbillon de folie mégalomane. L’obsession de prendre sa place se substitue au sens du bien commun.  » Je pense que vous avez voulu dire  » l’obsession de perdre sa place », probablement ….

    J'aime

  3. Timéli dit :

    « Si l’autorité n’a pas d’oreille pour écouter, elle n’a pas de tête pour gouverner » (Proverbe Danois). C’est – semble-t-il – un des fondamentaux pour diriger. Malheureusement, nos hommes politiques l’oublient trop souvent…

    J'aime

  4. Infraniouzes dit :

    Un exemple de la mascarade politique dans laquelle on vit. « l’homme au Karcher » reprend du service et nous annonce, sans rire que le gouvernement n’est pas assez dur avec les casseurs et les voyous etc. Se rappelle-t-il ses déclarations de purger les banlieues de toute la racaille qui les infeste ? Et certains aimeraient que ce batteur d’estrade revienne au pouvoir ! Vite, courrons à Lourdes. Ce n’est plus un homme providentiel qu’il nous faut. C’est un miracle…

    J'aime

  5. René de Sévérac dit :

    Maxime,
    Je souscris :
    « Compter sur le changement de personnalité à l’Elysée, à Matignon et dans les ministères, peut paraître superficiel et trompeur. C’est tout le système politique français qui est en cause. »
    Et on n’est pas sorti de l’auberge. Et notre Jeanne d’Arc (Marine) n’y changera rien !

    J'aime

  6. drazig dit :

    Impuissant à agir, le chef de l’Etat? Le peuple de France qui en avait eu l’intuition avait rejeté le Traité de Lisbonne; aussitôt remis sur selle par Sarkozy. S’il est impuissant à agir, irresponsable comme vous dites (à juste raison), il ne le doit qu’à ceux qui ont piétiné la volonté du peuple. Ces gouvernants n’ont que ce qu’ils méritent: hélas pour les Français.

    J'aime

  7. Q dit :

    Oui j’accuse l’Europe et ce n’est pas une manipulation, vous ne pouvez pas avoir une monnaie inadapte qui desindustrialise le pays (et force une devaluation interne) et esperer que cela se fasse dans le bonheur.Deplus avec les transfers de souverainete successif, les gouvernants sont impuissants.

    Oui le Parlement devrait etre fort, mais pour cela il faudrait interdir toute forme de cumul de mandat, qui mine integralement son role et capacite de travail.

    J'aime

  8. Emmanuel M dit :

    Votre expérience personnelle et professionnelle vous donne une vision bien trop institutionnelle des choses. Vos propositions, revenir à l’esprit de la Constitution, ne manquent pas de mérite. Je crains pourtant qu’elles soient loin de la hauteur des enjeux.

    Le problème est sociologique:
    * peut avoir une démocratie légitime où plus de la moitié des citoyens ne payent pas d’impôt, voire reçoivent de l’argent public pour acheter leur votes ?
    * peut-on avoir une démocratie quand la majorité des lois sont définie par une commission étrangère, non élue, et dont le guide suprême explique que « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens » ou que « quand la situation devient sérieuse, il faut mentir » ?
    * Peut-on avoir une démocratie quand la quasi-totalité des médias est au mains de la gauche ?
    Cet article donne une idée de comment l’état enchaîne la presse http://h16free.com/2016/06/15/53883-subventions-a-la-presse-sauf-pour-lopinion

    Ce n’est pas une raison pour nier les problèmes constitutionnels, mais je pense qu’ils sont plus marginaux que les questions politiques évoquées plus haut. Je vous rejoins néanmoins pour dire que la quatrième république était dysfonctionnelle, et que le régime des partis que De Gaulle avait chassé par la porte est revenu progressivement par la fenêtre.

    Le régime des partis n’empêche néanmoins ni l’Angleterre, ni l’Allemagne, ni les US, ni Israel d’avoir des démocraties potables.

    J'aime

    • EmmanuelM, de fait, l’exemple part de là haut puis la crise politique se diffuse au corps social, je pense qu’appliquer la Constitution, avec un président qui préside, un PM qui gouverne, des Ministres qui dirigent, un Parlement qui contrôle, plutôt que le magma actuel où tout est confondu dans une débauche de communication narcissique et stérile serait un commencement de solution, je n’ai pas dis une solution miracle…MT

      J'aime

  9. ann dit :

    La France qui a élu Hollande et porté sa clique au pouvoir est comme une femme désespérée qui a épousé le premier venu croyant s’en sortir et qui, une fois un peu requinquée, ne peut divorcer, le bougre s’accrochant à ses droits de mari. Comparaison transposable selon les sexes mais le brave type qui n’arrive pas à se débarrasser d’une mégère est un sujet plus tabou à évoquer.
    Hollande a vraiment tout du type dont on ne peut se débarrasser et qui devient chaque jour plus odieux, autant du fait de sa personnalité (retors, pas franc, narcissique et satisfait de ses manigances) que du fait qu’ils s’accroche. Un vrai cauchemar……

    Et une fois divorcé, ce n’est pas terminé… Il y aura la séparation des biens, la garde du chien, les histoires….. Car ne nous leurrons pas. Même avec une alternance de 10 ans qui refonderait la République, une nouvelle alternance nous remettrait en scène les plus jeunes de son équipe et on verrait rappliquer tous les anciens rats d’égout de la socialie « républicano-trois points compatibles »…
    Les peuples sont désespérants.

    J'aime

  10. H. dit :

    Bonsoir Maxime,

    Votre billet est hélas glaçant de réalisme. Je me trouvais à deux pas hier des émeutiers et jamais la faiblesse de l’état n’a été aussi visible. Bien que travaillant au troisième étage d’un immeuble à une cinquantaine de mètres en retrait du boulevard, j’étais, bien que ma fenêtre ait été fermée, incommodé par les gazs lacrymogènes utilisés par les forces de l’ordre. Ce matin, j’ai vraiment decouvert l’etendue des dégâts. Et nous sommes paraît-il sous le régime de l’état d’urgence. Je frémis à l’idée qu’il en ait été autrement.
    La nature ayant horreur du vide et comme le soulignait très bien Emmanuel le Chiffre sur BFM Business vers 19h30, la situation ne peut qu’empirer. Il est déjà extraordinaire que personne pour le moment n’ait décidé de se faire justice seul mais, au rythme actuel, ca ne saurait tarder. La victoire du gouvernement face aux « syndicats », si victoire il y a, ne sera qu’une victoire à la Pyrrhus, en rien porteuse de lendemains qui chantent. J’ai bien peur que nous soyons obligés de boire le calice jusqu’à la lie, voire bien au-delà, avant que l’indispensable refondation politique dont ce pays a besoin ne se fasse. Du verbe et du vide, voilà la marque de fabrique du monde politique en France. Du verbe et du vide…

    Bonne soirée

    J'aime

  11. PhD dit :

    Bonsoir Maxime
    « Impuissant à agir, il parle, gesticule, fanfaronne, démultiplie les coups médiatiques, nonobstant les incohérences, les contradictions et les absurdités, chaque initiative tournant au fiasco. »

    Pourquoi est-il impuissant à agir ?

    – A cause des institutions dévoyées ? Pourtant, il a bien réussi à faire passer le mariage pour tous malgré de très fortes mobilisations qui n’ont rien cassé elles : c’est peut-être pour ça que c’est passé d’ailleurs

    – Parce qu’il est pieds et poings liés à cause des traités européens,de la dette abyssale qui interdit toute marge de manoeuvre ? Cela dure et empire depuis 42 ans : depuis que nos gouvernants de fausse droite et de vraie gauche ont cessé de gouverner au service des intérêts de la France et des Français, mais au service de leur idéologie, dont les Français commencent à comprendre qu’elle est profondément perverse et mortifère, puisqu’il est maintenant impossible de mettre la poussière sous le tapis et de cacher la réalité, malgré les cris d’orfraie de la clique politico-médiatique gardienne du politiquement correct et de la pensée unique.

    Et c’est ce réveil du peuple qui rend le pays ingouvernable : comment voulez vous que notre clown présidentiel et la bande de pitres et de bras cassés qui nous sert de gouvernement ait une quelconque légitimité pour prendre des mesures fortes ?

    Qui parmi les prétendants UMP pourrait posséder cette légitimé puisqu’ils ont tous trempé dans les politiques suicidaires menées ?

    Ce n’est pas un problème d’institutions, mais un vrai problème d’hommes et de femmes que le peuple français jugerait capables et crédibles, donc légitimes.

    Vu le foutoir, je pense que ces institutions sont même extrêmement solides, malgré quelques défauts, comme le funeste quinquennat, voté à la quasi unanimité par l’ensemble des partis représentés au parlement comme par hasard.

    J'aime

    • Phd, erreur, erreur grossière, les institutions ne sont pas solides du tout, elles sont rigides voire pétrifiées, éthérées, déresponsabilisantes. En surprotégeant les dirigeants, il détruit la société. C’est la cause d’une grande partie de nos malheurs! MT

      J'aime

    • PhD dit :

      Je me suis mal exprimé, vous avez raison
      Les institutions de 1958 sont solides ; les modifications effectuées par les différents gouvernements ont rendu ces institutions à la fois inefficaces et rigides. Il faut donc revenir à la constitution de 1958 (ou à peu près)

      Cela ne changera rien au problème de légitimité de tous ceux (celles) qui sont candidats pour la présidence ou un strapontin.

      Cela ne changera rien au désespoir de la France des oubliés, décrite par Christophe Guilluy.

      J'aime

    • Phd, c’est sûr…
      MT

      J'aime

  12. Sergio dit :

    Bonsoir les filles,bonsoir messieurs.

    Maxime,je trouve que vous avez énormément de mérite a commenter jour après jour le déclin notre Pays.
    Franchement,je me demande comment vous faites,sincèrement.
    Je ne suis pas toujours d’accord avec vous,mais je pense que vous etes très méritant,dans cette période aussi…incertaine on va dire.
    Malgré les critiques,vous tenez le cap,toujours fidèle a vos convictions.
    Vous etes une espece en voie de disparition.(je rigole pas!!!)
    Bon,maintenant qu’est-ce qu’on fait ?? On va les déloger ces guignols ???
    Chiche?,ou on continue comme ça??
    Suis-je le seul a ne plus supporter ces imposteurs qui nous gouvernent??
    pourquoi ne prendriez-vous pas la tete d’une fronde,une vrai?
    En somme,si nous passions a l’acte,plutot que commenter??
    Il y a,parmi vos contributeurs,des gens extremement respectables,prets a vous suivre,n’en doutez pas…
    Non..?? Bon c’est pas grave,on vous aime quand meme..
    Bisous a tous.

    Sergio

    J'aime

    • Sergio, que voulez vous que je vous dise? Je ne suis pas le général Boulanger avec son cheval blanc, son sabre et sa grande moustache, et d’ailleurs il est totalement exclu que je finisse en Belgique, me suicidant sur le tombeau de ma maîtresse! (Je plaisante!)
      MT

      J'aime

  13. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Ce n’est pas la première fois que vous en appelez à la refondation de notre démocratie et au strict respect de notre Constitution, tout simplement. Je partage votre point de vue.

    Nous n’avons plus d’État régalien, mais un état-providence tentaculaire, un parasite aux crochets de ceux qui, dans notre pays, prennent des risques en créant, investissant, et de tous ceux qui travaillent hors des secteurs privilégiés où les postes sont garantis à vie.

    Ce cynisme, ces principes dévoyés d’égalité et de solidarité, pour le plus grand profit de ceux qui ont monopolisé l’État, font partie de notre déclin. Et, j’en suis d’accord, ils ne sont pas le seul fait de la gauche, bien qu’elle en soit largement la source, mais aussi de tous les renoncements d’une droite déconnectée des réalités et de plus en plus dépassée au fil des décennies. Au point que, nous n’arrivons plus à y adhérer.

    Ceci dit, ni Mélanchon ni le FN ne possèdent les « bonnes armes ». Si je reconnais au FN le courage d’avoir mis des mots sur les maux qui n’ont en effet pas manqués d’arriver, leur vision colbertiste et centralisée de l’État ne ferait qu’ajouter du chaos au chaos. Et nous nous retrouverions dans le même état, tant ils seraient rapidement dans l’incapacité de continuer à gouverner avec de telles recettes.

    Je ne crois pas non plus au sauveur (et pour cause) mais espère en la volonté et au courage des Français qui semblent s’éveiller de plus en plus et comprendre qu’il est grand temps de faire respecter leur souveraineté.
    Il me semble que nous sommes à un chouïa du sursaut qui, seul, sortira nos élites autoproclamées de leur léthargie.

    Beaucoup parlent d’une guerre civile qui vient ; si rien ne se passe c’est en effet le scénario le plus probable, mais aussi l’échec de notre démocratie et la preuve que les leçons que nous donnons au monde entier ne nous servent à rien, hélas.
    Le cordonnier est toujours le plus mal chaussé.

    Amicalement,

    J'aime

  14. Fredi M. dit :

    Accuser « l’Europe » ou la « mondialisation » d’une tragédie franco-française est la dernière des manipulations

    Non !
    Faux !
    L’Europe et la mondialisation ont bien leur part de responsabilité dans les désordres actuels. Elles en sont même la cause.
    L’Europe quand elle nous impose des règles que le peuple (qui n’a plus rien de souverain) refuse. Plus personne n’ignore qu’Hollande, en petit Préfet de région, ne fait qu’appliquer des directives. Oui, nos hommes d’Etat sont dirigés, n’ont plus d’initiative ou de vision personnelle. Et l’anarchie que vous décrivez est le symptôme que les citoyens en ont bien conscience.
    La mondialisation quand son idéologie résume l’homme à une marchandise comme une autre, interchangeable, détruit les identités millénaires.

    J'aime

  15. jfbonnin dit :

    On est dans une voiture dont le conducteur demande au passager : « Le truc rond, c’est le volant ? ».

    J'aime

  16. Phillipoemen dit :

    Cher Monsieur,
    Encore faut-il savoir à quelle constitution vous vous référez. L’actuelle, rapiécée, avec un président ligoté par un mandat de 5 ans, un conseil constitutionnel qui se prend pour une cour suprême et des ministres assurés d’être réélus députés une fois remerciés ? La 5eme République est morte, tuée par Mitterrand et Chirac. Et nous n’aurons pas de de Gaulle pour y revenir…

    J'aime

    • Phillipoem, je parle de la Constitution de 1958 lisez là pour comprendre à quelle point elle est bafouée tous les jours, à quel point le régime politique français n’a plus aucun rapport avec elle et comment toutes les solutions y figurent…
      MT

      J'aime

  17. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Dans le climat de déliquescence actuel des pouvoirs tant en France que dans l’Union Européenne, il est plus facile pour nos politiques de casser le thermomètre plutôt que de s’interroger sur les causes du mal, pour cela il faudrait être lucide et surtout courageux, ce que ne sont pas nos gouvernants et nos représentants politiques, de plus ils sont incapables de la moindre introspection et refusent tout bilan lorsqu’ils quittent le pouvoir.
    Outre le fait qu’ils sont en grande partie responsables du chaos actuel, Je me demande même si Hollande et sa clique ne s’en satisfont pas avec quelques arrières pensées peu avouables.
    Comment voulez-vous respecter la Constitution avec des politiques de droite et de gauche qui passent leur temps depuis des décennies à la tordre dans tous les sens pour arranger leurs petits affaires et se partager les sinécures. Il ne faut surement pas compter avec les favoris de 2017 (anciens président et anciens 1er ministre ou ministre) pour que les choses changent. Alors la seule solution restante puisque aucun(e) homme ou femme providentiel(le) n’a été trouvé ou n’a accepté de s’investir dans un tel « chantier », c’est d’attendre la suite qui parait maintenant plus que probable, je pense même inéluctable : la révolte du peuple. Je ne sais pas encore quand et comment elle s’exprimera mais l’on voit aujourd’hui que tous les éléments de la révolte sont là et qu’il ne suffit plus que d’allumer la mèche. Sans doute à l’automne 2016 après la trêve sacrée estivale, à moins qu’un autre attentat ou évènement imprévu ne vienne accélérer le processus. Mais même si nous arrivons à cette triste extrémité qui risque de plus d’être très violente cela ne règlera en rien le contrôle et l’organisation de notre République.
    Le BHV (Bazar Hollande Valls) n’est pas fini !

    J'aime

  18. Rembauville dit :

    Belle analyse d une situation devenu incontrôlable car non contrôlée. ..avec à sa tête un personnage mégalo méprisant à la fois les institutions et le peuple Français, au profit de lui même sans vision en dehors depetite personne . Mediocratie totale de l ensemble d un gouvernement inculte …

    J'aime

  19. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Toujours des paroles mais où sont les actes auxquels nous pourrions adhérer ? Ceux qui veulent une refondation ce n’est ni le LR, ni le PS, mais le FN et le Front de Gauche, où Mélenchon, dans un sondage aujourd’hui dépasse Hollande au premier tour de la présidentielle.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.