Décryptage d’un discours

XVMdd0f127c-2e23-11e6-bec0-b53ac594c306Voici ma dernière contribution au Figaro vox, consacrée au discours de Lille du président Sarkozy. Dans ce papier, je dis exactement ce que je pense, au mot près, comme toujours. C’est un beau discours à tonalité gaullienne, qui dépasse les seules questions économiques pour parler de la France. Mais en même temps, il ne répond pas vraiment à mon attente en ne donnant aucune piste, orientation sur ce qu’il ferait, concrètement,  s’il était élu président, sur la pratique des institutions,  le fonctionnement de l’Etat, l’Europe, la sécurité, l’immigration, le social. Or, dans le climat de l’effroyable crise de crédibilité de la  politique, c’est uniquement là-dessus que les politiques sont attendus désormais, non sur les paroles mais sur la détermination à agir. Une question: va-t-on enfin sortir du système des « présidents-lapins » (depuis les années 2000) a l’affût de tous les coups foireux possibles et imaginables pour faire parler d’eux et apparaître dans le petit écran. Va-t-on restaurer la Cinquième  République, autour d’un chef de l’Etat qui préside, d’un gouvernement qui gouverne et d’une Assemblée  respectée et souveraine? La France vit un moment de chaos épouvantable. Les dirigeants en sont les seuls responsables: après la débâcle de déchéance de la nationalité, le pays bloqué par une multitude de mouvements sociaux pour des réformes devenues totalement inutiles, mal menées (49-3) et dont il ne reste déjà plus rien. Il est inadmissible, d’un point de vue démocratique, qu’un pouvoir qui a mené le pays dans cet état soit toujours en place et se maintienne. Tout système politique privé de mécanismes de responsabilité et de sanction, quand les dirigeants ne se comportent pas dignement, conduit à l’apocalypse.  Le fond du problème – j’y reviens toujours car c’est le fond du problème – c’est la dictature des postures narcissiques et la destruction de tout sens de l’intérêt général au sommet de l’Etat. Sur ce plan, aucun responsable politique n’apporte aujourd’hui la moindre esquisse de réponse: comment remettre le bien commun au centre de la vie publique et en finir avec la tyrannie de la personnalisation à outrance, des postures, des coups de mentons imbéciles, des calculs politiciens, de la mégalomanie? Quand je vois l’attitude de certains « à droite », par exemple M. Baroin, qui aurait rallié M. Sarkozy en raison d’une haine envers M Juppé remontant à son éviction du gouvernement en 1995, et quand je vois les guignolades des leaders extrémistes (droite et gauche), je me dis que la folie furieuse est absolument partout, gagnant comme une gangrène. C’est la France d’en haut qui est en perdition. En d’autres temps (1789, 1830, 1848), une révolution violente serait l’aboutissement normal d’un fiasco aussi lamentable. Mais aujourd’hui, on ne fait plus vraiment de révolution et d’ailleurs, le peuple est lui aussi perdu, égaré, privé de ses repères. Pessimisme? Non, simple constat réaliste!

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

30 commentaires pour Décryptage d’un discours

  1. Koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Je vous trouve au contraire plutôt optimiste.

    La situation me parait bien pire que cela.

    La France est ruinée (2400 milliards de dette) et complètement communautarisee, le pouvoir n est plus exercé et les communautés ont l instinct qu elles vont devoir.

    certaines aont clairement en train de s organiser en concurrence de l état et aspirent a contrôler population et territoire.

    C est clairement une situation insurrectionnelle qui s installe en France.

    Amitiés

    Koufra

  2. Claude Yves dit :

    « Nicolas Sarkozy a démontré sa force de caractère. A ce titre, il représente une exception à droite, le reste ne nous intéresse pas. »
    Charles Pasqua
    Claude Yves

  3. ann dit :

    Nicolas Sarkozy sait faire de beaux discours. Après……Bien sûr la crise de 2008. N’empêche, dès son élection et avant que n’éclate cette crise, il n’a eu de cesse de complaire à la gauche – et la pire, la favorite des médias – au lieu de satisfaire son électorat. Résultat, non seulement ces gens ne lui ont témoigné aucune reconnaissance mais au contraire ont incité contre lui à une haine assumée et pathologique jamais vue auparavant. Cette caste politico-médiatique de gauche qui vit aux crochets des contribuables dont ils insultent en permanence 50 à 60% d’entre eux ( les gens de droite) ont tracé une autoroute à un super nul et pire encore à Terra Nova après avoir du renoncer à caser l’obsédé sexuel sans scrupules de leurs rêves. .
    C’est Sarkozy qui a fait Hollande en se refusant à traiter le problème du pouvoir illégitime et néfaste des faiseurs d’opinion, il ne faudrait pas l’oublier….. Tant que personne ne cassera les reins à cette clique en leur coupant simplement les vivres et en imposant la pluralité d’opinion dans tous les services publics de l’information, pour mettre fin à cette « dictature des postures narcissiques » dont vous parlez monsieur Tandonnet, tout continuera. Si Sarkozy avait tenu ses promesses faites au peuple de droite sur la Nation, l’ordre et la sécurité, l’immigration, malgré les problèmes économiques, il serait repassé et ce que veulent faire oublier à tous prix les Baroin, NKM, Juppé, Raffarin, tous ces gens qui ne représentent qu’eux mêmes leurs familles et quelques amis proches… .
    Les citoyens, même s’ils voient beaucoup de choses par eux même dans leurs sphère d’évolution, doivent avoir avant tout une information honnête pour se faire une idée des choix électoraux à faire…..

  4. atoilhonneur2 dit :

    J ai trouvé son discours excellent. Il parait, en plus, qu’ill’a écrit lui-même, tout seul. Mais dans les commentaires à mon billet où je recopie ce discours en intégralité, je précise qu il s agit d’une déclaration d’intentions et qu il ne fallait pas attendre, là, de solutions ou de propositions concrètes, ça viendra en son temps. Sarko ne se dévoilera que le plus tard possible et a mon sens, il a raison, Ses concurrents ont déjà grillé toutes leurs cartouches en communiquant si tot leur programmes, programme qui globalement se ressemblent. Bref, on est déjà lassé de Juppé, Fillon et Le Maire. Losrque Sarko se déclarera et annoncera la couleur, en temps utile, on ne parlera plus que de son programme et de lui. A lui de ne pas décevoir et d avoir des propositions à la hauteur de ce discours

  5. souris grise dit :

    bonjour ANNICK DANJOU .

    je vais essayer de chercher dans mes très vieux livres qque chose , mais je ne vous garanti rien .je sais que j’ai qque chose sur la liberté de la presse , il me semble que Saint Just a travaillé dessus , mais aussi Mirabeau …j’ai aussi des discours …
    cependant ça demande du temps …

    amitié Annick et à bientôt sur mon blog si vous le voulez bien ce sera plus facile .
    Chris .

  6. Fredi M. dit :

    C’est un beau discours à tonalité gaullienne, qui dépasse les seules questions économiques pour parler de la France

    Discours déjà entendu en 2007.
    Rappelez-nous ce qui s’est passé après ?

  7. Timéli dit :

    En France, comme dans beaucoup de pays, il est indispensable de rappeler que le pouvoir n’est pas totalement entre les mains des dirigeants. Les lobbys (ceux de l’UE, notamment) et autres clubs bien connus tirent les ficelles en coulisses et poussent les dirigeants à prendre des décisions souvent contre nature. Le plus grand pouvoir est celui de l’ombre, car celui qui apparaît en pleine lumière est semblable au soldat qui avance à terrain découvert et il devient alors une cible facile. Pendant ce temps, les dirigeants définissent le pouvoir par la possibilité qu’ils ont d’en abuser. Ce dont ils ne se privent pas (depuis quatre décennies en France). Et nous arrivons au résultat que nous connaissons, vivons, et dont nous ne voulons plus. Celui qui comprendra et appliquera ça ne semble pas encore né, si nous nous fions aux déclarations des candidats de droite comme de gauche aux primaires de la prochaine présidentielle, et, Dieu sait s’ils sont nombreux aujourd’hui !

  8. Bayard Jean dit :

    Permettez-moi de vous donner mon avis sur les 3 hommes dont vous parlez dans cet article. S s’entend avec B pour qu’en cas d’élection à la Présidence il le nommera PM. Ceci expliquant l’attaque en règle de ce dernier contre J, concurrent redoutable du premier.

    Bien cordialement à vous

  9. Sergio dit :

    Bonjour a tous.

    Maxime,j’aimerais vous voir un peu plus sévère avec la Gauche et le FN plutot qu’avec
    la Droite,comme c’est le cas le cas régulièrement.!
    Quant a NS,je crois deviner que vous ne le considérez plus comme « fini » ou « kaput » comme
    il y a encore quelques mois.
    J’en suis heureux.
    Bien a vous,

    Sergio

    • Sergio, qui aime bien châtie bien dit-on… Si je suis sévère avec la droite, c’est que c’est elle qui est censée porter mes espoirs en 2017. Quant à la gauche au pouvoir et le fn, franchement, je n’ai pas l’impression de les ménager beaucoup…
      MT

  10. gollum30 dit :

    a mon avis le problème est très profond et ancien ce qui me rend pessimiste pour la France.
    Lorsque vous regardez les « ages d’or » des différents pays dont la France, ces moments on pour point communs de privilégier le mérite sur les autres valeurs(notamment l’égalité); Si une société ,ses habitants ne privilégie pas le mérite ,les méritants , ceux ci vont voir ailleurs ou s’adapte en réduisant la voile.On aboutit à la situation Française actuelle. Le problème viens donc a mon avis de la mentalité française et de sa perception négative du mérite et de son obsession pour l’égalité;a mon avis la décadence des élites en est une conséquence .

  11. Danjou annick dit :

    Bonjour Monsieur Tandonnet, rien à voir avec votre article que j’ai lu sur figarovox, juste un service à vous demander si c’est possible.
    Mon mari prépare une thèse en droit et cherche désespérément une information que peut être vous pourrez nous procurer. Voici sa question ci dessous. Si toutefois vous avez une réponse à lui donner, cela lui éviterait de chercher comme il le fait depuis 2jours sans trouver la solution. Merci d’avance.

    « Ma question concerne la date à laquelle Pétion a prononcé son discours concernant la liberté de la presse en 1791. Toutes les références que je trouve se bornent à indiquer la date de parution 1791 des archives de la bibliothèque nationale.
    Ce point est important pour moi, car il situe le discours par rapport au vote de la constitution de 1791 et il me permettrait aussi de comparer les dates de délivrance des  discours de Robespierre et Pétion qui ont de grands points communs »

  12. Freederic_N dit :

    Bonjour Maxime
    Votre billet me semble assez juste. Mais les réactions qu’ils suscitent me laissent un peu rêveur. Et pour tout dire je trouve de plus en plus pénibles ces charges continuelles sur les hommes politiques. Vous parlez des politiques aux égos surdimensionnés ? eh bien ces charges flattent notre égo. Nous nous complaisons dans le nihilisme à toujours dénigrer les politiques dans notre petit café du commerce Et nous contribuons à notre petit niveau à entraîner la France vers le bas
    Eh bien, étant partisan de Fillon – et pas prêt à voter Sarko – j’ai trouvé positif ce discours de Sarko. Car il a fait ( un peu) de politique, et il l’a fait de façon intelligente : en imposant des thématiques de discours sur l’intérêt général et la lutte contre les minorités. Là il touche vraiment il point fort de l’idéologie dominante. Je me rappelle comment Sarko s’était fait massacrer par les médias lors de ses discours sur l’identité. Là j’ai fait un tour sur Libé et le Le Monde, c’est silence dans les rangs. On ne moufte pas, car on ne sait plus comment « moufter » , l’intimidation ne fonctionnant plus. Cela veut dire que Sarkozy a réussi à imposer un thème, qui s’imposera dans la campagne de la droite
    Venant de Sarkozy, cela suffit , et c’est très bien, quoiqu’en disent les partisans de Dupont St A. ..
    Alors vous me direz qu’il n’y a aucune garantie qu’il fasse quelque chose. Dont Acte. Il y a plutôt la garantie avec Baroin qu’on n’en fera rien.
    Mais ce n’est pas l’essentiel, l’essentiel est que le ton est donné. Il y a eu Fillon qui a osé afficher un vrai programme, il y a cette charge de Sarko contre les minorités, … c’est déjà en soi un progrès

    • FredericN, je suis d’accord avec vous, mais il ne faut pas voir dans ma prose « des charges continuelles contre les hommes politiques », d’abord parce que j’ai le plus grand respect pour les hommes politiques de terrain (cf tribune figaro vox sur les maires), la critique ne portant que sur une poignée de politiques surmédiatisés. Mais ensuite et surtout, c’est plutôt une mentalité qui est en cause, celle qui nie l’intérêt général au profit de l’intérêt particulier, cause de tous nos maux actuels je crois…
      MT

  13. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Comment voulez-vous que Sarkozy s’en prenne à la « tyrannie » de la communication et de l’émotionnel, puisque ce discours est la preuve, s’il en fallait une, que c’est sur ce registre qu’il mise pour se faire réélire ?

  14. drazig dit :

    « Nous sommes en route vers le stade ultime: celui où la société des egos débouche sur la civilisation du tout à l’ego. »
    Dany-Robert Dufour
    « Il était une fois le dernier homme » (Denoël, 22012)
    Relevé par la revue trimestrielle monarchiste (excellente) Revue Universelle.

  15. PhD dit :

    Bonjour Maxime

    Votre billet évoque deux sujets qui se rejoignent : celui de Nicolas Sarkozy et de son discours d’une part, celui du sens de la Politique d’autre part.

    En ce qui concerne Nicolas Sarkozy, il peut raconter ce qu’il veut, il est à mes yeux totalement démonétisé. Il a osé parler de souveraineté populaire : après la forfaiture du traité de Lisbonne, c’est quand même fort de café.

    Quant au sens de la Politique (avec une majuscule), mon avis est que personne ne pourra engager aucune réforme sans un grand projet pour la France, projet jugé crédible, et soutenu par la majorité des électeurs :
    « Quelle France voulons nous pour nos enfants ? Identité, modèle social, etc… »
    Seul, ce grand projet fera que le gréviste jusqu’au boutiste qui refuse la remise en cause de ses privilèges ne sera pas soutenu par une partie de la population, mais se prendra des tomates et des oeufs sur la tête et sera renié par ses amis.

    Or, pour mener à bien ce projet, la condition sine qua non est de retrouver la souveraineté de notre pays.
    Souveraineté par rapport à la commission de bruxelles et aux autres avatars de l’union (CEDH, …)
    Souveraineté du gouvernement par rapport au conseil constitutionnel, capable de tordre dans tous les sens le préambule de la constitution et d’invoquer les prétextes les plus fallacieux (tradition judiciaire de la France…) pour retoquer une loi qui ne lui plaît pas (et avec Fabius comme président, nous pouvons craindre le pire). Idem en partie pour le Conseil d’Etat.

    Pour le reste j’approuve pleinement votre billet quand vous placez le sens de l’intérêt général et du bien commun au coeur du problème.

  16. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Cela fait maintenant plus de quarante ans que la France dégringole, gouvernements de lâches après gouvernements d’encore plus lâches; nous n’allons pas tarder à atteindre le fond du fond avec le gouvernement actuel le pire de tous ; nous n’avons donc plus de temps à perdre à écouter des discours fumeux.
    Le peuple de France veut maintenant du concret, des actes, des délais, des engagements fermes, du courage et de la fermeté.
    L’heure n’est plus au grandes envolées verbales et aux promesses qui n’engagent que ceux qui y croient et surtout pas de la part de celui qui me semble le plus mal placé pour parler maintenant d’identité Nationale puisqu’il a échoué sur ce sujet durant tout son quinquennat.
    N’avait-il pas créé en 2007 alors qu’il disposait de tous les moyens et du temps pour traiter ce sujet, un ministère de l’immigration, de l’intégration et de l’identité Nationale confié à ses proches qui s’est révélé un échec et n’a d’ailleurs pas été reconduit lors du gouvernement Fillon 2 ? Rappelez-vous ensuite du grand débat public sur l’identité Nationale piloté E. Besson qui a lui aussi été un échec cuisant et un sujet de polémiques pendant plusieurs mois. Alors, lorsque l’on a été Président de la République et que l’on échoué sur ces sujets qui faisaient partie de ses engagements de campagne, on n’est quand même très mal placé pour revenir 5 ans plus tard reparler de ces thèmes devenus plus que sensibles.
    Je n’ai plus aucune confiance en N.S. qui de plus a trahit la France en ne respectant pas le référendum de 2005.
    Et lorsque j’entends que F. Baroin aurait accepté un « ticket » pour soutenir N.S. en échange d’un poste de 1er ministre, cela confirme mon opinion que N. S. n’a vraiment pas changé et n’a pas su tirer les enseignements de ses échecs, il continue de rouler pour lui et sa petite équipe du moment. Je ne suis même pas loin de penser que N.S. et F.H. c’est blanc bonnet et bonnet blanc !

  17. Bernard dit :

    Bonjour Maxime, bonjour à tous,
    Oui tout le monde au niveau du Peuple s’en fout…. Panem et circenses ! Et le cirque dans mon esprit a la double signification. Mais comme s’interrogeait ce matin un sondeur sur BFM, à quoi servent ces conseillers qui ne conseillent plus ? Et on voudrait en plus limiter à un unique mandat électoral ? Notre député qui est à Paris la semaine, est sur le terrain tous les weekends et en plus il exerce une responsabilité locale. Là au moins il sait ce que le Peuple de la rue – en fait non des chemins de campagne et des bords de mer en ce qui nous concerne –
    Je suis bien d’accord avec votre analyse de la position de Baroin, mais quel cirque aussi ( troisième sens dans mon esprit ) encore lorsque N.S. lui déclarait à la réunion LR pour les maires de France:  » quelque chose me dit que l’on va faire bientôt quelque chose ensemble ».
    N’importe quoi, ces deux là nous prennent pour des demeurés et croient que leurs simagrées vont me décider à voter pour ce couple ? N’importe quoi vraiment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s