Pour la politique des réalités

Raymond_Poincaré_1914[1]La précampagne électorale de droite ne me semble pas prendre une bonne direction. Elle court après les symboles et les messages nationalistes, dans l’espoir de récupérer les voix tentées par le vote « anti-système ». Dans le genre, c’est M. Jean-François Copé qui cogne le plus fort en demandant une « levée des couleurs » dans les écoles, la Marseillaise et l’uniforme . Si j’étais encore parent d’élève, franchement, je n’en aurais rien à faire de cette militarisation des établissements scolaires. Ou plutôt, elle me déplairait fortement. Je demande simplement que mes enfants apprennent à lire, à écrire et à calculer, le goût de la littérature, de l’histoire et des langues étrangères et qu’ils se préparent à un emploi. Avec les miens (trois), l’Education nationale a parfaitement réussi , et d’ailleurs, pas dans des établissements privés ni privilégiés. Merci à vous, Mesdames et Messieurs les professeurs. Les professeurs à l’école, l’armée dans les casernes, les prêtres dans les églises. Et tout le monde se portera mieux. Mais voyons, le rôle des responsables politiques n’est pas d’agiter des chimères, de faire rêver ni d’infliger des cauchemars (à l’image de l’école-caserne esquissée ci-dessus). Il est de dire la vérité et de proposer des solutions réalistes et crédibles aux Français: sur l’école, sur la politique migratoire, sur la sécurité, la lutte contre le chômage, la situation des banlieues, le « service minimum » afin d’empêcher les prises en otage du pays…Leur mission est de prendre des engagements possibles et de les mener impérativement à leur terme. De fait, il est bien plus difficile de parler concret et d’agir que de se lancer dans l’imaginaire et l’abstraction. Il est tellement plus simple d’agiter les symboles  – comme les petits drapeaux aux fenêtres – que de travailler le réel. Le discours ultra-nationaliste est une autre forme de fuite dans les limbes bien loin des réalités. La vérité? Telle que je la pressens? Après cinq ans de soi-disant « socialisme », les Français en ont marre de la communication à outrance, de la dictature des postures et des polémiques. Ils sentent bien ce qui se profile derrière tel ou tel discours. Autrefois, à l’image de Raymond Poincaré, la politique appartenait au monde des réalités et non à celui des émotions et des délires. Puissions-nous y retourner, redécouvrir la politique au sens noble du terme, « le gouvernement de la cité ».

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour Pour la politique des réalités

  1. Dominique dit :

    Bonjour à tous,

    Je pense qu’il faut séparer la levée de drapeau, la Marseillaise et le toutim, de la réintroduction de l’uniforme, pour au moins trois raisons :
    – l’uniforme à l’école fait parti d’une tradition française
    – il est encore largement employé dans des pays voisins (a minima Angleterre et Espagne, je ne sais pas pour les autres)
    – Pour avoir été pratiquant d’arts martiaux, je peux vous assurer que se retrouver tous habillés exactement de la même manière, pendant un instant bien précis, à quelque chose de magique. Les différence sociales s’envolent bel et bien et l’esprit de corps se développe mécaniquement : il suffit de si peu.

  2. goupil dit :

    L’atout de ce forum, c’est que l’on se sent moins seul à le consulter.
    Merci Maxime

    • Merci beaucoup à vous Goupil, s’il n’y avait pas les commentaires, ce blog ne servirait à rien et je l’aurais arrêté depuis longtemps.
      MT

  3. Suzanne dit :

    Bonsoir M Tandonnet,

    Vous écrivez:
     » Si j’étais encore parent d’élève, franchement, je n’en aurais rien à faire de cette militarisation des établissements scolaires. Ou plutôt, elle me déplairait fortement.

    Permettez moi de ne pas être en parfait accord avec vous.
    Je travaille avec un grand nombre de parents de jeunes enfants et ados (collège).
    Ils sont effrayés de constater la demande continuelle de leurs enfants d’acheter Nike, et autres articles chaussants de marque, de même que les vêtements.
    Sans compter les I phone, I pad et autres smartphones -toujours de marque.

    Il me semble que l’uniforme permettrait de supprimer, le temps des cours, ce besoin de frimer pour « être comme les autres », tant pis si les parents n’ont pas les moyens d’offrir ce luxe débile à leurs descendants.
    Et si, par hasard, les dit parents tentent d’expliquer que leurs revenus ne leur permettent pas ces extravagances, les charmants bambins et ados leur lancent « mais « Machin », ses parents sont au chômage et ils les ont bien, eux, (les chaussures, les vêtements, les I phones et autres tablettes ou consoles)

    Cela permettrait également d’interdire les demandes vestimentaires communautaristes, pour une vraie égalité, gommant tant l’origine ethnique que la classe sociale (les riches sont souvent moins frimeurs!!!) et/ou les moyens financiers des parents (et donc des enfants).

    Dans un contexte ainsi apaisé, l’apprentissage de la lecture, de l’écriture, de l’orthographe ou du calcul serait peut être plus facile. Tout comme l’histoire de notre drapeau (de leur drapeau, qui est le drapeau français et non algérien ou autre pays).

    De même, l’amour et le respect du pays qui vous donne tout, empêcherait peut être certains djeuns de tout casser, d’empêcher leurs copains-copines de bosser en cours.

    L’un ne va pas sans l’autre, me semble t-il.

    Ah, je suis la conjointe d’un enseignant de LEP, d’une ZEP, en retraite depuis 2 ans et content de l’être! Ce dont je vous parle est du vécu de terrain.

    Pour le reste, il est clair que je fais partie de ceux qui ne croient plus un seul homme -ou femme- politique, qui en ont marre de « ces gens là ».
    La colère et le ras le bol grondent, je peux vous l’affirmer, chez les petites gens, sans dents et illettrés (dont je fais partie, et j’en suis fière)!
    Malheureusement, je ne suis pas certaine que nos « gros » bourges socialistes (vraie gauche et/ou fausse droite) s’en rendent compte!

    • Mildred dit :

      Tout comme vous, j’ai été abasourdie par la désinvolture avec laquelle monsieur Tandonnet a « expédié » l’idée de la levée du drapeau et de l’uniforme à l’école. Il me semble que pour que les lecteurs puissent se faire une idée plus objective sur ce qu’ils lisent à propos de l’école, tout ministre ou autre « élite » qui écrit sur le sujet devrait, en préliminaire, indiquer les écoles que ses enfants fréquentent ou ont fréquenté.

    • Ne soyez pas abasourdie Mildred, chacun a le droit d’avoir ses idées sans se faire houspiller (« désinvolture »). J’ai vu récemment – ma parole d’honneur – des établissements scolaires en perdition au fin fond des « pires » banlieues, les plus déshéritées, devenir des établissements modèles avec un principal et des professeurs déterminés. Pas besoin de grande réforme grandiloquentes électoralistes que personne ne mettra jamais en œuvre comme vous le savez très bien…
      MT

    • Suzanne, sur le fond je suis d’accord, mais l’uniforme, la levée des couleurs, chanter la marseillaise tous les matins, il me semble que ce sont des slogans politiques qui n’ont aucune chance d’être mis en œuvre. C’est plus facile je trouve de lancer des slogans que de s’en prendre au réel, le trafic de cannabis, le racket, la violence contre les professeurs, l’indiscipline, etc.MT

  4. Walter dit :

    Ces propositions vous choquent Maxime et vous paraissent des lubies électoralistes ultra-nationalistes.

    Elles me paraissent cependant intéressantes à appliquer dans les écoles dont les élèves ne reçoivent chez eux aucune éducation civique, aucun attachement à notre pays.

    Chez certaines familles bien que les enfants soient de nationalité française le pays d’accueil n’est rien que le guichet des allocations diverses et le bureau du bailleur social.

    L’apprentissage concret de la citoyenneté par le drapeau et l’hymne national serait plus marquant que celui théorique du programme de CE2.

    Vous savez j’ai entendu des petits élèves de cE1 qui lors d’un Mondial me disaient: « Moi je suis pour l’Algérie (en chantant one two tri viva l Algérie) parce que je suis algérien. »

    Quand je disais: » non tu es français comme nous tous » ils me regardaient incrédules et goguenards et refusaient mes explications.
    Les symboles ont leur importance et respecter notre drapeau dans le jeune âge éviterait peut-être de le brûler plus tard ou de brandir des drapeaux algériens, marocains lors des élections présidentielles.
    A Asnières il existe une école comme ça: http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/12/31/01016-20151231ARTFIG00072-a-l-ecole-de-la-patrie.php
    Bien à vous, Walter.

  5. drazig dit :

    Il me souvient que du temps où le FN avait un groupe au Conseil Municipal de Mairie de Paris c’était la proportionnelle), ce dit-FN réclamait que l’on exposât la drapeau Français sur toutes les façades des établissements scolaires. Bien sûr, cette demande était rejetée par la gauche et la droite réunies sous les sarcasmes voire injures. Aujourd’hui, regardez ce qui en est sur votre lycée le plus proche…
    Ce que je veux dire, c’est que tous ces « réveils » façon Copé ou Sarkozy sont plus que suspects et relèvent à la fois d’un énorme culot et du mépris des Français.

  6. Gomez Yves dit :

    Dans toutes ces propositions « attrape -tout » des « républicains » on sent avec effroi le vide culturel, l’absence totale d’une ossature intellectuelle, d’une absence de principes de base, je dirai d’un fondement doctrinal nous rappelant ce qu’est le patrimoine historique et culturel de la France. On sent tellement que ces gens là n’ont aucune vision historique qu’ils s’agitent dans tous les sens à la recherche de la moindre idée, généralement nulle et stupide.
    Les mesures concrètes ne peuvent se bâtir qu’autour d’une vision de ce que doit être la France, surtout dans un contexte où les menaces sont réelles : désintégration sociale ( école, chômage,inégalités…) – déstructuration nationale ( flux migratoires incontrôlés ou favorisés, souveraineté de plus en plus limitée) – affaiblissement tragique de notre économie- dangers extérieurs ( terrorisme, aventurisme américain ….).
    Le combat à mener est gigantesque. Le pays est devenu un bateau ivre, soumis à l’idéologie la plus pernicieuse, la plus dévastatrice: celle de la Déconstruction qui prône la négation de tout ce qui peut être un lien charnel (famille, ordre naturel- Nation- Civilisation- ….) Ce nihilisme est probablement le ventre d’où sortira notre malheur. Je ne sais lequel ? mais rien de bon.
    La lutte que nous devons mener est celle de la Culture , celle de notre Patrimoine Historique qui ont fait la France. D’abord revenir à l’essentiel.
    Je viens de relire « Le monde d’hier » de Stefan Zweig. Au delà de l’admiration sans borne que je porte à cet auteur, il faut lire les pages sur la Vienne des Habsbourg dans les années 1900, mais il faut s’attarder particulièrement sur cette course à l’abîme où se sont précipités les pays européens . Ce suicide par l’oubli que nous étions issus d’une même civilisation.
    Si l’Europe aujourd’hui est devenue « cette tour de Babel  » sans âme, c’est bien parce qu’elle refuse ce patrimoine génétique en adorant de nouveaux dieux éphémères « multiculturalisme – libéralisme outrancier- mondialisme…. France – Europe même combat . Yves

  7. Q dit :

    La politique au sens noble du terme ne pourra revenir qu’avec le retour de la souverainte.Sans souverainete les politiques ne sont que des marionnettes qui s’agitent, font du flant, du bruit, ils le savent tres bien.

    On en revient toujours a Bossuet « Dieu se rit de ceux qui maudissent les consequences des causes qu’ils cherrissent » »

  8. Timéli dit :

    Les dirigeants français devraient s’inspirer de Winston Churchill ou de Margareth Thatcher : ils décidaient et agissaient pour ce qu’ils croyaient être bien pour leur pays. Même au prix de larmes et de souffrances. La facilité ne tombe pas du ciel ! Honte et malheur aux marchands de mirages !

  9. Eric dit :

    Le monde politique pragmatique et réaliste de Poincaré a depuis longtemps laissé place à celui beaucoup moins sélectif de la posture et de l’incantation. Les promesses de campagne ? Les mesures choc ? Les idées révolutionnaires ?…
    Du remplissage de pré-campagne, dont les auteurs eux-mêmes savent qu’il le fouleront du pied allègrement à tout moment, et sans aucun scrupule.
    Ce qui compte, c’est le pouvoir, pas la noble tâche de l’exercer…
    La politique au sens noble, le gouvernement de la cité. Vous faites des vœux pieux M. Tandronnet…
    Les mêmes que les miens…

  10. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    A force d’avoir menti au peuple depuis des décennies, d’avoir fait des promesses impossibles à tenir, les partis politiques n’ont plus aucune crédibilité, alors il faut bien trouver de nouveaux thèmes pas encore trop « usés » pour faire campagne.
    Les délires de M. Copé pour proposer d’éduquer les enfants selon les principes du Prytanée militaire n’engagent que lui et sont inaudibles pour la majorité des Français pour la plupart antimilitaristes et surtout incapables de respecter dans la vie quotidienne le bien public ou commun et même tout simplement l’hygiène élémentaire dans nos cités.
    La gauche a échoué sur toute la ligne et n’a plus aucune légitimité, aucun projet ni aucune idée à vendre aux Français.
    Quant à la droite, plutôt que de se lancer dans des débats d’idées fumeuses et incompréhensibles pour Madame Michu, elle serait mieux inspirée de s’engager sur des actions concrètes concernant l’amélioration de la vie quotidienne des Français. Le courage et la fermeté devraient être mis en avant pour, au minima, rétablir les valeurs de la République. Même si une minorité de Français continue de rêver à l’image des « nuits debout », la grande majorité approuverait des mesures fortes capables dans un premier temps de rétablir l’ordre et de redonner au monde, une image de la France très différente de celle d’aujourd’hui. Au moins, la pagaïe actuelle aura un effet bénéfique : nous exonérer des prochains J.O. pour lesquels notre candidature est devenue inacceptable pour de nombreux pays et nous permettra de plus de ne pas aggraver notre dette.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s