Politique: réponses à Atlantico

imagesX99ST09NCi-dessous, mes réponses au site d’information Atlantico, qui m’interrogeait hier soir sur les derniers développement de la politique française. Ce que je ressens est un immense malaise. Le glissement de la politique française toujours plus loin dans le grand spectacle, la personnalisation à outrance, les batailles d’ego boursouflés. Au même moment, la France sombre dans le chaos et personne n’a la moindre réponse crédible à apporter. Faut-il le préciser, les candidats supposés anti-système, aux deux extrêmes (droite comme gauche) sont à mes yeux la quintessence du système axé sur la personnalisation outrancière de la politique, camouflage de la chute dans le néant. Mais en toute confidence aux visiteurs et participants à ce blog: je sais avec une totale certitude que ce que j’écris est la vérité, mais paradoxalement, n’exclus pas du tout d’être moi-même l’idiot du village, totalement à côté de la plaque. Allez comprendre la contradiction…

Maxime TANDONNET

QUESTIONS :

1) Ce mercredi soir, Nicolas Sarkozy tiendra un meeting près de Lille, après avoir inauguré le nouveau siège des Républicains dans cette ville. Quelle importance lui donne-t-il ?

Les grands moyens déployés pour ce meeting de Lille montrent à l’évidence que M. Sarkozy a choisi d’accélérer l’entrée en campagne. Deux éléments déclencheurs peuvent expliquer cette montée en puissance soudaine: les derniers sondages, qui dénotent une remontée, et les critiques de plus en plus nombreuses qui l’invitent à clarifier ses objectifs. Chez Nicolas Sarkozy, les meetings en période préélectorale ont toujours une importance considérable. En effet, l’ancien président de la République est avant tout un rhéteur, qui aime sentir le contact avec la foule et semble en tirer une force. Il s’éloigne des discours qui lui sont préparés et improvise comme s’il s’adressait à une personne à travers l’auditoire de ses meeting. Ce mode de communication pour lancer une campagne est chargé de sens: il s’adresse au peuple et non aux élites. Le choix de Lille est aussi significatif, le Nord est un lieu qui a particulièrement souffert du chômage, de la désindustrialisation. Le Calaisis avec ses problèmes d’immigration n’est pas loin. Le président Sarkozy choisit donc un angle d’attaque bien précis. Il s’apprête à faire une campagne droitière et sociale, sur les thèmes de la nation, de la sécurité, des frontières, du peuple qui souffre. En cela, il veut clairement se démarquer des approches libérales de ses concurrents.

2) Au regard des moyens déployés, peut-on imaginer que ce meeting soit l’occasion pour l’ancien Président d’annoncer sa candidature à la primaire de la droite et du centre, comme tous ses rivaux le pressent ces jours-ci de le faire ? Et s’il ne l’annonce pas officiellement, cette réunion publique ne signera-t-elle pas néanmoins sa véritable entrée en campagne ?

La question de l’annonce officielle semble secondaire. La tenue d’un tel meeting signifie de toute évidence qu’il est candidat à la primaire. Va-t-il l’annoncer officiellement ce soir? Ce n’est pas certain. Une telle déclaration l’obligerait sans doute à démissionner de son poste de président des Républicains. Or, de son point de vue, il n’a pas terminé sa tâche dans cette fonction, notamment celle de la rédaction d’un projet de campagne. Les rumeurs sont contrastées sur la date de son entrée en campagne et de son départ de la présidence des Républicains. On a parlé de juillet, puis de la fin de l’été. L’expérience de 2007 comme de 2012 montre qu’il n’aime pas réagir sous la pression, cherche aussi l’effet de surprise. Elle montre qu’il préfère attendre le plus longtemps possible avant de devenir officiellement candidat mais que cela ne l’empêche pas d’agir en candidat.

3) Ce mardi, Marine Le Pen a déclaré dans un entretien à L’Opinion qu’Alain Juppé « sera le candidat » des Républicains à la présidentielle de 2017, et qu’un duel entre elle et lui serait « sain ». Ne fait-elle pas là un calcul erroné, alors que même Jean-Luc Mélenchon déclarait dimanche dernier : « Le plus dangereux car le plus déterminé, c’est Nicolas Sarkozy » ? Qu’a-t-elle à perdre du fait de cette erreur de jugement ?

Il est tout à fait vrai que Mme Le Pen et M. Juppé sont deux candidats aux antipodes l’un de l’autre, par leur génération, leur parcours politique, leur expérience, leurs idées. Sur l’Europe, la mondialisation, le libéralisme, tous les oppose de manière presque caricaturale. Cependant, on ne voit pas bien ce qu’un tel duel aurait de « sain ». Les Français ne sont pas forcément en quête d’un affrontement de points de vue extrêmes ou d’un duel binaire entre deux idéologies. Que ressentent-ils à la vue de la personnalisation à outrance de la vie politique et les batailles de chefs? Ce phénomène concourt sans doute, dans l’aveuglement général, au climat de défiance envers la politique qui touche 88% d’entre eux (cevipof). Il est probable que les Français dans leur ensemble préfèreraient que les politiques s’appliquent à rechercher des solutions de bon sens à leurs problèmes. M. Mélenchon trouve-t-il Nicolas Sarkozy « plus dangereux » que M. Juppé? Honnêtement, je suis absolument incapable de dire lequel des deux serait le plus « dangereux » au deuxième tour face à Mme Le Pen ou à M. Mélenchon. En revanche, tout laisse penser que dans une telle hypothèse soit M. Sarkozy, soit M. Juppé, sortiraient largement vainqueur d’un tel duel et pourraient s’installer tout à leur aise à l’Elysée. Mais franchement, ces grands affrontements d’ego, un an avant la présidentielle, ne me paraissent absolument pas à la hauteur de l’attente des Français et des enjeux du monde qui vient.

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Politique: réponses à Atlantico

  1. Bayard Jean dit :

    Il n’y a pas de contradiction dans vos propos. En homme honnête, vous êtes certain de détenir la vérité mais comme tout scientifique de bonne foi vous laissez le doute subsister.

    Bien cordialement

  2. Walter dit :

    Je suis perplexe quant au désintérêt supposé des français pour les affrontements d’egos. Au contraire je crains que les électeurs ne se vengent en élisant M.Le Pen de toutes les frustrations et mensonges tolérés jusque là.
    Perplexe et décontenancé.
    Perplexe car j’entends des gens exaspérés qui ne réfléchissent plus et souhaitent la dictature. Décontenancé que dans notre pays le bon sens jamais ne s’exprime, incrédule quand j’entends et lis que l’erreur de casting puisse rempiler.
    Décérébrés, déprimés, énervés, les français ne pensent plus. Nous sommes des « seniors » ici qui connaissont notre histoire politique; nous ne représentons pas la majorité. Nous sommes lucides certes mais je sens un vrai dégoût autour de moi ou une résignation par lassitude.
    Bien à vous, Walter.

    • Walter, le Pen à l’Elysée, c’est bien plus le risque du chaos absolu, politique économique, social, que de la dictature ou de l’autorité… MT

    • PhD dit :

      Bonjour Maxime
      « Le Pen à l’Elysée, c’est bien plus le risque du chaos absolu »
      Pourquoi ?

      – Parce que son programme économique est mauvais, son programme politique est inapplicable et vont aggraver la situation ?
      C’est possible, cela se discute, mais dites le.

      – Parce que la CGT et l’ultra gauche vont bloquer le pays et le mettre à feu et à sang, avec l’aide des racailles de banlieue ?
      C’est possible aussi et il est même probable qu’ils essaieraient de le faire, mais alors dites le aussi.
      Ce mois de mai fut à mon avis une répétition générale et un avertissement

  3. PhD dit :

    Bonjour Maxime

    Vous écrivez : « Il s’apprête à faire une campagne droitière et sociale, sur les thèmes de la nation, de la sécurité, des frontières, du peuple qui souffre. »

    Il nous a déjà fait le coup en 2007 pour les résultats que l’on sait, donc non merci.

    Je pense que MLP, que l’on donne qualifiée d’office pour le deuxième tour, se demande quel est le candidat UMP qui lui permettrait d’obtenir le meilleur score.
    – Si c’est Sarkozy, bénéficiera-t-il de l’effet Chirac 2002 et des voix de toute la gauche qui ira voter avec « une pince à linge sur le nez » pour que MLP fasse le plus petit score possible ?
    – Si c’est Juppé, MLP espère peut-être bénéficier d’un transfert de voix venant de l’aile droite de l’UMP et d’une frange de l’électorat populaire ayant voté Mélanchon au 1er tour

    C’est de la tambouille électorale, effectivement sans grand intérêt

    @ Gérard Bayon :

    Vous avez raison, les procédés employés contre Nicolas Sarkozy sont indignes.
    Même si je ne l’aime pas bien du tout, de même que j’exècre Juppé, j’estime malgré tout, le combat doit se situer au niveau des idées et des bilans respectifs de ces candidats potentiels ou affirmés.

    Pour revenir à votre billet, quand vous écrivez :  » Les Français ne sont pas forcément en quête d’un affrontement de points de vue extrêmes ou d’un duel binaire entre deux idéologies. »

    C’est justement ce duel entre ces deux conceptions opposées qui est au coeur de l’avenir de notre pays et cela permettrait peut-être de ramener le débat aux niveau des idées.

  4. François Martin dit :

    On reproche à M. Sarkozy de ne pas se déclarer tout de suite comme candidat à la primaire; pour ma part, tout en estimant par ailleurs que le principe même de cette primaire est très regrettable, je constate que M. Hollande laisse également planer un doute affreux, insupportable, angoissant, sur le fait qu’il soit lui-même candidat à sa succession.
    Et en attendant, il se comporte comme un véritable homme d’Etat, soucieux avant tout de l’intérêt général, quand il sacrifie par fait du prince une réforme utile (celle de la SNCF) pour soi-disant sauver une réforme qui n’en est plus une (ce qui reste de la loi « travail »), sur laquelle il ne peut pas céder puisque cela apparaîtrait comme un ultime renoncement et rendrait, pour le coup, pratiquement impossible sinon sa candidature, du moins sa réélection, qui est la seule chose qui compte à ses yeux. Et ce n’est pas moi qui le dit, c’est la presse officielle: http://www.francetvinfo.fr/economie/transports/sncf/la-reforme-de-la-sncf-a-t-elle-ete-sacrifiee-pour-sauver-la-loi-travail_1488401.html?google_editors_picks=true
    Il est vrai que M. Hollande n’a pas encore tout-à-fait terminé sa tâche et qu’il lui reste un an, ce qui peut lui permettre encore de faire beaucoup de dégâts. Enfin, je veux dire, de laisser sa trace dans l’Histoire.

    • François Martin, je me pose exactement la même question, dans le temps qu’il leur reste, moins d’un an, qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir saccager et détruire de plus? MT

  5. Mildred, ah, d’accord, je comprends bien ce que vous dites, mais j’aimerais prendre partie sur des idées un projet, une vision, et non sur un personnage.
    MT

    • Mildred dit :

      Monsieur Tandonnet,
      Moi aussi je comprends ce que vous dites. Mais dès que vous aurez pris parti pour une idée – comme par exemple la défense de l’identité française – on en déduira que vous avez pris parti pour le dernier personnage qui la porte – donc Nicolas Sarkozy, à cause de son discours d’hier au soir dans le Nord.

  6. René de Sévérac dit :

    Maxime,
    « Mme Le Pen et M. Juppé sont deux candidats aux antipodes l’un de l’autre, par leur génération, leur parcours politique, leur expérience, leurs idées »
    En effet, l’un incarne l’UMPS (dès lors que Macron ne lui pique pas le titre),
    l’autre dispose d’un projet alternatif caractérisé par un retour au gaullisme :
    rejet de l’OTAN (et du TAFTA), indépendance nationale (politique et économique), …
    Donc le second tour de l’élection sera fondamental : Marine pourrait s’approcher des 40%,
    mais Juppé dispose des « forces d’occupation mentale » (jolie expression de Laurent Ozon) !
    Bref Juppé sera notre prochain Président (Inch Merkel) !

    • René de Séverac, « retour au gaullisme » à propos du lepénisme, pourquoi cracher ainsi sur la mémoire du Général en associant son nom au fn? Cracher sur la mémoire des morts est vraiment une pratique à la mode, je me demande ce que cela signifie dans l’ordre du nihilisme… MT

  7. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Comme il fallait si attendre et comme je l’avais écrit il y a quelques mois, la candidature à la primaire de la droite de N.S. semble remise en cause en raison de son probable renvoi en correctionnelle dans l’affaire Bygmallion. Comme par hasard, cette annonce devrait intervenir cet automne, juste au moment de la primaire. Qui peut encore faire croire aux Français que la justice de notre pays est indépendante ?
    Et l’on annonce déjà que les juges sont convaincus que N.S. avait été alerté du dérapage de ses comptes de campagne et que délibérément il n’en a pas tenu compte.
    Voilà comment on peut éliminer un candidat gênant ! Décidemment F.H. ne recule devant rien pour obtenir un deuxième mandat !
    Je n’aurai pas voté pour ce candidat qui m’a beaucoup déçu, ni d’ailleurs pour A. Juppé qui n’a pas l’étoffe d’un président, mais je dois reconnaître que le procédé utilisé est particulièrement malhonnête.
    Quant à la candidature éventuelle de Juppé, je pressens s’il elle devenait gênante pour F.H. que ressortirait tout à fait opportunément les malversations pour lesquelles il avait été condamné en expliquant que l’on ne peut pas mettre à la tête du pays un repris de justice ! Un incompétent c’est quand même mieux !
    Au moment où la France, comme vous le dites, sombre dans le chaos, la seule préoccupation de notre président et de ses sbires est de préparer sa réélection. J’espère que les Français ne seront pas dupes de ces manœuvres inqualifiables et virerons cette clique de bons à rien.
    Il est grand temps que ce gouvernement dégage et vite !

    • Gérard Bayon, c’est en effet très impressionnant sur le plan des comportements humains cette obsession à vouloir y rester à n’importe quel prix… MT

  8. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Vous avez beau – avec « une totale certitude » – croire détenir LA vérité, vous n’échappez pas, vous non plus, à ce « glissement de la politique française toujours plus loin dans le grand spectacle. »

    • Mildred, certaines de vos observations à caractère personnel me visant me sont utiles et me font réfléchir, mais pas celle-ci qui est infondée: mon malheureux blog n’a rien d’un grand spectacle, ni mes chroniques sur Atlantico ou Figaro vox qui visent à essayer de réfléchir. Vous ne pouvez pas imaginer le nombre d’invitations sur les radios ou télévisions que je décline (par exemple lors de l’affaire des cérémonies de Verdun), justement parce que je ne supporte pas l’idée de me donner en spectacle… MT

    • Mildred dit :

      Monsieur Tandonnet,
      Loin de moi l’idée de vous accuser de faire le spectacle, mais seulement de constater que tous ceux qui, de près ou de loin, prennent position, dans un sens ou dans un autre, à l’élection qui se prépare, participent, même si c’est souvent à leur corps défendant, à ce spectacle qu’est devenue la vie politique française.

  9. Jean dit :

    Chaque jour apporte son lot d’aberrations Je vous mets la première du jour (mais pas la dernière certainement)
    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/un-maire-condamn%c3%a9-pour-avoir-voulu-pr%c3%a9venir-des-risques-dinondations/ar-AAgMG4l?ocid=spartandhp
    Ce pauvre maire est 100 fois plus lucide que tous les branquignoles qui l’on attaqué ainsi que ceux qui l’on condamné. Pauvre France…

    Pour ce qui est de Sarkozy: OUi il est très bon en campagne…. mais après ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s