Par delà le blocage du pays

XVM81f2bb3c-21d0-11e6-b5a8-013665c2aa68Voici ma dernière contribution pour le Figaro Vox, concernant le mouvement social en cours. C’est un éternel problème jamais résolu: il est tragique qu’une minorité puisse en permanence bloquer un pays et l’empêcher de se réformer.  La France est seule parmi les grands pays d’ Europe dans cette situation. Ce qui est en jeu, dès aujourd’hui ce sont les réformes de l’après 2017. Mais au-delà de la question économique et sociale, c’est tout le système politique français qui est d’une faiblesse insigne. Sa solidité apparente n’est que rigidité. Derrière la personnalisation du pouvoir poussée à outrance et l’exubérance de la communication politique, nous subissons une dramatique et désastreuse crise d’autorité. Et jamais on ne pourra rien faire sans un changement profond du mode de fonctionnement et de la culture politiques. Cela, absolument personne n’en est conscient. D’où l’impasse absolue dans laquelle nous sommes plongés… [Ce que je veux dire, par cette question de la « personnalisation du pouvoir », c’est qu’il faut changer radicalement la vision française de la politique. Le sujet, ce n’est pas M. Untel, candidat à sa réélection ou M. Machin qui veut prendre sa place et le bras de fer entre des bonshommes à la tête du pouvoir ou des syndicats. La seule question qui compte c’est qu’il y a une Loi, votée par la représentation nationale, la loi de la majorité, fondement de la démocratie, et un Etat chargé de la faire s’appliquer. Un point, c’est tout...]

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

37 commentaires pour Par delà le blocage du pays

  1. Georges dit :

    La réforme est obligatoire ,les états providence européens n’ont plus les moyens des largesses « trente glorieuses »,la première crise pétrolière à sonné le glas des utopies sociales qui furent une erreur marquante dans l’histoire de l’humanité

  2. lisa retter dit :

    @ Loïz Fauquez

    Je ne parlais pas des lois « sociales » mais de l’organisation de entreprises publiques permettant de faire des places à des « états dans l’Etats » aux camarades…. Comment vous dire…. Revenons au Moyen Age, vous avez le château fort où le seigneur vit en sécurité avec ses hommes d’armes, approvisionné par les campagnes qu’il doit protéger. Le seigneur c’est la CGT, ses hommes d’armes logés-nourris au château ce sont les salariés de ces boîtes publiques, et la campagne environnante non protégée des ennemis, le salariat privé. L’ennemi ( le capitalisme ne veut pas attaquer le château directement -trop risqué- il s’arrange pour qu’il continue à être bien approvisionné ( totem des droits acquis bien respecté) tout en mettant la main sur toute les fermes alentour (réforme des retraites du privé, travail du dimanche, multiplication des CDD, c’est la mondialisation, on n’a pas le choix… ). Le seigneur un peu lâche ( trop bien nourri), ne bouge pas, il est bien protégé, il ne manque de rien et croit que ça va durer aussi longtemps que les impôts… Une fois que l’ennemi a pris possession de toutes les fermes autour du château, il arrive aux portes et fait le siège….
    Combien de temps Martinez va-t-il tenir ou contre quelle fausse concession va-t-il renoncer une fois de plus à se battre? De toute façon, le défaite définitive finira par arriver, si ce n’est pas cette fois, ce sera la suivante….

  3. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Je partage totalement l’analyse de Koufra qui a bien creusé la croûte pour atteindre la source.

    Une fois le chaos organisé il est très facile de se présenter en recours, tant au niveau moral que matériel. L’exemplarité de Hollande a pris un tel coup, avec ses « nanas » et son mariage pour tous, qu’elle a commencé à leur ouvrir un boulevard. Le reste suivra quand le peuple sera à genoux.

    Cette loi n’est qu’un minuscule pet de mouche et elle est loin d’être suffisante à la reprise de l’économie, et donc à la baisse du chômage. Tant que l’État se goinfrera en subtilisant à son profit plus de 57% de la richesse produite par les Français, on peut retoquer autant de fois que l’on voudra le droit du travail, rien n’y fera ; nous ne décollerons pas avec un boulet aussi lourd à traîner.
    Encoure une fois donc, les incompétents ont mis la charrue avant les bœufs.
    L’urgence demande de redéfinir le périmètre de l’État en le délogeant de tous les périmètres qui ne le concernent en rien. Alors, nous pourrons rebâtir un code du travail adéquat, adapté à une économie moderne.

    Cette chienlit n’est que le résultat de gens qui n’auraient jamais dû gouverner, tant ils n’ont aucune capacité à le faire. Là se trouve aussi la raison de leurs mensonges grossiers pour accaparer les rênes de la France lors de leur campagne de 2012.

    Amicalement,

  4. Walter dit :

    Cher Maxime; avez-vous noté que la presse et le gouvernement ne parlent plus de loi » El Khomri » mais de la loi « travail ». Cette malheureuse a dû demander grâce après avoir bien servi le Premier Ministre en endossant la « maternité » de la loi à sa place.
    Du conflit qui accable la France je déteste les deux parties et déplore les pertes économiques.De plus je pense à tous ceux qui attendent, infimiers, aide-soignants, ADMD et portage des repas et qui déjà âgés ou malades et isolés ne sont plus visités faute de carburant. Je pense aussi aux dialyses et chimios etc…car en dehors des grandes villes on y va en ambulance ou VSL.
    C’est atroce.

  5. Q dit :

    Le gov ne fait qu’appliquer les demandes de bruxelles, malheureusement la France n’est pas l’Allemagne, ce type de reforme ne passent pas, la France a toujours utilise la devaluation (qui est beaucoup plus egalitaire).

    Euro/franc fort = plus de devaluation = chomage massif & malaise social.

    la solution est simple.

  6. Didier dit :

    C’est toujours un plaisir de lire ce blog.
    Pour (essayer de) donner une note d’optimisme :
    La totale incapacité du gouvernement actuel à réformer provient peut-être avant tout de son manque de légitimité pour le faire ; en effet le pouvoir en place a été élu sur un programme, un discours, une idéologie radicalement contraires à la moindre velléité de réforme du « modèle social ». Or les précédents gouvernements de droite, malgré leurs insuffisances et leurs difficultés, sont quand même parvenus à faire accepter des mesures nettement plus audacieuses que la présente loi Travail (réformes des retraites, paquet fiscal etc.) car cela correspondait au mandat reçu démocratiquement.
    Il n’est donc pas exclu qu’après alternance en 2017, la future majorité puisse aller plus loin que l’actuelle – ce qui n’est déjà pas trop demander ! Mais à cet égard, le scénario noir serait la constitution d’une sorte de « grande coalition » à l’allemande (à la suite d’un score élevé du FN) qui brouillerait dès le début la nature du mandat donné par les électeurs et compromettrait l’acceptabilité des réformes.

    • didier, oui, problème de légitimité, d’autorité, de représentativité, de gouvernance…
      MT

    • Philippe dit :

      Bonjour à tous

      Effectivement tout le problème est là; la légitimité.
      Ce gouvernement est illégitime pour plusieurs raisons, lorsque l’on fait le compte Hollande ne fut élu qu’avec un score de 19% si l’on compte par rapport au nombre d’inscrits.
      De plus qu’est-ce qui fait la légitimité d’un état:
      C’est tout d’abord la confiance que lui accorde le peuple et le peuple n’a plus aucune confiance en ses politiques.
      C’est le respect des institutions, mais aujourd’hui les institutions et ses acteurs ne sont plus respectés Enseignants, Police, gendarmerie, pompiers, justice etc..
      C’est l’intégrité des politiques, mais aujourd’hui nous sommes dirigés par de minables carriéristes, incultes et ne défendant que des coalitions d’intérêts et des intérêts particuliers.
      Il fallait être naïf ou stupide pour croire que le programme de Hollande était réaliste.
      Tout comme le discours de tous les guignols qui veulent se présenter en 2017 de droite comme de gauche.
      Aujourd’hui pas un de ces petits vaniteux, prétentieux et incultes est capables de sortir le pays de la fiente dans lequel il est empêtré..

  7. Ysengrin dit :

     » nous subissons une dramatique et désastreuse crise d’autorité. Et jamais on ne pourra rien faire sans un changement profond du mode de fonctionnement et de la culture politiques. »

    100 % d’accord avec votre première proposition. Mais je suis dubitatif sur la seconde. Certes, le mode de fonctionnement influe sur l’efficacité, et si vous mettez à des postes des hommes de bonne volonté, mais avec une organisation du travail désastreuse, vous ne recueillerez rien de très bon. Si vous mettez des hommes de mauvaise volonté, mauvaise volonté au sens large, personnes non motivées, carriéristes, individualistes, avec un bagage moral médiocre, avec une organisation jugée très efficace, vous ne recueillerez également rien de bon.

    A partir d’un certain point, vous aurez beau changer le régime, changer tous les modes de fonctionnement que vous voulez, les hommes restent les hommes, et tous les défauts d’une génération d’hommes auront raison des meilleurs modes de fonctionnement possibles. J’ai bien conscience d’être un peu pessimiste, et de faire le constat que la génération actuelle politique est d’une rare médiocrité.

    • Ysengrin, je pense que les deux jouent: la médiocrité du système, son irresponsabilité, produit des personnages médiocres et irresponsables… MT

  8. Nycthéméral ("Nyco" pour vous monsieur Tandonnet...) dit :

    Bonjour à tous,
    Le problème est complexe, et ne peut pas, à mon avis, être aussi « tranché ».
    Effectivement, je suis partagé sur ce qui se passe. Bien sur, une « minorité » actuellement, impose à la « majorité » des citoyens de difficiles jours à venir. Oui, mais…
    Moi, vous, et nous qui critiquons sans cesse ce gouvernement, ne devrions nous pas au contraire applaudir que, « quelques uns » s’oppose à ce gouvernement qui impose à la Nation (lui aussi, avec le 49,3) une loi qui faisait l’objet de beaucoup de critique ?.
    Sauf votre respect, Maxime, je doute que votre blog (que j’apprécie..) aurait suffit à infléchir d’une quelconque façon ce gouvernement qui, depuis plusieurs mois pourtant, démontre également son incompétence dans tous les domaines (Or mis cultiver les mécontentements).
    Cette loi, bonne ou mauvaise (chacun son opinion..) devait être votée et non imposée. Alors loin de souhaiter un « mai 2016 » à l’image de « 68 », étant moi même gêné quotidiennement par le mode d’action de cette « minorité », je me dis que quelques fois, lorsque le bon sens et les paroles ne suffisent plus, il faut une étincelle qui allumera peut être un brasier. (je ne suis pas révolutionnaire non plus !!) Mais quand tout un peuple (du moins une grande partie.. il reste encore des irréductibles sympathisants…) est bafoué à ce point, que l’indépendance et le destin d’un pays sont « vendus » sans son avis (référendum…) par nos « représentants », fussent-ils élus aux prix de mensonges, il ne reste plus à ce peuple, à ce pays, à cette nation, de se manifester voir se « soulever » d’une façon qui n’est pas encore sanglante, mais qui risquerait de le devenir si nos « élites » continuent à ne pas entendre une Nation qui s’est déjà « soulevée » maintes fois dans son histoire.
    Pour l’instant, loin des exactions de « nuit debout », les grévistes ne cassent pas de magasins et ne brûlent pas leurs entreprises (seulement des pneus et des palettes..)
    Les menaces proférées ne seraient crédibles que si les salariés ne se privaient pas déjà beaucoup et n’avaient « acceptés » contraints, un allongement d’activité, une diminution de leur retraite, des taxes supplémentaires sur leur salaire, leur mutuelle, des augmentations des cotisations à la sécurité sociale pour des remboursement de plus en plus restreints…. et bien d’autres choses encore… La coupe est pleine.. attention que cette « loi sur le travail » (bonne ou mauvaise encore une fois..) ne soit la goutte qui fait déborder le vase…
    Pourrons nous espérer un jour la création d’un « tribunal », pas à l’image de celui de la révolution Française, mais à l’instar de celui de la « Haye », pourra juger nos « élites » en cas de manquement à la parole donnée, où le manquement à demander l’avis de la Nation sur des sujets importants. (utopie… je sais… mais ca fait du bien d’en rêver parfois..)

    Alors oui, j’espère que ce n’est que le début de la fin de ce gouvernement qui veut faire preuve d’une « autorité » qu’il a depuis longtemps perdu, et de tous ceux qui bradent notre Pays à cette Europe que nous ne voulons pas telle qu’elle est construite aujourd’hui.

    Oui, c’est vrai donc, je suis partagé sur ce qui ce passe actuellement…

  9. lisa retter dit :

    Imaginons Laurent Gerra imitant un certain Michel Chevalet je crois, présentateur passionné des dernières trouvailles de la science,

    « la CGT comment ça marche ? ».

    D’abord vous prenez un pays au sortir d’une occupation ennemie de quatre ans où des résistants idéologiquement communistes ont dû être armés. On avait besoin d’eux pour collaborer avec les forces capitalistes afin de libérer le pays de leur ennemi commun, le nationalisme (tout le reste, les monstrueuses outrances qui se sont greffées sur le nationalisme allemand dont la Shoah c’est pour Margot). Ils ont donc accepté contre la promesse d’une société plus juste (et ce n’était pas du luxe), avec leur petit arsenal non saisi comme garantie et – eux aussi – un mythe fondateur les 100 000 fusillés. Il y eut des résistants héroïques parmi les communistes, nombre d’entre eux finirent en martyr mais le chiffre de 100 000 n’a jamais pu être vérifié et il n’y avait pas intérêt à le contester à l’époque d’après les anciens …
    Des lois sociales sont votées au sortir de la guerre, valables pour l’ensemble des salariés soit tous ceux qui doivent travailler pour gagner leur vie, tout le monde y trouve son compte, santé, retraite, vacances…
    Oui mais, vous pensez bien que les Camarades n’étant pas sortis de la dernière pluie avaient anticipé… il ne faut jamais faire confiance aux capitalistes pour garantir ce qu’ils vous ont octroyé quand ils n’étaient pas en position de force… Donc il leur a fallu plus, et plus c’était des bastions, des parts du gâteau sur lequel ils auraient la main…….mais de façon pas trop significative. La nationalisation de grands groupes industriels aux activités primordiales pour l’économie permit, par le biais des statuts très particuliers de constituer des « états dans l’état » où le coco règne en maître au niveau intermédiaire à bien des endroits, influence l’embauche, la promotion de ceux qui « marchent dans la combine » et ce avec la bienveillante complicité de l’encadrement…. Parmi l’encadrement, ils ne sont d’ailleurs pas en reste, le parti a aussi ses membres (ils ont présents à tous les étages) certaines hautes écoles dont je tairais le nom ayant d’ailleurs servi de vivier, mais cela est très opaque….
    Cela peur sembler hallucinant mais, malgré 20 ans de capitalisme sauvage il y a encore des gens qui perçoivent des salaires correspondant à un niveau de qualification élevé ( sans diplômes particuliers ni expérience professionnelle précise) qui passent leur temps en « détachement syndical » à 35 heures par semaine pétantes (réunions, distributions de tracts, entretien avec les hiérarchies, petites bouffes… ) plus les avantages conséquents pendant que les salariés du privé triment de plus en plus…. Et bien sûr ces gens ont d’autres activités sociales de représentativités comme élus locaux là où la gauche n’est pas en déroute… Les places se font de plus en plus chères depuis 2012 et donc le pouvoir de redistribution d’avantages à sa petite clientèle et la notoriété locale qui en découle aussi, le camarade devient nerveux, sa « survie » sociale est menacée…. (allez voir le blog cité en marge « Helmut et Lisa » commencez par la page d’accueil et allez aux mésaventures de Gargamelle et du Cocoland, plus les liens sur articles… si ça vous intéresse)…

    Analyse synthèse, le grand capitalisme a besoin de se débarrasser de ces restes d’enclaves qu’ils avait du abandonner aux Rouges pour se débarrasser en premier des Bruns, il ne sait pas trop comment faire et oublie que des privilégiés même petits sont aussi attachés à leurs « petits » privilèges qu’il est à sa domination sans partage du monde…. C’est une lutte au sommet….

    SVP, passez moi les pop corns !

    • Loïz Fauquez dit :

      Les lois sociales (vous voulez probablement dire sur la sécurité sociale?) étaient en gestation avant la deuxième guerre mondiale et ont démarré avec le gouvernement de vichy
      Le pcf et la cgt ont créé le mythe de leur création par le CNR (conseil national de la résistance)

  10. Freederic_N dit :

    Bonjour
    Cela fait des mois que j’alerte sur ce blog sur la réalité de ce qui va nous arriver. Et je me réjouis que vous vous rendiez à cette évidence. Que le problème du gouvernement de droite sera la même que Juppé en 97 ( c’est d’ailleurs ce qui me ferait voter pour lui, si j’étais persuadé qu’il ait envie d’une revanche). Mais vous n’allez pas assez loin dans le regard sur le réel. le gouvenement n’est pas en prise « avec une minorité » en général. Il est prise avec des groupes de pression organisés depuis des décennies structurés autour de l’Etat et des avantages désormais considérables ( par comparaison) qu’ils ont grâce à cet Etat. N’oubliez pas quand même que le syndicalisme est semi-institué en France et que chaque mobilisation voit les memes milliers de « permanents-fonctionnaires  » remplir les manifestations
    Il y a des minorités en France, même d’intérêt qui sont respectueuses de l’ordre public
    Ce que vous ne comprenez pas c’est l’évolution de ces minorités. Parce que nous avons été bercés d’un discours de valorisation « des travailleurs » ( mais pas « du travail » ) ou du service public, nous regardons ces mouvements avec les yeux du milieu du XXème siècle. Même à droite on est pour le syndicaliste contre le patron avant même de réfléchir.
    Mais ce n’est pas du tout de cela qu’il s’agit : ce qu’on appelle les mouvements sociaux sont dans une logique de division . Il y a ceux qui se vivent dans une situation de risque régression sociale, et qui feront tout pour l’éviter. Ce sont eux qui sont les plus favorisés, car l’Etat leur a donné plus qu’aux autres les moyens de se défendre. Et il y a ceux qui ont déjà subi cette régression , qui se taisent forcément et qui ont eux intérêt à une politique ( plus ) libérale, car le jeu du marché quand il fonctionne leur donne les moyens de se défendre
    C’est cela la réalité.
    Alors M Tandonnet , il faut s’appliquer les leçons de morale que nous avons donné au gouvernement sur le mode « ne pas nommer ses adversaires  » c’est déjà lui céder.
    La droite s’affrontera forcément à ces groupes sociaux objectivement privilégiés : ils sont connus. Ce sont des travailleurs comme les autres au demeurant. Mais ils sont dans une logique nihiliste. Il y a les bastions de la CGT, issus des entreprises les plus liés à l’Etat ( ah les dockers ! ) , et il y a les professions organisées dans les structures de l’Etat non régaliennes au demeurant : les enseignants , les infirmières etc . Malgré le respect que nous leur devons nous les affronterons inéluctablement
    C’est la leçon de ce qui se passe.
    Maintenant il est toujours temps de se raconter des histoires

  11. simon dit :

    Quelle chienlit !

  12. hugues dit :

    Une petite citation de Paul Valery que j’aime tant et qui illustre bien le problème auquel est confronté tout Etat de droit:

    « l’Etat est fort, il nous écrase, l’Etat est faible nous périssons »

    Quelques exemples de l’actualité:
    – l’Etat Français est fort d’un point de vue fiscalité (des revenus, des entreprises, du capital ), de normes en tout genre, de droits sociaux, de fonctionnaires. Résultat: il écrase toute entreprenariat individuel, l’investissement, le développement économique et le marché du travail

    – l’Etat Français est faible dans ses missions régaliennes de police/justice/armée: il tremble face aux terroristes, face aux états agressifs, face aux casseurs, laxiste face aux violences en tout genre contre les biens, les personnes et les libertés. Résultat: certains d’entre nous sont blessés, perdent leur vie et/ou leurs proches, perdent leurs biens accumulés tout au long de leur vie qu’ils destinaient à leurs enfants, perdent leur temps à la débrouille (e.g. travail au noir, chercher une station essence )… Bref nous périssons…

    Et parce qu’il est faible dans ses fonctions régaliennes, l’Etat se veut fort avec les acteurs économiques qu’il écrase de plus en plus. Certains de ces acteurs, poussés à bout, doivent alors s’enfuir (expatriation), ou se désengager (ils investissent ailleurs), soit franchissent la ligne jaune (terroristes, délinquance, casseurs, grévistes bloqueurs, etc.).

    C’est un cercle vicieux, ceux qui sont « écrasés » par les actions fortes de l’Etat et qui ne peuvent pas fuir, deviennent alors des « assistés » que l’Etat doit prendre en charges (chômeurs, travailleurs pauvres, radicalisés, délinquants, etc.) . Tel est le fonctionnement du socialisme: rendre des hommes libres et responsables en hommes dépendant de l’Etat et assistés.

    Heureusement en France, les institutions démocratiques fonctionnent et les gens ont encore le choix de dire STOP à ce cercle vicieux (contrairement au Venezuela par exemple). Malheureusement, quand on a été trop longtemps assisté, on s’en contente, et il est difficile de vouloir redevenir libre et responsable.

    On verra en Mai/Juin prochain et dans les mois qui suivront, si les Français veulent vraiment redevenir libres et responsables…ce n’est pas le choix des candidats qui manquent !! Si les Français ont le malheurs de continuer dans le socialisme (que ce soit celui de la gauche ou celui du FN), alors je ne donne pas cher de leurs peaux…et moi je ferais parti de ceux qui auront la chance de pouvoir prendre la poudre d’escampette.

  13. Timéli dit :

    Le bras de fer CGT – Hollande/Valls est facile à comprendre, et, à ce jeu, le vainqueur est connu d’avance : c’est le gouvernement qui va l’emporter. Avec la loi Travail autant décriée, la CGT a trouvé une aubaine pour redorer son blason (en net recul dans les entreprises) et prouver qu’elle est la seule alternative syndicale crédible en France (puisque la CFDT approuve ladite loi). La CGT voudrait bien entraîner le pays dans une grève générale. Aujourd’hui, la grève ne touche que le secteur énergétique? C’est trop peu pour paralyser le pays. La Fonction Publique et le secteur privé sont loin, pour le moment, de suivre la CGT. Voilà pourquoi je pense que les actions de la CGT sont vouées à l’échec, mais on aura parlé d’elle. En cela, pour elle, ce sera un succès.
    Si la CGT annonce qu’elle cessera ses mouvements sociaux si la loi Travail est retirée, il est clair que Hollande ne cédera pas à ce chantage. D’abord, parce qu’il a besoin de cette loi pour son bilan quantitatif; ensuite, pour se maintenir au pouvoir. S’il la retire, il désavoue Valls et Macron, deux piliers majeurs du gouvernement, qui démissionneront, mettant fin par là même au quinquennat de Hollande, qui aura perdu toute légitimité. Voilà pourquoi le gouvernement va gagner la partie. On le voit aujourd’hui : à l’usure, les CRS vont déloger les manifestants cégétistes qui commencent à être fatigués physiquement (leur opposition est moins vive).
    Résultat : on aura tous été victimes d’une épreuve de force vaine et inutile, qui laissera sans doute des traces dans les esprits. Et on continuera à dire que la France reste un pays ingouvernable, qui refuse les réformes, mêmes les plus salutaires.

  14. PhD dit :

    Bonjour Maxime

    Nous sommes donc bien d’accord quand je dis que ces grèves quasi insurrectionnelles accompagnées par des manifs et leurs cortèges de casseurs d’extrême gauche sont un avertissement pour 2017.

    Je m’étonne que pas un candidat de la primaire UMP n’évoque cet aspect. Il semblerait même, d’après BFMTV que « Le bras de fer entre la CGT et le gouvernement sur la loi Travail ne doit pas manquer de réjouir l’opposition. »

    Je reste pantois devant un tel aveuglement, à moins que le silence ne soit dû qu’à des raisons tactiques.

  15. Koufra dit :

    Bonjour Maxime

    Je ne pense pas que la minorité active des grevistes et émeutiers fassent grève pour des droits sociaux mais pour prendre le pouvoir.

    Et quand on voit la solidité de l état, on peut se dire qu’il ne manque qu un catilina.

    L alliance objective entre extrême gauche et islamistes est extrêmement inquietante car les second pour arriver a leur objectifs doivent creer le chaos sans apparaitre comme les instigateurs puis apparaître apres effondrement de l état comme une des seules forces militaires organisés. Après ils commencer une conquête territoriale.

    Amitiés

    Koufra

    • souris grise dit :

      bonsoir Koufra .

      je suis absolument d’accord avec votre analyse et c’est ce que j’ai déjà dit au chalet ..les uns ont besoin des autres ., et presque personne ne s’en rend compte excepté les clairvoyants …
      amitié Koufra .
      Chris .

    • Koufra, vous croyez qu’ils veulent prendre le pouvoir politique? Je ne sais pas, je pense qu’ils veulent surtout préserver celui u’ils détiennent sur la société française…
      MT

    • Koufra dit :

      Bonjour Maxime

      Dans une guerre insurrectionelle, l objectif est toujours la conquête du pouvoir.

      La cause mobilisatrice n est qu un motif, un casus belli mobilisateur mais derriere il y a une organisation structurée qui cherche a conquérir le pouvoir. (ils = islamistes + ultra gauche antifa)

      Une guerre insurrectionelle commence bien avant qu il n y ait d action militaire et c est l insurgé qui decide du déclenchement.

      Ce qui est peut être contestable, c est le fait qu on soit en guerre insurrectionnelle.

      Néanmoins, j observe la proportion tres élevée dans les milieux associatifs et d extrême gauche d islamistes, que ces mêmes associations reprennent systématiquement les mêmes thématiques:
      _ decredibilisation de l etat
      _ revision historique pour culpabiliser la France
      _ présentation historique comme si c etait les immigrés qui avaient fait la France
      _ refus des frontières
      _ promotion du communautarisme
      _ promotion de la place de l islam en france et volonté d appliquer la charia par appartement
      _….

      La thenatique d un régime islamiste en France n etant pas mobilisatrice, les islamistes doivent noyauter des associations et mouvements politiques pour avoir une assiettes plus large et creer le chaos. Quand la france sera en conflit interne, les forces politiques et militaires seront éclatées, et une unité polituque structurée avec 10 a 30000 combattants peut commencer une conquête territoriale.

      Je conçois que ca puisse paraitre fou, mais c est comme cela que j essaierai de proceder a leur place.

      Amitiés

      Koufra

  16. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    A qui la responsabilité de la situation actuelle : d’abord au gouvernement de Vals qui a voulu priver la représentation Nationale de tout débat sur la loi « travail ». Souvenez-vous, dès que le texte du projet de loi a « fuité » dans les médias avant d’arriver entre le mains des députés, Mme El Khomri et M. Vals faisaient le tour des radios et télévisions pour affirmer qu’ils ne reculeraient pas ! On voit où l’on en est aujourd’hui après plusieurs semaines de reculade, en attendant le retrait probable de la loi ordonnée par F.H. face aux conséquences (colère des électeurs, euro de foot, image de la France dans le monde, impact sur l’économie, etc.)
    Même pas l’ombre d’une position commune au sein de la gauche: la fermeté pour M. Vals, la reprise des négociations par une partie des députés PS, la nomination d’un médiateur, l’organisation d’un référendum…cela relève du concours Lépine !
    A vouloir confisquer le débat parlementaire et qui plus est la négociation préalable avec les partenaires sociaux ce gouvernement qui ne dispose plus de majorité, a montré une nouvelle fois son incapacité à gouverner et à anticiper.
    Pour 2017, et compte tenu que la France est et restera probablement divisée en deux (50/50 gauche/droite), voilà ce que je suggèrerai :
    – le gouvernement commence par s’engager à n’utiliser le 49.3 que pour les lois d’urgence et relevant de la sécurité du pays.
    – si les élections législatives font apparaître une majorité forte et solidaire (au moins le temps des réformes importantes), alors, il conviendra d’engager les principales réformes prévues dans le programme du Président élu avant la fin de l’année 2017 puisque ces décisions seront légitimes et cela même si la rue renâcle.
    – dans le cas contraire (majorité faible, peu fiable ou relative) la seule solution resterait de commencer la mandature par des réformes par ordonnances avec un risque social fort mais peut-être limité et moins impactant durant l’été 2017.
    – revoir les conditions de l’exercice du droit de grève qui ne peut plus rester en l’état. Aucune corporation de doit être autorisée à bloquer l’économie du pays pour des revendications catégorielles. Je propose également que le droit de grève des agents de la fonction publique soit limité de manière à éviter tout blocage, notamment à l’Education Nationale, dans les transports et dans les Services publics (service minimum à 50% assuré).
    J’aurais encore beaucoup d’autres propositions… mais laissons les autres participants à ce blog donner leurs avis !

    • Gérard Bayon, c’est exactement ce que je pense, les débats qui n’ont pas eu lieu au Parlement se traduisent par la violence dans la rue.
      MT

  17. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Ce qui arrive aujourd’hui à notre belle République devrait servir de leçon aux futurs candidats à la présidentielle. J’ai peur qu’il n’en soit rien, et que chacun essaiera de se protéger derrière des institutions fortes qui font voir leurs limites quand légalité et légitimité ne se superposent plus.
    Dans une démocratie digne de ce nom, il y a longtemps que le président aurait dû soit dissoudre le parlement soit démissionner.

    • Mildred, 100% d’accord, sauf sur les institutions qui n’ont rien de fort à mes yeux, mais dont la rigidité traduit la faiblesse.
      MT

  18. atoilhonneur2 dit :

    Perso, ce qui me sidère le plus depuis quelques mois, c’est effectivement l’absence d’autorité de l’Etat, cette impression d’une vacance d’autorité, d’absence même de pouvoir. Je n’ai pas le souvenir de période équivalente ces 20 dernières années.

    cdlt,
    Corto

  19. drazig dit :

    Les camionneurs ont obtenu gain de cause en deux jours. Alors… pourquoi pas eux.

  20. Frank Guisnet dit :

    C’est exactement ce qui va arriver. Il faut donc que les français soient derrière le futur Président si évidemment celui-ci opte pour le 1er scénario que vous envisagez. Nous ne devons pas laisser une minorité de voyous (je ne vois pas d’autres termes) bloquer le pays dans leurs propres intérêts en faisant un magnifique bras d’honneur à la très grande majorité des français.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s