Le mur du çon

imagesL’ensemble des commentaires des politiques et du monde médiatique sur l’élection présidentielle autrichienne est d’une affligeante médiocrité. La formule « extrême droite » revient dans toutes les bouches et sous toutes les plumes comme un leitmotiv, et toute réflexion s’arrête une fois qu’elle a été prononcée .  Il s’est trouvé un politicien des plus respectables, chef de parti centriste pour dire : »C’est la première  fois qu’un homme d’extrême droite serait élu en Europe depuis Hitler ». Ce brave Monsieur en a même oublié ses leçons d’histoire de Terminale: Hitler n’a pas été élu, mais nommé chancelier alors que son parti était minoritaire au Reichtag…  Les évènements de dimanche dernier en Autriche soulèvent des questions gigantesques, sur la manière affligeante dont les Européens ont géré la crise migratoire en 2015, sur l’évolution bureaucratique de l’Union Européenne, ressentie comme coupée des peuples et désormais largement rejetée, sur la représentativité des classes politiques européennes, sur la démocratie, sur la Turquie, sur la désintégration de l’Europe politique impuissante face aux déchirements planétaires qu’elle subit sans rien maîtriser. Tous ces questionnements, ces interrogations sur les bouleversements en cours, décisif pour l’avenir,  ont été  esquivés et noyés dans la formule magique « extrême droite ». Il est tellement plus facile de réduire la réalité à un duel titanesque entre le jour et la nuit, le bien et le mal « fasciste ».  Une fois de plus, les médias français ont ouvert avec bonheur, délectation et jubilation, grand leur porte au front national qui fanfaronnait sur toutes les chaînes en martelant le mot « patriote », un joli mot chargé d’histoire, ainsi détourné de son sens parce que les autres formations politiques l’ont lâchement, minablement abandonné. Le monde médiatique, rongé par l’hypocrisie et le double-langage, vénère et sublime ce parti qui lui permet de montrer une France en proie elle aussi au démon fascisant et d’étouffer le monde réel dans un fantasmatique combat contre le diable. Le désert absolu: pas un mot, pas une phrase un peu sensé, un peu lucide. Nous n’avons vu et entendu que des politiciens, d’un bout à l’autre de l’échiquier politique, obsédés par la manière dont ils allaient pouvoir récupérer, en faveur de leur image narcissique,  les évènements politiques autrichiens. Triste et dramatique constat…

Maxime TANDONNET

Advertisements

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

22 commentaires pour Le mur du çon

  1. Ping : De l’outrecuidance des médias français | Je suis stupide, j'ai voté Hollande

  2. lisa retter dit :

    @ Suzanne,

    Seule votre question vaut la peine d’être posée, et elle impose un constat glaçant : aucun commentateur de quelque bord que ce soit ne l’a posée. Et ce d’autant plus que dès l’annonce des résultats des votes directs dans les urnes, les journalistes, dépités par le 52/48 en faveur du beau Norbert, annonçaient presque en jubilant à l’avance que le vote par correspondance allait tout inverser…..en minimisant l’ampleur du différentiel du premier tour pour mieux préparer à al pilule du lendemain….
    C’est beau le Camp du Bien… Ah ce qu’on est bien parmi cette société ouverte, généreuse, mondialisée, honnête…. et où on peut en permanence se payer ouvertement et impunément la tête de la « pauvre » majorité sous « éduquée », déclassée, péri-urbanisée qui prétend qu’elle étouffe… Pfff . Le mensonge c’est la vérité qu’on vous dit les pauvres….
    J’ai horreur des révolutions et des désordres qu’elles engendrent d’autant plus que les victimes ne sont souvent pas les plus coupables, mais un désordre qui amènerait un Nuremberg 2 pour certains dirigeants actuels de l’UE, je crois que je n’y verrais aucun inconvénient.

  3. Koufra dit :

    Aucun journaliste français n en parle… Les allemands veulent consacrer 10% des fonds européens aux migrants… Ce qui logiquement devrait amplifier le phénomène.

    http://www.theguardian.com/global-development/2016/may/24/divert-10-of-eu-funds-refugee-crisis-germany-gerd-muller

    Amities

    Koufra

  4. simple citoyen dit :

    Ce qui est le plus édifiant, c’est la manière dont les dirigeant européens revendiquent de plus en plus ouvertement des positions antidémocratiques.
    Pour preuve cette déclaration que Jean-Claude Juncker a faite il y a deux jours: « The EU will isolate and use sanctions against any far-right or populist governments that are swept to power or presidential office on the wave of popular anger »
    Traduction à la volée: « L’UE isolera et utilisera des sanctions contre tout gouvernement d’extrême droite ou populiste portés au pouvoir par une vague de colère populaire »…
    Assez édifiant. Ce qui l’est encore davantage, c’est que si cette citation est mentionnée partout, il est impossible de la retrouver y compris au coeur des articles pour lesquels Google les cite… Ainsi « Le Times », le « Gardian » etc… Etonnant, non dans un continent qu se veut le modèle du genre…

  5. goupil dit :

    C’est quand même bizarre de voir cet acharnement par tous (les merdias, les historiens, ect…) à classer Hitler et les nazis à l’extrême droite.
    Nazi = national socialisme, ou parti NSDAP : Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei i (parti du travail national socialiste allemand). J’ai beau me creuser les méninges, je ne vois rien de droite la dedans ….j’y relève (dans le désordre) travail, socialisme, national, parti.
    Quand aux méthodes, j’y vois plus des actions identiques à celles appliquées par les bons vieux régimes criminels de gauches que sont les régimes chinois, soviétiques, cambodgiens, ainsi que la terreur républicaine.
    Ca serait pas plutôt d’extrême gauche ?
    ou alors je suis con.
    Salutations.

  6. Suzanne dit :

    Bonsoir à tous,

    Je suis loin d’être une fana de Riposte laïque, très à gauche, voire gauche extrême (donc très pro FN). Quand aux fils de discussions, les lire donne une idée de la mauvaise éducation de la plupart de ceux qui commentent. En cela, je suis surprise de la tolérance des responsables de Riposte Laïque, devant tant de déferlement de jalousie, haine et autres médiocrités.

    Néanmoins, parmi mes lectures diverses et variées (allant des médias les plus à gauche aux médias les plus à droite, car il n’y a que comme cela, il me semble, que l’on peut estimer, certes au doigt mouillé, les idéologies des uns et des autres), j’ai lu sur ce site, un article qui m’a interpellée.

    Comment, mathématiquement, est-il possible qu’un candidat soit passé de 51,9% dans les urnes, donc 1.937.863 voix sur 3.731.720, et tomber à 38,27% des votes exprimés par correspondance ? Sachant que ce vote comprenait 2 groupes.
    –> 3.731.720 votants dans les urnes. 83% des votes.
    –> 746.222 votants par correspondance. 17% des votes et d’après leurs calculs, Hofer n’a récolté que 28.5595 voix sur 746.222, soit 38,27% des suffrages exprimés. Son adversaire en récolte 460.627, soit 61,73% des suffrages….
    … Explique Jacques Guillemain, auteur de cet article, tout en se demandant comment cette inversion des résultats (et surtout cette différence énorme entre les % des votes des votants « en personne » et des votants par correspondance) peut être possible.

    Je n’ai pas fait les calculs, ni même songé à faire des calculs de probabilité.
    Ceci dit, présenté comme tel, cela m’interpelle.
    http://ripostelaique.com/autriche-hofer-battu-a-fera-t-on-croire-cette-blague.html

    Et puis, en ce qui concerne la manipulation médiatique française, n’oublions pas que la France, bien que de plus en plus à droite, est encore bien socialo-communiste (il suffit de lire le programme de Marine le Pen pour en être convaincu), et qu’il est donc facile pour cette presse de stimuler la jalousie génétique française pour faire monter les tirages (et les fonds qui en découlent), en arrivant à dépasser le mur du son…

    Cordialement et bonne nuit, malgré les événements
    Demain sera un autre jour.

  7. Timéli dit :

    De 1945 à 1989, l’ordre du monde était bipolaire, divisée essentiellement en deux grands blocs : d’un côté, les Etats-Unis d’Amérique et les pays qui adhéraient à leurs valeurs, et de l’autre, l’Union Soviétique et ses satellites communistes. Depuis la chute du Mur de Berlin, il n’y a plus d’ordre mondial réel. Résultat : le monde contemporain est exposé à des menaces multiformes, et, en Europe, l’Union européenne affaiblit la souveraineté de ses Etats membres, limitant le contrôle de leur monnaie et de leurs frontières. Donc, il n’y a rien d’étonnant à voir une émergence, ici ou là, de partis d’extrême-droite qui profitent des tensions pour asseoir leur légitimité.

  8. Eric dit :

    Bonjour Maxime,
    Lecteur assidu de votre blog, je vous propose d’afficher en entête cette phrase attribuée à Edmond Burke (mais qui selon Wikipédia serait de John Stuart Mill) : « Pour que le mal triomphe seule suffit l’innaction des hommes de bien ».
    Cela me semble refléter la pensée d’un grand nombre de vos lecteurs,
    Restera ensuite à trouver les hommes de bien décidés à se mettre en action.

  9. Droopyx dit :

    Et pendant ce temps là chaque camp se félicite de son « succès » respectif aux 2 législatives partielles.
    Avec plus de 77% d’abstention ! Il y a vraiment de quoi pavoiser !
    Et quant à notre président il se compare maintenant à Churchill et Clémenceau !

  10. ADB dit :

    Après avoir lu le programme du candidat Monsieur Hofer, il m’apparait que l’assimilation du FPÖ avec un mouvement d’extreme droite comme le FN est un abus de langage (un de plus !) de la médiacratie et que le FPÖ serait plutôt à comparer au Debout la France de Dupont-Aignan et même des des chrétiens-démocrates de Poisson.

  11. Infraniouzes dit :

    Monsieur Tandonnet,

    On vous savait intelligent, perspicace et maintenant vous voilà lucide. Excellent. Si vous nous faites l’honneur, en plus, d’une grande force de caractère (je ne vous connais assez pour juger) alors en avant pour la présidentielle. Vous valez mieux que beaucoup d’autres.
    Un problème d’argent ? Avec un bon crowd funding ça devrait le faire…

  12. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Cette fois sera la bonne ! En 2017, les Socialistes (ou ce qu’il en reste) feront cause commune contre Marine Le Pen, avec les Républicains, et gouverneront avec eux, quel que soit l’élu à la présidence, Socialiste ou Républicain.
    Pour ma part, je vois assez bien Juppé en Président de la nouvelle UMPS, faire le pendant avec le septuagénaire élu en Autriche dont j’ai déjà oublié le nom.

  13. De Fürst dit :

    En vrac, quelques réflexions:
    En France aujourd’hui, toute personne qui se démarque de la pensée unique et socialiste est d’extrême droite.
    Hitler était national socialiste, je dis bien socialiste
    Les écolos sont plutôt à l’extrême gauche mais les médias sont soit trop nuls pour le voir soit trop malhonnêtes pour le dire.

  14. Bernard dit :

    Bonjour à tous,
    Pour ma part je pense qu’il y a un ou deux des candidats à la Primaire qui ont leur chance. Certainement pas comme le souligne Gérard Bayon celui qui a gouverné pendant 5 ans et qui se sert de l’exaspération des Français pour se mettre en avant sur des thématiques que personne parmi les politiques ne veulent chevaucher. Ah brailler déclarer cela ils savent le faire, mettre les mains dans le cambouis ce n’est pas dans leur formation. Je ne veux pas croire que les candidats sérieux à droite n’arriveraient pas une fois le leader choisi fin novembre se mettre sous le même parasol ( j’ai pas mis exprès parapluie) pour nous sortir de la m….e dans laquelle Moi Président et ses sbires nous ont emmenés. Avez vous entendu ce matin l’Associé de Ernst & Young commenter notre classement quant à la détérioration de notre classement parmi les pays européens: un résultat d’une politique économique exécrable conduite – euh;… je ne sais pas s’il y a un volant – par les socialistes.
    Quant aux mouvements syndicaux violents ne serait il pas le moment de prendre Martinez entre quatre yeux et lui dire que s’il n’arrête pas de mettre la chienlit, il pourrait lui arriver des bricoles car ce n’est plus du droit de grève mais de l’insurrection et là c’est interdit pas la loi.

  15. Koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Je trouve cet épisode très révélateur de ce qui se passera en 2017 en France.

    Fn premier au second tour, un candidat a droite trop a gauche et qui ne passera pas le premier tour.

    Un candidat de gauche allant au second tour pat défaut mais qui récoltera la ”somme de toutes les peurs” et sera élu de justesse a cause d un ”sursaut républicain”.

    La suite du scénario autrichien sera probablement catastrophique, lors du renouvellement du parlement, le fpo aura 35% des sièges et le reste sera éclaté entre 3 partis ne pouvant former une coalition. Le pays sera ingouvernable en période de crise… C est probablement aussi l avenir de la France.

    Amitiés

    Koufra

  16. François Martin dit :

    Oui, c’est d’autant plus navrant que ce scrutin illustre parfaitement ce qui est en train de se passer aussi en France: les populations urbaines, aisées ou en tout cas bien insérées dans la société et capables de tirer parti des grandes évolutions en cours (ou de s’en protéger) votent globalement à gauche, bobo-écolo; les populations rurales, défavorisées, ce qui reste du monde ouvrier, tous ceux qui n’ont les moyens ni de comprendre ni de maîtriser tout ce qui se passe, et que la classe politique accable de condescendance, votent pour ce qu’ils trouvent comme parti « antisystème », c’est à dire hostile (du moins en façade) à la classe dirigeante. Il y a quelques temps, il me semble que les premiers, qui sont fondamentalement des conservateurs, auraient été qualifiés « de droite » et les seconds, qui aimeraient bien que tout change, « de gauche ». Mais les mots n’ont plus de sens. En tout cas, le qualificatif d’extrême droite est en l’espèce aussi éloigné du réel que celui d’écologiste.
    En France, l’aile « gauche » (?) du PS se qualifie de « frondeurs ». Comme il s’agit (bien sûr) de politiciens intelligents, cultivés, attachés à l’histoire de leur pays et soucieux de présenter au peuple une image conforme à la réalité de leurs idées, ce terme n’a pas été choisi par hasard. Je ne suis pas historien, mais il me semble que la Fronde était essentiellement une révolte de privilégiés attachés à leurs intérêts corporatistes et opposés à toute extension du pouvoir central et notamment à toute réforme fiscale?
    Nous allons vivre des temps troublés…
    Heureusement, ayant marginalisé l’ultra-gauche, ramené à la soupe les pseudo écolos, et tout fait pour faire monter Mme Le Pen, notre bon Président Hollande n’aura plus qu’à cueillir les fruits de la division entre les grands stratèges de droite pour s’imposer en rempart de la Démocratie, de la République, de la France et des intermittents du spectacle, contre le retour de la Bête Immonde.

  17. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Comme il était intéressant d’écouter hier nos journalistes et hommes politiques pousser des cris de « soulagement » (comme l’a dit Vals) lorsqu’ils ont appris l’élection d’Alexander Van de Bellen à qui je souhaite beaucoup de courage et de tonus pour gouverner son pays divisé.
    Après des décennies de médiocrité de nos personnages politiques et de décisions aberrantes de l’Europe de Bruxelles soutenues par les gouvernements, les électeurs sont naturellement tentés de donner un grand coup de pied dans cette fourmilière mais au dernier moment, ont heureusement peur et font preuve de lucidité face aux conséquences d’un vote extrémiste. Jusqu’à quand ?
    Petit à petit la barre des 50% de votes favorables à l’extrême droite se rapproche. Serons-nous le prochain pays d’Europe à voir ce danger se rapprocher ?
    Notre gouvernement est aujourd’hui incapable de prendre une quelconque décision raisonnable pour réformer notre pays et je ne donne pas cher du projet de loi « travail » qui d’après moi, ne résistera plus très longtemps aux coups de boutoirs des fous furieux de la CGT et des députés « frondeurs » qui se préparent à la motion de censure du gouvernement lors de la prochaine présentation du projet de loi.
    Lorsque j’entends certaines des propositions du leader de l’opposition de droite pour gérer la crise actuelle, je me demande vraiment si ce personnage qui a été président de la République pendant 5 ans est encore en capacité de briguer un nouveau mandat !
    Est-ce sensé et réaliste de demander aux organisateurs des manifestations de payer les dégâts alors que les services d’ordre de ces organisateurs et nos propres forces de police sont incapable de prévenir et venir à bout d’une poignée de casseurs ?
    Est-ce sensé et réaliste de vouloir dissoudre les groupes de l’ultragauche alors que l’on sait que lorsqu’un groupe est dissous, un nouveau groupe est immédiatement créé ?
    Est-ce le moment de réclamer le rétablissement des peines plancher alors qu’une telle décision ne peut être prise qu’avec un vote devenu impossible du parlement ?
    Comment voulez-vous que les Français puissent de nouveau croire en nos politiciens alors que nos plus éminents et expérimentés sont incapables de proposer des solutions intelligentes face à une crise majeure de notre société qui dure depuis plus de deux mois ?

    • PhD dit :

      « je ne donne pas cher du projet de loi « travail » qui d’après moi, ne résistera plus très longtemps aux coups de boutoirs des fous furieux de la CGT »

      Les manifs et grèves de la CGT, qui sont souvent le fait de personnes non concernées par la loi travail (SNCF, etc…), avec leur accompagnement de casseurs est en réalité un avertissement au pays pour dire :

      « Si, en 2017, vous élisez un candidat UMP (ou pire) qui aurait des velléités de réformer et de revenir sur nos statuts, nos régimes spéciaux, nos zakisociaux, bref, tous les privilèges de la caste hyper protégée que je représente, alors je bloque le pays et je le mets à feu et à sang (avec l’aide si besoin des racailles de banlieue). »

      « Est-ce sensé et réaliste de vouloir dissoudre les groupes de l’ultragauche alors que l’on sait que lorsqu’un groupe est dissous, un nouveau groupe est immédiatement créé ? »

      Il y a non seulement une valeur symbolique, mais aussi réelle, la recréation d’un groupe identique s’appelle « reconstitution de ligue dissoute » et le fautif peut prendre très cher, si la loi est appliquée, évidemment

  18. Georges dit :

    Il ne faut surtout pas considérer d’extrême droite les pays européens dépendants du pétrole des pays du golfe (fortement soupçonnés d’alimenter les terroristes facho-islamistes ) et il ne faut surtout pas soupçonner ces derniers d’alimenter en armes ces mêmes pays du golfe.Le mini-golf est réservé,s’ils sont obéissants, aux petits médias fayots.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s