La tragédie politique occidentale

871149-le-candidat-du-parti-fpo-norbert-hofer-e-24-avril-2016-a-vienneLa France n’est pas la seule touchée. Le phénomène est en train de frapper l’ensemble des pays occidentaux: un rejet viscéral des « partis traditionnels », démocrates-sociaux et conservateurs qui règnent en maîtres depuis 1945. Le triomphe du FPö autrichien, le 24 avril, contre une coalition centrale, au premier tour des présidentielles en témoigne de manière sidérante, comme la course en tête de M. Trump aux primaires républicaines aux Etats-Unis, l’effondrement de Mme Merkel en Allemagne, les difficultés de M. Cameron au Royaume-Uni, la poussée d’extrême gauche en Espagne, etc. Quant à la France, mieux vaut ne pas en parler tandis que les socialistes au pouvoir atteignent les fond de l’abîme (« eh, oh, la gauche« ) et l’opposition se décompose en individualités obnubilées par la conquête de l’Elysée. Pourquoi? Partout prédomine le sentiment d’un milieu politique obsédé par ses intérêts et refusant d’entendre les souffrances, les malheurs, la détresse, l’angoisse des populations. L’aveuglement des politiques traditionnels est sidérant sur deux dossiers fondamentaux. Tétanisés par leur image médiatique,  ils refusent catégoriquement d’apporter des réponses à la question de la maîtrise de l’immigration et celle de la refondation d’une Europe devenue un monstre bureaucratique. L’attitude de M. Obama, venu au Royaume-Uni menacer les Britanniques en cas de Brexit est incompréhensible. Comment les Britanniques pourraient-ils ne pas réagir par la colère à une telle ingérence ? En France, la classe dirigeante se pense, au fond, protégée par le « lepénisme » qui canalise un certain mécontentement. Cette formation, pensent-ils, du fait  de son passé, de son caractère familial, de ses personnages caricaturaux, à la fois aimant et repoussoir, protège un statu quo davantage qu’elle ne le menace. Mais ce parti n’est pas éternel, il ne les protégera pas éternellement, et son effondrement ouvrirait la voie à un tsunami politique. Si les politiques nationaux, médiatisés, de France et de Navarre  étaient plus intelligents, ils essaieraient de comprendre: les choses ne peuvent plus durer ainsi, nous marchons à l’apocalypse; cessons de nous enivrer de nous-mêmes et de nous regarder le nombril pour tenter, face aux Français, de répondre aux grandes questions du moment. Hélas, il n’est pas du tout certain qu’ils en soient  capables, par manque de recul, de force de caractère, de vision, atteints d’une maladie mentale extrêmement contagieuse qui s’appelle la mégalomanie.

Maxime  TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour La tragédie politique occidentale

  1. Georges dit :

    Comme je l’avais prédit ,Angela et son homologue Turc ont réussi le coup des visas afin de permettre aux Ottomans de circuler librement en EUROPE .Une dictature revisitée est en train de voir le jour parce que l’Europe est plombée par la corruption et les anciennes alliances nauséabondes .Zig heill.

  2. Robert Marchenoir dit :

    J’écrivais, tantôt, qu’il fallait abolir le droit d’asile. Eh bien, c’est fait.

    En Autriche. C’est le parlement actuel qui l’a pratiquement réduit à zéro, sans même attendre le second tour de l’élection présidentielle, que le chef du parti anti-immigration FPÖ pourrait remporter, après avoir remporté le premier tour où il a éliminé les deux « partis de gouvernement » traditionnels.

    On apprend, simultanément, que le nombre de demandes d’asile en Suède (l’un des pays d’Europe où règne l’immigrationisme le plus délirant) a fortement chuté. Pourquoi ? Eh bien, d’abord parce que la police suédoise a décidé de contrôler les identités aux frontières (comme quoi, contrairement à ce que prétendent les gauchistes, un autre monde est possible…), et aussi parce que les pays d’Europe centrale (dont l’Autriche) ont commencé à sérieusement verrouiller leurs frontières.

    Comme quoi, c’est bien le « racisme », « l’extrême-droite », le « populisme » et les actes « rappelant les heures les plus sombres de notre histoire » qui sont la solution.

    Et c’est bien le communisme qui est le problème, avec tous ses avatars : gauchisme, « gauche de gouvernement », socialisme, « gauche de la gauche », islamo-gauchisme, politiquement correct,« antiracisme », « écologisme », « valeurs de la République », « associations », « gestes citoyens », etc, etc.

  3. PhD dit :

    Bonsoir
    En ce qui concerne la partielle de Loire Atlantique, j’ai écouté Bernard Sananès à C dans l’air de ce jour, qui disait :
    « Aux législatives de 1993, Ayrault avait été élu avec le même score au second tour : c’est l’année où le PS s’est retrouvé avec 57 députés à l’Assemblée ; c’est une circo qui vote à gauche depuis des lustres et c’est l’un des plus mauvais score jamais réalisés »

    Je suis ravi de l’élimination des partis « habituels » en Autriche : c’est un signe que les peuples commencent enfin à se réveiller.

  4. Droopyx dit :

    Le communiqué du PS sur la législative de Loire Atlantique est affligeant :
    « Ce soir, la candidate socialiste Karine Daniel a remporté l’élection législative partielle de la troisième circonscription de Loire-Atlantique, succédant ainsi à Jean-Marc Ayrault.
    Le Parti socialiste adresse ses vives félicitations à Karine Daniel qui a su, dans un contexte difficile, rassembler le peuple de gauche et écologiste autour de sa candidature. Dans cette élection, la gauche retrouve son résultat des élections régionales.
    La victoire de cette jeune candidate socialiste vient rappeler que les sondages nationaux et les spéculations médiatiques ne font pas les résultats des élections. Les électeurs de cette circonscription ont, ce soir, réaffirmé leur attachement aux valeurs de fraternité, de solidarité et de progrès social défendues par la gauche. »
    Près de 75% d’abstention ! Grande victoire de la démocratie !
    Quand est-ce que les partis comptent se remettre en question et au vrai travail (le bien de la France) ou est-ce que même 5% de votants leur suffiront pour justifier leurs communiqués dithyrambiques. !
    Les français votaient avec leurs pieds, maintenant ils ne se déplacent même plus. Le prochain stade risque d’être dramatique .

  5. Eric dit :

    Le constat semble être le même dans de nombreux pays, la perte de souveraineté a atteint un seuil intolérable pour nombre d’entre nous.
    L’Europe actuelle ne correspond plus à celle pour laquelle ma génération (j’ai 54 ans) s’est enthousiasmée.
    Tout a été fait à l’envers. Schengen sans échange de fichiers entre les services de police et de renseignement. Marché ouvert, y compris des services, sans harmonisation fiscale et sans harmonisation des régimes sociaux. Elargissement sans limite à des pays tellement éloignés de nos standards qu’il rend d’ailleurs toute harmonisation impossible.
    Et pour couronner le tout, une Europe dirigée par Angela Merkel et l’Allemagne, qui n’ont ni les mêmes contraintes ni les mêmes intérêts que nous.
    Il est est regrettable que les partis « dit de gouvernement » soient les défenseurs acharnés de ce modèle qui ne marche plus (la nouvelle « petite merveille », Monsieur M. comme vous l’appelez, pourrait bien être le nouvel opium, profil de gendre idéal, à même d’endormir le bon peuple) et que seuls les représentants des partis « extrêmistes » en portent la remise en cause.
    Il y a certes quelques exception, NDA, mais qui aura du mal à percer, JP Chevènement, mais qui commence à être daté, et peut être François Fillon, mais aura-t-il réellement la volonté de mettre les pieds dans le plat européen (en supposant qu’il sorte des primaires).
    Comment regrouper et fédérer tous ceux, nombreux, qui ne veulent pas voter pour la clique FN (qui se réclame maintenant du Gaullisme, le grand Charles doit se retourner dans sa tombe) ni se résigner à attendre la catastrophe ?

  6. drazig dit :

    Si on se porte au niveau de Sirius (permettez cette prétention), nous assistons après celle du communisme à la disparition ou l’implosion ou au suicide du socialisme ET de la social-démocratie cette dernière n’étant qu’un avatar et du communisme et du socialisme. Et ce n’est pas la distribution à tout va de la nationalité donc du droit de vote à des allogènes qui modifiera la donne ne serait-ce que parce qu’ils auront leurs propres candidats. Et les électeurs se tournent vers du neuf ou du moins ce qui n’a pas fait encore de dégât.

    • Robert Marchenoir dit :

      Je serais tenté d’être d’accord avec vous. Il est bien possible que nous arrivions à la fin d’un cycle, celui qui a commencé vers les années 30, disons. Et a été relancé de plus belle après la guerre.

      En gros, je dirais que l’Europe, comme les Etats-Unis, ont alors entrepris de faire du communisme sans le communisme. Aiguillonnés par l’Union soviétique, ils ont voulu faire la preuve qu’on pouvait faire aussi « bien » qu’elle en matière d’aide de l’Etat aux citoyens, mais sans l’arbitraire, la brutalité et les crimes du communisme.

      Cela a commencé avec Beveridge (entre autres) et a donné l’idéal social-démocrate. Aujourd’hui, l’explosion des dépenses publiques et de la dette, un peu partout dans le monde, l’allongement de la durée de la vie et l’essor de l’avortement, l’immigration de masse, l’impasse de la gouvernance mondiale issue de la SDN, la création frénétique de monnaie par les banques centrales et les taux négatifs montrent les limites de ce « modèle ».

      En revanche, je serais plus pessimiste que vous, car si un nombre appréciable de gens sont prêts à rejeter le communisme (du moins en paroles), bien peu perçoivent la social-démocratie comme une ennemie, et bien peu sont libéraux.

      Les nouveaux mouvements politiques qui ont le vent en poupe, dits maladroitement « populistes », ont tendance à être anti-libéraux. Marine le Pen est étatiste, Donald Trump est plus interventionniste qu’Obama sur certains points, et Viktor Orban prône carrément la « démocratie autoritaire ».

      Et le pire, c’est qu’ils ont peut-être raison.

  7. Georges dit :

    Il est évident qu’en Europe il vaut mieux Fayoter avec les islamistes ,permettre à la Turquie d’entrer dans l’union européenne ,signer l’accord de libre échange avec les States ,prilvilegier les produits manufacturés chinois ,avantager le dumping salarial ,mais il ne faut pas considérer cela comme une tragédie tant que l’on se sucre au passage au diable l’avenir de notre descendance .

  8. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    En somme, et si je vous ai bien lu, c’est au moment où les peuples européens commencent à se mobiliser , comme en Autriche, et prennent la parole pour s’élever contre cette dérive de leurs Nations exigée par l’UE soumise aux diktats de sa technocratie, qui conduit les peuples à la ruine, que vous titrez sur « La tragédie politique occidentale » ?

    • Mildred, oui, car ceci est le résultat de l’aveuglement et la lâcheté des classes dirigeantes qui ont fui leurs responsabilité mis ne règle strictement rien. MT.

  9. Bernard dit :

    Bonjour Maxime,
    Nantes est notre voisine. Je trouve quand même pas normal qu’avec une telle situation économique les nantaises et les nantais n’aient pas pris la peine d’aller virer la candidate du PS.
    Je partage l’opinion qui est de dire que plus personne ne veut se déplacer pour aller voter pour un poulain qui a l’investiture de la maison-mère L.R.
    Que la bande à Moi Je fasse gorge-chaude de ce succès c’est tomber de Charybde en Scylla ! Même pas peur. Et je vais en rajouter une couche Eh Oh la Gauche vous prenez vos vessies pour des lanternes ???
    Ce que je trouve pénible c’est de lire personne à droite parmi la pléiade de candidats déclarés à la primaire pour clouer le bec à Jean Christophe Cambadélis et consorts… toujours ce marquage de ses coreligionnaires à la culotte qui ne les grandit pas.

  10. Suzanne dit :

    Quant à la France, mieux vaut ne pas en parler tandis que les socialistes au pouvoir atteignent les fond de l’abîme

    Infraniouze m’a devancée;
    Je voulais souligner que, même si on considère la forte abstention, « La candidate PS Karine Daniel succède à Jean-Marc Ayrault. Elle obtient un peu plus de 55 % des voix. »

    M Hollande et le PS ont donc toutes leurs chances, tout simplement (bêtement si je puis dire), les électeurs ont préféré faire la chasse au Sarko plutôt que la chasse au Pédalo. (pour la rime)

    Nous n’allons pas à la tragédie, mais à la catastrophe tragique… (je n’ai pas trouvé de mot qualifiant une situation pire que la tragédie)

  11. Laetizia GRAZIANI dit :

    Marine Le Pen a été mal reçue par les medias canadiens, voire pas reçue du tout par les hommes politiques, mais il en va autrement des réactions qu’elle a suscitées sur les réseaux sociaux.

    • Robert Marchenoir dit :

      Marine le Pen a totalement pulvérisé la journaliste de Radio-Canada (il me semble), qui l’avait invitée à la télévision pour (croyait-elle) lui faire la leçon. Les médias français n’ont montré qu’une brève séquence de cette interview, qui montre Marine le Pen sous un mauvais jour, et dénature complètement le sens de l’entretien.

      En réalité, cette journaliste, visiblement beaucoup plus tendre et naïve que ses confrères français, ne savait pas à qui elle avait affaire. Elle a été longuement humiliée par Marine le Pen, à qui il a été facile de retourner en sa faveur les séquences de sa visite filmées par la chaîne, et qui étaient censées démontrer la vilenie du Front national.

      Quand je dis humiliée, je ne parle pas d’insultes ; Marine le Pen a été très correcte. Elle a simplement retourné son interrogatrice comme une crêpe, en mettant en évidence ses mensonges et sa mauvaise foi.

  12. Timéli dit :

    En France, l’ensemble de la classe politique pense que les malheurs n’arrivent qu’aux autres pays. Aujourd’hui, bien qu’avertie en 2002 et lors des scrutins suivants, les dirigeants des partis de droite et de gauche croient qu’il suffit d’agiter l’épouvantail FN pour que les électeurs se mobilisent pour leurs idéaux et continuent à voter pour eux. Jusqu’au jour où la goutte d’eau va faire déborder le vase… et personne ne comprendra comment c’est arrivé, malgré les nombreux avertissements déjà exprimés. Il sera trop tard pour pleurer !

  13. Gérard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Rien de bien surprenant concernant l’Autriche où l’extrême droite a toujours été forte si ce n’est que cette fois elle marque des points supplémentaires en excluant les candidats social-démocrate et conservateur du second tour.
    Nos médias commentent assez peu cette « mauvaise » information préférant titrer sur « eh oh la gauche » des nains du gouvernement qui veulent à tout prix sauver le soldat Hollande et surtout leurs postes. Affligeant !
    Espérons quand même que ce qui se passe en Autriche ne présage pas exactement ce qui pourrait arriver en France l’année prochaine. Heureusement, on voit par ailleurs que les tentatives de « normalisation » du Front National à l’étranger se soldent actuellement par un rejet des politiques des pays visités par MLP (Canada, Grande Bretagne…) ce qui devrait permettre aux dirigeants de ce parti d’en tirer la conclusion qu’ils ne servent bien que de repoussoir aux autres partis dits démocratiques et n’ont aucun avenir chez nous.
    Quant à Obama, incapable de finir dignement son 2ème mandat et démuni de tout pouvoir, il préfère venir donner des leçons à l’Europe qui, en dehors de Mme Merkel, ne veut même pas l’écouter. Même Hollande semble prendre ses distances vis à vis du discours d’Obama, c’est tout dire !

  14. Infraniouzes dit :

    Dans le spectacle affligeant que nous donne la politique en France, je relève la partielle de Loire-Atlantique où la droite devait normalement l’emporter haut-la-main. Mais point de victoire tellement l’abstention a été énorme. Hors si la gauche, déboussolée, a joué, in extremis, sa partition, il en va autrement de la droite. Ses électeurs ont préféré aller à la pêche, en rivière ou à pied, plutôt que de voter. Pourquoi ? Parce que le candidat de la droite était principalement porté par LR et que les Républicains c’est Sarkozy et que de Sarkozy personne n’en veut plus. Et je ne crois pas qu’aucun ténor de droite n’a fait le déplacement pour booster la campagne de Annereau. Bel exemple de suicide programmé.

  15. Bernard 06 dit :

    Bonjour M Tandonnet,
    « Si les politiques nationaux, médiatisés, de France et de Navarre étaient plus intelligents »
    et si, de surcroit, ce matin ils regardaient vers l’Autriche…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s