Leçons d’une débâcle

images« Dialogue citoyen », Macron, sa femme, CDD, voile à l’université, déchéance de nationalité, Pacte, Hollande, chômage, jeunes, Valls, Paris-Match, terrorisme.. ». Comment dépasser le sentiment de dérision qui nous accable ce matin, en tirer quelque chose de positif? La vraie question: si l’alternance se produit l’an prochain, peut-on éviter que le spectacle  auquel nous assistons ne se renouvelle? Au-delà des apparences, ce n’est pas seulement une affaire de personnalités, mais de système. M. Hollande, M. Valls, M. Macron sont-ils fondamentalement, personnellement, plus mauvais que ceux qui viennent en 2017? Non: ils incarnent tout simplement les qualités nécessaires d’opportunisme pour réussir dans le métier politique et qui n’appellent guère (sauf exception) la force de l’intelligence visionnaire ni de la fermeté de conviction, ou du courage de l’action. L’enjeu fondamental ne tient pas aux hommes ou femmes, qu’ils soient de gauche, de droite ou  des extrêmes, mais aux mœurs politiques. 2017-2022, voulez-vous éviter de sombrer, à votre tour, dans le néant?  Non? Alors, il faut que chacun reste à sa place, joue son rôle au service de la France raisonne et se comporte en termes de devoir. Le président préside avec toute la hauteur et le recul que prévoit la Constitution. Il ne parle pas, ou peu; il préside. Le Premier ministre et les ministres gouvernent du matin au soir, dirigent le gouvernement et le ministère dont ils ont la charge. Ils font leur boulot. Ils cessent de s’épancher dans les médias en jouant les starlettes. La règle doit être claire dès le début et la démission automatique en cas de dérapage. Quant aux députés, ils n’ont pas pour mission de préparer leur réélection, ni de se comporter en gamins sectaires et serviles,  mais de représenter la Nation, et donc, quand celle-ci est en colère, de sanctionner un Exécutif à la dérive. Tel est aussi leur devoir. Il est illusoire de donner à la tragédie politique française  toutes sortes de boucs émissaires,  « l’Europe », « la mondialisation », « l’Amérique », « le capital financier » ou autres leurres de ce genre. Le mal est, au moins pour l’essentiel, français, franco-français. 2017-2022: Les Français n’attendent pas des miracles de la politique, mais au moins un comportement responsable de leurs futurs dirigeants.

Maxime TANDONNET

 

 

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Leçons d’une débâcle

  1. Robert Marchenoir dit :

    Ah, tiens, on a le droit de dire du mal des Français, mais pas des musulmans ?

  2. Robert Marchenoir dit :

    Il est illusoire de donner à la tragédie politique française toutes sortes de boucs émissaires, « l’Europe », « la mondialisation », « l’Amérique », « le capital financier » ou autres leurres de ce genre. Le mal est, au moins pour l’essentiel, français, franco-français.

    Très juste. Bien sûr que le bilan de l’UE est globalement négatif et que l’immigration est une catastrophe, mais la recherche de boucs-émissaires à l’étranger est la marque des peuples arriérés : Français, Russes…

  3. Alain De Vos dit :

    Vos commentateurs dans la grande majorité sont d’accord avec vos réflexions et l’attitude exemplaire que devrait être celle des hommes d’état. C’est une bonne utopie. Mais pourrait-on voir ici un blog ouvert à des propositions plutôt qu’à des généralités admises par vos lecteurs. Qu’est-ce qu’on construit et comment? Mais c’est vrai que vous êtes le maître à bord.

    • Alain de Vos, c’est vrai ce que vous dites, mais je le fait parfois aussi à travers mes propositions de réforme sur les institutions (septennat non renouvelable, Europe plus démocratique, etc.)
      MT

  4. François Carmignola dit :

    @Fredi M
    Bravo à Frederic_N (que j’avais pourtant autrefois dénigré méchamment) de vous dire votre fait!

    Passons sur le « libéralisme débridé »: nos 58% de dépenses publiques sonnent pour toujours l’effroyable fausseté de l’argument, l’effroyable ignorance de ceux qui l’emploient, sans suggérer leur profonde stupidité si ils y croient ou leur effroyable méchanceté si ils font cela en connaissance de cause.

    Pour l’immigration, vous devez vous en prendre aux visionnaires dont vous regrettez qu’ils n’étaient pas écoutés. Tu parles: acharnés à maintenir leur rente de situation, ils ont contribué à rendre le débat impossible et à faire élire les profiteurs de la situation, les socialistes. Alliés à eux objectivement et physiquement, ils ont par les triangulaires qu’ils ont provoqué, maintenu au pouvoir ceux qu’ils sont tellement intérêt à dénoncer qu’ils en sont les parasites, les supporters. FNPS ! Voilà la réalité et vous en êtes la dupe.

    Vos plaintes sont ainsi celles des ignorants, des imbéciles et des méchants. Reprenez vous, vous allez en avoir l’occasion.

  5. Alain De Vos dit :

    Que pensez-vous de la plate-forme collaborative, la primaire des français?

    • Alain de Vos, j’avoue que cette initiative me laisse perplexe… Difficile pour moi de répondre car cela correspond un peu au ton de mes billets mais en même temps, je ne vois pas en quoi cette initiative peut résoudre les grands problèmes de l’époque…
      MT

  6. Freederic_N dit :

    Fredi M
    Permettez moi de prendre la défense de ce que dit M Tandonnet, mais qui ne me satisfait qu’à moitié. D’abord vous fantasmez en parlant de l’Amérique sûre d’elle-même .. Nous la languissons tous, car si tel était le cas, Daesh aurait été liquidée depuis longtemps.
    Mais surtout votre argumentation n’a rien de nouveau , elle est tout droit sortie des archives de l’Humanité, et je me demande si vous vous rendez-compte que vous recyclez les arguments G Marchais / M Thorez. Cela fait bien 70 ans, au moins depuis la libération, que la France subit le même discours sur le libéralisme débridé, et qui à chaque fois à abouti à renforcer les logiques socialistes en France . Il n’est pas sérieux – et même irresponsable – d’expliquer que la France est victime de la mondialisation quand elle vient de battre le record du Monde du poids de l’Etat dans son économie ( on va vers les 58 % c’est à dire un chiffre digne de la Pologne (1) des années 50/60) . Mais surtout, et c’est là où on peut critiquer M Tandonnet, 58 % cela veut dire que le PEUPLE français n’existe pas en matière économique. Cela veut dire qu’une majorité de Français n’a aucun intérêt à ce que cela change : je parle de la fonction publique et assimilée ( plus du quart des salariés), je parle des différents types d’allocataires ( et non des retraités, parenthèse). Ce sont ceux là qui se réfugient derrière votre discours. Alors que les autres , eh bien, ils sont la minorité, ils bossent, et ils payent . C’est une minorité de ménages qui payent l’IR en France, juste au dessus – comme c’est curieux ! – du seuil des ménages où il y a un seul salaire de professeur ! . Un autre exemple 😕 la manif sur le droit du travail où on a eu droit au psychodrame encouragé par les médias, de la fonction publique manifestant dans les rues sur une question relative aux salariés du privé … Cela ne vous dérange pas ? moi si !
    C’est pourquoi on estime à près de 100000 les entrepreneurs qui sont partis à l’étranger créer leur boîte etc.. Et les exemples de ce type sont légion. Cela veut dire que oui les seuls responsables de notre situation sont les Français. Ce sont eux qui ont créé le dernier pays communiste d’Europe ! Mais non et je réponds aussi à Maxime : ce n’est pas en invoquant le peuple, l’intérêt général que l’on aidera le Président de droite à faire quelque chose en économie. Avoir une posture de recul ? Mais si il lui en prend l’envie, il va se dire que c’est foutu d’avance.
    La triste vérité c’est celle là : la France ne se réformera que si la France de droite a le courage de s’en prendre à la France de Gauche. Pour la première fois, elle en aura l’occasion.. si les électeurs du FN se rendent compte que le FN est devenu la roue de secours du Parti Socialiste

    (1) les paysans étaient dans une logique privée

  7. ann dit :

    Monsieur Tandonnet, je vous aurais cru subjugué par la dernière fusée propulsée par le système médiatique à coup de sondages à visées auto-réalisatrices et d’omniprésence sur les plateaux TV. Il vient de loin cette créature d »Attali au visage avenant (ça dupe les gens mal informés) et dès le début les esprits iconoclastes avaient vue coup venir….Il n’y a pas de hasard…Mieux veut en rire, prenez la peine, c’est tordant : https://fathermackenzie.wordpress.com/2014/09/10/emmanuel-macron/

  8. Fredi M. dit :

    Il est illusoire de donner à la tragédie politique française toutes sortes de boucs émissaires, « l’Europe », « la mondialisation », « l’Amérique », « le capital financier » ou autres leurres de ce genre.

    Ah bon ?
    La mondialisation, l’Europe contre les Nations, le libéralisme débridé (le « capital financier » ne veut rien dire) chez lui partout et nous nulle part, l’Amérique sûre d’elle et dominatrice, ne sont que des leurres ?
    Merci de m’ouvrir les yeux !
    Mais vous me rappelez ces donneurs de leçons qui, il y a quelques décennies, quand le Front National alertait sur l’immigration-invasion, se voyait renvoyer dans ses cordes :
    – fantasmes ! Menteurs ! Vous agitez les peurs ! Tout prouve le contraire !
    Aujourd’hui on nous somme de nous habituer à cette société multiculturelle qui est devenue réalité.
    Où étaient les menteurs ?
    De même certains (Rocard en tête, je m’en rappelle comme si c’était hier) nous promettaient avec l’Europe « paix et prospérité » : nous avons la paupérisation, le déclassement généralisé, la crise migratoire, le chômage de masse, l’agriculture en faillite, la concurrence faussée des travailleurs détachés et, cerise sur le gâteau… les attentats.
    Joli bilan…
    Et vous, vous voudriez nous vendre la mondialisation heureuse ?
    Je ne vous rejoins que sur un point : nos prétentieuses élites ont failli quand elles n’ont pas trahi.
    Qu’elles aient la modestie et l’humilité de ne pas, de ne plus, quémander nos votes.

    • Fredi M mais le fiasco général est dû en premier lieu à nous-mêmes, aux Français notamment aux dirigeants français: économie, communautarisme, banlieues, immigration, socialisme, insécurité, politiciens minables, rien de l’UE, ni de la mondialisation, ni du capitalisme financier ne nous oblige à être aussi nuls, je vous assure! Même dans les pire calamités planétaires, une Nation enfin, la classe dirigeante d’une nation, peut rester digne, ce qui n’est pas le cas en France. Trop facile de chercher les responsabilités ailleurs.
      MT

  9. Infraniouzes dit :

    Bonjour à tous,
    A mes yeux, nos malheurs viennent, en grande parti, de ce que la politique est devenue une science dans laquelle nos politiciens excellent, seuls ou accompagnés d’une cohorte de conseillers qui ont tous fait les grandes écoles. Nos politicards sont assez nuls mais connaissent par cœur la carte électorale de leur secteur, la date des élections à venir, les groupes, associations ou corps officiels qu’il faut caresser dans le sens du poil et ménager en permanence. L’administration, qu’ils nous fabriquent à grand coup de textes, de lois et de règlements, est devenue tellement compliquée qu’on ne s’y retrouve plus, tellement lourde qu’elle écrase le moindre entrepreneur au lieu de l’aider.
    A midi je regardai, à la TV, un reportage sur une petite entreprise du bâtiment dans laquelle la mère aidait son fils. Son bureau était couvert de papiers, documents et dossiers. J’en avais la nausée pour elle. Je me souviens, il y a quelques années, alors que je travaillais dans une banque, de jeunes cadres fraichement sortis de leur grande école, nous annonçant fièrement le « Zéro papier » à venir rapidement grâce à la croissance rapide de l’informatique de bureau. Tu parles Charles. La mécanisationest partout, l’automatisation est la règle, les robots vont nous submerger sauf les grattes papier qui travaillent laborieusement, réfléchissent avec lenteur et se groupent en hérisson dès qu’on fait mine de les secouer. Politiciens trop nombreux + administration pléthorique = ruines et malheurs pour tous.

  10. Alain De Vos dit :

    L’Europe…un bouc émissaire? Vous plaisantez.! L’Union Européenne constitue un réel problème telle qu’elle existe actuellement. Elle ne remplit pas les objectifs prétendus qu’elle devait remplir.
    Quand dans une entreprise on ne remplit pas les objectifs, elle manque sa croissance et son développement. Et l’entreprise choisit une nouvelle stratégie, une nouvelle tactique et souvent en changeant l’équipe dirigeante et les cadres fautifs. Pourquoi voulez-vous qu’il n’advienne pas la même chose pour l’UE? L’Europe suit la même méthode. Il revient donc à la regarder de près, de s’en défaire pour en construire une qui devra atteindre ses objectifs.
    Et vous utilisez à l’égard de ceux qui voudrait changer cet état de fait le même vocabulaire sans aucune argumentation. Pouvez-vous avoir un esprit critique alors que vous naviguez dans le lyrisme.
    Pourquoi voulez-vous que si l’UE fonctionnait bien, on en verrait les fruits partout malheureusement ce n’est pas le cas? Entendez-vous que le problème c’est les Français et que les Français??.
    Si l’Europe était tellement enchanteresse pourquoi voulez-vous que ce ne soit pas reconnue?
    Actuellement le PS, l’UDI, le Modem et Le LR ne veulent pas remettre en cause l’Europe. Quand il en parle les candidats le disent du bout des lèvres et ne savent pas comment si prendre. Relisez le point et l’article de Juppé, et les autres. C’est clair, ils n’ont pas de stratégie pour s’y opposer.

    • Oui Alain de Vos, l’UE ne cesse de détruire l’Europe je suis d’accord, mais il n’empêche qu’elle n’est pas responsable de tous nos maux, c’est faux, nos maux viennent avant tout de nous-mêmes, Français, ou plutôt de la France d’en haut qui a d’ailleurs une part de responsabilité majeure dans la dérive bureaucratique de cette UE d’inspiration bien française.
      MT

  11. François Martin dit :

    Pour que 2017-2022 ne soit pas la répétition en pire de ce que nous vivons – que le peuple supporte assez passivement, mais pour combien de temps? il faudrait en effet sens du devoir, sens des responsabilités et courage. Pour faire deux choses que les gouvernements successifs ne font plus depuis longtemps:
    1) décrire la réalité: dire la vérité sur l’état du pays. Comment peut-on supporter, en vrac:
    – le chômage de masse
    – 100 000 jeunes par an sortant du système scolaire sans aucune qualification
    – le nivellement par le bas de l’éducation nationale et sa conséquence, l’explosion des inégalités
    – un système fiscal (au sens large, incluant le financement de la protection sociale) aberrant
    – des quartiers devenus zones de non-droit, ce dont on voit les conséquences
    – un système de représentation politique et sociale à la dérive, avec de plus en plus d’élus de moins en moins responsables, sans parler de la représentativité des soi-disant « partenaires sociaux » (et encore moins de celle, risible, des dirigeants de l’UNEF)
    – une dette publique qui augmente démesurément sans aucune efficacité, le problème n’étant pas le niveau absolu de la dette ou du déficit, mais le bon emploi de l’argent public
    – la situation calamiteuse de l’hôpital public et plus largement du système de santé
    – etc…. (mais par définition, la petite caste de l’élite politico-médiatique n’est directement, personnellement, concernée dans sa chair, son vécu quotidien, par aucun de ces sujets! )
    2) faire sur la base de ce constat ce que l’ancien régime finissant (merci M. Tandonnet d’avoir mis à la une ma réaction d’humeur sur votre précédent billet) n’a pas su faire: des réformes!
    La seule chose qui manque pour les faire, ce n’est ni la compétence, ni la technique, ni les supposées contraintes de la mondialisation ou de l’Europe ou de je ne sais quoi ou qui, c’est du courage politique.
    Un jour peut-être, on étudiera dans les livres de science politique ces contre-exemples absolus de réformes que nous subissons depuis des années, mais à un rythme qui s’accélère, comme les 35 heures, le prélèvement de l’impôt à la source, le remodelage de la carte des régions, la réforme du collège, la déchéance de nationalité ou la « réforme » du code du travail… toutes « réformes » que l’on peut résumer comme étant la mauvaise réponse au mauvais problème.

  12. Walter dit :

    Maxime: « You have a dream! »

  13. Christian dit :

    Maxime , Vous avez tout dit . Si cette démocratie devait perdurer , j’ajouterai qu’il ne faut plus recourir à des énarques pour diriger un pays mais à des personnes de bon sens, issus de l’entreprise ayant de grandes qualités , spirituelles , humaines et économiques . Nous avons des exemples dans notre pays et ces personnes restaient DISCRETES . On a donné beaucoup trop d’importance à la technique au point de construire des usines à gaz sociales ou administratives qui ne résolvaient rien mais différaient les problèmes , voire les compliquaient au point de paralyser l’action et l’enthousiasme . L’exemple d’hier soir est flagrant !

    • Christian, ce n’est pas tellement une affaire d’étiquette ou de diplôme je pense, il y a de tout parmi les énarques. chassez tous les énarques du pouvoir, des cabinets, des administrations, et cela réglera-t-il le problème de la France? Je me permets d’en douter.

  14. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Mais Monsieur Tandonnet nous ne vivons plus dans le monde des bisounours, nous sommes au XXIème siècle !
    Tout ce que vous rappelez : un Président qui préside et qui a de la hauteur de vue, un gouvernement qui ne s’intéresse qu’à la France, des députés et des sénateurs qui représentent le peuple et sanctionnent le gouvernement et tous ces braves gens qui travaillent sans aucune arrière-pensée…cela s’appelle un rêve, une utopie, une chimère…Nous ne sommes plus en 1958 et les médias et autres instances dites sociales ne sont plus sous contrôle, ils ont pris le pouvoir et n’ont aucune envie de le lâcher !
    Comment imaginer en 2016 un Président, un ministre ou un député qui ne s’épanche pas quotidiennement pour faire entendre sa petite musique auprès des journalistes.
    Avez-vous lu l’agréable livre « Le bal des dézingueurs » dans lequel on voit que ce sont très souvent les politiques qui invitent les journalistes sous le prétexte de les écouter mais en fait pour leur faire entendre leurs humeurs du moment. Avez-vous entendu la réaction de Macron lorsqu’il s’est aperçu de son erreur de communication auprès de la journaliste de Paris-Match : c’est une bêtise de ma femme qui n’y connaît pas grand-chose en matière de relation avec les médias ! C’est exactement cela le courage de nos politiques aujourd’hui qui plus est d’un jeune politique soit disant en devenir : ce n’est pas de ma faute ! (comme Thévenoud le malade).
    Avez-vous vu comment l’on « recase » les analphabètes infâmes de la CGT : on leur crée un poste bien rémunéré pour remplacer un poste bénévole alors qu’ils devraient être jusqu’à leur retraite dans un placard à méditer sur l’honnêteté et la probité.
    La France et les mœurs politiques sont aujourd’hui malheureusement ce qu’ils sont et notre enjeu fondamental réside bien à trouver une personne et une équipe capable de nous sortir du chaos.
    Mais pour cela il nous faudra encore attendre et je vois qu’une solution immédiate pour virer cette bande de crapules : les chasser de leur palais et tout faire pour les écarter définitivement du pouvoir ! Ce n’est malheureusement pas dans nos bulletins de vote que nous trouverons actuellement la solution : remplacer des aveugles par des borgnes ne nous mènera nulle part.

    • Gérard Bayon, votre réaction est très intéressante. Mon seul vœux dans ce billet est de voir chacun dans la sphère dirigeante rester à sa place, remplir sa mission et faire son devoir. Pour avoir dit cette évidence, cette lapalissade, cette vérité de base, je passe pour un « bisounours », c’est-à-dire un rêveur, un utopiste. Cela montre bien où nous en sommes…
      MT

  15. Anonyme dit :

    Lui à de la santé Sent from my WIKO PULP 4G

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s