Digressions dominicales

sans-titreCi-joint ma dernière contribution au Figaro Vox.  Je pense avoir été un peu long dans mes réponses… Mes amis qualifient parfois mes écrits de misanthropes. Je n’y peux rien si je ressens la  vie publique comme étant sous l’emprise de la lâcheté, la bêtise, la manipulation, un narcissisme qui confine désormais à la pathologie mentale. Je ne dis pas j’ai raison. Je dis que je le ressens ainsi… Je trouve monstrueux que l’Europe n’ait pas été capable de s’organiser en coalition avec la Russie et l’Amérique pour foutre en l’air l’Etat islamique Daesh dès 2014, quand le massacre des minorités chrétiennes et Yézidies, les supplices infligés aux femmes, aux enfants, aux prisonniers de guerre ont été connus. L’histoire ne se répète pas mais les comportements humains se reproduisent à l’identique: même aveuglement, même couardise, même renoncement. Nous revivons les années 1930, jusqu’à l’apocalypse. Tiens, une anecdote pour parler d’autre chose. Hier, sur le marché de ma commune de banlieue, j’ai été pris à partie par des militants extrémistes en campagne des régionales auxquels j’avais refusé le tract qu’ils me tendaient. Ils se sont mis à vociférer comme des brutes. En vérité, je ne prends aucun tract d’où qu’ils viennent. Quand je me promène sur le marché, c’est pour regarder les fruits, les poissons, les champignons, les vins, discuter avec les marchands, et non pour être harcelé.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Digressions dominicales

  1. Danjou annick dit :

    Oui en effet si c’est ce que vous voulez dire, je n’ai pas bien lu vos propos et m’en excuse. Cependant l’ Etat tel que vous le définissez est sous l’influence des politiques et je peux vous assurer qu’il ne fait pas toujours son travail comme il le devrait avec efficacité et envie de servir le pays. Si je dis merci à tous ceux qui sont intervenus dans ces moments terribles et qui continuent à intervenir aujourd’hui parce que la situation est particulière, certains ont déserté et ont été éduqués(dans) et influencés par le laxisme général qui aboutit à la situation actuelle. L’Etat que vous décrivez n’est pas toujours présent pour défendre les citoyens que nous sommes, et les politiques dans leur bulle s’en désintéresse.

  2. Annick Danjou dit :

    Si vous même Maxime vous pensez qu’il n’y a pas eu « défaillances de l’état », alors là on est vraiment foutus. Ou bien vous n’osez pas le dire ou bien vous pensez vraiment que tout a été fait pour protéger la population d’un attentat. Si cette seconde possibilité est celle que vous défendez et bien on peut essayer de dormir sur nos 2 oreilles et se faire une raison sur ce qui nous attend. Après Charlie et la belle farandole organisée par l’hurluberlu qui nous sert de président, pour remonter dans les sondages, il a cru que défiler suffisait à faire peur aux assassins. D’ailleurs tous les défileurs l’ont cru aussi, je suis Charlie et hop, fini le carnage! Que des paroles et que de l’esbrouffe, tous ceux qui sont venus dire non aux meurtres des caricaturistes, ont fait de la figuration, ils ont posé pour la photo. Mais nous les français de bas étage, nous savons que ces gens là n’ont cure de notre protection et sitôt le sang effacé et séché ils s’en retournent à leurs vulgaires occupations dont nous sommes complètement exclus. Qu’est ce qu’un cadavre pour ces va t’en guerre? Tant qu’ils ne sont pas touchés directement? Je suis très pessimiste et en colère contre tous ceux qui nous gouvernent ou qui voudraient nous gouverner.

    • Annick Danjou, vous m’avez bien compris je pense, je distingue l’Etat ses serviteurs, en l’occurrence ses policiers, ses militaires, médecins, infirmière, qui ont été au feu, qui ont tout fait pour sauver des vies, et les politiques… MT
      MT

    • Annick Danjou, vous confondez le pouvoir politique et l’Etat me semble-t-il.
      MT

  3. RB dit :

    Lu dans le Figaro le 20/11/15: […] où en est la France profonde? Que pense-t-elle, que ressent-elle? mystère. […] Je pense qu’un sentiment de fatalisme et de désespérance s’est emparé du pays qui ne sait plus que penser, qui croire, qu’attendre de l’avenir.

    Ce n’est pas parce que les Français ne disent rien publiquement qu’ils ne savent plus que penser, ni ce qu’ils peuvent attendre de l’avenir.

  4. Étudiante à l'UPEC dit :

    Bonsoir à tous,

    PHILIPPE, je suis ravie de lire votre commentaire et partage votre idée du patriotisme et les critiques émises à l’égard de certaines catégories de personnes! Honte à elles !

    Je vous souhaite à tous une bonne soiree.

  5. Frederic_N dit :

    Bonjour Maxime,
    En écoutant Estrosi je me disais par devers moi que vous auriez risqué de « péter un plomb » à l’entendre , tellement il était mauvais.
    Et mesurez par là l’autorité morale que vous avez acquise auprès de vos lecteurs. C’est rare par les temps qui courent.
    Mais excusez moi d’insister, votre discours souffre d’une faiblesse qui est un peu toujours la même
    qui est de privilégier les grandes idées sur les conditions concrètes de la politique .. alors que c’est cela le problème, la mise en œuvre des orientations.
    Or si votre Président devient ce que vous en dites alors il n’est pas prêt de se salir les mains .. et pour avoir conseillé de grandes entreprises en difficulté, je sais ce que cela veut dire « fixer les grandes orientations et déléguer pour la mise en œuvre  » : dans le monde d’aujourd’hui, cela revient à organiser le b…
    Je prends un exemple : aujourd’hui tout le monde parle de sécurité . C’est bien mais cela ne sert plus à rien d’en parler : le plafond de verre a été brisé, enfin, et on ne pourra plus pour longtemps empêcher cette politique ( si la droite arrive au pouvoir par exemple et que la gauche reprend sa chanson traditionnelle). Mais le tout sécuritaire a des limites qui sont politiques : le problème central n’est pas d’empêcher tel ou tel attentat, mais de reprendre influence sur la partie la moins « perdue » de la communauté musulmane. Car c’est elle qui brisera l’omerta qui protège aujourd’hui les djihadistes dans les quartiers
    Mais comment faire : des discours ? On a tous compris l’enjeu. Personnellement je pense que cela se jouera dans les détails de la vie quotidienne. Là où l’on verra in concreto ce que veut dire appartenir à une communauté nationale, ce qu’est la culture européenne (
    Ce qui a changé depuis cette année, c’est qu’il y a actuellement des milliers d’agents de l’Etat, des dizaines de milleirs de volontaires qui n’attendent qu’une chose , des propositions concrètes pour assumer ce rôle là positif , dans l’école, dans l’entreprise, etc.. Des cas concrets qui vont se multiplier où il faudra affirmer la collectivité nationale ET intégrer concrètement ceux des musulmans qui l’envisagent ( en clair : les détacher des penchants communautaristes). Mais aujourd’hui personne ne leur dit comment faire. C’est toujours plus commode de gueuler dans son coin
    Personnellement je pense qu’il faut rompre avec le gaullisme qui vous conseillera toujours de faire confiance à l’état, donc aux administrations. Et d’attendre ! C’est à la base que les choses se feront. ou ne se feront pas . Bref il faut faire ce que la gauche a si bien réussi dans le passé : imposer à l’Etat sa propre vision des choses.
    Les réseaux c’est pas fait pour les chiens

  6. Cyril45 dit :

    François,
    Pour abonder dans votre sens concernant Vigipirate. Il suffit de voir les barrières posées devant un établissement scolaire, côté sortie des élèves, et rien le long du trottoir d’en-face, à peine plus de quatre mètres de distance ! Ridicule.

  7. Philippe dit :

    Bonjour Maxime,

    C’est effectivement comme disent certains intervenants d’écouter.
    Cependant ce qui m’a surpris c’est la lâcheté et la bêtise des français.
    Beaucoup d’intellectuels de Bobos, de spécialistes de la bien-pensance n’avaient de cesse de critiquer, de lyncher ceux qui se revendiquaient patriotes et qui portaient haut les couleurs de la France les traitant de fascistes et autres noms d’oiseaux. Il y a avait ceux qui crachaient sur « La Marseillaise » vociférant qu’il fallait changer d’hymne car notre hymne conduisait à la violence de part ses paroles. Suivis derrière eux par bon nombre de bien pensants et de français moutons de panurge. Mais il y avait aussi tous ceux qui en 2012 fêtaient la victoire de Hollande en levant les drapeaux algériens, marocains, maliens bien qu’ils soient nés sur le sol français et sifflant « la marseillaise ». Et ceux qui nommaient la marseillaise de Karaoké d’estrade.
    Et aujourd’hui on les voit tous faire dans le misérabilisme, la pitié, la victimisation en se drapant du drapeau qu’ils ont insulté et chantant l’hymne qu’ils ont tant sifflé.
    Quelle confiance peut-on porter à ces gens? Quelle crédit peut-on porter à la sincérité de ces gens?. Rappelons nous les 40 millions de Pétainiste qui criaient vive Pétain et à mort De Gaulle et qui après juin 1944 se posèrent en justicier et criaient « Vive De Gaulle ».
    Je ne suis pas allé aux rassemblements suite à l’attentat et je n’irai pas aux suivants car on n’est pas patriote lorsque cela vous arrange et pour faire comme tout le monde et être vu à la télé ou dans la presse. Je n’irai pas mettre de bougies, car je suis un homme de conviction et patriote depuis toujours.Car l’éducation que l’on m’a donné mettait en avant l’Honneur, la Loyauté, le patriotisme. Depuis 1981 on a eu cesse de faire croire que patriotisme, nationalisme, xénophobie étaient synonymes
    L’unité nationale se fait avec de la Loyauté, de la probité, un amour inconditionnel de son pays de ses couleurs et son hymne, pas simplement les jours où cela vous pètes aux fesses et pour combien de temps? Il est si facile de cracher dans la soupe et ensuite faire croire qu’on aime son pays. L’unité nationale d’aujourd’hui est une unité de façade ça fait bien d’avoir sa bougie et son drapeau, on passe à la télé cela fait les titres, le buzz, et sur Facebook on met le drapeau bleu blanc rouge. Les vrais patriotes le sont tous les jours et non pas seulement lors d’attentats. Ces soi-disant patriotes d’un jour, devraient aujourd’hui lutter non seulement contre Daesh mais aussi contre ces politiques qui sont responsables par laxisme populisme et démagogie de ces situations. Mais après les fêtes vous verrez que nos patriotes drapés sous notre drapeau ne le seront plus autant que cela et pour nos politicards l’intérêt particulier sera privilégié en vue de 2017.

  8. luc dit :

    Tous ces assassins ont un point commun, ils viennent tous de familles très nombreuses.

    – Khaled Kelkal, le responsable des attentats de 1995, venait d’une famille de 8 enfants.
    – Youssouf Fofana, responsable de la mort d’Ilan Halimi, vient d’une famille de 7 enfants.
    – Mohammed Ben-Allal Merah, le père de Mohammed Merah, a eu au total 14 enfants.
    – Amedy Coulibaly, le responsable de le prise d’otages du magasin Hyper Cacher, venait d’une famille de 10 enfants.
    – Abdelhamid Abaaoud, le responsable des attentats de novembre 2015, venait d’une famille de 6 enfants.

    Comme l’expliquait le Monde en 2008, dans un article intitulé « Grigny : l’état d’urgence », beaucoup d’immigrés continuent de garder en France des taux de natalité importants alors que la mortalité infantile est quasi nulle chez nous.

    « Le problème, c’est qu’à la Grande-Borne, la jeunesse déborde. Avant d’être la ville des émeutes, Grigny est la ville des poussettes. Près de 800 naissances par an, soit un millième du total des naissances en France pour une commune de 25 000 habitants.

    Au milieu de fratries importantes, notamment lorsqu’il s’agit de familles polygames, ces jeunes finissent par s’élever tout seuls ou entre eux.

    Les parents, ils sont où ? » Pas démissionnaires, mais dépassés par un mode de vie et des codes sociaux qu’ils ne maîtrisent pas. Dépassés par l’obligation d’assurer la survie immédiate. Déboussolés aussi par leurs enfants qui apprennent le français plus rapidement et qui obtiennent un statut d’adulte en rapportant un peu d’argent grâce au « business ». Le résultat est désastreux : une large partie des jeunes quitte le système éducatif sans le moindre diplôme. »

    Visiblement, Giscard et Chirac ont oublié cette donnée en autorisant le regroupement familial.
    Giscard préférait compter les diamants.

  9. Maréchal dit :

    « Nous vivons des temps difficiles. Il faut s’élever au dessus des intérêts particuliers. Si nous nous divisons, si nous nous disputons, nous sommes perdus. Il faut créer les conditions de l’union des Français, et pour ça il faut réveiller leur sentiment national. Quand les Français se divisent et se disputent, je leur parle de la France. »
    Charles De Gaulle ( Préfecture de Mézières le 23 avril 1963 )

  10. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    « Il faudra prendre des mesures qu’on a trop tardé à prendre et qui demandent de la clarté sur le plan politique, qu’il s’agisse du contrôle aux frontières ou de la politique envers les communautés. Sur ces sujets, il convient de sortir du politiquement correct pour entrer dans le stratégiquement nécessaire… Notre défense n’est plus à la hauteur des ambitions de la France et des menaces… L’État-providence a mangé l’État régalien… Les attentats du 13 novembre traduisent l’échec très net des missions régaliennes de l’État… Pour gagner, il faut une stratégie. Or, aujourd’hui, il n’y a pas de stratégie globale ! Personne ne sait exactement ce que l’on veut faire. »
    général (2s) Desportes, nov. 2015.

  11. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    ALERTE CHIMIQUE MAXIMALE :
    Le Beaujolais nouveau est arrivé !

  12. H. dit :

    Bonjour Maxime,

    De votre très bon article sur le Figarovox, j’extraie cette phrase: « …la vie démocratique se poursuivait et la Chambre des Députés débattait de tous les sujets… »
    On en a eu la preuve hier avec ce vote du Sénat: »« Taxe tampon » : le Sénat vote la réduction à 5,5 % du taux de TVA » (http://www.lemonde.fr/sante/article/2015/11/21/taxe-tampon-le-senat-vote-la-reduction-a-5-5-du-taux-de-tva_4814993_1651302.html)
    On a les priorités qu’on peut. Sur le prolongement de l’état d’urgence et de son utilisation: http://lecolonel.net/etat-durgence-ce-qui-va-changer/
    J’oppose ces deux phrases:
    1)  » On doit parfois restreindre nos libertés pour assurer la sécurité des français » le premier ministre le 16 novembre
    2) « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux. »
    Benjamin Franklin

    Ils sont tout simplement nullissimes.

    Bon dimanche

  13. François dit :

    « Y-a-t-il eu des défaillances de l’État?
    Non, on ne peut absolument pas dire une chose pareille. »

    Comment, Maxime, pouvez-vous répondre cela au Figarovox ? C’est absolument faux, à moins de faire comme les musulmans, s’en remettre au Mektoub (fatalité). Chaque opération, réussie ou non, doit faire l’objet d’un RETEX (retour d’expérience).

    J’ai retrouvé le RETEX de l’affaire Merah(*). Je suis persuadé que 90 % des dysfonctionnements relevés sont toujours d’actualité (manque de coordination, manque de formation, etc.). Vous le savez bien, dans notre administration, toute pensée hétérodoxe est bannie (phénomène dû au mode de recrutement, à la force de l’habitude, à la volonté acharnée de faire carrière, au mépris ouvertement affiché des suggestions de la base, à l’emballement de la machine administrative : on passe 2 fois plus de temps à justifier son travail qu’à bosser sur le terrain, etc.)

    Rien n’a changé depuis. Avons-nous une doctrine cohérente, une stratégie ? Force est de constater que non ! Combien de notes lues par des directeurs incompétents, car recrutés sur leurs opinions politiques, uniquement obnubilés par leurs budgets respectifs, ont fini dans une corbeille à papier ?

    Un exemple : Vigipirate. Du simple soldat au général, pas un militaire ne croit aux vertus de ce plan, qui est non seulement contre-productif mais aussi dangereux (pendant que nos militaires patrouillent dans les gares ou les aéroports, ils ne s’entraînent plus). Cependant, mes anciens chefs ne se sont jamais rebellés au nom de la sacro-saint préservation des effectifs ! À ma connaissance, pas un général n’a démissionné, ni même émis autre chose qu’une molle protestation, si possible par oral pour ne pas laisser de traces. Mais pendant ce temps là, le cœur de métier est abandonné : l’opération Serval, limité au Mali, = 5000 hommes / l’opération Barkhane, sur 5 pays = 3500 hommes. Cherchez l’erreur !

    (*) http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/121023-rapport-merah.pdf

  14. Georges dit :

    Le choix d’un représentant du secteur bancaire a la tête de la commission européenne ne me semble pas anodin alors imaginez quelles sont les priorités de l’union sinon de s’aligner comme satellite de la maison-mère WALL-STREET.Par ailleurs ,le racolage politique par la distribution de tracts ne nous oblige pas à participer à un fond de commerce ou nous ne participons pas aux intérêts ,en monnaie sonnante s’entend.

  15. Q dit :

     » Ils se sont mis à vociférer comme des brutes. »

    Apres un refus neutre et polis ? (a ceux qui s’emmerdent benevolement sur le marche a faire vivre la democratie) ?

    J’ai quelques doutes 😉

    Je prend toujours les tracs, quelqu’ils soient, par respect.

    « misanthropes »
    au contraire, sinon vous vous en foutriez de toute cette chienlit

  16. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Je fréquente également le plus souvent possible et souvent plusieurs fois par semaine l’un des marchés de ma commune. Non pour y faire campagne, je laisse cette activité aux politiques et aux militants, mais pour y acheter des fruits et des légumes et en profiter pour écouter « la France d’en bas » et discuter avec mes commerçants préférés.
    Ce qu’on y entend en une heure de temps est bien plus intéressant que ce qu’on écoute ou voit à longueur de journée dans les médias souvent déconnectés de la vraie vie.
    Et qu’entend-on en ce moment ? Beaucoup de gens sont favorables à la prolongation de l’état d’urgence et rajoutent que l’on devrait profiter de ces trois mois pour « faire le ménage » dans les cités où les forces de sécurité sont interdites, pour y faire cesser les trafics d’armes et de drogue.
    On y entend aussi que le gouvernement devrait être un peu plus attentif à l’arrivée massive des migrants accompagnés sans doute de « racailles ».
    On y entend également tout un tas de propos contre le laxisme des autorités face aux exigences permanentes des musulmans pour soi-disant respecter leurs pratiques religieuses, et même aussi des propos sur le retour à la peine de mort pour les assassins de daech !
    Voilà ce qui se dit sur mon marché d’une grande commune de la banlieue parisienne et l’on est donc bien loin de l’esprit de concorde prôné par nos pseudos élites qui feraient mieux d’aller un peu plus souvent se promener dans leur circonscription et discuter avec leurs électeurs plutôt que de chahuter au travail !

  17. Rayon dit :

    Bonjour Maxime,
    Vous n’êtes pas un misanthrope, vous êtes réaliste et vous accordez vos actes à vos idées, bous ne faites donc pas preuve de duplicité à l’instar de certains de nos hauts responsables tant politiques qu’économiques. Et vous remercie une nouvelle fois pour vos articles.
    Olivier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s