Conseil aux politiques

sans-titreHier soir, nous avions un dîner à la maison, après ce fabuleux moment de sport planétaire que fut la finale historique de la coupe du monde de rugby, Nouvelle-Zélande/Australie – l’un des plus beaux matchs internationaux que j’aie jamais vu. Nous avions pour convives des personnes de tout bord, de droite, de gauche, du privé de la fonction publique, voire même de toutes les religions. Autrefois, les dîners donnaient lieu à des discussions courtoises, mais vives qui parfois dégénéraient… Désormais, rien de tel, tout le monde était parfaitement d’accord sur tout, notamment l’invraisemblable discrédit de l’univers politique. Il est vrai que la vie publique atteint des sommets dans l’absurdité, le mépris et la désinvolture. Ainsi, le mois dernier, la gauche socialiste en appelait à une mobilisation contre le « bloc réactionnaire » composé de « la droite et de l’extrême droite ». Maintenant, elle réclame un « Front républicain » contre « l’extrême droite ». Où est la cohérence? Jamais dans l’histoire on ne s’est autant moqué du monde. Le niveau atteint dans la moquerie est sans précédent. Cette attitude provient de l’éternel défaut de la part des élites nationales, médiatisées qui consiste à prendre les autres pour des imbéciles que l’on peut manipuler sans limite. Les ficelles de la manipulation sont grossières: 1/ sur-personnalisation des enjeux, autour de la lutte entre quatre ou cinq « géants » médiatiques en course pour l’Elysée, 2/ obsession de la table rase et de l’oubli du passé –  les bilans, les provocations salaces, les fautes qui ont mis le pays à genou-, 3/ fuite dans l’émotionnel et l’anecdotique au détriment de la raison et de la politique des réalités, 4/ exacerbation des haines sectaires pour faire oublier le néant des idées. Attention, je parle ici des vedettes médiatisées de la politique nationale, pas des maires, des parlementaires discrets, des élus qui s’investissent corps et âme pour leur région ou leur ville. Une priorité absolue: cesser de prendre les gens pour des crétins (cette fois-ci, je resterai poli jusqu’au bout de ce billet!). Si j’étais un responsable public, je prendrais acte de la désintégration de la vie politique nationale, se traduisant par une poussée vertigineuse de l’abstentionnisme comme du vote extrémiste, un climat de dégoût généralisé envers la politique nationale dont toutes les enquêtes d’opinion font état. J’en appellerai à l’organisation d’Etats généraux de la refondation de la vie publique nationale et de la démocratie, qui réuniraient les forces vives du pays, les élus locaux, les chefs d’entreprise, le monde associatif, des représentants élus des salariés du privé comme du public. Ils se tiendraient pendant l’hiver 2016, dans un cadre a-politique, neutre sur le plan idéologique, à l’abri de toute récupération. Préparés par un comité de Sages indépendants (juristes, scientifiques, historiens sans engagement idéologique) , ils s’organiseraient en ateliers portant sur des sujets précis relatifs à l’avenir de la gouvernance française: le rôle et la place de la représentation nationale, l’équilibre et la définitions des rôles entre le chef de l’Etat et le Premier ministre, le référendum paumed’initiative populaire, la démocratie directe, la question fondamentale du pouvoir croissant des juridictions non élues (Conseil constitutionnel), la réforme des institutions européennes. Ces travaux seraient motivés par un seul objectif: sortir le pays de 40 ans d’impuissance publique, d’alternance en alternance, qui le conduisent dans le mur et le déclin.  Alors pourquoi cette idée de bon sens, non pas une solution miracle mais l’amorce d’une prise de conscience, ne verra-t-elle probablement jamais le jour? Pour une raison simple et tragique: ce n’est pas l’intérêt de la France qui éclaire leur horizon mais le ballet des ambitions personnelles…

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

45 commentaires pour Conseil aux politiques

  1. en passant dit :

    « Préparés par un comité de Sages indépendants (juristes, scientifiques, historiens sans engagement idéologique) »

    Voici la contribution d’un sociologue anglais (sans engagement idéologique, donc) :

    « L’obstacle fondamental au fonctionnement du système parlementaire réside dans sa juxtaposition avec une administration centralisée, créée pour être maniée par une seule et puissante main. Aussi, au lieu de corriger les défauts de cette centralisation, le gouvernement parlementaire les aggrave-t-il. (…) En présence d’un pareil état de choses, un Anglais s’écriera : « mais pourquoi ne pas vous débarrasser de votre système de centralisation et donner ainsi au gouvernement parlementaire une chance de fonctionner ? » La réponse est que si l’on démolissait l’oeuvre centralisatrice de Napoléon, œuvre qui a survécu à toutes les vicissitudes du siècle, elle entraînerait, dans sa ruine, toutes les institutions françaises. Les ravages seraient plus funestes que ceux de 1789 et, pour reconstruire un autre édifice, il faudrait un autre Napoléon. »
    Bodley La France, essai sur l’histoire et le fonctionnement des institutions politiques françaises, vers 1900. Cité par Arnaud Teyssier dans sa biographie de Péguy.

    En 2010, le vibrionnant président d’alors avait déclaré qu’il trouvait le lycée français « trop napoléonien », indiquant par là qu’il entendait le découper en petit morceaux privatisables sur le modèle (ou anti-modèle) néolibéral de quelques pays nordiques ou anglo-saxons. La chose était d’autant plus mal passée que cette remise en cause du système d’orientation français était venue juste avant l’histoire de l’EPAD. Mais, à la lumière de la citation de Bodley, on ne peut que mettre en garde les apprentis sorciers : ont-ils l’envergure d’un Napoléon ?

    J'aime

  2. michel43 dit :

    CONSEIL AUX POLITICIENS :de GAUCHE et de DROITE vous faites confiance , a ses tètes D. OEUFS ; barder de diplômes , issues de la haute fonctions PUBLICS , qui on petit pois, Cassegrain , a la place du cerveau , souvenez vous des 35 H ,de la CFE et de suppressions de la demi part , et on fait désormais payer les PAUVRES RETRAITER. la TAXE FONCIERE . ;MERCI M.SARKOZY et vos hauts fonctionnaires de BERCY.. et c « est VOUS qui passer pour un imbécile ..on y ajoute les NORMES DE BRUXELLES ,,et deux président qui nous VIDENT les poches..et mentent ,comme il respire. Pensez vous , un instant, qu  » il va y avoir des scansions ET BIEN NON.. des conneries pareil ,ne peuvent venir , QUE de nos élites de la nation. qui en trois Mois, coulerait nos petites entreprises.. JAMAIS , ceux de L.ADMINISTRATIONS et POLITICIENS , ne couperons , la BRANCHE qui les NOURIE Attendons le résultat des Régionales .,après on saura se que pense ; ceux qui VOTE

    J'aime

  3. François dit :

    @ Maxime et Bernard06

    Voilà ce qu’en dit l’Académie française :

    « Il est impossible de savoir précisément quand et comment est apparue l’expression familière au temps pour moi, issue du langage militaire, dans laquelle au temps ! se dit pour commander la reprise d’un mouvement depuis le début (au temps pour les crosses, etc.). De ce sens de C’est à reprendre, on a pu glisser à l’emploi figuré. On dit Au temps pour moi pour admettre son erreur – et concéder que l’on va reprendre ou reconsidérer les choses depuis leur début.
    L’origine de cette expression n’étant plus comprise, la graphie Autant pour moi est courante aujourd’hui, mais rien ne la justifie. »
    http://www.academie-francaise.fr/la-langue-francaise/questions-de-langue#16_strong-em-au-temps-pour-moi-em-strong

    @ Maxime,
    Pourquoi créer un énième comité Théodule (les États généraux) ? Perte de temps et d’énergie, surtout que les solutions sont connues. Un moyen pour débloquer les innombrables verrous : le référendum, avec obligation d’en respecter les résultats ; i.e. seul un référendum peut annuler un référendum, si vous voyez ce que je veux dire 🙂

    J'aime

  4. Bernard06 dit :

    Bonjour Mr Tandonnet,
    Que penseriez vous de « au temps pour moi » ? Je sais, je sais l’ancien militaire peut se montrer un peu casse (c) pieds…
    @Lionel Bieder. Vous avez du rater l’oral du concours d’entrée ! Que penseriez vous, par exemple, d’une obligation de trente années de service à la sortie assortie d’une obligation de démission pour occuper n’importe quel poste politique (chef de cabinet de ministre, conseiller…) ou se présenter à n’importe quelle élection ?

    J'aime

  5. Ping : AVERTISSEMENT SOUS FORME DE CONSEIL | Raimanet

  6. français dit :

    Isabelle : « Un des plus beaux matchs que j’aie jamais vus » me paraît très convenable….

    J'aime

  7. Lionel Bieder dit :

    Le réveil des consciences:
    Ou comment Contre-Attaquer et vaincre l’Olig-Énarchie en 12 Phases
    Phase 1:
    Prise du pouvoir Législatif Français par des citoyens, non politiciens professionnels,
    Phase 2:
    Nomination d’un 1er Ministre issu du Peuple, Résistant, Imaginatif, Talentueux, Couillu, Courageux et Incorruptible (sur 65 millions, ça se trouve…)
    Phase 3:
    Favoriser et encourager un mouvement de retrait massif des avoirs financiers du Peuple Français auprès des banques,
    Phase 4:
    Effondrement du système bancaire Français,
    Phase 5:
    Prise de contrôle des banques Françaises en défaut de paiement (toutes) par l’Etat Français, pour sauver les avoirs des particuliers et des entreprises non-côtées, effondrement de la Banque Centrale Européenne,
    Phase 6:
    Prise de contrôle par l’Etat, des Entreprises Françaises cotées au travers des Banques Nationalisées
    Phase 7:
    Limogeage de l’ensemble de l’Olig-Enarchie (Ht fonctionnaires, Dirigeants de sociétés privatisées, Politiques) reconnue coupable de prise illégale d’intérêts et de corruption au niveau de l’Etat, encouragement de la Délation et amnistie partielle des repentis (ils se balanceront immédiatement les uns les autres… émoticône wink )
    Phase 8:
    Abrogation de la loi Pompidou,
    Phase 9:
    Effondrement de la Finance Mondiale par effet domino,
    Phase 10:
    Amnistie des fonds rapatriés en France avec 10% Max de redressement sur les fonds investis ds les PME et l’Immobilier,
    Phase 11:
    Plafonnement du coût salarial à 30% du salaire net,
    Phase 12:
    Replacement de l’Homme et de la valeur Travail au centre de l’Economie et sur le long terme, avec un Plan Intitulé « France 2050 »

    J'aime

  8. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Lire : il n’est de problème qu’une absence de solution ne saurait RÉSOUDRE et non désordre.
    Veuillez m’excuser.

    J'aime

  9. Q dit :

    Getil mais il est probablement mieux de laisser la democratie, elle trouvera sont chemin plutot que de la confisquer par des gens qui ne representent qu’eux meme (et vous avez liste des professions, juristes, scientifiques, historiens, qui arrivent a etre encore plus gauchistes que les journaleux).

    Réforme des institutions européennes vous dite ? ce n’est plus de la competence de la France mais unanimite a 28, donc

    Ce n’est pas l’alternance qui detruie la politique mais le manque d’alternance reelle (cf tant que dans Euro/EU pas d’alternative economique quelque soit le vote,, plus de souverainete reelle comme moyen d’action il ne reste que la communication).

    Pouquoi voullez vous que les gens apprecient les politiques si ils disent tous qu’il n’y a qu’une seule voie et que cette voie a ete catastrophique jusque la ? ideologie pousee au masochisme ou inversement

    J'aime

  10. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Des États Généraux ?
    M. TANDONNET, je vous lis chaque jour et j’apprécie généralement vos propos tout autant que les réponses, parfois grinçantes, des vos lecteurs.
    Aujourd’hui, je suis au regret de vous dire que vous filez d’un mauvais coton !
    Vous virez – par dépit et je le comprends – dans les doux arcanes radicaux-socialistes chers au regretté CHIRAC et son mentor le « bon docteur QUEUILLE », à savoir qu’il n’est de problème qu’une absence de solution ne saurait désordre. Ce qui se traduisait plus prosaïquement, en fin de repas, par l’aphorisme mieux connu : « quand un problème m’emmerde, je crée une commission ». Je crains que vous ne vous « Juppéisiez ».
    Au fond, la pathologie est assez bénigne mais elle conduit parfois à voter socialiste.
    Ne préconisez-vous pas « l’organisation d’Etats Généraux » ?
    Ce n’est pas à vous que j’apprendrai à quelle sauce tournèrent les derniers États Généraux, à quoi ils servirent ni comment ils aboutirent. Voilà bien une idée de salons. Les Français n’attendent pas des comités Theodules ; les Français attendent de l’action, des coups de pied au cul à ceux qui nous emmerdent, la reconnaissance du mérite, l’abolition des privilèges, la justice fiscale, la suppression pure et simple de tous les « arrosages automatiques sans compteur » (voir les rapports de la Cour des Comptes), de l’autorité, de la dignité. Les Français veulent vivre « chez eux ». Ils ont besoin d’être fiers d’eux-mêmes et de leur pays. Il n’est point besoin d’Etat Généraux pour cela. C’est à un retour au bon qu’on peut nous souhaiter.
    Tracy LA ROSIÈRE
    Titulaire du Certificat d’Etudes Primaires
    Titulaire du B.C.G. avec rappel
    Titulaire du Brevet Sportif Populaire
    Membre actif de la confrérie des moutoncontribuables.
    Membre honoraire du mouvement de lutte contre la bière tiède.

    J'aime

  11. yoananda dit :

    Tout le monde est d’accord ?
    Laissez moi en douter !

    Vu la solution que vous proposez, j’en déduis que ce n’est qu’un accord de façade et que peu de monde s’est posé la question des causes profondes.
    Si vous pensez que la solution (je caricature un peu) c’est de mettre les personnes de bonne volonté autour d’une table, c’est que vous n’avez pas compris ou essayé de comprendre les véritables raisons de notre déclin.
    Elles sont multiples ET insolubles sans douleur.

    Le problème de la France ce n’est sûrement pas ses politiciens … ce n’est pas comme s’ils avaient le pouvoir de changer les choses. Ils sont la pour donner le sentiment qu’on contrôle encore les choses. Et … visiblement ils le font bien puisque vous pensez que c’est encore possible de se reprendre en main collectivement.

    Pas de fatalisme dans ce je dis, mais une simple réalité : il y a des choses qu’on peut contrôler, certaines qu’on peut influencer, et d’autres sur lesquelles on n’a aucune prise.

    Que tout le monde soit d’accord pour prendre les politiciens pour bouc émissaires ! lol
    Ce n’est que la manifestation d’un mal beaucoup plus profond : la guerre de tous contre tous, la défiance généralisée.
    Parce que dès que vous allez parler d’une solution quelconque, vous allez le faire au détriment d’une partie de la population.
    Faisons sauter les politiciens, et après ?
    * l’économie ? on ne sait pas relancer la croissance sans tailler dans les charges et donc, sans faire mal à la fonction publique
    * nous sommes une gérontrocratie qui couve son épargne bien au chaud et empêche tout investissement
    * nous avons dépassé les seuils démographique pour une intégration de la population africaine, et toute tentative de réguler un peu sera perçue comme de la discrimination / racisme etc…
    * les nouvelles génération habituées au tout de suite ne savent plus ce qu’est l’effort, le mérite, de se battre pour avoir quelque chose; C’est la génération du caprice. Vous voulez construire quel avenir avec ça ? Il y a trop de baffes qui se sont perdues. C’est fichu pour cette génération mal éduquée.
    * et même si on relance l’économie, on ne sait pas le faire sans finir de bousiller la planète, sans mettre le vivant dans les mains des multinationales qui vont finir de détruire la biodiversité avant de la fusionner avec « la machine » après avoir terraformé la planète.

    Bref, on est trop vieux, trop con, trop lâche, trop soumis, trop nombreux, trop mélangés, trop dégénérés en tant que peuple pour pouvoir rêver à une solution aussi simple de « virons les politiciens carriéristes ».

    Vous parlez comme s’il y avait encore un intérêt général en France …
    Vous avez 30 ans de retard sur la crise.

    J'aime

  12. alexrebelde dit :

    Bonjour Monsieur Tandonnet.
    Je cite la fin de votre billet :
    « … Alors pourquoi cette idée de bon sens, non pas une solution miracle mais l’amorce d’une prise de conscience, ne verra-t-elle probablement jamais le jour? Pour une raison simple et tragique: ce n’est pas l’intérêt de la France qui éclaire leur horizon mais le ballet des ambitions personnelles…
    Ma question : et donc ???

    J'aime

  13. Renaud Vignes dit :

    Bonjour Maxime, nous étions hier à Marseille à la présentation de l’initiative #MaVoix dont vous avez sans doute entendu parler. Il s’agit ici de renouveler notre démocratie en offrant au peuple une solution pour participer activement aux élections législatives hors des partis politiques. Ajoutée à l’initiative Democratech qui propose de contourner les mêmes partis pour l’élection présidentielle, il me semble que se dessine ici le début d’une véritable révolution démocratique adaptée aux contextes du 21ème siècle.
    Si en parallèle, et comme vous le dites cette révolution dans les processus électoraux (qui sont mortifères aujourd’hui) s’accompagne d’une vraie « constituante », alors nous aurons aidé la France à entrer dans une nouvelle démocratie agile, vivante et enfin citoyenne.
    Mon sentiment est que c’est en s’attaquant au coeur de la rente de situation politique -à savoir les processus électoraux- que nous forcerons ces fameux Etats généraux que vous appelez de vos voeux.

    J'aime

  14. christ dit :

    ils sont brouillons tout ces élus trés haut placés…..ils s’affolent , parce qu’ils voient qu’ils sont complêtement discrédités via leur comportement de girouette ; l’avenir de la france peut s’éclaicir mais pour cela il faut avancer sans les politiques , il faut leur tourner le dos , les éradiquer de notre route , eux , leurs caprices , leur loies débiles , leurs réformes fourre tout……

    J'aime

  15. Mildred dit :

    Monsieur Tandonnet,
    Vous titrez : « Conseil aux politiques ». Cependant vous ne nous dites pas qui vous a demandé ces conseils ! Serait-ce par hasard un de ceux que vous voyez comme des « géants médiatiques » dont le peuple s’est déjà largement détourné ? Sinon que sont des conseils dont personne ne veut, autre que bavardage stérile signe d’une grande impuissance ?

    J'aime

  16. gerard.bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    L’idée même d’un projet d’organisation d’Etats généraux de la refondation de la vie publique nationale et de la démocratie reste, à mon avis un vœu pieux. Comment voulez vous que toute cette bande de « charognards  » de la vie politique et de tous bords qui ont pourtant tous les mots DÉMOCRATIE , GRANDEUR DE LA FRANCE, PEUPLE DE FRANCE etc.. dans toutes leurs discours laissent un jour quiconque remettre en cause leurs privilèges et surtout leurs prébendes.
    Le seul moyen de les exclure définitivement serait d’interdire définitivement à tous les ténors politiques et élus d’un mandat supérieur à 10 ans, toute nouvelle candidature à un poste électif et même à tout emploi public car vu leur capacité de nuisance, ils et elles sont capables de revenir au pouvoir par tous les biais possibles en utilisant tous les coups tordus dont ils sont capables.
    Mais cela veut dire : faire la révolution en évitant cette fois les adeptes de Robespierre et Danton !

    J'aime

  17. Citoyen dit :

    Nous avions pour convives des personnes de tout bord, de droite, de gauche, du privé de la fonction publique, voire même de toutes les religions.
    De tout bord… du bord que l’on appelle le front « républicain » j’imagine…

    D’une façon diffuse, j’éprouve un malaise à la lecture de vos billets, une volonté de déposséder le peuple de sa prérogative de désigner celui qui les guidera pendant cinq ans en le remplaçant le suffrage universel par une assemblée -utopique- de « Sages », un gouvernement d’experts qui au final, n’aurait aucun compte à rendre au peuple. A mon sens, vous décrivez en réalité le système européen et ses commissaires non élus (si ce n’est par les lobbies) et tout puissants, un modèle auquel il est difficile de trouver des qualités.

    D’une façon plus générale, je ressens une volonté de détruire la Vème République parce que VOUS (c-à-d le consensus des élites LR/PS), après avoir détruit méthodiquement le pays par votre incompétence et vos lâchetés (encore une fois, je ne m’adresse à vous personnellement), avez décidé qu’il n’y aurait plus personne pour le redresser. Votre volonté de détruire le système me fait penser à Mitterrand qui s’enorgueillissait d’être le dernier véritable Président pendant qu’il vendait notre souveraineté.

    Il y a des français, de plus en plus nombreux, qui pensent différemment de vous, et qui estiment au contraire, que la Vème est l’ultime chance d’élire un dirigeant qui aura le pouvoir de reprendre la souveraineté qui nous a été confisquée.

    Vous avez le droit de ne pas être d’accord, mais si le peuple en décide autrement cela s’appelle la démocratie. Dans tous les cas, la Vème ne vous appartient pas. Et si jamais elle devait être détruite de façon antidémocratique par les élites, le peuple serait en droit de la défendre, dans la rue s’il le faut. Et j’en serai.

    J'aime

  18. Isabelle Mazan dit :

    « l’un des plus beaux matchs internationaux que je n’aie jamais vu ». Non, que j’aie jamais vu.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.