« Réfugié historique »

9782213017686Pire que le désespoir, la politique actuelle m’ennuie profondément. J’en ai déja beaucoup parlé: entre les gesticulations stériles des dirigeants au pouvoir, la sublimation du fn par le monde médiatique, la bêtise politicienne en général, je ne vois que néant, vide, illusion, absence de toute perspective. Donc, je fuis l’actualité, me réfugie dans l’histoire, les livres d’histoire. Là, je me sens heureux, libre, en compagnie de mes héros. Ainsi, j’ai relu cette nuit un grand classique,  le Jeanne d’Arc, de Régine Pernoud (Fayard 1986). Le temps est au chaos absolu, la France déchirée, déchiquetée entre les Armagnac et les Bourguignon, les campagnes ravagées par les bandes armées, la peste, la famine, le pays occupé au deux tiers par les Anglais qui revendiquent le trône. C’est une petite bergère de 17 ans de Domrémy, en Lorraine, qui est appelée par Dieu, à travers « ses voix » à délivrer la France, c’est-à-dire la France de son prince légitime, le Dauphin Charles,  des traîtres bourguignons et des occupants étrangers.  Récit un million de fois ressassé mais qui reste toujours aussi bouleversant, au coeur, non pas du « roman national », car il est véridique, fondé sur des archives et des témoignages concordants, mais de l’Histoire nationale. L’attitude de la jeune fille, ses réparties, ses choix, soulignent qu’elle était, petite bergère, d’une intelligence lumineuse. On y trouve aussi l’ordure humaine la plus absolue derrière le personnage de Pierre Cauchon, le délateur, le traître, le bourreau cynique, le tartuffe criminel, le parfait arriviste, une figure si familière et si actuelle. Qu’il y avait-il derrière « ses voix », entendues à Domrémy et qui ne cessent de l’éclairer tout au long de son parcours, jusqu’à se fin? Ni folle, ni menteuse, Jeanne les a vraiment entendues; voix de « Sainte Catherine et sainte Marguerite », disait-elle,  et n’a cessé de s’en inspirer. Le mystère de ces voix, éternel,  se confond, depuis tant de générations, avec celui de l’existence de notre pays et de son avenir.

(J’ajouterai que toute récupération de Jeanne d’Arc à des fins politiciennes ou idéologiques m’apparaît comme le sommet de la vulgarité, de la saleté et de la crétinerie).

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

12 commentaires pour « Réfugié historique »

  1. Ping : En résumé (2) |

  2. georges dit :

    Il en est même qui se sont inspirés de VIctor Hugo qui fut le prototype notoire du retourneur de veste dans toute sa splendeur ou le gauchiste qui se transforme en girouette.

  3. Anonyme dit :

    Réfugier Historique du Monde entier ? lire la ,cours des comptes, des Milliards qui serait mieux employer a aider les pauvres FRANCAIS

  4. michel43 dit :

    et tout les traites QUI se disent Gaulliste..

  5. Noix Vomique dit :

    Maxime, je suis justement en train de lire Dieu est-il Français? de Friedrich Sieburg, que Bernard Grasset publia en 1930: c’est un livre étonnant qui s’ouvre sur un magnifique portrait de Jeanne d’Arc. Sieburg considère en effet que « comprendre que la Marseillaise continue les prières de Jeanne, c’est comprendre la France« .
    Ceci dit, je suis d’accord avec vous: les récupérations de Jeanne d’Arc à des fins politiciennes sont tout-à-fait insupportables de vulgarité.

  6. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et à tous,
    Il est surement malheureusement impossible actuellement de reproduire une telle belle histoire dans notre pays !
    Comment imaginer aujourd’hui qu’un homme ou une femme ou même un groupe de personnes à l’éducation modeste ou rudimentaire puissent par leur seul bon sens, leur intelligence, leur expérience et peut-être leur foi être écouté(e) par nos autistes médiatico-politiciens bardés de leurs certitudes ?
    Il existe pourtant très certainement en France de très nombreuses personnes qui rongent leur frein dans leur coin et qui seraient beaucoup plus capables que nos pseudos élites politiciennes pour remettre de l’ordre dans notre pays et mettre en avant les vraies valeurs de notre République.
    Sans doute s’agit-il d’une grande partie des 50% d’abstentionnistes qui préfèrent ou ne veulent pas se mettre en avant en attendant des jours meilleurs…qui risquent pourtant de plus jamais arriver !
    Que peuvent faire tous ces gens surement courageux mais pas assez hardis et pourtant pleins d’idées, pas forcement nouvelles mais efficaces parce que déjà éprouvées, qu’il suffirait simplement d’écouter pour que tout aille un peu mieux !
    Mais que ce soit dans le monde de l’entreprise, dans son association, dans sa commune ou dans un parti politique nos « dirigeants » ne savent plus écouter autre chose que la petite voix qui leur a dit un jour « vous faites partie de l’élite et vous allez mener le monde…. »

  7. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Vous avez raison. Il est des statues auxquelles il ne faut pas toucher : Amélie Poulain, Laure Manaudou et, évidemment, Jeanne D’Arc !

  8. Willy dit :

    Bonjour Maxine,
    J’espère que vous allez bien malgré les tromperies des uns et des autres.
    Bien à vous
    Willy

  9. Koufra dit :

    J’imagine que vous les avez déjà lu mais au cas où, je vous signale qq ouvrages magnifiques qui me tiennent à cœur:
    Stefan Zweig:
    Marie Antoinette
    Fouché
    Marie Stuart
    Magellan
    En plus d’être des ouvrages de références, ils sont magnifiquement écrit.

    Malaparte
    Technique de coup d’état ( une référence concernant le coup d’état du 18 brumaire)

    David Galula
    Contre-insurrection : technique et

    En dehors de l’aspect purement militaire, cet ouvrage donne une idée précise des mécanismes d’effritement du pouvoir de l’état et de la montée en puissance de l’entité concurrente de l’état et de la manière dont chacun cherche à contrôler la population.

    Amitiés

    Koufra

  10. francoiscarmignola dit :

    Au sujet de la récupération de Jeanne d’Arc,
    Une citation de Churchill:
    « Oh, ne parlons pas de celui-là. Nous l’appelons Jeanne d’Arc et nous cherchons des évêques pour le brûler ».

    Et surtout de De Gaulle lui même, pour justifier sa démission en 1946:
    « Je n’imagine pas Jeanne d’Arc mariée, mère de famille et qui sait, trompée par son mari. « 

    • françoiscarmignola, là, ce n’est pas de la récupération politicienne au sens où je n’entendais mais plutôt une allusion. La phrase de de Gaulle était dite à Jules Moch, ministre socialiste des travaux publics, dans la voiture qui les ramenait tous deux à Paris en provenance du Midi… l’avant veille de sa démission en janvier 1946.
      MT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s