2017, la mauvaise farce

imagesQuitte à passer pour immodeste, je sais avoir raison, sans le moindre doute possible. Peu m’importe d’être totalement incompris et de donner le sentiment d’être à côté de la plaque. La France d’en haut – ses intellectuels ou pseudo intellectuels, ses politiques, hommes de médias, ses leaders dans tous les domaines – avance dans la mauvaise direction. Elle a les yeux tournés vers la prochaine élection présidentielle et s’interroge sur l’identité du futur occupant de l’Elysée, Hollande renouvelé, Valls, le Pen, Sarkozy, Juppé, Mélenchon, etc… Cette élection présidentielle – je n’en n’ai pas le moindre doute – n’est qu’une mauvaise farce. La présidence de la République est définitivement morte, tuée par la médiocrité ambiante. Elle n’a plus rien à voir avec la présidence souveraine du général de Gaulle, guide de la France, digne, au-dessus des partis, prêt à démissionner si le peuple n’en veut plus. L’idée de « primaires » auxquelles pourraient se présenter des candidats ayant accepté les « 14 points du parti » est misérable, signifiant que le futur chef de l’Etat sera l’otage du parti au pouvoir, ou une sorte d’annexe de celui-ci, exactement le contraire de l’esprit initial de la Vème République. L’image, le prestige de la fonction sont définitivement ruinés. Il faut me croire, la France n’a plus de présidence de la République. D’ailleurs, la vie politique tout entière a sombré dans le chaos, elle n’est plus qu’insultes grossières (« crapules », « crétin » « tract ambulant »), invectives, scènes d’hystérie, histoires de famille, fayotage, délation, postures, pitreries, comédies, carriérisme, prétentions mégalomaniaques, tout cela sur fond de néant idéologique et de conformisme absolu. Elle est ridicule. Hier soir, découvrant le panneau des cantonales devant l’école de ma banlieue, tous ces petits couples hétéros, BCBG, bien alignés, j’avoue avoir été pris de fou rire… Et puis le vide sidéral: pas une idée, pas un projet, pas un débat de fond alors que le pays souffre et se voit au bord du gouffre sur tous les plans. Quelle issue? Dans les temps de chaos total, comme celui que nous connaissons, le salut ne vient pas de lui-même, spontanément. Il part toujours d’un petit groupe d’hommes nouveaux, nouveaux, qui portent une part de légitimité en eux. Je verrais bien – dans mes rêves – une vingtaine de députés de tous bords sortir du lot, un peu comme lors de la chute de l’Empire de Napoléon III et signer une pétition qui dirait : « élus de la Nation, nous incarnons la légitimité nationale. Nous exigeons l’arrêt de la chute sans fin de la vie publique française dans le néant. Nous demandons l’ouverture d’une convention nationale sur la refondation des institutions et de la vie politique française. » Cela ne serait qu’un début évidemment, le début d’une prise de conscience, mais dans le climat actuel, tout commencement, toute lueur d’espérance vaut la peine d’être tentée. Mais je sais, je rêve…

Maxime TANDONNET

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour 2017, la mauvaise farce

  1. H. dit :

    Bonjour,
    Pour aider à la réflexion: http://www.contrepoints.org/2015/03/12/200607-liberte-dopinion-la-route-de-la-servitude-passe-par-charlie
    Extrait: « De toute évidence, l’un des buts de la formule ’Je suis Charlie’ était d’anesthésier l’âme inquiète des multitudes confrontées au retour du tragique, dans une France dominée par les idéologies néo-rousseauistes qui instillent dans nos esprits que l’État dispose des attributs divins pour la construction d’une société parfaite où toute forme de mal sera éradiquée.
    La perfection étant le dogme central de cette ‘statolâtrie’ post-soixante-huitarde, tous les faits qui viennent l’invalider seront niés par ses thuriféraires. Toutes les opinions attachées au principe de réalité seront combattues, au besoin par la loi. »

    Bonne journée

    J'aime

  2. Danjou annick dit :

    La mauvaise farce c’est ce gouvernement qui la joue: un 1er ministre hystérique, odieux, obsédé par le FN même lorsqu’il est à l’étranger, méchant, tremblant de colère, incapable de retenir des grimaces haineuses, rouge à exploser, un président trompeur, menteur, incapable de remonter la France, incompétent, louvoyeur, ne respectant pas sa parole, une garde des sceaux haineuse, méprisante, jouissant de son pouvoir, assénant des horreurs vis vis de ses contradicteurs en insultant la France au travers d’assersions débitées en flots ininterrompus. Oui la voilà la mauvaise farce et personnellement, pour montrer comme beaucoup d’autres mon aversion envers ces politiques, puisqu’il n’y a plus d’autres choix, je voterai FN et rejoindrai la masse des imbéciles, des moins que rien, des inéduqués, des pauvres niais, des sans dents, la masse de ceux qui n’ont plus rien à perdre, ni à gagner d’ailleurs. Il arrive un moment ou trop c’est trop!

    J'aime

    • Bonjour Annick,
      Très bonne réponse…mon idée aussi de voter FN….
      Bonne journée.
      Jacques

      J'aime

    • Jacques de Guise, mauvaise idée.
      MT

      J'aime

    • Maxime,
      Mauvaise idée de voter FN?
      Que ce soit votre parti qui est UMP a coté de votre patron qui était Monsieur Sarkozy ou PS, vous êtes tous de la même trempe avec des profs en commun a l’ENA, un regard dédaigneux sur ce que vous les Parisiens appellent encore « la province. » A qui la faute? A un état d’esprit conservateur qui date bien avant de Gaulle.
      Je vais voter FN ici dans le Gers…et on verra après…afin de montrer mon désaccord profond avec les instances parisienne, centralisme de contrôle qui nous ont mené aujourd’hui ou nous en sommes.
      Hollande, Valls et Cie sont des symptômes d’une politique réactionnaire depuis trop longtemps..et tous cela nous amène au désastre.

      Selon vous, Cher Maxime, il faudrait revenir au bon temps de Sarkozy ou de Gaulle? Faux…Nous sommes au 21eme siècle avec des problèmes encore plus épineux qui ne sont pas adressé. A qui la faute? A des ploutocrates des grandes écoles en particulier.

      Cordialement.

      JdG

      J'aime

    • Jacques de Guise, l’UMP n’est pas mon parti (je n’en ai pas) et je ne méprise pas la province dont je suis natif, vous caricaturez totalement les choses: ena, grandes écoles, etc…Vous votez pour qui vous voulez, mais si vous croyez bon de dire publiquement pour qui vous votez, ce qui est votre affaire, j’ai le droit de vous dire que je pense que c’est un vote sans intérêt et sans issue…
      MT

      J'aime

    • Danjou Annick, oui mais c’est justement tout ce qu’ils cherchent, pousser les gens à voter fn, ne croyez pas les punir ainsi, c’est tout ce qu’ils attendent, à l’évidence.
      MT

      J'aime

  3. lisa retter dit :

    « Hier soir, découvrant le panneau des cantonales devant l’école de ma banlieue, tous ces petits couples hétéros, BCBG, bien alignés, j’avoue avoir été pris de fou rire… »

    Ah, vous aussi ? Même vous ?

    Non croyez moi, la République est née dans le crime, elle doit périr. Quel petit groupe serait plus légitime qu’un autre ? Pour moi, une seule solution – et je ne plaisante pas – le retour du Roi…..Je en veux pas dire forcément le descendant de ceux qui ont fait ce pays 800 ans durant, mais d’un de ceux qui peut en être la réincarnation…

    Ce sain fou rire qui prend grand nombre d’ente nous devant les affiches électorales ne peut venir que d’une chose, le rejet viscéral de la « faute de goût »…. Comme le dit Obertone dans La France Big Brother, Hollande c’est le bond test, si les Français qui ont eu Clovis, Charlemagne, les Capétiens fondateurs, Bayard, Jehanne, Louis XIV, Napoléon, de Gaulle, supportent Hollande jusqu’en 2017, c’est qu’on peut tout leur faire, ils sont morts…

    Les seuls preuves de vie sont ces fous rires devant les représentations de notre « démocratie » que le monde entier nous envie…

    J'aime

  4. Suzanne dit :

    Bravo.
    Mais que faire?

    Voter blanc, c’est se déplacer pour rien (c’est compté mais non comptabilisé).

    Ne pas voter, c’est donner un blanc seing à ces pourris.

    Aussi, tant pis : je voterai UMP au premier tour (tout en sachant que ce n’est pas le top du top, comme diraient mes enfants)

    Au deuxième tour, j’en suis de plus en plus convaincue, en cas de duel PS/FN : je voterai FN.
    Quitte à avoir des pourris au moins que ce soient des pourris que l’on n’a jamais essayé.
    Et puis, comment faire comprendre autrement que l’on ne veut plus de ces politiques qui se disent de la majorité (laquelle?) et qui ne pensent qu’aux sans-dents-illettrés -ces petites gens qui engraissent ces énarques- qu’au moment des campagnes électorales?

    Tiens au fait : une bonne nouvelle : 70 amendements lamentables à la Loi Léonetti ont été rejetés.

    J'aime

    • Suzanne, ne haïssez pas les énarques, c’est trop facile, l’immense majorité d’entre eux (95%) sont des gens qui bossent comme des fous avec l’envie de bien faire leur travail. Quand il n’y aura plus d’énarques, et cela viendra, les politiciens mettront à leur place, comme préfets et ambassadeurs, leurs petits neveux, leurs militants lèche-bottes, leurs ex-femmes, leurs maîtresses et leurs mignons. Vous verrez comme tout ira mieux en France.
      MT

      J'aime

  5. H. dit :

    Bonjour,

    Et au final, des citoyens qui se détournent de la politique ou du moins, de la manière dont celle-ci s’exerce. Comme beaucoup, j’en souffre mais en dehors de mes efforts personnels limités à mon entourage, je ne cautionnerai plus cette engeance, préférant la voir disparaître dans le trou noir de sa nullité. L’impéritie et la médiocrité du personnel politique conduisent lentement mais sûrement ce pays vers la guerre civile car, comme l’a si bien écrit Frédéric Bastiat en 1850: « Que sera devenue la moralité de l’institution quand sa caisse sera alimentée par l’impôt ? Les abus iront toujours croissants et on en recalculera le redressement d’année en année, comme c’est l’usage jusqu’à ce que vienne le jour d’une explosion. « . Ce jour approche car les caisses de l’état sont atrocement vides (on en a une nouvelle preuve avec la diète sévère promise aux hôpitaux). Par pure charité, je tairai mon sentiment sur le monde médiatique, sa nullité crasse suffisant largement à le dédouaner.
    Contrairement à ce que nos zélites autoproclamées s’imaginent, les gens ne sont pas si bêtes et pour peu qu’on prenne le temps de leur expliquer la situation, ils sont prêts à des évolutions surprenantes. Mais il convient avant tout de protéger toute la faune des coquins et des copains qui vite et prospère sur la bête sans se préoccuper le moins du monde de l’intérêt général. Leur arme préférée et exclusive, la taxe et l’impôt (décidé ou voter généralement subrepticement pour ne pas faire peur au chaland). Ça les conduits à envisager des mesures contre « l’optimisation fiscale » un peu comme s’il était possible d’interdire à un joueur d’échec de réfléchir avant de jouer. Proprement pitoyable. Je ne saurai vous conseiller la lecture du livre « Atlas shrugged » (en français, « La Grève ») d’Ayn Rand publié en 2011 aux Belles Lettres, plus de cinquante ans après sa parution aux USA. A l’environnement prêt, on jurerai qu’elle y décrit la France de 2015.

    Bonne soirée

    J'aime

  6. Philippe de Lestapis dit :

    je partage en totalité votre point de vue sur la situation déplorable de notre pays !! nous sommes revenus au régime des partis qui met notre pays à genou et nous condit au pire; comme dit aujourd’hui notre président,il n’y a pas lieu de changer notre politique puisqu’elle réussit….il faut reconnaitre que lles politiciens sont minables tant à droite qu’à gauche et cette seule idée de la réelection tous les cinq ans pourrit notre vie politique… cordialement p.l.

    J'aime

  7. Mich dit :

    Nous sommes à la fin d’un cycle, d’une ère, dans une dynamique je pense trop puissante pour être altérée..Il n’y a rien à attendre sauf tout doucement le chaos et le repeuplement de la France et de l’Occident.. le divorce, la famille monoparentale, l’individualisme, l’oublie de soi et de son identité, le cannabis, l’alcool sont autant de maladies mortelles. Notre civilisation n’y survivra pas. ou pas sans un déclin total et majeur. Celui qui perd son identité et sa conscience de soi perd la capacité d’agir au sein d’une communauté de destin et donc de défense.
    N’étant plus capable de percevoir les menaces à son identité mais aussi d’interagir avec les membres de son groupe pour une défense commune, son groupe est à terme condamné, sauf à vivre en vase clos.
    Je ne fais pas l’apologie des tribus préhistoriques autarciques. Mais un minimum est vital.
    Et nous sommes sur des dynamiques qui nous mènent bien en deçà de ce minimum. Tout mène vers des sociétés atomisées, sans conscience du passé, de ses ancêtres, du sang versé par eux, société de l’instant hyper-individualiste, société du « droit à », sans conscience des devoirs les plus intemporels incombant à la race humaine comme la bonne éducation des enfants, le souci de sa communauté ou la reproduction de ses gènes.
    On devrai écrire dans la constitution la liste des droits mais aussi des devoirs de l’Homme.

    Des situations analogues on déjà quelque peu existé par le passé.
    L’Histoire nous enseigne que les communautés guerrières et soudées par des liens communautaires très importants ont toujours pris le pas sur les populations vivant plus confortablement et donc plus individualistes et moins prêtes à se sacrifier. C’est presque mathématique…L’avancée technologique qu’ont logiquement les populations vivant mieux ne les protège pas sur le long terme. Aucune technologie, qui plus est militaire, ne protège du déficit démographique et de la perte d’identité du groupe sur le long terme.

    Remettre en place le service militaire, encadrer et faire un suivi des situations de divorce, mettre en camp de rééducation les junkies, reformater les programmes d’Histoire etc. voila autant de réforme urgente, vitale.

    J'aime

  8. souris grise dit :

    bonjour Maxime , bonjour à tous .

    j’ai lu votre billet avec intérêt , et qque chose m’a bp plu …vous dites :
    une vingtaine de députés de tous bords (?) signer une pétition qui dirait :
    élus de la nation nous incarnons la légitimité nationale , nous demandons l’ouverture d’une convention nationale …

    ce n’est certainement pas un rêve , mais qui aura l’audace de le faire …
    de l’audace Messieurs de l’audace ….(vous savez qui a dit ça !)

    je crois tout de même que pour mettre en route cette prise de pouvoir parce que ça s’appelle comme ça , il faut d’abord chercher les personnes qui sont capables de se mouiller jusqu’au cou , qui n’ont pas peur de trouver bien des fois la gamelle vide , qui vont savoir mettre fin au politiquement correct …alors peut-être que qques uns vont sortir du lot et dire oui faisons ça …ce n’est pas gagné , mais pas perdu non plus …il faudrait tâter le terrain et être sans concessions …je suis persuadée que ça pourrait marcher .
    amitié à tous .
    Chris .

    J'aime

  9. Tracy LA ROSIÈRE dit :

    Monsieur TANDONNET,
    Vous nous paraissez bien abattu. Vous n’allez pas nous faire une montée de vallsomanie ?
    Remarquez, on en meurt pas. Ça peut toutefois conduire à la crétinerie ( Honfray en a détecté les premiers signes). Non, il n’y a pas lieu de s’inquiéter et d’abord, pour une bonne raison : qu’est-ce qu’on se marre…! Il y fort longtemps qu’on ne s’est pas autant marré. Les pitreries, la nullité, l’incompétence, les postures, les impostures, les phobies, les bassesses, les combines, du monde politique actuel nous ravissent. Ne nous gâchez pas notre plaisir.
    Rassurez-vous, ça va s’arranger. Pour cela il faut encore attendre – attendre que la France soit au fond du trou : il y a encore de la marge… Allez, de l’espoir.

    J'aime

  10. espritlibre dit :

    @ Maxime, globalement d’accord avec le constat que vous faites, comme à chaque fois. Mais vos « élus de la Nation, [disant] nous incarnons la légitimité nationale » ne proclameront rien du tout tant qu’ils n’auront pas arraché le pouvoir, non des mains du peuple, mais du machin européen. Si Hommes de bonne volonté il y a en 2017, ils n’auront d’autre « ardente obligation » que de rendre au pays les attributs de la souveraineté. Le choix se fera entre les gérants de la boutique et celui ou celle qui se présentera devant les Français pour être Chef de l’Etat.

    J'aime

  11. Frederic_N dit :

    Oui, vous rêvez . Cela ne viendra jamais d’élus.
    Cela ne peut venir que du couple formé par des acteurs de terrain, et d’intellectuels capables de cristalliser le sens de leurs aspirations.
    Bref de centaines de M Tandonnet
    amicalement

    J'aime

  12. François dit :

    Bonjour Maxime,

    Ce que vous écrivez est un peu exagéré. Les politiciens ont toujours aimé les petites amabilités entre membres d’une même famille ou entre adversaires. Les bons mots prononcés à l’Assemblée nationale sont trop nombreux pour être synthétisés, c’est pourquoi je n’en citerais qu’un : « En entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui » (Clemenceau à propos du décès de Félix Faure). La grande différence avec aujourd’hui, c’est que nos hommes politiques sont incapables de proférer autre chose que des insultes. Le mot d’esprit a disparu, victime de la chute abyssale du niveau culturel de notre classe politique.

    Par contre, je ne crois pas un instant à votre scénario (une vingtaine de députés qui seraient illuminés par le « Saint-Esprit ») et vous non plus d’ailleurs 🙂 Regardez-les ! Les Frondeurs ? Que de la com ! Henri Guaino ? Malgré toutes ses déclarations (souvent pertinentes), il est toujours à l’UMP ! Etc, etc.

    Non, je crois plus sûrement à une révolte des Français, ceux qui souffrent vraiment : les artisans, les commerçants, les vrais chômeurs. Leur sentiment de ras-le-bol est désormais inextinguible, à moins d’un miracle, et en tout cas pas avec ce gouvernement de Branquignols… Si j’avais un conseil à prodiguer à nos hommes politiques, ce serait de s’entraîner à la course à pied : la route est longue pour arriver à l’aéroport le plus proche…

    J'aime

  13. Bonjour Maxime,

    Bon billet….de quelqu’un qui devient franchement dangereux et révolté. MDR Finalement, vous arrivez a une conclusion qui était mienne il ya déjà 5 ans. Mais comme vous le savez, la patience est une vertu.
    Avec un billet comme celui-ci, étant chroniqueur, vous donnez des idées a nos élus…..J’attends la suite n’ayant plus d’illusions.

    Cordialement,

    JdG

    J'aime

  14. koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Toute force politique repose sur une minorité active.

    Guaino
    Wauquiez
    Marsaud
    ….

    Il reste 17 députés à trouver et qui doivent d’agréger, fonder un nouveau parti pour pouvoir faire avancer leur projet.

    Le gloubiboulga qui ressortira des cantonales pour la droite sera probablement le signe qu’elle doit donner une nouvelle offre idéologique sinon comme vous le soulignez depuis longtemps, elle sera prise en étau idéologiquement entre PS et FN et n’aura plus aucun espace et qui plus est, se divisera sur la question d’une éventuelle alliance avec le FN.

    Il ne faut attende aucune capacité de changement de cap de l’UMP, l’inertie est trop forte et l’énergie dépensée pour maintenir ensemble des gens qui pensent différemment.

    Un groupe sécessionniste de l’UMP aurait lui plus de marge pour être innovent et redevenir cohérent.

    Amitiés

    Koufra

    J'aime

  15. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Oui, à l’heure actuelle, c’est un rêve mais il me semble qu’un type avait rêvé d’une chose concernant les hommes noir de l’autre coté de l’Atlantique et ça s’est réalisé. Il ne faut pas perdre espoir. Ce qui est dangereux toutefois, c’est que la réalité dépasse souvent la fiction et les espérances. J’ai bien peur que nous ne passions d’une République très faible, à l’agonie, à une République très forte, autoritaire. Là, cela fera mal mais si c’est le prix à payer pour le redressement de la France et pour que mes enfants puissent profiter de notre beau pays, j’accepte !

    J'aime

  16. Richard Coffre dit :

    Certains ont fait un rêve (voir le film Selma), il y a plus de 50 ans et cela a avancé un petit. Pourquoi l’histoire ne bégaierait favorablement pour une fois.

    J'aime

  17. Gerard Bayon dit :

    Bonjour à toutes et tous,

    Oui, Maxime vous rêvez !
    Je partage complètement tout ce que vous écrivez aujourd’hui mais j’ai un peu de mal à croire à l’émergence d’un homme ou d’une femme providentiel(le) voire de quelques députés qui auraient l’audace mais surtout le COURAGE de devenir les « frondeurs » de leurs pairs.
    Tout le monde et même un député ou un sénateur n’est pas le Général de Gaulle !
    Tout d’abord et très vite s’installerait une lutte de pouvoir parmi eux pour savoir qui serait le chef et puis le sous-chef et puis celui qui serait le porte-parole etc !
    Et puis ne pensez vous pas que tous les partis politiques confondus se ligueraient immédiatement, avec l’aide des médias qui n’attendent que le scoop, pour les marginaliser voire les exclure de leurs groupes pour les rendre inaudibles.
    Quelle audience auraient-ils ? Comment pourraient-ils se réclamer d’une quelconque légitimité nationale puisqu’ils seraient immédiatement « étouffés » ?
    Malheureusement et malgré tous les risques encourus, je ne vois pas d’autre solution qu’une reprise en main par le peuple qui se soulèverait pour renvoyer tous ces profiteurs et tous ces bons à rien chez eux. Mais l’on revient alors à la question de départ : qui pour les remplacer ? et là je n’ai pas la réponse.

    J'aime

Répondre à Richard Coffre Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.