Sondage morbide

sans-titreLe président Hollande a gagné 21 points de popularité dans les sondages à la suite des attentats terroristes de la semaine dernière. Hier, l’information a « tourné en boucle » comme on dit, sur toutes les chaînes. J’entends ce matin sur Europe 1, (ou RTL, je ne sais plus): « Nouvelle popularité », « inversion de la courbe », « quinquennat relancé« , « remontée historique, sans précédent ». Les questions fusent dans mon pauvre cerveau encore embrouillé par le sommeil: comment, comment peut-on s’enthousiasmer de la remontée d’une cote de popularité à la suite de la mort de 17 hommes, dont trois jeunes gens à l’aube de leur vie (c’est ce qui personnellement me fait le plus mal), tués parce qu’ils étaient juifs? Comment cela est-il possible? A quel niveau de cynisme, de chaos moral et d’inconscience, notre société médiatique est-elle tombée pour pouvoir ainsi jubiler – car le ton, depuis hier, est bel et bien à la jubilation – , dix jours seulement à la suite d’une pareille tragédie?  Quel sens cela a-t-il? Comment expliquer le phénomène : réaction légitimiste ou succès d’une communication? Pourquoi l’effet inverse s’était-il produit dans les circonstances aussi atroces de l’affaire Mehra en 2012 (trois enfants tués à bout portant dans une école juive)? Comment la classe politique, dans sa globalité, obsédée par les postures et l’impact électoral de ces événements abominables, peut-elle se comporter de manière aussi médiocre? Face à de tels drames, quelle est la responsabilité réelle, opérationnelle, concrète des dirigeants? En quoi ont-ils mérité ou failli? Les vraies questions seront-elles un jour posées: celle d’une décomposition du corps social qui débouche sur  la terreur et l’impuissance politique, c’est-à-dire, le pire que l’on puisse imaginer pour un peuple, une nation? Comment l’opinion peut-elle se montrer si versatile, si fébrile, si manipulable? Toute velléité critique est noyée dans une sorte de consensus artificiel, médiatique, créé de toute pièce. La communication écrase la politique, au sens noble du terme –  le gouvernement de la cité – et la réduit à néant. Plus personne ne songe à gouverner – choisir –  ni aujourd’hui ni demain, mais à paraître, jouer son rôle dans la grande comédie du pouvoir. La France officielle, visible, télévisée, ou radiodiffusée,  la France dite « d’en haut », qui n’est pas toute la France heureusement, se comporte de manière qui, (je le trouve personnellement), n’est pas tout à fait digne d’une République du XXIème siècle ni d’une grande démocratie, encore moins du pays qui s’est jadis voulu la lumière du monde.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Sondage morbide

  1. Frederic_N dit :

    Bonsoir Maxime
    Je m’excuse d’avance de ce post publié grâce à la gentillesse de Maxime .
    Mais je ne cache pas un certain malaise à la lecture de ses derniers post. En tous cas je ne les comprends pas.
    A vous lire, Maxxime, on dirait que vous laisse aller ses sentiments et que vous perdez du recul. Et votre charge contre la classe politique me donne l’impression de tourner en boucle au plus mauvais moment
    Car enfin, vous pestez contre la médiatisation, la sondagisation au lieu de parler des problèmes du pays. Mais ne faites vous pas de même ? Il y a quelque chose qui se passe dans le pays et même dans la classe politique. Mais vous n’en parlez pas, et ce faisant vous prenez le risque de renforcer ce que vous dénoncez : car vous avez une audience dans ce blog et à dénoncer les « ego » en boucle , on ne sortira rien de bon. Car cette audience il faut la tourner en positif. A force de répéter votre critique de la communication, vous ne faites rien d’autre que d’encourager vos lecteurs à ne rien faire. N’oubliez pas que c’est réconfortant de poster de temps en temps dans votre blog , et de crier contre la classe politique, comme jadis les communistes criaient sur les bourgeois. Mais cela ne fait qu’aggraver la situation de notre pays si on s’en tient là

    Moi je vois des signes positifs dans la situation , et des opportunités de recomposition. Certes je n’imagine pas qu’en élisant Sarko nos problèmes disparaitront . Mais il est apparu trois phénomènes que notre rôle est d’amplifier
    1. Vous pestez contre la montée des sondages de Hollande. Mais cela signifie que Valls a gagné la bataille des idées avec sa propre gauche sur les questions de sécurité .
    Beaucoup s’en plaignent ici, parce qu’au café du commerce on peut moins rigoler sur Hollande. Excusez moi, je m’en moque. Ce que vous devriez dire à vos auditeurs : c’est allez au contact des gens de gauche, expliquez leur les enjeux , ne les laissez pas avec leur culpabilité de « ne plus être de gauche » . Il y a des vraies lignes de fracture qui s’y dessinent. Nous avons tous à y gagner
    2. Beaucoup ici se plaignent de la marginalisation relative de M le Pen ( cela ne durera pas hélas). Alors on tape sur l’union nationale comme on a tapé sur la manifestation ( où vous auriez dû être présent). Mais réjouissons nous au contraire.
    Vous auriez dû dire aux blogeurs qui militent pour elle : ce qu’a fait M le Pen porte un nom : la division face à l’ennemi à des fins électoralistes. Exactement ce que vous dénoncez comme l’attitude de l’UMPS. On s’en souviendra

    3. Tout le monde a compris que l’école est un enjeu . Cela veut dire que pour la première fois depuis … 1920/ 1930 la domination de la gauche peut y être combattue
    J’aimerais vous entendre dire : il va être bientôt temps de se regrouper pour peser sur l’évolution de l’éducation nationale. Ne laissons pas arriver Sarko au pouvoir sans qu’on ait construit des relais, des acteurs prêts à soutenir ses initiatives et à bloquer la réaction du carré des morts-vivants . Et pendant ce temps là ne perdons plus notre temps avec Nbelkacem

    • michel43 dit :

      FRÉDÉRIC ne jamais , vendre la peau de l-OURS avant de l-avoir TUER ? SARKO n-est pas encore a l-Elysée ..LOIN s-en faut

    • FredericN, je vous remercie pour votre franchise et je pense que vous avez en grande partie raison, j’ai tendance à radoter un peu dans la mesure où le sentiment de révolte l’emporte en ce moment sur l’envie de construire. Toutefois, si je peux m’exprimer avec la même franchise que vous, je me permettrais d’ajouter deux choses: sur la marche républicaine « où vous auriez dû être présent » me dites vous, il me semble c’est une question très personnelle; et d’autre part je regrette un peu le réflexe de Pavlov qui consiste, dans la société française, à vous lâcher un ou une le Pen dans les mollets dès que l’on dit quelque chose qui déplaît ou sort un peu des sentiers battus…
      Bien cordialement

  2. Danjou annick dit :

    ( 20morts=20points, comment transformer un échec en victoire?): c’est le titre d’un article aujourd’hui et il est tout à fait approprié. Aucun commentaire supplémentaire n’est nécessaire.

  3. Stéphane dit :

    Bonjour

    Je m’interroge sur l’effet de ce pseudo sondage. Il ravive et rend heureux des gens de gauche, tel Cambadélis qui souhaiterait que l’esprit 11 janvier perdure mais, pour un français lambda, le couple Michu par exemple, qui habite en périphérie, ce sondage surprend. Comme le Sénaque le note, FH reste contesté y compris parmi son clan. Or, un tel sondage ne peut avoir pour moi que l’effet inverse, il n’y a rien de jubilatoire dedans.
    Je m’explique. Quand vous êtes content de quelqu’un, votre maire par exemple tout comme une grande partie de vos administrés, vous êtes peu enclin à aller voter un beau dimanche de Mai, pensant qu’il sera réélu facilement. Logique, il est adoré de tous et très bien travaillé pour la commune,: plus de dettes, équipements aux normes, impôts tenus. Et c’est là que la surprise arrive car vous n’avez pas été le seul à avoir ce raisonnement.
    De même, si vous n’êtes pas content de votre maire, vous serez plus enclin à aller voter contre lui afin qu’il dégage pour ne pas avoir à se l’enquiller pour un nouveau mandat, et surtout si durant toute sa dernière partie de mandat, il n’a pas arrêté de faire le beau et de se targuer d’être le meilleur.

    C’est donc pur moi un piège le résultat de ce sondage. Il va encore faire monter d’un cran ceux qui ont de plus en plus de mal à accepter la politique de FH, hormis bien sur sa figuration logique et normale (et heureusement qu’il s’est comporté ainsi, merci le service communication) durant cette mini crise.

    Enfin, je rejoins pleinement Bernard06. Un tel sondage fait aussi le lit des conspirationnistes car finalement, ces attaques tombent à point nommé pour FH, pile deux mois avant les cantonales, de quoi se refaire une virginité et montrer sa vertu. Du pain béni pour ceux qui prétendent que ces attaques ne sont pas le fruit que du hasard ou de moudjahidin ou de pseudo musulman. D’ailleurs sur ce dernier point, comme l’a si bien relevé Bauer dans l’émission Zemmour et Naulleau de vendredi dernier, quand on parlait de la guerre en Irlande du Nord, on ne disait pas qu’elle était le fait de terroristes qui ne sont ni catholiques, ni protestants. On parlait bien de ces deux communautés. Pourquoi alors aujourd’hui ne pas reconnaître que ces dernières attaques sont liées simplement et uniquement à l’islam et à une de ses interprétations. Quel mal y-a-t-il ?
    Les zozos étaient ils musulmans oui ou non ? Ont ils signé leurs actes en fonction de leur religion oui ou non ? A chaque fois, la réponse est oui donc l’islam dans une de ses interprétations est en cause. Pour ceux que ça intéresse, je vous conseille de lire un court ouvrage « Ce que le Coran ne dit pas » de Mahmoud Hussein. Sur http://grasset.fr/ce-que-le-coran-ne-dit-pas-9782246810414 , il est écrit; « Depuis plus de mille ans, les guides de la pensée musulmane imposent aux croyants ce postulat : le Coran étant la Parole de Dieu, ses versets ne sont tributaires ni du temps ni de l’espace. Ils embrassent, pour toujours, tous les contextes possibles.
    Ce postulat repose sur le sophisme selon lequel la Parole de Dieu doit être de même nature que Dieu lui-même. Dieu étant éternel, chacune de ses Paroles ne pourrait être qu’éternelle comme lui.
    Or, le Coran ne dit pas cela.
    Il dit même, et très précisément, le contraire de cela. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s