Pierre-André Dufetel

sans-titreJe n’avais plus de ses nouvelles depuis six mois. D’habitude, il m’appelait régulièrement pour échanger avec moi et nous déjeunions ensemble au restaurant. Le 11 novembre, il ne manquait jamais de me convier aux cérémonies patriotiques organisées par son association et au banquet. Inquiet, c’est en faisant une recherche sur Internet que j’ai appris le décès, en juin dernier, de mon cher ami Pierre-André Dufetel, 92 ans, architecte. Le président de l’association des Résistants du 11 novembre 1940, avait parrainé les recherches et la rédaction de mon petit livre sur la manifestation des étudiants et des lycéens sous l’Arc de Triomphe, contre l’occupation allemande. A 17 alpha10eme1ans, à la suite de cet évènement, au péril de sa vie, il était entré dans la Résistance au côté de son père, ancien combattant de 14-18 ayant perdu un bras. Ce dernier, chef du réseau Kleber, avait été arrêté par la Gestapo en 1941 sous les yeux de son fils qui ne l’a plus jamais revu. Pierre-André à été impliqué dans des coups de forces de la résistance contre l’occupant, avant de réussir son évasion par l’Espagne – qui lui valut 6 mois dans les geôles de Franco – puis de s’engager en 1943 dans la France Combattante, de rejoindre l’aviation alliée et de participer comme pilote à des raids américains sur le territoire allemand . Comme tous les grands modestes, il n’aimait pas qu’on le qualifie de héros. A vingt ans « je n’ai fait que mon devoir » avait-il coutume de me dire. Il ne portait pas un regard pessimiste ni désabusé sur le monde ou sur la France, croyait notamment au sursaut de la jeunesse, à l’image des étudiants et lycéens du 11 novembre 1940. Il avait 92 ans lors de son décès, mais je pleure un ami exceptionnel.1940 un autre 11 novembre

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Pierre-André Dufetel

  1. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Perdre un ami est toujours cruel et plus les années passent, plus les rangs s’amaigrissent.
    Pensez au bonheur de votre rencontre, puis de vos échanges. Ainsi, arrivons-nous à atténuer le chagrin. Chagrin que l’on éprouve même lorsque la foi nous soutient et nous assure que l’on se retrouvera un jour, ailleurs.

    L’histoire de votre ami, du moins une partie, m’a aussitôt plongée dans la pensée de mon père, lui aussi à Londres, mais en tant que radio au sein de la RAF.
    Il ne nous a jamais beaucoup parlé de cette époque, à part quelques anecdotes, dont les villes bombardées et aussi les crash d’avions où « l’on allait ramasser les copains à la petite cuillère, dans de grands sacs » racontait-il sans s’étendre.

    Mes pensées vous rejoignent dans ce triste moment,
    Vous m’aviez déjà demandé plus de détails à ce sujet et depuis je n’ai pu récupérer que son livret militaire (confié par ma mère) mentionnant ses campagnes dont plusieurs doubles.
    J’ai appris aussi que de nombreux jeunes gens étaient partis d’AFN pour rejoindre l’Angleterre, mais rien de plus.

  2. Freddie dit :

    Condoléances, Maxime. Il est vrai que toute une génération qui a parfois fait preuve d’héroïsme lors de la seconde guerre mondiale est sur le départ et c’est d’autant plus aigre qu’on a l’impression que les gens de maintenant ne sont pas à la hauteur. Mais je pense que seuls les héros marquent. A vivre cette époque au quotidien, nous aurions nous aussi constaté la généralité de la médiocrité et la rareté de l’engagement. Alors, de nos jours aussi, il nous reste à chercher, et à soutenir, les pépites, tout en gardant la mémoire des héros des générations précédentes. Récemment j’ai assisté à la dissolutions d’une amicale de démineurs de 1944 qui était restée solidaire malgré les décennies. Beaucoup d’émotion. J’ai fait des articles et convaincu l’office de tourisme d’intégrer le récit de leurs exploits aux conférences sur la ville. Et surtout, je le redis, chercher les pépites ! Il y en a, et elles sont souvent isolées, elles aussi.

  3. michel43 dit :

    ON s’aperçoit , souvent trop tard.. qu » on aurait voulue les rencontrer,, plus souvent ,pour nous, , raconter, leurs vie de Patriote ,L » Amour de la FRANCE. ;de sa Marseillaise; de son Drapeau ,et risquer sa vie pour ELLE. Eux, trouvais, , tout cela..: NORMAL. SE n » est malheureusement , plus le cas pour certains …LA vie fait que , souvent, nous manquons d temps. on s’en aperçois trot tard.et on a des regrets..NE pleurer surtout pas. MAXIME; c »est Homme a du avoir, une belle vie. Très bien , d » avoir fait un billet sur les Anciens a qui, nous devons beaucoup -:Paix a son AME

  4. Frederic_N dit :

    Ne pleurez pas votre ami, mais réjouissez vous au contraire de l’avoir connu

  5. Gerbay dit :

    Bonjour,
    Comme votre ami disparu, je crois et j’espère un sursaut de nos jeunes quadras politiques pour sauver notre pays qui n’en finit plus de s’enfoncer en raison de l’incompétence et du manque de courage de nos vieilles et vieux leaders actuels qu’ils soient de droite ou de gauche. Qu’ils prennent exemple sur M. de Villiers qui a su partir à temps. Malheureusement, n’étant plus un « perdreau de l’année », je doute qu’ils puissent rapidement prendre le pouvoir tant que les sybarites actuels continueront de s’accrocher à leurs avantages et je redoute surtout que face à cette situation dramatique des partis extrémistes arrivent au pouvoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s