13%, le vertige de l’impopularité

images[3]L’impopularité du président Hollande vient de pulvériser un nouveau record avec un taux de confiance de 13% selon IFOP/JDD. A la même période, en novembre après deux ans et demi d’exercive du pouvoir, la cote de popularité de Nicolas Sarkozy, pourtant jugée basse à l’époque, était trois fois plus élevée avec 39%, celle de Jacques Chirac (second mandat), de 36%, et lors de son premier mandat de 41%. François Mitterrand atteignait lui 60% (SOFRES). Ce n’est pas seulement une politique et ses résultats qui sont condamnés par les Français, mais une attitude, une personnalité, un style, une image. Cette crise de confiance est désastreuse sur le plan des institutions. « Ce qui est essentiel, ce qui est pour la France une nécessité absolue, je le dis en conscience […] c’est que le chef de l’Etat dispose, dans le pays, de cette adhésion profonde qui lui est indispensable pour remplir sa mission » (De Gaulle, conférence de presse, 11 avril 1961). Pour le créateur de la Vème République, le fonctionnement du régime reposait sur la confiance du peuple en son chef de l’Etat. En cas de rupture avérée de cette confiance, il ne fait aucun doute que l’occupant de l’Elysée devait démissionner, ce qu’il a fait lui-même en avril 1969 après un référendum perdu. En effet, dans un système politique où la présidence de la République est la clé de voûte des institutions, le rejet populaire de l’occupant de l’Elysée entraîne une paralysie du pays: les réformes deviennent impossibles en l’absence de confiance et d’autorité pour les impulser au gouvernement, à l’appareil d’Etat, à la classe politique, aux relais d’opinion, aux acteurs de l’économie et de la socité civile. En outre, le chef de l’Etat est censé « personnifier » la Nation, incarner son unité, sa communauté politique. Un président qui fait la quasi unanimité contre lui et qui se maintient à son poste prive la Nation d’un repère essentiel, d’un miroir d’elle-même. Le rejet du président aggrave la tendance au morcellement, aux déchirements de la société, à la haine de soi, au délitement de la communauté nationale. Cette crise de l’image présidentielle, sans précédent historique, signe de l’effondrement du principe d’autorité, annonce probablement une explosion sociale et une gigantesque crise politique dans les mois à venir.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

15 commentaires pour 13%, le vertige de l’impopularité

  1. georges dit :

    Président ou touriste???

  2. dissident dit :

    entièrement d accord, il est vrai que de Gaulle personnalite controversee, liquidateur zele de l Algerie francaise avec les conséquences que l on connaît aujourd hui, restait un democrate authentique, tout ce qu il a fait de bien ou de detestable, il faut le reconnaître, il l a toujours fait en s appuyant sur la majorite des Français, sa pratique du referendum lui permettait de « sonder » l opinion en vrai par comme avec des sondages orientes, voire bidons, et si en 1969, il avait echoue d une seule voix, il aurait quitte le pouvoir, pour lui occuper le palais de l Elysee n etait pas une fin en soi, malheureusement, il n en est pas de meme pour son successeur actuel

  3. Duff dit :

    @Theo

    Je n’ai pas dit et je ne pense pas que De Gaulle fut socialiste! Il ne faut pas exagérer…

    Je regrette juste que l’initiative ne vienne pas du peuple mais d’en haut dans la Vème république.

    Cdlt

  4. Frederic_N dit :

    Je ne crois pas à cette crise inéluctable dans les mois à venir.. Hollande peut tenir au pouvoir, car dans les faits c’est l’administration qui gouverne et celle-ci ne lui est pas hostile. Tout autre serait son attitude si Hollande touchait aux avantages acquis des fonctionnaires ..
    Mais cela il le sait, c’est pour cela qu’on ne touchera pas à Sainte Fonction Publique

  5. sigismonde dit :

    depuis le temps qu’on nous serine qu’il est à 13% et qu’il descend sans arrêt cela doit être moins 13 %
    sa popularité je m’en fous royalement
    ce que je lui reproche c’est ce qu’il fait de la France , lui et sa clique de moralistes de bazar, bardés de bons sentiments et de bonne conscience à bon marché
    Aucun souffle, aucun élan, aucune vision, aucune décence, aucune pudeur

  6. Tygrys dit :

    Si au moins il était impopulaire pour de bonnes raisons! pour avoir fait des réformes courageuses, dures à subir mais utiles au bien commun… je serais le premier à dire que les sondages ne sont pas une élection, qu’il doit terminer son mandat sans s’en préoccuper, bref qu’on peut être un grand homme d’Etat et être impopulaire, voire être rejeté (les exemples abondent). Mais je rêve là.

  7. Danjou annick dit :

    @espritlibre, c’est plutôt un goujat qu’on remet en lumière à chaque occasion, il n’a aucune éducation et n’est pas à sa place. Il est une honte pour nous et pour ma part, je refuse d’être représentée par lui. Vivement qu’il dégage.

  8. Koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Qui sont encore ces 13%? Répondent ils qu’ils ont confiance par aveuglement ou par partisanerie doctrinale…

    A ce niveau, on peut douter de la fiabilité de ces 13% qui voyant l’échec monumental et l’absence de leadership du président pourraient bien, des qu’une occasion se présentera, se retourner contre lui avec beaucoup plus de véhémence que les autres pour expier leurs fautes.

    Le pouvoir craint vraisemblablement ce que vous dites, Maxime, l’incident du barrage de sivens, l’état, enfin ses représentants, est prêter à céder tout et à se défausser sur ses subordonnés pour éviter des émeutes ( au moins à leur gauche …).

    Le pouvoir en France est vacant et la situation est intenable à moyen, voir court terme.

    Si la situation se dégrade encore, et que l’effritement du pouvoir perdure, certains pourraient se découvrir des vocations de catilina …

    Amitiés
    Koufra

  9. michel43 dit :

    il est NOTRE PRESIDENT… et la droite , la plus bête du Monde , l » A VOULUE AINSI ? 51.64 % SARKO :48.36 % LE PEN : 17.90 % la FRANCE est a DROITE.. NOS deux , président on MENTIE ;aux électeurs…IMPOPULARITE;;et Alors.. QUOI. les pleurnicheurs… vous voulez qu » il DEMISSIONNE. pour provoquer des élections PRESIDENTIEL et après pour élire les Députes ? du pain béni pour LA..LE PEN ; donc , FRANCOIS.. reste.. tu est élues pars les FRANCAIS. jusqu' » en 2017 ..je souris ; l » image présidentiel.. je pense a CHIRAC GISCARS MITTERRAND. pouvait t » il se regarder ,dans une glace , c » est hypocrites ? et HOLLANDE comme SARKOZY n » y coupe pas.. LE JUPPE siffler. Pars les militants . SARKO jubilais..il n » a eu le COURAGE de notre BALLADUR s’adressent a NOUS..je vous demande, de vous ARRETER ? Normal ; eux n »on pas la mémoire courte; BAYROU; et NKM qui préfère les socialistes? FILLON qui les rencontre au Restaurant .OSONS la vérité. qui en gêne beaucoup; .RIEN ne peut empêcher ,le Front National de PROGRESSER.. notre pays paye les erreurs des politiciens de TOUT BORDS. qui on laisser envahir notre pays pars des populations de religions a 85% de religions Musulmanes , qui y on APPORTER , leurs traditions , et le RESTE.. le rejet des politiciens , cars le peuple n » a plus confiance en EUX.. voyez les Manifestations INTERDITES.. c’ est gens portant des CAGOULES.. des CRS qui recules.. le pouvoir est désormais , dans les RUES. Pars une minorité de FACHOS.se dont souffre la FRANCE..c » est d » ETRE rester un pays Socialo – Communiste depuis DE GAULLE

  10. espritlibre dit :

    Tout Hollande, non en disséquant ses réformes foireuses ou ses mensonges successifs, mais en 41 secondes de reportage télé : http://www.youtube.com/watch?v=yFLrOjwcGWU

  11. Bertrand dit :

    Personnellement je ne possède pas une aussi belle plume que Monsieur Tandonnet donc je serais très brève. Nous allons vers un tsunami qui fera des ravages et une destruction que nous aurons beaucoup de mal a gérer…. notre beau pays ne s’ en relevera pas rapidement. Préparons nous au pire….!!!!

  12. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Hollande, à l’évidence, ne remplit pas le mandat que les Français lui ont confié (enfin, une petite partie des Français, environ 30% si mes souvenirs sont exacts).
    A ce niveau de confiance, peut-on encore affirmer qu’il est le détenteur de la légitimité nationale et républicaine ?
    Pour moi c’est non ! mais la Constitution le pense sans doute autrement (vraiment mal fagotée notre constitution) pouvez-vous nous éclairer sur ce sujet ?

    …une explosion sociale et une gigantesque crise politique dans les mois à venir.
    Sans compter la crise économique et la faillite qui nous attend.
    Nous fonçons de plus en plus vite vers un véritable cataclysme.
    N’y a-t-il rien de prévu pour amoindrir les dégâts et remplacer un incapable ?

    Quant aux 13%, je veux bien, mais il y était déjà il y a quelques temps. On nous dit qu’il perd un point, à moins que je ne sache plus compter…

    Amicalement,

  13. Duff dit :

    Bonsoir à tous,

    Je suis globalement d’accord avec l’analyse mais j’ai un point de désaccord constant avec vous Maxime. Nous partageons le constat que les institutions de la Vème République ont été travesties et qu’en particulier la réforme du quinquennat a porté un coup très dur qui pourrait être fatal à terme. En revanche je pense que les institutions de la Vème étaient trop jacobines et reflétant trop la curieuse nostalgie française pour la monarchie de droit divin même si Charles De Gaulle a laissé l’opportunité (aujourd’hui hélas abolie par le quinquennat) de décapiter son roi pour « englober » les acquis de la révolution. Vaste débat…

    Puisque nos voisins suisses ont remporté la coupe Davis (à mon grand regret mais succès tellement mérité) penchons-nous sur leur fédéralisme qui montre une décentralisation réussie : Démocratie directe, référendums d’initiative populaire, votations locales avec toujours des résultats qui font s’arracher les cheveux des faiseurs d’opinion en France alors que je suis persuadé qu’en France, les mêmes questions auraient pratiquement les même réponses en pourcentage en France…

    Au risque d’un désaccord, je pense que les institutions de la Vème étaient viciées dès le départ voire, je prends le risque de le dire, socialistes dès le départ. Il y avait cette idée qu’un homme patriote, au service de son pays et non de ses intérêts propres, pourrait concentrer beaucoup (trop) de pouvoir afin d’agir efficacement. C’est une idée socialiste typique qui au mépris de la démocratie fusse-t-elle représentative ou directe impose fatalement un jour un technocrate « savant » pour gouverner un peuple « ignare ». Cette concentration de pouvoir était dangereuse car on a bien vite vu que les successeurs du Général baissaient vite en qualité, en probité, en volonté de servir avant de se servir.

    C’est pourquoi avec le temps je me range derrière l’avis des libéraux : Mieux vaut éviter d’en arriver là et plutôt que d’offrir le spectacle d’une décentralisation ratée, il convenait plutôt de se ranger derrière le principe de subsidiarité, à plus forte raison que deux échelons administratifs se créaient en même temps : Les intercommunalités et l’Europe.

    Je pourrais facilement condamner Hollande pour sa couardise et son manque d’allant, en fait je pense qu’il bien compris de quoi souffrait la France économiquement et administrativement mais il n’a aucun mandat pour accomplir la moindre réforme. Aider les entreprises d’une part et simplifier le mille-feuille est parfaitement salutaire, ne blâmons pas Hollande pour ça.

    La tragédie d’Hollande c’est peut être bien plus de risquer de discréditer les bonnes idées et débats essentiels.

    Cordialement.

    • Duff,

      Travaillant en Suisse et bientôt résidant, ce n’est pas moi qui vais contredire votre propos sur l’absolue supériorité du système fédéral suisse et du principe de l’initiative populaire.

      Je vous rejoins aussi sur de Gaulle, il était socialiste, cela ne fait plus l’ombre d’un doute pour moi, étatiste forcené et nostalgique d’une France qui n’a jamais existé!
      Les conséquences de cette cinquième version de la République sont aujourd’hui devant nous : paralysie totale du oays par des élites médiocres et dévoyées.

      Mais n’est-ce pas la République elle-même dans son essence qui est dévoyée puisque fondée sur la révolution.

  14. raimanet dit :

    A reblogué ceci sur raimanetet a ajouté:
    L’impopularité du président Hollande vient de pulvériser un nouveau record avec un taux de confiance de 13% selon IFOP/JDD. A la même période, en novembre après deux ans et demi d’exercive du pouvoir, la cote de popularité de Nicolas Sarkozy, pourtant jugée basse à l’époque, était trois fois plus élevée avec 39%, celle de Jacques Chirac (second mandat), de 36%, et lors de son premier mandat de 41%. François Mitterrand atteignait lui 60% (SOFRES).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s