Raison ou Folie dans l’histoire?

Hegel_portrait_by_Schlesinger_1831Avant-hier, je tombe sur une interview de Mikhael Gorbatchev publiée par le Figaro (19 novembre). Dans l’ouragan de crétinerie qui nous enveloppe, toute trace d’intelligence est une pépite inestimable. Il prononce des mots fascinants: « Il arrive que l’histoire accélère sa course. Elle punit alors tous ceux qui se trouvent en retard. Elle punit encore plus sévèrement tous ceux qui prétendent se mettre en travers de leur chemin » . L’ancien dirigeant soviétique, l’un des plus grands personnages du siècle passé, soulève une question presque obsédante. Les grands courants de l’histoire semblent échapper à la volonté et à l’intelligence humaine. Hegel pensait (ai-je compris), que « la Raison » invisible et incompréhensible, qu’il appelle aussi « l’Esprit« , guide les grands mouvements de l’humanité, les évolutions comme les ruptures, par exemple le règne des grandes religions monothéistes (au Moyen-âge), les Nations, la révolution industrielle, la démocratie, la colonisation et la décolonisation, les totalitarismes et les guerres planétaires, la mondialisation… « C’est l’idée que la Raison gouverne le monde et par conséquent, gouverne et a gouverné l’histoire universelle […] Par rapport à cette Raison universelle et substancielle, tout le reste est subordonné et lui sert d’instrument et de moyen. De plus, cette Raison est immanente dans la réalité historique, elle s’accomplit en et par celle-ci » (La raison dans l’histoire, collection 10/18). Selon lui, derrière l’apparence du chaos, de l’incertitude, il existe un dessein universel, un principe qui conduit l’humanité quelque part. Est-ce vraiment la Raison universelle qui guide l’histoire ou bien la Folie, la Déraison universelle? S’interroge-t-on en le lisant. En tout cas, je partage ce sentiment que les soubressauts de l’histoire échappent à la volonté humaine. Quelle est la marge de manoeuvre des responsables publics? peut-on se demander. J’aime bien cette réponse de Napoléon: « Je ne me butais pas à plier les circonstances à mes idées, mais je me laissais en général conduire par elles. Qui peut à l’avance répondre des circonstances fortuites, des accidents inopinés. Que de fois j’ai dû changer essentiellement. Aussi ai-je vécu de vues générales bien plus que de plans arrêtés. » La politique consiste, au mieux, à essayer d’orienter, tenter de canaliser les mouvements de l’histoire, dans le sens du bien commun; au pire, à s’abandonner à la communication, aux effets de manche, à l’imposture consistant à faire croire que l’on maîtrise des phénomènes qui nous échappent, donc au mépris des autres. Le gorbatchevgrand homme, à l’image de Gorbatchev, n’est pas nécessairement un prophète, mais un personnage assez lucide et honnête pour admettre cette vérité élémentaire.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Raison ou Folie dans l’histoire?

  1. francoiscarmignola dit :

    Bien après la bataille, mais la question de @Frederic_N m’a passionné. Qu’il en soit remercié.

    Au delà bien sur de sa prise de parti, je pourrais me déchaîner, mais ce sera pour une autre fois.
    Je me contenterai de rejeter calmement, mais énergiquement (sans la fureur nécessaire, dirais je)
    tout le complotisme anti sémite allusivement attaché à la question, le web étant rempli d’accusations envers le fantôme de Leo Strauss, vrai auteur des attentats du 11 septembre et porteur du principal chapeau pointu des sages de sion.

    Leo Strauss est un intellectuel mort en 1973 (bien avant les néos-cons mais à qui on le rattache). C’est un penseur du politique, tout comme Carl Schmidt de qui on le rapproche.

    Un penseur dispose, à mon avis, de la plus entière des libertés: il explore, découvre et présente des concepts, des idées et n’est jamais responsable de ceux qui les utilisent. Ceci pour nous libérer de tout scrupule quand à leurs engagements personnels pour juger de leurs oeuvres dont nous disposons à notre guise, librement.
    Carl Schmidt, d’abord constitutionnaliste de la république de Weimar, inspira (partiellement et d’une certaine manière, bien sur) la constitution de la Vème république Française.

    Cette conception à la fois juridique et autoritaire, démocratique et nationaliste caractérise le pragmatisme gaulliste qui donne la force à la liberté. C’est l’essence même de la vraie démocratie, celle en vigueur du temps de Péricles, personnage à qui De Gaulle ressemble un peu.

    On peut ainsi rattacher les concepts machiavélien de Strauss à la conception Gaulliste de la nation et du pouvoir. De Gaulle est il un néo con (servateur) pour autant ? Je ne le crois pas, en tout cas, son sionisme fut relatif (il décréta un embargo contre Israël en 67) et son interventionnisme consista, par pragmatisme justement, à décoloniser et à établir des relations diplomatiques avec la Chine.

    Il reste maintenant des océans de lectures et de discussions à parcourir sur le reste des conceptions de Strauss.
    Un point par exemple: une question discutée par Strauss est celle de la disparition de la démocratie à Athènes, précisément à l’époque de Socrate. Au même moment, la Grèce abandonna la démocratie et aussi, on le sait moins, des conceptions religieuses quasiment monothéistes.
    Cela se passait au Vème siècle avant Jésus Christ, les hommes ne croyaient plus en rien et se désespéraient de leur époque ravagée par des politiciens corrompus.

  2. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Pourquoi les deux n’existeraient-ils pas ?
    – Un principe, enfoui dans notre inconscient, notre « autre nous-mêmes » qui nous appelle et nous guide vers une évolution, un but que l’on pourrait qualifier de l’essence même de la vie et de l’éternité, pour mener l’humanité jusqu’à son état christique ou divin (ce qui est la même chose)
    – et une volonté humaine faite de discernement et /ou de folie, plus ou moins apte à appréhender et à réussir les « examens de passage » (selon l’attention que chacun met à son évolution) que représentent les circonstances qui sont autant d’outils, de barrières à sauter, dont se servirait le Principe.
    Car, oui, tous les « évènements néfastes », ou que l’on juge comme tels, sont un test, un obstacle destiné à nous façonner, à nous tailler pour arriver à la pureté du diamant.
    A nous de ne pas nous affaler sur l’obstacle, mais à le sauter.

    Ainsi, Napoléon avait la bonne tactique, tandis que ceux qui s’accrochent à leurs prêt-à-penser, à leur dogmes, sont dans l’erreur. Et, tant qu’ils persisteront dans cette erreur, les obstacles surgiront comme autant de leçons à prendre en compte.
    C’est ainsi que, humblement, je le comprends et souvent même je le vis dans mon propre parcours.

    Un exemple criant de la persistance dans l’erreur s’illustre dans les décisions prises par notre gouvernement dans la guerre contre l’état islamique.
    Laurent Samuel, qui a déjà écrit « Al Quaeda en France », vient de sortir un nouveau livre : « L’état islamique ». Valeurs actuelles de cette semaine en donne un extrait que je résume :

    Ce n’est plus à de simples groupes de terroristes auxquels nous avons à faire, mais à un véritable état, organisé comme tel, avec ses ministères, son armée, son budget, ses services de renseignements, de communication et même ses petits génies de l’informatique.
    Une armée suréquipées de plus de 50.000 hommes, 400 chars (!), un territoire conquis immense où chaque région dispose de son propre arsenal :
    – ZU-23, une mitrailleuse antiaérienne particulièrement dévastatrice,
    – canons de 155 millimètres,
    – un nombre très important de mortiers lourds (120 millimètres)
    en tout, des dizaines de milliers de pièces disséminées entre la Syrie et l’Irak.
    Un arsenal qui a de quoi faire frémir, en particulier lorsqu’il sert à appuyer des assauts de combattants fanatisés qui se précipitent sur un adversaire abruti par les obus…
    Laurent Samuel dit que, si nous mettions des troupes au sol, elles seraient écrabouillées illico.

    Mais la cerise sur le gâteau, là où je voulais aboutir, c’est que l’on trouve aussi dans cet arsenal des… missiles Milan !!!
    Bravo Hollande ! et son idée fixe d’armer les « bons » islamistes qui se battent contre Bachar.
    Comme si ce n’était pas bonnet blanc et blanc bonnet.

    La décision d’armer les rebelles « modérés » depuis l’année dernière, admise du bout des lèvres par notre chef de l’état, témoigne d’une myopie politique et d’une indigence intellectuelle rares. L’état islamique doit en effet à la France le fleuron de son arsenal. Si la décision d’envoyer des troupes au sol est un jour prise par les USA, c’est certainement à notre président qu’il devront leurs premières victimes, lorsqu’un missile français fera exploser le blindage d’un de leurs véhicules ! On trouve maintenant des missiles Milan à travers toute la Syrie…

    Alors, notre pauvre armée, aller défendre le Liban, c’est une plaisanterie !

    Hollande s’est piteusement affalé sur l’obstacle, aveugle, sourd qu’il est à la juste réflexion, et incapable d’élever sa vue au-delà de sa petite personne et de ses magouilles politiques.
    Il n’est pas un homme d’État, seulement un rond-de-cuir de la mairie d’à côté. Et encore…
    Mais, malheureusement, il a déjà influé sur la suite de l’histoire en marche.

    Amicalement,

  3. Frederic_N dit :

    @ Maxime
    Un immense merci pour tenter sans arrêt remonter le niveau des discussions sur ce blog.
    J’en profite alors pour vous demander votre avis sur l’influence – nocive à mon sens – de Leo Strauss sur cet évolution mortifère du monde Occidental. Leo Strauss qui a réussi l’exploit de se faire aduler autant de la droite néo-libérale que de la gauche anti-libérale.
    C’est quand même en son nom qu’on a fait cette bêtise sans nom qu’a été la guerre en Irak.
    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1992_num_78_1_1532_t1_0261_0000_2

  4. michel43 dit :

    NON..Maxime surement PAS..un des plus grands …le système était au bout du rouleau…comme chez Nous ..le passer , est certes, intéressent..MAIS l » avenir le sera , certainement PLUS ?.Nous arrivons a un tournant ;dans tout les domaines, et la FAUTE en incombe a nos politiciens , irresponsables ,EUX..voulait cette EUROPE ; qui dés le départ , était UN FOUTOIR ;dans tout les domaines ,mais pour certains , l’occasion de faire de vrais fortunes. Cars depuis sa créations , on cache la vérité ,les Multinationales et très grandes entreprises , on compris , ou était leurs intérêts. Acheter ou fabriquer , dans des pays a bas coup de productions et importer , puis fermer des usines , au détriment des travailleurs, cars la modernisations , la robotique, font que nous employons de moins en moins de mains d » œuvres..et pars contre, on a laisser, entrer, légalement et illégalement des millions d » étrangers , dont plus de 80 % était de religion Musulmanes. Alors que nous allions avoir des millions de chômeurs et pas assez de logement..Gouverner , c »est prévoir..EUX les politiciens de tout bords, parlons franchement : s » en foutait ? avec des structures socialo – communiste ; comme en RUSSIE. grâce a DE GAULLE et OUI..et que Personne a oser MODIFIER. HOLLANDE devrait faire comme GORBATCHEV…. cars le peuple va finir dans la RUE et tout bloquer.se qui ne me déplairait PAS..le HIC..c »est que le peuple de FRANCE assister, dans tout les domaines , et ceux qui en profite;;ne sont pas prêt a cisailler, la branche, qui assure, leurs FIN DE MOIS.. les riches, sont de plus en plus RICHE..et il y a de plus en plus de pauvres FRANCAIS et la MISERE du Monde entier , arrive de PARTOUT ? a un moment cela va EXPLOSER : sois dans la RUE , ou sois dans les URNES.. avec des bulletins du FN..l’avenir s’annonce passionnante et plein d »incertitude

  5. Tygrys dit :

    D’accord avec Koufra, sur la capacité à influer ou même à changer l’histoire.
    Il y a des moments où l’histoire semble écrite, mais certains hommes peuvent en décider autrement; l’exemple type est de Gaulle en 1940.
    Il y a aussi des moments où on peut croire que l’histoire s’écrit, mais se tromper sur le sens: exemple récent des « printemps arabes ». Il y a aussi des moments où les gouvernants, le discours officiel, disent que l’histoire s’écrit et qu’elle est irréversible: exemple actuel de la construction européenne, un projet au départ magnifique, inédit et qui n’était pas gagné d’avance; qui a réussi au-delà de toute espérance; et qui maintenant poursuit une folle course en avant qu’il faudrait arrêter! C’est aussi le problème du « progressisme »…
    L’important me semble être comme vous dites « le sens du bien commun »: avec lui aucune circonstance n’est irrémédiable, sans lui il n’y a plus que des circonstances et une vaine agitation.

  6. Duff dit :

    Bonjour Maxime,

    Excellente réflexion. J’ai presque terminé votre livre « Au cœur du volcan » que je recommande bien entendu. Ayant lu avant les livres de Gaino (Le nuit et le jour) celui de Le Maire (Jours de pouvoirs) et celui de Baroin (derniers carnets) j’avais l’intuition de ce que j’allais lire avec le votre : Mon imagination n’était pas suffisante pour mesurer l’incroyable manière de conduire un état.

    Je ne vois plus la politique de la même façon tant elle me semble avoir franchi le seuil rédhibitoire du risible, tout n’est que communication sur du dérisoire, du secondaire.

    Ce matin, dans l’excellente émission « les experts » de Nicolas Doze, le financier Jean-Pierre Petit a évoqué sa certitude qu’après 30 ans d’échecs et de politiques avec un « p » minuscule, la France fera face à au moins un des 3 chocs possibles à horizon moins de 10 ans.

    1/ Un choc de marché donc problèmes pour refinancer la dette, pas à exclure mais peu probable avec l’action de la BCE et tant que l’euro existe
    2/ Un divorce avec le partenaire allemand provoqué par le parti AfD qui grignote à grande vitesse, compte tenu de son lancement récent, des électeurs CDU et FDP.
    3/ L’arrivée du FN au pouvoir seul ou en coalition. Hypothèse la plus probable selon Petit, la France imiterait ainsi le déclin argentin qui crève de socialisme et de nationalisme mais qui en redemande à chaque élection…

    Je partage intégralement cet avis d’où ma mention.

    Pendant ce temps Ségolène Royal a des idées lumineuses pour recycler les portiques de la feu écotaxe, Hollande décrédibilise la parole de la France et déchire un contrat, la logique même d’une société où les hommes passent des contrats et les honorent, la « majorité » s’étripe pour racketter les sociétés d’autoroutes…

    Voilà où on en est. Les optimistes sont indispensables mais le réel et le fil de l’histoire m’oblige à tempérer fraîchement leurs hypothèses…

    Cdlt

  7. koufra dit :

    Un exemple de mouvement historique qu’il serait sage d’empêcher (désolé pour le jeu de mot facile):

    http://unionrepublicaine.fr/elections-legislatives-tunisiennes-un-cache-sexe-punique/

    Vous le premier Maxime, vous avez bien senti que la reculade US après avoir fixé une ligne rouge ridicule, ne peut qu’être annonciateur de changement majeur tout autour de la méditerranée et au moyen-orient.

    Amitiés

    Koufra

  8. koufra dit :

    Bonjour Maxime,

    Il y a deux choses différentes me semblent ils:

    La conquête du pouvoir
    L’exercice du pouvoir

    La conquête du pouvoir est un élément sur lequel l’homme a une forte capacité d’action. C’est l’oeuvre d’une minorité active qui par ses actions, sa communication, son organisation, ses relais, prend le pouvoir

    L’exercice du pouvoir est lui plus difficle, aucune poitique ne peut créer une réalité à contre courrant des rapports de force, de richesse, démograhique etc…

    Par contre, on peut me semble t il inverser un mouvement de l’histoire quand il n’a pas encore pris trop d’inertie.

    Désolé si j’ai, de par ma formation, une vision liée à la mécanique.

    Par ailleurs, par définition un grand mouvement de l’histoire est quelque chose qui n’a pas été stoppé, si un grand mouvement a été stoppé, c’est qu’il y a eu des aléas et une action humaine qui l’a fait s’arrêter et qu’il n’a pu rester un grand mouvement de l’histoire, on ne peut donc pas préjuger de ce qui va devenir ou pas un grand mouvement.

    Les grands mouvements de l’histoire sont tous stoppés à un moment et n’ont pas été stoppés car par définition, car ils n’ont pas trouvé les conditions pour le faire, ca ne préjuge pas du fait que ces conditions existent ou pas.

    L’empire de Napoléon aurait pu être un grand mouvement de l’Histoire, la démarche napoléonienne s’incrivait hélas dans une obligation de gagner chaque bataille et de construire une lignée avec une descenance, et une aristocratie sur laquelle s’appuyer en construisant une dépendance à long terme réciproque entre l’empereur et la noblesse. Sur tous ces points, il aura échoué.

    Inversement, l’empire romain aurait pu n’être qu’une civilisation temporaire. Lors de la victoire d’Hannibal Barka à Cannes en 216 avant Jesus Christ, la république romaine était à genoux.

    Si cette batailles est un chef d’oeuvre tactique, elle n’eut pas d’effet réels au niveau stratégique pour divers raison… Pourtant, ils auraient pu saisir la dynamique d’une telle victoire:
    Maharbal, un de ses généraux aurait déclaré :

    « Hannibal, tu sais vaincre mais tu ne sais pas utiliser ta victoire ! »

    Je pense donc que l’être humain a capacité à influer ou même à changer l’histoire dasn l’exercice du pouvoir, l’inverse me dérangerait d’ailleus dans ma conception des choses… ou serait le libre arbitre si nous ne maîtrisons pas un peu notre destin….

    Amitiés

    Koufra

  9. Jean95 dit :

    Amusante coïncidence, je viens de lire « La fin du hasard » un petit livre d’Igor et Grichka BOGDANOV !

  10. fredi maque dit :

    les soubressauts de l’histoire échappent à la volonté humaine.

    Faut croire que nos gouvernants ont fait d’Hegel leur livre de chevet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s