L’ordre idéologique

34625077Le diable se cache derrière les détails. Il est des anecdotes plus révélatrices que les grandes démonstrations. Le Figaro des 8 et 9 novembre publie un article discret sous le titre « Mon nom est Zampa ». « Mardi 4 novembre, nous nous sommes présentés au Gaumont Champs-Elysées pour assister à la projection pour la presse du film « French« […] Las, à l’énoncé de notre nom, la préposée à l’accueil haussa les sourcils […] Appelée en renfort, sa responsable nous signifia que notre présence était indésirable. La maison Gaumont a en effet mis son veto à la venue de tout critique du Figaro […] Gaumont nous reproche notre liberté d’opinion et peut-être aussi l’insolence de nos mises en scènes […] Le mois dernier, tandis qu’Omar Sy, sûr de ne trouver en face de lui que des micros complaisants, écumait les plateaux de télévision et de radio pour assurer la promotion de Samba, nous avons eu l’audace d’y mettre un sérieux bémol. Aïe, aïe, aïe! Les producteurs de cette fable sur les sans papiers n’apprécièrent pas. Incorrigibles humanistes, ils nous punissent en nous bannissant » La liberté se détricote par le bas, au jour le jour, dans la banalité du quotidien. Interdire à des journalistes de faire leur travail pour avoir émis une simple opinion qui diverge de l’idéologie dominante, celle du monde médiatique, c’est entrer dans une logique totalitaire. Etrange ambiguïté: en vertu d’une oeuvre qui célèbre, semble-t-il,  la pureté et les bons sentiments, on s’en prend à une des libertés les plus fondamentales, la liberté de la presse. Cette petite gifle discrète à un principe démocratique, au nom d’une ligne idéologique, n’a d’ailleurs indigné personne. On imagine le tollé – légitime – si un journaliste du Monde ou de Libération avait été ainsi refoulé à l’entrée d’une séance destinée à la presse en représailles pour un commentaire critique… Cette « France d’en haut » ne manque jamais de surprendre chaque jour davantage. Elle ouvre le champ de la libre expression à des pensées obscures que l’on croyait à jamais éradiquées, en laissant faire la création (paraît-il) d’un parti politique ouvertement antisémite. Mais elle interdit à la presse modérée de faire son travail le plus élémentaire, le plus évident et ne supporte pas la moindre dissonance, même sur une affaire de goût… Le paradoxe n’est qu’apparent. Tout se passe comme si elle tendait subrepticement, sournoisement, en toute bonne conscience, à ne laisser de choix qu’entre deux alternatives: la soumission inconditionnelle à l’ordre idéologique ou le rejet dans l’abîme extrémiste le plus immonde.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

28 commentaires pour L’ordre idéologique

  1. Duff dit :

    Bonjour Maxime,

    Oui c’était vite écrit. La BBC est globalement fiable, aujourd’hui. Globalement car suivant de près les débats anglais, les interview politiques distillent un peu de prêt à penser mais c’est vrai rien à voir avec canal+. La chaîne grecque est réputée pour faire du France Inter puissance mille.

    Mon interrogation c’était de savoir si dans les années 70 la BBC avait déviée et était partisane, ce que je ne peux pas vérifier. Mais la situation était la suivante : Un état très dépensier et noyauté par des syndicats et du corporatisme, peu de chaînes privées. Un terreau donc très favorable à la pensée unique.

    Heureusement la multiplicité des chaînes et l’existence d’internet nous sauve en France en 2014.

    Bon dimanche,
    cdlt

  2. fredi maque dit :

    fredi maque, moi je n’ai de « haine » qu’envers les abrutis

    C’est encore trop.
    Mais à qui pensez-vous ?

    • fredi maque, à la personne dont vous parliez bien sûr qui dit « détester la droite », moi je ne déteste pas sur le critères droite ou gauche, je déteste les abrutis en général… quelle que soit leur préférence idéologique.
      Maxime

  3. lisa retter dit :

    Quelle idée aussi que d’aller voir un film chaudement recommandé par les habituels distributeurs de satisfecit. Pour moi, c’est quand un film est l’objet de nombreuses critiques de la part de ces braves gens que j’y accours. En fait, ce n’est pas compliqué de savoir si un film ou un livre est bon ou pas, il suffit d’avoir un décodeur qui met en creux tout ce qui vient par la voix officielle…

  4. Hurluberlu dit :

    La démocratie implique l’usage de la controverse, et, celà dans le respect mutuel des interlocuteurs . . . Mais ceci n’est pas dans la culture française ! Chez nous, les relations sont de type caporaliste, de supérieur à subordonné. Vieil héritage de la culture rurale où par nécessité, les relations étaient strictement hiérarchisées ?

  5. georges dit :

    « Une oeuvre qui célèbre la pureté des bons sentiments »ou un film de propagande banal (ça pue le réchauffé) des collabos de la bien-pensance et ce avec la promo de la GRRRANDE PRESSE SUBVENTIONNEE .Heureusement le Figaro s’est épargné un temps plus précieux que d’assister à cette farce .
    PS:Le navet « la marche » est de la même veine.

  6. Cher M. Tandonnet,

    L’atmosphère de la France de 2014 est irrespirable car une oligarchie idéologue, déculturée, immorale et totalitaire a mis le pays sous coupe réglée, empêchant les français de penser, de vivre, de s’exprimer, tout en niant consciencieusement tout ce qui constitue 1500 ans d’histoire et de culture.

    C’est à vomir.

    Tout ceci explique la fuite massive des jeunes et des moins jeunes vers des pays plus accueillants, plus libéraux et plus dynamiques. Voyez à ce sujet le numéro de Valeurs Actuelles de cette semaine : « ADIEU LA FRANCE, enquête sur ces Français qui fuient les impôts, le chômage, la morosité et la gauche. »

    Pour ma part, les choses avancent et je devrai devenir résident fiscal suisse au début de l’année prochaine pour habiter cette superbe région de la Gruyère. Je ne peux pas me passer des montagnes des Préalpes, je ne serai pas trop dépaysé.

    Je ne crois pas être particulièrement indispensable à la France mais je ne crois pas être non plus dans ceux qui lui coûtent. Tant pis pour la France, ce pays si beau , si grand, avec tant de possibilités incroyables, tant de richesses, tant de possibilités économiques, tant d’histoire, de culture…

    Nous sommes bien en face de ce qu’il faut appeler : le suicide français, comme le dit si bien le titre du Bestseller de Zemmour.

    Alors tant pis, Vive la fondue!

  7. fredi maque dit :

    Une autre victime de politiquement correct (et de sa spontanéité juvénile) :
    http://next.liberation.fr/musique/2014/11/14/zaz-et-la-legerete-du-paris-occupe_1143254

  8. drazig dit :

    « …C’est entrer dans une logique totalitaire… », vous dîtes. Il y a belle lurette que nous y baignons. Mieux vaut tard que jamais.

  9. Ribus dit :

    « L’ordre idéologique » : belle formule qui résume bien la situation de l’information en France en ce début de XXIè siècle. Vous êtes aux portes de la Cour des miracles, Maxime. Peu à peu vous venez vers la France souterraine, le pays réel, qui a besoin d’honnêtes hommes comme vous.

    Ce qu’ont vécu ces journalistes n’a rien de de terrible. Cela fait des années que d’autres qu’eux connaissent l’ostracisme de la propagande. Nous sommes en guerre ; une guerre idéologique et économique pour l’instant mais ce n’est pas fini.

    Je vous l’ai déjà écrit : vous existez, vous et votre voix peut porter notamment pour casser le plafond de verre de la censure. C’est de notre liberté dont il s’agit. Sur cette question, vous pourriez rejoindre tant d’autres qui ne sont pas d’authentiques gaullistes comme vous, non ?

    • Ribus, c’est qui « tant d’autres »?, il faut savoir que rien ne me répugne davantage que les gens qui se disent représentatifs du peuple et qui prêchent une idéologie de haine et de démagogie.
      MT

  10. Duff dit :

    Bonsoir à tous,

    Quoique l’anecdote ne me surprend pas, il convient toujours de dénoncer ce genre de procédés si révélateurs.

    L’opposition entre les 3 principaux modes de pensée politique y est ici parfaitement illustré. Les conservateurs privilégient un ordre en cours au nom de la préservation d’un système de valeurs éprouvé. On leur objecte un peu trop facilement qu’il y a encore peu, la soif de pouvoir et de richesse conduisait les hommes à taper dessus et à se spolier entre eux. Les libéraux qui refusent le despotisme et privilégient l’échange par contrat garanti par l’état de droit mais qui sont responsables de tous les malheurs de l’humanité (c’est bien connu). Enfin nous avons les progressistes qui pensent que la société et donc les individus doivent évoluer vers les positions avant-gardistes afin d’accélérer le bonheur et la prospérité.

    Un seul de ses courants de pensée a engendré les plus odieuses tyrannies récentes. Ce n’est pas la raison qui doit remporter le débat (la philosophie des lumières), la fin justifie les moyens. Voilà pourquoi Revel parlait de tentation totalitaire : Les socialistes (donc une grande partie de la gauche française depuis plus d’un siècle) ont un gène totalitaire dans leur ADN.

    Dans le modèle socialiste qui s’est affreusement intensifié ces 30 dernières années en France et qui se trouve sur le point de s’effondrer économiquement (et moralement/intellectuellement si on regarde les aspects positifs de la manif pour tous), ses pires idéologues se retranchent dans un déni totalitaire refusant la confrontation et poussant le pouvoir qu’il a soutenu et qui lui est redevable d’user de tous les derniers moyens.

    Il me manque des références historiques et culturelles mais je suis prêt à parier que la BBC devait ressembler fortement à Canal+ à la fin des années 70 (remis dans le contexte) tout comme la télé publique grecque ART que le gouvernement actuel a coupé un moment…

    Bon we,
    Cdlt

    • Duff, je ne comprends pas bien votre dernier paragraphe. La BBC m’a toujours paru une source d’information fiable et factuelle, rien à voir avec C+…
      Amitiés
      Maxime

  11. espritlibre dit :

    Démonstration pas du tout par l’absurde mais au contraire toute en finesse aboutissant au théorème suivant : En démocratie tempérée, et Dieu sait que l’on nous a inculqué la haine des tempêtes, la partie ne se joue pas avec les règles de bienséance que l’on nous impose, il faut au contraire passer en force. Une prise de position critique, un enthousiasme modéré est déjà très suspect dit-on à Pyongyang, même en faisant de l’humour? Vous n’êtes plus fréquentable. Non, ce qu’il faut c’est leur rentrer dedans à coup de boule, les disperser façon puzzle, méthode Zemmour. Voilà ce qui les enrage et comment vous vous retrouvez le porte-voix de tous ceux que cette comédie révulse. Vous manifestez en famille et rentrez chez vous le dimanche soir après vous être fait gazer? Vous étiez peut-être des millions mais comme vous n’êtes pas dans le sens de l’histoire et que vos petits drapeaux ne font peur à personne, vous avez perdu. Non, ce qu’il faut, c’est parader à quelques centaines, tout péter, caillasser et molotové policiers et gendarmes. Les élus reculent, les ministres pleurent et … reculent, les lycéens manifestent, vous avez gagné. Je ne sais rien de l’extrémisme dont vous voyez poindre le museau. Je vois par contre qui occupe aujourd’hui l’espace politique par l’idéologie et quand cela ne suffit pas par la force. La violence symbolique ou réelle appelle la violence réelle. Je viens justement de visionner une amusante vidéo où l’on voit un méchant parent en colère débloquer l’accès à un lycée en tapant à coup d’extincteur sur la tête d’un gentil manifestant anti-violence. Cela vaut bien des discours, mais attendons les réactions du moine bénédictin patron de toutes les polices :

  12. ADB dit :

    Liberté de la presse ? et que dire lorsque c’est un magazine, tel l’Express, qui censure ?

  13. Tygrys dit :

    fredi maque, Gérard Miller est un habitué du mépris; en janvier 2013, après la « manif pour tous », lors d’une soirée « people » de soutien au projet de loi Taubira, il avait déclaré (source: France info): « Vous ne pouvez pas savoir le plaisir que c’est de dire ‘merde’ aux milliers de manifestants qui étaient contre ce projet de loi ».
    Voilà le type de chroniqueurs (?) que l’on entend sur les radios d’Etat…

  14. Tygrys dit :

    C’est effrayant et bien révélateur. On peut remarquer aussi que les journalistes du Figaro réagissent par l’humour, qui est la meilleure arme contre cette dictature molle, comme l’avait bien vu Philippe Muray. Il est probable que dans le cas que vous évoquez d’un journaliste estampillé à gauche qui aurait été ainsi refoulé, nous aurions eu droit à des phrases grandiloquentes et probablement à un dépôt de plainte.
    Je serais vraiment curieux de savoir s’il s’agit là d’un phénomène uniquement français ou si la situation est comparable en Belgique, en Allemagne, en Italie, en France, au Royaume-Uni… J’ai mon idée sur le sujet mais pas d’éléments objectifs pour l’étayer.

  15. fredi maque dit :

    Ce que vous écrivez aujourd’hui n’a rien de surprenant. L’autre jour sur France Inter Gérard Miller affirmait que la culture était exclusivement de gauche et il disait sa haine (oui sa haine, à gauche on a le droit) de tout se qui pouvait venir de droite. Il disait celà tranquillement, sans même se rendre compte de l’intolérance de ses propos.
    Les champions de la tolérance sont ainsi : tellement convaincus d’être dans le vrai qu’ils ne souffrent aucune contradiction.

  16. A l’image du mur des cons, la dictature de gauche avance …

  17. Frederic_N dit :

    Très sincèrement : heureusement que ce blog existe. Et cela nous vous le devons

    • FredericN, merci beaucoup, vous y contribuez aussi. C’est vrai que j’y consacre beaucoup de temps de mes loisirs et que j’y suis très attaché…
      Amicalement
      Maxime

  18. Lhériteau Jacques dit :

    Bonjour,
    Avez-vous approcher le mouvement « Nous Citoyens » ,svp ?
    Merci d’avance
    Cordialement
    J.Lhériteau

  19. michel43 dit :

    faut être MALADE ? Rire mon NOM…est ZAMPA..peu être GAÉTAN ZAMPA ? OUI..se NOM faisait PEUR.. et vos collègues n »on RIEN DIT ? ou est la Solidarité…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s