Par delà les incohérences de l’opinion

images (1)Les sondages se présentent comme une photographie de l’opinion publique à un moment donné. Pour être honnête, on ne peut pas les accepter quand ils vont dans un sens qui nous convient et les rejeter quand ils dérangent. Ils nous montrent en tout cas une opinion publique peu rationnelle, inconstante, versatile, voire même contradictoire. L’une des difficultés d’un responsable politique est d’interpréter un phénomène aussi insaisissable et en apparence, incohérent. Ainsi, l’idée d’une radicalisation conservatrice ou « droitière » de l’opinion publique est aujourd’hui couramment admise. Elle se retrouve dans le fameux sondage CEVIPOF de janvier 2014, selon lequel 50% des Français seraient « favorables à la peine de mort », 67% estime « qu’il y a trop d’immigrés », 47% souhaitent « se protéger du monde » et 35% (seulement) jugent que l’Union européenne « est une bonne chose ». Cependant, les enquêtes d’opinion sur la popularité des personnalités politiques paraissent démontrer l’inverse et plutôt le rejet des options clivantes, une attirance vers le consensus, le centre, l’apaisement. Le dernier sondage IFOP Paris Match sur le classement des hommes et femmes de pouvoir le souligne clairement avec Jack Lang en tête (66%), suivi de Jean-Louis Borloo (65%), d’Alain Juppé (63%) et de Bayrou (60%). Le premier ministre est lui aussi bien placé, du fait sans doute de son positionnement « social démocrate » (55%). En revanche, les personnalités clivantes, partisanes, porteuses d’une image de cassure, plus conformes à l’idée d’une radicalisation de l’opinion, se retrouvent, à l’exception de Montebourg, en queue du classement en tout cas dans le seconde moitié de celui-ci. Une explication possible de ce phénomène pourrait tenir à la distinction entre le fond et la forme. Les préoccupations, angoisses, demandes d’autorité et d’ordre sont bien présentes en toile de fond de l’actualité politique. Cependant, elles se conjuguent avec le besoin de sagesse, d’apaisement, de paix civile, de tolérance, de consensus et d’ouverture qui s’exprime dans les cotes de popularité des personnalités politiques. Les succès électoraux de l’avenir, en particulier de 2017 reposent peut-être dans l’aptitude à analyser et surmonter cette contradiction apparente.

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

19 commentaires pour Par delà les incohérences de l’opinion

  1. annick danjou dit :

    Très drôle: dans mon dernier message, je qualifiais Juppé « d’entourloupineur », voici ce qu’il a dit aujourd’hui concernant les mesures prises par ce gouvernement pour convaincre Bruxelles:

    « Nous avons obtenu l’aval de Bruxelles in extremis, et les mesures que nous avons prises c’est en fait en quelque sorte une entourloupe », a-t-il dit.

    Comme quoi il s’y connaît en entourloupe!!!!

  2. Danjou annick dit :

    Jack Lang, un des plus nuls ministre de l’EN, qu’on a fait revenir pour calmer le jeu, des années plus tard parce que c’est quelqu’un qui louvoie, qui parle, qui embobine mais qui ne fait rien de primordial. Jean Louis Borloo, bourru et peu charismatique, gentil par ailleurs mais pas l’envergure d’un président, haut dans les sondages, peut-être parce qu’il a été malade, avec les français faut s’attendre au pire… Juppé, l’entourloupineur, qui tourne en fonction du ven,t prêt à faire des concessions pour avancer et arriver à son but, n’oublions pas qu’il a été condamné et que pour moi il est hors jeu. Bayrou, un des meilleurs, sinon le meilleur des ministres de l’EN, mais tellement prêt, lui aussi à retourner sa veste, il parle bien, a souvent de bonnes idées mais on ne peut pas faire confiance à quelqu’un qui ne sait pas trop où il va et qui renonce parfois par intérêt, je crois. Alors, le tableau n’est pas beau et si ce sont ces personnes qui sont élues par les français, il y a de quoi désespérer.
    Une petite anecdote concernant J. Lang, je connais quelqu’un qui l’a bien connu et qui disait qu’il s’offrait les meilleurs restaurants de Blois et qu’il partait en oubliant de payer…comme quoi des Thévenoud, il y en a pas mal.

    • Danjou, oui mais il y a des passions, des sentiments de l’opinion publique qui sont totalement incompréhensibles en effet… Inutile de les nier, Jack Lang a toujours été très populaire, sans qu’on ne comprenne vraiment pourquoi…
      Maxime

  3. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Jack Lang ! C’est une galéjade ! Pour passer des ténèbres aux abysses, tout à fait épatant.

    Les succès électoraux de l’avenir, en particulier de 2017 reposent peut-être dans l’aptitude à analyser et surmonter cette contradiction apparente.

    Analyser et surmonter cette contradiction, est-ce là vraiment ce dont la France a besoin ?
    Une petite salade, bien assaisonnée, pour convaincre ces benêts d’électeurs de voter pour moi, en leur promettant ce que je pense qu’ils souhaitent, même si je coule le pays ensuite avec ma courte vue, mes décisions irrationnelles, mais qui devraient -qui sait ?- plaire à ma clientèle. Tant pis pour mes projets constructifs qui resteront seulement des intentions si jamais ça gronde un peu, ou si les barrages se lèvent dans mon entourage (il y en a tant entre les ministres qui ouvrent le parapluie, Bruxelles, la magistrature, les fonctionnaires, les médias, les droits de l’homme…)
    Et on va où comme ça ?
    Non ! Maxime, ce n’est pas ainsi qu’il faut désormais conduire la réflexion, notre pays est dans un trop sale état, ces petites recettes électorales sont totalement dépassées.

    Ce qu’il faut c’est une véritable vision du pays, à long terme. Une volonté sans faille qui, quoi qu’il arrive, tienne un cap stable, mûrement réfléchi et travaillé, basé sur plan soigneusement établi après diagnostic ferme et sans tabous ni totems (comme ils disent) qui permette de remonter aux sources des problèmes dont nous subissons les conséquences.

    Ensuite ne pas céder aux sirènes qui nous entraînent sur les récifs mais appliquer le programme établi, suivre une stratégie réléchie, pesée, la faire approuver (ou pas – mais il faut savoir risquer) par les Français autant de fois que nécessaire.
    Mais surtout cesser cette versatilité, qui n’a qu’un but : protéger la carrière d’égos surdimensionnés, sans envergure réelle et totalement inorganisés.
    C’est la France qu’il faut libérer de la servitude et protéger, pas les postes des uns et des autres.

    Amicalement,

  4. Régis dit :

    D’accord avec l’ensemble des avis, en particulier avec Coriolan, Stéphane B et espritlibre.
    Comme l’a très justement fait remarquer Coriolan, la plupart des sondages ne sont pas fiables, les réponses des sondés n’étant pas toujours sincères.
    Les instituts concernés avaient-ils prévu les résultats du 21 avril 2002 ? Il suffit de se rappeler l’air consterné et ahuri de la plupart des journalistes qui parlaient alors d’une « énorme surprise », d’un « choc », d’un « séisme » pour répondre à cette question.
    Si tout allait bien dans le meilleur des mondes, un sondage ne devrait avoir qu’une valeur indicative. Un sondage ne saurait être autre chose que le reflet d’une tendance à un moment donné.
    Or, les sondages sont hélas utilisés à de véritables fins de propagande et de purement indicative, leur valeur est devenue prescriptive (au sens de « prescrire un comportement », d’influer sur les opinions). Ils n’ont plus alors pour fonction que de manipuler l’opinion et même certaines personnalités politiques. Un exemple concret : pour pousser Chirac à se présenter contre Giscard en 1981, des proches de Pasqua avaient donné naissance à deux instituts de sondage, Public SA et Indice Opinion. Naturellement, les résultats des sondages en question étaient très favorables à Chirac qui finit par être candidat avec les brillants résultats que l’on sait.
    En 1981 toujours, comme cela l’a été révélé récemment, les sondages qui donnaient Giscard vainqueur face à Mitterrand étaient totalement bidons, ce qui explique pourquoi les proches de Giscard allèrent supplier Le Pen de se prononcer en faveur de leur candidat.
    Dans le même ordre d’idée, la façon dont sont présentés les résultats de ces enquêtes est primordiale. C’est la classique histoire du verre à moitié vide et du verre à moitié plein. Prétendre que 45 % des sondés sont d’accord avec les idées de X ou de Y n’aura pas le même impact que d’affirmer que 55 % des personnes interrogées ne les partagent pas. Alors que l’essai de Zemmour est en tête des ventes (et cela semble déranger de plus en plus ceux qui nous gouvernent), sort opportunément un sondage qui nous apprend que 62 % des Français auraient une mauvaise idée de lui.
    En revanche, on nous apprend que Hollande serait le meilleur candidat pour 4% des Français (ce qui est déjà trop !) au lieu d’écrire que 96 % des sondés ne veulent pas d’une nouvelle candidature de l’ex-concubin de S.Royal…

    • regis, les sondage sont intéressants si on les considère comme vous le dites dans votre commentaire, une image de l’opinion à un moment donné…MT

  5. Monsieur TANDONNET,
    Votre constat est éloquent mais rappelle surtout une état de fait constant : les personnalités les plus appréciées ne sont pas celles pour qui votent les Français.
    Cela peut être vérifié depuis des décennies.
    Alors, oui, les Français apprécient Juppé, Lang ou Bayrou.
    Personnellement, je ne déteste pas ces personnes.
    Alain Juppé me paraît même être un homme de grande qualité.
    Mais en aucun cas, je ne voterai pour l’une ou l’autre parce qu’aucune ne répond à mes attentes et à mes convictions profondes.
    Alors, attention à tous ces sondages qui peuvent paraître contradictoires mais ne le sont pas forcément 🙂
    Bien à vous

  6. espritlibre dit :

    La question posée par Paris-Match est celle de la bonne ou mauvaise opinion que la personne interrogée dit avoir de telle ou telle personnalité politique. Se trouve ainsi en tête de gondole Jack Lang, battu aux municipales de 2001 puis aux législatives de 2012. Il est donc aussi populaire que Chirac qui termina son deuxième mandat en lambeaux, mandat qu’il avait obtenu grâce à la présence du FN au 2ème tour de la présidentielle de 2002. Bayrou est lui aussi particulièrement « populaire » dans les sondages, beaucoup moins les jours d’élection. Terminons par Mélanchon, qui, pour une fois, écrase la Marine, ce qui ne manquera pas de lui faire plaisir et nous autorisera une franche rigolade. Grâce aux sondages Yannick Noah est la personnalité préférée des Français qui, le chanteur engagé le reconnaît lui-même, boycottent sa dernière oeuvre. Alors irrationnelle l’opinion publique? C’est beaucoup plus simple, elle répond aux questions qu’on lui pose. Quand on demande au sondé (1000 personnes sur un corps électoral de 45 millions d’électeurs qui acceptent de divulguer leurs opinions politiques à n’importe qui au téléphone), pour quel candidat il voterait si l’élection présidentielle avait lieu dimanche prochain (Le Figaro 5/09/2014) Marine le Pen, en tête au premier tour, écrase Juppé (6 points d’écart) et lamine Mélanchon (trois fois plus d’intentions de vote). Je suggère donc de ne point s’intéresser à la popularité sondagière qui n’a aucune valeur, à moins bien sûr qu’il soit prouvé que les Français souhaitent mettre Jack Lang au pouvoir. On peut être de gauche et apprécier Juppé, surtout si l’alternative est Sarkozy, et ne jamais voter pour lui parce qu’il n’est pas de gauche. Pour ma part, j’apprécie beaucoup Mélanchon.. que je combats par ailleurs. La vérité se trouve donc au fond des urnes et pas dans ces « études » dont l’intérêt se situe quelque part entre la manipulation et le commerce du papier journal. Par contre, les analyses portant sur les valeurs permettent de déceler les mouvements profonds qui travaillent le corps électoral : droitisation, lepénisation,… des esprits voilà qui est beaucoup plus intéressant. Sarkozy, tendance Buisson à l’époque, avait rappelé que le pouvoir se gagne par les idées. Il gagna donc en 2007, sur un programme de rupture particulièrement clivant et perdit en 2012 en essayant de se « recentrer ». En 2017 seront plébiscitées les valeurs d’ordre et d’autorité (la droite d’autrefois), et les candidatures de rupture après un quinquennat de Hollande particulièrement poussif. L’art de jouer sur tous les tableaux (l’aptitude à surmonter certaines contradictions… comme vous le dites) étant de moins en moins populaire je plains à l’avance les chouchous des sondages de popularité.

    • espritlibre, je pense à l’expérience que l’opinion publique est beaucoup plus complexe qu’on a envie de le croire, à l’image de la nature humaine… MT

  7. Ribus dit :

    « Les sondages se présentent comme une photographie de l’opinion publique à un moment donné » Il y a de bonnes et de mauvaises photos et à ce titre les sondages doivent être considérés comme un instrument dont la fiabilité est très variable.

    Je ne décerne pas de pris de vertu et d’objectivité aux instituts de sondage car il est assez évident que certains sondages ne sont que des tentatives de manipulation de l’opinion ; seulement, ce n’est pas systématique ce qui permet à ces organismes de conserver un peu de crédibilité. Mais il faut à mon avis rester très méfiant.

    Notre système politique se porterait sans doute mieux avec des consultations électorales assez fréquentes et traduisant l’état réel de l’opinion. Mais apparemment le « système » préfère les sondages et les enquêtes à des élections libres et indépendantes. Il doit bien y avoir une raison.

  8. Buck Danny dit :

    On se demande si ce n’est pas surtout la preuve de la paresse intellectuelle des français et aussi de leur lâcheté. Ils ont bien compris, sentis, instinctivement, ce qui fait du mal au pays, mais refusent de faire ce qu’il faut pour y remédier. Ne veulent pas causer de scandale.

    Ils ont peut être conscience que s’opposer à ces maux créerait un certain bouleversement dans un premier temps, de nature à perturber leur petit confort.

    Une personnalité avait probablement dans l’esprit des français réussie à créer la synthèse dont vous parlez. Cette personnalité c’est Nicolas Sarkozy. Il incarnait et portait des idées de droite dure notamment sur l’insécurité, l’immigration et l’islam, tout en restant acceptable, présentable, issu d’un parti dit « de gouvernement ». Malheureusement Nicolas Sarkozy a été en dessous de tout, il a trahi la France, les français, il a surtout trahi la formidable synthèse qu’il avait réussi à créer.

    • Buck Danny, il n’y pas de solution miracle, et surtout pas le recours aux extrêmes (droite ou gauche) qui n’existent que par le mensonge et la démagogie.
      MT

  9. Cher M. Tandonnet,

    Non mais franchement, vous croyez que les français plébiscitent ces personnalités médiocres et même pour certaines, perverses?

    Tout cela sent la manipulation médiatique à plein nez !

    • theotimedesavoie, je ne pense pas qu’il y ait de manipulation dans ces sondages qui reflètent les ambiguïtés ou la complexité de l’opinion…
      MT

  10. Stéphane B dit :

    Bonjour

    Distinguo entre le fond et la forme ou bien simplement la tendance actuelle à ne pas vouloir ASSUMER ces idées. Je suis comme 50% des Français « favorable à la peine de mort » dans certains cas et dans certaines conditions (principe de précaution. On ne peut pas l’appliquer dans certains cas comme les OGM et pas sur le reste, il faut être cohérent).
    J’estime « qu’il y a trop d’immigrés » qui viennent profiter des aides, nous piller, bref ceux ne sont pas cela qu’il nous faut (réalisme et vue d’un petit monsieur Michou qui en a marre de payer pour les autres qui ne veulent surtout rien faire d’autre que glander; c’est valable aussi pour des français).
    Je souhaite qu’on « se protège du monde » ce qui signifie dans mon cas, aller au bout du raisonnement bien – mal et en cas de doute, trancher vers le mal (principe de précaution).
    35% (seulement) jugent que l’Union européenne « est une bonne chose mais tout simplement car les autres n’apprécient guère l’UE telle qu’elle existe aujourd’hui. L’UE serait une excellente chose mais pas dans sa construction actuelle technocratique mais comme un espace de parole.

    Par contre, je suis contre les gens qui recueillent le maximum de sympathisants, Lang, Juppé et compagnie. il s’agit de personnes molles, à la recherche permanente d’un consensus. Or, l’histoire nous démontre que les meilleurs dirigeants sont des personnes au fort tempérament, qui n’ont pas peur de mettre leur carrière politique en jeu et qui savent décider et maintenir leur décision.
    Une mairie n’est pas un pays ! Dans une mairie, au contraire, il faut savoir ménager la chèvre et le chou. Dans un pays aux 365 fromages, cela est impossible.

    De facto, un peu de courage boudiou et ASSUMER (oui je sais, il s’agit d’un gros et vilain mot de nos jours)

  11. Coriolan dit :

    En fait, les sondés sont hypocrites, car ils n’osent pas déclarer leurs opinions véritables lors de l’enquête, ce qui explique la minoration systématique du niveau des votes en faveur du FN, avant chaque scrutin. Un lecteur du Figaro avait déjà relevé l’anomalie en comparant le nombre d’émissions de télé-réalité et leur taux d’audience record, qui étaient simultanément considérées comme de qualité scénaristique médiocres, et pourtant très regardées, sinon demandées. Une appréciation similaire d’un journaliste sur RTL, il y a quelques jours, arrivait au même constat concernant la presse populaire, dont les tirages sont plutôt bons, alors que leur contenu éditorial est pauvre. C’est ainsi que s’explique ce hiatus entre les discours et la réalité, travestie en mettant son drapeau dans la poche.

    – Jean-Pierre ESQUENAZI. Sociologie des publics. Repères/La Découverte.

  12. michel43 dit :

    POUR MOI… seul; le Résultat des URNES. Comptes le RESTE? c’est de la Manipulations orienter. Quand a 2017 se sera fort SIMPLE et si SARKOZY se sort de ses démêler, judiciaire : SE SERA LES électeurs DE L » unions des gauches QUI FERONT LA décisions;;

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s