La folie furieuse

images« Rare chez les individus, la folie est en revanche la règle des groupes, des partis et des époques » écrit Nietzsche dans Par delà bien et mal. Nous sentons bien l’actualité politique française basculer dans la folie. L’étalage des coucheries, les petites phrases insensées qui tournent en boucle, la fureur des lynchages, la perte de tout sens de la dignité, la banalisation des pires saloperies, l’obscénité, le ridicule, partout étalés en grands titres clinquants. La vie publique, de A à Z, semble gagnée par une véritable démence qui fait peur. Comment expliquer un tel phénomène? Les explications de courte vue abondent: l’impuissance publique qui rend fou, la mort du politique, les déchaînements d’ego et de jalousies, la vanité exacerbée, etc… Tout cela est sans doute vrai. Mais pire: nous subissons surtout les conséquences, à long terme, du déclin de l’intelligence, des humanités, de la culture, la disparition des repères historiques, intellectuels, les qualités de bon sens et d’éducation qui sont les fondements de la raison collective.

Maxime TANDONNET

 

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour La folie furieuse

  1. michel santo dit :

    Serions nous condamnés à vivre dans une société indécente ? Mon commentaire ici : http://contre-regard.com/serions-nous-condamnes-a-vivre-dans-une-societe-indecente/

  2. espritlibre dit :

    @ ceux, qui comme François, devinent derrière le refus réfléchi et organisé de la transmission l’asservissement qui vient, comme à ceux qui comme noop n’y croient pas et font de la technique la cause de nos malheurs, une autre lecture des grandes réformes de civilisation de la gauche sociétale et autre refondation de l’Ecole :
    http://www.amazon.fr/Lenseignement-lignorance-ses-conditions-modernes/dp/2082131238

  3. François dit :

    Il n’y a même pas besoin de remonter à la perte des humanités. Un exemple significatif trouvé aujourd’hui sur un blog de l’Éducation nationale :
    http://www.neoprofs.org/t81291-le-rapport-de-jury-de-l-agregation-externe-2014-d-arts-appliques-est-truffe-de-fautes-d-orthographe
    La célèbre devise du Collège de France, « Docet omnia » (il enseigne tout), est visiblement passée de mode, tant les fautes et coquilles sont nombreuses !

  4. Cher M. Tandonnet,

    Je vous propose d’arrêter de nous parler des affres de la classe politique. Pour moi, c’est entendu, elle est perdue, définitivement discréditée. La Ve République est en train de se lézarder sous nos yeux et entre en agonie. Malheureusement, les agonies peuvent durer longtemps mais leurs issues sont certaines.

    Je vous propose de ne parler que du futur et de vos propositions. Pour le moment, je les trouve un peu courte et trop consensuelle. Nous devons renouveler notre façon de penser et ne pas nous modeler sur le monde présent comme dit St Paul.

    Il faut une rupture totale. Le principe qui doit conduire ces réformes est simple : fin du centralisme politique par l’institution du referendum d’initiative populaire et une réforme administrative qui redonne toute leur place aux anciennes Provinces -et non régions- françaises : la Savoie et non la région Rhône-Alpes-Auvergne!

  5. noop dit :

    Bonjour Maxime.
    Je partage le même « ressenti ».
    Comment en arrivons nous là ? Pas de complot bien sur. Des gens mal intentionnés, il y en a toujours eu. Pour moi tout cela arrive maintenant et ainsi, car nous sommes passés de l’ère du livre (quelques siècles quand même) à celle de l’audio-visuel et du numérique (et ce en quelques dizaines d’années). C’est je crois le fait majeur qui explique ce basculement si rapide et humainement « moins-disant ». Ça change tout notre univers, notre imaginaire, notre réflexion, notre mode de vie. Il faut donc s’y habituer, s’y adapter, s’y préparer, car on ne pourra plus faire sans. Et nous n’en sommes qu’au début. Le sens commun ayant explosé sous les effets de la vitesse, continuer à avoir le temps de discerner sera une gageure.

  6. Koufra dit :

    C’est tristement vrai…

    Lors de repas, cela devient difficile d’échanger avec des personnes pourtant diplômées, vives mais qui ne disposent plus de certains concepts basiques.

    Ils attendent un échange instantané comme si la vérité apparaissait subito santo, alors qu’il faudrait faire un effort pédagogique qu’ils n’accepteront jamais.

    La culture de l’instantané n’appelle hélas plus à l’effort, plus à la maturation de la réflexion.

    Amitiés

    Koufra

  7. espritlibre dit :

     » Mais pire: nous subissons surtout les conséquences, à long terme, du déclin de l’intelligence, des humanités, de la culture, la disparition des repères historiques, intellectuels, les qualités de bon sens et d’éducation qui sont les fondements de la raison. »
    Rien à ajouter, sauf, peut-être, une saine lecture à moins de 4 euros :
    http://www.editions-lecenturion.fr/fr/produits/produit/61/nos-limites

  8. François dit :

    Merci Maxime pour ce billet qui remet les choses en perspective ! Vous avez raison sur toute la ligne, mais je pense que cela a été sciemment voulu. Pour asservir un peuple, rien de tel que de le maintenir dans l’ignorance. Renoncer à transmettre des connaissances a été notre péché originel, ôter toute mise en perspective de ces mêmes connaissances notre tombeau. La fin de la culture générale a signé notre arrêt de mort : combien de générations sacrifiées sur l’autel du « pédagogisme » ?

    Est-il trop tard pour inverser la tendance ? Certainement pas, même si les difficultés ne doivent pas être mésestimées. Mais cela ne pourra se faire que sur le temps long, un temps qui échappe totalement à nos hommes politiques, plus occupés à tweeter qu’à prendre à bras le corps nos vrais défis. Qu’attendre de gens dont la pensée se limite désormais à 140 caractères ?

  9. Mdepontkalleg dit :

    Analyse parfaite , absolument clairvoyante. La décadence ! D ou l urgence de s affirmer de la droite forte et libérale, comme je ne cesse de le faire. On doit combattre le socialisme, le communisme, le djihadisme, le jacobinisme, les dérives dites sociétales ,
    issues de mai 1968. Combattre tout ce qui amène la Terreur.

  10. michel43 dit :

    ALLONS Maxime, cela a toujours exister.. , dans le temps, beaucoup de gens,IGNORAIT cela..Maintenant, TOUT se sait, se voie.. DONC… j »en connais qui vont HURLER..SI..SI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s