Le suicide de la classe politique

imagesOn trouvera ci-dessous ma contribution hebdomadaire au Figaro Vox. Je vois, notamment aux commentaires la critique encourue, celle du relativisme: tous pareils. Pourtant, il ne faut pas raisonner en militant, en supporter – degré zéro de la lucidité – mais tenter de regarder la réalité en face et notamment la défiance globale des  Français envers la politique qui ne cesse de se renforcer, avec juste raison, se traduit par l’abstention et la montée aux extrêmes. La grande manip bat son plein. Franchement, je n’ai aucun engagement partisan, ni d’espoir précis s’incarnant dans untel ou untel, contrairement à ce qu’on pourrait croire, ni d’étiquette. Désolé, c’est ainsi… J’aimerais seulement, à mon infime niveau, continuer à ouvrir des échanges contribuant à apporter une minuscule lueur dans le brouillard qui enveloppe la vie collective nationale, le climat dégénéré de manipulation, de propagande et de mensonge qui tente de s’emparer des esprits. Essayer de dénoncer la grande imposture, que faire d’autre à ce stade?

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/09/09/31001-20140909ARTFIG00215-thevenoud-trierweiler-assistons-nous-a-l-autodestruction-de-la-politique.php

Maxime TANDONNET

Publicités

A propos maximetandonnet

Ancien conseiller à la Présidence de la République, auteur de plusieurs essais, passionné d'histoire...
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

27 commentaires pour Le suicide de la classe politique

  1. dissident dit :

    ce n est parce que vous repetez sans arret les memes choses que des mensonges deviennent des verites, en quelque sorte le fn serait le jouet de la classe politique qui s en servirait pour que rien ne change, mefions nous des raisonnements simplistes, des sondages massivement defaforables qui débouchent pourtant sur des succes électoraux extraordinaires pour un parti c est vrai sans ancrage local, je prends a temoin les lecteurs de ce blog, ou donc le fn a t il commis des actes anti démocratiques? en quoi la preference nationale et l arret de l immigration de peuplement sont ils contraires aux libertes fondamentales?

    • dissident, j’essaye de réfléchir, d’aller au-delà de la surface médiatique. Je dis comment je perçois les choses, sans insulte, sans amalgames comme vous le voyez… Je ne prétends pas formuler la « vérité », mais simplement donner ma vision des choses. Oui, je pense que le fn est pour l’essentiel une créature médiatique, que la France politique s’en accommode au fond très bien et que sa présence profite à beaucoup de monde dans un climat d’hypocrisie épouvantable! Je suis aussi persuadé qu’il suffirait que l’on sorte de la folie actuelle pour qu’il se dégonfle et revienne à des proportions plus normales. C’est mon avis, je le donne, on a le droit de le contester mais j’ai aussi le droit de le donner sur mon blog!
      Maxime

  2. koltchak91120 dit :

    Concernant l’intermède belge sans gouvernement, aussi bizarre que cela puisse paraître, cela ne fut pas aussi mal vécu qu’on pourrait le croire vu de chez nous. De nombreux amis d’outre Quiévrain m’ont affirmé qu’au final cela avait été un agréable intermède, débarrassé des interminables querelles d’appareils et de personnes qui empoisonnent la vie publique. Leur aurait-on laissé le choix, je crois qu’ils auraient voté pour une prolongation de l’expérience.

    Sinon, la république et les affaires, c’est une une vieille histoire qui débute en 1792 avec Danton et n’a jamais cessé. Le régime étant ce qu’il est, il est clair qu’il n’enverra jamais les margoulins méditer sur leurs crimes à Pignerol. Pourtant cette sévérité, relative car avant ils avaient droit à la hart, exposés à Montfaucon, s’était montrée payante, car on ne compte que peu de ministres indélicats au long de l’histoire de la monarchie.

    Que la classe politique ne prenne même plus la peine de se cacher, de faire preuve de précaution, n’est en rien un suicide. Ils assument tout simplement ce qu’ils sont, c’est à dire des membres d’un régime qui dès le début a nourri la corruption. Ce qu’on prend pour du culot de leur part n’est à mon avis que de l’étonnement. Comment peut-on s’offusquer de pratiques qui ont toujours existé, liées à la nature même du régime ?

  3. Bernard06 dit :

    Bonjour Mr Tandonnet
    Merci pour cela encore.
    « Lorsqu’on prend les eunuques pour des étalons il est normal que les chacals se prennent pour des lions ». (Oh, ce n’est pas de moi mais je trouve que cela peut s’appliquer à bien des situations et des gens actuels)

  4. Postmaster dit :

    Quelle chance on a chez Blog-Cabestany. Car on aura lu cette semaine – dans l’ordre – le torchon d’une certaine Valérie puis dans la foulée l’excellent ouvrage de notre ami Maxime. Imaginez le contraire. Aurait-on pu s’en remettre ?
    Quoi qu’il en soit, « Au coeur du Volcan » aura permis au sein de la Droite Républicaine de notre petite ville, de libérer la parole. Et de permettre à chacun de dire ce qu’il pense des années 2007-2012. Le positif comme le négatif. Un travail de clarification et de mise à plat, on ne peut plus utile en cette période. Qu’il fallait impérativement faire si l’on veut savoir comment se positionner en toute lucidité face aux événements à venir. Cordialement
    http://blogcabestany.com/2014/09/11/la-rentree-litteraire-chez-blog-cabestany/

  5. michel santo dit :

    Et ce matin encore, cet « escroc » de Morelle : http://contre-regard.com/thevenoud-morelle-kerviel-et-les-autres/

  6. Duff dit :

    Bonsoir à tous,

    Le cas Thevenoud amène énormément de questions d’autant qu’il s’affichait sans-complexe avec Montebourg. Dans la lute acharnée des taxis pour faire mourir la concurrence des VTC, il s’était montré brillant de communisme et pourtant on voulait « en apparence » le faire rentrer au gouvernement. Les lois sur la transparence n’avaient pourtant rien vu et puisqu’il est de notoriété publique que tous savaient pour Cahuzac, il ne pouvait guère en être différemment pour « l’étoile montante ».

    Valls pousse même Thevenoud à la démission aujourd’hui de son mandat de député alors que la majorité ne tient qu’à un fil : Comment au delà d’un « tous pourris » trop facile ne pas y voir le signe d’une pression exercée sur ceux qui auraient des poux grouillant sur le crâne? Peut-on gouverner longtemps comme cela? Valls suit une stratégie personnelle d’autant plus clairement qu’Hollande, nu, fut obligé de lui laisser les clés du camion. Veut-il assumer le naufrage seul? Voilà qui serait surprenant… Mais cette stratégie de la terre brûlée fait monter l’abstention et rend crédible l’ascension du fn pourtant massivement rejeté.

    Je n’ai plus de doute, aux désordres inhérents provoqués par un artificiel clivage gauche/droite, les garants de l’action publique et des institution jouent aux pompiers pyromanes pour tenter de se sauver ou se positionner dans le futur : La crise de régime est désormais inéluctable.

    Cdlt

  7. Annick dit :

    Bonsoir Maxime,

    Le problème de la classe politique c’est leur idéologie : degré zéro de l’intelligence.
    Les Allemands, eux sont pragmatiques, et ils gagnent. Sans se boucher les oreilles et les yeux sur chaque problème qu’ils n’hésitent pas à étudier.
    Nous sommes loin de la propagande ‘justice sociale » et « égalité » à tout crin.
    Les meilleurs sont récompensés ; simple bon sens.

    Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances, vient de déclarer que l’Allemagne n’emprunterait pas en 2015, ce qui ne s’est pas produit depuis… 1969 !
    http://chevallier.biz/2014/09/bund-grosse-katasrophe/

    Amicalement,

  8. Lecteur attentif dit :

    Une réflexion à propos des dérives de la gauche en général: le plus grand reproche qu’on puisse lui faire, c’est cette certitude d’incarner le  » camp du bien » et  » l’intérêt du peuple » qui lui permet de s’auto-acquitter de toute morale, quelle qu’elle soit.
    Au stade le moins nocif, cela commence par la morale financière, chose au demeurant assez partagée par l’ensemble des politiciens, mais, comme on au le constater dans dans une lecture historique, cela peut aller jusqu’à la « violence légitime », comme la balle dans la nuque des soviétiques ou…le génocide vendéen de la Convention.
    Affirmation audacieuse? Relisons le passé….

  9. Philippe de Lestapis dit :

    bonsoir monsieur, il faut reconnaitre que nous touchons le fond :quasifaillite du pays,institutions par terre, peuple désabusé à juste titre et pour finir un personnel politique incompetent et souvent malhonnete avec comme nouvelles tetes copé, juppé,aubry…. il faut encore croire au sursaut !!

  10. Longfellow Deeds dit :

    Je vous remercie une fois de plus M. Tandonnet; il n’y a guère que dans votre lecture que je retrouve un peu de l’espoir perdu ces derniers mois, ces dernières années. Les turpitudes qui viennent de s’abattre ces quinze derniers jours sont à mon sens révélatrices d’un état morbide
    psychiatrique qui affecte les hommes et les femmes qui viennent de s’illustrer; des fous nous entraînent avec eux mais je ne sais pas si nous trouverons la force de nous en débarrasser.

  11. gilles dit :

    « Le pays semble tenir vaille que vaille par son État, son administration, la compétence et la constance de ses préfets, etc. » Erreur gravissime! C’est justement eux qui tuent le pays et la nation

  12. Cher Monsieur,
    Je lis régulièrement vos tribunes – je n’ai pas encore eu le temps de lire votre ouvrage mais je vais le faire – mais je reste songeur, que proposez-vous ?
    Ce matin, je prenais un café avec Charles de Courson qui me disait qu’il avait abandonné d’essayer de convaincre ses collègues politiques à réformer le système. Pour lui, la seule possibilité de sortir de la crise politique viendra de l’extérieur, du peuple. Je partage assez cette analyse car je n’imagine pas que la majorité des 577 députés et des 348 sénateurs voteront les lois nécessaires pour réformer un système politique auquel ils sont tant attachés pour sa générosité. Qui voterait une loi pour se tirer une balle dans le pied ?
    Cet été, j’ai répondu à la demande de Pierre Morel-A-L’Huissier en apportant ma modeste contribution à son ouvrage « Argent et politique, vers quelle transparence ? » à travers un texte que j’ai intitulé « Plus de lumière », reprenant ces quelques mots prononcés par Lénine.
    Pensez-vous que ces initiatives intellectuelles soient suffisantes pour changer les choses et apporter une réponse à la crise politique ?
    Devons-nous agir en dehors des partis ?
    J’aimerais en parler avec vous, à votre disposition.
    Très cordialement,
    Benoît de Valicourt
    contact@benoitdevalicourt.fr

  13. Michel dit :

    Parmi ce qui fait tenir le pays il y a aussi les collectivités locales et en premier lieu les Maires. La mairie est la seule institution politique dans laquelle les Français ont encore confiance (accessoirement, il faudrait en tenir compte avant de chambouler la carte institutionnelle des régions sans même s’interroger sur l’étendue de leur compétence et de créer de nouveaux monstres technocratiques).
    Pour le citoyen de base, seul compte dans la vie quotidienne le service public de base. Tout le reste est très loin; il pense pouvoir bien se passer de gouvernement et d’Etat, ce qui est bien entendu une dangereuse illusion.
    C’est du local que viendra la solution, il y a un énorme vivier de gens capables, responsables, désintéressés et soucieux du service public.

  14. Maxime,

    Les peuples d’Occident ont ras le bol des politiques qui promettent plein de choses, qui pour divers raisons n’arrivent pas a livrer leurs promesses.
    Nous ne sommes plus dans un mode de pensée entre démocratie et totalitarisme religieux, démagogique d’ extrême droite ou d’extrême gauche avec des courants diverses.
    Nous vivons aujourd’hui dans un monde ou la notion de l’état est remise en question avec d’une part des gangs qui veulent détruire les systèmes qui sont tous a bout de souffle, d’autre part d’un monde ou les chiens mangent les autres chiens. (« Dog eat Dog »).

    Un élément qui me chicane est le désintéressement du Peuple: cela me fait presque peur. autre chose qui m’incite c’est jusque ou le pays va devoir devenir médiocre pour que le Peuple se réveille. Encore une fois, faut-il que les boulangers soient rationné pour que les divers segments de la population se rendent compte que la situation est grave?

    Il me semble que de parler des partis est négatif en soit: il faut sortir des sentiers battus et hors des partis conventionnels avec un programme pour restaurer le pays. Qui dit programme veut dire qu’il convient de proposer des solutions concrètes. Pour le moment, il existe rien. Pour le moment, le pays est divisé entre ceux qui veulent plus de contrôles de l’État et ceux qui veulent beaucoup moins de contrôle de l’État. Mais, la pomme n’est pas encore prête pour être mangée.

    Cordialement,
    de Guise

  15. François dit :

    Maxime,

    Pour une fois, je vais aller contre mes convictions religieuses : mille fois oui à leur suicide, comme au Guyana en 1978 et s’ils n’en ont pas le courage, qu’ils fassent appel à un pseudo médecin ! Je suis même prêt à cotiser afin de leur payer un aller simple pour la Suisse. Qu’ils s’en aillent et vite !

    Cependant, arrêtez de focaliser votre attention sur le FN qui n’est que la résultante des renoncements de la gauche et de la droite. Plutôt que de disserter sur ce parti, usez de votre influence – faible ou forte, peu importe – pour leur « mettre le nez dans leur pipi ». Se rendent-ils simplement compte de l’état d’exaspération des Français ?

    L’opposition actuelle me révulse, rien n’en sort. Aucune réflexion, aucune remise en cause, il suffit de placer le suffixe « -iste » aux noms de famille pour leur tenir lieu de programme : sarkoziste, filloniste, etc. Ils veulent quoi ? Une révolution ?

  16. Frederic_N dit :

    Maxime
    Je suis « tombé » sur une conférence de Pierre Manent donnée il y a 5 ans, et qui abonde dans votre sens (même si je ne suis toujours pas convaincu sur certains points )
    Je mets son url ici car elle me semble qu’elle donne du reflet à vos positions, et les lecteurs pourront aller la consulter
    Evidemment, si vous n’acceptez pas le parallèle il est légitime que vous supprimiez le post

    http://www.philolog.fr/grandeur-et-misere-du-liberalisme-pierre-manent/

    Et comme disait l’auteur du SMS  » ne désespérez pas de la politique
    amitiés

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s